Navigation – Plan du site

Lellouch Benjamin et Michel Nicolas (dir.), La conquête ottomane de l’Égypte (1517). Arrière-plan, impact, échos, Leiden/Boston, Brill, 2013, 434 p.

Juliette Dumas

Notes de la rédaction

En raison de sa longueur ce compte rendu est publié seulement en format électronique

Texte intégral

1Si la conquête ottomane de l’Égypte ne bénéficie pas, dans l’historiographie, du même intérêt que la conquête de Constantinople ou la bataille de Lépante, elle s’inscrit certainement dans la liste des événements marquants de l’histoire, pour avoir entraîné un renversement de l’ordre mondial. Pourtant, selon toute vraisemblance, Selim Ier ne l’avait pas préméditée ; une succession d’événements en décida, non sans de nombreux atermoiements de sa part. Elle est également une surprise pour l’ensemble des puissances voisines, depuis les États occidentaux jusqu’au souverain safavide d’Iran. Elle scelle encore le sort de l’Empire mamelouk, qui comptait alors pour la principale puissance musulmane. L’importance de ses conséquences géopolitiques se répercute dans les multiples lectures auxquelles l’événement a donné lieu, auprès de ses acteurs comme de ses spectateurs – jusque dans l’historiographie moderne. On perçoit toute l’utilité d’un ouvrage brossant une vision d’ensemble, claire et fouillée, des diverses échelles de l’événement.

2L’ouvrage s’ouvre sur une préface de Gilles Veinstein qui, avec le brio qu’on lui connaît, parvient en peu de mots à énoncer l’importance de ces deux entreprises – la conquête de l’Égypte et la publication d’un ouvrage à ce sujet. L’introduction qui s’ensuit, par Benjamin Lellouch et Nicolas Michel, est, en vérité, bien plus qu’une introduction. Il s’agit d’un véritable essai de synthèse qui embrasse et éclaire l’ensemble de la conquête. Les deux auteurs y ont soin de restituer les échelles de l’événement, les divers acteurs, les multiples lectures qui en furent faites, sur le vif, mais également dans l’historiographie. Tout y est et l’on pourrait presque se contenter de la lecture de cette introduction pour avoir connaissance du sujet. Pour le moins, nous la recommandons vivement à tous ceux qui souhaiteraient en avoir une idée générale. Nous avons également été sensible à l’effort des auteurs pour annoncer et présenter les diverses contributions de façon dynamique, en inscrivant l’apport de chacun dans une narration explicative cohérente et harmonieuse. Enfin, l’introduction a été rédigée avec le souci d’allier la précision historiographique à un discours aisément accessible à tous ; grâce à quoi, les articles qui suivent sont aisément compréhensibles, quelle que soit la spécificité de leur angle de réflexion.

3Chronologie oblige, le premier article présenté (« Ottoman-Mamlouk Relations and the Complex Image of Bayezid II ») est le fait de Cihan Yüksel Muslu, qui revient sur les antécédents de la conquête à travers l’étude des relations ottomano-mameloukes sous Bayezid II. L’objet de cet article est double. Outre un rappel de la succession des conflits entre les deux puissances au xve siècle, l’A. analyse le discours de justification de la guerre lancée par Bayezid II contre ses voisins mamelouks. Il se fonde, pour cela, sur l’étude des chroniques ottomanes contemporaines du règne de Bayezid II et insiste, avec raison, sur le dilemme auquel ces auteurs étaient confrontés : la guerre contre les Mamelouks, soit des musulmans bénéficiant d’une grande renommée, s’accorde difficilement avec l’image d’un sultan empreint de respect pour les préceptes islamiques. La démonstration n’est peut-être pas nouvelle, mais n’en demeure pas moins fort enrichissante. On ne peut s’empêcher, toutefois, de regretter une petite tendance à confondre les temporalités, justifiant ainsi le passé par ses développements ultérieurs. Au final, en soulignant les antécédents de la campagne de Selim Ier, l’A. réinscrit la conquête dans la continuité d’une politique ottomane agressive à l’égard des Mamelouks, mal justifiable, mais cohérente.

4S’ensuit une partie dont le titre, « La conquête dans la géopolitique méditerranéenne », annonce l’ambition. Le lecteur est d’ailleurs loin d’être déçu dans ses attentes, car les quatre articles qui suivent permettent réellement une perception globale et à plusieurs échelles de l’arrière-plan de la conquête. On regrettera néanmoins l’absence d’un regard ibérique, à la fois espagnol et portugais (ce dont les directeurs s’expliquent en introduction), brièvement évoqué au gré des contributions. Un éclairage sur la réception de l’événement auprès de ces deux cours, aussi directement concernées par la conquête ottomane de l’Égypte que Venise, aurait parachevé la partie.

5Ces deux puissances sont évoquées dans le premier article de cette partie (« The Ottoman Conquests of Egypt and Algeria »), que l’on doit à la plume de Svat Soucek. Grand spécialiste des questions maritimes et navales ottomanes de l’époque moderne, celui-ci propose une lecture croisée de deux événements : la conquête de l’Égypte et celle d’une partie du Maghreb. L’association peut paraître un peu artificielle, dans la mesure où chacune relève de dynamiques différentes et autonomes. Pourtant, Soucek montre comment les deux événements sont liés par les hommes, par les marins à l’œuvre. En ce sens, son article embrasse un espace plus large que celui annoncé, puisqu’il prend aussi en compte les interventions ottomanes en mer Rouge et dans l’océan Indien. Ces marins donc, agissant plus ou moins sous bannière ottomane et qui conservent des liens souvent lâches avec les autorités impériales, ont acquis, dans les eaux méditerranéennes, un savoir et une expérience qui va leur permettre la maîtrise de toute la Méditerranée orientale. Reste l’épineuse question des raisons de cette frontière liquide. On connaît la thèse de certains historiens, qui ont voulu voir dans la politique de Selim Ier, puis de Süleyman Ier, la marque d’une tentative d’expansion plus globale, à la fois en Méditerranée occidentale et dans l’océan Indien. Soucek propose une analyse alternative, en prenant le parti de comparer les modes d’intervention des Ottomans dans ces deux régions, par rapport à leurs démarches militaires et politiques menées par voie terrestre. Il en ressort un désintérêt marqué des sultans pour ces zones de gaza (guerre sainte) éloignées du centre, qui ne peut être imputé à l’absence de propositions de conquête cohérentes et argumentées, soumises par des commandants de flotte experts des deux régions (la Méditerranée occidentale et l’océan Indien). Il en conclut que les projets impériaux ne concernaient pas ces zones et qu’il n’y avait aucun désir d’ouvrir un front soutenu en Méditerranée occidentale, encore moins en mer Rouge et dans l’océan Indien. La différence des moyens mis en place lors de la conquête de l’Égypte et celle du Maghreb, ou encore les quelques interventions en mer Rouge, en convainc le lecteur. On appréciera particulièrement la prudence de Soucek lorsqu’il cherche à cerner, au plus près des événements, les intentions sultaniennes.

6Dans « Venetians in the Levant in the Age of Selim I », Maria Pia Pedani dresse un tableau de l’impact de la conquête de l’Égypte pour Venise, en mettant l’accent sur trois éléments : le langage de l’information officielle ottomane, l’évolution des relations commerciales vénitiennes avec l’Égypte, et la “mode orientale” à Venise. L’A. étudie le langage d’une série de fethname (récits de conquête ou lettres de victoire) envoyés par Selim Ier pour annoncer ses victoires successives aux puissances voisines, pour en faire émerger les thèmes principaux. On y trouve des descriptions des violences et des massacres, des informations liées aux pratiques militaires et une forte insistance sur le processus d’islamisation par la création de mosquées et la récitation de prières au nom du nouveau souverain. Concernant les relations commerciales, elle en brosse les grandes lignes, avant et après la conquête, rappelant la menace que faisait peser une présence portugaise en mer Rouge pour les intérêts vénitiens, ainsi que les difficultés érigées par les autorités mameloukes à l’encontre de leur commerce d’épices durant les dernières années précédant la conquête. Celle-ci ne change d’ailleurs pas tellement la donne, car si le sultan ottoman relance le commerce avec Venise, il confie les fermes des ports à des intermédiaires, ce qui fait augmenter les taxes : le commerce vénitien des épices provenant d’Égypte subit donc une suite de dommages violents, qui réduisent son importance, avant et après la conquête. La prise de l’Égypte par les Ottomans amorce cependant la périphérisation politique de l’Égypte pour les Vénitiens, qui s’en détournent au profit de Constantinople. Autre conséquence : la fin de l’État mamelouk sonne le glas d’une tradition artistique : les signes de l’orientalité, qui portaient jusque-là la marque mamelouke, acquièrent désormais des caractéristiques ottomanes. Le Turc devient l’Oriental par excellence. C’est particulièrement explicite au travers des peintures.

7À ce stade, l’article de Benjamin Arbel (« La République de Venise face à la conquête ottomane de l’État mamelouk ») vient à point nommé pour compléter le dossier vénitien par une analyse fouillée du réseau de communication de la Sérénissime. L’enquête est passionnante, alors même que la source de documentation (le journal de Sanudo) n’a rien d’une découverte. L’A. concentre son analyse sur la diffusion et la réception, à Venise, des informations liées aux deux moments-clés : la victoire militaire ottomane sur les Mamelouks, puis la prise de l’Égypte. Il commence par analyser les voies de circulation de l’information, mettant au jour deux nœuds différents : Chypre dans le premier cas, pour les informations venant de Syrie ; la Crête dans le second, pour les informations émanant d’Égypte. Tout y passe, depuis les protagonistes qui servent d’informateurs, les circuits et les moyens pratiques de leur acheminement, jusqu’à leur durée. Puis il s’attache à une très fine analyse des réactions de la Sérénissime face à ces informations et les difficultés rencontrées pour trouver les ambassadeurs à envoyer auprès de Selim Ier pour le féliciter. Les félicitations ne sont qu’une petite part du problème, car longtemps mal informés de l’état de la situation, la République se doit – avec la clairvoyance qu’on lui connaît et qui transpire dans tout son éclat lors de cette affaire – d’anticiper tous les cas de figure possibles. Les instructions fournies à leurs ambassadeurs en sont la preuve. Trois mots d’ordre caractérisent la diplomatie vénitienne face à cette longue campagne ottomane qui conduit, finalement, à la conquête de l’Égypte : réactivité, anticipation, clairvoyance. Le plus dur sera, en fin de compte, de régler l’affaire du paiement du tribut chypriote à l’Égypte, à propos duquel les Ottomans ont une position qui évolue au fur et à mesure de leurs besoins et de leur situation politique : après une première sollicitation bienveillante, ils en viennent, une fois la conquête de l’Égypte affirmée, à une réclamation en bonne et due forme, sans compromis. Mais les besoins en approvisionnements divers les amènent à adoucir leur position. Au final, si Venise s’en sort bien, Chypre, en revanche, est durement touchée. Enfin, la nouvelle de la conquête ottomane de l’Égypte a eu une forte résonnance psychologique, tant à Chypre qu’à Venise, renforçant un esprit apocalyptique déjà présent suite aux différents coups durs subis par Venise dans cette période (contournement de la route des épices par le Portugal, conflit avec la Ligue qui a menacé la République dans ses bases, pertes territoriales en Méditerranée) et qui fait craindre un avenir peu favorable à Venise.

  • 1 Pour Java, la venue des Hollandais est également un non-événement et l’idée sous-tend l’ensemble du (...)
  • 2 Gruzinski (2004, 2008, 2012) a suivi cette piste de lecture dans plusieurs de ses ouvrages.

8Ce volet consacré à l’impact géopolitique de la conquête, dont l’ambition est de réinscrire l’événement dans sa continuité historique au vu des divers protagonistes, se ferme sur la contribution de Nicolas Vatin sur « Les Chevaliers de Rhodes face à la conquête de l’Égypte ». En dépit d’une entrée en matière qui souligne la modestie qui caractérise l’auteur, l’article propose bien plus qu’une synthèse des événements de 1516-17 vus depuis Rhodes et des réactions engendrées. Plutôt que de reprendre point par point le déroulé chronologique, qui reviendrait à proposer une mauvaise copie de l’article, nous aimerions souligner deux apports considérables. Le souci de justesse de l’A. le conduit à analyser, au plus près des sources, certains micro-événements, avec un résultat qui rappelle toute l’importance d’une attention aux détails. Les deux micro-événements en question ont en effet tout du détail, dans le vaste champ des opérations militaires, politiques, commerciales et diplomatiques insufflées par la campagne ottomane et ses succès. Ce sont, d’une part, les allégations d’aide militaire de Rhodes aux Mamelouks, sous forme d’envoi de pièces d’artillerie et d’artilleurs et, d’autre part, l’incident sur mer entre la flotte rhodienne et celle, sous drapeau ottoman, du corsaire Kurdoğlu. L’A. cherche à comprendre ce qui s’est vraiment passé, en suivant de près ce qu’en disent les sources, au vu de leur degré de confiance, selon leurs propres sources d’information. Mieux, il tient compte également de ce qu’elles ne disent pas. Ceci le conduit à procéder à l’analyse d’une rumeur (l’aide rhodienne aux Mamelouks), en suivant les cheminements de sa circulation, aussi bien à Rhodes même ou en Égypte que dans le camp ottoman. On découvre ainsi comment une rumeur qui, très vraisemblablement, ne doit pas être créditée, a pu être prise plus ou moins au sérieux, moins par les contemporains de l’événement eux-mêmes, qui ne sont ni naïfs, ni dupes, mais par les historiens peut-être, qui sont facilement tentés de la prendre pour argent comptant. De même pour l’escarmouche entre les flottes “ottomanes” et rhodiennes, à laquelle il faut bien se garder de donner la moindre importance, puisque pour les protagonistes eux-mêmes, elle n’en eut pas. Le deuxième apport de cet article apparaît en conclusion. Car, au final, bien plus que souligner la politique pragmatique de statu quo menée par Rhodes, l’étude pointilleuse de Vatin révèle en quoi la conquête ottomane de la Syrie et de l’Égypte fut, pour Rhodes, un non-événement. C’est là un apport tout à fait considérable : on se rappelle que certains travaux d’histoire connectée, comme ceux de S. Subrahmanyam (2012), R. Bertrand1 ou encore S. Gruzinski2, ont insisté sur le déséquilibre de perception qui peut exister entre protagonistes d’un même événement. Dans ces travaux, la présentation consiste généralement en une mise en miroir : l’une des parties a le sentiment de vivre un événement, qui n’est pas perçu comme tel par l’autre. Or, dans le cas présent, il s’agit bien d’un événement majeur, perçu comme tel par la plupart des protagonistes directement concernés, sauf pour Rhodes, alors même que tout dans sa position géopolitique la pousse à percevoir et suivre l’affaire de près. Une dissonance surgit, qui pousse Rhodes à lire la conquête ottomane de la Syrie et de l’Égypte comme un événement au niveau international, mais qui n’affecte pas sa propre politique. De fait, rien ne change pour elle, ni sa politique de statu quo, ni ses activités commerciales triangulaires (entre l’Anatolie et l’Égypte), ni son soutien à la course/piraterie, pas même ses relations pacifiques prudentes et toujours sur ses gardes avec la Porte. L’État mamelouk n’est plus, mais pour Rhodes, du moins au lendemain de la conquête, cette disparition ne change rien : pour elle, l’événement qu’elle redoutait n’a pas eu lieu.

9Un deuxième volet s’ouvre alors, consacré à l’analyse des mutations engendrées par la conquête ottomane et le passage « d’un ordre à l’autre ». Benjamin Lellouch est le premier à s’attacher à cet exercice difficile et il le fait avec tout le sérieux qui le caractérise. Par-delà les incidents qui parsèment la conquête, il cherche à analyser les grandes lignes de la politique de Selim Ier en Égypte. Deux problèmes se dressent face à lui : 1) la lecture de la politique impériale ottomane en Égypte est brouillée par un “incident” (qu’on me pardonne l’usage de ce mot, au vu de ses conséquences dramatiques) à la fois mineur et essentiel : les massacres des Mamelouks au Caire et à Alexandrie (auxquels s’ajoutent ceux qui eurent lieu directement sur le champ de bataille, à Guizèh) ; 2) les sources, tant arabes qu’ottomanes, sont loin d’être claires et reflètent le manque de lisibilité, par les contemporains eux-mêmes, de la politique égyptienne de Selim Ier. De fait, et c’est particulièrement manifeste dans l’analyse de l’A., les sources narratives relisent et réécrivent l’histoire de la conquête de l’Égypte au vu de cet événement, que ce soit pour le dissimuler, le justifier, ou le condamner. Lellouch s’attache donc, pour commencer, à dénouer les fils de l’écheveau et retracer le cours de cet événement, autant pour lui proposer une explication que pour en évaluer la portée. La conséquence première est sans appel : la liquidation du haut commandement mamelouk. Pourtant, l’enjeu de cet article se situe ailleurs et l’A. de continuer son analyse pour comprendre la « politique mamelouke de Selim Ier ». Or, comme il le rappelle fort bien (et contrairement à ce que les sources laissent entendre), les Mamelouks ne forment pas un groupe unifié. Il faut donc être attentif aux différentes catégories, comme le fut lui-même Selim Ier, qui distingue ceux qui s’étaient ralliés à lui dès les débuts, ceux à qui il offrit le pardon (pour revenir ensuite dessus), et ceux qui appartenaient à la maison royale mamelouke. L’une des stratégies de Selim Ier semble avoir été d’isoler et d’affaiblir Tumanbay, en créant des défections chez les émirs. Par ailleurs, par-delà l’image du sultan ottoman féru de guerres et de batailles, volontiers sanguinaire quand la nécessité s’en faisait sentir, on découvre Selim Ier menant ou, plus exactement, tentant de mener une politique plus conciliatrice en faisant des ouvertures diplomatiques. Certes, on conçoit mal comment ses propositions auraient pu être accueillies avec bonheur et, bien vite, la situation militaire l’oblige à mener une politique extrême : lui-même joue sa survie, celle de son armée et met en péril, en cas d’échec, son Empire. La politique au long cours de Selim Ier se donne à lire comme une politique habituelle d’ottomanisation d’une province nouvellement conquise. Il est vrai que la liquidation de l’état-major mamelouk y a grandement contribué : en détruisant les maisons mameloukes (royale et des émirs), elle a déstabilisé le système d’allégeance mamelouk, forçant ces hommes à s’affirmer dans de nouveaux liens de vassalité. L’éthos mamelouk n’étant plus, le temps des kul était venu.

10La contribution de Nelly Hanna (« Egyptian Civilian Society and Tax-Farming in the Aftermath of the Ottoman Conquest ») doit se lire peut-être comme une note invitant à la réflexion plus que comme un exercice de synthèse, car son intention est bien de souligner la pertinence de certaines pistes de travail encore peu explorées. Elle souligne un certain vacuum historiographique quant à l’impact de la conquête ottomane de l’Égypte sur la « société civile », qu’elle définit comme tout ce qui n’est pas lié à l’organisation militaire. On lui laissera l’emploi d’un tel vocable, auquel nous n’adhérons pas, car il pèche par une imprécision qui nuit à sa démonstration. Les points soulignés n’en sont pas moins d’une grande pertinence. Étudiant les attributions d’iltizam dans les années qui suivent la conquête, elle constate leur changement dans le mode d’acquisition, qui devient une affaire financière, de monnayage au plus offrant, pour une durée fixe et brève, privant ainsi ces offices de toute valeur militaire. Si les “militaires” en restent les détenteurs majoritaires, des “civils” en plus grand nombre parviennent également à en profiter. Elle soulève ainsi l’épineuse question du profil de ces nouveaux acquéreurs, invitant à s’interroger sur la possibilité d’un usage de ces iltizam dans une stratégie de promotion notabiliaire de certaines familles, tout particulièrement hors de la capitale. Y aurait-il une dynamique de constitution de notabilités rurales différentes des pratiques urbaines et, tout particulièrement, du Caire ? Certains cas étudiés le laissent à penser mais, de son propre aveu, de plus amples recherches sont nécessaires. Sa conclusion, invitation à de nouvelles pistes de réflexion, est d’une grande lucidité. Elle invite en effet à dépasser le découpage que tend à produire l’événement de la conquête ottomane, pour étudier les transformations par-delà la coupure. Sa proposition revient à refuser de voir la conquête-événement nécessairement comme une coupure, pour lui substituer un travail qui s’attacherait à suivre les institutions mameloukes dans une temporalité plus englobante. Plus que les institutions, sa proposition est surtout destinée à la “classe” mamelouke, qu’elle invite à considérer en prenant pour bornes sa naissance jusqu’à sa renaissance au xviiie siècle. Une telle proposition de travail fait écho aux projets historiographiques qui se multiplient actuellement dans le domaine des études coloniales et qui invitent à dépasser le fait colonial lui-même.

11Dans son article « “Les Circassiens avaient brûlé les registres” », Nicolas Michel choisit d’interroger le devenir et l’usage des archives fiscales mameloukes durant la période d’installation du pouvoir ottoman en Égypte. La démarche est brillante car, à partir de cet objet, il retrace une partie de l’histoire de ce changement de pouvoir. Le dépassement qu’il propose est indispensable, puisqu’il s’agit de retracer cette transition dans sa pratique quotidienne, dans son intériorité. La passation de pouvoir entraîne l’instauration progressive d’une nouvelle pratique du pouvoir, qui est à la fois l’expression d’une politique générale d’ottomanisation, mais également affaire de circonstances et d’individus. Or, c’est en suivant la source, en suivant l’archive, que l’A. y parvient. Ce faisant, il développe un second volet de réflexion, dédié à la matérialité de la source – les registres fiscaux et cadastraux. Il fait ainsi entrer son article dans la catégorie des contributions scientifiques qui éclairent l’historien sur les dimensions scripturaires de l’histoire. En procédant de la sorte, l’A. parvient à dresser une archéologie de ces documents, faisant émerger les différentes couches d’écriture, qui répondent à des usages et des enjeux circonstanciés. J’ajoute un dernier mot pour souligner la pertinence d’une conclusion qui achève avec éclat un brillant exposé.

12La dernière contribution à cette partie est le fait de Julien Loiseau, « La ville démobilisée : Ordre urbain et fabrique de la ville au Caire avant et après 1517 ». Dans une prose empreinte d’une belle poétique, l’A. donne à voir une rupture ottomane qui se définit dans une continuité historique. Cette association entre rupture et continuité invite, à elle seule, à bien des méditations. Le choix d’étudier l’empreinte de la conquête dans le tissu urbain du Caire est certainement un autre apport intéressant de cette contribution. De fait, la domination ottomane produit une rupture et une redéfinition de l’espace urbain : rupture des formes et des lieux du bâti monumental, de même que des routes processionnelles. Mais cette rupture, si elle consacre la provincialisation de l’ancienne capitale mamelouke, n’est pas totale. Rupture avec l’ordre ottoman, qui va jusqu’à la négation et l’abandon de ce passé, elle scelle également la redécouverte d’une continuité plus ancienne, avec le passé antérieur de la ville. « Rien ne change vraiment – et c’est précisément en cela que l’ancienne capitale impériale est bel et bien devenue une ville de province », car c’est « dans le silence de l’ordre ottoman que Le Caire des Mamelouks est définitivement démobilisé » (p. 283).

  • 3 La question a été discutée en détail par Benjamin Lellouch (2006), en ce qui concerne l’usage de ce (...)

13L’avant-dernière partie de cet ouvrage, consacrée à l’impact culturel de la conquête ottomane en Égypte, s’ouvre sur un article de Michael Winter, « The Ottoman Conquest and Egyptian Culture ». À bien des égards, cette contribution laisse perplexe. Ayant le projet d’étudier l’impact de la conquête ottomane sur la culture “égyptienne”, l’A. en vient à la conclusion que, malgré un impact très minime, il fut néanmoins important sur le long terme. Sa démonstration manque quelque peu de rigueur et donne souvent l’impression d’un patchwork de cas particuliers, dont on voit mal les connexions au service d’une trame générale. Sa démonstration concernant l’identité ethnique pêche à plusieurs endroits, notamment parce qu’il reprend le terme “turc” à la fois pour les Mamelouks circassiens et pour les Ottomans, sans s’interroger sur la possibilité d’une différence profonde de signification. Il utilise la terminologie employée par différents auteurs de l’époque, sans s’interroger sur leur positionnement politique, social et intellectuel qui pourrait guider l’usage qu’ils en font, comme si les termes avaient la même valeur auprès de tous3. Il en va de même lorsqu’il discute les réticences et critiques des “Égyptiens” à l’égard de la religiosité des “Turcs” ottomans. Peut-être la meilleure manière de lire cet article consiste-t-elle à y voir une note de synthèse, destinée à soulever une série de questions essentielles ?

14L’ambiguïté et le doute ne sont pas de mise, en revanche, dans la démonstration que propose Doris Behrens-Abouseif dans son propre article (« The Ottoman Conquest of Egypt and the Arts »), qui retrace l’évolution de la culture artistique mamelouke après la domination ottomane. Si certains arts résistent bien et parviennent à perpétuer leurs traditions (tapis, kiswa), de façon générale, on peut résumer leur évolution selon le schéma suivant : préservation, puis combinaison des traditions artistiques mameloukes avec des apports ottomans (notamment dans le design, les formes ou les motifs) et, finalement, leur disparition. C’est là une analyse intéressante, qui propose un schéma de métissage culturel différent de celui étudié dans d’autres circonstances (comme dans les provinces espagnoles d’Amérique, par exemple) (Gruzinski, 2012). Dans certains cas, comme les minarets, la disparition est brutale, du fait de leur valeur politique : les minarets mamelouks cèdent leur place à des minarets de style ottoman. Par ailleurs, la pratique de bâtir des minarets sur des monuments religieux autres que les mosquées, très en cours sous les Mamelouks, s’arrête brutalement au lendemain de la conquête ottomane. L’influence des arts mamelouks sur les traditions artistiques ottomanes est, en retour, très limitée. Au final, seule l’architecture domestique semble avoir résisté et préservé ses caractéristiques locales. La conquête ottomane n’a pas seulement provincialisé l’Égypte politiquement, mais aussi au niveau de sa culture artistique.

15La dernière partie de l’ouvrage, dédiée aux images et représentations, s’ouvre sur un article de Giovanni Ricci, qui analyse l’opinion italienne prévalant à l’égard de la conquête ottomane de l’Égypte. Soulignons tout de suite que son usage du terme d’opinion publique est critiquable, moins pour son anachronisme que par sa gratuité, car l’A. ne propose aucune justification historique ou sociale (alors même que la question a fait l’objet de divers travaux : on ne sait pas ce qu’il entend par opinion publique). Le terme semble provenir d’un désir de généralisation dont la nécessité ne paraît pas indispensable. Par ailleurs, il entame sa réflexion en mettant en exergue l’esprit anticlérical latent dans la société vénitienne du tournant du xvie siècle, pour ensuite s’interroger sur la pertinence de cet axe de lecture : on ne voit pas l’utilité d’élever de toutes pièces un épouvantail, pour ensuite démontrer qu’il s’agit d’un épouvantail. La trame d’écriture induit des détours qui ne font pas justice à l’idée-force de l’A., laquelle s’éclaircit dans les dernières pages – obligeant le lecteur à repenser sa lecture. Notre critique est donc surtout l’expression d’un regret, car ces petites limites soulignées pourraient décourager le lecteur, alors même que l’apport de cet article est tout à fait appréciable. La démarche consiste à comprendre le désintéressement (relatif) des citoyens de Venise à l’égard de la conquête ottomane de l’Égypte, qui repose sur trois causes principales : la politique ambiguë de la République à l’égard des Ottomans en ce début du xvie siècle, l’éloignement d’une conquête qui se déroule dans une région perçue au travers d’une reconstitution imaginaire peu préoccupée d’une actualisation des données et qui est comprise comme une affaire entre musulmans, la réorientation de la politique orientale vénitienne, qui abandonne – de force – le commerce des épices au profit d’un investissement terrien et qui induit un désintérêt stratégique à l’égard de l’Égypte. Tous ces ingrédients contribuent à faire de la conquête ottomane de l’Égypte une affaire lointaine, de moindre importance pour le public vénitien cultivé.

16Guy Le Thiec prend le parti d’étudier l’image picturale de Selim Ier dans l’Italie de l’époque moderne. Loin de se contenter d’une description d’œuvres (médailles et tableaux) d’ailleurs peu nombreuses, il s’attache à les inscrire dans le contexte de leur production. Pour comprendre leur signification et la perception qu’elles pouvaient susciter auprès du public concerné, il suit une réflexion extrêmement précieuse, qui consiste à analyser leur place au sein des collections dans lesquelles elles viennent s’inscrire, ainsi que les éléments de discours fournis en complément de l’œuvre elle-même. Ceci lui permet de justifier la présence de la figure de ce souverain "guerrier", perçue au travers d’un cadre culturel qui associe l’Asie géopolitique à l’islam et à des valeurs telles que le despotisme, la tyrannie, la cruauté sanguinaire, etc. On voit ici comment l’art pictural participe de cette construction et diffusion d’un orientalisme décrié par Edward Saïd (qui omettait justement, dans son analyse, le champ artistique).

17L’article de Jean-Claude Garcin (« Les Mille et une nuits et les débuts des Ottomans en Égypte ») fait entrer le lecteur dans la culture populaire “égyptienne”, dont il interroge le caractère fortement hybride, à travers une sorte d’archéologie des contes des Mille et une nuits. Une telle démarche, qui se rapproche de celle d’un Roger Chartier dans ses travaux sur le théâtre et la littérature européenne de la première modernité, présente le grand intérêt de sortir des études socio-politiques traditionnelles pour interroger la culture. Interrogation qui n’interdit en rien d’y insérer des considérations politiques ou sociales, bien au contraire : tout l’enjeu de l’article consiste à contextualiser, politiquement, les contes pris pour exemple. Lecture fascinante qui donne envie de se replonger dans ces contes et, pour les plus intéressés, de se lancer dans la lecture du dernier livre de Jean-Claude Garcin (2013), qui fait la synthèse de son travail sur les contes.

18Le chapitre et le livre se concluent sur un article d’Albrecht Fuess intitulé « Fini “la belle vie des Circassiens” : la conquête de l’Égypte reconsidérée dans le Durar al-Atman d’Ibn Al-Surur al-Bakri (m. après 1653) », qui commente la chronique d’al-Bakri, rédigée au xviie siècle, laquelle brosse un bilan tardif de la conquête de l’Égypte. La conquête ottomane s’y trouve justifiée à double titre par la supériorité ottomane (militaire notamment) et les erreurs et vices des “Circassiens”. Ceux-ci auraient eu le tort de négliger l’usage militaire des armes à feu – thème récurrent des chroniques égyptiennes repris tel quel par al-Bakri. L’A. ne se prive pas de discuter la pertinence historique de cet argument, pour en montrer les limites. L’autre motif invoqué est tout aussi commun et consiste à reprocher aux Circassiens de s’être perdus dans la luxure. Et pourtant, comme le rappelle l’A., le propos pro-ottoman d’al-Bakri est tempéré par un autre thème sous-jacent, qui parcourt toute la chronique, à savoir une certaine mélancolie de l’époque mamelouke. Vaincus, anéantis, évacués de la scène égyptienne ottomane, les Mamelouks y font finalement leur retour.

Haut de page

Bibliographie

Bertrand R., 2011, L’histoire à parts égales. Récits d’une rencontre Orient-Occident, Paris, Le Seuil.

Garcin J.-C., 2013, Pour une lecture historique des Mille et Une Nuits, Sindbad/Actes Sud.

Gruzinski S., 2004, Les Quatre parties du monde. Histoire d'une mondialisation, Paris, La Martinière.

— 2008, Quelle heure est-il là-bas ? Amérique et islam à l’orée des temps modernes, Paris, Le Seuil.

— 2012a, L'Aigle et le Dragon. Démesure européenne et mondialisation au XVIe siècle, Paris, Fayard.

— 2012b, La pensée métisse, Fayard.

Lellouch B., 2006, Les Ottomans en Égypte. Historiens et conquérants au XVIe siècle, Peeters.

Subrahmanyam S., 2012, Vasco de Gama : Légende et tribulations du vice-roi des Indes, Paris, Alma Éditeur.

Haut de page

Notes

1 Pour Java, la venue des Hollandais est également un non-événement et l’idée sous-tend l’ensemble du livre de l’auteur (Bertrand, 2012).

2 Gruzinski (2004, 2008, 2012) a suivi cette piste de lecture dans plusieurs de ses ouvrages.

3 La question a été discutée en détail par Benjamin Lellouch (2006), en ce qui concerne l’usage de ces termes par un chroniqueur ottoman.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Juliette Dumas, « Lellouch Benjamin et Michel Nicolas (dir.), La conquête ottomane de l’Égypte (1517). Arrière-plan, impact, échos, Leiden/Boston, Brill, 2013, 434 p.  », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], Lectures inédites, mis en ligne le 16 octobre 2014, consulté le 27 mars 2017. URL : http://remmm.revues.org/8813

Haut de page

Auteur

Juliette Dumas

Aix-Marseille Université, Iremam

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page