Navigation – Plan du site
Lectures

Elias Amin, Jomier Augustin, Khatchadourian Anaïs-Trissa (ed.), Laïcités et musulmans, débats et expériences (XIXe-XXe siècles), Berne, Peter Lang, 2014, 280 p.

Franck Fregosi
p. 248-257

Texte intégral

1Cet ouvrage publié en 2014 dans la collection « Dynamiques citoyennes en Europe » et préfacé par Dominique Avon (Université du Maine) est une contribution à la fois concrète par la primauté accordée à des études de cas, et originale, par la volonté de réunir les travaux de docteurs confirmés, de doctorants, d’enseignants-chercheurs et d’étudiants en Master venant d’horizons disciplinaires différents (sociologie, anthropologie, science politique et histoire) et portant tous sur l’étude des rapports qu’entretiennent les acteurs musulmans (religieux, intellectuels, militants, étudiants…) contemporains, hier et aujourd’hui, avec l’idée de laïcité dans ses multiples déclinaisons historiques (entre le XIXe et le XXe siècles), dans des contextes géographiques (Europe, Amérique, Monde arabe, Asie) distincts et des situations politiques différentes (colonisation, post-colonisation, régimes autoritaires, démocraties…) et face à un islam tour à tour majoritaire et minoritaire.

2L’ouvrage de 276 pages résulte d’un colloque qui s’est tenu au sein de l’Université du Mans avec le soutien actif du laboratoire du Centre de Recherches Historiques de l’Ouest (CERHIO).

3L’ouvrage collectif est divisé en trois parties.

4La première partie (Laïcités en débat) donne un aperçu sur la façon dont la problématique de la laïcité de l’État dans un passé proche a été appréhendée, et comment elle continue, aujourd’hui encore, d’alimenter des débats au sein des communautés musulmanes, aussi bien là où l’État reste porteur « d’une référence musulmane » (Égypte) que là où l’islam est l’une des composantes religieuses majeures d’une société pluraliste sans être reconnu pour autant comme religion officielle (Inde, Liban), et enfin là où l’islam évolue au sein de sociétés profondément sécularisées (Europe occidentale). Il est plus particulièrement question dans cette partie de la façon dont deux universités musulmanes indiennes ont joué un rôle de premier plan dans la mise en place du régime laïque en Inde après la partition avec le Pakistan, des controverses autour de la laïcité au Liban venant de milieux musulmans comme chrétiens, des modalités de production d’un discours normatif islamique diasporique en Europe et enfin du réquisitoire d’Hassan Al-Bannâ à l’encontre de l’idée d’État laïque assimilé à un produit d’importation occidentale et de son alternative, l’État islamique, dans lequel le citoyen est avant tout un croyant.

5La deuxième partie (Musulmans en contextes sécularisés : minorités, droit et institutions) regroupe la plupart des contributions portant sur la situation des musulmans vivant hors des frontières habituelles du monde islamique. Sont ainsi notamment étudiées à la fois la manière dont l’islam est inscrit en France au cœur de différents débats et controverses nationales à propos de la laïcité, tournant généralement autour du voile (lois sur le voile simple à l’école publique et le voile intégral dans l’espace public, présence d’une militante voilée sur une liste du NPA…), et comment en retour des acteurs musulmans (musulmans croyants ou personnes de culture musulmane…) perçoivent cette laïcité au quotidien et participent plus ou moins activement au processus de redéfinition des contours de l’idée laïque elle- même, ou tout simplement adaptent leur pratique de l’islam à cette situation particulière.

6La troisième partie (Musulmans et laïcité autour de la Méditerranée : circulations et confrontations) est davantage ciblée sur quelques déclinaisons méditerranéennes de la problématique des rapports entre l’islam et la laïcité, depuis la question de l’administration du culte musulman dans l’Algérie coloniale jusqu’aux stratégies d’alliances entre les formations laïques de gauche en Égypte et le courant des Frères Musulmans, en passant par la Bosnie-Herzégovine et la façon dont l’idée de laïcité, venue de Turquie, a circulé parmi l’intelligentsia musulmane et les clercs religieux musulmans locaux.

7Tournant résolument le dos à toute forme d’essentialisation comme à la figure convenue du binôme islam-laïcité, les contributeurs de l’ouvrage s’attachent à déconstruire de façon systématique la question de la laïcité en partant de l’étude des catégories mobilisées par les acteurs, sans jamais chercher à ériger, y compris là où les musulmans sont minoritaires, la laïcité en une catégorie d’analyse. Nul esprit ici d’évaluation du degré plus ou moins grand, ou de la forme plus ou moins achevée de laïcité, la primauté a été donnée au recueil de la parole des acteurs sociaux et non à la production d’une vision normative de ce que devrait être la laïcité. Les situations concrètes analysées rendent compte à la fois des usages sociaux différenciés de l’idée de laïcité et de conceptions différentes de l’attitude attendue des musulmans par rapport à l’idée d’un État distancié dans ses fondements comme dans son fonctionnement quotidien de toute profession de foi particulière.

8Le panorama proposé s’échelonne du XIXe siècle à la période contemporaine. Il couvre aussi bien des situations dans lesquelles l’islam constitue le référentiel religieux sinon unique en tout cas dominant (Égypte, Liban, Bosnie-Herzégovine), que d’autres dans lesquelles la religion musulmane demeure une composante confessionnelle minoritaire (Inde, Europe, France, États-Unis…) voire ultra-minoritaire (Japon). Loin de se réduire pourtant à de simples monographies faisant le point sur la situation des musulmans dans ces divers contextes et de leurs rapports plus ou moins contrastés avec l’idée de laïcité, chaque contribution est sous-tendue par une problématique spécifique eu égard à la singularité des cas étudiés et aux enjeux de pouvoir qui sous-tendent l’idée de laïcité selon que celle-ci, par exemple, tend à s’inscrire ou pas dans un contexte colonial ou post colonial, dans un régime autoritaire ou démocratique.

9La laïcité est aussi bien étudiée comme un lexique politique qu’un cadre institutionnel garantissant la liberté religieuse, ou comme une injonction censée induire une reformulation du donné islamique.

10Les différents chapitres rendent compte de la façon dont, dans la production de discours religieux et juridiques depuis l’intérieur même de l’islam, dans des itinéraires militants, dans des formes de mobilisation politique, ou encore dans les modes d’insertion dans la société, la problématique de la laïcité, entendue comme la volonté de promouvoir une conception non confessionnelle de l’État, est repensée, reformulée et au besoin critiquée par les opérateurs musulmans, à l’aune de contextes religieux et culturels différents.

11En fait l’ensemble des contributions est une invitation à parcourir divers itinéraires islamiques de l’idée de laïcité, à cheminer aux côtés de figures musulmanes célèbres ou anonymes qui dans leurs écrits, dans leurs engagements militants ou plus prosaïquement dans leur vie quotidienne ont été confrontées ou bien ont questionné cette question de l’autonomie souhaitée ou redoutée de l’autorité politique par rapport à la religion.

12Aussi l’intérêt de cet ouvrage synthétique réside-t-il dans cette incitation à penser la laïcité moins comme un état donné, un régime juridique clos, que comme une dynamique sociale qui au gré de situations historiques et de contextes politiques forts différents et de circulations transnationales a été un répertoire d’action collective dans lequel nombre d’acteurs musulmans ont pu ponctuellement, et plus ou moins durablement, se reconnaître sans pour autant avoir à renoncer à toute forme d’islamité.

13Si Hassan Al-Bannâ, le fondateur dans les années vingt de l’organisation des Frères Musulmans en Égypte, ne devait guère souscrire à l’idée d’un État laïque systématiquement assimilé au modèle occidental, cela ne devait pas empêcher en Algérie d’autres acteurs religieux regroupés dans l’association des Ulémas réformistes d’en appeler à la séparation de la religion et de l’État colonial en demandant à ce que la loi de séparation des cultes et de l’État du 9 décembre 1905 s’applique également pleinement au culte musulman dans les trois départements algériens. Quant au vice-président du Conseil Supérieur Chiite du Liban, le cheikh Shams Ed-Dîn, s’il n’a pas de mots assez durs pour fustiger une laïcité aux forts relents coloniaux, il ne semble pas non plus très enthousiaste par rapport au contre modèle d’un État tirant sa légitimité du seul islam. C’est ainsi qu’il en vient à théoriser dans le cadre d’un Liban pluriconfessionnel l’idée d’un État civil (dawlat al-madani), d’un gouvernement dont la légitimé serait avant tout d’ordre populaire. Sa législation serait dans l’absolu résolument laïque, à l’exception (notable) du domaine du statut personnel censé demeurer dans le giron des droits internes des différentes communautés religieuses locales. Il convient de noter que cette formulation de l’État civil a depuis été abondamment reprise par les partis islamistes, notamment le Parti Justice et Développement au Maroc et Ennahda en Tunisie.

14Au terme de la lecture de cet ouvrage se trouve confirmé le fait que pas plus l’islam que la laïcité ne peuvent être appréhendés comme des réalités immuables et homogènes. L’hétérogénéité est là aussi la règle et l’uniformité l’exception.

15On peut toutefois regretter qu’aucune contribution n’ait abordé directement la laïcité en tant que système juridique. Il aurait été notamment intéressant de vérifier là aussi combien l’idée de laïcité peut revêtir selon les contextes des contenus et des expressions juridiques différentes, tant à l’échelle de la France (Alsace-Moselle, Mayotte, Guyane…) que dans le reste du monde musulman (Turquie, Bosnie, Albanie, Sénégal…).

16Si l’idée de défendre le projet d’un État séparé de la religion ne va pas toujours de soi là où l’État et la société demeurent marqués par un référent islamique hérité, cela ne saurait pour autant constituer un horizon insurmontable pour peu que l’on prenne en compte le fait que ces notions circulent d’une rive à l’autre de la Méditerranée et d’un continent à un autre, et que le principe de réalité ne manque pas d’éroder les concepts en apparence les plus intouchables, de même que les ambitions politiques peuvent conduire à composer avec des sociétés pluralistes et à réviser les programmes politiques en apparence les plus téméraires ou audacieux.

17Il semble donc qu’il n’y a aucune raison de continuer à vouloir renvoyer l’islam et la laïcité dans deux champs totalement disjoints et antagonistes, à cantonner l’un dans le domaine d’une foi exclusive, l’autre dans celui d’un système totalement émancipé de tout référentiel religieux. Ce que démontrent clairement toutes les études présentées dans cet ouvrage, c’est que les exemples de chevauchement sont non seulement les plus fréquents, mais que les musulmans se sont pour une grande partie d’entre eux déjà familiarisés avec l’idée de laïcité et que celle-ci, en dépit de l’exemple français, ne se résume pas à un ensemble de lois prohibant la présence dans l’espace public de symboles ou de pratiques réputés islamiques.

18Dans d’autres configurations politiques et sociales, à d’autres époques, sous d’autres cieux, des musulmans se sont faits les avocats zélés de la nécessité d’instauration de la laïcité comme une séparation souhaitable du gouvernement de l’État d’avec le gouvernement de la religion, comme un mode de gestion de la pluralité religieuse et une garantie de la liberté de conscience et d’expression religieuse.

19Bien que l’ouvrage ne prétende pas faire œuvre de prospective, nos contemporains seraient bien inspirés de lire avec attention les résultats de ces recherches stimulantes qui nous obligent à constater combien la laïcité et l’islam ont connu des parcours communs d’hybridation et ont débouché sur des situations originales de cohabitation dans lesquelles les logiques d’accommodement raisonnable ou de négociations prennent le pas sur tout schéma imposé par le haut.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Franck Fregosi, « Elias Amin, Jomier Augustin, Khatchadourian Anaïs-Trissa (ed.), Laïcités et musulmans, débats et expériences (XIXe-XXe siècles), Berne, Peter Lang, 2014, 280 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 139 | juin 2016, mis en ligne le 09 février 2015, consulté le 25 juin 2017. URL : http://remmm.revues.org/8953

Haut de page

Auteur

Franck Fregosi

Institut d’études politiques d’Aix en Provence

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page