Navigation – Plan du site
Lectures

García Arenal Mercedes, Rodríguez Mediano Fernando, The Orient in Spain. Converted Muslims, the Forged Lead Book, and the Rise of Orientalism, translated by Consuelo López-Morillas, Brill, 2013.

Gabriel Martinez-Gros

Texte intégral

1Ce livre, directement publié en anglais, est le résultat d’un travail d’investigation de cinq années, mené par deux des meilleurs spécialistes de l’Islam maghrébin, et des Morisques espagnols des xvie et xviie siècles. Il reprend et affine de nombreuses études antérieures que Mercedes García-Arenal en particulier a conduites dans les quinze dernières années. Mais à vrai dire, le thème initial des auteurs intéresse les chercheurs depuis bien plus longtemps. Il s’agit en effet des fameux « Livres de Plomb », un ensemble énigmatique de textes, écrits sur parchemin ou gravés sur de minces lames de plomb, qui « apparaissent » à Grenade entre 1588 et 1595, en même temps que les reliques présumées de saints martyrs, d’abord lors de travaux menés dans les ruines de l’ancien minaret effondré de la mosquée, puis dans cette colline qui prendra vite, pour cette raison, le nom de « Mont sacré » – Sacromonte.

2Reliques et manuscrits militent pour la même cause : l’Espagne – et Grenade en particulier – abrite les tombeaux des plus anciens martyrs du christianisme, dont la passion est antérieure à celle des apôtres Pierre et Paul à Rome. Mais ces martyrs chrétiens sont arabes, et ils ont laissé, aux côtés de leurs reliques, des textes en arabe qui sont les plus anciens du christianisme, et qui en donnent la véritable doctrine, plus tard déformée par sa transcription en grec et en latin. Ainsi Saint-Jacques est bien le premier des Apôtres, la Vierge est bien exempte du Péché originel, comme le veut la thèse de l’Immaculée Conception, déjà tenue pour dogme en Espagne, mais qui ne sera admise pour telle par l’Église universelle qu’au xixe siècle. En revanche, Jésus n’est pas le Fils de Dieu comme il « l’avoue » dans le supposé « Évangile de Barnabé » – sorte de « Protocole des Sages de Sion » anti-chrétien encore utilisé par les musulmans de l’Inde au xixe siècle –, et comme on peut le déduire de nombreux autres passages de ces textes.

3Il s’agit bien entendu de faux, d’ailleurs assez grossiers, forgés très probablement par deux notables morisques, l’interprète Alonso del Castillo et son gendre Miguel de Luna, dans les circonstances très particulières de la fin du xvie siècle. En 1569-1571, la grande révolte des Morisques du royaume de Grenade, dans les Alpujarras, a sans doute fait disparaître plus de 10 % de la population d’origine musulmane de l’Espagne – population présumée convertie au christianisme depuis le premier quart du xvie siècle et que l’on nomme les Morisques. L’essentiel des Morisques survivants du royaume de Grenade a été dispersé dans les autres régions d’Espagne pour mieux en favoriser une assimilation à laquelle, cependant, les responsables politiques et religieux croient de moins en moins. L’idée d’une expulsion totale des 250 ou 300 000 Morisques d’Espagne (environ 4 à 5 % de la population) gagne du terrain Elle sera finalement mise en œuvre en 1609-1613. C’est dans ces circonstances qu’un groupe de Morisques loyalistes, qui avaient échappé pour cette raison même à la dispersion des Morisques de 1570 et qui étaient demeurés à Grenade, tentent cette naïve supercherie, qui leur permet de s’affirmer chrétiens, et chrétiens arabes, sans presque rien renier des objections traditionnelles que l’islam fait au christianisme (l’hostilité au dogme de la Trinité et à la divinité du Christ, l’idée de l’adultération de la parole divine originelle dans les Évangiles, ou tarīf).

4La supercherie est vite éventée, et ses auteurs identifiés. L’affaire se serait rapidement éteinte si la forgerie n’avait pas reçu l’appui inattendu d’un personnage considérable, ancien membre du Conseil Royal, Pedro de Castro, archevêque de Grenade, et futur archevêque de Séville. Il est séduit par les propositions des Plombs sur l’Immaculée conception et l’antiquité du christianisme espagnol, qui renforce le nationalisme religieux de la péninsule et les positions de l’empire de Philippe II vis-à-vis de Rome, tandis qu’il tient les affirmations antitrinitaires des textes pour de simples erreurs de traduction sans intérêt. C’est lui qui guide d’ailleurs constamment la traduction des textes qu’il confie... aux faussaires eux-mêmes, leur évitant ainsi les erreurs théologiques les plus évidentes et les plus lourdes de conséquence. Il faudra au total beaucoup de doigté à la Papauté pour faire transférer les Plombs à Rome en 1643, puis les condamner pour forgerie anti-chrétienne en 1682… quand déjà l’ombre de l’empire espagnol s’est retirée du cœur de l’Europe.

5Après beaucoup d’autres, les deux auteurs reprennent l’ensemble du dossier et insistent sur cette minorité morisque loyaliste (peut-être 10 % de la population morisque) qui ne fut jamais expulsée ou revint rapidement après l’expulsion. C’est dans ce milieu que les Plombs furent forgés, et pour lui. Mais l’enquête va beaucoup plus loin, en retraçant d’abord le parcours de tous ceux qui furent impliqués, souvent fugitivement, dans l’expertise des Plombs. Quoique réticent, l’archevêque Castro dut en effet accepter l’examen des Plombs par quelques-uns des meilleurs arabisants d’Europe, tous rapidement convaincus de la forgerie : Diego de Urrea, un enfant calabrais enlevé à 5 ou 6 ans, éduqué en arabe à Tlemcen et en turc à Constantinople, qui repasse au christianisme, et qui relève le caractère ridiculement dialectal de l’arabe des Plombs ; Marcos Dobelio, un Kurde chrétien, qui y remarque du premier regard les vieux thèmes musulmans du tarīf et du tawīd. Les auteurs interrogent la notion même de forgerie, et notent que la pratique en est fréquente dans cette Espagne impériale qui réécrit un passé à sa nouvelle mesure – Luna lui-même a déjà écrit une « Véritable histoire du roi Rodrigue », le vaincu de la conquête arabe de 711, à partir de sources parfaitement inventées.

6Les chapitres les plus neufs peut-être suivent le « parti des Plombs » – celui que son patriotisme castillan, et aussi sans doute une forme de sympathie pour les Morisques a conduit à soutenir contre toute évidence l’authenticité des Plombs. Curieusement, l’erreur conduit certains de ses descendants à approfondir leur connaissance de l’arabe et d’une manière plus générale des langues et de l’histoire de l’Orient, en particulier de l’Égypte déjà tenue pour la « mère du monde ». Les auteurs mettent en pleine lumière la personnalité du marquis de Mondéjar, descendant des gouverneurs héréditaires de Grenade, et l’un des meilleurs historiens, au xviie siècle, des temps arabes de l’Espagne (qu’on n’appelle pas encore al-Andalus). En lien avec l’un de ceux qui condamnera les Plombs en 1682, l’universel Jésuite Athanase Kircher, ces hommes contribuent à engager une recherche sur la chronologie de l’histoire, en particulier de l’Égypte, qui débouchera sur la mise en cause de la chronologie biblique dans la deuxième moitié du xviie siècle. Ainsi curieusement, l’erreur finira-t-elle par déboucher sur d’autres vérités.

7Au total, un livre qui fait probablement pour longtemps le point sur l’affaire des Plombs, mais qui va bien au-delà dans l’examen d’une « République des Lettres » et d’une investigation européenne commune dans le cours du xviie siècle, qui prépare la « crise de la conscience » de la civilisation chrétienne de la fin du siècle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gabriel Martinez-Gros, « García Arenal Mercedes, Rodríguez Mediano Fernando, The Orient in Spain. Converted Muslims, the Forged Lead Book, and the Rise of Orientalism, translated by Consuelo López-Morillas, Brill, 2013. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 138 | décembre 2015, mis en ligne le 08 janvier 2015, consulté le 28 février 2017. URL : http://remmm.revues.org/8925

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page