Navigation – Plan du site
Lectures

Lévy-Aksu Noémi, Ordre et désordres dans l’Istanbul ottomane (1879-1909), Paris, Karthala, 2013, 348 p.

Emmanuel Blanchard
p. 257-261

Texte intégral

  • 1 Pour des bilans de ces recherches : Berlière, Denys, Kalifa, Milliot, 2008. Emsley, 2011.
  • 2 Voir le quatrième volume de Emsley, 2011 et Blanchard, Lauro, Bloembergen, 2015.
  • 3 Jusqu’aux travaux de Noémi Lévy-Aksu, la principale recherche sur les forces de l’ordre ottomanes é (...)

1À l’image de son titre, l’ouvrage de Noémi Lévy-Aksu offre un alliage de solides analyses balisées et de discrètes propositions de renouvellements historiographiques. Les polices et forces de maintien de l’ordre sont en effet au cœur d’une historiographie foisonnante et profondément renouvelée depuis deux décennies1. Il reste que ce chantier de recherche est longtemps resté cantonné aux capitales occidentales, avant de s’élargir aux situations coloniales2. Peu d’historien·ne·s se sont aventurés sur des terrains pour lesquels les compétences linguistiques requises et l’accessibilité des archives – Noémi Lévy-Aksu ne cache pas les limites d’une documentation abondante mais difficilement réunie – rendent l’entreprise délicate3. Le défi est parfaitement relevé par l’auteure qui élargit d’ailleurs ses horizons au-delà du domaine de l’ordre urbain : Istanbul, très souvent appréhendée comme capitale impériale, avait rarement été si bien analysée au ras des pavés qui illustrent la couverture – mais dont l’auteure montre bien qu’ils ne sont représentatifs que d’une petite partie de l’espace stambouliote. Noémi Lévy-Aksu propose ainsi une nouvelle lecture des « mises en ordre » impulsées par les Tanzīmāt et prolongées sous le sultanat d’Abdülhamid II (1876-1909). À rebours d’une historiographie centrée sur l’autoritarisme du sultan réformateur, elle redonne toute sa place à la société stambouliote, aux affrontements des groupes sociaux (définis par l’ancienneté dans la ville, le métier, la religion et le quartier – le mahalle, placé au centre du propos) mais aussi aux tactiques individuelles ou collectives dans la définition et l’appropriation d’espaces publics (la rue…), de loisirs (les multiples auberges et cafés servant ou non de l’alcool…) ou de travail (les quais avec leurs nombreux portefaix et autres porteurs…).

  • 4 Sur cette question, Noémi Lévy-Aksu avait déjà publié  (2008).

2Dans une courte préface, François Gorgeon rappelle tous les apports de l’ouvrage, en termes d’histoire sociale et urbaine, mais aussi en lien avec « les grandes problématiques et les débats récents de l’historiographie ottomane » (p. 9). La question des « modèles » et des « emprunts » est ainsi finement abordée dans la manière dont des agents de la police parisienne (en particulier les inspecteurs Bonnin et Lefoulon, père et fils4) détachés au service du sultan, mais aussi la circulation d’un certain nombre de mémoires de police et autres manuels (Milliot, 2006), ont contribué aux transformations d’une police stambouliote dont les évolutions et la compréhension sont cependant profondément restées tributaires des articulations politiques et sociales locales. L’importance accordée à « l’ordre moral » et aux tentatives de discipliner les couches populaires, plutôt qu’à la police politique au sens strict – même si la thématique, à la fois transnationale et redéfinie localement, de la « menace anarchiste » n’est pas oubliée – permet de mettre l’accent sur les « continuités » plutôt que sur les « ruptures » entre le régime hamidien et celui des Jeunes Turcs. Sans aucun doute, Ordre et désordres dans l’Istanbul ottomane sera considéré comme un nouveau jalon dans une historiographie ottomaniste qu’il enrichira de ses apports et propositions de renouvellements. Les démonstrations de l’auteure sont aussi solides qu’étayées mais on regrettera qu’elles soient déroulées dans une écriture, certes limpide et rigoureuse, qui reste marquée par l’académisme – l’ouvrage est issu d’une thèse soutenue à l’EHESS en 2010.

  • 5 Les travaux de Thomas Lindenberger ont ouvert de fécondes voies d’analyse pour tous les chercheurs (...)

3Nous nous contenterons ici de discuter de la dimension « policière » d’un ouvrage dont la problématique dépasse très heureusement cette étroite thématique. Ainsi, l’ordre analysé par Noémi Lévy-Aksu aurait mérité d’apparaître au pluriel dès le titre de l’ouvrage : le grand mérite de l’auteure est en effet de parfaitement démontrer que les désordres ne sont pas les seuls à être marqués par des logiques discontinues, plurielles, concurrentielles et localisées. Dans l’historiographie récente « des polices », la rupture avec le caractère hypostasiant du singulier s’accompagne généralement d’une prise en compte de la pluralité institutionnelle des forces de l’ordre. En l’occurrence, même si elle n’est pas approfondie, l’analyse de l’action des Jandarma, une force née des réformes hamidiennes de 1879, n’est pas oubliée (voir notamment p. 129-141). De surcroît, si l’auteure est attentive aux indices de professionnalisation tels que la normalisation et la généralisation de l’uniforme des Çavuş au tournant du siècle, elle va plus loin et insiste sur les contributions informelles et non-professionnelles au maintien de l’ordre. Cela doit être particulièrement salué tant, généralement, cette prise en compte s’amenuise à mesure que l’on s’avance dans le 19e siècle. Dans l’Istanbul hamidien, la contribution au maintien de l’ordre n’est pas seulement affaire de métier mais aussi de statut social. C’est en vertu d’un capital d’autochtonie, de relations tissées avec les habitants et les forces de l’ordre, d’une propension reconnue à l’usage de la force que les kabadayı (des « hommes forts » engagés dans des activités transgressives…) sont à la fois une crainte et un recours pour les stambouliotes en attente d’une certaine stabilité des rapports sociaux et d’une protection de leurs biens et de leurs personnes. Noémi Lévy-Aksu montre bien comment d’autres agents en charge de fonctions honorifiques ou au service de la communauté (pompiers, veilleurs de nuit, tambours ou crieurs…) participent au maintien de l’ordre dans les limites de « juridictions », bien plus sociales que juridiques, avant tout fondées sur une reconnaissance souvent fragile et parfois révocable. Les agents de police professionnels semblent finalement assez peu impliqués dans un maintien de l’ordre local ne touchant que très indirectement à la souveraineté. En ces domaines, ils apparaissent comme des garants en dernier ressort, notamment quand les agents de l’ordre informel ne s’entendent plus, voire s’affrontent, sur les conditions de résolution des conflits du quotidien. En résumé, c’est une véritable mise en lumière de la demande de police par les habitant·e·s et de la coproduction de l’ordre urbain qui est proposée, à rebours des perspectives « par le haut » le plus souvent proposées dans le cadre de l’historiographie des formes de discipline en régime autoritaire5.

  • 6 Ces synthèses ne peuvent bien sûr être heuristiques qu’à condition de donner place aux rythmes et a (...)

4En cela, l’ouvrage de Noémi Lévy-Aksu est particulièrement stimulant et propose un modèle d’analyse qui gagnerait à être étendu à de nombreuses études locales affranchies de la prééminence de l’entrée institutionnelle. S’inscrivant pleinement dans la perspective d’une contribution à l’histoire des polices au tournant du xxe siècle, il pose indirectement la question de la cumulativité des savoirs et de la possibilité de proposer un récit « global » de l’émergence de nouvelles forces du maintien de l’ordre6. Bien plus qu’à un « modèle ottoman », plus ou moins adapté de l’exemple français, et en particulier de la préfecture de police de Paris, Noémi Lévy-Aksu se réfère à raison à une géographie et à une sociologie urbaine dont l’histoire et les spécificités sont des déterminants majeurs de la conformation et de l’action des forces de l’ordre. À cet égard, on aurait aussi aimé entendre plus distinctement les cris de la rue, sentir plus nettement ses effluves, voir décrits plus précisément ses encombrements : autant de thématiques classiques de l’histoire des sensibilités et des transformations urbaines du xixe siècle qui auraient trouvé toute leur place dans une étude des demandes et des reproches adressés aux forces de l’ordre, en particulier dans un contexte « de lente montée de l’embourgeoisement de la capitale ottomane » (François Gorgeon, p. 10). D’autre part, l’accent ainsi mis sur des dynamiques partagées par l’ensemble des capitales de l’époque conduit sans doute à minorer des événements qui ne semblent pas avoir d’équivalents dans les points de comparaison (principalement les capitales européennes) mobilisés par l’auteure. Ainsi, les massacres d’Arméniens de 1895-6 sont-ils évacués en quelques lignes malgré « un bilan qui s’élèverait à 6 000 victimes » (p. 158). Or, tant les événements déclencheurs (manifestations de rue, attaque de la banque ottomane…) que l’action directe des forces de l’ordre, suggérée par l’auteure elle-même, laissent entendre que les polices eurent un rôle important dans ces « crises majeures » (p. 159). Surtout, les dernières études sur la question démontrent que l’action des forces de l’ordre, loin d’être totalement éclaircies, ne peut être comprise que si elle est replacée dans une configuration sociale locale laissant une large place aux acteurs non professionnels du maintien (informel) d’un ordre urbain où l’élément ethnico-religieux ne doit pas être survalorisé par rapport à d’autres critères d’appartenance, notamment liés aux activités de subsistance (Dinçer, 2013). Ainsi, même dans les rares petites réserves qu’il appelle, Ordre et désordres dans l’Istanbul ottomane démontre toute la fécondité de ses cadres d’analyse, l’apport fondamental de ses résultats de recherche, ainsi que les richesses à venir d’une enquête historienne fondée sur l’intime connaissance d’une ville à nouveau placée au cœur de l’actualité des réformes urbanistico-politiques.

Haut de page

Bibliographie

Berlière J.-M., Denys C., Kalifa D., Milliot V., 2008, Être policier. Les métiers de police(s), xviiie-xxe siècles, Rennes, PUR.

Blanchard E., Lauro A., Bloembergen A. (eds), 2015, Policing Empires. Social control, political transitions, (post-)colonial legacies, Bruxelles, Peter Lang, à paraître.

Dinçer S., 2013, « The Armenian massacre in Istanbul (1896) », Tijdschrift voor Sociale en Economische Geschiedenis 4, p. 20‑45.

Emsley C. (ed.), 2011, The History of Policing, London, Ashgate, 4 vol.

Emsley C., Weinberger B. (eds), 1991, Policing Western Europe: Politics, Professionalism, and Public Order, 1850-1940, New York, Greenwood Press.

Ergut F., 2002, « Policing the Poor in the Late Ottoman Empire », Middle Eastern Studies, vol. 38, n° 2, p. 149–164.

Hibou B., 2011, Anatomie politique de la domination, Paris, La Découverte.

Lévy-Aksu N., 2008, « Modalités et enjeux de la circulation des savoirs policiers : un modèle français pour la police ottomane ? », Revue d’histoire des sciences humaines 19, p. 11-27.

Lindenberger T., 1998, « La police populaire de la RDA de 1952 à 1958 : Une micro-étude sur la gouvernementalité de l’État socialiste », Annales. Histoire, Sciences Sociales, vol. 53, n° 1, p. 119–152.

Milliot V., 2006. Les Mémoires policiers 1750-1850, Rennes, PUR.

Haut de page

Notes

1 Pour des bilans de ces recherches : Berlière, Denys, Kalifa, Milliot, 2008. Emsley, 2011.

2 Voir le quatrième volume de Emsley, 2011 et Blanchard, Lauro, Bloembergen, 2015.

3 Jusqu’aux travaux de Noémi Lévy-Aksu, la principale recherche sur les forces de l’ordre ottomanes était la thèse de Ferdan Ergut. On peut notamment lire : Ergut, 2002.

4 Sur cette question, Noémi Lévy-Aksu avait déjà publié  (2008).

5 Les travaux de Thomas Lindenberger ont ouvert de fécondes voies d’analyse pour tous les chercheurs voulant échapper à ce tropisme. Voir notamment : Lindenberger, 1998. Pour une analyse générale des formes d’accommodation à l’autorité en « régime autoritaire » : Hibou, 2011.

6 Ces synthèses ne peuvent bien sûr être heuristiques qu’à condition de donner place aux rythmes et aux spécificités locales, qu’elles soient étatiques ou infra-nationales. Voir notamment : Emsley, Weinberger, 1991.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Emmanuel Blanchard, « Lévy-Aksu Noémi, Ordre et désordres dans l’Istanbul ottomane (1879-1909), Paris, Karthala, 2013, 348 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 139 | juin 2016, mis en ligne le 12 février 2015, consulté le 29 avril 2017. URL : http://remmm.revues.org/8954

Haut de page

Auteur

Emmanuel Blanchard

Université de Versailles – Saint-Quentin-en-Yvelines, CESDIP

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page