Skip to navigation – Site map
Lectures

Charpentier Isabelle, Le Rouge aux joues. Virginité, interdits sexuels et rapports de genre au Maghreb, Publications de l’université de Saint-Étienne, coll. Long-courriers, 2013, 333 p.

Abderrahmane Moussaoui

Full text

1À l’origine de ce livre, une enquête collective menée dans les trois pays du Maghreb de 2005 à 2008 et continuée par l’auteure jusqu’à 2012. Dans une note infra-paginale de la p. 53, l’auteure nous explique pourquoi seuls les résultats de deux parmi les trois pays enquêtés sont ici exposés. La personne qui s’était chargée de la Tunisie n’avait pas encore soutenue sa thèse, et l’auteure a préféré laisser la primeur des résultats pour la soutenance de la thèse. Le lecteur le regrette, parce que l’exemple tunisien (où la libération/liberté de la femme fut une des priorités du programme politique depuis l’indépendance du pays) aurait permis de mettre à l‘épreuve les explications essentialistes (se rapportant à l’ethnique et au religieux), souvent convoquées à ce propos.

2Politiste et sociologue, l’auteure décèle parmi les résultats de cette enquête un objet qui finit par s’imposer pour devenir la question centrale de l’ouvrage. Il s’agit du tabou de la virginité féminine. Convoquant une perspective transdisciplinaire (sociologie, littérature et études du genre), l’ouvrage s’attaque aux stratégies de prise de paroles de femmes écrivaines maghrébines et à la manière dont elles arrivent à parler de ce tabou de la virginité, en transgressant les assignations genrées imposées dans les pays du Maghreb. Il évoque les différents aspects liés à cette question cruciale pour une société dont le code de l’honneur dépend en grande partie de la maîtrise de la sexualité des femmes. Car, au-delà du Maghreb, cette question de la virginité est en effet au centre des enjeux sociaux et du code de l’honneur dans les sociétés du monde arabe.

3Les femmes écrivaines, objet de cette étude, écrivent en général en langue française et sont de plus en plus nombreuses à aborder la question de la virginité féminine dans des récits mêlant fiction et autobiographie. Ces écrivaines appartiennent à plusieurs générations, celles nées dans les années trente, certaines nées dans les années 1950 et d’autres encore nées dans le milieu des années 1980. Autrement dit, cette transgression ne date pas d’hier et ne mobilisent pas que les plus jeunes, même si elle devient plus récurrente à partir des années 1980.

4Le travail est exposé en cinq chapitres d’inégale importance quant au nombre de pages qui les composent. Le premier chapitre, « Virginité versus virilité : une éthique sexuelle et des exigences sociales à genre variable », est particulièrement court (8 pages, p. 61-69), notamment au regard de la très longue introduction (une cinquantaine de pages !) qui le précède. Ce qui est fort regrettable au vu de son objet : l’asymétrie sociale et religieuse entre virginité féminine et pucelage masculin.

5Le second chapitre, « “La meilleure pièce du trousseau” – Virginité et honneur au cœur des transactions matrimoniales » (p. 69-135), rend compte de récits autobiographiques de quelques écrivaines ayant osé percer la chape du silence en usant de stratégies discursives diverses.

6À la voix de ces écrivaines femmes, viennent s’ajouter certaines voix d’auteurs masculins pour appuyer le propos et dénoncer le poids que la société fait peser sur les femmes. Dans les sociétés du Maghreb, et plus largement du monde arabe, le code de l’honneur repose pour l’essentiel sur une codification stricte de la sexualité de la femme, représentée par l’hymen, ce « capital féminin » (p. 101) que la femme se doit de préserver, au prix de sa propre vie, jusqu’à la nuit nuptiale.

7Le troisième chapitre « Les ‘’mariages de jouissance’’ en Algérie ou ‘’le retour du refoulé patriarcal’’ – rapts et viols de vierges comme armes de guerre pendant la ‘’décennie noire’’ et ‘’littérature d’urgence’’ » (p. 138-159) est consacré essentiellement à la question du viol des jeunes filles par les groupes islamistes armés, durant la décennie de violence. Même si l’auteure pense qu’il ajoute un éclairage au propos, il vient en réalité brouiller l’approche. Nous ne sommes plus en effet dans les stratégies littéraires mais dans le témoignage et dans des récits, parfois subjectifs, de faits historiques récents.

8Le quatrième chapitre « Perdre ou ne pas perdre le rouge aux joues… impossible défloration et nouveaux habits du tabou » (p. 161-194), est celui qui donne son titre à l’ouvrage. Il questionne la question de la virginité et les représentations liées à la sexualité des femmes en regard des mutations sociales. Une sexualité féminine hors mariage s’affirme timidement mais progressivement au Maroc comme en Algérie. Le célibat des femmes est désormais une réalité sociologique, mais qui demeure difficile à vivre au niveau familial et social, précisément en rapport avec le non-dit de la sexualité que le mariage canalise de manière conforme à l’idéal social. Cependant le poids des coutumes demeure encore contraignant, obligeant souvent les femmes au recours à la réfection de l’hymen, l’hymenoplastie, pour sauver l’honneur au moment du mariage. Ce phénomène est désormais une pratique assez répandue au Maghreb et dans le monde arabe. Il apparaît comme une sorte de concession faite par le réel à l’idéel.

9Le dernier chapitre : « La dénonciation de tous les tabous sexuels ? Des écrivaines (franco-) maghrébines entre résistances à la domination masculine et reproduction des stéréotypes » (p. 196-244), montre combien il est difficile pour une écrivaine du Maghreb de dénoncer les tabous, sans sombrer dans un universalisme de bas étage, quelquefois fortement suggéré par l’éditeur à la recherche de l’exotique commercialisable. À partir, notamment, des interviews des auteures, I. Charpentier met en exergue le poids de la pression subie par le milieu d’appartenance que la femme écrivaine doit braver pour affirmer une autre vision du monde et repousser les limites qui lui sont imposées. Pour y parvenir, écrire ne suffit pas, il faut encore affronter quelquefois un monde éditorial dont l’objectif premier est plus pragmatique : vendre des stéréotypes.

10Un passage résume ce chapitre et la posture générale des auteures telle qu’elle se dégage de cette littérature : « Force est ainsi de constater que dans nombre de récits - à défaut de toujours survenir dans le réel - la contestation des rôles sociaux sexués et la transgression des interdits de genre et des tabous sexuels se traduisent symboliquement dans la réappropriation d’un corps longtemps nié/viol(ent)é, ainsi que dans la (ré)habilitation du désir féminin et de l’initiative des femmes dans la passion amoureuse/charnelle » (p. 204).

11À leurs corps défendant, les auteures de cette littérature de revanche abattent un à un les tabous qui étouffent la vie intime des femmes. Toutefois, il en subsiste un dernier, quelquefois timidement évoqué, rarement traité de front, et plus rarement encore ouvertement revendiqué. C’est celui de l’homosexualité, a fortiori féminine

12En conclusion, consciente que les œuvres de ces écrivaines ne peuvent être érigées en documents ethnographiques « scientifiques » sur la condition féminine (p 246), I. Charpentier considère, en revanche, qu’en l’absence d’études conséquentes sur la question, de telles œuvres demeurent un précieux indicateur de toute une réalité invisible. Plus que de témoignages, il s’agit d’une littérature thérapeutique, symboliquement subversive et finalement politique. Car son ultime objectif est de changer la vision du monde, en brisant les murs du silence imposé et toutes les clôtures que l’ordre patriarcal permet d’ériger.

Top of page

References

Electronic reference

Abderrahmane Moussaoui, « Charpentier Isabelle, Le Rouge aux joues. Virginité, interdits sexuels et rapports de genre au Maghreb, Publications de l’université de Saint-Étienne, coll. Long-courriers, 2013, 333 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [Online], 140 | December 2016, Online since 01 June 2015, connection on 22 October 2017. URL : http://remmm.revues.org/9097

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Top of page