Navigation – Plan du site
Lectures

Chraïbi Aboubakr, Trois contes inédits des Mille et une Nuits, Espaces et Signes, 2015, 126 p.

Jean-Claude Garcin

Texte intégral

  • 1 Aboubakr Chraïbi, Contes nouveaux des 1001 Nuits. Étude du manuscrit Reinhardt, Adrien Maisonneuve (...)

1Aboubakr Chraïbi, professeur à l’INALCO, vient de publier en avril 2015 Trois contes inédits des Mille et Une Nuits. Ce petit livre, très joliment présenté, donne la traduction de trois contes extraits du manuscrit Reinhardt, déposé à la bibliothèque de l’Université de Strasbourg. On sait que ce très long recueil manuscrit des Nuits avait été confectionné en 1831, à l’intention du vice-consul d’Allemagne en Égypte. Cet ensemble assez chaotique, qui se proposait de réunir l’ensemble des contes des Mille et Une Nuits des origines à 1831, avait déjà attiré l’attention du Pr. Chraïbi et exercé sa sagacité, lorsqu’il avait publié en 1996 le premier ouvrage qui lui ait jamais été consacré1.

  • 2 Soit respectivement pour les trois contes, Chraïbi, 1996, p.113-151 (vol. I, fol. 552a-562a) ; p.19 (...)

2Le Pr. Chraïbi édite dans son dernier ouvrage trois contes : « Hasan, le garçon dont tous les souhaits se réalisent », « Yâsamîn la favorite du sultan et le syndic des tailleurs », « Le vieux poète Hasan, l’arbre, la tombe et le monastère ». Le Pr. Chraïbi connaît bien ces trois contes dont il a déjà présenté en 1996 des résumés accompagnés d’analyses savantes et détaillées2. Dans son dernier ouvrage, il présente une traduction complète et précise des trois contes qui demeuraient en effet inédits.

  • 3 On peut également trouver un résumé du conte dans The Arabian Nights Encyclopedia (désormais A.N.E.(...)

3On va essayer de donner brièvement un résumé de l’essentiel de ces trois contes. Dans « Hasan, le garçon dont tous les souhaits se réalisent », un vieux couple égyptien sans enfants suit les injonctions d’un rêve qui les invite à s’unir sexuellement, puis le lendemain matin, l’homme, qui se nomme Ali, devra aller déposer un plat de riz au lait, au bord de la mer. Ali n’y va pas lui-même mais envoie à sa place son esclave noir, Sa‘îd. Trois belles femmes sortent de l’eau, consomment le riz au lait, et prédisent qu’un beau garçon va naître, Hasan ; qu’il aura une vie heureuse ; et que tous ses souhaits seront exaucés. Sa‘îd ne dit rien à son maître de la troisième prédiction, et lorsque l’enfant naît, Sa‘îd le remplace par un chiot. Il fait élever l’enfant par une nourrice, et lorsque Hasan a grandi, il l’emmène avec lui à Bagdad, comme son fils. À Bagdad, Sa‘îd tombe amoureux de la fille du sultan. Grâce aux richesses que Hasan lui procure à chaque instant, Sa‘îd peut entrer en contact avec le sultan et lui demande la main de sa fille. Mais comme le sultan répugne à marier sa fille à un esclave noir, il conseille à sa fille de se refuser à lui le soir de la noce tant que Sa‘îd ne lui aura pas dit d’où vient sa richesse et ce qu’il fait. Mais Hasan a tout entendu ; il change Sa‘îd en chien, la princesse en mule, et ils reviennent en Égypte où Hasan se fait connaître à son père. Cet épisode est suivi par un nouveau départ pour Bagdad où Hasan emmène son père Ali : ils rencontrent un mangeur de haschisch, ce qui donne l’occasion d’un passage comique (qui ne s’imposait sans doute pas). Le sultan de Bagdad marie finalement sa fille à Hasan et lui laisse le trône avant de mourir. Sa‘îd a été condamné à être brûlé vif3. Le Pr. Chraïbi attribue au conte une origine européenne.

  • 4 Cf. A.N.E., I, p. 456, n°521.

4« Yâsamîn la favorite du sultan et le syndic des tailleurs » conte l’histoire de deux fils de bouchers, Hasan et Husayn, et de Yâsamîn, la favorite du sultan d’Égypte, al-Nâsir. Husayn le boucher trouve un soir devant sa porte le cadavre de son frère Hasan qui était un garçon des rues. Quelques temps après, une jeune femme qu’il ne connaît pas vient lui demander de se rendre chez elle pour y égorger des moutons. Il est royalement reçu dans un palais, abreuvé et nourri, et pourvu d’une concubine pour la nuit. Au bout de quarante nuits, Husayn demande à la jeune femme ce qu’elle attend de lui : il devra se rendre au souk des tailleurs (qui sont eux-mêmes quarante) et lier amitié avec eux et avec leur syndic, puis les inviter à un repas chez elle. Lors du repas elle les drogue, laisse le temps à la drogue d’agir puis, lorsqu’ils sont inconscients, elle les égorge tous. Enfin elle s’explique : elle est Yâsamîn, la favorite du sultan et celui-ci lui ayant offert une belle pièce d’étoffe, elle a fait appel aux divers tailleurs qui se sont dérobés, puis à leur syndic qui a demandé à venir lui-même prendre ses mesures. Comme il semblait être un vieillard inoffensif, on le lui a permis. Puis le vieux syndic a souhaité devenir portier du palais, sous prétexte qu’il n’y voyait plus assez pour tirer l’aiguille. Un soir il demande à la jeune femme de l’accompagner à la noce de son fils. Elle le suit mais c’est un guet-apens. Il l’emmène dans un jardin hors de la ville et l’ancien syndic et les quarante tailleurs tentent d’abuser d’elle, mais Hasan, le frère de Husayn, survient, parvient à lui éviter le pire, mais il est tué. Le sultan, qui a tout entendu, marie Yâsamîn à Husayn dont il fait un émir. Husayn vit heureux avec Yâsamîn et ses quarante concubines4.

  • 5 Cf. A.N.E., I, p. 215, n°520.

5Reste « Le vieux poète Hasan, l’arbre, la tombe et le monastère ». Il y avait à Bagdad du temps de Harûn al-Rashîd, un vieux poète qui peinait à nourrir sa famille. Une nuit, il entend en rêve une voix lui indiquant l’existence d’un trésor dans un nid de milan, en haut d’un arbre, au milieu du cimetière. En dépit de diverses bêtes venimeuses qui accompagnent son ascension, il arrive à s’emparer au sommet de l’arbre d’une bourse de mille dinars. Avant de quitter l’arbre, il écrit un petit poème et l’accroche au tronc. Craignant d’être dépouillé avant de pouvoir rentrer chez lui, il cache son trésor dans une tombe, puis va demander l’hospitalité pour la nuit à une femme qui vit seule avec son jeune fils ; il entend alors le garçon dire à sa mère que son père venait de l’avertir en rêve qu’on avait caché un trésor dans sa tombe. La mère n’en fait pas cas, mais le poète juge plus prudent d’aller reprendre son trésor, et il laisse sur la tombe un autre petit poème. Il demande alors l’hospitalité à un monastère chrétien. Pendant qu’un moine va lui chercher de quoi manger, il s’aperçoit que celui-ci veut le faire asseoir sur un tapis qui masque une fosse ; il change les tapis de place, et c’est le moine qui tombe dans la fosse. Il laisse un troisième petit poème, se sert dans les trésors du monastère et rentre chez lui. Comme ce jour-là Harûn al-Rashîd se promène en compagnie d’Abû Nuwâs, il découvre les trois poèmes rédigés de la même main, et envoie Abû Nuwâs enquêter. Celui-ci retrouve le poète Hasan bien habillé, assis dans une taverne ; il vérifie que l’écriture de Hasan est bien la même que celle des trois poèmes. Revenu avec le calife et Abû Nuwâs au monastère, Hasan tire de sa fosse le moine qui tente de l’étrangler. Le calife ferme le monastère, fait pendre le moine et confie à Hasan et à ses fils des charges de secrétaires5. Tels sont, brièvement résumés, ces trois contes. On se reportera à leur édition récente par le Pr. Chraïbi pour en retrouver des détails que nous avons été obligés d’omettre, ainsi que leur saveur qu’un simple résumé ne peut pas restituer.

  • 6 Cf. Jean-Claude Garcin, Pour une lecture historique des Mille et Une Nuits, éditions Sindbad, Actes (...)
  • 7 Cf., Idem, p. 620.

6En l’absence du texte arabe, il est impossible de procéder à une analyse du vocabulaire pour espérer dater ces contes. Tout ce qu’on peut proposer est de les classer comme des « contes néo-classiques », en entendant par là qu’ils ont vraisemblablement été écrits après les contes des Mille et Une Nuits traduits jadis en anglais par Burton, ou, plus récemment, en français par Jamel Eddine Bencheikh et André Miquel (Bibliothèque de la Pléiade, 2005-6), et que j’appellerais les « Mille et Une Nuits classiques ». On sait que ces traductions des Nuits ont été faites à partir d’un recueil constitué par un cheikh égyptien anonyme au xviiie siècle, et que ces contes ont circulé d’abord sous la forme de quatre gros manuscrits, puis qu’ils ont été imprimés en arabe pour la première fois à Bûlâq, en Égypte. On sait aussi qu’en étudiant ce recueil, on peut découvrir la structure très rigoureuse des « Nuits classiques », fondée sur une exigence d’intertextualité, et la construction progressive de cette structure à travers le temps depuis le xve siècle6. Les analyses révèlent que c’est dans les années 1760 que l’auteur du premier recueil des Nuits a travaillé7.

7C’est donc dans ces années-là que l’auteur de ce recueil a jugé qu’il pouvait (ou devait) cesser de réunir des contes pour les Nuits. On peut se demander pourquoi. Simplement parce que c’était son temps, et parce qu’il en avait envie ? Peut-être. Mais on peut aussi penser que cet homme, qui savait apprécier les bons contes, constatait que la vieille tradition des Nuits était en train de se perdre, et que les auteurs de son époque, s’affranchissant d’une discipline qu’ils trouvaient trop lourde, étaient prêts à mettre dans les Nuits n’importe quoi pour accroître le volume des recueils, en particulier ces longs romans populaires (ou sîra/s) qui avaient toujours été des créations désordonnées, très éloignées des contes des Nuits.

  • 8 Chraïbi, 1996, p. 13.

8Dans son ouvrage sur le manuscrit Reinhardt, le Pr. Chraïbi remarque bien cette « tendance générale à amplifier les recueils de contes au fur et à mesure des copies… à choisir les longs romans et à négliger, contrairement à la majorité des manuscrits égyptiens du xviiie siècle, les courtes anecdotes en provenance de la littérature savante », et il cite trois titres de ces longs contes qui, à eux seuls, forment le quart du recueil Reinhardt8.

  • 9 Chraïbi, Trois conte inédits, p.79.

9Les trois petits contes que le Pr. Chraïbi vient d’éditer occupent, quant à eux, seulement quelques folios. Mais cela ne suffit pas à donner au lecteur l’impression qu’ils ont pu être des « contes classiques ». On y trouve en effet des épisodes qu’on ne trouverait pas dans les « contes classiques » où il arrive bien que le calife fasse pendre un homme, mais pas qu’il le fasse brûler vif, ni qu’une héroïne égorge quarante hommes pour se venger d’une tentative de viol, qui a finalement échoué, fut-ce pour venger son valeureux défenseur qui a perdu la vie dans l’affaire. On ne trouverait pas non plus dans un « conte classique » des plaisanteries quasi scatologiques comme dans Yâsamîn9. Quoi qu’il en soit, la très lourde tâche demeure, d’une façon générale, d’essayer de dater tous ces contes « néo-classiques », courts ou longs, à partir de leur version arabe.

Haut de page

Notes

1 Aboubakr Chraïbi, Contes nouveaux des 1001 Nuits. Étude du manuscrit Reinhardt, Adrien Maisonneuve éd., Paris, 1996, 290 p.

2 Soit respectivement pour les trois contes, Chraïbi, 1996, p.113-151 (vol. I, fol. 552a-562a) ; p.19-82 (vol. I, fol.195a-212a) et p.85-109 (vol. I, fol 119b-124a).

3 On peut également trouver un résumé du conte dans The Arabian Nights Encyclopedia (désormais A.N.E.), Santa Barbara, 2004, tome 1, p. 215-216, n°534.

4 Cf. A.N.E., I, p. 456, n°521.

5 Cf. A.N.E., I, p. 215, n°520.

6 Cf. Jean-Claude Garcin, Pour une lecture historique des Mille et Une Nuits, éditions Sindbad, Actes Sud, 2013, 811 p.

7 Cf., Idem, p. 620.

8 Chraïbi, 1996, p. 13.

9 Chraïbi, Trois conte inédits, p.79.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Claude Garcin, « Chraïbi Aboubakr, Trois contes inédits des Mille et une Nuits, Espaces et Signes, 2015, 126 p.  », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 140 | décembre 2016, mis en ligne le 01 juin 2015, consulté le 29 avril 2017. URL : http://remmm.revues.org/9104

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page