Navigation – Plan du site
Lectures

Djelloul Ghaliya, Parcours de féministes musulmanes belges. De l’engagement dans l’islam aux droits des femmes, Academia L’Harmattan, Islams en changement, 2014

Fatima Khemilat
p. 242-245

Texte intégral

1Dans cet ouvrage, Ghaliya Djelloul propose de déconstruire l’apparente homogénéité que recouvre la notion de « féminisme musulman » en la replaçant dans un contexte national peu connu, la Belgique. A travers une approche monographique et prosopographique, elle dépeint minutieusement les portraits et trajectoires biographiques de ces féministes d’un nouveau genre. Elle s’intéresse notamment aux tournants ou continuités biographiques qui les ont conduites à s’engager dans et pour la cause des femmes en intra (domaine religieux) comme en extra-communautaire (engagement socio-politique).

Une méthodologie compréhensive et une définition extensive

2Compte tenu des réticences éprouvées par certaines des femmes interrogées à s’identifier comme étant des « féministes islamiques », l’auteure a choisi d’élargir son échantillon en y incluant les « féministes musulmanes ». Elle propose de la sorte de « travailler à partir d’une définition restrictive du ‘’féminisme islamique’’, qui se réfère exclusivement aux femmes qui se réclament de ce courant de pensée, d’une part ; et, d’autre part, d’une définition large du ‘’féminisme musulman’’, qui intègre toute personne s’engageant en vue de la transformation des rapports sociaux de sexe à partir d’une compréhension renouvelée des sources de l’islam, sans se réclamer d’un courant particulier pour autant » (p. 15). Cette enquête a été menée au sein de plusieurs collectifs féministes, auprès de 8 femmes au total, dont 2 chiites et 6 diplômées d’université (2 du troisième cycle). Ghaliya Djelloul distingue dans cet ouvrage trois profils de féministes musulmanes.

Un triptyque hétéroclite de féministes musulmanes belges : le rapport à la scolarité comme élément discriminant

31ère groupe : Le continuum ethnico-religieux ou la réappropriation des textes pour lutter contre la stigmatisation

4Les membres de cette première catégorie ont bénéficié d’une socialisation religieuse forte dès le plus jeune âge, s’accompagnant souvent d’un apprentissage de l’arabe, du côtoiement à l’école ou dans le voisinage, de personnes d’ascendance immigrée. Leur socialisation familiale et secondaire est fortement marquée par les discriminations et un fort entre-soi (religieux et ethnique). Leur scolarité, faite d’expériences douloureuses, les a conduites à investir les milieux politiques et sociaux en vue de lutter contre les inégalités dont elles ont été victimes plus jeunes. Elles disent refuser les assignations au domicile ou aux tâches domestiques, tout en conservant une vision différentialiste et naturaliste des sexes, promouvant notamment leur complémentarité. Leur engagement religieux découle ici principalement des discriminations vécues en milieu scolaire. Celles-ci prolongent alors les inégalités ethno-raciales participant à un processus d’« ethnicisation du religieux » qui opère le transfert de « la frontière ethnique du lieu d’origine vers la religion » (p. 49). L’exclusion vécue sur une base religieuse résonne de cette façon doublement, à la fois car elle fait corps et chœur avec la stigmatisation ethno-raciale individuelle, mais aussi car elle s’inscrit en continuité avec les inégalités subies par leurs ascendants (parents notamment) du fait de leur condition d’immigrés. Les enquêtées se voient transmettre bon gré, mal gré, l’héritage mémoriel familial tout en recherchant les armes symboliques nécessaires à la contestation de la domination.

52ème groupe : « Citoyennes du monde » ou de la détraditionnalisation du religieux à des fins stratégiques

6Les enquêtées correspondant au deuxième profil ont un rapport intellectualiste à l’islam. Disposant d’un important capital culturel (diplômée du 2ème voire du 3ème cycle), elles gardent un souvenir positif de leur scolarité couronnée par de très bons résultats. Leur socialisation familiale et secondaire est plutôt mixte, renforçant leur identification citoyenne belge et leur engagement dans des associations caritatives non religieuses. Leur identité plurielle est vécue comme une force, se définissant volontiers comme « citoyennes du monde ». En ce sens, ces dernières s’inscrivent dans une perspective religieuse qui se veut transnationale et universaliste. Sur le plan des engagements féministes, elles remettent en cause les stéréotypes sexués mais considèrent qu’il existe néanmoins deux natures distinctes attribuées par Dieu : une féminine et une masculine.

7Contrairement au premier profil, le religieux est ici détraditionnalisé ou plutôt désethnicisé, de sorte qu’il « permette à la fois une sortie de l’appartenance ethno-nationale d’origine et l’entrée dans un système ethnique international » (p. 19). Le registre religieux est employé au départ à des fins stratégiques, en vue de « négocier une plus grande autonomie par rapport à une éducation traditionnelle » (p. 56). La relecture critique des textes, par le biais de leur détraditionnalisation dégage dans un jeu d’agency des marges de manœuvre et d’autonomie pour ces femmes en intra-communautaire. L’inscription dans une citoyenneté monde, le rapport apaisé à la citoyenneté belge poursuit cette détraditionnalisation des univers de sens tout en marquant une rupture dans la transmission migratoire familiale. L’usage du référentiel islamique permet dans ce cadre, de maintenir « une continuité symbolique » dans la discontinuité que représente l’interruption de la transmission du stigmate ethnique entre les générations (p. 59). Par ailleurs débarrassé des scories culturelles (a contrario de la lecture ethnique du religieux de la première catégorie) ou de ce qui est présenté comme telle, le religieux est placé en dehors de toute critique.

83ème groupe : L’investissement religieux des converties : un processus d’ethnicisation choisi ?

9Enfin, les enquêtées correspondant à la 3ème catégorie, présentent la spécificité de ne pas avoir du tout ou très peu bénéficié d’une socialisation religieuse familiale. Converties, ou ayant grandi dans des familles peu pratiquantes, leur investissement religieux ne découle ainsi ni, des conséquences d’une identité ethnique discriminée (1er groupe), ni d’une lecture intellectualiste et stratégique des textes (2ème groupe). Leur engagement dans les œuvres du culte représente souvent une rupture biographique notable bien que les enquêtées interprètent leur conversion ou le port du voile, comme le prolongement d’engagements antérieures, tels que le refus de la marchandisation du corps des femmes ou la promotion de valeurs comme la pudeur. Selon Ghaliya Djelloul, le sens non-religieux donné au port du voile dénote l’existence d’un rapport ethnique au religieux. Ces converties s’ethniciseraient en marquant leur appartenance, par le biais du foulard, « c'est-à-dire de son utilisation en tant que symbole de marquage social », à la communauté ethno-religieuse musulmane. Ce sont des turning point, des rencontres, des divorces qui les ont amenées à cette décision. Sur le plan de l’engagement religieux, celui-ci se caractérise par un fort investissement pour l’égalité homme/femme en intra-communautaire. Selon ces enquêtées, celui-ci est antérieur à la conversion, ce qui leur permet en quelque sorte de faire le lien entre deux pans de vie.

De quelques enjeux méthodologiques et choix de définition

10Le faible nombre d’entretiens réalisés par Ghaliya Djelloul lui permet néanmoins de réaliser incontestablement une typologie intéressante et heuristique. Cependant, les résultats produits présentent de fait, un certain nombre de biais, pas toujours soulevés par l’auteure. Parmi ceux-ci, l’entre-connaissance de beaucoup de ses enquêtées, conduit à une grande homogénéité de l’échantillon. En outre, les femmes interrogées présentent un fort capital culturel sanctionné par des titres (diplômes universitaires). Une enquête approfondie, par le bas (en interrogeant de simples militantes, moins médiatiques mais sûrement plus faciles d’accès) permettrait de dissocier s’il s’agit d’une spécificité générale des féministes musulmanes belges ou d’un effet circonstancié dû au milieu étudié. Par ailleurs, l’absence d’interrogation ou de précision quant à l’emploi de certaines catégories telles qu’« ethnie », « convertie », « communauté » rendent parfois les conclusions tirées discutables ou nécessitant d’amples explications. Néanmoins, les réflexions autour de l’islam comme continuum de l’ethnie ou au contraire comme référent universaliste permettant de sortir de l’entre-soi religieux, constituent de précieux apports à la compréhension des luttes féministes et intersectionnelles.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fatima Khemilat, « Djelloul Ghaliya, Parcours de féministes musulmanes belges. De l’engagement dans l’islam aux droits des femmes, Academia L’Harmattan, Islams en changement, 2014 », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 139 | juin 2016, mis en ligne le 17 février 2015, consulté le 29 avril 2017. URL : http://remmm.revues.org/8959

Haut de page

Auteur

Fatima Khemilat

Science-po Aix - CHERPA

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page