Skip to navigation – Site map

Arts visuels en terres d'islams : nouvelles approches, nouveaux enjeux

Annabelle Boissier, Fanny Gillet, Alain Messaoudi and Perin Emel Yavuz

Ce dossier thématique a pour objectif de dresser une cartographie de la recherche portant sur les arts plastiques modernes et contemporains dans les pays où l’islam est la principale référence religieuse. À la différence du cinéma, du théâtre ou de la littérature, les arts visuels contemporains ont peu bénéficié de l’attention des chercheurs, et ce malgré un renouveau d’intérêt alimenté par l’actualité socio-politique des « révolutions arabes ». Nous proposons d’étudier les différents ensembles disciplinaires à partir desquels se développent les recherches sur l’art contemporain en examinant les méthodes et les outils d’analyse qui ont été utilisés depuis l’émergence de l’art moderne au Maghreb et au Moyen-Orient. Il s’agit de déterminer la place occupée par ce corpus au sein des disciplines instituées que sont l’histoire de l’art, la sociologie de l’art, l’histoire et l’anthropologie culturelle. Nous interrogerons aussi les usages des systèmes d’assignation qui servent de cadre pour appréhender ces productions (arabe, musulman, méditerranéen, du sud, périphérique…) lesquels ont également un impact sur les objets et les individus qui circulent au sein de marchés et d’institutions dédiés à l’art moderne et contemporain.

Historiographie de l’art moderne et contemporain

Un premier axe, historiographique, vise à rendre compte de l’évolution de la production académique sur ces objets. En effet, malgré les travaux fondateurs de Silvia Naef proposant une analyse socio-historique des modernités artistiques au Moyen-Orient, les perspectives culturalistes ont dominé les débats attribuant souvent une fonction explicative centrale à la tradition, qu’elle soit religieuse (avec la notion d’art islamique) ou non, en faisant courir le risque d’occulter d’autres facteurs permettant de comprendre la production artistique et le phénomène créatif. Par ailleurs, les discours produits au sein des mondes de l’art tendent à isoler la production contemporaine de toutes références passées. Or, il nous semble que l’on peut gagner en compréhension en la réinscrivant dans une perspective temporelle. Nous proposons donc d’analyser les travaux universitaires et le discours des mondes de l’art depuis la période moderne, en portant attention au contexte de leur émission, aux circulations et aux transferts, aux effets de traduction, aux appropriations et aux réappropriations. Les contributions pourront participer d’une sociologie ou d’une histoire de la connaissance soucieuse de réinterroger l’historiographie et présenter des méthodologies d’analyse susceptibles de concourir à un renouvellement des perspectives.

Les processus d’assignation et leurs usages

Ce dossier doit également permettre de questionner les répercussions des processus d’assignation sur les œuvres, à une échelle locale, nationale ou transnationale. On pourra par exemple interroger les glissements sémantiques du qualificatif d’art islamique vers celui d’art moderne/contemporain arabe/iranien/turc. Ces caractérisations ethniques ou nationales sont souvent convoquées pour valoriser un processus de sécularisation de la production artistique n’abolissant pas nécessairement l’assignation précédente. Nous nous interrogerons donc sur l’articulation des différentes catégorisations, leur élaboration conjointe dans le champ de l’art et leurs effets dans la réception et la compréhension des œuvres. Inversement, il serait intéressant de pouvoir mesurer la contribution des arts visuels à la construction à la fois savante et imaginaire d’un « espace musulman ». Pourront y contribuer l’analyse des textes qui accompagnent les productions visuelles (intitulés des œuvres, écrits sur l’art) ; la matérialité des productions visuelles elles-mêmes ; ou encore les circulations des œuvres, qu’elles obéissent à des logiques marchandes (galeries, sociétés de ventes aux enchères…) ou institutionnelles (échanges diplomatiques, musées, expositions itinérantes, annuelles ou biennales…).

Organisations sociales des mondes de l’art et pratiques artistiques

Le point aveugle de ces processus d’assignation est bien souvent le contexte de production des œuvres. Nous proposons donc de consacrer une partie du dossier à l’organisation sociale des mondes de l’art locaux et aux pratiques de leurs acteurs. Ces mondes obéissent à des logiques qui ne se réduisent pas aux cadres généraux politiques, religieux ou culturels dans lesquels ils s’inscrivent, ni aux seules dynamiques de la scène artistique internationale. Les artistes, qu’ils acceptent, refusent les systèmes d’assignations ou en jouent, sont parties prenantes d’un processus général de mondialisation auquel l’Islam n’échappe pas et dont les artistes produisent des interprétations. Leurs réponses ne sont pas seulement, ou nécessairement, inscrites dans leurs œuvres, mais aussi dans les activités qu’ils élaborent et dans des pratiques qui se normalisent au sein d’un monde de l’art qu’ils ont contribué à créer. Nous appelons donc à des études des scènes artistiques locales ouvertes au dialogue avec des travaux portant sur d’autres aires géographiques et culturelles, de façon à éviter d’enclaver les œuvres et leurs créateurs dans des définitions posées a priori.

Les contributions adoptant une démarche comparatiste ou proposant de nouvelles échelles d’observation seront donc les bienvenues. Les textes devront apporter une attention particulière à la présentation des données empiriques et aux méthodes qui ont permis de les rassembler. Ce numéro voudrait en effet contribuer à faire connaître des méthodologies originales développées sur des terrains encore mal connus. Les propositions peuvent s’inscrire dans différentes traditions disciplinaires. Mais les démarches interrogeant les effets de l’interdisciplinarité dans la construction d’un champ de pensée nouveau seront particulièrement appréciées. Si la qualité des propositions le permet, celles-ci pourraient constituer un axe spécifiquement méthodologique.

Pour résumer, sont attendus des articles portant sur les arts contemporains de la région selon des perspectives scientifiques historique, esthétique, sociologique, anthropologique, politiste ou pluridisciplinaire ; ils peuvent s’intéresser aux objets eux-mêmes ou aux institutions dédiés à l’art contemporain, au développement des recherches sur ces questions ou interroger les pratiques contemporaines à l’aune de la modernité.

Les propositions (4 000 signes maximum) seront envoyées par courriel à annabelle.boissier@gmail.com et alain.messaoudi@ehess.fr avant le 1er décembre 2015.

Envoi des articles sélectionnés (45 000 signes) avant le 1 septembre 2016.

The Visual Arts in Islamic Lands: new approaches, new challenges

This thematic dossier proposes to map contemporary research on modern and contemporary visual arts in countries where Islam is the main religious reference. Unlike the cinema, theatre or literature, contemporary visual arts have received little attention from researchers, despite a renewed interest fuelled by the socio-political events of the "Arab revolutions". We propose to study the different disciplinary sets from which contemporary art has developed, examining the methods and analytical tools that have been used since the emergence of modern art in the Middle East and Maghreb. Our purpose will be to determine the place of this work within the established disciplines of art history, sociology of art, history and cultural anthropology. We will also investigate the uses of assignment systems that provide the framework for understanding these productions (Arab, Muslim, Mediterranean, southern, peripheral ...), systems which equally impact the objects and people moving within markets and institutions dedicated to modern and contemporary art.

Historiography of modern and contemporary art

A first axis, historiographical analysis, is intended to reflect the evolution of academic production on these objects. Indeed, despite the seminal work of Silvia Naef who proposed a socio-historical analysis of artistic modernity in the Middle East, culturalist perspectives have dominated the debate by giving tradition a central explanatory function, whether religious (with the notion of Islamic art) or not, and therefore threatened to obscure other factors that would help understand the artistic production and the creative phenomenon. Furthermore, the discourses produced within the worlds of art tend to isolate contemporary production from all past references. However, it seems that we can gain better understanding by re-registering it in a time perspective. We therefore propose to analyze the academic work and the discourse of the worlds of art since the modern period, with attention to the context of their issue, to traffic and transfers, translation effects, appropriation and re-appropriation. Contributions may participate in a sociological approach or a history of knowledge concerned with re-examining historiography and present analysis methodologies which may contribute to a renewal of perspectives.

Assignment processes and their uses

This dossier must also make it possible to question the impact of assignment processes on the works, locally, nationally or transnationally. One could, for instance, investigate the semantic shifts of the term ‘Islamic Art’ to modern / contemporary Arab / Iranian / Turkish art. These ethnic or national characterizations are often called upon to develop a process of secularization of artistic production that does not necessarily abolish the previous assignment. We will therefore explore the articulation of the different categorizations, their combined development in the field of art and their effects in the perception and understanding of the works. Conversely, it would be interesting to measure the contribution of visual arts to the construction both learned and imaginary of a "Muslim space". Studies may be based on the analysis of texts accompanying visual productions (work titles, writings on art); the materiality of visual productions; or the transfer of works, whether through market logistics (galleries, auction companies ...) or institutional channels (diplomatic exchanges, museums, annual or biennial traveling exhibitions...).

Social organizations of the worlds of art and artistic practices

The blind spot of the assignment process is frequently the context of production of the works. We therefore propose to devote part of the dossier to the social organization of the local art worlds and practices of their stakeholders. These worlds follow a logic that cannot be reduced to their political, religious or cultural frameworks, no more than to the sole dynamics of the international art scene. Whether they accept, refuse or defy assignment systems, artists participate in a general process of globalization that Islam cannot escape from and of which artists produce interpretations. Their responses are not only, or necessarily, included in their works, but also in the activities they develop and in practices that become normalized within an art world that they helped create. We therefore call for studies of the local art scenes open to dialogue with works on other geographical and cultural areas, to avoid restricting the works and their creators to a priori definitions.

Contributions that take on a comparative approach or propose new scales of observation are therefore welcome. Texts should grant particular attention to the presentation of empirical data and methods that helped bring them together. Indeed, the purpose of this issue is to help introduce original methodologies developed in fields that remain poorly known. Contributions may be based on different disciplinary traditions. But approaches questioning the effects of interdisciplinarity in the construction of a new field of thought will be particularly welcome. Quality permitting, contributions could constitute a specific methodological axis.

In summary, we would welcome articles on the region’s contemporary art according to historical, aesthetic, sociological, anthropological, political scientist or multidisciplinary scientific perspectives; they may focus on the objects themselves or on institutions dedicated to contemporary art, on the development of research on these issues or explore contemporary practices in the light of modernity.

Proposed papers (4000 characters at the most) should be emailed to annabelle.boissier@gmail.com and to alain.messaoudi@ehess.fr before 1 december 2015.

Selected papers of 45 000 characters (maximum) should be received before 1 September 2016.