Navigation – Plan du site
Lectures

Rubin Aaron D., The Jibbali (Shari) Language of Oman. Grammar and Texts, Leyde-Boston, Brill, Studies in Semitic Languages and Linguistics, vol. 72, 2014, xxx + 718 p.

Marie-Claude Simeone-Senelle
p. 265-267

Texte intégral

1Cet ouvrage est consacré exclusivement à une langue sudarabique moderne parlée en Oman, dans la région du Dhofar. Il comprend, comme le titre l'annonce, deux parties : (1) une description grammaticale et (2) l'ensemble des textes qui représente le riche corpus relevé par T. M. Johnstone auprès de locuteurs natifs. Ce corpus a été mis à jour par A. Rubin qui a fait un travail remarquable dans les archives de Johnstone.

2La première partie comporte 14 chapitres dont une introduction (p. 4-24), avec la présentation de la langue et la méthodologie utilisée. On y déplore l'absence de carte. Les 13 chapitres suivants sont dédiés à la description grammaticale proprement dite (p. 25-377). De fait, cela commence par une phonologie succincte qui, en l'absence de data de terrain, ne peut aboutir à une présentation plus conséquente.

3La grammaire souffre d'un plan déroutant qui, par exemple, exclut les numéraux du système nominal, le reléguant plus de 150 pages plus loin, après le verbe et les prépositions. Ce manque de cohérence semble résulter d'une rédaction qui ne prend pas en compte le contenu du chapitre précédent, et d'une relecture trop rapide de la part du comité de lecture, ce qui ne laisse pas d'étonner chez un éditeur aussi prestigieux.

4Les nombreux exemples qui illustrent l'analyse sont dépourvus de glose, ce qui ne permet pas au lecteur de comprendre l'argumentation.

5Quant à la terminologie, elle est basée sur les habitudes de la grammaire classique des sémitisants, avec des apports divers qui ne sont pas justifiés (comme l'emploi de G-stem pour le schème verbal de base). Une telle utilisation amène à des confusions (temps et aspect par exemple) et surtout n'est pas adaptée à la structure de la langue. L'exemple de la désignation des formes verbales dérivées est particulièrement parlant. Pour comprendre à quoi renvoie la forme D/L stem, le lecteur devra savoir que D (non référencié dans les abréviations) renvoie à une forme verbale dérivée où la deuxième consonne radicale est dupliquée et que L indique une dérivation qui joue sur la longueur vocalique de la deuxième syllabe du schème de base. Même s'il connaît les valeurs sémantiques attachées à ces deux formes (grosso modo intensif et conatif), il n'en sera pas plus éclairé sur la correspondance avec la forme sudarabique (qui n'a ni gémination ni longueur vocalique) et à laquelle Rubin, à juste titre et à la suite d'autres linguistes, ne reconnaît pas une valeur « intensive-conative » (p. 112).

6La méthode qui consiste à ne pas mentionner les corrections apportées aux données de Johnstone (elles sont nombreuses dans les paradigmes verbaux et concernent les voyelles, l'accent et la structure syllabique) ou même à reconstituer une partie de paradigme, porte atteinte à la crédibilité des données. L'exemple des paradigmes du verbe, p. 107, est une bonne illustration de cette attitude. Rubin précise (n. 12, p. 107) que, ce verbe n'étant attesté dans aucun des textes du corpus, il a repris le tableau de Johnstone (1981 : xvii-xviii). Il faut comparer les deux sources pour relever les différences, et réaliser que les formes de duel inaccompli, absentes dans Johnstone (1981 : xviii) sont celles que Rubin a reconstruites.

7La deuxième partie nous présente avec force détails et commentaires un corpus très riche sur lequel s'appuient 95 % des 2800 exemples cités dans la grammaire (p. xxvii). La publication des textes en jibbali occupe deux chapitres, le plus important, le 15 (p. 381-625), donne les textes exhumés des archives de Johnstone, classés, revus et commentés. C'est un travail impressionnant. Un imposant tableau (p. 383-385) reprend toutes les informations relatives aux textes de Johnstone et constitue un excellent guide pour appréhender ce corpus.

8Le chapitre 16 (p. 627-645) est plus hétérogène puisqu'il comprend outre les six textes enregistrés aux Etats-Unis par A. Rubin, auprès de trois informateurs, les transcriptions qu'il a faites de manuscrits translittérés en caractères arabes, dont 18 proverbes, publiés un locuteur natif en 2000. La présentation dans ces deux chapitres respecte celle adoptée dans l'édition de tels textes : la transcription et la traduction (excepté pour les proverbes) se font face, page paire pour la première, impaire pour la seconde. Chaque paragraphe, qui peut contenir plusieurs unités phrastiques, est numéroté.

  • 1 Compte-rendu de Marie-Claude Simeone-Senelle Arabian Humanities 3/2014. http://cy.revues.org/2703.

9Les cinq appendices, classés de A à E (p. 647-687), amènent de précieux compléments au volume. Le premier (p. 647-652) sera particulièrement apprécié puisqu'il nous donne la transcription du texte 18 (p. 436, 438, 440) avec son découpage morphématique et une glose interlinéarisée. Le même texte est présenté en translittération arabe (appendice B). L'appendice C (p. 655-674) complète le Jibbāli Lexicon (Johnstone, 1981) par 229 entrées radicales, les lexèmes qu'elles contiennent sont toujours référenciés par rapport aux textes dans lesquels ils se trouvent. Quelques addenda et corrections au volume sur le mehri (Rubin, 20101) sont rassemblés dans l'appendice D (p. 675-681) mais contiennent encore des oublis.

10La bibliographie (p. 689-699), malgré ses nombreux titres, reste lacunaire. Elle est suivie par l'index des passages de textes cités dans la grammaire (p. 701-715) et la liste des « particules grammaticales » traitées dans le corps de l'ouvrage, sans avoir fait l'objet d'un paragraphe particulier (p. 701-718).

11Si la partie linguistique de l'ouvrage est décevante, le corpus de textes avec leurs traductions et les nombreux commentaires rend ce volume extrêmement précieux. Ce travail force l'admiration et la reconnaissance. En mettant à jour un véritable trésor, enfoui dans des archives depuis 1987, A  Rubin sauve une partie importante du patrimoine sudarabique, tout en rendant hommage à celui qui fut à l'origine des études modernes sur le jibbali/sḥari. Cet ouvrage constitue indéniablement une importante contribution à la connaissance du sudarabique moderne.

Haut de page

Bibliographie

Johnstone Thomas Muir. 1981. Jibbāli Lexicon. Oxford, Oxford University Press.

Rubin Aaron D., 2010, The Mehri Language of Oman, Leiden, Boston, Brill

Haut de page

Notes

1 Compte-rendu de Marie-Claude Simeone-Senelle Arabian Humanities 3/2014. http://cy.revues.org/2703.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-Claude Simeone-Senelle, « Rubin Aaron D., The Jibbali (Shari) Language of Oman. Grammar and Texts, Leyde-Boston, Brill, Studies in Semitic Languages and Linguistics, vol. 72, 2014, xxx + 718 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 139 | juin 2016, mis en ligne le 17 février 2015, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://remmm.revues.org/8965

Haut de page

Auteur

Marie-Claude Simeone-Senelle

CNRS (LLACAN/INALCO), CEFAS (Sanaa), ILD (Djibouti)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page