Navigation – Plan du site
Lectures

Sayad Abdelmalek, L'immigration ou Les paradoxes de l'altérité. Tome 1, L’illusion du provisoire, Tome 2, Les enfants illégitimes, et Tome 3, La fabrication des identités culturelles, Raisons d'agir, coll. « Cours et travaux », 2014, 205 p.

Ali Mekki

Texte intégral

  • 1 Alexis Spire est Directeur de recherches au CNRS, il mène des recherches sur les transformations de (...)

1Des paysans déracinés de la Kabylie des montagnes, à la question des jeunes enfants d’une immigration algérienne, qu’il n’a eu de cesse d’interroger, d’enquêter et d’analyser, en passant par les camps de regroupement de la guerre d’Algérie, par les banlieues de l’islam, la culture des immigrés aux villages de Kabylie, Abdelmalek Sayad, pendant presque 40 ans de recherches a été le sociologue de ces mouvements migratoires soumis à l’ordre des États et des nations. La trilogie qui est paru sous le titre « L’immigration ou les paradoxes de l’Altérité » aux éditions Raisons d’agir, présente – après la série d’articles publiée par Pierre Bourdieu ;  La double absence. Des illusions de l’émigré aux souffrances de l’immigré. (Editions du Seuil coll. Liber, 1999), qui a connu un franc succès –, des articles et des réflexions connus pour la plupart et d’autres beaucoup moins connus, qui montrent à quel point l’absence de statut et d’existence politique des immigrés interpellent davantage encore la sphère politique, dès lors que le travailleur immigré quitte l’espace de la production pour investir la cité, l’école, la rue, les associations avec l’introduction des familles. Trois volumes forment cette trilogie dans la collection Cours et Travaux ; les deux premiers volumes, L’illusion du provisoire et Les enfants illégitimes, parus en 2006 sont composés des textes de Sayad, rassemblés par Alexis Spire1. Le troisième volume paru d’Abdelmalek Sayad sur L’immigration ou les paradoxes de l’altérité est édité et préfacé par Amin Perez qui réalise sous la direction de Gérard Noiriel une thèse sur le travail scientifique de Sayad et de Bourdieu. Il porte le sous-titre « La fabrication des identités culturelles ».

2Les textes de Sayad, rassemblés dans ce premier volume par Alexis Spire, analysent avec une rigueur scientifique particulière les contradictions inhérentes à la condition de l’immigré, notamment la plus fondamentale d’entre elles, le provisoire sous toutes ses formes, qui dure jusqu’à l’établissement de la famille de l’immigré en France et la naissance d’enfants destinés à devenir Français. La métamorphose du travailleur immigré algérien en géniteur en France et en père de famille française, fait social global inattendu, soulève chez tous les acteurs de l’immigration des questionnements en cascade. Les questions du travail, du logement, du retour au pays et du provisoire s’articulent pour constituer les fondements principaux de la condition de l’immigré. La trajectoire d’un émigré-immigré qui se comporte comme il se doit, est bien celle où le retour est la suite logique de sa propre émigration immigration. Le retour est considéré, comme l’aboutissement naturel d’un séjour en France qui ne pouvait être que provisoire et totalement assujetti au travail. L’immigration sortie du contexte du travail reste problématique pour la société d’accueil dans son ensemble, car elle vient heurter l’ordre étatico-national institué. Le premier article s’interroge sur ce qu’est un immigré (Sayad, 1979)? Sayad nous livre une définition fameuse et désormais célèbre : « Un immigré, c’est essentiellement une force de travail, et une force de travail provisoire, temporaire, en transit ». Le second texte paru dans Actes de la recherche en 1980 s’intéresse à la question du logement des immigrés (Sayad, 1980). Ce logement est à l’image de l’immigré, pauvre et provisoire. Le dernier texte s’intéresse au retour de l’immigré (Sayad, 1998). Celui-ci se plaît à proclamer sans cesse à ses proches que s’il s’est séparé d’eux, c’est par contrainte et dans la douleur pour lui comme pour eux. On ne quitte le groupe que pour mieux le retrouver et si possible en l’état. Mais si le retour au pays est possible, on ne peut revenir au point de départ, retrouver le lieu et les hommes tels qu’on les a quittés, d’où la déception qu’engendre le retour.

  • 2 Sayad, novembre 1985 et décembre 1985. Il faut ici remercier Alexis Spire d’avoir sorti de l’ombre (...)

3Les textes réunis dans le second volume par Alexis Spire analysent l’avènement de la jeunesse issue de l’immigration algérienne, ses contradictions, les questions identitaires soulevées du triple point de vue de la société française, algérienne et des immigrés et de leurs enfants eux-mêmes. En droite ligne avec l’assujettissement de l’immigré au travail, toute présence hors de la sphère de production demeure problématique, voire frappée du sceau d’illégitimité sociale, politique et même familiale. Dans le premier article, Sayad aborde l’existence des immigrés d’un point de vue politique et militant : « Exister, c’est exister politiquement »2. Au moment où la jeunesse issue de l’immigration fait une irruption remarquée sur la scène politique française avec la « Marche pour l’Égalité » en décembre 1983 et Convergence 84 (les mobylettes). Sayad met en lumière à la fois les difficultés et la nécessité d’exister politiquement et dénonce vertement les inégalités de traitement devant les institutions scolaires et judiciaires auxquelles sont exposés les enfants d’immigrés. L’exclusion politique est à ses yeux au fondement de l’ordre politique de l’État-Nation, et réclame, à ce titre, un traitement scolaire égal pour tous, ainsi que l’égalité devant la justice. Quant aux droits politiques, il les considère comme indissociables de ceux des parents.

4Le second article est dominé par l’entretien que Sayad a effectué avec Zahoua, étudiante, fille d’immigré algérien qui analyse sa trajectoire, les transformations au sein de sa famille, sous l’œil désabusé de son père qui assiste en quasi spectateur au délitement de sa propre famille. Ce qui soulève le problème de fond qui affecte les immigrés. Comment rester le même au départ et à l’arrivée ? Comment traverser 30 à 40 ans d’immigration et prétendre demeurer intact ? Comment être un immigré algérien en France, un père, une mère, une fille ou un fils d’immigré algérien, dans une société française, catholique.

5Dans le dernier article, Sayad analyse la notion de génération appliquée à l’immigration. en faisant intervenir trois partenaires : les immigrés, leurs enfants et la société française. En faisant intervenir la société française dans son rapport aux catégories nationales, qu’elle nomme, Sayad dépasse l’analyse des générations considérées dans leurs rapports mutuels de continuité et de discontinuité et insiste sur les relations réciproques entretenues entre la société française et la ou les générations considérées. S’agissant de catégories a nationales, les immigrés ayant une réputation d’extranéité, la société française opère une rupture en séparant les générations d’immigrés pour « naturaliser » celles qu’elle veut s’adjoindre, les désaffilier en quelque sorte, conformément à sa manière étatique et nationale de penser l’immigration.

6« La fabrication des identités culturelles » se propose d’étudier le rôle culturel majeur que l’immigration joue pour les institutions d’État, voire pour les immigrés eux-mêmes, et d’éclairer les enjeux politiques de la culture des immigrés. Sept textes, en comptant l'introduction et la conclusion, sont ainsi rassemblés qui permettent une analyse critique de notion de culture appliquée aux émigrés-immigrés et à leurs descendants. L’intérêt de ce nouveau recueil de textes d’Abdelmalek Sayad est de cerner et de montrer l’ambivalence de la place faite à la « culture des immigrés » dans les années « Giscard, Stoleru, Dijoud », ainsi que la transformation des stratégies politiques sous l’effet de l’émigration familiale qui a pris le pas sur l’émigration de travailleurs stoppée en 1974. Sayad analyse les incidences des usages que les immigrés font de leur culture et en particulier de l’islam, en insistant sur les conditions objectives d’exercice de la religion, distinguant par exemple la situation coloniale de la situation d’immigration. La question revient à dévoiler les relations de domination du politique à l’égard de l’immigration

7Dans un premier texte, « État, nation et immigration », Sayad revient sur la façon dont l'émigration-immigration interroge et bouleverse « l'ordre national », aussi bien dans le pays d’émigration que dans celui du pays d’immigration.

8D’une immigration de travail qui se veut provisoire, on passe à une immigration familiale marquée à partir de la fin de la guerre d’Algérie sur laquelle Abdelmalek Sayad revient dans le deuxième texte. Il souligne le glissement sémantique de la désignation des immigrés de l’expression « populations immigrées » à celle de « minorités ».

9Dans « Les usages sociaux, de la culture des immigrés » Sayad analyse les implications politiques des discours culturalistes dont le véritable enjeu, est de masquer les conditions sociales d'existence des populations immigrées et la « vérité des rapports entre cultures », en tant que rapports de domination.

10Les discours sur l'Islam en France par exemple qui fait précisément l’objet du texte suivant, doit s’analyser en tenant compte des différentes situations de domination : hier la situation coloniale et aujourd’hui la situation migratoire entre lesquelles Sayad établit une relation de filiation. Il aborde ensuite dans cet article le mensonge pseudo-savant consistant à expliquer toute une série de comportements par l'Islam. Il explique aussi que l'Islam revêt un sens éminemment politique pour les émigrés-immigrés non pas au sens habituel, mais en référence à une « pseudo-nationalité ».

11Dans le dernier texte, enfin Sayad propose une réflexion critique sur l’émission télévisée hebdomadaire « Mosaïque », expérience à laquelle il avait participé. Cette émission traitait des conditions de vie des immigrés. Il y montre les mécanismes sociaux de la censure et de l’autocensure qui entourait cette émission dont l’objectif était (tout comme le reste au discours culturaliste ambiant) de masquer précisément les conditions objectives d’existence des immigrés.

12La réunion des textes de Sayad selon ces thématiques me parait donner les instruments de compréhension et fournir des éléments de réflexion nécessaires à l’action politique concernant le problème crucial de l’émigration immigration. Cette trilogie thématique montre à l’évidence et avec efficacité l’actualité de Sayad sur l’ensemble des questions liées à l’immigration et à ses nouveaux enjeux.

Haut de page

Bibliographie

Sayad Abdelmalek, avril-juin 1979, « Qu'est-ce qu'un immigré ? », Peuples méditerranéens 7, p. 3-23.

Sayad Abdelmalek, avril juin 1980, « Le foyer des sans-familles », Actes de la recherche en sciences sociales 32-33, p.89-103.

Sayad Abdelmalek, 1998, « Le retour élément constitutif de la condition de l’immigré ». Migrations et société. vol 10, n° 57, p 9–45.

Sayad Abdelmalek, novembre 1985, « Exister, c'est exister politiquement », - 1ère partie, « Pour une défense des droits civiques des immigrés », Presse et immigrés en France Paris, CIEMI n°135.

Sayad Abdelmalek, décembre 1985, « Exister, c'est exister politiquement » - 2ème partie, « Les droits civiques pour une plus grande justice », Presse et immigrés en France, Paris, CIEMI n°136.

Spire Alexis, 2005, Étrangers à la carte. L’administration de l’immigration en France (1945- 1975), Paris, Grasset.

Haut de page

Notes

1 Alexis Spire est Directeur de recherches au CNRS, il mène des recherches sur les transformations de l’État et sur la sociologie des inégalités. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages, dont  Spire, 2005.

2 Sayad, novembre 1985 et décembre 1985. Il faut ici remercier Alexis Spire d’avoir sorti de l’ombre ces deux articles de Sayad, plus politiques et militants qui sont très rarement cités, ce qui ne provient pas uniquement de la discrétion de leur parution et de leur diffusion, mais d’une volonté de ne pas montrer que la sociologie de l’immigration de A.Sayad est aussi « un sport de combat ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ali Mekki, « Sayad Abdelmalek, L'immigration ou Les paradoxes de l'altérité. Tome 1, L’illusion du provisoire, Tome 2, Les enfants illégitimes, et Tome 3, La fabrication des identités culturelles, Raisons d'agir, coll. « Cours et travaux », 2014, 205 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 140 | décembre 2016, mis en ligne le 26 juin 2015, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://remmm.revues.org/9132

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page