Navigation – Plan du site

Aigle Denise et Péquignot Stéphane (éd.), La correspondance entre souverains, princes et cités-États: Approches croisées entre l'Orient musulman, l'Occident latin et Byzance (xiiie-début xvie siècle), Turnhout, Brepols (« Miroir de l’Orient musulman, 2 »), 2013, 238 p.

Abbès Zouache

Texte intégral

1Il y a des livres dont nous savons, une fois refermés, que nous y reviendrons régulièrement, parce qu’ils renferment une information originale, mais aussi (et surtout) parce qu’ils constituent un support précieux à la réflexion. C’est le cas de cet ouvrage, qui participe du dépoussiérage en cours de l’histoire diplomatique. Déjà largement entamé par les médiévistes occidentalistes (Péquignot, 2012), ce dépoussiérage est désormais résolument pris en charge par des orientalistes, sous l’impulsion, notamment, de D. Aigle. En effet, cet ouvrage doit être lu en lien avec les autres livres parus (Favereau, 2007 ; Aigle et Burési, 2008) dans le cadre du programme de recherches (2008-20012) qu’elle dirigea, « Les correspondances diplomatiques dans l’Orient musulman (XIe – fin XVIe siècle) », et qui associa l’IFAO (Le Caire), l’UMR 8167 (Paris), et l’Istituto per l'Oriente C. A. Nallino (Rome).

2La correspondance entre souverains, princes et cités-États… contient onze contributions de spécialistes du Moyen Âge latin, byzantin et islamique. Soulignons-le d’emblée : le pari de la réflexion collective est réussi. Le fait n’est pas si courant que nous puissions le passer sous silence. Les chercheurs qui participent à une entreprise collective ne s’approprient pas toujours les questionnements portés par leurs initiateurs, notamment lorsque la réflexion porte sur des sociétés a priori très différentes.

3Dès l’entame de l’ouvrage, D. Aigle explicite le projet qui fut proposé aux chercheurs, dans une contribution où la solidité de l’information le dispute à la largeur de vue - en particulier, elle y démontre tout l’intérêt du comparatisme. L’objectif final, ambitieux, consistait à « effectuer une première confrontation des pratiques diplomatiques en usage dans le monde musulman oriental avec celles qui ont cours à Byzance et dans l’Occident latin entre le xiiie et le début du xvie siècle » (Aigle : 9). Pour ce faire, l’analyse a été intelligemment limitée aux lettres entre souverains (ou pouvoirs, puisqu’il est aussi question des cités italiennes), sans évidemment s’interdire d’évoquer les autres modalités de l’échange diplomatique. Elle a aussi été circonscrite, chronologiquement, à une période charnière, pendant laquelle les échanges diplomatiques s’intensifièrent.

4Le pari est donc réussi. Pourtant, la tâche n’était pas si aisée, vu la perspective pluridisciplinaire et comparatiste choisie par les éditeurs. Les contributeurs n’ont aucun mal à faire dialoguer différentes disciplines (histoire, diplomatique, philologie, linguistique, codicologie), et apportent des éléments de réponse à l’épineuse question de l’existence ou non d’une communauté de pratiques diplomatiques dans les espaces à l’étude : « sont apparues des conceptions différentes du statut et de la fonction des correspondances adressées à l’étranger, mais aussi la nécessité d’affronter des problèmes communs de rédaction, de communication et d’archivage, résolus ensuite de façon diverse selon les périodes et, surtout, les territoires considérés » (Péquignot : 233) .

5Mais, répétons-le : « l’état de l’historiographie diffère profondément selon les espaces pris en considération » (Aigle : 9-10), notamment parce que les sources y varient considérablement, en nature et en nombre. La documentation originale, qui émane de la chrétienté latine, est a priori massive, même s’il faut se garder de toute généralisation excessive : tous les souverains européens n’ont pas laissé autant de lettres originales que, par exemple, leurs pairs aragonais ou anglais, ou que la papauté. En outre, ces lettres posent aussi de nombreux problèmes d’interprétation. L’article de B. Grévin en témoigne, qui pose les jalons d’une comparaison des structures rhétoriques des correspondances diplomatiques orientales et occidentales, à partir des lettres fictives entre pouvoirs occidentaux et orientaux légués par les archives occidentales.

6D’ailleurs, l’abondance documentaire doit elle-même être interrogée. Ainsi, les registres de la papauté du xiiie siècle, dont tout un chacun connaît la richesse, ne peuvent faire l’économie d’une réflexion approfondie sur la façon dont ils furent réunis. Th. Tanase montre qu’ils ne sont en rien de simples enregistrements, mais « distillent une vision du monde, qui laisse de côté toutes les ambigüités de ces relations entre Mongols et souverains pontifes pour célébrer les succès rencontrés par les envoyés du pape auprès de ce peuple venu de l’autre bout du monde, qui incarnait l’altérité la plus éloignée, et qui pourtant aurait peut-être pu, à en croire les registres, basculer dans la christianitas » (Tanase : 95). Quant aux séries diplomatiques italiennes, elles sont certes « parfois richissimes », mais aussi « aléatoirement continues » (Lazzarini : 169). En outre, ne pas se contenter de recenser les échanges diplomatiques officiels et au contraire ambitionner de mettre à nu des réseaux (formels ou informels), impose de recourir à d’autres sources, comme les instructiones rédigés pour les ambassadeurs, les dépêches, les copies de nouvelles, etc.

7Problèmes de nantis, penseront les spécialistes de Byzance et de l’Islam médiéval, qui n’auront probablement jamais une telle masse documentaire à leur disposition. La disparition des archives des chancelleries musulmanes a suscité de nombreuses interprétations, sur lesquelles F. Bauden revient assez longuement. Il rappelle à raison (les représentations ont la vie si dure que la lutte pour les faire évoluer semble ne jamais devoir cesser) que les chancelleries y furent très développées et parfois très sophistiquées, et qu’elles produisirent un nombre considérable de documents. Il dresse la liste des différentes explications de leur disparition invoquées par les chercheurs, depuis un demi-siècle, puis met en avant l’idée suivant laquelle la pratique du réemploi joua probablement un rôle très important. Ce constat lui permet de clore sa contribution sur une note positive : « des lettres diplomatiques originales ont sans doute été conservées en Islam, mais il faudra les chercher non pas dans d’hypothétiques fonds d’archives, mais comme matériaux réutilisés dans les manuscrits ! » (Bauden : 45).

8Mais les chercheurs disposent d’autres sources, qui sont d’ailleurs sollicitées par les contributeurs du volume : des manuels de chancellerie, qui pallient de fait, dans le cas du Yémen rasūlide étudié par E. Vallet, l’absence de toute pièce originale ; des sources narratives, aussi, où des lettres sont reproduites, telle celle, méprisante et violente, que Baybars aurait envoyée au comte Bohémond VI de Tripoli, en mai 1271. A. Troadec, qui l’édite et la traduit, considère que cette missive témoigne probablement de la guerre psychologique, dont le sultan mamelouk savait effectivement jouer, contre ses adversaires chrétiens (Zouache, 2015). Elle perçoit, aussi, la pluralité des destinataires de ce texte : Bohémond certes, mais aussi et « peut-être avant tout », vu sa conservation dans des chroniques arabes, un public musulman. En cela, la lettre de Baybars constitue « une archive de la rhétorique mamelouke en temps de guerre » (Troadec : 122).

9Fictive ou réelle, conservée à l’original ou « élément ponctuel » (Gruffat, 2001 : 79) inséré dans une chronique, la lettre diplomatique était déterminée par un ensemble de contraintes, de codes et de représentations auxquels il faut parfois se résoudre de n’avoir un tant soit peu accès que via les manuels de chancellerie. Le Burd al-muwashshā de Mūsā b. al-Ḥasan al-Mawṣilī témoigne ainsi de « la façon dont a été établi à partir de la seconde moitié du xiiie siècle un ‘ordre épistolaire’ spécifique dans le contexte propre du Yémen rasūlide » (Vallet : 141), semble-t-il détaché des traditions ayyoubide et mamelouke, et faisant la part belle à la virtuosité littéraire. À dire vrai, en cela, le Burd al-muwashshā ne se distingue guère des autres manuels de chancellerie. Tous dénotent un souci constant de littérarité, qui caractérise aussi nombre de lettres (originales ou non) envisagées par les contributeurs, depuis celle du sultan Baybars à Bohémond VI, jusqu’aux pièces préservées dans les recueils épistolaires ottomans et les archives du palais de Topkapı évoquées par J.-L. Bracqué-Grammont. Selon lui, ces pièces présentent une « apparente vacuité verbeuse », qui « doit notamment s’expliquer par les dangers d’interception encourus par les messagers qui étaient les porteurs oraux du véritable contenu » (Bracqué-Grammont : 199).

10Que l’écrit n’ait pas été le seul vecteur de transmission d’un message diplomatique ne fait aucun doute. Encore fallait-il, lorsqu’il était utilisé, qu’il fût compréhensible. Selon E. Malamut, à Byzance, un bureau de chancellerie était spécialisé dans la rédaction des lettres en latin. Au contraire, dans la chrétienté latine, on écrivait en latin même lorsque l’on s’adressait à des pouvoirs musulmans (voir les contributions de J. Richard ; B. Grévin ; S. Péquignot). On comptait donc sur des intermédiaires qui, sur place, devaient traduire la lettre. Les traducteurs avaient une place importante, à la cour mongole, où l’on écrivait, certes, d’abord les lettres en mongol, mais non sans, dans un second temps, les faire traduire en latin, par exemple, dans le cas de la cour ilkhanide, par un « de ces aventuriers occidentaux arrivés jusqu’en Perse, ce dont témoigne le latin parfois très incorrect des textes et l’emploi de mots turcs ou mongols » (Tanase : 80). Les rares documents originaux ayant traversé les siècles laissent d’ailleurs émerger « une langue originale, une sorte de mongol latinisé, ou italianisé », comme c’est le cas d’un exemplaire unique en mongol, daté de 1305, envoyé par Öljeitü à Philippe le Bel et sur lequel est « inscrite, au revers, une traduction en dialecte pisan » (ibid.).

11Les traducteurs n’étaient évidemment pas les seuls acteurs de la communication diplomatique. Les ambassadeurs jouaient aussi un rôle important, parfois premier, ainsi dans le cas de Byzance, où ils sont assez bien documentés (Drocourt, 2008 ; Becker et Drocourt, 2012 ; Tsakamada 2002). C’était aussi le cas pour d’autres pouvoirs, par exemple les cités italiennes évoquées par I. Lazzarini, mais aussi, à certaines époques, dans l’Orient musulman (Vaiou, 2015 : 6-17). Il faut dire, concernant Byzance, que « la correspondance entre l’empereur byzantin et les souverains étrangers [y] passait beaucoup plus par le truchement de la parole que par les lettres diplomatiques » (Malamut : 160). Si difficile à appréhender vu qu’elle ne nous est accessible que via l’écrit, l’oralité diplomatique ne doit pas occulter le langage non verbal : au Moyen Âge comme à d’autres époques, le langage diplomatique était écrit et/ou oral, mais aussi non verbal. Regards, gestes et postures, « interactions signifiantes » (Villard, 2008 : 37-38) sont parfois décrits dans les textes, comme l’a récemment rappelé Y. Friedman (2007), à propos de l’Orient latin.

12La correspondance entre souverains, princes et cités-États… confirme aussi, si besoin était, que les lettres diplomatiques dénotent les représentations et les préoccupations (récurrentes ou non) de leurs émetteurs. Ainsi, les Mongols appelaient inexorablement les souverains pontifes à la soumission, dans les lettres qu’ils leur adressaient ; ces derniers les exhortaient tout aussi systématiquement à la conversion. Quant au pape Grégoire IX, il exprime, dans une missive adressée en mai 1233 au souverain almohade du Maroc, l’inquiétude, attestée par d’autres sources, que suscitait, chez les papes, l’emploi de mercenaires chrétiens dans des armées musulmanes : « Nous ne tolérerons pas, et ne devrons pas tolérer, si par hasard tu préférais être l’ennemi du Christ que son ami, que tu sois servi par ses fidèles » (Richard : 102). Beaucoup plus tard, la correspondance des cours italiennes avec les musulmans prit résolument acte de l’événement majeur que constitua la prise de Constantinople par les Ottomans (Lazzarini).

13Dans les « conclusions » de l’ouvrage, S. Péquignot souligne modestement que « la plupart des interventions réunies ici » sont des « travaux exploratoires ». Il n’est pas difficile de le contredire, sur ce point : ce livre dense et riche constitue déjà un guide, pour tous ceux qui s’intéressent aux modalités de l’échange entre pouvoirs médiévaux, entre Orient et Occident.

Haut de page

Bibliographie

Aigle Denise et Burési Pascal (éd.), 2008, Les relations diplomatiques entre le monde musulman et l’Occident latin, Oriente moderno 86/1.

Becker Audrey et Drocourt Nicolas (éd.), 2012, Ambassadeurs et ambassades au cœur des relations diplomatiques. Rome - Occident médiéval - Byzance (viiie s. av. J.-C - xiie s. ap. J.-C.), Metz, Presses universitaires de Lorraine.

Drocourt Nicolas, 2009, « La place de l’écrit dans les contacts diplomatiques du haut Moyen Âge. Le cas des relations entre Byzance et ses voisins (de la fin du VIIe siècle à 1204) », in L’autorité de l’écrit au Moyen Âge, Actes des Congrès de la SHMSP n°39, Paris, PUPS, p. 25-44.

Favereau Marie (éd.), 2007, Les conventions diplomatiques dans le monde musulman. L’umma en partage (1258-1517), Annales Islamologiques 41.

Friedman Yvonne, 2007, « Gesture of Conciliation ? Peacemaking Endeavours in the Latin East », in Iris Shagrir, Ronnie Ellenblum et Jonathan Riley-Smith (éd.), In Laudem Hierosolymitani; Studies in Crusades and Medieval Culture in Honour of Benjamin Z. Kedar, Aldershot, Ashgate, p. 31-48.

Gruffat Sabine, 2001, L’épistolaire, Paris, Ellipses.

Péquignot Stéphane, 2012, « Die Diplomatie in Europa des Spättmittelalters. Ein historiographischer überblick », Zeitschrift für historische Forschung 39/1, p. 65-95.

Tsamakda Vassiliki, 2002, The Illustrated Chronicle of Ioannes Skylitzes in Madrid, Leyde, Alexandros Press.

Vaiou Maria, 2015, Diplomacy in the Early Islamic World. A Tenth-Century Treatise on Arab Byzantine Relations : The Book of Messengers of Kings (Kitab Rusul al-Muluk) of Ibn al-Farra’, Londres, New York, I. B. Tauris.

Villard Constanze, 2008, Le discours diplomatique, Paris, L’Harmattan.

Zouache Abbès, 2015, « Théorie militaire, stratégies, tactiques et combats : perspectives de recherche », in Mathieu Eychenne et Abbès Zouache (éd.), Historiographie de la guerre dans le Proche-Orient médiéval, xe-xve siècle. État de la question, lieux communs et nouvelles approches, Le Caire,  IFAO, p. 59-88.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Abbès Zouache, « Aigle Denise et Péquignot Stéphane (éd.), La correspondance entre souverains, princes et cités-États: Approches croisées entre l'Orient musulman, l'Occident latin et Byzance (xiiie-début xvie siècle), Turnhout, Brepols (« Miroir de l’Orient musulman, 2 »), 2013, 238 p.  », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], Lectures inédites, mis en ligne le 01 juin 2015, consulté le 23 mars 2017. URL : http://remmm.revues.org/9100

Haut de page

Auteur

Abbès Zouache

CNRS, CIHAM – UMR 5648, Lyon

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page