Navigation – Plan du site
Lectures

Fierro Maribel et Tolan John (éd.), The Legal Status of immī-s in the Islamic West (Second/Eighth-Ninth/Fifteenth Centuries), Brepols, Turnhout, 2013 (Coll. Religion and Law in Medieval and Muslim Societies,1), 416 p.

Yassir BENHIMA

Texte intégral

1Ce volume constitue le premier titre d’une nouvelle collection, RELMIN, dont le sigle reprend par ailleurs l’acronyme d’un projet de recherche européen dirigé par John Tolan (ERC-The Legal Status on Religious Minorities in the Euro-Mediterranean Space, fifth-fifteenth centuries). Regroupant une quinzaine de contributions organisées en cinq parties inégales, l’ouvrage traite principalement de cas andalous (neuf textes) confrontés à des situations issues du Maghreb, de la Sicile ou de l’Égypte. Cette centralité d’al-Andalus s’explique aisément par la dynamique de l’historiographie récente sur les Mozarabes et le judaïsme andalou et la place qu’occupe, au sein de ce paysage académique, la valorisation de la littérature juridique mālikite. Dans son introduction, Maribel Fierro évoque d’emblée l’acuité des questionnements relatifs à la situation minoritaire en Occident musulman et le caractère polémique qu’ils revêtent, notamment pour l’interprétation de l’abolition de la dhimma sous les Almohades. Tout en rappelant les principales contributions antérieures exploitant les sources normatives mālikites pour l’étude des minorités, M. Fierro souligne l’importance d’une lecture approfondie et croisée de la jurisprudence mālikite et des documents issus des communautés de dhimmī-s. Seule une analyse pointue des textes permettrait d’ailleurs de dépasser le caractère figé, voire a-historique, de la synthèse d’Antoine Fattal qui faisait jusque-là autorité en la matière.

2La première partie de l’ouvrage, « Legal views on dhimmi-s » regroupe deux contributions aux méthodes clairement distinctes. Le riche article de Christian Müller tend à examiner la casuistique portant sur les minoritaires en al-Andalus comme un domaine indissociable du système juridique musulman dans son intégralité. Pour illustrer son propos, Ch. Müller s’est penché sur al-Kāfī d’Ibn ‘Abd al-Barr (m. 1071), compendium de normes condensées à partir des sources majeures de l’école mālikite, composées principalement au ixe siècle. L’analyse du texte permet de dégager cinq configurations juridiques différentes. Dans la première, les dispositions juridiques sont réservées exclusivement aux musulmans, notamment l’application des obligations cultuelles (‘ibādāt). Le deuxième ensemble normatif concerne exclusivement les non-musulmans dans la diversité de leurs statuts et englobe toutes les dispositions légales régissant la dhimma (droits et obligations ; fonctionnement des institutions judiciaires spécifiques ; les châtiments et pénalités et enfin la question de la conversion à l’islam). Ce pacte de la dhimma procure à ses bénéficiaires une égalité de traitement dans certains domaines (droit commercial par exemple) où le principe d’égalité devant la loi ne relève pas de l’obédience religieuse des justiciables. Mais ce troisième cas de figure reste limité, car la casuistique musulmane instaure dans bien d’autres domaines, une ségrégation légale en défaveur des non-musulmans : dans les droits matrimonial et successoral, dans les prohibitions alimentaires ou encore dans la valeur de la diya (prix du sang). Et l’auteur de conclure que la riche casuistique que reflète al-Kāfī atteste la complexité du raisonnement légal chez les juristes musulmans, intégrant les dhimmī-s dans un système juridique englobant l’ensemble des communautés vivant dans la société musulmane. L’autre contribution dans cette section, portant sur le statut des dhimmī-s sous les Almohades, est pour le moins déconcertante. Son auteur, Mohamed Cherif, tente de nuancer voire de minorer l’impact de l’abrogation du statut de la dhimma par les Almohades, tantôt en notant l’origine orientale (donc moins fiable selon l’auteur !) des principaux récits relatant la décision du calife ‘Abd al-Mu’min, tantôt en évoquant le caractère littéraire des textes hébraïques rapportant la persécution des juifs du Maghreb et d’al-Andalus. En traitant les sources relatives à ce sujet d’une manière sélective (les récits importants compilés par al-DHahabī dans son Ta’rī al-islām ne sont pas étudiés), cet article ignore aussi l’apport des études récentes, dont les articles de M. Fierro, coéditrice du volume.

3La deuxième, et la plus importante partie de l’ouvrage, regroupe des contributions autour des conditions et modalités de la mise en place du statut de la dhimma en al-Andalus et en Sicile. Alfonso Carmona revient sur les différentes conditions et modalités du paiement de la jizya selon les textes juridiques en Occident musulman. Cet impôt de capitation a retenu l’attention d’Annliese Nef à propos de la Sicile aghlabide. Compulsant une documentation variée, rarement juridique par ailleurs, elle met en évidence l’existence de formes de continuité dans les systèmes fiscaux adoptés par les différents maîtres de la Sicile depuis les Byzantins jusqu’aux Normands. Les lieux de culte des chrétiens d’al-Andalus sont au centre des articles d’Alejandro Garcia Sanjuan et de Jean-Pierre Molénat. Le premier, analysant les conditions de la formation d’une doctrine légale mālikite sur la question, expose le cadre restrictif régissant la construction de nouveaux lieux de culte chrétiens. Ce cadre théorique, transmis depuis Mālik par deux de ses disciples égyptiens, limitant la possibilité de construire de nouvelles églises aux zones périurbaines, s’appliquerait au cas cordouan présenté par J.-P. Molénat à propos d’une fatwā du xe siècle citée par Ibn Sahl. Ces restrictions participent d’un processus de distinction sociale et d’établissement d’une frontière confessionnelle dont différentes manifestations sont examinées par Cyrille Aillet. En s’appuyant sur des matériaux juridiques, son optique est plutôt d’histoire sociale et permet de relever la portée socioculturelle de questions portant sur le système de pureté et d’impureté, la ségrégation spatiale ou la circulation des biens et des savoirs. Les frontières interconfessionnelles ont touché également la représentativité des chrétiens mozarabes dans l’administration omeyyade, constat qui explique la rareté des mentions aux responsables mozarabes dans l’historiographie omeyyade, comme en témoigne la contribution de Maria Jesus Viguera.

4La troisième partie de l’ouvrage explore d’une manière plus pointue certaines questions soulevées par la casuistique mâlikite. Farid Bouchiba analyse plusieurs cas relatifs aux cimetières et aux rites funéraires, tirés indirectement de la Mustakhraja d’al-‘Utbī à travers le commentaire d’Ibn Rushd. Les différents avis attribués à Mālik et agrémentés des explications du cadi cordouan attestent que le domaine funéraire n’échappait pas à l’établissement, par le droit, d’une frontière confessionnelle entre musulmans et dhimmī-s, y compris au sein de la même famille. Cette frontière se trouve par ailleurs éclipsée par la sociabilité de la boisson et la fréquence de la vente du vin par les Chrétiens aux nombreux consommateurs musulmans, suscitant la réaction des juristes (étudiée par Adday Hernández López) notamment au nom du principe de la commande du bien et la défense du mal cher aux savants d’époque almoravide étudiés. La nullité frappant le témoignage des non-musulmans (d’ailleurs indépendamment de leur statut juridique de dhimmī-s ou arbī-s) fait l’objet de la contribution de Ahmad Oulddali. L’irrecevabilité du témoignage pour défaut d’honorabilité (découlant automatiquement de l’infidélité) est la règle attribuée à Mālik, d’ailleurs plus restrictif qu’un Abū Ḥanīfa ou un Ibn Ḥanbal. Mais au nom du principe de la malaa (intérêt des musulmans) cher aux juristes mālikites, certains sont enclins à accréditer le témoignage d’un médecin non-musulman en tant qu’expert intervenant dans un litige.

  • 1 Affaire étudiée notamment par John Hunwick, 2006.

5Les deux dernières parties regroupent des interventions traitant de sources hétérogènes, comprenant des documents non-musulmans. Ainsi Elise Voguet revient brièvement sur quelques fatwā-s traitant des Juifs du Maghreb central au xve siècle, issus essentiellement des nawāzil de Māzūna. Décrivant généralement une population juive plutôt bien intégrée aux sociétés locales, aussi bien en ville qu’en milieu rural, les textes évoqués sont d’une tonalité moins polémique que les avis juridiques exprimés dans les années 1480 à propos de la communauté juive du Touat1. Marina Rustow, dans un article suggestif, sort des méandres de la casuistique pour explorer quelques aspects du recours des dhimmī-s à la justice des maālim dans l’Égypte fatimide. L’auteure tire ses exemples d’un corpus riche d’environ 300 documents ; les cas présentés attestent que gouverner les minorités faisait partie des prérogatives du politique indépendamment de l’emprise des juristes, notamment pour la gestion des litiges internes aux communautés ou pour répondre aux réclamations des non-musulmans. Si le cas égyptien est connu grâce à la richesse des archives cairotes, la justice d’appel en Occident musulman demeure mal étudiée, notamment son rôle dans la négociation des rapports avec les dhimmī-s. L’exceptionnel fonds de la Geniza a fourni également des documents maghrébins, constituant des indices précieux sur l’histoire des communautés juives : l’article de David Wasserstein en étudie deux émanant respectivement de Tlemcen et de Kairouan et datant du xie siècle. Au-delà des aspects micro-historiques que révèlent les litiges familiaux exposés dans l’article, c’est l’importance des réseaux rabbiniques et des communications entre les communautés établis dans l’ensemble du monde musulman qui mérite d’être rappelée. Cette circulation au travers des responsa constitue une spécificité du droit juif dans les frontières de l’Islam, à l’opposé des Chrétiens arabisés d’al-Andalus qui n’ont pas laissé de traces écrites de leur droit appliqué, en raison selon Wasserstein, de l’affaiblissement de l’encadrement clérical et d’une arabisation linguistique trop rapide. Le texte arabe des Canons de l’Église wisigothique étudié par Ana Echevarria montre justement, par la traduction et la compilation de canons de conciles antérieurs à la conquête arabe, le caractère théorique de cette rare documentation juridique mozarabe.

6Par la diversité de ses approches, ce volume aura rempli son objectif initial, offrir aux chercheurs une lecture nuancée et contextualisée du statut juridique des non-musulmans et de ses implications pratiques, comme le souligne John Tolan dans ses remarques conclusives. Si l’on peut se réjouir du résultat, on peut regretter que l’optique sunnite soit restée archi-dominante dans le corpus étudié. Le droit ismāʻīlien appliqué dans le domaine fatimide aurait mérité une attention particulière, notamment à travers les écrits juridiques du Qāḍī al-Nu‘mān. L’interrogation aurait pu également porter sur les rapports et les formes de circulation entre les écoles de droit musulman au sujet des non-musulmans, notamment les relations entre les normes mālikites et le droit ḥanafite dont les principales figures furent les artisans d’une codification élaborée du statut de la dhimma (Lévy-Ruben, 2011).

Haut de page

Bibliographie

Hunwick John, 2006, Jews of a Saharan Oasis : Elimination of the Tamantit Community, Princeton.

Lévy-Ruben Milka, 2011, Non-Muslims in the Early Islamic Empire. Frome the Surrender to the Coexistence, Cambridge.

Haut de page

Notes

1 Affaire étudiée notamment par John Hunwick, 2006.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yassir BENHIMA, « Fierro Maribel et Tolan John (éd.), The Legal Status of immī-s in the Islamic West (Second/Eighth-Ninth/Fifteenth Centuries), Brepols, Turnhout, 2013 (Coll. Religion and Law in Medieval and Muslim Societies,1), 416 p.  », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 138 | décembre 2015, mis en ligne le 16 octobre 2014, consulté le 25 juillet 2017. URL : http://remmm.revues.org/8808

Haut de page

Auteur

Yassir BENHIMA

Paris 3 Sorbonne Nouvelle/ UMR 5648-CIHAM

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page