Skip to navigation – Site map
Lectures

Ducène Jean-Charles, Les tables géographiques du manuscrit du sultan rasūlide al-Malik al-Afal. Édition, traduction et commentaire, Helsinki, Academia Scientiarum Fennica, 2013 (Suomalaisen Tiedeakatemian Toimituksia Humaniora 365, Annales Academiae Scientiarum Fennicae), 137 p. (français) + 62 p. (arabe).

Eric Vallet

Full text

1De la traduction d’Abū al-Fidā’ par Guillaume Postel à la Bibliotheca Geographorum Arabicorum inaugurée par l’orientaliste néerlandais M. J. de Goeje au xixe siècle, l’étude de la géographie arabe classique a constitué l’un des domaines de prédilection de la philologie arabe telle qu’elle a été explorée par les savants européens depuis des siècles. En exhumant des textes oubliés ou inconnus, en revisitant des auteurs célèbres, Jean-Charles Ducène (2006 et 2010) a montré par ses travaux au cours des dix dernières années qu’il y avait encore beaucoup à découvrir dans ce domaine.

  • 1 Smith & Varisco (éd.), 1998 : 157-169 et 295-304. Ce manuscrit, conservé par un propriétaire privé (...)

2Le présent ouvrage en offre une nouvelle illustration, d’une façon particulièrement éclairante. Son point de départ est un ensemble de deux tables anonymes retrouvées dans un manuscrit yéménite de la seconde moitié du xive siècle ayant appartenu au sixième sultan rasūlide du Yémen, al-Malik al-Afḍal al-‘Abbās (r. 1363-1377)1. Elles comprennent au total une liste de 515 toponymes, accompagnés, pour chacun d’entre eux, de leurs coordonnées (latitude et longitude), de l’indication de leur climat et de leur région, ainsi que d’une brève description géographique. L’auteur montre que ces deux tables constituent en réalité un seul et même ensemble, séparé dans le manuscrit yéménite à la suite de circonstances non élucidées.

3Mis bout à bout, la table rasūlide offre un aperçu géographique cohérent de l’ensemble de l’oecumène, tel qu’il était perçu depuis les régions centrales du Dār al-Islām, en commençant classiquement par les villes de l’Arabie, de la Syrie, de l’Iraq et de l’Égypte, puis celles du Maghreb et de l’Andalus, de l’Inde et de la Chine, de l’Afrique et des provinces orientales de l’Iran et de l’Asie Centrale pour finir avec le Bilād al-Rūm. Toutes ces localités ne relèvent pas du domaine islamique à proprement parler, puisque l’on trouve aussi bien les coordonnées de Banjū « séjour de l’empereur de Chine », que celles de Rome « aux mille cent églises » ou d’Athènes. Par le nombre des villes inventoriées, mais aussi par sa forme – un long tableau mêlant à la fois des données issues de la géographie mathématique développée à partir de l’héritage ptoléméen (coordonnées et division en climats) et un mode de classement et de description issu de la tradition des masālik wa-mamālik –, ce document apparaît original sur plusieurs plans. Mais les informations données par le bref préambule qui l’introduit dans le manuscrit yéménite ne permettent d’identifier clairement ni son auteur, ni la date de son élaboration.

4Outre l’édition et la traduction de la table géographique rasūlide, Jean-Charles Ducène consacre ainsi une grande partie de l’introduction à tenter de mieux cerner les circonstances de l’élaboration de ce compendium géographique. Sa démonstration apporte un premier résultat incontestable : le document est bel et bien la copie pure et simple – et non dépourvue d’erreurs – d’une table élaborée dans un contexte qui n’a rien de yéménite. Les localités orientales du Khurāsān, de l’Iran, de l’Arménie et de la Haute-Mésopotamie y occupent une place prépondérante (38 % de l’ensemble selon les décomptes du chercheur) et les données les concernant (notamment les latitudes) présentent un écart très faible avec les coordonnées réelles, ce qui n’est pas le cas de régions plus périphériques, comme le Maghreb, al-Andalus, l’Inde, voire l’Arabie du Sud.

5Si l’on s’en tient seulement à cette dernière région, les données qui la concernent renvoient en outre plutôt à la situation des xe et début du xie siècles, avant le déclin des villes côtières de ‘Aththar, Ghulāfiqa et Ṣuḥār, ou avant la fondation de la nouvelle capitale du Yémen intérieur, Dhū Jibla. L’étude des sources confirme largement cette impression pour l’ensemble des localités mentionnées : la majeure partie des notices descriptives sont des abrégés du Kitāb ṣūrat al-arḍ d’Ibn Ḥawqal (fin des années 980), avec des emprunts qui remontent au traité plus ancien d’Ibn Khurradādhbih (ixe siècle) ou, en aval, au Qānūn al-Mas‘ūdī d’al-Bīrūnī (1040).

6L’étude, plus complexe, des coordonnées, latitude et longitude, montre également la nature composite des données recueillies par cette table. Elle révèle notamment des emprunts/adaptations de coordonnées livrées par al-Bīrūnī, et une série de coordonnées et de descriptions originales pour les localités du nord du domaine iranien, qui ne se retrouvent dans aucune autre table. Le fait que le document originel copié par la table rasūlide ait été élaboré dans cet espace nord-iranien à partir de la compilation de données diverses, et d’observations originales, comme l’indique son préambule, ne fait aucun doute à la lecture de l’étude de Jean-Charles Ducène.

7Un rapprochement heureux effectué par le chercheur au cours de son travail préliminaire permet d’aller toutefois plus loin. Un extrait, plus exact, mais limité à 105 localités, conservé dans un manuscrit unique de la BnF (Arabe 5968), intitulé Dustūr al-munajjimīn, lui permet en effet de reprendre une hypothèse intéressante sur le milieu d’élaboration de cette table originelle : selon les observations faites par Zimmermann (1978), le Dustūr aurait été compilé par des ismaéliens nizarites réfugiés à Alamut entre la crise de succession du calife fatimide al-Mustanṣir (1095) et la mort de Ḥasan-i Sabbāḥ (1124). La datation – fin xie-début du xiie siècle – et la localisation suggérées – Alamut – paraissent de fait bien correspondre au contenu du tableau. Une autre hypothèse, envisagée un temps par Jean-Charles Ducène, place la rédaction de la table originelle dans le milieu de l’observatoire de Marāgha, au cours de la seconde moitié du xiiie sècle, où se développa un important travail de compilation et d’actualisation géographique et astronomique dans l’entourage de Naṣīr al-Dīn al-Ṭūṣī. Mais il faudrait dans ce cas supposer que l’extrait des tables présent dans le ms Arabe 5968 est un ajout plus tardif au reste du Dustūr al-munajjimīn, ce qui paraît plus improbable.

8Au total, le tableau étudié par Jean-Charles Ducène paraît constituer un maillon important entre l’œuvre pionnière d’al-Bīrūnī, le Qānūn al-Mas‘ūdī, qui, la première, ajouta de brèves lignes de description à la table des coordonnées astronomiques de 604 toponymes, et le Taqwīm al-buldān d’Abū al-Fidā’ (m. 1331), qui fut le premier à faire un usage systématique des tableaux de coordonnées comme mode de présentation d’un traité de géographie humaine. Il est, pour reprendre les mots du chercheur dans sa conclusion, un témoin important « sur l’évolution de la géographie mathématique à un moment où [on] en a peu d’exemples au Proche-Orient ».

  • 2 Pour une présentation détaillée du manuscrit voir l’introduction du fac-similé, à compléter par Val (...)

9Reste une question importante que Jean-Charles Ducène évoque brièvement : comment et pourquoi de telles tables ont-elles été copiées dans la seconde moitié du xive siècle au Yémen ? Les tables géographiques qu’il édite ne constituent que l’un des 151 textes que comprend le manuscrit-bibliothèque du sultan al-Malik al-Afḍal al-‘Abbās, un ensemble exceptionnel de tableaux, traités, ou extraits d’ouvrages relevant de disciplines très variées (principalement médecine, astronomie, lexicographie, miroirs au prince, généalogie, agronomie), copiés et rassemblés sur l’ordre de ce sultan entre 1372 et 1376, et annotés pour certains de sa propre main2. À la suite des travaux de David A. King (1983 et 2002) et de Daniel M. Varisco (1994 a et b), on mesure maintenant mieux l’étendue des curiosités savantes des princes rasūlides dans le domaine astronomique, depuis les premiers souverains de la seconde moitié du xiiie siècle jusqu’à leurs descendants de la fin du xive et du début du xve siècle. Ces travaux ont permis de mesurer à la fois l’importance des synthèses originales produites dans l’entourage de la dynastie, ou par ses principaux représentants eux-mêmes, mais également de mieux cerner les contours de ce qu’il faut bien appeler la « bibliothèque astronomique » des sultans du Yémen, et dont le manuscrit d’al-Afḍal al-‘Abbās semble offrir un aperçu saisissant : à côté des œuvres bien identifiées issues de l’espace syro-égyptien comme les traités d’Ibn al-Dahhān (Syrie, xiie siècle), d’Abū ‘Alī al-Marrakūshī (Le Caire, fin xiiie siècle), d’Ibn al-Mushrif (Le Caire, xive siècle) ou le Muṣṭalaḥ zīğ (Le Caire, xiiie siècle), on retrouve aussi la trace de travaux réalisés plus à l’est, notamment l’Ilkhānī zīj de Naṣīr al-Dīn al-Ṭūṣī (Marāghā, seconde moitié du xiiie siècle). Faut-il en conclure que le sultan al-Afḍal al-‘Abbās ou son entourage avaient eu accès à la table géographique, objet de ce livre, par une transmission issue directement du monde ilkhānide ? ou bien doit-on plutôt envisager que cette table était également en circulation dans le monde syro-égyptien ? Les ressemblances troublantes entre certains passages des tables géographiques et du Taqwīm al-buldān, que souligne Jean-Charles Ducène, feraient plutôt pencher pour cette seconde hypothèse.

10Copiée de façon littérale, la table ne fut pas actualisée dans son contenu même. On pourra toutefois noter que le souverain semble l’avoir annotée de sa main, comme le prouvent les annotations marginales dont on pourra regretter qu’elles n’aient pas été également publiées par Jean-Charles Ducène. Certes, la qualité des reproductions photographiques dont il a pu disposer, offrant souvent des images aux bords tronqués, ne permettait pas d’en faire une lecture complète, mais il aurait été intéressant de relever qu’à la fin de la première partie de la table (p. 304), al-Afḍal a ajouté de sa main des indications sur la position de villes de l’Inde, explicitement reprise à l’astronome Abū al-‘Uqūl, qui fut actif à la cour des sultans du Yémen au tournant du xiiie et du xive siècle. Les toponymes qui y sont mentionnés, al-Jāwa, Dahlī, Bankāla, Hurmuz, Maqdishūh, Kilwa, madīnat al-Ṣin, madīnat al-Hind, dessinent alors un horizon familier aux souverains rasūlides et à leur entourage, celui du grand commerce indo-océanique qui fut l’un des soubassements de leur puissance.

11Par les perspectives qu’elle ouvre sur les évolutions et la circulation des savoirs géographiques au Proche-Orient entre le xiie et le xive siècle, l’étude de Jean-Charles Ducène invite ainsi à poursuivre l’enquête sur les témoins textuels datant de cette époque qui n’ont certainement pas tous encore livré tous leurs secrets.

Top of page

Bibliography

Ducène Jean-Charles, 2006, De Grenade à Bagdad, la relation de voyage d’Abû Hâmid al-Gharnâtî (1080-1168), traduction annotée, Paris, L’Harmattan.

Ducène Jean-Charles, 2010, L’Afrique dans le Uns al-muhağ wa-rawḍ al-furağ d’al-Idrīsī. Edition, traduction et commentaire, Louvain, Peeters.

King D. A., 1983, Mathematical Astronomy in Medieval Yemen : A Bibliographic Survey, Malibu, American research Center in Egypt.

King D. A., 2002, « Notes on Yemeni Astronomy in the Rasulid Period », Yemen update 44, [publication en ligne] 

Smith Gerald R.  & Varisco Daniel M.  (éd.), 1998, The Manuscript of al-Malik al-Afḍal. A Medieval Arabic Anthology from the Yemen, Londres, E. J. W. Gibb Memorial Trust, [édition en fac-similé].

Vallet Eric, 2010, L’Arabie marchande. État et commerce sous les sultans rasūlides du Yémen (626-858/1229-1454), Paris, Publications de la Sorbonne, p. 75-79.

Varisco D. M., 1994a, « An anonymous 14th Century Almanac from Rasulid Yemen », Zeitschrift für die Geschichte der Arabisch-Islamischen Wissenschaften 9, p. 195-228.

Varisco D. M., 1994b, Medieval Agriculture and Islamic Science. The Almanac of a Yemeni Sultan, Seattle, University of Washington Press.

Zimmermann F. W., 1978, « The Dustūr al-Munajjimīn of the ms. Paris BN ar. no. 5968 », Proceedings of the First International Symposium for the History of Arabic Science, April 5-12, 1976, Alep, p. 184-192.

Top of page

Notes

1 Smith & Varisco (éd.), 1998 : 157-169 et 295-304. Ce manuscrit, conservé par un propriétaire privé du Yémen qui a souhaité rester anonyme, n’est aujourd’hui connu que par ce fac-similé, et c’est à lui que Jean-Charles Ducène a eu uniquement recours.

2 Pour une présentation détaillée du manuscrit voir l’introduction du fac-similé, à compléter par Vallet, 2010 : 75-79 et la recension de Josef van Ess dans Die Welt des Orients, 32, 2002, p. 222-226.

Top of page

References

Electronic reference

Eric Vallet, « Ducène Jean-Charles, Les tables géographiques du manuscrit du sultan rasūlide al-Malik al-Afal. Édition, traduction et commentaire, Helsinki, Academia Scientiarum Fennica, 2013 (Suomalaisen Tiedeakatemian Toimituksia Humaniora 365, Annales Academiae Scientiarum Fennicae), 137 p. (français) + 62 p. (arabe). », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [Online], 140 | December 2016, Online since 03 July 2015, connection on 24 September 2017. URL : http://remmm.revues.org/9148

Top of page

About the author

Eric Vallet

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

By this author

  • Identités provinciales et construction de l’État sous le sultanat rasûlide (viie-ixe/xiiie-xve siècles)
    Published in Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée, 121-122 | April 2008
Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Top of page