Navigation – Plan du site
Première partie – Les empreintes du temps : calendriers et rythmes sociaux

Le temps des missionnaires : calendriers et emplois du temps dans les établissements scolaires de l’Empire ottoman à la fin du xixe siècle

Missionary Time: calendars and daily routines in the schools of the Ottoman Empire at the end of the XIXth Century
Chantal Verdeil
p. 89-108

Résumés

Dans l’Empire ottoman de la seconde moitié du xixe siècle, les transformations de l’enseignement modifient le rapport au temps. Plus encore, elles introduisent dans le champ social un nouveau comput : le calendrier scolaire assis sur une réalité nouvelle, l’année scolaire. D’inspiration européenne, les calendriers scolaires en vigueur dans les établissements missionnaires se déclinent au pluriel. De ce fait, ils structurent et reflètent une société cosmopolite, davantage qu’ils ne sont au service d’un projet colonial. Déterminés par des considérations religieuses, ils font l’objet de multiples accommodements qui permettent aux missionnaires d’affirmer leur foi religieuse et de faire cohabiter des élèves de différentes confessions dans leurs institutions.

Haut de page

Texte intégral

1Dans l’Empire ottoman de la seconde moitié du xixe siècle, les transformations de l’enseignement introduisent un nouveau rapport au temps. La progressive mise en place d’un réseau scolaire intégré et hiérarchisé, qui associe une classe d’âge et un niveau, fait du temps de l’école, qu’il soit annuel ou hebdomadaire, une référence partagée par tous. Plus encore, elle introduit dans le champ social un nouveau comput : le calendrier scolaire assis sur une réalité nouvelle, l’année scolaire. Celle-ci a un début (la fameuse « rentrée ») et une fin (les vacances), ne dure pas toujours douze mois et voit alterner temps de classe et congés. Au quotidien, l’école dicte aussi son emploi du temps que l’ensemble des élèves, désormais regroupés en division, se doivent d’observer. Dans cette évolution, les établissements missionnaires, qui se multiplient à la fin du xixe siècle, ont joué un rôle fondamental. En milieu urbain, leurs collèges secondaires imposent de nouveaux calendriers et de stricts horaires à des élèves toujours plus nombreux.

2Ce nouveau comput propre à l’institution scolaire mérite d’être analysé selon un triple point de vue, inspiré à la fois de l’histoire de l’éducation en Europe et de l’histoire coloniale. La diffusion d’un calendrier d’inspiration occidentale appliqué par des institutions étrangères à l’empire doit-elle être considérée comme un des avatars de la « colonisation du temps », à l’image de celle qui était à l’œuvre dans l’Empire britannique (Nanni, 2012) ? L’action de l’État ottoman, dont les réformes touchent aussi l’institution scolaire et contribuent par là même à la diffusion du nouveau calendrier, interdit d’aborder cette question sous l’angle d’un face à face entre puissances impérialistes et société locale. Elle suscite en outre une autre interrogation si l’on met en regard l’action de l’État ottoman et celle de ses contemporains européens. En Europe, la prise en charge de l’enseignement par l’État a contribué à définir un temps scolaire national. Qu’en est-il dans l’Empire ottoman du xixe siècle, espace justement caractérisé par le foisonnement des calendriers ? Avec leurs jours fériés hebdomadaires ou annuels, les calendriers scolaires sont enfin appréhendés comme les indices d’un processus de sécularisation : des jours particuliers seraient dévolus au culte, laissant le reste de la journée, de la semaine ou de l’année disponible pour des activités non-religieuses, régulées par des horaires établis scientifiquement (et non plus par des obligations rituelles) et communs à tous. Là encore, qu’en est-il dans l’Empire ottoman, où des institutions religieuses (missionnaires notamment) ont joué un si grand rôle, aux côtés de l’État, dans les transformations de l’enseignement ?

3Par sa diversité et son caractère multiconfessionnel, la société urbaine ottomane dont il sera question ici résiste à ce triple processus d’uniformisation, de colonisation et de sécularisation. Comme les autres, le calendrier scolaire se décline au pluriel. De ce fait, il structure et reflète une société cosmopolite, davantage qu’il n’est au service d’un projet colonial, et reste déterminé par des considérations religieuses.

Une nouveauté dans l’Empire ottoman : les calendriers scolaires.

Dire et faire respecter le temps de l’école

  • 1 Cette publication ne semble pas avoir existé du temps où le collège des jésuites était installé à G (...)
  • 2 Université Saint-Joseph de Beyrouth, Éphémérides de l’année scolaire 1876-1877, Beyrouth, Imprimeri (...)
  • 3 Éphémérides de l’année scolaire 1913-1914, p. 13. Les Éphémérides prévoient des dérogations « pour (...)
  • 4 La plupart des députés élus au Parlement en 1876 n’en possèdent pas (Georgeon, 2011 : 248).
  • 5 Al Bashîr, N° 1139, 22 août 1894. Cette publicité témoigne aussi de la spécialisation nouvelle de n (...)
  • 6 « L’imprimerie catholique de Beyrouth et son œuvre en Orient », Fascicules supplémentaires des Rela (...)

4Dans les établissements missionnaires, l’organisation du temps est au service d’un projet éducatif. Outre la répartition des cours, elle permet d’inculquer aux élèves des valeurs comme la régularité, la ponctualité, le travail et l’obéissance (se plier aux temps de l’institution, c’est en accepter les règles) ; de lutter contre l’oisiveté ; et enfin de réduire le temps « libre » où les élèves échappent au contrôle de leurs professeurs. La gestion du temps revêt donc une importance capitale illustrée par la rédaction et parfois la publication d’emplois du temps et de calendriers extrêmement précis et détaillés. Les jésuites publient ainsi les Éphémérides de l’Université Saint-Joseph1, qui, sous la forme de petits fascicules, détaillent les emplois du temps hebdomadaires et le calendrier annuel qui s’imposent aux élèves, à leurs professeurs, comme à leurs parents. Certains rendez-vous supposent que ces derniers connaissent l’heure avec précision : les pièces de théâtre sont jouées à 3h ou à 4h du soir, les parents ne peuvent rendre visite à leurs enfants pensionnaires « qu’au parloir de 9h à 10h1/2 pour les pensionnaires, de 12h1/2 à 1h1/2 pour les élèves du séminaire, et le dimanche seulement »2 ; « le jour de la sortie est indiqué aux Éphémérides ; et les parents sont instamment priés de s’en tenir à cette date »3. Pourtant, tous les parents (et a fortiori leurs enfants) ne disposaient pas de montre, même si elles se répandent dans la population au tournant du siècle4. Importées d’Europe, elles sont de plus en plus nombreuses à transiter par le port de Beyrouth (Khater, 1999 : 149). Elles apparaissent dans les corbeilles de fiançailles des jeunes beyrouthines (Nammour, 1996) et font l’objet de publicité dans les journaux, à l’exemple de celle diffusée à plusieurs reprises dans Al-Bashîr, par un marchand de montres, Anṭûn Ibrâhîm, où ce commerçant vante l’exactitude de ses montres et les performances de ses réveils qui sonnent à l’heure choisie5. Alliant utilité et technicité, ceux-ci sont aussi des objets de prix que l’on offre en cadeau ou en récompense, comme la montre en or que le wali de Beyrouth fait remettre au directeur de l’imprimerie catholique pour avoir aidé à monter la grande presse lithographique de la province6.

  • 7 ALSI (Archives Libanaises de la Compagnie de Jésus), Diarium Universitatis Berythensis, 1875-1911, (...)
  • 8 Éphémérides de l’année scolaire 1913-1914, p. 24.
  • 9 ALSI, Consultes de la maison de Beyrouth 1880-1920, 10 novembre 1897.
  • 10 Éphémérides de l’année scolaire 1913-1914, p.10.

5Les jésuites utilisent néanmoins d’autres repères temporels accessibles par tous, élèves et parents, possesseurs d’une montre ou non : le cours du soleil. En décembre 1875, les élèves ont le droit de sortir du collège du lever au coucher du soleil et doivent impérativement être rentrés dans la demi-heure qui suit la disparition de cet astre : gare aux retardataires, ils perdent leur permission de sortie à venir7. Même si ce repère revient moins fréquemment au tout début du xxe siècle, les Éphémérides de 1913-1914 fixent encore la rentrée des élèves « au coucher du soleil »8. Cette limite est aussi employée pour des raisons de sécurité : en 1897, les pères renoncent à donner une étude aux externes et aux demi-pensionnaires le soir car « il faudrait les garder après le coucher du soleil »9. En 1913-1914, les demi-pensionnaires et certains externes peuvent rester à l’étude jusqu’à 6h ou 6h ½ l’après-midi à condition de pouvoir présenter une « autorisation formelle » de leurs parents10. En dépit de l’éclairage au gaz des plus grandes artères de Beyrouth au début du xxe siècle, la nuit reste synonyme de danger pour les missionnaires, comme pour les voyageurs étrangers (Hanssen, 2005 : 199-200).

  • 11 Le 6 mars 1888, la consulte (réunion de plusieurs pères autour du supérieur en vue de prendre des d (...)
  • 12 ALSI, Diaire de Beyrouth, Résidence puis Université Saint-Joseph, Beyrouth (1872-1882), 4/3/1878. L (...)
  • 13 ALSI, Diaire de l’Université Saint-Joseph, 1882-1925, 28/2/1895 ; ALSI, 10.C.35, Poèmes de circonst (...)
  • 14 ALSI, Diaire de l’Université Saint-Joseph, 1882-1925, 1/3/1895.

6Pour dire et faire respecter le temps de l’école à l’intérieur de ses murs, les missionnaires ont recours à d’autres instruments dont l’usage traduit aussi les transformations de la culture matérielle de l’Empire ottoman. Dans ses premières années, l’Université Saint-Joseph ne disposait pas de cloches, semble-t-il11, et on utilisait, au moins certains jours, le clairon et le tambour pour réveiller les élèves12. Les cloches sonnent à partir des années 1890. En 1894, la façade de l’Université se pare d’une horloge qui a connu de nombreuses tribulations : offerte aux jésuites par le maréchal Pélissier à la fin de la guerre de Crimée (elle trônait dans le camp de Sébastopol), elle a d’abord indiqué l’heure à l’orphelinat de la Compagnie situé à Ben Aknoun en Algérie. En mars 1880, les décrets Ferry en chassent les jésuites dont certains sont envoyés en Syrie et transportent l’horloge avec eux. Là, l’ampleur du mécanisme retarde son installation et elle reste dans un grenier jusqu’en 189413. Montée à l’essai par un frère bricoleur dans les locaux de l’imprimerie, elle est fixée à la façade de l’Université Saint-Joseph en février 1895 et les jésuites se plaisent à la mettre en valeur par une illumination : « Succès complet », note le diaire dont le rédacteur craignait que l’horloge ne chût, en raison de la lourdeur de ses aiguilles14. Tournée vers l’extérieur, elle reste peu visible et mal audible depuis l’intérieur de l’établissement, et ses aiguilles ne mettent pas les cloches au chômage :

« Du collège, on l’entend à peine. Chaque fois

Que l’horloge veut dire un mot qui nous concerne,

Il se trouve un sonneur pour lui couper la voix,

  • 15 ALSI, 10.C.35, Poèmes de circonstance, La grande horloge.

Comme s’il était mal de rien dire aux Internes… »15

7Chante un poème à sa gloire dans l’Entre-deux-guerres. Plus qu’aux élèves et à leurs professeurs, elle indique l’heure aux habitants du quartier qu’elle domine. Avec elle, l’heure de l’Université s’impose au-delà de ses murs, aux parents des élèves comme aux multiples personnes qui y travaillent (enseignants, surveillants, domestiques, ouvriers de l’imprimerie) selon un horaire précis.

  • 16 Éphémérides de l’année scolaire 1913-1914.
  • 17 Dans les années 1880, l’année va du troisième mercredi d’octobre au troisième mercredi de juillet. (...)

8Le calendrier qu’établissent les Éphémérides de l’Université Saint-Joseph est basé sur le calendrier grégorien et prévoit toujours qu’on s’échange des « souhaits de bonne année » le 31 décembre, mais il débute le premier lundi ou mardi d’octobre au soir avec la rentrée des pensionnaires, suivie le lendemain de celle des externes et des demi-pensionnaires, et se termine au mois de juillet avec la distribution des prix. Les mois d’août et septembre en sont donc absents. Jusqu’au tout début du xxe siècle, deux saisons seulement sont mentionnées, l’hiver et l’été, qui font varier les horaires de classe et surtout de promenade, retardée quand la belle saison avance16. À la fin du xixe siècle, un calendrier propre à l’institution scolaire se répand dans l’Empire ottoman. Il est en vigueur, avec des variantes, dans les établissements missionnaires comme dans les institutions nées des réformes. Chez les lazaristes de Damas, l’année scolaire s’ouvre le 15 octobre et se clôt le 15 juillet (Bocquet, 2005 : 98). Il en est de même au Syrian Protestant College de Beyrouth avec quelques infimes variantes17. Au collège Sadiki de Tunis, les cours commencent aussi au mois d’octobre et sont sensiblement allégés de juillet à septembre pendant les grandes chaleurs (Sraïeb, 1995, 43).

Un calendrier nouveau

  • 18 En italique dans le texte. Collège français de l’Assomption, prospectus et programme, Constantinopl (...)
  • 19 ALSI, Diaire de l’Université, 4/10/1892 ; 26/10/1892 ; 29/11/1892.
  • 20 ALSI, Diaire de l’Université, 6/10/1909 (396 élèves), 7/10/1909 (473), 2/11/1909 (519).

9Ce calendrier qui définit une année scolaire, marquée par un début (la rentrée) et une fin (les vacances) est une nouveauté dans l’Empire ottoman. Les institutions d’éducation que sont les madrasa ou les couvents définissent bien, par leur existence même, un temps scolaire (autrement dit un moment passé à l’école), mais elles ne suivent pas un calendrier fixe et encore moins uniforme. Au xviiie siècle, à Damas, il n’y a pas à proprement parler de rentrée scolaire : les cours commencent à des dates différentes selon les madrasas (Tamari, 2010 : 51). Il en était de même à Aïn Warqa, le fameux séminaire maronite ouvert dans la montagne libanaise à la toute fin du xviiie siècle où les élèves se présentent tout au long de l’année (Gemayel, 1984 : 1059). En 1911, le prospectus du collège des assomptionnistes à Brousse indique que les élèves sont reçus « à toute époque de l’année, sans examen et sans autre pièce à fournir qu’un certificat de bonne conduite »18, signe que la « rentrée des classes » n’est pas encore ce moment solennel où s’ouvre l’année scolaire. À Beyrouth, les jésuites, nettement moins laxistes sur ce point, ont bien des difficultés à imposer une date fixe à l’ensemble de leurs élèves et leurs familles. Dans les années 1890, de nouveaux élèves arrivent tout au long des mois d’octobre et de novembre. En 1892, les effectifs du collège s’élèvent à 315 élèves le 4 octobre (lendemain de la rentrée), à 463 le 26 et à 511 élèves le… 29 novembre19. Au début du xxe siècle, la durée de la rentrée se réduit mais les élèves continuent de se présenter tout au long du mois d’octobre20.

Des calendriers scolaires au pluriel

  • 21 C’est le cas des médressés qui chôment plus souvent le mardi.

10Au cours du xixe siècle, les réformes ottomanes en matière scolaire et l’ouverture d’écoles nouvelles inspirées du modèle occidental diffusent un nouveau calendrier propre à l’institution scolaire. Un ou plusieurs ? La question mérite d’être posée tant les calendriers des écoles missionnaires se distinguent de ceux en vigueur dans les institutions scolaires ottomanes. Les jours chômés, les fêtes, les congés diffèrent d’un établissement à l’autre. Au collège Sadiki de Tunis, les cours s’interrompent le vendredi après-midi pour que les élèves puissent se rendre à la Grande Mosquée pour la prière de l’après-midi (Sraïeb, 1995 : 43). Dans les établissements missionnaires catholiques, les classes vaquent le dimanche. À l’Université Saint-Joseph, les élèves y assistent à une seconde messe après le petit-déjeuner (la première, quotidienne, a lieu avant pour permettre la communion) ; ils peuvent recevoir des visites au parloir (interdites les autres jours de la semaine), font de la calligraphie et se rendent en promenade. Ce règlement se rapproche de ceux des écoles communautaires de l’empire dont les classes peuvent chômer un autre jour que le vendredi21 (Güvenli, 2011 : 321). Une autre interruption des cours a lieu le jeudi après-midi dans le cas de l’Université Saint-Joseph : calligraphie et promenade figurent alors au programme. Il en est de même au collège Sadiki de Tunis dont les élèves partent en promenade le jeudi après midi (Sraïeb, 1995 : 43).

  • 22 Catalogue of the Syrian Protestant College, 1907-1908, p. 10.
  • 23 Université Saint-Joseph de Beyrouth, Éphémérides de l’année scolaire 1913-1914.

11Sans surprise, les jours de fête varient considérablement d’un établissement à l’autre. Les vacances des élèves du collège Sadiki sont très courtes et coïncident avec les grandes fêtes religieuses musulmanes : les élèves sont en congé trois jours pour le Mawlid (naissance du prophète), trois autres pour ‘Aîd al-Fitr (fin du Ramadan) et cinq pour Aîd al-Aḍḥa (Sraïeb, 1995 : 43). Les écoles de l’État ferment trois semaines au cours du mois de ramadan et une semaine au moment de la fête du sacrifice (Güvenli, 2011 : 322). À partir des années 1880, elles célèbrent aussi les hauts faits de la vie du prophète dont sa naissance : en 1882, les élèves de Galatasaray reçoivent des confiseries à cette occasion ; mais ces célébrations ne sont officiellement institutionnalisées qu’avec le règlement de 1892 (Güvenli, 2011 : 322 ; Fortna, 2001 : 109 et 138). Les écoles secondaires de l’État (idadî) prévoient néanmoins des congés pour leurs élèves chrétiens ou juifs qui peuvent prendre quelques jours fin décembre et à Pâques. Pour les missionnaires catholiques, il serait impensable de se conformer à un calendrier aussi marqué par l’islam que celui en vigueur dans les écoles du sultan. C’est à l’occasion des grandes cérémonies chrétiennes, Noël et Pâques, que les établissements missionnaires chrétiens accordent quelques jours de congé à leurs élèves (Bocquet, 2005 : 95 et 195). Au Syrian Protestant College, les élèves ont droit à sept jours de congé à Noël, quinze jours à Pâques et deux jours entre les deux semestres22. À l’Université Saint-Joseph, la durée de ces petites vacances s’allonge au fil du temps (de un à trois jours et de trois à cinq jours respectivement23). De ce point de vue, les institutions missionnaires se rapprochent des écoles non musulmanes de l’empire que le Règlement de 1869 autorise à chômer pour leurs fêtes religieuses (Güvenli, 2011 : 322).

12Une autre différence notable entre les écoles missionnaires et les écoles de l’État tient aux congés d’été. Au collège Sadiki, les cours ne s’interrompent pas durant l’été mais se réduisent, les élèves n’ayant plus classe que les samedis, lundis et mercredis et jusqu’à onze heures seulement (Sraïeb, 1995 : 43). Dans les écoles ottomanes nées des réformes, les congés d’été existent mais ils sont très courts, 22 jours au début du mois d’août (Güvenli, 2011 : 323), alors que la plupart des établissements missionnaires vaquent pendant l’été. L’Université Saint-Joseph ferme ses portes pour plus de trois mois d’abord fin, puis mi-juillet, jusqu’aux premiers jours d’octobre. Cette évolution est similaire à celle que connaissent les vacances scolaires en France qui grignotent la première quinzaine d’août dans les années 1860 puis une partie du mois de juillet, jusqu’à commencer au mitan de ce mois dans les années 1890 (Compère, Savoie, 1997 : 296).

  • 24 ALSI, Diaire de Beyrouth, Résidence puis Université Saint-Joseph, Beyrouth (1872-1882), 20/4/1880.

13Ni les écoles missionnaires, ni celles nées des réformes de l’État ottoman ou de ses provinces n’ont fait disparaître les anciennes institutions scolaires. Avec la fondation de nouveaux établissements et/ou la réforme des anciens, l’offre scolaire se diversifie et s’étoffe dans l’empire, tandis que les calendriers scolaires se déclinent au pluriel. Les missionnaires eux-mêmes en suivent une ou plusieurs variantes, puisque les pratiques diffèrent d’un établissement à l’autre. Chez les lazaristes de Damas, les élèves sortent en promenade le mercredi, une fois par mois (Bocquet, 2005 : 98), alors que les élèves de l’Université Saint-Joseph vaquent le jeudi. Les pratiques d’une même institution changent parfois d’une année sur l’autre, comme chez les jésuites de Beyrouth, qui, en 1880, décident de supprimer les vacances de Pâques au motif qu’elles « font plus de mal que de bien » et que dans la mesure où la plupart des élèves restent sur place, elles « surchargent les surveillants »24. Ces congés seront rétablis au tournant du siècle.

14L’essor d’institutions scolaires nouvelles, qui puisent au moins une partie de leur inspiration dans le modèle européen, conduit à l’apparition d’un calendrier inédit dans l’empire. Comme le montre les difficultés des jésuites à rassembler tous leurs élèves le jour de la rentrée scolaire, il ne s’impose que progressivement. Il se décline aussi au pluriel et suit de multiples variantes par rapport à un cadre commun : rentrée à l’automne, vacances ou allègement des cours durant l’été, repos hebdomadaire, durée de la journée déterminée par le cours du soleil. Ce calendrier scolaire porte le sceau de l’Occident : faut-il y voir un temps colonial qui s’imposerait insidieusement dans un Empire ottoman déclinant ? Ou bien un calendrier supplémentaire dans le foisonnement des computs qui caractérise le temps ottoman ?

Un temps colonial ?

Une source d’inspiration européenne

  • 25 Éphémérides de l’année scolaire 1876-1877 et 1913-1914.

15Le calendrier scolaire des établissements missionnaires catholiques, comme les emplois du temps qui régissent les journées de leurs élèves, puisent leur inspiration en Europe. La journée de classe commence tôt, 5h30 chez les jésuites de Beyrouth, 6 heures au collège Saint-Vincent à Damas. Elle s’interrompt à midi pour le dîner (selon le terme de l’époque) et la récréation. À 13h30, les élèves reprennent le chemin de l’étude. La fin de l’après-midi (après 5h) est consacrée à l’étude et aux activités spirituelles. On soupe à 7h chez les lazaristes, à 7h30 chez les jésuites25, et on se couche sans veiller (Bocquet, 2005 : 99). Cet emploi du temps est similaire à celui qui régit les collèges catholiques en France. À Lyon, l’externat Saint-Joseph, tenu par les jésuites, accueille ses élèves à 7h, les fait dîner entre 11h45 et 13h30 et occupe leurs dernières heures de la journée avec le chapelet, une lecture spirituelle et un temps d’étude. Les élèves quittent l’externat à 18h30 (Willette, 1993 : 41).

16Cet emploi du temps est surtout au service d’un projet pédagogique dominant au xixe siècle en France, qui divise la journée scolaire en deux moments, la classe et l’étude, à laquelle il faudrait ajouter les activités complémentaires que constituent les cours accessoires et les exercices de piété. À l’Université Saint-Joseph comme dans les lycées du xixe siècle en France, la classe dure moins longtemps que l’étude : 2h30 le matin (de 8h à 10h30) et 2h l’après-midi (de 14h30 à 16h30) en semaine, à l’exception du jeudi après-midi où la classe et l’étude sont remplacées par des exercices de calligraphie et une promenade pendant l’hiver, tandis que l’allongement des jours à la belle saison libère du temps pour trois quarts d’heure d’étude supplémentaires. Au collège Saint-Vincent de Damas, l’organisation du temps de classe est sensiblement la même : plus de 4h30 d’étude et 4h15 de classe en 1910 (Bocquet, 2005 : 99-103).

17Cette inspiration française est aussi perceptible dans l’évolution qui caractérise l’emploi du temps quotidien des établissements missionnaires catholiques. Entre 1875 et 1913, le temps d’étude diminue légèrement à l’Université Saint-Joseph, et surtout, comme en France, temps d’étude et temps de classe se fragmentent. Temps de classe et d’étude tendent à disparaître au profit de l’heure de cours qui devient « l’unité de base du temps scolaire » en France avec la loi de 1902 (Savoie, 2003 : 131). Là, cette évolution résulte de l’introduction de nouveaux enseignements (histoire, géographie, mathématiques, langues vivantes) et de la spécialisation disciplinaire des enseignants. Elle s’accompagne d’une mise en cause du modèle pédagogique humaniste, accusé de favoriser l’imitation servile et le bachotage plus que l’épanouissement de l’intelligence des élèves (Savoie, 2003 : 131). À Beyrouth, les jésuites n’appliquent évidemment pas la loi française. Mais la spécialisation des enseignements est aussi une réalité que favorisent l’ambition de l’Université Saint-Joseph de préparer le baccalauréat français (après 1907), et plus encore les attentes des parents des élèves du collège jésuite qui conduit à multiplier les enseignements modernes aux dépens du cours classique.

Quelle dimension politique ?

  • 26 Les souverains mentionnés en 1893 sont, en français comme en arabe, le souverain pontife, Christian (...)

18Cette inspiration européenne, et plus particulièrement française pour la plupart des établissements congréganistes latins, revêt-elle une dimension politique ? Sur ce plan, il faut distinguer entre les établissements. Les lazaristes, plus gallicans, célèbrent le 14 juillet par une messe consulaire (Bocquet, 2005 : 207), alors que l’Université Saint-Joseph, fameuse à juste titre pour ses liens avec la France, ne les laisse guère apparaître dans ses calendriers. Aucune célébration politique n’est mentionnée dans les Éphémérides. Dans l’Almanach du Bashîr, que les jésuites publient en supplément de leur journal (le Bashîr) depuis 1878, leur souverain, c’est le Pape ; et comme les indications de fêtes plus politiques concernent les anniversaires des souverains, il n’est pas question de la France de la iiie République26.

19Si les jésuites ne font pas allégeance à la iiie République à travers leur calendrier, ils ne se conforment pas non plus aux injonctions du pouvoir ottoman. L’organisation de l’année scolaire les dispense de célébrer l’avènement du sultan, dont l’anniversaire se traduit, selon le Règlement de 1869, par la fermeture de toutes les écoles de l’empire. Comme il est opportunément placé le 1er septembre, selon le calendrier grégorien (Georgeon, 2011 : 254), les missionnaires, dont les élèves sont alors en vacances, n’ont pas besoin d’y sacrifier.

20Ce sont d’avantage les visites des consuls de France, mais aussi des pachas ottomans, qui sont l’occasion pour les autorités politiques de manifester leur maîtrise du temps et leur pouvoir. À l’Université Saint-Joseph, il est d’usage que pachas et consuls accordent un « grand congé » aux élèves lors de leur venue : quelques jours après, les classes vaquent l’après-midi et les élèves jouissent du temps libre qui leur a été imparti. Cette pratique qui joue sur le temps relève du domaine privé et ne reçoit pas de publicité à l’extérieur du collège. Elle s’inscrit parfaitement dans le rituel de ces visites protocolaires où s’expriment les relations de protection qui lient les missionnaires à la France et aux autorités locales. Étrangères, leurs institutions n’échappent pas complètement au contrôle des pachas ottomans qui savent aussi les utiliser pour asseoir leur autorité.

Dans la diversité des calendriers de l’Empire ottoman

21Faut-il voir dans ces calendriers scolaires particuliers, d’inspiration européenne ou française, un signe de la faiblesse de l’Empire ottoman qui, en dépit d’une politique active d’uniformisation et de standardisation, ne parvient à imposer ni son heure, ni son calendrier à l’ensemble des populations qui vivent sur son territoire ? Ce serait méconnaître la pluralité de la société ottomane, qui de Monastir/Bitola à Smyrne, en passant par Istanbul ou Beyrouth, vit selon des rythmes temporels différents(Lory, Georgelin, 2011 ; Hanssen, 2005 : 198). De ce point de vue, la juxtaposition des calendriers est consubstantielle à l’empire et caractéristique du xixe siècle (Georgeon, Hitzel, 2011 : 7) : calendriers lunaire et solaire de l’Hégire, calendrier grégorien, calendrier julien, calendrier financier (malî takvîm, appelé aussi rûmî), calendrier hébraïque (takvîm-i ibrânî) et un calendrier dit celâlî ou malîkî (calendrier solaire dont l’année commence à l’équinoxe de printemps) « indiquant les saisons en listant les jours par ordre numérique », figurent dans les Almanach qui fleurissent à la fin du xixe siècle (Türesay, 2011). Cette diversité des calendriers renvoie à celle de l’empire, elle-même liée à sa durée, à son extension géographique, à la pluralité des communautés ethniques, religieuses et confessionnelles et aux différentes catégories socioprofessionnelles qui le peuplent (Georgeon, Hitzel, 2011 : 5).

  • 27 ALSI, Diaire de Beyrouth, Résidence puis Université Saint-Joseph, Beyrouth (1872-1882), 14/9/1878.
  • 28 Almanach du Bachîr pour l’année 1893.

22Or, bien des missionnaires se montrent parfaitement au fait de cette réalité. Installés à Beyrouth depuis les années 1840, les jésuites de la mission de Syrie n’en ignorent rien et en tiennent compte dans leur vie quotidienne. Le 14 septembre 1878, par exemple, ils interdisent aux Frères coadjuteurs de travailler au-dehors : c’est le jour de l’exaltation de la Sainte Croix, fête chômée par les chrétiens orientaux qu’ils ne voudraient pas choquer27. Depuis 1878, ils publient l’Almanach du Bashîr, qui indique les jours de passage des bateaux ou les mouvements des astres en fonction des différents calendriers en usage dans l’empire : occidental (gharbî), julien (sharqî), héjirien, dans les premières éditions, auxquels s’ajoutent avec le temps les calendriers juif et copte28. Si, en se plaçant d’un point de vue européen ou américain, il est tentant de considérer les missionnaires comme les « fers de lance » d’une « colonisation du temps » (Nanni, 2012 : 16), on peut aussi les voir, en les regardant vivre dans la société ottomane, comme participant d’une diversité des computs toute ottomane.

23Cette vision des missionnaires comme artisans d’une colonisation du temps mérite d’être nuancée pour une autre raison. Elle repose de façon implicite sur l’idée que domine en Europe un calendrier unique, celui justement que les missionnaires imposent outremer. Or, en dépit des politiques uniformisatrices mises en œuvre par les États nations européens, rien n’est moins sûr. Dans le domaine scolaire, pour se limiter à celui-là, les différentes politiques étatiques d’uniformisation menées tout au long du xixe siècle se heurtent à de fortes résistances politiques ou sociales. Dans plusieurs États, l’uniformité est loin d’être de mise au début du xxe siècle. En Allemagne, le particularisme des Länder a permis le maintien de forts particularismes locaux jusqu’à la conférence scolaire du Reich de 1920 (Biehl, 1997 : 27). En Espagne, le manque d’assiduité des élèves dans les écoles rurales, la suspension des classes pour des commémorations ou des circonstances locales rend le calendrier vécu beaucoup moins uniforme et plus flou que celui établi par la réglementation (Benito, 1997 : 129-133). Dans l’espace ottoman, le pas décisif vers l’uniformisation est franchi après la Première Guerre mondiale, c’est-à-dire sensiblement à la même période que dans bien des pays européens. Cette accélération traduit à la fois le renforcement de l’État (promu par les Tanzîmât) et la disparition de l’empire qui s’efface au profit d’États conçus comme nationaux.

  • 29 Almanach du Bachîr pour l’année 1893.

24Plus que par sa dimension politique, c’est par son caractère religieux que se définit le temps des missionnaires. Dans l’Almanach du Bashîr, les computs catholiques sont placés avant les autres et cette hiérarchie ne résulte pas du hasard. Prendre acte de la diversité des façons de compter le temps dans l’Empire ottoman n’est pas admettre que tous les calendriers se valent et, pour les jésuites, le calendrier « latin » (grégorien) a clairement la préséance. Au fil des années, l’Almanach du Bashîr s’étoffe et prodigue d’autres informations sans rapport direct avec le temps, comme par exemple la liste de plusieurs souverains, le nom des gouverneurs de la wilaya de Beyrouth, de celle de Damas et du Mont-Liban, la hiérarchie catholique en Syrie, en Palestine et en Mésopotamie29. Destiné à un large public, publié en deux langues (arabe et français), c’est un ouvrage avant tout pratique, mi-calendrier, mi-annuaire, mais pas aussi neutre que ne laisserait supposer l’objectivité des informations qu’il offre. En dépit de quelques concessions à l’Empire ottoman (la première page rappelle la date de naissance et d’avènement du sultan Abdül Hamid II), il s’affiche clairement catholique et gardien d’une orthodoxie toute romaine. Dans leur établissement beyrouthin, les jésuites se montrent beaucoup moins ouverts. Un seul calendrier catholique et romain est en vigueur. Compte tenu de la diversité confessionnelle de leur public, cela les oblige parfois à de multiples accommodements.

Imposer un calendrier chrétien dans une société multiconfessionnelle

Au quotidien comme en temps de fête : un calendrier religieux

  • 30 Pour certains, cette première célébration religieuse, à laquelle les élèves assistent à jeun, doit (...)
  • 31 Éphémérides de l’année scolaire 1876-1877, p. 5-6.
  • 32 Catalogue of the Syrian Protestant College, 1907-1908, p. 10 et 17.

25À travers ses horaires et ses calendriers, l’Université Saint-Joseph dicte à ses élèves un temps rythmé par des obligations religieuses, au quotidien comme en temps de fête. Les élèves prient le matin au réveil et le soir avant de se coucher. Le matin, à 7h30, ils assistent à la messe dont l’heure est avancée à 5h20 à la veille de la Première Guerre mondiale30. L’après-midi, l’étude de 5 heures est précédée de la récitation de plusieurs chapelets et des litanies de la Vierge31. D’autres exercices religieux suivent un rythme hebdomadaire : le catéchisme le mercredi matin, et un autre jour (le vendredi ou le dimanche selon les années), le Salut après la messe le vendredi, les litanies de la Vierge le samedi, la messe (qui s’ajoute à celle du lever) le dimanche. Le jeudi, la récitation du chapelet et la lecture spirituelle sont avancés à 3h45, juste avant le goûter et la promenade. Plusieurs mois sont dédiés à des saints ou à des cultes particuliers : mars est le mois de saint Joseph, mai celui de Marie, et juin celui du Sacré-Cœur. Au Syrian Protestant College, ces dévotions toute catholique n’ont pas leur place, mais c’est aussi le calendrier religieux qui dicte les dates des vacances et les exercices de piété rythment la journée : « Morning and evening prayers are held daily in the College. On Sunday, there is a service in the morning, and a Bible School in the afternnon […] »32.

  • 33 Saint Jean Berchmans, des Martyrs japonais, saint François de Hiéromino, saint François Régis et pa (...)
  • 34 Ephémérides de l’année scolaire 1876-1877, 1886-1887, 1896-1897, 1906-1907, 1913-1914.
  • 35 Le 25 juillet 1884, on joue le troisième acte d’Héraclius ou l’exaltation de la Sainte Croix, pièce (...)

26L’organisation du temps sert aussi à distinguer l’ordinaire de ce qui ne l’est pas. Comme le quotidien, l’extraordinaire est religieux à l’Université Saint-Joseph. Ce sont d’abord les grandes fêtes chrétiennes, Toussaint, Noël, Pâques, l’Ascension, la Pentecôte, la Fête-Dieu et la Fête du Sacré-Cœur. Viennent ensuite les célébrations en l’honneur de la Vierge (Immaculée Conception le 8 décembre, Purification le 2 février) et de saint Joseph, patron de l’Université, des saints de la Compagnie33, puis d’autres propres à l’établissement ou à tel ou tel groupe d’élèves : le 7 octobre, les pères célèbrent une messe votive « en l’honneur des Saints-Anges, pour obtenir que « la maison soit préservée de l’incendie et de toute épidémie ». Le 9, ils recommencent en l’honneur de saint Joseph, cette fois « pour la prospérité de la maison ». Le 22 novembre, ils fêtent sainte Cécile, patronne des musiciens, le 3 décembre, saint François-Xavier, patron des séminaristes, le 29 janvier saint François de Sales, patron des académiciens. Au printemps, au troisième dimanche après Pâques, se tient la fête du patronage de saint Joseph, fête patronale de l’Université, tandis que l’année se conclut avec la distribution solennelle des prix au mois de juillet, seule cérémonie qui ne revêt pas explicitement de dimension religieuse34. Mais les exercices religieux n’en sont pas absents : la remise des prix proprement dite est souvent précédée par une messe et parfois agrémentée d’une pièce de théâtre dont le propos est toujours édifiant35.

Un établissement séculier ?

27Au premier regard, les emplois du temps des élèves semblent distinguer nettement pratiques religieuses et apprentissage scolaire : la messe (dans les établissements catholiques) ou la prière (dans les institutions protestantes) précèdent la classe et la journée se termine par différentes pratiques dévotionnelles (prière du soir pour les internes et les élèves du Syrian Protestant College, chapelet et litanies pour les externes et les demi-pensionnaires des institutions catholiques). Cette division du temps qui séparerait clairement temps religieux et temps scolaire autoriserait à voir dans les établissements missionnaires les vecteurs d’une forme de sécularisation qui passerait par une claire distinction entre le religieux et le profane, le premier cantonné à certaines plages horaires et laissant le reste du temps libre pour d’autres pratiques et d’autres savoirs échappant à son emprise. Mais le contenu des apprentissages est loin d’être toujours profane, ce qui entretient la confusion. À l’Université Saint-Joseph, elle se manifeste aussi lors des examens. Ces derniers se déroulent au printemps et à la fin de l’année scolaire jusqu’aux premières années du xxe siècle quand une troisième session est ajoutée fin décembre. Les périodes d’examen coïncident donc une fois sur deux, puis deux fois sur trois, avec de grandes fêtes religieuses, Pâques puis Noël. Au printemps, ils commencent le mercredi avant le dimanche des Rameaux et plusieurs jours alternent exercices de piété, « Ténèbres », et « chant du Stabat [mater]» et séances d’examens. Un autre facteur conduit à nuancer la sécularisation intrinsèquement liée au développement du temps scolaire, résultat de l’action réformatrice d’un État qui, au xixe siècle, investit le champ scolaire comme un nouveau domaine de compétence. Même en Europe, où l’État s’est souvent construit contre la puissance des Églises, la suppression de plusieurs fêtes religieuses peut être considérée comme le résultat d’un effort de rationalisation tout autant sinon plus que d’une politique de laïcisation (Compère, 1997 : 17). Dans l’Empire ottoman de la fin du xixe siècle, l’intervention vigoureuse de l’État dans ce domaine répond aux objectifs qui sont ceux du sultan Abdül Hamid II : défendre l’empire contre les ingérences étrangères et souder les populations autour d’un idéal ottoman et musulman (Fortna, 2001) : les fêtes religieuses musulmanes sont célébrées avec d’autres, civiles, à la gloire du souverain. Mais, on l’a vu, le calendrier de l’État ne s’impose pas dans les écoles étrangères et sans doute que partiellement dans celles des communautés non musulmanes. À l’Université Saint-Joseph, non seulement les jésuites suivent et prescrivent un calendrier religieux catholique, mais le nombre de fêtes religieuses s’accroît entre 1875 et 1914 puisqu’à la toute fin de cette période, les pères de la Compagnie font davantage de place aux fêtes des Églises orientales auxquelles appartiennent leurs élèves (Saint Maron, Saint Jean Chrysostome…). Peut-on, dans ces conditions, parler de sécularisation ?

Affirmer sa foi dans une société pluriconfessionnelle

28Dans les établissements missionnaires secondaires, ce calendrier scolaire religieux chrétien s’impose à des élèves de multiples confessions. C’est là une différence fondamentale qui distingue les établissements missionnaires étrangers de la plupart des autres établissements d’enseignement ottomans tenus et financés par des institutions religieuses locales, clercs, Églises ou mosquées, qui déterminent la couleur religieuse de leur public. Les établissements nés des réformes, théoriquement ouverts à tous, sont surtout fréquentés par des élèves musulmans. Comment concilier le caractère religieux de l’établissement (et donc de son calendrier) et la diversité du public qui le fréquente ? La question se pose d’autant plus si l’on songe qu’en France la diversité confessionnelle caractérise l’enseignement laïc. Dans les lycées d’État, les minorités religieuses juive et protestante sont plutôt surreprésentées parmi les élèves (Cabanel, 2005). Qu’en est-il dans les établissements missionnaires, catholiques ou protestants, de l’Empire ottoman, que l’on ne peut pas qualifier de laïcs ? Là, la coexistence d’élèves de multiples religions suppose de multiples accommodements avec le temps : dispenses, retards, absences facilitent la coexistence des élèves de différentes confessions tout en maintenant intacte ici la préséance des catholiques latins, là la régularité des pratiques dévotionnelles protestantes.

  • 36 En 1908-1909, la direction de l’établissement doit faire face à une véritable révolte des élèves co (...)

29Dans ce domaine, l’attitude des missionnaires n’est pas uniforme, elle dépend de leur confession et du public qui fréquente leur établissement. Les missionnaires protestants, dont les institutions se veulent ouvertes à tous, se montrent généralement plus stricts sur le respect des exercices religieux36. En revanche les missionnaires latins, beaucoup plus réticents à accueillir des élèves non-catholiques, apparaissent plus laxistes en la matière, et ce d’autant plus que les élèves musulmans de leur établissement sont plus nombreux. Au collège Saint-Vincent des lazaristes à Damas, dont 40 % des élèves ne sont pas chrétiens en 1911, les élèves israélites et musulmans sont envoyés en étude pendant les célébrations quotidiennes et la retraite annuelle (Bocquet, 2007). Chez les assomptionnistes de Brousse,

  • 37 Collège français de l’Assomption, prospectus et programme, Constantinople, A. Zellich Fils, imp. du (...)

30« toute liberté est laissée aux élèves pour l’assistance à leurs offices et pour l’accomplissement de leurs devoirs religieux. Les pensionnaires catholiques doivent assister aux offices du collège. Les autres peuvent assister aux offices du collège, ou bien, suivant la volonté expresse de leurs parents, il leur sera permis de sortir les dimanches et les jours de fêtes à la seule condition qu’ils soient accompagnés de leurs correspondants qui les prendra au Collège et les y ramènera »37.

  • 38 Le sujet est délicat car l’admission d’élèves non catholiques au sein des établissements congrégani (...)

31D’autres sources mentionnent en revanche la participation des musulmans à certaines fêtes religieuses catholiques, comme chez les assomptionnistes de Kadiköy, où toute la population prend part à la profession de la Fête-Dieu, à l’exception des arméniens « séparés » (Jacob, 2006 : 283)38.

  • 39 ALSI, Consultes de la maison de Beyrouth, 1880-1920, 8/3/1904.
  • 40 ALSI, Diaire de Beyrouth, Résidence puis Université Saint-Joseph, Beyrouth (1872-1882), 22/2/1882.
  • 41 Coutumier du collège, 1899, janvier, p. 13 (Bocquet, 2007).

32La situation des externes et des demi-pensionnaires est différente dans la mesure où leurs allées et venues leur permettent de multiples accommodements. Jusqu’au début du xxe siècle, les jésuites de Beyrouth n’admettent pas de musulmans en tant qu’internes (Verdeil, 2007 : 36). Externes ou demi-pensionnaires, ces élèves sont dispensés de fait d’une partie des exercices religieux : censés arriver à l’Université entre 6h15 et 7h15, ils se présentent le plus souvent en retard, ce qui leur permet d’échapper à la messe39. D’autres arrangements sont possibles, comme lorsque les jésuites avertissent leurs élèves grecs-orthodoxes de ne pas se présenter à la cérémonie des Cendres « vue la défense de les leur imposer »40. Concernant l’observation du ramadan qui pose problème dans les établissements où la proportion des élèves musulmans est élevée, les missionnaires n’envisagent pas d’autres solutions que celle, radicale, de « congédier complètement pendant ce temps tous les musulmans qui tiennent absolument à jeûner »41, et n’accordent pas d’absence si ce n’est aux jours de fêtes dont ils fixent eux-mêmes la date. Ils tolèrent néanmoins les retards (Bocquet : 2007). Le nombre de retards à la messe du matin atteint une telle proportion au collège lazariste de Damas qu’ils apparaissent à plusieurs reprises dans leurs documents internes. Les pères tentent d’y mettre fin en modifiant l’horaire de l’office. En vain (Bocquet, 2005 : 115).

  • 42 ALSI, Diaire de Beyrouth, Résidence puis Université Saint-Joseph, Beyrouth (1872-1882), 9/2/1878 ; (...)
  • 43 ALSI, Diaire de Beyrouth, Résidence puis Université Saint-Joseph, Beyrouth (1872-1882), 9/2/1878.
  • 44 Éphémérides de l’année scolaire 1913-1914. Toutes les fêtes n’ont pas été relevées.
  • 45 Éphémérides de l’année scolaire 1913-1914, p. 45.

33Cette pratique est répandue au-delà des élèves non-chrétiens et concerne aussi les catholiques orientaux. Les missionnaires respectaient-ils les calendriers des différentes Églises orientales ? Peu jusqu’au début du xxe siècle si l’on en croit les exemples des lazaristes de Damas ou des jésuites de Beyrouth. Convaincus de la supériorité du rite latin, les seconds n’accordent pas droit de cité aux autres rites dans les Éphémérides de l’Université Saint-Joseph : aucune de leur fête n’est mentionnée pendant les trente premières années de l’Université. Les diaires indiquent cependant que les jésuites ne peuvent pas les ignorer complètement : en 1878, ils font dire deux messes supplémentaires pour la Saint Maron (9 février), deux ans plus tard, les élèves donnent une comédie en langue arabe (mais le public extérieur n’est pas invité) à cette même occasion42. Lors de la Saint Georges, « fête chômée pour tous les rites orientaux », ils accordent parfois un grand congé à leurs élèves43. Dans ce domaine, le véritable changement intervient à la veille de la Première Guerre mondiale, quand, sous l’effet de la politique romaine elle-même plus respectueuse des différents rites orientaux, les jésuites laissent davantage leurs élèves pratiquer leurs dévotions selon leur rite, au lieu d’imposer à tous le rite latin. Désormais, ils encouragent leurs élèves catholiques orientaux à se rendre dans leurs églises respectives pour leurs grandes fêtes religieuses. Le 6 décembre (Saint Nicolas) devient jour de messe d’obligation pour les grecs catholiques, le 9 février et le 2 mars pour les maronites (Saint Maron et Saint Jean Maron), Saint Ephrem pour les Syriaques (28 février), Saint Grégoire pour les Arméniens catholiques (27 juin), Notre-Dame des Semailles pour les Chaldéens catholiques (15 mai)44. On voit par là comment les missionnaires catholiques contribuent à fixer le calendrier des Églises orientales rattachées à Rome. Les jésuites laissent les catholiques demi-pensionnaires et externes faire leurs Pâques dans leurs églises : le jeudi saint, ils ne rentrent qu’à 10h afin « qu’ils puissent faire dans leur paroisse la Communion Pascale »45. Cette liberté nouvelle accordée aux élèves répond à une ancienne revendication des prélats orientaux, inquiets de voir leurs fidèles leur échapper pour les sacrements et les grandes fêtes. Après avoir résisté pendant des décennies, les jésuites, désormais en porte-à-faux avec la politique romaine, ont été obligés de s’y soumettre pour se conformer aux nouvelles exigences du Saint-Siège en la matière.

34Ces petits arrangements permettaient-ils aux élèves non catholiques d’échapper à l’atmosphère religieuse des établissements missionnaires ? Rien n’est moins sûr, tant le religieux imprègne l’enseignement au moins dans les collèges catholiques. Mais ils rendent acceptables et supportables la vie dans ces établissements religieux pour ceux qui ne partagent pas les convictions de leurs directeurs. Absences et retards rendent ainsi possibles la coexistence d’élèves de multiples confessions sous la domination d’une seule. On pourrait aussi les voir comme une forme de résistance à l’imposition d’un temps occidental et colonial (Nanni, 2012 : 206-207). Les deux hypothèses, qui reposent sur des points de vue différents, ne s’excluent pas l’une l’autre. Absences et retards peuvent être compris à la fois comme une forme de résistance ou de subversion de la société locale face à l’ordre temporel imposé par les missionnaires et, dans la mesure où elles sont tolérées par ces mêmes missionnaires, comme un mode de régulation qui leur permet de préserver les règles essentielles en vigueur dans leurs institutions.

35Si le temps est un miroir des sociétés (Nanni, 2012), l’introduction d’un nouveau comput révèle les transformations à l’œuvre dans l’Empire ottoman à la fin du xixe siècle. La diffusion du calendrier scolaire résulte des bouleversements du système d’enseignement sous l’effet des réformes entreprises par l’État ou par ses provinces, de l’apostolat missionnaire et du dynamisme des communautés locales. La diversité des calendriers en vigueur (dans ce domaine, le pluriel est de mise) renvoie au foisonnement d’institutions scolaires qui fleurissent dans l’empire dans la seconde moitié du xixe siècle. De ce fait, le double processus d’uniformisation et de sécularisation, que révèle la diffusion du temps scolaire en Europe, se heurte à des difficultés dans l’Empire ottoman : les écoles nouvelles n’ont pas fait disparaître d’un seul coup les institutions organisées selon des modalités plus anciennes (kuttab, madrasa). Le caractère pluriconfessionnel de l’empire impose une coexistence des calendriers notamment dans les nouveaux établissements tenus par les missionnaires, plus ouverts et plus divers au plan confessionnel que les institutions anciennes. Ces calendriers réduisent peut-être la place du religieux mais reconnaissent et consacrent les fêtes religieuses comme éléments structurant le temps social. Ces transformations culturelles ont aussi une dimension matérielle. Calendriers et emplois du temps scolaires se répandent en même temps que les montres et les horloges, et de façon peut-être plus surprenante, de l’imprimé, almanachs, éphémérides ou simples prospectus, détaillant le calendrier ou le règlement de tel ou tel établissement.

36Miroir des sociétés, reflet des acteurs qui les produisent et les font respecter, les calendriers scolaires missionnaires renvoient aussi à la pluralité de la mission. Ils mettent en lumière combien celle-ci ne peut fonctionner sans accommodements, qui se révèlent ici dans les absences ou les retards des élèves, et les difficultés ou les réticences des missionnaires à les sanctionner. Ils illustrent enfin les relations complexes qu’entretiennent les missions et la colonisation, notamment dans l’espace ottoman du second xixe siècle. La diversité des computs, caractéristique de la société ottomane, facilite la pénétration d’autres calendriers, mais, dans le même temps, elle en atténue la portée. Les missionnaires introduisent bien des calendriers d’inspiration européenne, mais ces derniers coexistent avec d’autres plus qu’ils ne les supplantent.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Babot Christiane, 2000, Les missions jésuites et assomptionnistes en Anatolie à la fin de l’Empire ottoman et au début de la République turque, thèse non publiée sous la direction de Paul Dumont, Strasbourg, Université Marc Bloch.

Benito Augustín Escolano, 1997, « Le calendrier scolaire en Espagne (1825-1936) », in Compère Marie-Madeleine (dir.), Histoire du temps scolaire en Europe, Paris, Économica, p. 109-134.

Biehl Jörg, 1997, « Le temps scolaire en Allemagne (xvie-xixe s.) », in Compère Marie-Madeleine, Histoire du temps scolaire en Europe, Paris, Économica, p. 27-38.

Bocquet Jérôme, 2007, « Comment rester musulman dans un établissement étranger ? », Cahiers de la Méditerranée 75, Nice, p. 58-73.

Cabanel Patrick, 2005, « Un lieu de mixité religieuse », in Caspard Pierre, Luc Jean-Noël, Savoie Philippe (dir.), Lycées, lycéens, lycéennes : deux siècles d’histoire, Lyon, Institut national de recherche pédagogique, p. 117-129.

Compère Marie-Madeleine (dir.), 1997, Histoire du temps scolaire en Europe, Paris, Économica.

Compère Marie-Madeleine, Savoie Philippe, 1997, « Temps scolaire et conditions des enseignants en France depuis deux siècles », in Compère Marie-Madeleine (dir.), Histoire du temps scolaire en Europe, Paris, Économica, p. 267-312.

Dupont Anne-Laure, 2007, « Une école missionnaire et étrangère dans la tourmente de la révolution constitutionnelle ottomane », Cahiers de la Méditerranée 75, Nice, p. 39-57.

Fortna Benjamin C., 2000, Imperial classroom: Islam, the state and education in the late Ottoman Empire, Oxford University Press.

Gemayel Nasser, 1984, Les échanges culturels entre les maronites et l’Europe, du collège maronite de Rome (1584) au collège ’Ayn Warqa (1789), Beyrouth, Imprimerie Ph. et Y. Gemayel.

Georgeon François, 2011, « Temps de la réforme, réforme du temps, les avatars de l’heure et du calendrier à la fin de l’Empire ottoman », in Georgeon François et Hitzel Frédéric (dir), Les Ottomans et le temps, Leiden, Brill, p. 241-279.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Georgeon François et Hitzel Frédéric (dir.), 2011, Les Ottomans et le temps, Leiden, Brill.
DOI : 10.1163/9789004217799

Güvenli Gülsün, 2011, « Le temps de l’école, le temps à l’école », in Georgeon François et Hitzel Frédéric (dir), Les Ottomans et le temps, Leiden, Brill, p. 317-327.

Hanssen Jens, 2005, Fin de siècle Beirut: the making of an Ottoman provincial capital, Oxford, Clarendon Press, coll. « Oxford historical monographs ».

Jacob Xavier, a.a, 2006, « L’Assomption en Turquie », in Holzer Bernard, a.a., L’aventure missionnaire assomptionniste, actes du Colloque d’histoire du 150e anniversaire de la Congrégation des Augustins de l’Assomption, Lyon-Valpré, 22 - 26 novembre 2000, Collection recherches Assomption n°1, p. 241-320.

Khater Akram, 1999, « A History of Time in Mount Lebanon, 1860-1914 », Chronos 2, p. 131-154.

Lory Bernard, Georgelin Hervé, 2011, « Le temps de deux villes pluricommunautaires : Smyrne et Monastir » in Georgeon François et Hitzel Frédéric (dir), Les Ottomans et le temps, Leiden, Brill, p. 187-201.

Lyberatos Andreas, 2012, « Clocks, Watches and Time Perception in the Balkans. Studying a Case of Cultural Transfer », in Heppner Herald, Posch Eva (eds.), Encounters in Europe’s Southeast. The Habsburg Empire and the Orthodox World in the Eighteenth and Nineteenth Centuries, Bochum, p. 231-254.

Nammour Magda, 1996, « Que recevait une beyrouthine le jour de ses fiançailles ? », Annales d’Histoire et d’archéologie de l’Université Saint-Joseph 7, Beyrouth, Publications de la Faculté des lettres et des sciences humaines de l’Université Saint-Joseph, p. 14-44.

Nanni Giordano, 2012, The colonisation of time: ritual, routine and resistance in the British Empire, Manchester University Press, coll. « Studies in imperialism ».

Savoie Philippe, 2003, « L'association de la classe et de l'étude : retour sur un modèle pédagogique disparu », Éducation et Formations 65, p. 127-133.

Sraïeb Noureddine, 1995, Le collège Sadiki de Tunis, 1875-1876, enseignement et nationalisme, Paris, CNRS Éditions.

Türesay Özgür, 2011, « Le temps des almanachs ottomans : usage des calendriers et temps de l’histoire (1873-1914) », in Georgeon François et Hitzel Frédéric (dir), Les Ottomans et le temps, Leiden, Brill. p. 129-157.

Steve Tamari, 2010, « Between the « golden age » and the Renaissance, Islamic higher éducation in eighteenth-century Damascus », in Abi-Mershed Osama Walid (dir), Trajectories of éducation in the Arabe world : legacies and challenges, Londres, Routledge, p. 36-38.

Verdeil Chantal, 2007, « Un établissement catholique dans la société pluriconfessionnelle de la fin de l’Empire ottoman », Cahiers de la Méditerranée 75, Nice, p. 28-38.

Verdeil Chantal (dir), 2013, Missions chrétiennes en terre d’Islam, Moyen-Orient, Afrique du Nord (XVIIe-XXe siècles), anthologie de textes missionnaires, Turnhout, Brepols.

Willette Thibaud, 1993, L’externat Saint Joseph, un collège jésuite à Lyon, 1871-1914, mémoire de maîtrise dirigé par Claude Prudhomme, Université Jean Moulin, Lyon.

Haut de page

Notes

1 Cette publication ne semble pas avoir existé du temps où le collège des jésuites était installé à Ghazîr, autrement dit jusqu’en 1875. La collection des Éphémérides de l’Université Saint-Joseph est conservée aux archives du collège Notre-Dame de Jamhour (Liban).

2 Université Saint-Joseph de Beyrouth, Éphémérides de l’année scolaire 1876-1877, Beyrouth, Imprimerie catholique, p. 9.

3 Éphémérides de l’année scolaire 1913-1914, p. 13. Les Éphémérides prévoient des dérogations « pour des raisons graves ».

4 La plupart des députés élus au Parlement en 1876 n’en possèdent pas (Georgeon, 2011 : 248).

5 Al Bashîr, N° 1139, 22 août 1894. Cette publicité témoigne aussi de la spécialisation nouvelle de nombreux artisans dans la vente et la réparation des montres (Lyberatos, 2012 : 244).

6 « L’imprimerie catholique de Beyrouth et son œuvre en Orient », Fascicules supplémentaires des Relations d’Orient, Bruxelles, Polleunis et Ceuterick imprimeurs, 1903, 142 pages.

7 ALSI (Archives Libanaises de la Compagnie de Jésus), Diarium Universitatis Berythensis, 1875-1911, 2/2/1876.

8 Éphémérides de l’année scolaire 1913-1914, p. 24.

9 ALSI, Consultes de la maison de Beyrouth 1880-1920, 10 novembre 1897.

10 Éphémérides de l’année scolaire 1913-1914, p.10.

11 Le 6 mars 1888, la consulte (réunion de plusieurs pères autour du supérieur en vue de prendre des décisions) de Beyrouth décide d’acheter des cloches. ALSI, Consultes de la maison de Beyrouth 1880-1920, 6 mars 1888.

12 ALSI, Diaire de Beyrouth, Résidence puis Université Saint-Joseph, Beyrouth (1872-1882), 4/3/1878. Le diaire note : « lundi gras, Réveil des élèves au tambour et clairon ».

13 ALSI, Diaire de l’Université Saint-Joseph, 1882-1925, 28/2/1895 ; ALSI, 10.C.35, Poèmes de circonstance, La grande horloge, poème du P. Pignal au R.P. Carrard, pour la fête de division des grands Internes, 8 décembre 1927. « Histoire d’une horloge. Épisode de la vie du F. Elias », Relations d’Orient, Tome I, N° 1-5, 1902-1903, 1903, p. 34

14 ALSI, Diaire de l’Université Saint-Joseph, 1882-1925, 1/3/1895.

15 ALSI, 10.C.35, Poèmes de circonstance, La grande horloge.

16 Éphémérides de l’année scolaire 1913-1914.

17 Dans les années 1880, l’année va du troisième mercredi d’octobre au troisième mercredi de juillet. En 1907-1908, du second mercredi d’octobre au second mercredi de juillet. Catalogue of the Syrian Protestant College, 1885-1886, p. 8 ; Catalogue of the Syrian Protestant College, 1907-1908, p. 10.

18 En italique dans le texte. Collège français de l’Assomption, prospectus et programme, Constantinople, A. Zellich Fils, imp. du St. Siège, Péra, rue Balcon et rue Yazidji, 1911, cité dans C. Babot, vol 2, p. 494.

19 ALSI, Diaire de l’Université, 4/10/1892 ; 26/10/1892 ; 29/11/1892.

20 ALSI, Diaire de l’Université, 6/10/1909 (396 élèves), 7/10/1909 (473), 2/11/1909 (519).

21 C’est le cas des médressés qui chôment plus souvent le mardi.

22 Catalogue of the Syrian Protestant College, 1907-1908, p. 10.

23 Université Saint-Joseph de Beyrouth, Éphémérides de l’année scolaire 1913-1914.

24 ALSI, Diaire de Beyrouth, Résidence puis Université Saint-Joseph, Beyrouth (1872-1882), 20/4/1880.

25 Éphémérides de l’année scolaire 1876-1877 et 1913-1914.

26 Les souverains mentionnés en 1893 sont, en français comme en arabe, le souverain pontife, Christian, roi du Danemark, Victoria, reine d’Angleterre, Oscar, roi de Suède et de Norvège, François-Joseph, empereur d’Autriche, Nare ed din, Schah (sic) de Perse, Léopold II, roi des Belges, Charles Ier roi du Portugal, Humbert Ier roi d’Italie, Alexandre emp. de Russie, Georges Ier, roi des Hellènes, Guillaume II emp. d’Allemagne, Wilhemine, reine des Pays Bas, Alphonse XIII, roi d’Espagne. Almanach du Bachîr pour l’année 1893, p. 9 et 15.

27 ALSI, Diaire de Beyrouth, Résidence puis Université Saint-Joseph, Beyrouth (1872-1882), 14/9/1878.

28 Almanach du Bachîr pour l’année 1893.

29 Almanach du Bachîr pour l’année 1893.

30 Pour certains, cette première célébration religieuse, à laquelle les élèves assistent à jeun, doit être une messe de communion, ce qui n’était pas le cas auparavant quand elle était précédée du déjeuner.

31 Éphémérides de l’année scolaire 1876-1877, p. 5-6.

32 Catalogue of the Syrian Protestant College, 1907-1908, p. 10 et 17.

33 Saint Jean Berchmans, des Martyrs japonais, saint François de Hiéromino, saint François Régis et particulièrement ceux qui sont donnés en exemple aux élèves (saint Jean Kotska et saint Louis de Gonzague). Les lazaristes fêtent les leurs : saint Vincent de Paul, Louise de Marillac et les bienheureux de la congrégation (Bocquet 2005 : 204).

34 Ephémérides de l’année scolaire 1876-1877, 1886-1887, 1896-1897, 1906-1907, 1913-1914.

35 Le 25 juillet 1884, on joue le troisième acte d’Héraclius ou l’exaltation de la Sainte Croix, pièce composée par le P. Chopin sj. ALSI, Diaire de L’Université Saint-Joseph, 1882-1925, 25/7/1884.

36 En 1908-1909, la direction de l’établissement doit faire face à une véritable révolte des élèves contre cette obligation (Dupont, 2007).

37 Collège français de l’Assomption, prospectus et programme, Constantinople, A. Zellich Fils, imp. du St. Siège, Péra, rue Balcon et rue Yazidji, 1911, cité dans C. Babot, vol 2, p. 497.

38 Le sujet est délicat car l’admission d’élèves non catholiques au sein des établissements congréganistes latins soulève d’intenses et perpétuels débats (Verdeil, 2013). La prudence des missionnaires les rend peu diserts sur ce sujet, et rend par conséquent les sources peu éloquentes.

39 ALSI, Consultes de la maison de Beyrouth, 1880-1920, 8/3/1904.

40 ALSI, Diaire de Beyrouth, Résidence puis Université Saint-Joseph, Beyrouth (1872-1882), 22/2/1882.

41 Coutumier du collège, 1899, janvier, p. 13 (Bocquet, 2007).

42 ALSI, Diaire de Beyrouth, Résidence puis Université Saint-Joseph, Beyrouth (1872-1882), 9/2/1878 ; ALSI, Diaire de Beyrouth, Résidence puis Université Saint-Joseph, Beyrouth (1872-1882), 9/2/1880.

43 ALSI, Diaire de Beyrouth, Résidence puis Université Saint-Joseph, Beyrouth (1872-1882), 9/2/1878.

44 Éphémérides de l’année scolaire 1913-1914. Toutes les fêtes n’ont pas été relevées.

45 Éphémérides de l’année scolaire 1913-1914, p. 45.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Chantal Verdeil, « Le temps des missionnaires : calendriers et emplois du temps dans les établissements scolaires de l’Empire ottoman à la fin du xixe siècle », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 136 | novembre 2014, mis en ligne le 01 décembre 2014, consulté le 10 décembre 2016. URL : http://remmm.revues.org/8856

Haut de page

Auteur

Chantal Verdeil

Maître de conférences en histoire du monde arabe contemporain à l’Inalco et membre de l’IUF

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page