Skip to navigation – Site map
Lectures

Volait Mercedes, Maisons de France au Caire. Le remploi de grands décors mamelouks et ottomans dans une architecture moderne. Photographies de Blas Gimeno Ribelles, IFAO, 2013, 304 p.

Jean Olivier GUILHOT

Full text

1Il s'agit d'un ouvrage de 297 pages imprimé sur deux colonnes, l'une en français, l'autre en arabe, fort bien illustré et mis en page malgré un format de petite taille. Il raconte l'itinérance de grands décors mamelouks ou ottomans, récupérés lors de la destruction de belles demeures du Caire, conséquence des grands percements effectués vers 1870 dans le tissu urbain ancien. Ces décors sont d'abord remployés dans la villa Saint-Maurice édifiée dans le nouveau quartier d'Ismâ'îliyya. Cette maison particulière devient en 1885 l'ambassade de France. Puis, les décors sont à nouveaux déposés à la fin des années 1930 pour être réutilisés dans les nouveaux bâtiments de l'ambassade qui s'installe désormais sur la rive gauche du Nil, à Gîza, face à la vieille ville du Caire. L'auteur, en replaçant chacune de ces transformations dans leur époque, permet de bien mesurer l'intérêt alors porté à ces disjecta membra, la symbolique que leur prête la société de la fin du xixe s., puis celle des années 1930 et enfin le dialogue que ces décors peuvent entretenir avec les architectures nouvelles qui les accueillent.

2Le plan en cinq chapitres suit pour les trois premiers l'ordre chronologique de l'usage qui est successivement fait des décors. Alors qu’à la fin du xixe s. les quartiers neufs du Caire s’inspirent de l’architecture parisienne, le comte de Saint-Maurice se fait construire dans les années 1870, selon ses mots, une «  maison sur un plan ancien, avec des matériaux provenant des plus belles habitations des xive, xve, xvie s. » Il s’approvisionne pour ce faire sur les chantiers de démolition de la ville d’où il semble ne rapporter que des pièces exceptionnelles, en profitant de l’inertie des autorités vis-à-vis de la préservation du patrimoine égyptien. Les remontages s’accompagnent de compromis pour s’adapter à des volumes, voire à des usages, auxquels les décors n’étaient pas destinés, et nécessitent des restaurations/restitutions parfois drastiques. Comme le relève justement Mme Volait, dans son entreprise Saint-Maurice ne fait que suivre une vogue du remploi qu’initie alors la France qui disperse les décors du château de Bercy, des fragments d’hôtels particuliers parisiens ou du palais des Tuileries. Le résultat, que l’on peut contempler sur les nombreuses photos d’époque figurant la villa Saint-Maurice, est tout à la fois luxueux, hétéroclite et saturé d’objets, comme le sont alors bien souvent les musées ou collections. Mais, comme cela est bien montré, aux yeux des contemporains, la villa apparaît comme l’image d’un palais des Mille et Une Nuits. Le pillage a d’ailleurs été tellement prolifique que la villa, pourtant d’une emprise de 850 m2, n’arrive pas à absorber l’ensemble des trésors rassemblés par Saint-Maurice et qu’une partie, après avoir illustré l’Égypte à l’exposition universelle de Paris en 1878, est acquise par un musée anglais.

3Dès 1881, l’hypothèse du rachat de la villa Saint-Maurice par la France pour y établir son agence diplomatique est examinée. Malgré un prix jugé exorbitant pour une construction de mauvaise qualité et d’un coût d’entretien très élevé, l’affaire se conclut en 1884. Il est intéressant de relever qu’un des arguments avancés pour décider de cette acquisition, est justement la forte charge symbolique de la construction auprès des Égyptiens. La nouvelle fonction du lieu conduit rapidement à des adaptations, tant architecturales qu’organisationnelles, altérant le projet initial. Ainsi, pour faire de la place, une partie du mobilier est revendue, un autre, plus fonctionnel le remplace. Dès 1908, se pose même la question d’un déménagement face au coût d’entretien de la villa, mais surtout, pour rester dans la thématique de la représentation, à une dégradation du standing du quartier où les villas cèdent la place aux immeubles. La décision est actée en 1929, avec l’idée d’emporter les décors. En effet, si la maison n’est alors qu’un « décor de théâtre » pour l’historien de l’architecture Louis Hautecoeur, pour le plus grand nombre elle passe désormais pour une authentique « maison arabe ». Une commission parlementaire la qualifiera même de « maison … construite jadis par un haut dignitaire égyptien ». En 50 ans, elle semble avoir acquis une dimension patrimoniale telle que la France n’ose s’en débarrasser totalement, comme le perçoit Gaston Wiet dont on sollicite l’avis. À défaut de déplacer la villa, ce sont donc les décors qui déménageront, malgré le peu d’enthousiasme de l’ambassadeur porteur d’un projet résolument moderne.

4La résidence diplomatique s’installe en 1936 dans une villa de facture classique édifiée récemment à Gîza. Après discussions sur l’opportunité d’une construction néo-arabe d’inspiration marocaine pour accueillir contre la résidence, les bureaux de la chancellerie, le projet est approuvé la même année. Alors que les sensibilités ne sont plus les mêmes qu’en 1879, qu’il ne s’agit plus de meubler un palais mais des bureaux, il faut de nouveau composer, faire des choix, déposer, altérer, restaurer, reposer… pour réutiliser. L’authenticité des décors déjà maltraitée s’éloigne encore. Qu’importe, leur présence dans la nouvelle chancellerie suffit pour illustrer le respect par la France du patrimoine égyptien.

5Le quatrième chapitre s'intéresse aux 15 inscriptions arabes des plafonds, murs et portes remontés dans la chancellerie ; leur étude montre bien les multiples manipulations qu’elles ont subies pour s’adapter à leurs nouveaux cadres. Le cinquième chapitre, intitulé « Motifs et matières », présente sur 46 pages une sélection (?) des dallages, lambris, panneaux de céramiques, décors de portes, plafonds, objets. La qualité des pièces retenues et des photos qui les illustrent fait d'autant plus regretter la brièveté des légendes, parfois sans localisation. Au risque certes d'un chapitre plus technique, il nous aurait paru justifié dans un ouvrage aussi intelligemment documenté que le principe du catalogue scientifique systématique retenu pour les inscriptions soit ici également mis en œuvre.

6Cet ouvrage où le remploi est au centre du discours, comme le signale judicieusement son sous-titre, ne devrait pas intéresser que les orientalistes. Par son exemplarité, il devrait retenir également l’attention des archéologues, des historiens ou des architectes. Le remploi est effectivement une constante de l’activité humaine depuis le Paléolithique (INRAP, 2010). Il mêle très tôt, et de façon complexe, des préoccupations d’économie à une volonté politique ou culturelle qu’il faut savoir/pouvoir lire. Il est erroné de croire qu’ « Autrefois, la récupération faisait partie intégrante de l'économie quotidienne ; aujourd'hui, elle découle d'une posture idéologique » (Huygen, 2008). Une idéologie, certes différente, se cache déjà derrière les spolia des murailles de l’Antiquité tardive (Hoët-Van Cauwenberghe, 2013) ou les remplois antiques en Provence romane (Hartmann Virnich, 2000). Il a même été montré combien cette pratique dépasse au Moyen Âge l’architecture et se diffuse jusque dans la littérature, la poésie ou la scolastique (Toubert et Moret, 2009). Le choix d’un dandy de meubler à la fin du xixe s. sa villa du Caire de décors historiques, puis, pour la France, d’y installer son ambassade et enfin de lier jusqu’à aujourd’hui, comme indéfectiblement, ces décors à la représentation française en Égypte s’inscrit dans cette expression idéologique du remploi.

Top of page

Bibliography

Hartmann Virnich Andreas, 2000, « Le rôle des matériaux antiques en réemploi dans la sculpture monumentale antiquisante en Provence romane : l'exemple d’Arles et de Saint-Gilles-du-Gard », Revue archéologique de Narbonnaise 33, p. 288-292.

Hoët-Van Cauwenberghe Christine, 2013, « “Rien ne se perd, tout se transforme”. Réflexions sur le remploi des supports inscrits dans le monde romain et particulièrement en Gaule Belgique », Revue du Nord 2013/5 (n° 403), p. 277- 297.

Huygen Jean-Marc, 2008, La poubelle et l’architecte – Vers le réemploi des matériaux, Arles, Actes Sud.

INRAP, 2010, Recyclage et remploi, dossier d'Archéopages, 29.

Toubert Pierre, Moret Pierre (éd.), 2009, Remploi, citation, plagiat. Conduites et pratiques médiévales (Xe-XIIe siècles), Madrid, Collection de la Casa de Velázquez, 112.

Top of page

References

Electronic reference

Jean Olivier GUILHOT, « Volait Mercedes, Maisons de France au Caire. Le remploi de grands décors mamelouks et ottomans dans une architecture moderne. Photographies de Blas Gimeno Ribelles, IFAO, 2013, 304 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [Online], 140 | December 2016, Online since 01 June 2015, connection on 19 November 2017. URL : http://remmm.revues.org/9106

Top of page

About the author

Jean Olivier GUILHOT

Conservateur général du Patrimoine

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Top of page