Navigation – Plan du site
Lectures

Deeb Lara et Harb Mona, Leisurely Islam. Negotiating Geography and Morality in Shi’ite South Beirut, Princeton, Princeton University Press, 2013, 286 p.

Erminia Chiara Calabrese
p. 238-242

Texte intégral

1La banlieue sud de Beyrouth, désignée depuis le début des années 1980 par le terme de Dahiyeh, a été analysée en tant qu’elle sert de toile de fond à l'action terroriste ou islamiste du Hezbollah (Ranstrop, 1997 ; Jaber 1997), comme le lieu où s’exerce une « piété moderne » (Deeb, 2003), à travers le prisme de l'action publique (Harb, 2005), et en tant qu’espace qui participe à la socialisation politique au profit du Hezbollah, notamment par la mise en place par le parti, dans cette banlieue, d’un certain nombre d’institutions et d’activités partisanes (Calabrese, 2014). Dans le livre de Lara Deeb et Mona Harb, Dahiyeh est décrite au prisme d’une analyse du nouveau secteur des loisirs, représenté notamment par les cafés, qui s’y est développé, surtout depuis 2000, ainsi qu’à travers les pratiques de loisirs d’une jeunesse que les auteures définissent comme « chiite plus ou moins pieuse ». Ce livre est particulièrement bienvenu car il donne un nouvel éclairage sur cette banlieue sud de la capitale libanaise, tristement célèbre pour les bombardements par l’aviation israélienne qu’elle a subis en 2006, et souvent associée « au Hezbollah, à la résistance contre Israël, à la misère et à la pauvreté ». Ici les auteures, en s’attardant sur toute une gamme d’espaces récréatifs apparus au cours des dix dernières années, nous racontent comment la jeunesse pieuse passe son temps libre et comment ces jeunes développent leur propre combinaison de loisirs et de moralité, comment ils vivent ce qui apparaît être une religiosité nouvelle.

2Deeb et Harb nous offrent une multitude d’images, d’anecdotes, de récits de vie, et de données historiques tout en revenant sur des thématiques déjà étudiées dans leurs travaux antérieurs. Ce matériau riche et original est basé sur une enquête de terrain menée par les auteures entre 2007 et 2009 qui inclut des observations participantes, des enquêtes, et des entretiens individuels et de groupe. Le travail de terrain mené précédemment par les auteures dans cette banlieue, depuis la fin des années 1990, a sans doute aussi contribué à la collecte de ce matériau.

3Le propos de ce livre est de décrire et d’analyser quels effets a eu l’apparition de cafés sur les normes morales, sur les pratiques spatiales et sur les expériences urbaines de la jeunesse pieuse qui habite cette banlieue. Cette étude montre en outre comment se fait l’interaction entre géographie et moralité. Deeb et Harb précisent que les idées sur la moralité ne sont pas nécessairement enracinées dans la religion, mais peuvent être en relation avec d’autres idées sociales et politiques, comme elles sont liées aussi à des pratiques spatiales et à la géographie de la ville. Elles expliquent que beaucoup des jeunes qui résident dans la banlieue sud de Beyrouth sont « des musulmans chiites plus ou moins pieux » (p. 7) et que leur choix du café où passer un après-midi ou une soirée sera aussi dicté par « la légitimité ou la justesse des cafés en question en termes de réputation, de moralité, des activités proposées et des personnes rencontrées » (p. 8). Ces cafés dans la banlieue sud de Beyrouth sont souvent décrits par leur clientèle et leurs propriétaires comme shara‘î (légitimes religieusement), muhâfiz (conservateurs) ou simplement munâsib (appropriés).

4L’ouvrage s’organise en six chapitres et inclut un glossaire, une bibliographie et un index.

5Dans le premier chapitre, les auteures nous livrent un portrait de la banlieue sud de Beyrouth en dressant son histoire sociopolitique et en mettant en évidence l’action politique et publique du Hezbollah. Celle-ci a transformé, au cours des années, certains quartiers de Dahiyeh en un milieu où la conception dominante du monde est celle du parti, qui a fini par l’imposer comme une « norme » (Harb, 2005). C’est ici que la « société de la résistance » promue par le Hezbollah prend une forme physique et spatiale, une société où la résistance n’est pas seulement une mission militaire, mais aussi sociale, culturelle, politique et individuelle (Qassem, 2008). Libérés de l’occupant israélien en 2000, les gens sont « désireux de profiter de leur temps libre, ils ont maintenant le droit de s’amuser » (p. 56). Les auteures relèvent par ailleurs un changement générationnel dans la banlieue sud de Beyrouth en faisant la différence entre ceux qu’elles appellent « la génération d’avant-garde », qui est celle qui a été active dans l’établissement d’un « milieu islamique », et la génération plus jeune « pour qui la piété est la norme » (p.62). Cette dernière envisage la vie pieuse d’une manière plus flexible que la génération précédente. Ici, les auteures montrent aussi le passage « d’un islam traditionnel à un islam authentique » que Lara Deeb avait déjà bien expliqué dans sa thèse de doctorat (Deeb, 2003).

6Dans le deuxième chapitre, les auteures analysent les principaux acteurs – politiques, religieux et économiques – de la production et du contrôle des sites de loisirs à Dahiyeh. Depuis la fin des années 1990, le Hezbollah a investi dans des activités culturelles et de loisirs dans la banlieue, mais aussi en dehors. Le parti a joué un rôle important soit dans la production directe de ces sites, soit indirectement par le soutien donné à des entrepreneurs privés qui obéissent à ce qui est perçu comme des standards moraux appropriés (p. 67). Tous ces projets veulent fournir une forme alternative de divertissement pour cette jeunesse (p. 68). L’influence du Hezbollah dans le contrôle de ces sites de loisirs est aussi possible grâce à une réseau de comités « pour encourager le bien et interdire le mal » (p. 73). Leur tâche est d’informer le parti sur des activités « qui ne seraient pas appropriées » et qui pourraient se tenir dans certains de ces cafés. Ces comités, qui existent dans certains quartiers, sont organisés par des hommes et des femmes affiliés au Hezbollah. À travers ces pratiques de contrôle, Deeb et Harb notent comment le Hezbollah exerce des pressions sociales et économiques «  afin de censurer des activités qui tomberaient hors de ce qu’il considère comme un comportement moral approprié » (p. 73). Toutefois, les auteures précisent que les efforts du parti pour contrôler la manière dont les gens passent leur temps ne sont pas vraiment réussis, comme le parti voudrait pourtant le croire (p. 75).

7Dans le troisième chapitre, les auteures présentent les cafés de Dahiyeh, leurs caractéristiques et leur style. L’émergence d’une classe moyenne dans cette région, due à plusieurs facteurs, a poussé les investisseurs et les entrepreneurs à pourvoir aux besoins de cette nouvelle clientèle. Pour la génération présente, être pieux n'exclut pas de dépenser de l’argent, profiter des activités de loisir et interroger diverses valeurs éthiques et morales de l'islam contemporain.

8La relation entre moralité, géographie et loisir est étudiée dans les chapitres quatre et cinq ; c’est le cœur de ce travail. Les auteures mettent ici en évidence la façon dont les tensions politiques et confessionnelles peuvent influencer les trajectoires urbaines et le choix du lieu où passer son temps libre. C’est aussi en ce sens que Dahiyeh devient un lieu sûr, d’une sécurité qui est à la fois morale, et physique en temps de tensions politiques et confessionnelles. Dans le quatrième chapitre, les auteures se focalisent plus précisément sur la manière dont la jeunesse actuelle utilise, bien plus que la génération précédente, une « flexibilité morale » dans leurs discours et leurs activités de loisir afin de négocier la norme. Les auteures analysent les discussions qui se nouent autour du choix des loisirs, comme la décision d’aller dans un restaurant où il y a de la musique ou qui sert de l’alcool etc., pour montrer la différence qui existe entre cette génération et celle qui l’a précédée. Le cinquième chapitre analyse comment « de nouvelles zones géographiques morales de loisirs changent les expériences spatiales des gens pieux aussi bien à l'intérieur de Dahiyeh qu’entre Dahiyeh et Beyrouth » (p.179). Cette multitude de façons de penser et de reconsidérer l’espace urbain, social, religieux et politique, de la part des habitants de Dahiyeh, est cruciale, selon les auteures, pour la compréhension des mécanismes du changement social. Le dernier chapitre se focalise sur les préférences des habitants mises en relation avec la classe sociale d’appartenance, la confession, la moralité et la géographie. Alors que les cafés de Hamra étaient les lieux de prédilection des mouvements révolutionnaires et nationalistes arabes des années soixante, ces nouveaux cafés sont indépendants de tout mouvement politique. Ils assouvissent plutôt le besoin d’une nouvelle classe sociale, qui veut satisfaire son désir de consommation, mais aussi exhiber sa richesse. Les auteures montrent enfin comment cette jeunesse, qui habite une banlieue souvent stigmatisée, a des besoins qui sont universels, mettant fin aux tabous conservateurs souvent associés aux militants du Hezbollah.

  • 1 Voir la revue al-Dahîyya, avril 2010.

9Particulièrement bien référencé, comportant une masse inédite d’informations, ce livre est un outil important pour qui s’intéresse à cette région du monde. Quelques observations restent à faire. On aurait aimé en savoir plus sur les pratiques de loisirs de la jeunesse qui n’est pas pieuse mais qui habite aussi cette banlieue. L’espace socio-économique de Dahiyeh est en effet très mixte1, cette banlieue étant habitée par une population libanaise, à majorité chiite et à minorité chrétienne, mais aussi par des Palestiniens, des Soudanais, des Irakiens et des Syriens, ces derniers étant toutefois arrivés engrand nombre surtout après le soulèvement anti-Assad en Syrie. Par ailleurs, si le Hezbollah et le mouvement Amal sont deux acteurs hégémoniques, on peut y trouver aussi des affiliations politiques différentes, au Parti Communiste Libanais (PCL) ou au Parti social nationaliste syrien (PSNS) par exemple. Il aurait été également intéressant d’analyser les pratiques de la jeunesse qui se rencontre dans les cafés et restaurants situés dans le centre commercial Beirut Mall, qui se trouve juste l’entrée de Dahiyeh, lequel accueille des Beyrouthins d’autres quartiers et une partie de la jeunesse de cette banlieue. Malheureusement, cette recherche se termine en 2010, c’est-à-dire avant le soulèvement contre le régime d’Assad en Syrie et l’intervention militaire du Hezbollah, et donc avant qu’une partie de la jeunesse décrite dans cet ouvrage ne prenne part aux combats en Syrie. Cela a peut-être amené certains changements dans cette banlieue qu’il serait aujourd’hui intéressant d’analyser.

Haut de page

Bibliographie

Abi Samra Mohamed, 2010, « Mémoires de Haret Hreik : du bourg rural au ‘périmètre sécuritaire’ de la banlieue sud », in Mermier Franck, Varin Christophe (dir.), Mémoires de guerres au Liban (1975-1990), Arles, IFPO/Sindbad/Actes Sud.

Calabrese Erminia Chiara, 2014, Militer au Hezbollah dans la banlieue sud de Beyrouth (2005-2011), Thèse de doctorat en histoire, Université de Tarragona, Espagne.

Deeb Lara, 2003, An Enchanted Modern: Gender and Public Piety in Shi’i Lebanon, Emory University.

Harb Mona, 2005, Action Publique et système politique pluricommunautaire : les mouvements politiques chiites dans le Liban de l’après guerre, Thèse de doctorat en science politique, Aix-Marseille.

— 2007, « La banlieue du Hezbollah : un territoire détruit, une lutte renouvelée », in Mermier Franck et Picard Elizabeth (dir.), Liban : une guerre de 33 jours, Paris, La Découverte, p. 36-43.

— 2005, Pious Entertainment Al-Saha Traditional Village », ISIM Review 17, p.10-11.

Harb Mona, 2007, Middle East Report, Winter, n° 245, p.12-19.

Jaber Hala, 1997, Hezbollah: Born with a Vengeance, New York, Columbia University Press.

Khuri Fuad, 1975, From Village to Suburb. Order and Change in Greater Beirut, Chicago/Londres, University of Chicago Press.

Mervin Sabrina (dir.), 2008, Le Hezbollah. États des lieux, Paris, Sindbad.

Qassem Naim, 2008, Mujtama‘ al-muqâwama, ’irâdat al-’istishhâd wa sinâ‘at al-’intisâr [La société de la résistance, la volonté du martyre et la fabrication de la victoire], Beyrouth, Dâr al-ma‘ârif al-hikmiyya.

Ranstrop Magnus, 1997, Hizb’allah in Lebanon: The Politics of Western Hostage Crisis, London, Macmillan.

Thurfjell David, 2006, Living Shi’ism: Instances of Ritualisation among Islamist Men in Contemporary Iran, Leiden, Brill.

Haut de page

Notes

1 Voir la revue al-Dahîyya, avril 2010.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Erminia Chiara Calabrese, « Deeb Lara et Harb Mona, Leisurely Islam. Negotiating Geography and Morality in Shi’ite South Beirut, Princeton, Princeton University Press, 2013, 286 p.  », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 139 | juin 2016, mis en ligne le 17 février 2015, consulté le 21 février 2017. URL : http://remmm.revues.org/8958

Haut de page

Auteur

Erminia Chiara Calabrese

Researcher in Middle Esat Conflicts

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page