Skip to navigation – Site map
Lectures

Almoubaker Mohamed et Pouillon François (dir.), Pratiquer les sciences sociales au Maghreb. Textes pour Driss Mansouri, avec un choix de ses articles, Fondation du Roi Abdul-Aziz Al-Saoud, Casablanca, 2014, 595 p. de texte en français et en anglais + 114 p. en arabe ; disponible en ligne sur le site du CJB (Rabat) : Maktabat al-Maghreb (http://books.openedition.org/cjb/)

Pierre Guichard
p. 228-229

Full text

1C’est l’ensemble des « sciences humaines et sociales », et surtout leur pratique au Maroc depuis l’indépendance, qui sont concernées par cet ouvrage d’hommage à Driss Mansouri, disparu en 2012. Les directeurs en sont respectivement professeur d’histoire ancienne à l’Université de Fès, et anthropologue à l’EHESS (directeur, on le sait, de l’utile Dictionnaire des orientalistes de langue française).

2Le choix des textes du même Driss Mansouri republiés dans l’ouvrage est bienvenu. Peu accessibles jusqu’ici au public français, ils constituent une très utile introduction aux débats dans le royaume chérifien au cours du demi-siècle qui a suivi l’indépendance.

3Mais ce sont principalement des « parcours de chercheurs », dans leur variété et leurs « sinuosités », qui constituent ce livre et lui donnent son originalité. Ainsi Abdelahad Sebti explique-t-il que c’est en traduisant en arabe, aux débuts de sa carrière, un texte de l’africaniste Henri Moniot, qu’il prit conscience de l’intérêt pour l’histoire de la mémoire orale, ce qui allait l’amener à croiser ces témoignages avec les consignations écrites dans plusieurs travaux. L’activité d’un chercheur en sciences humaines, et en particulier en anthropologie, peut ne pas se séparer de façon tranchée des autres dimensions de sa vie. Ainsi Jean-Philippe Bras, qui a effectué divers séjours au Maghreb, sous le titre « Parties de chasse (et sciences sociales) au Maghreb », évoque-t-il ses expériences tunisiennes et marocaines assorties d’analyses ouvrant à un « terrain » maghrébin auquel les Européen n’ont plus guère l’occasion de se confronter. La contribution de Daniel Rivet évoque trois témoignages donnés par des universitaires lyonnais ayant participé à la guerre d’Algérie, dont celui de l’ethnologue disparu Jean Métral, qui, ayant été sous-lieutenant de chasseurs alpins en Kabylie entre 1956 et 1958, montrait comment, entre les hommes de son unité, paysans majoritairement originaires de Haute Savoie, et les montagnards de la région qu’ils devaient contrôler, s’étaient noués des liens très étonnants pour ses « auditeurs juvéniles qui n’entendaient parler de la guerre que sous l’angle des exactions et des atrocités ».

4Les 33 contributions recueillies dans le livre (dont cinq en arabe) promènent le lecteur à travers tout le Maghreb. Prioritairement au Maroc, lieu d’édition de l’ouvrage, secondairement sur le terrain tunisien, et pour trois seulement en Algérie, ce qui fait ressortir le hiatus entre ce pays et la France. Celle de Michèle Sellès Lefranc explique que, travaillant sur l’histoire des savoirs indigènes sur la Kabylie à travers l’usage des archives et de la littérature, elle n’avait pas jugé indispensable de se risquer dans cette région. L’occasion s’étant finalement présentée, elle nous donne une analyse très fine des séjours qu’elle a pu y faire en 2012. Kahina Mazari évoque une expérience récente de collaboration sur l’histoire des Aurès et ses abords entre deux associations : la française, « Aouras », constituée par des archéologues antiquisants désireux de reprendre contact avec le terrain algérien, et l’algérienne « Minerve » (de Tébessa), qui souhaite revaloriser le patrimoine archéologique de cette cité et de sa région. Elle conclut à un relatif échec, les autorités nationales de l’archéologie algérienne ne voulant surtout pas « laisser s’établir (…) une zone de non droit archéologique, même si cela impliquait le gel de toute initiative scientifique ».

5Les contributions que je viens d’évoquer démontrent assez la variété du recueil. Les parcours de chercheurs sont structurés en cinq parties, dont les contributions en français et en anglaisAbderrahmane2015-02-08T15:18:00 sont les suivantes : 

6Dans le cadre de la première, « Arrêts sur enquêtes », Dominique Casajus (CNRS) se remémore son premier contact avec la société touarègue, vers la fin des années soixante-dix, et les rapports qu’il put y entretenir par la suite pour recueillir des compositions poétiques. Claire Nicholas (Université de Princeton) raconte sa première journée sur le terrain marocain. Matthew Carey (Université de Copenhague) rend compte d’entretiens sur la violence dans le Haut Atlas marocain. Très « personnalisée » est celle d’Annabelle Charbonnier, qui consacre trois pages au problème de la « drague » à laquelle elle pouvait être exposée de la part de son entourage masculin dans le cadre d’un stage dans un centre marocain de formation aux métiers de la montagne. Eric Gobe (CNRS) décrit les conditions de sa recherche sur le milieu des avocats tunisiens dans leur rapport avec le pouvoir « benaliste », et Alain Messaoudi (EHESS) tient le journal d’une mission effectuée à Tunis une année après la révolution.

7Dans la seconde partie, « Itinéraires et récapitulations de carrières », Mohamed Almoubaker (Université de Fès) s’interroge sur la place d’un enseignement d’histoire ancienne dans le Maroc d’aujourd’hui. Mabrouk Jebahi met en parallèle de façon très suggestive son expérience d’anthropologue dans son village natal du Sud tunisien et les observations sur le même lieu d’un administrateur militaire français dont le rapport a été rédigé en 1886. Suivent une contribution de Jessica M. Marglin (Université de Princeton) sur son expérience de travail sur l’histoire des juifs au Maroc et celle d’Abdelahad Sebti déjà citée. Un texte de François Pouillon intitulé « Dernière séance : retour sur un séminaire » termine la section, en insistant sur le rôle qu’ont joué les images dans son parcours intellectuel. Les contributions en arabe Abderrahmane2015-02-08T15:19:00sont celles de Ali Ouahidi et Saïd El Bouzidi sur l’enseignement de l’archéologie au Maroc, de Abderrahmane El Moudden sur la création d’une filière d’études ottomanes et iraniennes à Rabat, et de Tayeb Biad sur le piètre intérêt pour les études sur l’économie du XXème siècle au Maroc.

8Dans la troisième partie « Travailler sur des documents non classiques », outre les contributions de Jean-Philippe Bras et Daniel Rivet, se trouvent un texte de Léon Buskens (Université de Leyde), sur son expérience de recherche de manuscrits au Maroc, et un autre de Shaw Smith (Davidson College, Caroline du Nord) sur la vision « judéo-arabe » que Delacroix a pu avoir des sociétés maghrébines ; Baudoin Dupret, directeur du Centre Jacques Berque (Rabat), dénonce les effets médiatiques dans un reportage télévisé sur le sauvetage d’objets patrimoniaux menacés (« Indiana Jones et les manuscrits de Tombouctou ») ; enfin Bernard Rosenberger interroge les cartes postales sur ce qu’elles peuvent dire de la conquête du Maroc. En arabe, Abderrahim Benhadda (Rabat) traite des récits de voyage de musulmans en pays non musulmans.

9En quatrième lieu (« Enquêter sur les sujets sensibles »), Dominique Caubet (INALCO, Paris) rend compte d’enquêtes sur l’arabe marocain ou darija et les avatars de son acceptation dans les diverses institutions d’enseignement et de recherche. Hinde Maghnouji doctorante EHESS, explique la difficulté dans laquelle elle se trouve pour parler autrement qu’en français de son sujet, sur la prostitution au Maroc, et sa collègue Sonia Ben Meriem évoque la très suggestive complexité linguistique du fait berbère revendiqué dans le Sud tunisien. Suivent le texte cité plus haut de Kahina Mazari, et une autre contribution « archéologique », celle de Clémentine Gutron (Université de Louvain) qui réfléchit sur les conditions d’élaboration de sa thèse sur L’archéologie en Tunisie. Deux contributions en arabe, celles d’Abdallah Benmlih et d’Ahmed Azami (sur l’esclavage et sur le soufisme).

10Dans la dernière partie, conclusive (« Elargissements »), Zakaria Rhani (Institut universitaire de la recherche scientifique de Rabat), prend l’occasion d’un colloque sur l’avenir des sciences sociales dans le monde arabe organisé à Oran en 2012, dont est faite une description au vitriol, pour déplorer l’ankylose passéiste des « recherches » effectuées dans ce domaine : leur « focalisation obsessionnelle sur le moment khaldunien », et trop souvent, à l’égard de l’héritage anthropologique colonial, une méfiance plus incantatoire qu’utilement critique. Daniel Nordman (CNRS) se demande opportunément ce qu’est « une recherche collective ». Un texte de Corinne Cauvin Verner (CHSIM-EHESS) met en contraste à l’intérieur de l’école geertzienne, la présentation de leurs recherches sur Sefrou que font Geertz lui-même et Paul Rabinow. Mohamed Sghir Janjar, en arabe, aborde courageusement la question de la sécularisation.

11À lire les seuls titres des contributions qui en constituent l’essentiel, on perçoit facilement la diversité et la richesse de cet ouvrage, qui participe d’un mouvement réflexif de l’anthropologie. En se centrant sur les « pratiques », ce livre déplace l’attention vers le chercheur. Certaines contributions donnent d’emblée au lecteur toutes les clés biographiques personnelles qui lui permettent de bien comprendre les conditions de la démarche anthropologique. D’autres sont moins immédiatement explicites. Ainsi n’est-ce qu’à la relecture de Michèle Sellès Lefranc sur son expérience kabyle, qu’il m’est apparu clairement qu’elle était issue d’une famille d’Européens revenus en métropole à l’indépendance. Ainsi dit-elle avec raison : « Faire des sciences sociales sur le terrain algérien n’est…pas un choix neutre ni un terrain comme les autres ».

12On pourrait se demander si, dans ce livre qui fait une si large part à la façon dont s’opère la démarche du chercheur, et à des chercheurs qui dans plusieurs cas réfléchissent sur les sociétés dont ils sont issus, il n’aurait pas fallu fournir parfois au lecteur davantage d’informations sur les auteurs des contributions, devenus à leur tour comme un « objet de recherche », presque à égalité avec l’objet qui sert de prétexte à celle-ci.

13Poser cette question n’enlève rien à l’intérêt que l’on trouve à lire cet ouvrage multiforme et foisonnant, que l’on peut aborder par de multiples biais. Du fait de la diversité des enquêtes qui y sont présentées, il s’adresse à l’historien ou au linguiste, ou même au philosophe, aussi bien qu’au chercheur en sciences sociales, et apporte un grand nombre de données sur l’évolution socio-culturelle d’un Maghreb qu’il n’est pas toujours facile de bien connaître. À ce titre, il intéressera tous ceux qui l’aiment et qui se soucient de son passé récent et de son présent.

Top of page

References

Electronic reference

Pierre Guichard, « Almoubaker Mohamed et Pouillon François (dir.), Pratiquer les sciences sociales au Maghreb. Textes pour Driss Mansouri, avec un choix de ses articles, Fondation du Roi Abdul-Aziz Al-Saoud, Casablanca, 2014, 595 p. de texte en français et en anglais + 114 p. en arabe ; disponible en ligne sur le site du CJB (Rabat) : Maktabat al-Maghreb (http://books.openedition.org/cjb/) », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [Online], 139 | June 2016, Online since 17 February 2015, connection on 17 August 2017. URL : http://remmm.revues.org/8957

Top of page

About the author

Pierre Guichard

Professeur honoraire de l’Université de Lyon I

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Top of page