Navigation – Plan du site
Première partie – Les empreintes du temps : calendriers et rythmes sociaux

Temps du patrimoine, temps des projets urbains : télescopage et fusions à Jbeil, Saïda, Sour (Liban).

Time of heritage, time of urban projects: brutal encounter and fusions in Jbeil, Saïda, Sour (Lebanon)
Maud Moussi
p. 109-134

Résumés

Dans les villes libanaises de Jbeil, Saïda et Sour (respectivement les antiques Byblos, Sidon et Tyr), les références au passé abondent, tant dans les discours des acteurs que dans leurs interventions dans l’espace urbain. Cependant, les registres d’historicités valorisés par les politiques patrimoniales divergent selon ces villes, qui n’ont pas été « patrimonialisées » simultanément, mais selon des logiques politiques successives (mandataires, post indépendance, post guerre civile...). Chacun de ces hauts-lieux patrimoniaux a ainsi acquis une tonalité temporelle singulière mais tous ont vu se multiplier les conflits entre exigence de conservation et aspirations au développement urbain.

Aujourd’hui, les agendas urbains sont animés simultanément par le vocable du patrimoine et par les injonctions de durabilité, conformément aux prescriptions des bailleurs de fond internationaux. La lecture du projet au long cours Cultural Heritage and Urban Development permet d’analyser la rencontre entre ces deux temporalités.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Jbeil, Saïda et Sour, villes secondaires du Liban, sont aussi fréquemment désignées sous leurs noms antiques de Byblos, Sidon et Tyr. Cette double identité signale combien la question patrimoniale pèse dans les problématiques liées à ces agglomérations. Dans ces sites, dont deux d'entre eux sont labellisés « patrimoine mondial de l'Unesco », les cultures du temps s'immiscent dans les discours, les expériences et les hiérarchies sociales, ainsi que dans les « routines de l'action politique et les dispositifs institutionnels » (Deluermoz, 2013 : 3). Par ailleurs sujets aux convulsions des crises libanaises (guerre civile, conflit de 2006 et blocages gouvernementaux et parlementaires actuels), les tissus urbains de ces villes connaissent des vagues de construction-destruction-reconstruction qui y impriment leurs propres rythmes.

2Maie Gérardot (2007) définit le « rythme », dans une perspective de géographie, comme « la façon dont un phénomène donné [par exemple le tourisme] organise ou désorganise un lieu, la création d’agencements spatiaux et temporels spécifiques ». Il semblerait alors que ces villes soient écartelées entre des tempos apparemment bien contradictoires : entre principes ou injonctions de mémoire (« dialogue socialisé entre le présent et [le] passé » (Chesneaux, 2001 : 112)) et les oscillations des projets urbains qui créent une tension entre le présent et un futur non advenu.

3Ces villes se présentent comme des observatoires féconds pour suivre les mutations des modes d'intervention en tissu ancien. Le champ patrimonial dans ces villes a été considérablement renouvelé depuis les années 2000 par l'irruption d'un nouvel acteur, la Banque mondiale, qui est venu relayer l'Unesco, sans s'y substituer toutefois, à travers la promotion du projet Cultural Heritage and Urban Development (CHUD) qui met en jeu à la fois des objectifs de protection du patrimoine et un projet de développement urbain.

  • 1 Auxquels s’ajoutent des entretiens menés lors d’un précédent séjour de terrain en 2009.

4Par la voie des entretiens semi-directifs, nous avons tenté de recueillir et d'identifier les systèmes de références, les registres de discours et les régimes d'action mobilisés par les acteurs intervenant sur ces sites (Unesco, Direction générale des Antiquités, municipalités, société civile). C'est donc prioritairement au prisme de l'action publique que nous analysons le processus de patrimonialisation et les politiques urbaines. Ce sont ainsi vingt-et-un entretiens qui ont été menés dans cette perspective entre juillet et août 20131. Les territorialités habitantes générant des temporalités d'une densité au moins équivalente, celles-ci mériteraient un traitement à part entière qui n’a pu être conduit dans les limites du présent article.

5Il s'agit ici de déplier les temps respectifs du projet urbain et de la mise en patrimoine au prisme du discours institutionnel. Comment s'articulent-ils ? Observe-t-on des phénomènes de télescopage, voire de concurrence, ou au contraire de concordance lorsque la question patrimoniale se retrouve inscrite sur les agendas urbains ?

6Nous proposons d'investir successivement les rythmes propres à la construction patrimoniale, dilatée dans le temps long, et celui du projet CHUD, inscrit dans le temps plus immédiat du projet urbain, qui institue une bifurcation dans l'action patrimoniale et urbaine.

Le temps du patrimoine : une préoccupation au long cours

Des hauts-lieux patrimoniaux : produits historicisés

  • 2 Voir à ce propos notamment Davie May, « Enjeux et identités dans la genèse du patrimoine libanais » (...)

7Sans refaire ici une histoire des politiques du patrimoine au Liban2, on rappellera que la construction d’un discours patrimonial y est historiquement située. Introduit d’abord au XIXe siècle, il est ensuite en partie le produit de l'importation des forces mandataires. Pour autant, chacune des trois villes abordées ici a connu un cheminement singulier, son propre itinéraire patrimonial ; elles n'ont pas été annexées au stock des emblèmes patrimoniaux libanais simultanément, mais successivement, au moins jusqu'à la guerre civile. En effet, leur « offre patrimoniale » s'est construite à des moments différents et donc dans des régimes d'historicité (c’est-à-dire la façon dont une société traite son passé) singuliers (Hartog, 2003). Ce sont des rapports culturels au temps singulièrement différents qui ont entraîné des pratiques urbanistiques spécifiques à chaque ville. À cet égard, nous formulons l'hypothèse selon laquelle chaque étape de patrimonialisation au Liban a été stabilisée à travers un haut-lieu qu'elle a élu.

8Jbeil présente une continuité d’occupation urbaine inégalée depuis le Néolithique et un lien étroit avec la diffusion de l’alphabet. Son rôle de témoin exceptionnel des débuts de la civilisation phénicienne a justifié son inscription sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco en 1984. Mais dès l’époque du Mandat le site a suscité des interventions patrimoniales, avec la vogue du phénicianisme et la fouille entreprise précocement et extensivement par Maurice Dunand. Sur un tell dominé par une citadelle, la zone archéologique jouxte un petit souk ottoman et un tissu médiéval qui bénéficie d’un décret de protection depuis 1962. Indépendamment du développement urbain significatif qu’a connu la ville à partir de la guerre, le plan directeur de 1962 s’est attaché à ménager un tableau pittoresque de maisons traditionnelles. Il ménage une ambiance recherchée par de riches Beyrouthins attirés par des balades sur le port et le vieux souk et constitue un lieu incontournable des excursions des voyages scolaires. C'est à Jbeil que se stabilise, dès 1972, le modèle de restauration de type « maison libanaise » qui associe décapage des façades, auvent en bois de sapin, tuiles de Marseille et pavage au moyen de galets encadrés de pierre de taille. Jbeil est ainsi régulièrement évoqué chez nos interlocuteurs comme le site culturel le mieux conservé ; il sert, au niveau de l'action patrimoniale, de vitrine et de modèle visionnaire. Sans doute cette précocité est-elle liée à l’intérêt ancien des élites locales chrétiennes pour les modèles véhiculés par les autorités mandataires, et notamment pour la redécouverte du mythe phénicien, mais elle a aussi été permise par une situation géopolitique relativement protégée. La rhétorique des élus locaux, notamment de ceux de la municipalité, revient fréquemment sur la précocité patrimoniale de la ville de Jbeil. Les discours de ces agents ne sont cependant pas exempts de déformations et tendent à fantasmer l'antériorité des actions et exagérer le caractère pionnier des acteurs locaux.

9Plus au sud, la vieille ville côtière de Saïda constitue un haut-lieu patrimonial à relier à une autre perspective temporelle. Avant l'indépendance, la ville était devenue un théâtre de la compétition symbolique entre l’Empire ottoman, alors disparu, et la puissance coloniale, sur le terrain de l'archéologie. Les récits épiques de Hamdy Bey, le directeur du musée impérial ottoman d’Istanbul, qui avait fouillé la nécropole royale en 1887 et découvert des sarcophages aux alentours de la ville, montrent combien Saïda a été instrumentalisée par le pouvoir d’alors (Sader et alii, 1998 : 152). Exposée dans le cadre du musée impérial d’Istanbul, Saïda est devenue un levier servant à réinscrire l'empire dans une continuité historique reliant la grandeur et la splendeur antique passée et les prétentions ottomanes de la fin du XIXe siècle. Le haut-lieu de Saïda est ainsi d'abord construit sur une tonalité antiquisante, sans qu'un intérêt patrimonial spécifique soit porté au riche répertoire d'éléments bâtis ultérieurement - habitations, palais, madrasas, khans, mosquées ou châteaux.

10Par la suite, sous le Mandat et après l'indépendance, les dispositions urbanistiques n’ont guère montré plus d'égards à la ville. En outre, éprouvé lors d’un tremblement de terre en 1956, puis par l’occupation israélienne de 1982 à 1985 et bousculé par plusieurs aménagements, le patrimoine de la vieille ville de Saïda a connu plusieurs vagues de démantèlement, ce qui a conduit plusieurs interlocuteurs à parler de « retard », de « passif » (entretiens 29/07/13 et 02/07/13 avec un architecte consultant pour le compte de la Banque mondiale et un membre du cabinet Consultation and Research Institute - CRI) pour évoquer sa patrimonialisation tardive. La désaffection de ce centre ancien et sa désertion par ses habitants historiques participent à un renouvellement du tissu socio-démographique de cet espace, devenu « parc social de fait », très dégradé et paupérisé. Pourtant, depuis les années 1990, la ville paraît transformée en un gisement patrimonial convoité par des acteurs locaux, essentiellement privés, en concurrence pour son appropriation, comme le célèbre entrepreneur et ancien Premier ministre originaire de Saïda, Rafic Hariri.

11Enfin, à Sour (Tyr), bien après le passage d’Ernest Renan, c’est au premier Directeur général des Antiquités du Liban indépendant qu'est revenue la charge de fouilles urbaines gigantesques et continues depuis les années 1950-60, lesquelles ont révélé les fondations d’une cathédrale croisée, une nécropole romaine et byzantine, un arc de triomphe, un hippodrome et un aqueduc. On ne peut ignorer le poids des déterminations politiques - historiquement situées - qui ont soutenu l’invention de ce haut-lieu presque exclusivement archéologique. Les excavations de Sour dans les années 1960, menées par la Direction générale des Antiquités (DGA), paraissent avoir « été appelée[s] à jouer un rôle dépassant largement [leurs] limites institutionnelles de promotion de la connaissance de la civilisation antique » (Zucconi, 1996 : 302). Il semble en effet que la geste archéologique à Sour ait conforté la politique et le discours réformateurs de la période du chehabisme (1958-1964) qui soutenait la modernisation des institutions et celle des rapports dans la société. En effet, l’édification du haut-lieu tyrien est indissociable d'une temporalité politique : derrière ce projet apparemment apolitique de fouilles à Sour, les acteurs interrogés évoquent le coup de force d’un État en constitution ou sa mise en scène monumentale. Le gigantisme de ces fouilles, qui mobilisèrent 200 ouvriers en continu, est encore présent dans certaines mémoires comme l'exaltation d'une morale du labeur, de l’effort et du volontarisme. Les sites archéologiques tyriens paraissent alors être désignés comme des condensés spatiaux dans lesquels s’est manifestée une démarche politique propre aux années 1960 (fig.1).

Agrandir

(cliché auteur mars 2007)

Fig. 1. Tyr : la percée monumentale dans le tissu urbain

12Pourtant, les entretiens menés révèlent aussi la relative obsolescence de ce modèle : le développement urbain de cette ville, à partir de la guerre civile, s'est fait en effet pour sa majeure partie en dehors de tout encadrement légal et contre les prescriptions patrimoniales en raison de la dissolution du pouvoir central et de la prise en main de la vie politique locale par la milice Amal. Cela s'est manifesté par la multiplication des illégalités (pratiques de squat dans les monuments à réhabiliter, infractions aux permis de construire) dans les périmètres de protection archéologique. La ville de Tyr est devenue un manifeste d'un autre temps, celui de l'infraction patrimoniale.

13Ainsi, au regard de l'enquête, Jbeil, Saïda et Sour nous paraissent avoir suivi des rythmes très spécifiques selon des logiques politiques successives. Chacune des trois villes paraît alors isolable comme « type » présentant des rythmes et modalités différenciés dans la patrimonialisation, successivement chargés de symboliser et d’incarner certains temps de l’action publique. Cette mémoire de ces différents temps institutionnels perdure, adhère aux lieux, l’« idée ne se sépar(ant) jamais complètement de l’exemple qui la suggère » (Levinas cité par Micoud, 1991). Nous pouvons dès lors proposer une ébauche de typologie de ces villes : Jbeil, modèle de « vertu patrimoniale », apparaît ainsi comme un système relativement pacifié et un conservatoire d’une ambition patrimoniale façonnée depuis le Mandat, où ont été éprouvés et se sont stabilisés les bréviaires de l’action publique archéologique et patrimoniale. Sour peut être analysée comme « haut-lieu » patrimonial des années 1960, aujourd’hui déchu et érigé en figure de ville pillée. Saïda constituerait le modèle intermédiaire qui symbolisa l'investissement des forces ottomanes dans l'archéologie avant d'être délaissée puis réinvestie comme vivier patrimonial par les forces locales.

14Le tableau serait lacunaire si l'on ne dégageait pas un temps décisif : celui de l’expérience de la guerre et de la reconstruction. À partir des discours produits par des experts indépendants (architectes, ingénieurs, militants du patrimoine), on observe en effet que la période de la guerre est analysée comme une bifurcation. Elle constitue à la fois une phase de mise en danger du patrimoine (destructions, constructions anarchiques) mais aussi un moment d’effervescence militante, notamment lors des débats pour les options de reconstruction qui ont posé la question de l'héritage matériel et spirituel libanais et de l'appropriation symbolique des lieux. Les épisodes de la reconstruction ont mis en balance deux mouvements : l'un serait un rebond vers le passé, la patrimonialisation, et l'autre une tension vers le futur, ce couple constituant deux modes de régulation des temporalités urbaines, parfois divergents (Djament, 2012).

Le temps de la patrimonialisation : une mise au pas des autres rythmes urbains ?

15C'est en 1984 que les villes de Jbeil et de Sour sont classées au patrimoine mondial de l’Unesco, la procédure ayant été accélérée dans le contexte d'urgence qui caractérisait l’époque (notamment pour prémunir Sour des bombardements israéliens). La labellisation « patrimoine mondial » a alors resynchronisé les rythmes de ces deux sites, les pliant à la temporalité propre de la conservation patrimoniale. Est-ce pour autant un gel, une « pause » dans la trajectoire de ces lieux ? Par ailleurs, quelle est l'incidence du classement sur les autres rythmes urbains ?

  • 3 On pense ici au cas des ports touristiques régulièrement projetés à Sour (1995 par exemple) et à By (...)
  • 4 Architecte jordanien notamment lauréat de l'Aga Khan Award for Architecture pour la Grande mosquée (...)

16Même si techniquement la tutelle de l'Unesco n'est que symbolique, les projets d’aménagement ou les lois qui pourraient remettre en cause l’intégrité du bien du point de vue de l’Unesco sont susceptibles de donner lieu à une recommandation du centre du patrimoine mondial, souvent suffisante pour empêcher leur réalisation. L’incidence territoriale peut ainsi être conséquente. À Tyr comme à Jbeil, la Direction générale des Antiquités s’est souvent saisie du classement comme d’une arme contre les élans urbanistiques illégaux pendant la guerre, initiés parfois par d’autres acteurs institutionnels tels que la Direction générale de l'Urbanisme ou le ministère du Transport dans les ports3. À Sour, le possible classement sur la liste du patrimoine en péril (menace réactivée en 2009) demeure d'ailleurs un référent puissant dans les paroles de certains acteurs. Quant à Saïda, la perspective d'un classement au patrimoine mondial est bloquée par le passage du boulevard maritime au pied de la vieille ville, rédhibitoire pour l'Unesco. Un projet plus intrusif encore que ce boulevard, proposé à l'issue d'un concours par l'architecte internationalement connu R. Badran4, et défendu par les proches de Hariri, proposait même un remblaiement massif en front de ville sur lequel serait bâtie une vieille ville pastiche et annexe (fig 2.). Les opposants au projet interrogés, parmi lesquels une équipe d'architectes fédérés autour de l'Ordre des Architectes et Ingénieurs et une partie de l'ancienne gauche locale, estiment que l'intervention symbolique de l'Unesco a agi comme un « frein » à la réalisation de ce projet, qui aurait alors définitivement interdit un éventuel classement futur.

Agrandir

Source. Farchakh Joanne, 2000 « Dollars et Aménagements incontrôlés- Menaces sur l’antique Sidon », Archeologia, n°364. p. 36-47.

Fig. 2. Le projet d’aménagement de la façade maritime de Saïda : une « marina urbaine ».

  • 5 Exemple, à propos de Jbeil : « on travaille dans une ville déjà muséifiée » (Entretien Direction gé (...)

17C’est également en vertu du principe d’authenticité défendu par l'Unesco qu’une forme particulière de protection a été instaurée. Certains acteurs locaux, y compris des agents du patrimoine (experts de la DGA, archéologues du site) brocardent cependant certains effets de cette forme de patrimonialisation ; elle ferait encourir le risque de gentrification et de muséification des vieilles villes. Les références au «  façadisme », à la « sanctuarisation » et à la « mise sous cloche » sont nombreuses dans les entretiens (le 19/07 avec un archéologue de la DGA, le 23/07 avec un archéologue consultant pour la Banque mondiale)5. C’est surtout Jbeil qui nous est décrit comme « figée dans son jus », fossilisée, vidée de sa dynamique résidentielle par la fouille, voire comme une « fausse vieille ville » (entretiens auteur 2009). Une telle trajectoire « bloquée » par le label patrimoine mondial de l’Unesco ne représente pas un cas isolé. La qualification « patrimoine mondial » agirait dans ce cas comme un arrêt sur image, « interrompant ainsi leur évolution en tant que lieu d'histoire, alors même qu’ (il)s deviennent partie intégrante du mythe global et globalisant de l'histoire et du patrimoine » (Carabelli, 1992 : 452).

18Mais c'est aussi au rythme du tourisme que ces trois sites obéissent, en partie subordonnés à des visites saisonnières et temporaires. À l'échelle de la journée, les itinéraires balisés, les fermetures nocturnes et un accès restreint à certaines heures cadencent ainsi la vie des lieux. À l'échelle de l'année, les interlocuteurs (commerçants, artisans) relèvent tous l'imprévisibilité de la fréquentation touristique liée aux crises géopolitiques régionales. Après la chute vertigineuse de la fréquentation en 2006, consécutive à la guerre des 33 jours, 2013 apparaît comme un nouveau coup d'arrêt à la reprise relative constatée depuis lors. À Saïda, pour le seul mois de juin, la fréquentation touristique est passée de 5 413 en 2010, 3 343 en 2011, 2 991 en 2012 et 967 en 2013.

19Or, il s'avère que ce temps touristique est largement désynchronisé et potentiellement en conflit avec celui des habitants. Cette mise en valeur repose sur l’exclusion de tous les signes non patrimoniaux (habitants, activités et constructions « parasites »), « partant du principe que la relation, de nature contemplative, qu’établit le visiteur avec le lieu, exige un vide presque absolu » (Sinou, 2001). À Jbeil, de mi-mai à octobre, dans l'ancienne ville, la piétonisation est de mise du début d'après-midi à minuit, à l'initiative de la municipalité actuelle. Laissant un intervalle libre pour les approvisionnements en matinée, elle est cependant accompagnée de rondes de policiers, jour et nuit jusqu'à la fin de la « saison » (fin octobre), chargés de repousser mendicité et vendeurs à la sauvette. L'ambulantage, peu conforme au tableau pittoresque construit pour le touriste, est désormais canalisé par l'obligation d’obtenir un permis et de louer des emplacements dans un jardin fermé dévolu à ces activités. Patrimonialisation et touristisation agissent ici comme un filtre exclusif et normatif sur les mouvements autorisés.

20Les interlocuteurs évoquent ainsi le conflit entre les impératifs de « fixation » dans le temps liée à la protection patrimoniale et les rythmes de la vie urbaine :

21Petit, ce site, c'était mon terrain de foot et pour nos moments de promenade (...). Après l'expropriation de la maison de ma famille pour les fouilles, il y a eu comme une coupure avec ces barrières, ces contrôles et on a dû faire le deuil de cet espace de vie (entretien habitant, Sour 24/07/2013).

22À l'expropriation formelle liée à l'achat des terrains anciennement habités pour la fouille, s'ajoute une expropriation idéelle, une interviewée évoquant sa « mémoire (du site) transformée en nostalgie » (entretien habitante 25/07/13). La juxtaposition d’un de ces ghettos archéologiques avec un camp palestinien, Al-Bass, devient même une fenêtre d'observation sur deux temporalités dissonantes : un espace archéologique gelé, soustrait à toute dynamique de construction depuis sa découverte, mais aussi un observatoire de la situation palestinienne indurée depuis l'installation des premiers réfugiés palestiniens en 1948. On relèvera cependant la résistance de certaines micro-pratiques informelles dans les lieux protégés. À Sour, dans le site « de la mer », une fréquentation nocturne, quelques rencontres amoureuses, des chasses aux escargots perduraient jusqu'il y a peu, mais stigmatisées par les institutions patrimoniales car non-conformes aux pratiques autorisées.

  • 6 Voir à ce sujet par exemple Ellen Hertz et Suzanne Chappaz-Wirthner, 2012, « Introduction : le “pat (...)

23Ce choix de la conservation et donc du gel est ainsi à l'origine de frictions et de télescopages avec d'autres logiques temporelles : temps des pratiques habitantes, temps du développement des villes. Mais, contrairement aux « hauts-lieux touristiques » par exemple, analysés par Maie Gérardot (2012), ces trois villes ne sont pas monorythmiques. Un lieu est dit « monorythmique quand il est organisé par un agencement temporel et spatial dominant » (Gérardot, 2007). Or, ici, des temps alternatifs résistent malgré tout à la normalisation patrimoniale, ils se désynchronisent de la temporalité officielle et la désavouent : des constructions illégales, des pratiques informelles ou des discours, de plus en plus fréquents, qui refusent une patrimonialisation-muséification6 contournent et se détournent du rythme patrimonial et touristique « venu d'en haut ».

  • 7 Soit l'« ensemble des faits sociaux ayant un statut de problèmes publics, faisant l’objet de contro (...)

24Cependant, depuis le tournant des années 2000, on observe de nouvelles relations entre temps du patrimoine et temps du territoire local, sans doute moins frictionnelles. Ces deux cadences semblent en effet de plus en plus concorder au sein des agendas urbains de ces trois villes7 à la faveur de nouveaux projets, parmi lesquels le Cultural Heritage and Urban Development (CHUD).

Le temps du projet urbain : un millefeuille de rythmes urbains parfois frictionnels

Une bifurcation dans l'action patrimoniale : l'avènement de l'action urbaine par projet

  • 8 Principale agence du gouvernement pour les investissements publics d’infrastructure.

25Le projet Cultural Heritage and Urban Development a été lancé en 1999 par des bailleurs de fonds internationaux tels que la Banque mondiale et l'Agence française de Développement (AFD). Cette ligne de crédit de quelque 62 millions de dollars est gérée par le Conseil pour le Développement et la Reconstruction (CDR)8 et concerne les centres anciens et les sites archéologiques de cinq municipalités (Baalbek, Jbeil, Sour, Saïda et Tripoli) dans un projet mêlant ambition patrimoniale et touristique et soutien au développement municipal (fig 3.). Un travail conséquent est par exemple engagé sur les façades maritimes et l'embellissement des espaces publics (fig 4). Alors que les anciens modes d'actions patrimoniaux avaient tenté de pérenniser un espace-temps de référence en soustrayant les sites à certaines dynamiques, la philosophie du projet CHUD s'en démarque. Elle énonce des mesures qui relèvent moins de la protection patrimoniale que du « développement urbain », travaillant notamment sur la connexion ville ancienne/villes « modernes ».

Durée

Préparation: 1998-2003

 

Phase I : 2004-2009

 

Phase II : 2010-2012

 

Phase III : 2013-2015

 

 

Financement

Banque mondiale 48 %

 

Agence française de Développement 19 %

 

Coopération italienne 16,1 %

 

Municipalités 8,5 %

 

Gouvernement libanais 3,6 %

 

Déficit 4,6 %

 

 

Agence d'exécution

Conseil pour le Développement et la Reconstruction (CDR)

Initiative

Gouvernement libanais

 

Banque mondiale

 

 

Budget par ville

Tripoli 20 millions US$

 

Baalbek 16 millions US$

 

Sour 14 millions US$

 

Saïda 5 millions US$

 

Byblos 4 millions US$

Fig. 3. Tableau de synthèse projet Chud : financement initial.

Sources : World Bank, 2003a, Project Appraisal Document, Washington D.C., N° 24488-LE.World Bank, 2001, Restructuring paper on a proposed project restructuring of LB-Cultural Heritage and Urban Development Project, Washington DC, n°66146.

Agrandir

(cliché auteur 18/07/2013)

Fig. 4. Le « vieux souk » de Jbeil dans le périmètre du projet Chud

26Si le projet urbain est incontestablement une « intention de ville », selon F. Ascher, dans le cas du CHUD il s'articule volontiers avec une réflexion sur le patrimoine et sur l'état « passé » de la ville. Il met en scène une exigence d’articulation entre souvenir et avenir, entre passé et futur. Assam Salam, ancien président de l’Ordre des Architectes et des Ingénieurs, insistait il y a longtemps déjà sur la nécessité de former les ingénieurs libanais dans l’idée que le patrimoine entretient des liens avec la notion de progrès qui s’en inspire (Beyhum, Salam, Tabet J., 1993). Par ailleurs, cette intervention par « projet » se généralisant dans la culture urbaine, elle s'accompagne de nouvelles références, mais aussi de nouvelles méthodes d'intervention. Une telle bifurcation révèle un changement de gouvernance, soit l’apparition de nouveaux dispositifs dans le cadre des politiques publiques destinés à coordonner les acteurs et leurs objectifs.

27Le CHUD s'inscrit dans un environnement pluraliste et complexe mettant en contact de nombreux acteurs (bailleurs de fonds, institutions nationales comme le CDR et la DGA, municipalités et société civile) mais sans que leurs rapports au temps ne soient nécessairement consensuels et convergents. Au détour du projet, on perçoit ainsi des situations dans lesquelles cette divergence s'exprime. Par exemple à Saïda, un débat s'est instauré sur le traitement de la place Bab al-Sarail, essentiellement entre les élus proches du clan Hariri et la gauche nassérienne locale. Si le principe de réhabilitation-conservation fut imposé, l'état antérieur de référence pour la réhabilitation fut l'objet d'une controverse. Pour certains interlocuteurs, cette place polyvalente reste associée à la période d'effervescence politique et aux forces nassériennes qui pouvaient s'y réunir dans les années 1960 et 1970 : « C'est vrai que c'était (...) vraiment la place de la résistance politique, alors il fallait respecter ça, retrouver son allure d'antan, quand les débats politiques avaient fière allure » (entretien architecte indépendant 03/07/2013 Saïda). Pour d'autres : « moi je me souvenais que c'était assez laid, du gravier, du béton, cette petite fontaine et ces deux ou trois arbres minables, donc je suis assez partisan d'une réhabilitation conforme aux standards internationaux, quitte à la transformer cette place. (...). La fontaine pour les animaux, il n'y en a plus d'usage, transformons la place pour la rendre touristique. Et puis des palmiers pourquoi pas » (entretien ingénieur de la municipalité, Beyrouth 2009).

28Les références temporelles valorisées divergent également au sujet du traitement du port de Sour. Une association explicitement positionnée sur le créneau du patrimoine et opposante historique au parti Amal revendique en effet une réhabilitation « carte postale des années 30 » (qualifiée ainsi selon ses détracteurs, entretien avec une journaliste 30/07/2013), alors que d'autres fustigent le choix « des pierres plutôt que des hommes » (entretien archéologue de la DGA, Beyrouth 30/07/2013) pour justifier des aménagements bonifiant les pratiques des pêcheurs, jugés inesthétiques et iconoclastes selon cette même association.

29Mais au-delà des controverses sur les options urbanistiques et leur passé de référence que nous pouvons considérer comme une temporalité externe au projet, il faut reconnaître que le projet, d'une part en fixant un point de fuite et un terme final, d'autre part en cheminant à travers ses séquences d'action vers cet état futur désiré, « se fixe un certain horizon temporel à l’intérieur duquel il évolue » (Boutinet, 1993 : 77). Il existe donc aussi une temporalité interne au projet que l'on peut s'autoriser à analyser.

La temporalité interne du projet : généalogie et séquençage du CHUD

30Le Chud est ainsi finement découpé en phases et finit par s'imposer comme une histoire « en soi », avec sa propre généalogie, une expérience créant un espace-temps qui fait sens. Ainsi, par exemple, le fait que Saïda soit entrée plus tardivement que les autres villes candidates dans le projet influence encore considérablement la poursuite des actions. Les études initiales n'y ont pas pris le caractère systématique des autres diagnostics, ce dont se plaignent certains acteurs pour lesquels « l'étude a été bâclée, on le paie aujourd'hui, remarquez notamment ce financement réduit » (entretien adjoint de la municipalité de Saïda 24/072013).

  • 9 À Byblos, on considère par exemple que le bureau AAA de J. Ligier Belair et G. Khayat a bénéficié d (...)

31En 2000, la sélection par appel d’offres des bureaux d'études puis des consultants a constitué une phase à forte incidence sur la perception ultérieure des projets. À Sour comme à Byblos, le fait que les deux équipes (respectivement Pierre El Khoury et l’Atelier des architectes associés - AAA) aient disposé d'une expérience préalable dans ces villes dès les années 1960 constitue un élément fréquent de légitimation dans les discours9. Inversement, la mort de Pierre El Khoury a été perçue comme un élément de déstabilisation pour ces interlocuteurs : « ça a été lourd ce changement, El Khoury, il avait une expérience intime avec la ville et le projet prenait aussi sens grâce à ça, là on change tout, ça risque de manquer de continuité » (entretien Association de défense du patrimoine de Tyr, 01/08/2013). Inversement, à Saïda, la carence de cette phase de concours est fréquemment pointée et mise à la charge du projet : le consultant - qui n'était pas préqualifié par la Banque mondiale - serait arrivé « par un accord de gré à gré, mais sans appel d'offres, ce qui pèse aujourd'hui » (entretien membre de la municipalité de Saïda 25/07/2013, experte indépendante proche de l'Unesco 22/07/13).

32Entré aujourd'hui dans sa troisième phase d'exécution, le CHUD permet d'observer l'enchevêtrement des échelles de temps :

33- le temps « court » de la vie quotidienne des habitants : perception immédiate des possibilités et des contraintes du projet pendant sa phase d'exécution,

34- le temps intermédiaire des élus et urbanistes : convoquant une durée médiane comme celle du mandat municipal pour réaliser des projets et mettre en œuvre des politiques (Lacaze, 2006).

35- enfin le temps long du changement économique et social qui peut amener certains espaces urbains à être délaissés ou au contraire valorisés.

36Or, dans ces villes, ces nouvelles méthodes d'intervention par projet génèrent certaines zones d’incertitude à toutes les échelles de temps.

37Dans le temps court, les « ratés » de l'exécution, comme les interruptions de chantiers, les travaux considérés comme « mal exécutés » et les nuisances associées sont ainsi devenus des motifs importants de plaintes locales. À Saïda, la défaillance d'un des deux contractants chargés de réhabiliter une moitié des façades du passage touristique a entraîné des ralentissements et surtout une défiance de la part d'une partie des habitants concernés, défiance partagée d’ailleurs par d'autres instances de la société civile (en atteste la pétition de mokhtars - maires - contre certains choix de coloration des façades). Les intervenants ont ainsi été amenés à ajuster leurs modes d'action pour convaincre de la viabilité du projet (fig 5.). Des démarches de consultation ont été ajoutées, un autre contractant a été sollicité.

Agrandir

(cliché auteur)

Fig. 5. Une rue « test » de Saïda dans le périmètre CHUD: Phase I : 03/ 2008

38Sur le temps long, une incertitude majeure demeure quant aux effets socio-économiques du projet et aux évolutions foncières des tissus urbains, ce qui infléchit le débat public. Le maintien sur place des habitants et la garantie de loyers raisonnables avaient bien été une conditionnalité du projet, mais les premiers effets immobiliers contredisent, à Sour, ces précautions initiales. Depuis 2008, le renchérissement observé des baux et des pas de portes, notamment sur la façade maritime, activent la crainte d'une gentrification et du départ, à long terme, des habitants les plus pauvres.

39Surtout, le projet CHUD a désormais traversé plusieurs épisodes électoraux municipaux (2004 et 2010) et parlementaires, posant la question de la continuité dans des termes différents selon les villes. Si les élections municipales à Sour ont fait émerger un nouveau maire, la ligne politique reste globalement la même, les élus gravitant toujours dans l'orbite d'Amal. Cette continuité, remarquable à l'échelle du projet, incite les observateurs à évoquer la stabilité municipale de Sour comme un facteur de « réussite relative du projet » (entretien technicien de la municipalité de Sour 25/07/13 et project manager du projet CHUD 19/07/13). Dans le même intervalle, à Jbeil, a été instaurée une présidence tournante du conseil municipal entre quatre élus, tandis qu'à Saïda se sont succédés trois maires en 1998, 2004 et 2010. Les orientations stratégiques et la philosophie d'action du CHUD n'ont pas pour autant été radicalement modifiées au fil de ces changements municipaux. Cependant, l'alternance à la tête des conseils autorise à se demander si les temps de la vie municipale n'influencent pas significativement les modes d'exécution du projet.

  • 10 Voir à ce sujet par exemple Myriam Catusse et Karam Karam (version auteur 2011), Fabriquer et gérer (...)

40Les épisodes de la campagne électorale sont en effet le moment des engagements ou des réengagements. À Jbeil, on relève dans les discours de campagne une volonté soit de s'appuyer sur le bilan des premières phases pour les équipes sortantes, soit d'en relever les écueils (retards, finitions contestées comme sur la voie d'accès à la mer). Ces échéances électorales sont aussi l'occasion de manifester des contestations de fond chez les opposants. À Jbeil, la première phase du projet a essentiellement achoppé sur le règlement conflictuel d’une affaire qui visait à déménager une station service installée sur un bien waqf sunnite, à l'entrée du souk, afin de ménager une perspective dégagée et un accès pédestre jusqu’à la citadelle (Catusse, Karam, 2009). La position éminente du propriétaire, son recours à la présidence de la République pour plaider son cas et la confessionnalisation du débat10 ont considérablement compliqué la négociation et la question a ressurgi lors de la campagne municipale suivante.

41Le temps du mandat devient ensuite celui de la mise en œuvre des engagements pris pendant la campagne, mais aussi celui de la poursuite de l'exécution du projet. L'arrivée d'une nouvelle équipe peut introduire une relative réforme des pratiques d’administration locale. À Saïda, c'est sur les choix techniques - qui pourraient paraître anecdotiques - qu'apparaissent ces divergences. Le traitement des façades a opposé les tenants des enduits et ceux de la pierre dénudée (fig. 6) ; la réalisation des sols a mis face à face les partisans de l'asphaltage du boulevard maritime et ceux du dallage en basalte. Derrière le caractère apparemment dérisoire de ces débats, c'est en fait la bipolarité politique de Saïda, entre proches de Hariri et leurs rivaux politiques, qui s'est manifestée sur ce terrain technique.

Agrandir

(cliché auteur 24/07/13)

Fig 6. Place Bab Al-Sarail à Saïda: l'hésitation entre pierre dénudée et pierre enduite

  • 11 Théorie explicative développée à partir des années 1990 en science politique qui insiste sur le poi (...)

42Pour autant, on ne surestimera pas le retentissement de ces changements électoraux sur la conduite du projet. La « dépendance au sentier »11 s'avère en effet suffisamment puissante pour qu'une certaine inertie s'impose dans le déroulement du projet. Malgré les changements de maires, les modifications stratégiques semblent en effet quasi intenables du fait des processus d’héritage : la lourdeur des procédures internationales, la continuité au sein du CDR et les longues carrières politiques locales (à propos du cas français voir Mény, 1983) impliquent que les accommodements restent bien souvent marginaux.

43Ainsi, à Saïda, des équipes techniques relativement pérennes ont donné un fil à l'action patrimoniale. Leur expérience s'est forgée auprès d'autres commanditaires, comme lorsque la fondation Hariri est intervenue sur la grande mosquée Al-Omari et la mosquée Al-Kikhia. Cette équipe, au fil des interventions auprès des privés (Hariri puis Audi, Debbane, Zeydan) puis auprès de la municipalité, dispose désormais d'une grande familiarité avec le terrain, d'une certaine expertise et de routines d'intervention. On les retrouve partiellement reproduites lors de l'exécution du projet CHUD, notamment dans les modes de négociation avec les habitants pour le traitement des illégalités ou le traitement des façades. Certains interlocuteurs interprètent même les options du projet CHUD comme de simples reprises d'un document produit par l'ancienne municipalité de 1998. En effet, à la faveur d'un concours pour la rénovation de la façade maritime, un projet de R. Badran avait été sélectionné partiellement (cf. supra) dont certaines propositions paraissent avoir largement guidé les choix du CHUD à Saïda, par exemple dans la mise en place du passage touristique.

44Ainsi les modifications du projet entre les différents conseils municipaux sont bien souvent peu perceptibles par les habitants. À Jbeil, les enquêtes auprès d'eux révèlent l'impression diffuse que « le projet est fini, non ? » (Entretien Jbeil été 2013) et sur tous les terrains on repère des confusions croissantes sur les origines des réalisations, sur le portage du projet (l’Unesco est cité au lieu de la Banque mondiale), les interviewés se méprenant souvent sur les travaux à imputer à la municipalité, aux acteurs privés ou effectivement au CHUD...

45Ainsi les entretiens auprès des acteurs politiques révèlent désormais une équivoque sur l'historicité du projet, c'est-à-dire sur la manière dont « les acteurs d’une société ou d’une communauté donnée [inscrivent] leur présent dans une histoire » (Bantigny, 2013) qui est largement dépendante de « la sélection historique que les sociétés pratiquent selon leurs exigences présentes » (ibid.). On recueille ainsi des versions non concordantes sur l'histoire du projet, sur sa date de commencement, ou des ignorances de la municipalité en charge de la candidature, ou enfin des confusions sur le séquençage des phases d'intervention. Par exemple, aucun interviewé ne donne de datation concordante du concours lancé par la municipalité de Sour pour la réhabilitation de certaines façades.

46L'allongement extrême des délais est une hypothèse pour expliquer ces confusions. Lacaze affirme que « l’unité de temps de l’urbaniste opérationnel, c’est la décennie : trois ans pour identifier le problème, gérer le débat public indispensable avant de passer à l’action, sacrifier aux procédures obligatoires, ensuite trois ans pour procéder aux acquisitions foncières, [...] effectuer les études d’exécution, passer toute une série de conventions [...], trois ans aussi pour faire sortir de terre une première tranche significative du projet … » (Lacaze, 2006). Mais pour expliquer ces récits déformés, il faut aussi reconnaître que certains acteurs privés, parfois marginalisés politiquement ou en quête de visibilité dans le champ politique, comme l'association A.I.S.T. (Association Internationale pour le Sauvegarde de Tyr), tentent stratégiquement de revendiquer la paternité du projet. Le souvenir des origines du CHUD comporte aujourd'hui des mythes, déformations, oublis, fantasmes, propres à tout récit historique et à toute narration (Lussault, 2001). Enfin, la conjoncture politique nationale et internationale infléchit aussi considérablement la conduite du projet. À quoi sont dues ces ruptures dans la temporalité du projet ?

Un projet en lévitation politique. L'attente et la suspension

47Dès le départ, en 2003, le protocole d’accord du prêt a été signé avec cinq mois de retard sur l'agenda de 2002, tandis que le Parlement ajournait par deux fois la ratification de l'emprunt, risquant même le retrait du prêt par la Banque mondiale. Alors que les neuf dixièmes des crédits devaient être déboursés pendant les quatre premières années et que le financement devait se clôturer au 31 décembre 2009 (Dewailly, Molina, 2007), la phase III de l'exécution demeure gelée à ce jour. Le projet était donc d'emblée marqué par le sceau du retard, ce qui s'est amplifié, avec des délais dilatés à l'extrême, du fait de la surimposition de grilles politiques.

48Les spasmes politiques nationaux et régionaux impriment en effet leur marque sur l'évolution des tissus (phases de destruction, reconstruction), mais grippent aussi la progression des projets urbains, en l'occurrence ici le CHUD, en constituant des nœuds ou «hernies» dans la conduite du projet. Les phases de négociation en amont de l'exécution se sont ainsi prolongées, notamment du fait des filtres politiques. L'emprise historique des édiles (Hariri, Berri...), qui polarisent la vie politique clientéliste libanaise, constitue une donnée indépassable pour saisir les scansions mais aussi les freins à la réalisation des projets. À l'échelle nationale comme microlocale, les relations d’allégeance créatrices d'obligations réciproques et personnalisées surdéterminent toute conduite de projet. Le CHUD, pourtant présenté comme apolitique, n'a pu progresser sans se frotter aux logiques prébendières, voire népotiques, de son terrain d'application : « les zuama, les patrons... on souhaitent les éviter, les contourner, sinon tout serait infaisable. Mais dans les faits tout passe par eux, leur validation est inévitable » (Interview consultant CHUD à Burj Hammoud 17/07/13). Aussi l'élément politique interfère-t-il dans la conduite du projet, comme à Saïda où le traitement de certaines portions de la façade maritime demeure englué par les restrictions émises par des patrons des deux bords politiques (pour conserver un accès à leurs clients par exemple). Alors que le projet prévoyait un traitement extensif des façades historiques, les constructions informelles générées pendant la guerre restent un point sur lequel les travaux butent, ces patrons empêchant souvent la destruction des parties illégales : « C'était envisageable en 2005 bien sûr quand le pays était assez calme mais avec la descente vertigineuse ensuite, beaucoup d'autorisations ont été bloquées. Cela prend du temps... d'autant que la loi n'est pas capable d'imposer quoique ce soit et que les pressions des patrons sont énormes » (Consultant CDR 17/07). À Sour, le traitement du port et la construction du futur bâtiment des pêcheurs se trouvent aussi largement ralentis par des manifestations d'hostilité d'acteurs privés. Pour ces derniers, le CHUD semble être devenu le projet prétexte pour manifester une opposition d’ordre politique à la municipalité en place, ce qui entraîne un certain ralentissement du projet.

49Inversement, à Jbeil, l'empressement et la surenchère des initiatives municipales et locales semblent prendre de court ou distancer les acteurs du projet CHUD. Sur une portion non traitée par le CHUD, un entrepreneur local, la Byblos Bank, a ainsi proposé un financement complémentaire pour une réhabilitation extensive (et fort rapidement menée comparativement au CHUD) des façades du souk, mais avec des options techniques déjugées par les experts du projet Banque mondiale (fig 7) : « les façades de la rue commerçante en pierre soi-disant "naturelle" mais c'est vraiment trop exagéré, on est dans le pastiche ! Ils n'ont pas pris le temps de la consultation des experts, mais on n'est pas en mesure de les tempérer » (interview Beyrouth été 2013).

Agrandir

(clichés auteur 23/07/ 2013)

Fig.7 Le relais pris par la municipalité : Restaurations de l’entrée du souk de Jbeil. Fonds municipaux et privés

50Dans les trois villes, émerge alors un discours dissident qui consiste avant tout à brocarder les lenteurs du projet CHUD, chaque étape étant de surcroît soumise à des pesanteurs administratives, à des négociations au niveau interministériel et à la disponibilité des crédits budgétaires. Ainsi, les délais exigés pour les bureaux d’étude paraissent extrêmement serrés comparés à ceux que l’administration s’octroie (Dewailly, Molina, 2007).

  • 12 Le projet de loi propose une approche intégrée et dynamique du patrimoine culturel, envisagé dans s (...)
  • 13 Un nouveau gouvernement a été nommé en février 2014 au terme de plus de dix mois de tractations lab (...)

51Par ailleurs, l'horizon temporel du projet est reformaté par des secousses politiques, comme la guerre de 2006, mais aussi plus récemment par le relatif délitement de certaines structures ministérielles. L'une des institutions partenaires, la Direction générale des Antiquités, est de plus en plus paralysée et crispée par la vacance de postes clés et surtout par le manque de moyens depuis 2009 au moins. Ceci gèle également le processus de vote de la future loi sur les Antiquités, en réflexion depuis le ministère de Ghassam Salame12, qui devrait servir de nouveau cadre juridique à toute intervention sur les tissus anciens. Mais surtout, depuis mars-avril 2013, l'absence d’approbation des dépenses publiques par le Conseil des Ministres et de validation par le Parlement deviennent des verrous importants dans la poursuite de la phase III, tant que la défaillance du gouvernement se poursuit13. Des contractants n'ont ainsi pas été payés pour des prestations livrées depuis 2007, faute de validation administrative. Certains pointent par ailleurs les effets pervers de ces ajournements : les designs proposés en début de cycle deviennent peu à peu obsolètes, inadaptés aux nouvelles donnes du terrain ; les enduits sont par exemple déjà dégradés. Même l'estimation des coûts devient caduque, puisqu’ils doivent désormais intégrer la maintenance des projets depuis longtemps réalisés en phase I.

52Le statu quo politique de 2013, s'il se joue à une échelle nationale, rejaillit aussi directement sur la temporalité, la procédure de la Banque mondiale ne pouvant s'accommoder d'un vide politique au niveau décisionnaire. À Saïda, des fonds demeurent bloqués et certaines entreprises étrangères refusaient toujours, à l'été 2013, d'intervenir sur le terrain du château de la terre depuis les évènements violents du printemps 2013 lors desquels des affrontements meurtriers avaient opposés les tenants d'un leader salafiste radical (le Cheikh Ahmad al-Assir) et l'armée libanaise.

53Ces écarts avec les conditions initiales, les compromis avec le terrain, sont fréquemment qualifiés par les interlocuteurs de « libanisation du projet » : « Au début on pensait que le projet Banque mondiale était très sérieux puis il s’est libanisé : des étapes ont sauté, d'autres ont été inventées » (interview architecte indépendant Sour, 24/072013). La multiplication des retards et des malfaçons est donc un facteur important du désaveu du projet auprès de certains membres de la société civile ; dans un contexte d'incertitude, les projets urbains et leurs résultats s'exposent donc à l'imprévu, notamment du fait du renouvellement des acteurs engagés. Mais cette dilution du temps du projet entraîne aussi des formes inventives dans sa conduite.

Les ajustements de l'agenda du CHUD : pragmatisme et formules ad hoc

54Des formes d'ajustements ont ainsi été inventées au cours du projet, au point d'être devenues des modes d'action classiques et intériorisés par tous les acteurs. Pour le passage touristique à Saïda, au gré des difficultés de mise en œuvre, des sections ont été retirées du projet, d'autres ajoutées, notamment quand les interventions se sont retrouvées bloquées dans les filets de la succession foncière, la dissémination des héritiers et donc de la division de la propriété. L'expérience en phase I des quelques rares expropriations (comme pour la station service de Jbeil), ou délogement (comme pour des squatteurs dans les propriétés de la DGA en façade sud à Sour), semblent avoir été des moments d’intense apprentissage pour toutes les parties. C'est à ces occasions qu'ont été testées des formes de négociations singulières, d'arrangements ad hoc, petit à petit réinvestis dans les phases ultérieures.

55À Sour, l’importance des illégalités contrariait profondément l’exécution du projet. La rénovation du bâtiment des pêcheurs sur le port risquait par ailleurs de se heurter à la question confessionnelle. Le projet ne pouvait par exemple faire l'économie d'une dotation équilibrée entre les différentes communautés, au risque de s'exposer à une conflictualité religieuse majeure. Pourtant la question ressurgit régulièrement et c’est par l’intercession de l’acteur municipal que le CDR tente de l’évacuer. Le règlement de ces questions a été dévolu à la municipalité de Sour par le biais de négociations particulières échappant à la rigidité des procédures prévues dans le cahier des charges du projet CHUD. Ces négociations ont allongé les délais mais semblent avoir paradoxalement permis une certaine coordination de valeurs et la construction d’une convergence, un « apprivoisement du malentendu » (Jole, 1999 : 215). Depuis, d'autres interventions de ce type ont ainsi été en quelque sorte lubrifiées, plus rapidement acceptées, du fait de la confiance générée par cette première expérience ; « une étrangeté surmontée, un acquis devenu habitus » (Ricoeur, 1991 : 376).

56Au fil du projet, des financements complémentaires (le prêt a quasiment doublé) ont aussi été débloqués par les bailleurs, surtout pour Saïda et à Sour pour l'entrée de la vieille ville, le bâtiment des pêcheurs et le Khan Al-Echle notamment : « ce projet, c'est une boîte à surprise, plein d'imprévus dans l’étude. Ça, les bailleurs l'ont accepté » (interview consultant CDR 17/07/2013). L'une des conditionnalités phares de la Banque mondiale consistait ainsi à limiter l'intervention au domaine strictement public. Au fil des phases, le projet s'est vu contraint de s'auto-amender en acceptant, à la marge de son mandat formel, des interventions discrètes sur les parties privées (sanitaires, assainissement minimal) quand les situations sociales dramatiques l'exigeaient. Se joue ici l'acceptabilité sociale du projet, qui se trouvait de plus en plus en bute aux accusations de « façadisme » - c'est-à-dire stigmatisé pour sa tendance à privilégier les interventions cosmétiques plutôt qu'attentif aux conditions de vie des habitants.

57Enfin, des mécanismes atypiques émergent en phase III, au cours de laquelle on voit apparaître des solutions pour financer a posteriori des actions prévues au départ, sur la promesse de prêts des bailleurs qui n'ont pas eu le temps d'être approuvés par le gouvernement avant la chute de celui-ci. Une pirouette permet en effet au CDR de réaliser lui-même des actions qui étaient éligibles au projet CHUD mais n’ont pu être enclenchées dans le temps imparti. À condition de respecter scrupuleusement le cahier des charges des bailleurs, le CDR peut prendre à sa charge ces projets et se fait rembourser rétroactivement.

58Les projets comme le CHUD sont donc des assemblages si complexes qu'ils s'exposent, sur la longue durée, au renouvellement des équipes, des réseaux et des conditions d'intervention. Ils sont donc enjoints à convertir leurs modes d'actions, leurs ressources et il serait vain de chercher à leur imprimer une trajectoire linéaire, ce qu'observe G. Pinson (2006 : 638) dans d'autres contextes. De ce point de vue, on repère en effet une forme d'intelligence du projet, qui détient suffisamment de souplesse pour s'ajuster, voire s'amender en fonction des temporalités politiques.

59Enfin, on constate que le CHUD a acquis une telle durabilité qu'il se transforme en politique au long cours. À Sour, dès le début du projet, le bureau Pierre El Khoury concevait un planning de 25 actions étalées sur 25 ans. Si la Banque mondiale en a retenu sept, l'étude initiale visait à enclencher un effet boule de neige qui conduirait progressivement les acteurs locaux à prendre le relais du CHUD, notamment dans les actions sur les khans, conçues comme des incubateurs de nouveaux projets, ou sur des portions de façades qui demeurent globalement inaccessibles au projet (fig.8).

Agrandir

(clichés auteur 24/07/2013)

Fig. 8. Des initiatives endogènes : actions des habitants sur les façades de la vieille ville de Tyr

60Dans cette perspective de durabilité, des études ont été lancées, à Sour et à Saïda, pour des plans stratégiques à long terme. Dans le cas de Sour, le fait que la municipalité ait été peu à peu acculturée par le projet CHUD aux exigences de l'action urbaine est un élément expliquant l'enclenchement d'une étude pour un plan stratégique destiné à élargir l'action au-delà du centre ancien. Il est actuellement au stade du diagnostic, tandis que celui de Saïda est engagé depuis 2012. À Jbeil, l'intensité des initiatives locales a convaincu les bailleurs de ne poser que quelques ferments et à parier sur le relais pris par les acteurs locaux : « pour ce qui est de la route piétonnière jusqu'au port, le budget semble insuffisant, on préfère faire cent mètres, nous [le CDR], mais eux [les acteurs locaux] devraient trouver le budget pour la continuer » (interview consultant CDR et CHUD 17/07/2013). Les bailleurs rechignent à financer davantage à Jbeil car « la ville avance bien sans nous, (...) la boule de neige est déjà partie » (interview consultant CDR et CHUD 17/07/2013).

61Cette pérennité se traduit enfin par la place exponentielle accordée aux mesures d'évaluation. Confiée à un bureau indépendant, le Consultation and Research Institute, bien que ralentie et même décalée (la phase II de l'évaluation était prévue pour 2009), ce regard rétrospectif tend à devenir un exercice obligé des politiques publiques. Ici, l'évaluateur a acquis une expertise du terrain qui lui est reconnue même par les bailleurs. Ceux-ci recourent en effet de plus en plus à ce bureau pour des missions quasi archivistiques et il est considéré comme un gardien de la « mémoire » du projet du fait de la stabilité de son équipe, au contraire des autres institutions engagées dans le projet. La mission de ce bureau dépasse aussi celle d'un simple observateur de la continuité du projet et les experts de l'équipe se voient de plus en plus amenés vers des missions qui transcendent l'évaluation. En engageant un diagnostic pour le futur plan stratégique de Sour, dans un autre cadre, l'évaluateur est devenu acteur, du fait de l'allongement des temporalités du projet.

62Progressivement, le projet CHUD, pensé au départ comme une action opérationnelle bornée dans le temps, est ainsi devenu un système en soi. Sa pérennisation sur le long terme, la construction et le maintien des réseaux et cultures d'interventions communes construites lors de son déroulement, et la transformation de dispositifs ad hoc en routines d'intervention semblent être devenus « des objectifs aussi importants que la substance même des projets » (Pinson, 2006 : 638).

Conclusion

63Le poids de la question patrimoniale dans les villes de Jbeil, Saïda et Sour invite à une réflexion sur les temporalités, ce qui irrigue inévitablement les débats locaux. En effet, toute patrimonialisation fait nécessairement appel au regard qu'une société porte sur son passé et à la sélection qui s'opère entre les différentes strates historiques de son espace.

64Pour autant, chaque territoire répond à ces politiques patrimoniales selon son propre rythme, « chaque territoire possède en effet sa propre couleur temporelle qui est fonction de ses caractéristiques économiques, sociales et culturelles. La sédimentation historique a généré des temps collectifs et des rythmes collectifs différents de ceux du territoire voisin » (Boulin, 2003). La grande précocité des initiatives patrimoniales et touristiques à Jbeil en a fait un haut-lieu pionnier au Liban en la matière. Sour, qui avait construit son profil patrimonial surtout dans les années 1960 puis 1980 (zonages surtout archéologiques, aujourd'hui partiellement obsolètes), est entrée dans un cycle de valorisation patrimoniale assez inédit, insufflé par les techniques du projet CHUD (contractualisation et participation) et favorisé par la grande stabilité du champ politique local. Saïda enfin apparaitrait comme un modèle intermédiaire et complexe où alternent les périodes d'iconoclasme (guerre, construction du boulevard maritime...) et de zèle patrimonial.

65Pour autant, on observe des éléments de convergence entre ces villes. La rencontre entre rythmes du patrimoine et temps des politiques urbaines semble ainsi s’être réalisée dans ces trois cas selon des modes essentiellement antagonistes et se sont désynchronisés, générant des situations conflictuelles et des télescopages entre objectifs patrimoniaux et aménagement.

66Aujourd'hui, les nouvelles cultures d'intervention en sites anciens, observables à travers une initiative comme le CHUD, témoignent d'un dialogue renouvelé entre le temps du patrimoine « qui s’impose dans son en-soi temporel » (Paquot, 2001 : 112) et celui du projet urbain ouvert « à l’initiative anticipatrice » (Ibid.). Ces deux temporalités paraissent ainsi sommées de se resynchroniser à la faveur d'agendas urbains qui sont désormais animés simultanément par le vocable du patrimoine et par les injonctions de durabilité, conformément aux prescriptions des bailleurs de fond internationaux. Ces initiatives apparaissent particulièrement élastiques, ondulant entre les temporalités des différents acteurs et réinventant leurs modes de faire dans un espace-temps inédit : le projet au long cours.

67Pourtant les pesanteurs, essentiellement d'ordre politique, du système libanais, demeurent un canevas temporel duquel le CHUD ne parvient pas totalement à s'extraire, le détournant de ses objectifs affichés de « développement urbain ». Le clientélisme local, l'instabilité régionale assignent des réajustements dans les séquences, rythmes mais aussi finalités de ces actions urbaines. Les conflits locaux témoignent enfin d'un autre malentendu temporel qu’il resterait à investir pleinement : la disjonction entre les temps institutionnels des projets patrimoniaux et urbains et ceux des pratiques habitantes.

Haut de page

Bibliographie

Akl Ziad et Davie Michael (dir.), 1999, Questions sur le patrimoine architectural et urbain au Liban, Beyrouth et Tours, Alba/Urbama.

Bantigny Ludivine, 2013, « Historicités du xxe siècle. Quelques jalons sur une notion », Vingtième Siècle. Revue d'histoire 2013/1, n° 117, p. 13-25.

Boulin Jean-Yves, 2003, « Temps sociaux et gouvernance territoriale », in Beauchard Jacques (dir.), La mosaïque territoriale, p. 109-122.

Boutinet Jean-Pierre, 1993, Anthropologie du projet, Paris, PUF.

Carabelli Roméo, 1999, L’évolution des vestiges portugais : quelle intégration dans le Maroc contemporain ?, Tours, Thèse Urbama.

Catusse Myriam, Karam Karam, 2009, « Le “développement” contre la “représentation”, comparer la “technicisation” du gouvernement local au Liban et au Maroc » in Camau Michel et Massardier Gilles (dir.), Démocraties et autoritarismes - Fragmentation et hybridation des régimes, p. 85-120.

Chesneaux Jean, 2001, « Mémoire urbaine et projet urbain » in Paquot Thierry, Le quotidien urbain, Paris, La Découverte.

Deluermoz Quentin, 2013, « Les formes incertaines du temps. Une histoire des historicités est-elle possible ? », Vingtième Siècle. Revue d'histoire 2013/1 n° 117, p. 3-11.

Dewailly Bruno et Molina Anthony, 2004, « Le projet urbain comme nouveau mode de régulation politique : « les poids territoriaux, le choc des réseaux » ! L’exemple du programme Chud de la Banque mondiale au Liban », in Signoles Pierre (dir.), Gouvernance et territorialités dans le Monde Arabe, 55 p. (non publié).

Jole Michèle, 1999, « Le parler de la négociation dans le projet urbain : construction de la réunion comme objet de recherche », Langages singuliers et partagés de l’urbain, Paris, L’Harmattan, p. 213-219.

Djament Géraldine, 2012, Patrimoine et résilience urbaine, Séminaire commun PCEU- Résilience urbaine (en ligne sur le site de l'ENS).

Gérardot Maie, 2012 « Les enjeux du rythme pour la géographie », Rhuthmos, [en ligne : http://rhuthmos.eu/spip.php?article763].

Gérardot Maie, 2007, « Penser en rythmes », EspacesTemps, Travaux, [en ligne: http://www.espacestemps.net/articles/penser-en-rythmes/].

Hartog François, 2003, Régimes d’historicité. Présentisme et expériences du temps, Paris, Seuil.

Lacaze Jean-Paul., 2006, La transformation des villes et des politiques urbaines - 1945-2005, Paris, Presses des Ponts et Chaussées.

Lussault Michel, 2001, « Temps et récits dans les politiques urbaines » in Paquot Thierry (dir.), Le quotidien urbain, essais sur les temps de la ville, Paris, La Découverte, Institut des villes.

Meny Yves, 1983, « Le maire, ici et ailleurs », Pouvoirs n°24.

Micoud André, 1991, « La production symbolique de lieux exemplaires » et « Des lieux pour faire croire à de nouveaux espaces » in Les Hauts Lieux, Lyon, Éditions CNRS, p. 1-63.

Paquot Thierry, 2001, Le quotidien urbain, Paris, La Découverte.

Pinson Gilles, 2006, « Projets de ville et gouvernance urbaine. Pluralisation des espaces politiques et recomposition d’une capacité d’action collective dans les villes européennes », Revue française de science politique vol.56, n°4, p. 619-651.

Ricœur Paul, 1991, Temps et récit, t. III : Le temps raconté, Paris, Seuil.

Sader Hélène et alii, 1998, Baalbek: image and monument 1898-1998, Verlag, Stuttgart, Vol. 69 de Beiruter Texte und Studien.

Salam Assem, Beyhum Nabil et Tabet Jad (dir.), 1993, Beyrouth : construire l’avenir, reconstruire le passé ?, Beyrouth, Urban Research Institute.

Sinou Alain, 2001, Dispositifs et enjeux du processus de mondialisation du patrimoine bâti, Mémoire d’Habilitation à diriger des recherches, 2ème partie, Paris.

Zucconi Guido, 1996, « Le destin de la Rome antique au début du siècle », in Lamy Yvon (dir.), L’alchimie du patrimoine, discours et politiques, Bordeaux, Emsha.Image 100002000000000C0000000CAD2F30BE.png

Haut de page

Notes

1 Auxquels s’ajoutent des entretiens menés lors d’un précédent séjour de terrain en 2009.

2 Voir à ce propos notamment Davie May, « Enjeux et identités dans la genèse du patrimoine libanais », in Akl Ziad et Davie Michael, 1999.

3 On pense ici au cas des ports touristiques régulièrement projetés à Sour (1995 par exemple) et à Byblos (1970 puis 1997 et 2003). En septembre 1995, le directeur du Centre du patrimoine mondial saisit par exemple les autorités libanaises de la question du projet de remblaiement d'une partie de la baie jouxtant le vieux port nord de Tyr (dans l'environnement immédiat du site inscrit au patrimoine mondial) dans le but d'y construire un complexe touristique.

4 Architecte jordanien notamment lauréat de l'Aga Khan Award for Architecture pour la Grande mosquée de Riyadh

5 Exemple, à propos de Jbeil : « on travaille dans une ville déjà muséifiée » (Entretien Direction générale des Antiquités, 2009).

6 Voir à ce sujet par exemple Ellen Hertz et Suzanne Chappaz-Wirthner, 2012, « Introduction : le “patrimoine” a-t-il fait son temps ? » ethnographiques.org, numéro 24 (http://www.ethnographiques.org/2012/Hertz,Chappaz-Wirthner).

7 Soit l'« ensemble des faits sociaux ayant un statut de problèmes publics, faisant l’objet de controverses et de débats à l’échelle d’une agglomération urbaine et appelant une intervention publique à cette même échelle » in G. Pinson, 2006.

8 Principale agence du gouvernement pour les investissements publics d’infrastructure.

9 À Byblos, on considère par exemple que le bureau AAA de J. Ligier Belair et G. Khayat a bénéficié de l'image renvoyée par sa restauration du vieux Jounieh et d'îlots « vitrines » dans le projet Solidere, le programme de reconstruction du centre ville de Beyrouth.

10 Voir à ce sujet par exemple Myriam Catusse et Karam Karam (version auteur 2011), Fabriquer et gérer de « l’héritage » : projets de développement et jeux de pouvoirs à Jbeil (Liban).

11 Théorie explicative développée à partir des années 1990 en science politique qui insiste sur le poids des décisions effectuées dans le passé sur les décisions présentes et futures.

12 Le projet de loi propose une approche intégrée et dynamique du patrimoine culturel, envisagé dans son contexte social.

13 Un nouveau gouvernement a été nommé en février 2014 au terme de plus de dix mois de tractations laborieuses.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maud Moussi, « Temps du patrimoine, temps des projets urbains : télescopage et fusions à Jbeil, Saïda, Sour (Liban).  », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 136 | novembre 2014, mis en ligne le 01 décembre 2014, consulté le 28 avril 2017. URL : http://remmm.revues.org/8863

Haut de page

Auteur

Maud Moussi

Emam, laboratoire Citeres Cnrs/Université François Rabelais de Tours

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page