Navigation – Plan du site
Lectures

Côte Marc, Le Sahara, barrière ou pont ?, Aix-en-Provence, Presses Universitaires de Provence, 2014, 158 p.

Karine Bennafla

Texte intégral

1Depuis le début du xxie siècle, le Sahara donne lieu à de multiples publications, en partie liées à l’évolution de son rôle géopolitique. En plus de la somme magistrale offerte par Jean Bisson (Le Sahara, mythes et réalités d’un désert convoité, Paris, L’Harmattan, 2003) ou d’ouvrages plus ciblés (tels ceux, entre autres, de J. Brachet de L. Marfaing et E. Boesen, d’O. Pliez ou de J. Scheele), plusieurs revues françaises ont consacré un numéro spécial au Sahara, privilégiant souvent un thème ou une région en particulier : les migrations, les villes ou le Sahara Occidental, par exemple. Si l’ouvrage de Marc Côte s’inscrit dans cette vague, il s’en démarque par le format proposé (faisant la part belle aux cartes et aux schémas) et le large public visé, au-delà des cercles académiques habituels. Fin connaisseur du Sahara qu’il arpente depuis plusieurs décennies, ce géographe livre, avec modestie, un très bel ouvrage de synthèse sur le désert. Le lecteur en appréciera particulièrement la pédagogie et la clarté, au niveau du texte et de l’illustration. 37 cartes et schémas (la plupart en couleur) accompagnent en effet le propos, illustrations simples, faciles à lire et à (ré)exploiter. On regrette presque que les magnifiques photographies personnelles en début de chapitre ne soient pas davantage mises en valeur.

2Ce livre court et maniable s’agence autour de six parties principales selon un ordre chronologique qui reflète les périodes d’ouverture et de fermeture successives car, comme l’observe l’auteur en préambule, l’histoire du désert est scandée par une série de pulsations, faisant de lui « tantôt un pont, tantôt une barrière ». C’est donc dans une démarche géo-historique que M. Côte entend présenter une « géographie du désert en chacun de ses temps forts ».

3Rappelant que le Sahara ne fut pas toujours un désert au regard de l’alternance de cycles humides et arides durant les 420 000 dernières années, l’auteur explicite le choix du démarrage de son analyse à partir de la phase hyper-aride (20 000 BP), présentant du même coup les limites et les grands traits climatiques et topographiques du désert (partie I).

4Le premier âge d’or du Sahara (partie II), ou premier temps d’ouverture, coïncide avec une phase pluviale de 12 000 à 4 000 BP (l’Holocène des géologues, le Néolithique des historiens) : verdi de savanes et ponctué de lacs, parcouru de mammifères et de fauves, le Sahara draine un peuplement depuis l’Afrique. La région est alors un foyer de culture (poterie, domestication animale), ce dont témoignent les multiples figurations rupestres (plus de 10 000) qui font aujourd’hui du désert « le plus vaste musée d’iconographie à l’air libre de la planète » (p. 34). Ce patrimoine artistique mondial est cependant menacé par les touristes et les pillards.

5Le retour de l’aridité augure une période de repli (partie III) : le Sahara se vide, la population glissant vers les marges, en particulier vers la vallée du Nil, ce qui concourt à l’émergence des royaumes égyptiens ; désormais isolée du Maghreb, l’Afrique noire ne pourra pas bénéficier de la diffusion des techniques (araire, hydraulique). Cette période d’aridification est paradoxalement marquée par l’apparition de chars conduits par des nomades à cheval (les Équidiens) : pourtant, l’innovation de la roue disparaît, détrônée par le dromadaire et faute de route proprement dite pour la valoriser.

6La partie IV est dévolue à la phase d’ouverture médiévale, célèbre avec l’essor du commerce caravanier : période faste où le Sahara devient un « centre-monde » pendant près de dix siècles à la faveur de l’expansion des empires arabo-musulmans (demandeurs en hommes, or et monnaie), de la découverte du Bled es Soudan, du développement d’entités politiques structurées au Soudan et de la généralisation du transport par dromadaire, une révolution économique comparable à celle du chemin de fer selon le mot de E.F. Gautier. Et l’auteur de revenir sur la construction des routes transsahariennes flanquées de puits, de villes créées par le trafic, et d’oasis-palmeraies nées de la vie relationnelle. Empruntés par l’or, les esclaves, les dattes, le sel, suivis par les pèlerins, ces itinéraires concurrentiels fluctuaient au gré des aléas politiques et sociaux, la route étant fondamentalement source de puissance et de richesse. Si le Sahara du grand commerce était cosmopolite, mêlant commerçants juifs et arabes, main d’œuvre descendant du Néolithique ou issu de l’esclavage, il ressort néanmoins un trait de peuplement à dominante blanc du fait de la diffusion, depuis le Nord, de migrations berbères. À partir du xve siècle, le commerce transsaharien est bousculé par l’apparition des caravelles et le développement d’un commerce océanique de cabotage : le déclin s’amorce durant les siècles suivants avec l’essor du trafic transocéanique et l’exploitation des mines d’or et d’argent des Amériques. De cette période de trafic caravanier, qualifiée de pré-mondialisation, M. Côte pointe le rôle négatif vis-à-vis de l’Afrique noire tout en saluant d’autres legs : palmier et oasis ; ksour et manuscrits.

7Le chapitre 5, intitulé le «  Sahara des États », souligne le paradoxe d’une période, ici synonyme de fermeture avec l’imposition des frontières, alors qu’elle signifie expansion et découverte en Europe grâce aux nouveaux moyens de transport offerts par les progrès techniques. Colonisé par ses franges Nord et Sud, le désert fut l’objet de velléités d’ouverture au travers des projets ferroviaires, mais ceux-ci seront, dans l’ensemble, à peine amorcés, sauf en Égypte. De la phase d’expansion coloniale, le désert ressort compartimenté en 10 États, une découpe qui associe à chaque portion de désert un espace biogéographique différent pour constituer une nouvelle entité territoriale. L’accès aux indépendances et la construction de nationalismes s’accompagnent de conflits et de turbulences (cf. le Sahara Occidental) ; ils engendrent le gommage de la Nubie (entre Égypte et Soudan) et participent à la disparition du nomadisme, affecté par le processus de désertification, intense sur la bordure méridionale. Avec le nouvel ordre territorial, le Sahara devient peuplé, urbanisé, équipé, administré et davantage pénétré, mais il est bien peu traversé, chaque versant du désert se tournant dorénavant le dos pour regarder vers l’extérieur.

8La phase actuelle décrite comme « le Sahara de la mondialisation » (chapitre VI) revient sur le renouveau des flux de personnes et de marchandises, l’urbanisation irréversible et l’exploitation des ressources non renouvelables du sous-sol (hydrocarbures et aquifères profonds), ainsi que le spectaculaire tropisme de la route. Ces dynamiques contemporaines sont évoquées parfois avec une légère pointe de nostalgie (« à travers la ville, le Sahara se banalise », « le rêve unitaire s’éloigne »). L’inquiétude perce quant au développement durable d’une région, par ailleurs menacée d’éclatement politique et profondément clivée sur le plan socio-économique. L’évocation des perspectives offertes par l’énergie solaire est ainsi l’occasion de soulever le dilemme entre un « développement au profit des Sahariens, auto-centré, adapté et progressif » et « une économie extravertie (…) générant de nouveaux transferts de richesse vers l’extérieur » (p. 138). Face au risque de « voir des agents extérieurs prendre en main les destinées du Sahara » « aux dépens des autochtones du territoire », l’auteur évoque en conclusion l’alternative possible d’un repli du Sahara sur lui-même pour « garder le Sahara aux Sahariens » et interroge : « Faut-il souhaiter un retour du Sahara-barrière ? ». Une interrogation qui pourrait faire écho à l’exaltation du local par les détracteurs de l’hydre mondialisation. Pourvu que ce Sahara barrière ne signifie pas coupure et exclusion, mais rime avec partage et identité relationnelle, a-t-on envie de répondre. Ajoutons que les enjeux du développement au Sahara à l’heure globale s’énoncent aussi en des termes politiques renvoyant à la question du partage du pouvoir et de la gouvernance des ressources.

9Après son beau livre d’images Signatures sahariennes : terroirs et territoires vus du ciel (Presses universitaires de Provence, 2012), Marc Côte nous offre un ouvrage complémentaire à base de cartes et de textes. Bien sûr, comme toute synthèse, la publication peut prêter à discussion sur des points de formulation, par exemple la mondialisation (personnifiée à l’excès) ou les migrations (qui ne sauraient se réduire à une migration de pauvres) ; on peut aussi s’étonner de l’oubli en bibliographie de travaux récents (Judith Scheele ou Romain Simenel) ou du non classement des références, mais ces détails mineurs n’altèrent en rien l’immense qualité du livre qui, grâce à une plongée dans la longue durée, nous éclaire avec limpidité sur les enjeux sahariens actuels.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Karine Bennafla, « Côte Marc, Le Sahara, barrière ou pont ?, Aix-en-Provence, Presses Universitaires de Provence, 2014, 158 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 140 | décembre 2016, mis en ligne le 26 juin 2015, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://remmm.revues.org/9140

Haut de page

Auteur

Karine Bennafla

Professeure de géographie, Université Jean Moulin Lyon 3

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page