Navigation – Plan du site

Kallander Amy Aisen, Women, Gender, and the Palace Households in Ottoman Tunisia, Austin, University of Texas Press, 2013, 270 p.

Juliette Dumas

Texte intégral

1Forte de l’usage de sources variées (chroniques tunisiennes, registres de compte du palais, actes de fondations pieuses, récits de voyageurs, archives françaises du Ministère des Affaires étrangères), l’auteure se propose d’étudier la place des femmes de la dynastie régnante au sein de la Tunisie ottomane. L’intervalle chronologique retenu est volontairement long, puisqu’il couvre toute la période de la domination ottomane en Tunisie, du xvie au xixe siècle. Cette temporalité inscrite dans la durée constitue l’une des forces de l’ouvrage, qui s’attache à repérer et suivre les évolutions de la place de ces femmes au gré des transformations politiques.

2Le premier chapitre se concentre sur la question, centrale, des stratégies matrimoniales élaborées autour des membres de la famille des beys. De façon très révélatrice, la politique matrimoniale beylicale se désintéresse complètement des alliances internationales, pour leur préférer la constitution de réseaux matrimoniaux à l’échelle de la province. Objectif : favoriser le contrôle beylical sur le territoire tunisien et assurer au bey une position dominante sur les grandes familles locales. L’auteur souligne le rôle indispensable des femmes comme agents de transmission de la richesse et des réseaux de clientèle de la famille. Exclues des offices politiques du fait de leur sexe, elles sont en effet les mieux placées pour s’imposer comme gardiennes des privilèges et des positions familiales. Par ailleurs, l’A. rappelle la très forte intrication des liens familiaux dans la structure du pouvoir, insistant notamment sur la transmission des liens de patronage, souvent dédoublés par des mariages, qui déterminent l’acquisition de positions dominantes. Le bey gouverne donc par la famille, avec la famille –ce qui n’est pas sans soulever nombre de tensions au sein même de ces familles, non sans entraîner d’inévitables répercussions politiques. Et l’A. de conclure : « les femmes transmettaient l’autorité politique, l’expérience et la richesse » (p. 48).

3Le second chapitre s’intéresse à la structure palatiale. Le lecteur familier de l’histoire ottomane ne manquera pas de noter les similitudes très fortes entre le palais beylical tunisien et le palais impérial ottoman, tant dans sa structure que dans l’influence des titres ottomans, que l’on retrouve en nombre conséquent dans la nomination des offices tunisiens. Eu égard au fait que le montant des dotations en nature distribuées par le Palais est fonction du statut, l’A. prend appui sur l’analyse de ces versements pour esquisser la hiérarchie au sein de la famille beylicale. Ainsi, au sommet de la hiérarchie, se trouve la maisonnée principale du bey régnant (tous membres compris) ; puis viennent les maisonnées des hommes adultes et des femmes aînées (les plus âgées, les “séniors”) de la dynastie ; puis les jeunes, encore non mariés ; enfin, les concubines.

4Le troisième chapitre est dédié à une étude de l’univers féminin, à savoir les différents aspects structurant leur vie : l’espace résidentiel, les relations conjugales, les formes de pouvoir. L’A. souligne le rôle des femmes, en tant qu’épouses ou concubines, dans la reproduction. Et d’ajouter que la polygamie des beys et autres hommes de la dynastie permettait d’accroître la descendance. La grande banalité de cette affirmation semble faire perdre de vue des éléments plus prometteurs. En effet, plusieurs beys auraient eu une faible descendance : loin d’être anodine, cette constatation aurait mérité d’être analysée de plus près. À titre d’exemple, dans son travail sur le harem ottoman, Leslie Peirce a mis en lumière l’existence de pratiques de contrôle des naissances, à des périodes données de la vie d’un sultan ou d’un prince, suivies de temps d’intense activité sexuelle : constatation qu’elle avait eu soin de mettre en relation avec des considérations politiques et/ou dynastiques, révélant ainsi les logiques de la reproduction dynastique. En l’état, l’analyse des pratiques conjugales dressée ici par l’A. semble pour le moins inaboutie.

5Le lecteur sera plus satisfait par l’attention portée à l’esquisse d’une hiérarchie des femmes qui, derrière une première épouse, sorte de favorite, respecte ensuite l’ordre chronologique des mariages, chacune recevant un titre particulier. Cette situation ressemble très fortement à celle qui s’instaure au sein de la famille impériale ottomane, à partir de la seconde moitié du xviie siècle – à la différence notable que les femmes des sultans sont des concubines, non des épouses légitimes. La principale divergence qui ressort entre les systèmes dynastiques ottoman et tunisien tient, semble-t-il, à la place de la mère du souverain. Divergence révélatrice puisque, tantôt c’est la relation conjugale qui est mise à l’honneur, tantôt le lien filial (et l’on sait toutes les motivations politiques qui, du côté ottoman, ont conduit à l’élaboration de ce schéma familial). Le droit des femmes à divorcer s’applique également aux femmes des membres de la famille beylicale qui, après séparation, continuent néanmoins à être entretenues par le Palais. Malgré l’exclusion des descendants par les femmes de la succession, le lien par les femmes demeure avantageux et puissant, car leurs connexions avec le Palais sont perpétuelles. Comme on pourrait s’en douter, ce modèle beylical est reproduit par les familles de l’élite.

6L’A. souligne une augmentation du nombre des unions monogamiques en Tunisie au xixe siècle, mise en relation avec les difficultés financières que connaît alors le pays, ainsi qu’un lent changement des mœurs, de moins en moins favorable à la polygamie : seuls le Palais et la famille beylicale semblent alors désireux de perpétuer la polygamie – ce qui n’est pas sans lien avec l’association de la multiplicité des femmes à l’expression du pouvoir. Quant aux domaines d’action politique des femmes du palais, ils s’articulent autour de trois champs d’action : le rôle dans l’élaboration d’un réseau d’alliances ; le soutien politique aux proches ; l’influence sur les nominations aux offices. À juste titre, l’A. souligne la similitude des bases de l’autorité politique des femmes et des Mamelouks, qui reposent sur la forte composante familiale du gouvernement. Fort à propos, elle rappelle également les divergences d’analyse entre le regard des locaux et celui des Européens sur l’action politique de ces femmes, qui diffère du fait qu’ils n’appliquent pas la même grille d’analyse. La perception des Européens est brouillée par leur représentation orientaliste de l’espace tunisien, qui se repère notamment dans l’image qu’ils s’y font des femmes, présentées comme les principales actrices d’un consumérisme irrationnel et dispendieux. Quant au harem en lui-même, il ne sait se lire autrement, aux yeux des voyageurs occidentaux, qu’englué dans la dichotomie liberté/emprisonnement.

7Dans le quatrième chapitre, l’A. fournit une étude du rôle des femmes de la famille beylicale dans l’activité “charitable”, à travers la fondation de legs pieux. À l’exception de ‘Aziza ‘Uthman, fondatrice d’un hôpital, les œuvres fondées par ces femmes sont généralement modestes, bien souvent ajoutées en complément d’une fondation familiale déjà existante. Elles consistent principalement en dotations pécuniaires (aides aux étudiants, aux pauvres, financement de lectures, de récitations, de prières) : bref, aucune construction en dehors de l’exemple susdit. On note également un nombre non négligeable de fondations entreprises à plusieurs. Autant d’éléments révélateurs d’une activité “charitable” limitée, de faible portée sociale. Il est extrêmement regrettable que l’A. se soit arrêtée en si bon chemin, ne jugeant pas opportun de développer son affirmation selon laquelle le vakf était utilisé pour transmettre et contrôler un héritage au sein de la famille : tout un pan de réflexion aurait pu être mené autour de cette idée.

8Le chapitre cinq se penche sur la période des réformes et de la proclamation de la Constitution, dans l’optique d’en évaluer l’impact sur le système familial palatial. Les femmes sont peu présentes dans ce chapitre, qui accorde plus de place à la famille en général. De fait, dans ce chapitre et plus encore dans le suivant, la problématique des femmes et du genre semble reléguée au second plan, au profit d’une réflexion sur l’altération du système politique patrimonial tunisien. L’axe d’analyse suivi est celui du contrôle des finances du bey et des membres de sa famille, qui restreint leurs capacités d’action politique. Un exercice de légifération prenant pour objet la dynastie s’élabore et établit de façon officielle les droits du chef de famille sur les autres membres, ainsi que les attributions de chacun. Négligeable en apparence, tant son contenu paraît en adéquation avec les pratiques en cours, le phénomène est pourtant essentiel, car pour la première fois, une réglementation s’impose officiellement à la famille régnante (laquelle devient donc objet de discussion publique), qu’elle n’a ni produite, ni commanditée. C’est une transformation profonde des rapports de force qui scelle la déliquescence de l’autorité beylicale.

9Ce phénomène s’accentue avec la colonisation, traitée dans le dernier chapitre. Placée sous mandat français, la dynastie subit une révision des modalités de financement de ses membres. En arrière-plan se dessine la volonté d’esquisser une nouvelle définition de la famille beylicale par les autorités françaises, qui permet notamment l’exclusion d’individus jusque-là reconnus comme membres de la dynastie – notamment les femmes. Si les raisons économiques derrière cette réforme sont évidentes, elles sont loin d’être les seules en cause : des motivations politiques, mais aussi une conception radicalement différente de la famille s’y donnent à lire.

10La conclusion est décevante : d’une grande platitude et sans intérêt. Elle ne rend pas honneur au travail effectué par l’A. dans le cadre de cette étude. Au final, cet ouvrage a le mérite d’apporter des connaissances nouvelles et des analyses intéressantes sur les femmes et la structure de la famille beylicale tunisienne. Certaines réflexions sont particulièrement pertinentes, notamment son analyse sur les différentes perceptions du luxe. Néanmoins, il est difficile de ne pas lui reprocher quelques défauts importants :

111) Une forte tendance à démontrer des banalités, au détriment de certains éléments prometteurs, à peine mentionnés : l’A. se pose-t-elle toujours les bonnes questions ? On en vient à s’interroger sur sa maîtrise de l’historiographie existante sur les femmes et le genre.

122) Une dilution des thèmes annoncés dans le titre (women ; gender) sous une masse d’informations événementielles qui, au mieux, servent de canevas mais qui par moment paraissent hors sujet. On finit par se demander si le sujet du livre est bien les femmes et le genre, ou alors une réflexion sur certains aspects des réformes du xixe siècle. À ce titre, quel que soit l’intérêt réel des deux derniers chapitres, ils n’apportent pas grand-chose aux études sur les femmes et le genre, le sujet n’apparaissant d’ailleurs presque pas au long de ces pages.

133) Un plus grand usage des travaux menés sur des thématiques similaires, dans d’autres régions de l’espace ottoman, aurait pu être fait et n’aurait pas manqué d’apporter une profondeur à ce travail par sa mise en perspective avec d’autres modèles proches. Pensons notamment aux travaux sur les Mamelouks d’Égypte pendant l’époque ottomane, ou encore aux études sur les femmes du Palais impérial ottoman.

14Enfin, le plan retenu n’était peut-être pas le plus pertinent, car il ne tranche pas entre approche thématique et chronologique, obligeant l’A. à inclure de longues digressions politico-événementielles dans lesquelles son sujet est finalement noyé. Une organisation plus rigoureuse n’aurait pas manqué d’épargner certains écueils regrettables à cet ouvrage, par ailleurs fort intéressant.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Juliette Dumas, « Kallander Amy Aisen, Women, Gender, and the Palace Households in Ottoman Tunisia, Austin, University of Texas Press, 2013, 270 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], Lectures inédites, mis en ligne le 01 juin 2015, consulté le 28 mars 2017. URL : http://remmm.revues.org/9094

Haut de page

Auteur

Juliette Dumas

Aix-Marseille Université/CNRS, Iremam UMR 7310

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page