Navigation – Plan du site
Etudes libres

Renouvellement des espaces habités spécifiques aux régions sahariennes, l’exemple de Béchar

Renewal of inhabited areas spécific to Saharan Regions : the Bechar example
Naima Hadj Mohamed et Mohamed Madani

Résumés

Autrefois, les espaces habités spécifiques aux régions sahariennes de l’Algérie présentaient des lieux typiques enracinés dans leur environnement, offrant des établissements humains intégrés tels les «ksour». Par contre, l’habitat produit par la « modernisation », en rupture avec les modes de conception originels, s’écarte du cadre de vie des habitants et défie l’environnement saharien. Aujourd’hui, l’habiter contemporain manifeste des situations de conflit de rationalités et de confrontation culturelle que traduisent les réappropriations par les usagers de leurs espaces de vie. Cette dynamique révèle une volonté de réduire l’écart entre type architectural exogène imposé et mode d’habiter ancestral occulté et met en scène des acteurs urbains significatifs. Comment ces pratiques participent-elles au renouvellement d’espaces domestiques contemporains ? Une intrusion dans l’habitat collectif et les maisons individuelles de la ville de Béchar apporte des réponses à cette question.

Haut de page

Notes de la rédaction

La parution de cet article sur support papier est prévue pour le numéro 139 (printemps 2016)

Texte intégral

1L’habitat traditionnel des milieux sahariens de l’Algérie s’exprime par un modèle d’établissement uniforme soumis, à la fois, aux exigences rituelles, aux impératifs de l’isolement et aux contraintes du climat. L’espace ainsi produit se traduit par les différents ksour représentant, en général, des modes d’implantation agglomérés spécifiques à ces milieux et liés par une relation organique avec la palmeraie (oasis). De fait, « Ce type d’habitat exprime aussi bien les contraintes environnementales que le reflet de la culture locale » (Moussaoui, 2002 : 8). Cependant, aujourd’hui, à la suite des divers changements sociétaux, la nouvelle habitation saharienne connaît des mutations profondes. En effet, la forme ancienne, simple de conception, est en train d’évoluer vers des formes plus complexes qui n’intègrent plus l’environnement existant et les cultures locales. Actuellement, cet «espace bâti familial est le plus souvent désapproprié, comme s’il était étranger aux êtres qui l’habitent » (Côte, 1993 : 257). D’ailleurs, les nouvelles cités édifiées sont beaucoup moins réussies que les cités traditionnelles (Godard, 1954) : elles manifestent la perte d’une conception adaptée au contexte de la ville saharienne.

2Cette problématique des formes, des environnements et des modes de vie nous interpelle et s’impose aujourd’hui avec force devant l’absence de prise en compte de la spécificité saharienne dans les politiques d’aménagement en Algérie. Dans la région saharienne, des études sont indispensables pour réévaluer les projets d’habitations modernes dans leurs conditions écologiques et culturelles spécifiques afin d’assurer leur développement efficient et durable. A cette fin, le présent travail qui part d’enquêtes portant sur la ville de Béchar (sud-ouest algérien) s’efforce d’étudier l’impact du passé, du présent et du local sur les logements en cours d’usage afin de dégager de nouveaux principes qui pourraient servir à une démarche de projet reposant sur une vision plus appropriée de l’habitation saharienne.

Exploration des nouveaux modes d’Habitabilité

3La recherche sous-jacente à cette contribution s’est basée sur une investigation menée au cours de la période 2008 / 2011. Utilisant une approche ethno-architecturale (Pinson, Madani, 1997) qui associe, à la fois, des entretiens semi-directifs (Raymond, 2001), des techniques architecturales (relevés, analyses des plans et photographies) et des observations avec prise de notes réalisées in situ, l’enquête a choisi comme terrain d’étude les habitations autoproduites par les résidents de la ville de Béchar car, dans ce cas là, des aspirations librement adoptées sont matérialisées dans l’espace habité.

4Au départ, un travail de pré-enquête (2008) s’est attaché à réunir une première série d’informations qualitatives significatives : ressemblance remarquable dans les conceptions des habitations de la ville, multiplication des initiatives de modification dans les appartements collectifs, récurrence des mêmes transformations dans les différents types de logements, observation d’un certain syncrétisme (entrelacement des pratiques traditionnelles et modernes) dans chaque habitation, etc. De ce premier contact avec le terrain, un certain nombre d’images fortes commençaient à émerger : hospitalité, intimité, confort, centralité. Partant de là, il devenait nécessaire de sélectionner les questions les plus pertinentes de manière à pouvoir appréhender au plus près des usagers le degré de résistance des repères culturels originels et celui d’adoption de signes nouveaux de la modernité dans les maisons étudiées.

  • 1 Dans le texte, les interviewés sont désignés par des codes selon le type de logement habité : LC po (...)

5L’enquête proprement dite a porté, dans une seconde phase, sur un programme d’investigation plus large où deux guides d’entretiens semi directifs ont été élaborés pour saisir l’expression des pratiques habitantes, à travers des discours signifiants, dans l’habitat collectif et les maisons individuelles. Dans le premier cas, un corpus comprenant 15 interviewés a été défini en rapport avec l’aspect qualitatif (non strictement représentatif de la population enquêtée) : les sujets initiant les transformations les plus courantes et les plus significatives ont été retenus. L’intrusion dans ce microcosme a permis de dégager des axes communs de réappropriation définis à partir de la réalité de la confrontation culturelle que connaît la ville de Béchar en rapport avec son contexte spécifique. Dans une troisième phase, 15 habitants de maisons individuelles ont été interviewés en tentant de faire varier leurs caractéristiques socio-économiques et culturelles. Cette dernière « grappe » d’enquêtés comprend des immigrants d’autres régions du pays, notamment ceux venant des hauts plateaux (Saida, El Bayadh, Naama, Mécheria). Les données recueillies ont permis de consolider les conclusions intermédiaires tirées de la seconde phase de l’enquête permettant ainsi de mieux saisir l’incidence du territoire saharien sur les espaces domestiques1.

Territoire saharien et habitat traditionnel

6Les territoires sahariens, majeure partie du pays (88 % du territoire national), sont vus comme des espaces « déserts » vastes et fragiles où les contraintes au développement et à l'aménagement sont importantes : vastes étendues désertiques, fragilité de l’écosystème, monotonie, rareté de l'eau… De plus, cet espace est marqué par un climat rigoureux, chaud et sec en été et très froid en hiver : « Le Sahara est un pays chaud où règne un froid intense » (Elm, 1966). Régime thermique très contrasté, précipitations rares et irrégulières, violents vents de sable pouvant atteindre 100 km/h, toutes ces conditions constituent des barrières qui ont été, progressivement, franchies : « autrefois, il a pu y avoir une vie intense au Sahara » (Bisson, 1995).

Image 10000000000000D3000000DBC2C28B03.jpg

7Mais, depuis les temps immémoriaux, cet espace ne comptait que des densités infimes et ponctuelles définies par des micro-urbanisations (Côte, 1999), qui doivent, pour la plupart, leur raison d’être à leur rôle de relais sur les grandes routes transsahariennes (In Salah, Adrar, Ouargla). Dans ces voies, des mouvements méridiens de transhumance ou de commerce s’animaient, unifiant Sahara et Algérie septentrionale (Côte, 1990). Ainsi, ces villes du Sahara se définissent à partir d’un type d’habitat groupé lié à la présence d'une palmeraie, de cultures stratifiées et de modes singuliers de distribution de l'eau (Marouf, 1980). Il s’agit, alors, de villes faisant référence au climat aride et à l'enclavement au sein d'étendues vides.

8Aujourd’hui, la création architecturale n'a plus aucune relation avec l'environnement naturel, encore moins avec le désert. Les changements sont si profonds que cette spécificité saharienne est en train de disparaître. Les tissus se sont largement étendus avec une forte diversification des activités au moment où l’habitation se métamorphose s’éloignant, parfois radicalement, des logiques locales et environnementales. Tout le défi est là : Comment rendre vivable un tel milieu dans un type de paysage dont bien des traits ont fait depuis toujours la particularité du Sahara ? Est-il possible d’occulter la référence à un passé et à un environnement qui ont puissamment marqué et spécifié le cadre bâti traditionnel ?

9De même, nous ne pouvons ignorer la haute qualité de vie dans les noyaux anciens des villes sahariennes. Fondés selon les traditions et les conditions climatiques du milieu aride, ils sont rattachés à l’histoire du lieu. La morphologie des ksour présente des formes compactes, de couleur terre, au sein d’un espace vert (la palmeraie). Selon K. Mahrour, la forme répond à un principe d’organicité avec diverses échelles d'appropriation de l'environnement : l'échelle de l'édifice (habitation ou édifice public), l'échelle de l'unité urbaine (l’îlot), l'échelle de la cité (ksar) et l'échelle du territoire.

Agrandir

10Cette architecture part des besoins élémentaires de l'homme (matériaux locaux, climat, genre de vie, formes, couleurs). Elle constitue une référence dans la parfaite harmonie entre l’organisation sociale, le système d’urbanisation, la typologie architecturale, la maîtrise des ressources hydriques et l’équilibre écologique.

11Pour l’habitation, l’espace ksourien développe des concepts dignes d’un répertoire référentiel pour l’architecture durable qui associe confort, respect de l’environnement et culture locale. A cet effet, nous relevons :

12Une typologie à patio en réponse à un climat extrême. Ce patio appelé haouch assure une polyvalence fonctionnelle à la maison. Il est très souvent couvert sur sa plus grande surface mais possède une ouverture dite Ain eddar (littéralement : l’œil de la maison), en haut et au centre, qui lui donne de l’air et de la lumière (Delheure, 1973).

13Une articulation vers la rue par une entrée en chicane appelée skifa, conçue pour préserver l’intérieur des regards étrangers.

14Une disposition du salon appelé salla juste à l’entrée de la maison. Cet espace fondamental est bien distingué et privilégié par rapport aux autres espaces familiaux pour une expression très forte de la question d’hospitalité et de réception.

15Des espaces couverts/ouverts sous forme de galeries à arcades, orientés généralement sud, pour profiter de la chaleur ambiante en hiver et se protéger des rayons presque verticaux en été.

16Une appropriation intensive des espaces extérieurs comme haouch, stah ou cour, répondant aux exigences climatiques.

17Des façades presque aveugles à l’extérieur avec des parois épaisses revêtues de végétation pour cacher une architecture singulière. Mais les vraies façades de la maison sont tournées vers l’intérieur et donnent sur la cour où s’organise la vie familiale.

18Une couleur claire pour réfléchir le fort rayonnement solaire en été (la puissance est d’environ 2263 kWh/m²/an dans ces régions).

19Ce système particulier est inscrit dans une logique globale d’organisation spatiale cachée et régie par des polarités structurelles (Bousnina, 2004) dessinant des « axes spatio-symboliques » dans le sol : espace masculin/espace féminin, espace familial/espace des invités, espace estival/espace hivernal, espace diurne/espace nocturne, espace central/espace périphérique.

Image 100000000000016E000000BCB1840CE5.jpg

20Cependant, ces spécificités traditionnelles n'ont pas cessé d'évoluer au cours des différentes périodes historiques et connaissent, aujourd’hui, des mutations décisives :

« (…) malgré la permanence de certains de ses éléments constitutifs, la maison traditionnelle a tout de même évoluée. Des mutations profondes ont transformé son apparence extérieure. En revanche des changements moins prégnants ont touché l’organisation de ses espaces et leurs affectations » (Sriti : 562).

  • 2 C’est surtout sur les façades que s’expriment le plus les changements du modèle traditionnel au pro (...)

21Cette recherche qui porte sur la ville saharienne de Biskra (sud-est du pays) montre que l’habitation se réfère, dans ses expressions contemporaines, à une structure spatiale traditionnelle évoluant sous l’effet des transformations qui affectent son usage et sa forme extérieure. Progressivement, une certaine hybridité s’impose mêlant caractères anciens et éléments nouveaux. Ces derniers concernent, notamment, les aspects techniques liés à la mise en œuvre et aux choix des matériaux, les aspects esthétiques touchant la décoration intérieure et le traitement extérieur2 et les changements affectant la configuration des pièces et leur fonctionnement en rapport avec l’apparition de nouvelles pratiques. Par contre, dans le registre des permanences, cette recherche met en exergue :

22L’espace central qui structure la maison traditionnelle en montrant qu’il est «recrudescent dans les types transitionnels et contemporains (…) il reste jusqu’à ce jour l’espace de distribution majeur de la maison » (Ibid.).

23Une structuration de l’espace domestique fondée sur une polarité devant-arrière et /ou bas-haut ».

24Une bipartition de la maison entre une partie pour les invités et une partie pour la famille.

25S’inscrivant dans le même registre, d’autres recherches, comme celle de Layachi (2005), étudient la question de la réinterprétation des invariants dans un tissu vernaculaire dans des villes arabo-musulmanes en général et quelques agglomérations de la wilaya de Béchar en particulier (Beni Abbès, Kenadsa, Tabelbala). Cette étude démontre que les principes organisationnels et les éléments formels constitutifs d’une maison, d’un tissu ou d’une cité, subsistent tout au long de leur processus d’évolution. Ce sont les types qui ont résisté aux mutations radicales, même en prenant des expressions différentes. Parmi ces dernières, l’auteur relève les principes d’introversion et de centralité dans les maisons, les limites et la recherche de l’intimité, la progression hiérarchique des espaces et la recherche du confort thermique.

Dynamique modernisatrice et pratiques transformatrices

26Dans le cadre de cette évolution, il semble bien que la maison traditionnelle de Béchar connaisse le même sort : les principes structurant ce type d’habitation résistent et persistent jusqu’à l’heure actuelle en se reproduisant et en s’adaptent aux nouvelles exigences de la vie moderne. Ce constat est visible dans les deux formes d’habitat étudiées. Si on considère les logements collectifs édifiés dans les normes de la modernité, il est aisé d’observer les nombreuses transformations introduites dans les espaces domestiques pour les « conformer » ainsi aux logiques locales. La même démarche adaptatrice semble toucher les habitations individuelles qui se réalisent aujourd’hui par les auto-constructeurs. En effet, même touchés par les influences culturelles modernes, les habitants semblent adopter dans leurs demeures les mêmes principes locaux d’autrefois.

Logements collectifs : différenciations et compromis

27Les résultats de nos investigations traduisent une dynamique de transformations/modifications de la configuration globale des appartements de la ville, structurée autour de l’aspiration à une meilleure appropriation de l’espace résidentiel-domestique. Dès lors, des négociations s’engagent cherchant un accord commun entre les deux conceptions moderne et traditionnelle se traduisant par deux types de solutions. Nous trouvons, en premier lieu, une réaction de différenciation (figure n°4) qui est expliquée par une évaluation négative faite par l’habitant. Cette perception entraîne une action de transformation afin de rendre l’espace favorable et conforme à son mode de vie :

« Il existe plein de défauts dans de ce logement tels que l’exiguïté des espaces, le vis-à-vis, la mauvaise qualité de construction…, ces appartements sont trop loin de nos traditions. On était obligé de tout refaire avant d’y habiter » (LC4).

28Dans le deuxième cas, nous observons une situation de compromis (figure n°5) résultant d’une évaluation positive, donc d’une acceptation de ce qui a été proposé et qui ne contredit pas l’image valorisée :

« Moi, je me sens bien dans cet appartement parce qu’il est moderne et maitrisé par rapport à notre ancienne maison. Après correction de certains défauts, ça devient plus propre et mieux organisé… On est plus à l’aise » (LC12).

Agrandir

Figure 4 : Relevé des transformations au niveau des logements collectifs à Béchar, Source : Auteur, 2008

Agrandir

Figure 5 : Relevé des éléments conservés au niveau des logements collectifs à Béchar, Source : Auteur, 2008

29Il ressort de cette analyse que la majorité des ménages enquêtés cherche à effectuer l’aménagement le moins conflictuel avec son mode de vie. Originaires de Béchar ou de ses environs, ces familles ont proposé des transformations très communes avec des formules et des expressions plus ou moins différentes comme les actes d’isoler et spécialiser le salon, réduire ou supprimer une terrasse ou une loggia, agrandir une pièce ou gagner un espace central, réduire les dimensions des fenêtres afin d’assurer à la famille une plus grande intimité et un confort adéquat, etc.

Maisons individuelles : impact du passé et du présent

30Dans les nouvelles habitations individuelles de la ville, on relève des transformations des plans des techniciens au cours de la réalisation de ces maisons. Ainsi, ces dernières sont conçues et construites par les habitants eux-mêmes à la recherche d’une conformité avec la réalité de leur mode de vie et de leur situation sociale spécifique. Le produit qui en résulte semble retrouver des principes hybrides liant l’héritage traditionnel et les acculturations modernes. Dès lors, les nouveaux types d’appropriation semblent obéir à une typologie commune. Elle se caractérise par :

31Des espaces salons variés, spacieux et aménagés.

32Une recherche d’unicité et de stabilité de l’habitation à travers la projection d’espaces de centralité variés et ouverts.

33Un respect total de l’intimité familiale préservant cette partie de l’éthos culturel ancestral.

34Une appropriation importante des espaces extérieurs offrant des aires variées, ouvertes ou semi-ouvertes.

35En effet, l’ensemble de ces données représente des résultats saillants de cette recherche. Les entretiens entrepris avec les habitants de ces deux types de logements modernes tentent d’apporter plus de détails sur le vécu quotidien et l’habiter des occupants de ces espaces en devenir. Les observables obtenus sont formalisés dans les parties suivantes de cette contribution.

Permanence des repères culturels originels

36L’analyse des entretiens réalisés a permis de retrouver certains des principes traditionnels dans les nouvelles constructions des citadins de Béchar. Ce sont des modèles d’appropriation variant autour des espaces (entrée, salon, espace de centralité, cour, terrasse). Ils répondent, ainsi, à une typologie commune et révèlent un recours remarquable à la tradition. Il est possible de relever la persistance de principes majeurs récurrents.

Renforcement de l’expression de l’hospitalité

37L’accueil et l’hospitalité se présentent comme un art de vivre dans cette région du Sahara. Ils sont nés dans le désert où la vie est rude et très dure. Cette marque de sociabilité représente l'emblème même des arabes et demeure un trait plus prononcé dans les zones sahariennes. En effet, un tel « habitus » reste, jusqu’aujourd’hui, encore vivant dans ces régions du désert. L’histoire de cette pratique a révélé une variété d’espaces allant de la « salla » des maisons traditionnelles jusqu’aux sortes de dépendances et salons semi publics réservés aux réceptions des invités, aux réunions exclusives et intimes. Il est question des « douirias » et « riads » très connus au Maghreb et des madhâfa, diwânia et quâ’a réputés en Orient.

38Actuellement, il s’avère que cette pratique de réception reste, dans les appartements, maisons et villas, très importante par son intérêt ainsi que par les dimensions des surfaces qui lui sont affectées. Une telle attitude de « résistance » s’inscrit de manière remarquable dans l’espace :

39Le maintien du salon comme espace de base le plus important dans la maison : il demeure, par excellence, l’espace de représentation destiné aux invités hommes éloigné du cercle proche d’interconnaissance : « Dans notre région, nous recevons beaucoup, les familles, les amis et même des étrangers passagers, cela fait partie de nos traditions et on ne peut pas s’en passer » (MI5).

40Une reprise de la conception duelle entre homme et femme dans la pratique de l’hospitalité par la recherche d’un second espace voué à la réception des femmes : « Notre tradition exige que les femmes et les hommes soient reçus séparément même s’il s’agit d’une même famille » (MI8).

41Une importante conservation des propriétés de l’espace salon : sa position isolée juste à l’entrée, son organisation en partie distincte, ses dimensions de plus en plus grandes.

42La mise en place d’un aménagement hybride mêlant le traditionnel (salon marocain ou arabe) avec l’introduction et la juxtaposition des salons de style européen.

43La reprise des pratiques traditionnelles de détente ou festives : là, on peut avoir des rapports conviviaux entre famille et invités et surtout faire la fête.

44Cette particularité du salon moderne confirme la continuité des pratiques anciennes de réception et donc leur permanence. En effet, en plus des reprises intégrales des caractéristiques des anciens espaces, l’enquête constate, souvent, un renforcement de cette pratique. Ces faits montrent combien les habitants de cette région privilégient les activités rituelles et attachent une grande importance aux occasions qui permettent de rompre avec la monotonie du désert.

Agrandir

Persistance de l’espace de centralité

45Le trait essentiel qui ressort avec évidence de l’étude de toutes les maisons de la ville est la vigueur de la centralité : cette partie centrale est si caractéristique, si profonde, qu’elle est présente dans tous les types d’habitation de la ville. Il s’agit d’un espace personnalisé, pourvu de mémoire et gardant son rôle, même si la ville et la société ont connu un développement et une modernisation. C’est un lieu polyvalent qui rassemble et distribue les espaces. Il peut recevoir pratiquement toutes les activités de la maison : dormir, manger, travaux domestiques, fêtes, deuils... Au cours de la journée, des reconversions/réaffectations s’y opèrent : « à lui seul, c’est déjà une maison » (Hammou, 2010 : 170).

46Ces caractéristiques répondent à des conditions physiques et climatiques propres : température relativement élevée, ensoleillement important. Elles correspondent, aussi, à une organisation sociale qui exprime fortement l’intimité de la famille par le caractère introvertie de l’habitation. Du point de vue architectural, ces espaces règlent la composition de la maison ; ils assurent la distribution intérieure et ordonnent la configuration géométrique d’ensemble. Aujourd’hui, nos investigations décèlent la présence et la persistance de ce même espace de centralité dans les nouvelles habitations de la ville avec, en grande partie, les mêmes particularités :

47Sa position centrale, même dans les appartements collectifs. Les habitants sont arrivés à une restructuration de l’habitation en réalisant le passage de la forme couloir vers le type espace central reprenant le principe d’organisation de leurs demeures initiales.

48Son introversion par sa localisation au cœur de l’appartement et son ouverture vers les autres espaces de la maison. Il est l’espace le plus adapté aux changements climatiques, devenant, ainsi, le lieu le plus approprié tout en jouant un rôle essentiel dans la préservation de l’intimité.

Agrandir

49Son ouverture car il demeure toujours un espace de regroupement et de prolongement des activités de la cuisine, des chambres, de la cour et même du séjour. De ce fait, il exprime de fortes relations avec ces derniers par son ouverture, son rôle de distribution et d’organisation : «Comme il est très utilisé, j’ai préféré avoir cet espace ouvert, c’est plus pratique et il ne nécessite pas une porte comme les chambres ou le salon » (LC3).

50La conservation de ses propriétés physiques comme sa forme carrée favorise un aménagement adéquat de regroupement.

Préservation de l’intimité familiale

51La question de l’intimité constitue un domaine complexe et varié. Elle trouve sa place dans la recherche d’un confort psychologique dans l’habitation et, lorsqu’elle est définie, elle est connue par son poids et son caractère sacré. Pour la maison traditionnelle saharienne, ce vecteur culturel est primordial et a toujours été déterminant dans la conception. L’empreinte de cette valeur dans la demeure est visible à travers son introversion, sa division, ses cloisonnements intérieurs, son entourage, sa séparation de la rue et des voisins, ainsi que par ses façades aveugles. Dans la même logique, le haouch, la skifa, les terrasses communicantes représentent les principes majeurs de cette habitation qui est conçue en forte relation avec l’intimité familiale.

52Jusqu’à présent, cette notion sensible est très souvent évoquée dans le discours des habitants des maisons modernes de la ville de Béchar et a commandé plusieurs transformations et diverses reprises des espaces traditionnels. C’est donc une dimension qui demeure persistante malgré le changement de type d’habitation. Dans les actes et paroles de nos interviewés, plusieurs interventions matérialisant cette réappropriation spatiale sont relevées :

53La suppression ou la réduction des espaces extérieurs exposés au vis-à-vis des voisins dans les appartements collectifs.

54La recherche d’introversion manifestée par l’habitant qui prend le parti d’inverser le type de son logement extraverti pour l’ouvrir sur un espace central situé au cœur de son intimité : « J’aime beaucoup cet espace parce qu’il n’est pas exposé à l’extérieur et aux voisins, il est en plus l’espace le plus frais en été où je peux travailler à l’aise » (LC8).

Image 10000000000001D3000000A4E2C3CC2A.jpg

55La hiérarchisation des espaces et la distinction entre deux parties invités/famille où la maison se vit entre le montré et le caché, le visible et le secret. La partie semi-publique représentée par le salon propre, ordonné et décoré auquel s’ajoute certains espaces d’accompagnement, se distingue de l’espace privé représenté par les lieux intimes, plutôt simples, par lesquels la famille mobilise différents dispositifs spatiaux pour se protéger du regard d’autrui.

56L’utilisation des séparations dont les moyens les plus marquants sont constitués par les rideaux intérieurs, très utiles, placés avec les portes des salons, des séjours et des cuisines.

Continuité d’usage des espaces extérieurs

57Dans les endroits désertiques sahariens, les hommes ont construit leurs maisons en s’accordant avec des espaces ouverts, en essayant d’attirer la sérénité du ciel dans leurs maisons et, en même temps, de la fermer au désert et à ses contraintes. Cette valeur de l’espace extérieur n’est pas reconnue seulement par les anciens, mais, aussi, par les habitants d’aujourd’hui et les propriétaires des villas les plus modernes. Actuellement, les relevés de ces différents types d’habitation témoignent encore de la présence de ces espaces qui demeurent toujours nécessaires. Plus encore : cette continuité de pratiques se poursuit avec la découverte des mêmes propriétés que celles des espaces extérieurs traditionnels :

58Les modes d’appropriation actuels qui restent voués aux activités ménagères, à la rencontre familiale pendant le rituel du repas en plein air, au prolongement des activités de la cuisine, aux jeux des enfants et, surtout, l’usage de ces lieux en été comme endroit où passer la nuit :

59« La terrasse est importante, surtout pendant la période longue de l’été, pendant ce temps, je l’aménage en séjour avec des canapés et une petite table et ça devient l’endroit où on prépare le thé, où on mange le soir à l’air libre, parfois on y passe même les nuits » (MI13).

60Le positionnement périphérique de ces unités spatiales permet également le prolongement des activités des autres espaces en plein air.

61L’intégration, dans ces espaces, de fonctions nouvelles comme les abris de véhicules, les rangements, buanderies, paraboles et citernes tout en présentant des éléments décoratifs, de la végétation et des fontaines, nous rappelant les espaces ouverts des maisons arabes anciennes (Depaule, Noweir, 1982).

À la recherche de la modernité

62Ainsi, l’influence et le profond attachement des habitants des nouvelles maisons aux principes de la tradition de la région se poursuivent mais altérés par les changements des modes de vie, des représentations et des comportements liés à la modernité en marche. Ces données sont présentes et apparaissent d’une manière secondaire dans la lecture des plans et aussi dans les expressions des interviewés pour une recherche d’un certain confort psychologique. Elles se matérialisent par une adoption de certains éléments du modèle de la maison occidentale et un choix de quelques repères culturels modernes jugés « les plus jolis et les plus modernes », pour reprendre les expressions de certains interviewés. De là, les nouveaux principes adoptés se cristallisent en de nouveaux besoins qui révèlent une nouvelle vision du confort de l’environnement domestique.

Amélioration de l’expression de l’hospitalité

63La réalité des transformations des modes de réception se traduit par des expressions variées et diversifiées pour intégrer des traits de la culture moderne. Elle s’observe, dans les pratiques de l’habiter, par une adoption sélective d’éléments contemporains qu’il est possible de repérer :

64L’apparition de l’ameublement moderne aboutissant à une bipartition de l’espace de réception sous forme d’une juxtaposition des salons et meubles occidentaux en interface aux salons arabes ou marocains. Ce « mariage » des formes (Madani, 1997) largement diffusé explique la persistance du besoin d’aménagement des salons à la manière traditionnelle, sans rejet de l’autre salon moderne qui est utilisé secondairement. Ce type d’ameublement est accompagné par une amélioration remarquable des éléments de tapisserie, rideaux et différents décors artisanaux qui dénotent un perfectionnement de la tradition arabe.

65L’adoption de matériaux nouveaux et l’abandon des matériaux locaux constituent, pour les habitants, une valeur et un choix intrinsèquement différents. Ils représentent les signes de la modernité, du prestige et de la beauté appréhendée sous un jour nouveau. De plus, ils sont plus pratiques pour l’entretien. Les éléments modernes introduits concernent le marbre, la dalle de sol, le faux plafond, la pierre taillée, le papier peint, etc. L’acquisition des nouveaux matériaux traduit la recherche d’un cadre confortable, pratique et plus hospitalier. En effet, à travers cet acte, les habitants ont tendance à se référer et de tenter de s’approcher des anciens chefs-d’œuvre de l’architecture arabo-musulmane. Dans ce cas, l’esthétique et la variété des matériaux de décoration et d’ornementation donnent un cachet particulier à cette architecture dont la richesse et le caractère symbolique sont partout reconnus.

66Le salon moderne des habitations, notamment individuelles, tend à se spécialiser. Souvent, il n’appartient plus à la famille, il est réservé uniquement à la réception des invités et aux grandes occasions rituelles. Cette réalité répandue se présente, surtout, dans les grandes maisons munies d’autres espaces familiaux comme le deuxième salon, le séjour familial ou le hall. Dans le cas des appartements, certains salons sont fermés à clés en dehors du rituel de réception.

67Parallèlement aux anciennes traditions d’hospitalité, des formes d’innovation s’affirment et de nouvelles pratiques de réception sont introduites permettant, ces dernières années, l’élargissement et l’évolution de cette activité. Ce sont celles qui prévoient des réceptions plus organisées et des sociabilités spécifiques (entre hommes, entre femmes, entre familles et amis dans les diverses occasions).

68Enfin, l’amélioration des réceptions s’accentue encore par une conception d’espaces plus spacieux avec des ouvertures sur l’extérieur : « Par rapport à notre ancienne maison du ksar, cet espace a beaucoup changé, c’est plus spacieux, il y a plus de meubles et de fenêtres » (MI1). De ce fait, le salon est conçu en tenant compte des grandes réceptions organisées par la famille. Au cours de ces moments de grande convivialité avec la présence de nombreux convives, les hôtes veulent répondre au mieux au confort des invités et surtout à l’idée d’un accueil hospitalier où le souci d’apparat n’est pas absent.

Image 10000000000001B900000093797D8377.jpg

Mutation de l’espace de centralité vers le plan libre

69Le plan libre est l’un des principes qui représente une architecture nouvelle élaborée par les grands architectes modernes du début du xxe siècle. Le projet expérimente alors les principes d’un nouveau système constructif et architectural où l’architecture se libère du découpage et de l’agencement de l’espace dont elle dépendait. Les maisons modernes de Béchar sont à jour par rapport à cette évolution qui est passée du plan clos et fermé vers le plan libre et ouvert. Les références sont puisées de la maison traditionnelle à espace central qu’ils ont réussi à faire évoluer suivant les nouvelles exigences de la modernité. Il s’agit de la recherche d’un espace amélioré qui revêt de nouvelles propriétés modernes :

70En comparaison avec la logique traditionnelle, l’espace central connait une nouvelle expression : il est, aujourd’hui, appelé « hall » au lieu de « haouch » pour se conformer au style libre et moderne : « Hall, c’est plus moderne parce qu’il est couvert et reflète le style villa » (MI9). Cette innovation est expliquée par l’idée de passage d’un espace traditionnel ouvert s’étendant à l’infini jusqu’au ciel et donnant une sensation d’un espace vertical élancé, vers un espace grand, vaste, continu mais plutôt horizontal. Dans ce dernier cas, une étendue dynamique où règnent mouvements et perspectives visuelles s’offre au regard. Cette substitution de l’élancement vertical par une configuration horizontale instaure un nouvel équilibre statique et constitue une mise à jour des demeures actuelles.

Image 10000000000000C4000000A608B7A8E1.jpg

71Aujourd’hui, toutes ces maisons se passent de l’ouverture zénithale : on tend plutôt à la recherche d’espaces plus fermés et plus maîtrisés en rapport avec la vie moderne. Cette conception d’un espace couvert s’accompagne d’autres réactions comme celle qui prévoit une ouverture latérale du hall donnant sur les espaces extérieurs tels cour, jardin ou terrasse : « Au Sahara, on conçoit les grands espaces ouverts, on n’est pas habitué aux couloirs et espaces étroits » (LC7). Cette disposition permet de favoriser le confort intérieur de la famille en offrant le choix d’ouvrir ou de fermer selon les conditions climatiques ou les situations familiales. De cette façon, le hall est optimisé et permet à la famille d’être, à la fois, au dedans et au dehors tout en gardant son intimité.

72Les nouvelles tendances d’évolution de l’espace de centralité de la maison connaissent aujourd’hui des changements rendant nécessaires l’introduction de nouveaux aménagements. Ainsi, l’installation de comptoirs est faite pour assurer, en même temps, la séparation légère, la facilité de service et l’aspect décoratif. Simultanément, ce lieu de convivialité est doté de quelques meubles permettant les rassemblements (fauteuils ou canapés, table télé, quelques objets de décor ainsi que chauffage et climatiseur) avec une tendance à utiliser des mobiliers modernes polyvalents et modifiables.

Nouvelles visions du confort

  • 3 Travaux d’Henri Sellier (Urbaniste et réformateur social) sur le confort moderne dans l’habitat.

73Aujourd’hui, le confort de l’habitat contemporain se présente comme une nécessité accrue et revêt des formes nouvelles qui proposent des espaces en harmonie avec l’évolution de modes de vie et qui portent, d’après plusieurs recherches3, sur les nouvelles attitudes et comportements des habitants liés aux matériaux, à la technologie nouvelle et à l’émergence de formes inédites d’esthétique et de design. Désormais, de nouvelles attitudes de mise à jour se sont diffusées pour acquérir le confort nécessaire à son bien-être domestique. Elles concernent les nouveaux besoins et le changement de quelques caractéristiques du mode de vie comme les façons de cuisiner, de prendre ses repas, d’utiliser les espaces extérieurs, de se protéger des contraintes du climat, d’utiliser les nouvelles technologies, etc.

74Interrogés sur leurs visions du confort, les enquêtés répondent pour mettre en exergue des réalités diversifiées. Par ordre de priorité, les demandes suivantes sont exprimées :

75L’aspect thermique est concrétisé par la recherche d’un climat ni trop froid, ni trop chaud, la réalisation d’un éclairage et d’un courant d’air nécessaires par l’adoption d’espaces plus ouverts et, enfin, l’usage fréquent du nomadisme saisonnier, qui absorbe, en grande partie, le problème calorifique.

76La dimension spatiale est matérialisée par la conception de lieux ouverts, assez spacieux et l’aménagement d’espaces extérieurs comme les jardins. Ainsi, une meilleure qualité de vue sur l’intérieur et l’extérieur est obtenue offrant de nouvelles ambiances et un sentiment de bien-être : « Le confort dans une maison, c’est les grands espaces aérés, les matériaux, les meubles modernes, c’est aussi les jardins » (LM14).

77Sur le plan culturel, une mise à jour incessante est engagée en rapport avec les changements de certains segments du mode de vie liés au travail de la femme, à l’élévation des niveaux d’instruction des membres de la famille, au mimétisme entre les groupes sociaux et aux influences multiples résultant des phénomènes de mondialisation. A ce titre, l’introduction de la salle à manger et les réaménagements des cuisines constituent des indicateurs significatifs de cette quête du confort interne et de l’évolution des formes d’urbanité.

78Enfin, la dimension technique est sollicitée en vue d’une adaptation avec les nouvelles technologies qui proposent des matériaux nouveaux, une panoplie d’équipements de plus en plus sophistiqués, des meubles modernes, des décorations et divers design. L’accumulation de ces nouveaux signes exprime une recherche de confort visuel mais aussi une forte demande de prestige et, parfois, un désir de distinction et d’ostentation.

79Il est nécessaire, cependant, de préciser qu’à l’intérieur de cette évolution d’ensemble, des différences subsistent entre des populations hétérogènes présentant des parcours dissemblables. Ainsi, les effets de la modernisation semblent plus marqués chez les habitants originaires des villes du Nord et des hauts plateaux : les indicateurs spatiaux révèlent une présence plus marquée des marqueurs modernes. A l’inverse, les anciens habitants des ksour et les nomades sédentarisés gardent encore prégnants les empreintes de la tradition malgré l’introduction, encore limitée, de certains éléments modernes. Dans cette configuration en évolution, les anciens bécharis se situent, plutôt, dans une position intermédiaire.

Conclusion

80L’étude des habitations sahariennes révèle une expérience des vécus réels des bécharis en rapport avec les données de la tradition et celles de la modernité. L’habitabilité donne lieu à deux situations contradictoires revêtant, soit la forme du conflit des rationalités et de confrontation des deux cultures en présence (cas essentiellement de l’appartement), soit, à contrario, l’existence d’une configuration plus intégrée résultant de la synthèse créatrice de logiques différentes. La démarche initiée a permis, donc, d’identifier les types de référence choisis, le degré de résistance de la tradition locale et de montrer les effets de la dynamique de modernisation dans les formes d’habitat étudiées.

81En suivant les processus de création et de transformation des modèles de maisons, la recherche réalisée a mis en exergue les représentations spatiales réelles constituant les référents culturels de la maison saharienne d’aujourd’hui. Les typologies examinées montrent la force, dans une certaine mesure, des principes majeurs du modèle traditionnel qui s’impose en tant que système et la découverte de sa capacité de résistance et, finalement, sa permanence. Mais, ce système ne peut se perpétuer que s’il est articulé avec les nouveaux repères culturels de la modernité qui s’avèrent incontournables dans la reproduction sur de nouvelles bases d’un modèle d’habiter singulier.

82En effet, cette découverte de la prédominance culturelle locale ne signifie pas ipso facto un rejet absolu et sans nuance de la culture moderne. Nombreux sont les segments des nouvelles formes d’habiter qui, loin d’entrer en contradiction avec la culture originelle, contribue plutôt à sa permanence et sa domination. Sans nul doute, l’actuel contexte des villes sahariennes commande un certain syncrétisme des formes et des styles partagé entre le poids du passé et un présent porteur de prémisses de manières d’habiter en émergence.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Baduel Pierre Robert, 1988, Habitat, État et Sociétés au Maghreb, Paris, CNRS Éditions.

Bisson Jean, 1995, Développement et mutations au Sahara maghrébin, Orléans-Tours, CRDP.

Bousnina Mounia, 2004, Caractéristiques et particularités de l’habitation saharienne traditionnelle à Béchar, thèse de Magister, Université de Béchar.

Côte Marc, 1990, L'Algérie, espace et société, Paris, Masson-Conn Éditions.

— 1998, « Dynamique urbaine au Sahara », Insanyat 5, Villes Algériennes, CRASC, Oran, p. 85-92.

— 1999, « Macrocéphalie et micro-urbanisation, cas du Sahara algérien », Actes 2e Séminaire International Biskra, 21 et 22 novembre, p. 1 -10.

De Singly François, 1998, Habitat et relations familiales, Paris, Plan Construction et Architecture Éditions.

Delheure Jean, 1973, « L'habitation à Ouargla », le fichier périodique n°119/III, Alger, p. 4-47.

Depaule Jean-Charles et al., 1982, « La maison et son usage », Revue Architecture, Mouvement, Continuité 48, p. 74-76.

Echallier Jean.-Claude, 1968, Essai sur l'habitat sédentaire traditionnel au Sahara algérien, Éditions Paris, Université́ de Paris, Institut d'urbanisme.

Elm Eric, 1966, Evolution de l'art urbain dans le Sahara algérien, Éditions Paris, Université́ de Paris, Institut d'urbanisme.

Godard Jean, 1954, L’oasis moderne. Essai d’urbanisme Saharien, Alger, Édition La maison des livres.

Grandet Denis et al., 1985, Cinq études urbaines et architecturales sur le sud ouest algérien, Alger, OPU.

Hammou Abdelhakim, 2010, À propos de la conception architecturale, Éditions OPU.

Hoyaux André-Frédéric, 2000, Habiter la ville et la montagne, thèse de Doctorat, Université Joseph Fourier.

Layachi Abdeldjebar, 2005, La réinterprétation des invariants dans un tissu vernaculaire : le cas de Beni Abbès, thèse de Magistère, Université de Béchar.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Madani Mohamed, 1997, « L’habiter : contrainte ou liberté ? Une recherche sur la maison individuelle oranaise », Insaniyat 2, CRASC, Oran, p. 105-130.
DOI : 10.4000/insaniyat.11522

— 2012, « Savoirs anciens, Savoirs nouveaux. Le cas de Sid El Houari (Oran) », in Guerid Djamel, Savoir et Société, Alger, CREAD.

Mahrour Kaci, 1994, « Tamentit, cité du désert », in HTM n° 2, Alger, p. 23-37.

Marouf Nadhir, 1980, Lecture de l'espace oasien, Paris, Sindbad.

Moussaoui Abderahmene, 2002, Espace et sacré au Sahara. Ksour et Oasis du sud ouest Algérien, Paris, CNRS Éditions.

Pinson Daniel, 1992, « Modèles d’habitat et contre-types domestiques au Maroc », Fascicule de recherche n°23, Urbama, Tours.

Raymond Henri, 2001, Paroles d’habitants : une méthode d’analyse, Paris, l’Harmattan.

Sachs-Jeantet Céline, 1996. « Humaniser la ville », Revue Internationale des Sciences Sociales 147, p. 143-149.

Segaud Marion, 2007, Anthropologie de l’espace. Habiter, fonder, distribuer, transformer, Paris, A. Colin.

Sriti Leila, 2013, Architecture domestique en devenir. Formes, usages et représentations. Le cas de Biskra, thèse de doctorat, université de Biskra.

Haut de page

Notes

1 Dans le texte, les interviewés sont désignés par des codes selon le type de logement habité : LC pour logement collectif, MI pour maison individuelle. Des numéros sont attribués à chaque enquêté dans le type de logement occupé: LC1, … LC15, MI 1…MI15.

2 C’est surtout sur les façades que s’expriment le plus les changements du modèle traditionnel au profit d’une façade nouvelle plus ouverte, totalement différente de l’ancienne façade aveugle.

3 Travaux d’Henri Sellier (Urbaniste et réformateur social) sur le confort moderne dans l’habitat.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Naima Hadj Mohamed et Mohamed Madani, « Renouvellement des espaces habités spécifiques aux régions sahariennes, l’exemple de Béchar », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 138 | décembre 2015, mis en ligne le 16 décembre 2014, consulté le 24 août 2016. URL : http://remmm.revues.org/8914

Haut de page

Auteurs

Naima Hadj Mohamed

Département d’Architecture, Université de Béchar, Algérie

Mohamed Madani

Département d'Architecture, Université des sciences et technologie USTO Oran (31000) Algérie

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page