Navigation – Plan du site
Lectures

Boussac M.-F., Denoix S., Fournet Th. et Redon B. (dir.), 25 siècles de bain collectif en Orient : Proche Orient, Égypte et péninsule Arabique, 4 vol., Le Caire, IFAO, 2014, coll. Études urbaines, 9, 1246 p.

Maurice Sartre

Texte intégral

  • 1 M.-F. Boussac, Th. Fournet et B. Redon, Le bain collectif en Égypte, Le Caire, IFAO, 2009.

1L’importance du sujet méritait sans aucun doute le luxe de la publication, quatre grands volumes reliés sous étui cartonné, et les éditeurs n’ont reculé ni devant l’abondance des figures et des illustrations, ni devant l’usage majoritaire de la couleur. Et ils ont eu raison car ces volumes constituent désormais la référence en matière de travaux sur le bain collectif en Orient, quelle qu’en soit la forme. Issu d’un colloque tenu à Damas en novembre 2009 dans le cadre de l’ANR Balnéorient, après des colloques similaires quoique de moindre ampleur à Alexandrie en 2006 et à Amman en 2008, l’un déjà publié dans la même collection 1, l’autre à paraître avant la fin 2015 dans un dossier de la revue Syria, il trouve dans la publication une forme achevée que n’avaient pas toujours les communications de Damas, et les nombreuses images aperçues de façon fugitive peuvent enfin être étudiées à loisir, et utilisées et comparées. La belle introduction des organisateurs posent bien les problèmes du bain collectif en Orient et rappellent les acquis des premiers colloques de la série, notamment l’origine grecque du bain collectif tel qu’il est pratiqué en Orient, comme le prouve notamment l’abondance des établissements connus dans l’Égypte hellénistique. La surabondance des thermes d’époque impériale ne doit donc pas faire illusion, et l’une des pistes à creuser, si du moins l’archéologie était encore possible en Syrie, serait évidemment de rechercher sous les établissements romains leurs ancêtres grecs qui ont existé - les textes l’attestent -, mais dont la trace archéologique manque. On notera aussi les excellentes cartes de localisation des établissements repérés dans la zone d’étude, qui servent en quelque sorte d’inventaire provisoire des découvertes.

2Les deux premiers volumes (à l’exception de la fin du second) réunissent un formidable corpus de travaux relativement récents, et mettent ainsi à la disposition des chercheurs bien des dossiers qui n’avaient pas été publiés, qu’il s’agisse d’établissements de première importance ou de thermes ruraux de moindre ampleur. Mais, pour bien mettre en évidence le choix de la très longue durée et aussi l’originalité du bain collectif au Proche-Orient, la première section est consacrée à des études d’ensemble, régionales ou thématiques. L’article consacré aux ive-ier millénaires avant notre ère en Mésopotamie (B. Muller, A. Cavigneaux et J.-C. Margueron) permet d’écarter l’hypothèse d’une tradition locale dont on n’a de trace ni dans les textes, ni dans l’architecture, ce qui renforce la thèse de l’origine grecque et donc hellénistique du bain collectif. Suivent plusieurs études de monuments pris en groupe, les thermes de l’Hispanie romaine (J. Perex et al.), à la fois les thermes publics et les thermes thérapeutiques, une variété peu étudiée jusqu’ici en Orient. Suivent des études sur les thermes de Chypre, à la fois antiques de toute l’île (Sk. Christodoulou) et ottomans de Nicosie (E. Rizopoulou-Egoumenidou), les hammams d’Égypte au xviie siècle (M. Tuchscherer), ceux de Tripoli du Liban à l’époque ottomane (F. Hoblos), et sans doute beaucoup moins connus en dehors de quelques spécialistes, les hammams d’Arabie centrale (S. S. ‘Abd al-Malik), du Yémen (Chr. Darles) et d’Algérie (N. Chérif). Manière de fixer des modèles choisis à la périphérie et dans la longue durée.

3Suit alors une série d’études archéologiques dont il serait vain de donner ici pour chacune un aperçu, même sommaire. La Syrie (au sens antique) y tient une place de choix, et c’est heureux, compte tenu de la tragédie où le pays est plongé depuis plus de quatre ans, interdisant toute recherche nouvelle sur le terrain, sans doute pour longtemps, mais l’Égypte (Bouto), la Grèce (Le Pirée), l’Asie Mineure (Pergame, Hiérapolis) et la Cyrénaïque (Erythron) n’en sont pas absentes. Qu’il s’agisse de bains de grandes cités comme Apamée ou de Tyr, de thermes quasi privés comme ceux des factions de l’hippodrome de Tyr, de thermes de villages opulents comme al-Bara, d’une garnison (Sura), d’un village de pèlerinage (Telanissos), c’est bien en Syrie que l’on observe le mieux le passage du bain antique, ou plutôt tardo-antique/omeyyade, au bain médiéval, avec l’introduction en particulier de cette innovation capitale que fut la vapeur. Le bain étudié par G. Charpentier à al-Bara en donne un excellent exemple, avec changement du système de chauffage au début du ixe siècle et dans la foulée changement de destination de la salle chaude en étuve. D’autres exemples (Soura, Kh. Al-Maqsura) iraient dans le même sens.

4La fin du second volume rassemble quelques études techniques, en particulier deux articles complémentaires sur les combustibles utilisés dans les thermes byzantins et omeyyades de Syrie. On ne s’étonne guère des conclusions de Charlène Bouchaud pour cinq établissements de Syrie du Nord, où elle montre l’usage indifférencié de tous les résidus végétaux entraînés par l’exploitation agricole du voisinage (vigne, olivier, céréales, sans oublier les résineux), mais il était moins évident de trouver aussi des résidus animaux (déchets de boucherie) ou même, à Bosra (Th. Fournet et S. Lepetz), des déjections animales que l’on s’attendrait davantage à trouver comme engrais dans les champs. Mais, pour les os, les auteurs notent que leur emploi interdit sans doute de revendre les cendres pour la fabrication des mortiers, car il n’est pas certain que ce type de cendres convienne. Ce qui était gagné d’un côté pouvait être perdu de l’autre.

5Le troisième volume rassemble deux types d’études, regroupées de façon un peu artificielle, mais que l’économie peut, au moins partiellement, réunir. Car le bain est un monument qui s’insère dans la ville en même temps qu’il en constitue l’ornement. Si, comme le notait le voyageur turc Evliya Çelebi au xviie siècle, le hammam est l’un des monuments qui distinguent une ville d’un village, on comprend que les citadins, autant que les responsables politiques et administratifs, aient eu à cœur de les entretenir au mieux ; l’exemple des villes du domaine mamelouk (Le Caire, Damas, Alep) montre combien le hammam reste un outil de promotion urbaine, rentable et relativement standardisé (V. Denizeau), et les gouverneurs de la Damas ottomane n’eurent pas moins à cœur de promouvoir, entretenir et restaurer les hammams de Damas, hammams gérés pour le plus grand bénéfice des fondations pieuses (B. Marino). La qualité de ces bains citadins n’empêche pas les bains ruraux de proliférer (par exemple autour de Damas), moins prestigieux sans doute mais non moins rentables (A. Meier).

6Par ailleurs, on sait la place incroyable qu’occupent les thermes dans les villes antiques (Bosra fournit un exemple particulièrement impressionnant) et, si les entrées de hammams médiévaux sont souvent fort discrètes, leur emprise foncière n’en est pas moins importante. L’exemple d’Antioche que développe Catherine Saliou peut paraître exceptionnel en ce que la ville est elle-même exceptionnelle, capitale royale puis impériale, chef-lieu de province, métropole païenne puis chrétienne, mais si les dimensions des établissements et leur nombre sont sans doute supérieurs à la moyenne, leur fonction dans l’organisation urbaine, leur rôle structurant des quartiers et des communautés pourraient bien servir d’exemple pour des enquêtes dans des villes moins importantes et moins riches, moins soumises aussi à l’influence directe des empereurs ou des sultans. Sans compter que le bain joue un rôle dans les pratiques d’hospitalité des dirigeants civils ou religieux des cités tardives, comme Pauline Piraud-Fournet le montre en enquêtant, à l’occasion de sa fouille du pseudo-« Palais de Trajan » de Bosra, dans diverses villes d’importance moyenne où elle repère le même phénomène. Même si l’usage du bain se restreint à quelques hôtes de marque, la structure mise à disposition reste bien conforme au bain collectif antique. Début d’une différenciation des pièces vouées au bain, que l’on retrouve dans les nombreuses forteresses étudiées par Cyril Yovitchitch, qui met en évidence les aménagements très divers qu’on y relève ; tantôt un bain commun à tous, tantôt seulement un bain privé pour le chef ou quelques officiers de haut rang, parfois enfin la juxtaposition de deux structures.

7Les multiples fonctions du bain collectif que mettent en valeur ces communications sont-elles en voie de disparition dans les sociétés contemporaines ? Le tableau affligeant des hammams d’Alep tel qu’il est dressé par J.-C. David et H. Mounif tendrait à le prouver, car, même si quelques-uns auraient pu survivre sans la guerre, cela aurait été au prix de transformations radicales des prestations fournies et des comportements de la clientèle, le Spa des grands hôtels de la région n’ayant plus rien à voir avec les pratiques du hammam ancien.

8Sur ces pratiques, le quatrième volume regroupe une riche liste de communications portant à la fois sur les ustensiles et cosmétiques du bain, sur l’hygiène et la thérapeutique, les prescriptions et proscriptions, mais aussi les représentations artistiques et littéraires du bain. Savon (d’Alep ou de Naplouse), cosmétiques aux pigments locaux ou importés du bout du monde (connu), nitre, la panoplie du baigneur (et de la baigneuse) paraît sans limite. De quoi justifier les vitupérations des rabbins et surtout des Pères de l’Église pour lesquels les thermes représentent de multiples dangers, non seulement en raison de la nudité et de la promiscuité, mais parce que c’est l’occasion de se mettre en valeur de toutes les manières possibles. Comme paraît loin l’idéal du saint homme dont la vertu est d’autant plus grande qu’il n’a jamais pris de bain, sa vie durant ! Par chance, la majorité des chrétiens ne vise pas à un tel état d’excellence, car, en ce cas, la transmission de l’héritage antique à l’islam médiéval n’aurait guère été possible. Or, le très grand nombre de bains tardifs en Syrie montre qu’on sut trouver les accommodements nécessaires (refus de la nudité et de la mixité, discours sur les vertus thérapeutiques du bain, etc.) pour en maintenir l’usage. L’islam n’eut pas moins de réticences et dut à son tour produire un discours qui déculpabilisait les utilisateurs, insistant notamment sur l’aspect médical du bain (P. Koetschet, S. Denoix).

9On le voit, c’est bien une véritable somme qui s’offre aux chercheurs et aux curieux, et les apports des recherches au Proche-Orient dépassent à l’évidence ce seul cadre géographique. On imagine sans peine que les historiens de l’Occident médiéval soient à leur tour aiguillonnés par ce beau programme et ses riches résultats. Et puis, faut-il le rappeler, comme tous les travaux réalisés hier en Syrie et qui paraissent aujourd’hui, ces volumes prennent une dimension patrimoniale en gardant la trace de ce qui s’efface jour après jour sous nos yeux. Aussi moribond qu’il ait été, le hammam syrien avait un avenir comme témoin du passé, monument d’une grâce architecturale infinie et porteur d’une mémoire de pratiques ancestrales auxquelles certains restaient attachés ; l’inventivité des hommes aurait pu, peut-être, en faire revivre quelques aspects. Mais aujourd’hui, à Alep et sans doute ailleurs, qui se souciera de relever les débris d’institutions mortes ? Restera le souvenir que ce livre fait revivre de manière à la fois savante et infiniment vivante.

Haut de page

Notes

1 M.-F. Boussac, Th. Fournet et B. Redon, Le bain collectif en Égypte, Le Caire, IFAO, 2009.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maurice Sartre, « Boussac M.-F., Denoix S., Fournet Th. et Redon B. (dir.), 25 siècles de bain collectif en Orient : Proche Orient, Égypte et péninsule Arabique, 4 vol., Le Caire, IFAO, 2014, coll. Études urbaines, 9, 1246 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 140 | décembre 2016, mis en ligne le 01 juin 2015, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://remmm.revues.org/9102

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page