Navigation – Plan du site
Etudes libres

Décrire la ville, écrire le patrimoine

Describing the city, writing its heritage
Jean-Claude David
p. 193-204

Résumés

Dans un contexte proche-oriental, au moins depuis le xie siècle, les « récits de villes », genre littéraire couramment pratiqué, pouvaient être une façon d’établir ou d’exprimer un lien identitaire individuel et collectif avec une entité urbaine vivante et en évolution, lui donnant globalement une sorte de statut de patrimoine, plutôt qu’à des monuments isolés ou à des ensembles figés. Ainsi, par ces liens anciens renouvelés périodiquement avec un patrimoine urbain support et expression d’un mode de vie et partie d’une identité locale partagée, les historiens et géographes arabes se sont toujours préoccupés des traces du passé, de leur pérennité ou de leur disparition. La coexistence actuelle à Alep de plusieurs conceptions du « patrimoine » pourrait expliquer une apparente indifférence de la population devant les destructions de monuments historiques censés constituer le patrimoine officiel. Par contre, dans les bombardements de quartiers anciens ou de quartiers informels, la population visée n’est-elle pas une héritière de l’ancienne société, pour laquelle la mémoire des modes de vie et du quotidien, fondement du patrimoine, rejoint l’écrit des anciens récits de villes ?

Haut de page

Notes de la rédaction

La parution de cet article sur support papier est prévue pour le numéro 139 (printemps 2016)

Texte intégral

  • 1 Dans un contexte culturel donné le patrimoine est l’un des supports possibles de la perception actu (...)
  • 2 Pour Alep des manuscrits complets du XIIIe siècle sont conservés et ont été édités et traduits (en (...)
  • 3 L’Institut français d’études arabes de Damas, avant 1930, au temps où il s’appelait Institut frança (...)

1Le titre propose l’idée qu’une ancienne façon d’écrire sur la ville a pu être, au-delà d’une simple description, un acte de création de patrimoine1. Dans un contexte proche-oriental, au moins depuis le xie siècle, les « récits de villes »2, genre littéraire couramment pratiqué, pouvaient être une façon d’établir ou d’exprimer un lien identitaire collectif et individuel avec une entité urbaine, lui donnant globalement une sorte de statut de patrimoine, plutôt qu’à des monuments isolés ou à des ensembles limités. Ainsi, ces liens anciens renouvelés périodiquement avec un patrimoine urbain global, support et expression d’un mode de vie et partie d’une identité partagée, construisaient-ils, sans doute, une relation avec le passé, différente de celle qui semble être devenue dominante sous l’influence de l’Occident au cours des premières décennies du xxe siècle. En effet, une nouvelle perception semble s’être imposée, avec l’instauration d’un patrimoine monumental, fragmenté, sélectionné, institutionnalisé par des inventaires, par la conservation, par la contemplation3, se substituant aux anciennes perceptions de l’héritage global et de l’identité exprimées dans la pratique des récits de ville et dans le quotidien. Pour confirmer cette hypothèse il faut d’abord montrer comment ces écrits anciens étaient plus que de simples descriptions et comment ils constituaient un patrimoine où se rencontraient la mémoire et la pratique quotidienne. Il faudrait aussi établir que leur connaissance pouvait concerner la société au-delà d’un cercle d’oulémas, de spécialistes. La persistance de cette pratique, au moins depuis le xie siècle et jusqu’au xxe siècle, montre que les historiens et géographes arabes se sont régulièrement préoccupés des traces du passé, de leur pérennité ou de leur disparition. La question n’est pas sans importance car la coexistence actuelle à Alep de plusieurs conceptions du « patrimoine » et des pratiques qui les accompagnent pourrait expliquer des différences de rapport à cet héritage et une apparente indifférence de la population devant les destructions des monuments historiques institutionnels censés constituer le patrimoine officiel. Par contre, dans les destructions globales par bombardements de quartiers anciens ou des quartiers informels, la population victime et visée par les bombardements n’est-elle pas une héritière de l’ancienne société, pour laquelle la mémoire des modes de vie et du quotidien, fondement du patrimoine, rejoint l’écrit des anciens récits de villes ?

  • 4 Sur les significations et les raisons de la destruction du patrimoine, en particulier à Alep, voir (...)

2Avant l’instauration récente d’un rapport particulier aux monuments plutôt qu’à la ville, il devait être plus important de lire, de conserver, de mettre à jour, ces récits que d’en préserver les témoins matériels. La question peut se poser de façon cruciale dans le contexte de guerres anciennes ou du conflit syrien actuel, conflit dans lequel le patrimoine, déjà perturbé par la pratique institutionnelle du classement et de la protection, et par la valorisation touristique, est gravement atteint par les destructions ciblées et par les dommages collatéraux des combats4. Mais cette pratique d’écriture fondée sur un rapport particulier avec une entité urbaine était aussi essentielle et significative dans des périodes de paix et de prospérité.

Une sensibilité aux mots et aux paroles plutôt qu’à la matérialité

3L’espace construit et la topographie que les auteurs de ces « récits de villes » évoquent et décrivent, à Alep et dans d’autres villes, n’étaient pas protégés et conservés en vue d’une contemplation esthétique et d’une émotion ; la description topographique de la ville vivante y était et y est beaucoup plus importante que celle de l’architecture et l’idée qu’un style architectural puisse par exemple être caractéristique d’une époque ne semble pas avoir fait généralement partie des préoccupations. Il y a quelques décennies, l’islamologue Louis Massignon évoquait un patrimoine urbain vivant, fait de paroles, de pratiques et de gestes, plus que d’architecture :

  • 5 Massignon, 1958 : 28, cité dans Chevallier, 1982 : 136.

« Une cité d'Islam... est avant tout un lieu de rassemblement, non pas tant de monuments constituant un musée fossile, mais des nœuds de rues où circulent des témoignages oraux des témoins, shuhud ; qu'il s'agisse de formulettes de dallal pour la vente à la criée dans les souks, des "brocards" familiers aux canonistes dans les mosquées, écoles et tribunaux, des proverbes chers aux paysans et aux caravaniers, des mots d'esprit et des chansons "voix de ville" lancés dans les salons de réceptions et les bains… »5.

  • 6 On pourrait citer, parmi beaucoup d’autres objets conservés et réutilisés autrefois et qu’il serait (...)

4Si les chroniqueurs anciens pouvaient exprimer des regrets à propos de la disparition d’un monument, des souhaits pour une restauration ou une reconstruction, les motivations étaient plus souvent liées à la valeur d’usage qu’à la valeur esthétique ou pittoresque qui est cependant évoquée parfois. Ainsi pouvaient-ils citer des objets ou des monuments tellement « beaux » (mais qu’est-ce que la beauté dans ce contexte?) qu’ils auraient été respectés par les armées des conquérants. Des boiseries, des vantaux, des marbres, ont été transportés d’un site à un autre, parfois très éloignés, pour être réutilisés6.

Entre nostalgie et résignation, un genre littéraire commun à l’Égypte et au Bilād al-Chām

5L’œuvre de Maqrīzī au Caire est un bon exemple de cette pratique littéraire : historien et chroniqueur, il écrit dans un contexte de crise à la fin du xive siècle, et présente ainsi son ouvrage :

« J’ai voulu extraire l’histoire de tout ce que l’Égypte renferme de vestiges encore subsistants qui proviennent des nations passées, des générations éteintes, tout ce que la ville de Fusṭāṭ-Miṣr offre encore de monuments que la longueur du temps a entièrement ou à peu près entièrement dégradés » (Denoix, 1992 : 13).

  • 7 J. Sauvaget a publié les textes de deux de ces historiens alépins : “Les perles choisies” d’Ibn ach (...)

6On pourrait citer des dizaines d’auteurs qui, comme Ibn ‘Asākir au xiie siècle à Damas ou Ibn Chaddād à Alep au xiiie siècle7, participent du même genre littéraire que Maqrīzī ou Ibn Duqmāq au Caire. Le contexte des évocations de Fusṭāṭ et du Caire à des époques de déclin et de ruine se retrouve à Alep où Ibn Chaddād, réfugié au Caire, écrit au xiiie siècle après la destruction d’Alep par le mongol Hulagu. Ibn al-‘Ajamī deux siècles plus tard, écrit à Alep après les destructions infligées par l’armée mongole de Tamerlan. On peut comparer ces divers écrits, constater leur parenté évidente, mais aussi des différences d’organisation du texte, et du sens donné à ces chaînes de descriptions dans lesquelles le passé est écrit comme le présent d’une autre époque. On constate que ces auteurs alépins expriment moins de nostalgie que ceux du Caire et se préoccupent aussi de l’évolution de leur ville en temps de paix.

  • 8 « avec description et histoire de tout ce qui s’y rapporte » (Cl. Cahen)

7Ces textes ne sont pas des descriptions détaillées de sites ou de monuments sélectionnés. Ils ne sont pas non plus ordonnés par quartiers ou par grandes zones urbaines ou suivant un classement typologique, mais par mots clés8. L’ordre des descriptions est plus ou moins codifié : en général, les textes alépins traitent, successivement et d’une façon qui se veut exhaustive, de l’histoire et des événements, des personnages célèbres, de la topographie, des murailles et des portes, de la citadelle, des mosquées à khuba, des madrasas classées suivant leur appartenance à l’une des quatre écoles coraniques, suivant leur localisation intra-muros, puis extra-muros, des autres bâtiments religieux intra et extra-muros, des quartiers et des rues suivant une progression du centre vers la périphérie, des souks, des bains, des khans, des palais et demeures, etc.

Un rapport grammatical particulier au temps

8La publication par l’IFAO du Caire en 1992 du travail de l’historienne Sylvie Denoix (1992) « Décrire Le Caire... » apporte des informations sur ces chroniques comme « genre littéraire nostalgique », et sur une sorte de « refus de l’expression du temps » qui s’exprime dans le récit par l’utilisation des verbes, soit au présent, soit au passé, en fonction d’une logique qui peut nous sembler étrange : Ibn Duqmāq utilise de préférence le présent quand il évoque les époques glorieuses de la ville de Fusṭāṭ, les plus anciennes, alors que le passé est choisi pour évoquer des dégradations et des ruines, plus récentes, comme l’obstruction de rues par l’abandon et l’effondrement de maisons. « Ibn Duqmāq, pour évoquer la période initiale de Fusṭāṭ, sept siècles avant qu’il n’écrive, n’emploie qu’exceptionnellement la marque du passé... » ; comme s’il choisissait d’abolir la distance entre cette époque et la sienne (p. 20). « Puisque pour Ibn Duqmāq, le temps ne peut servir d’axe d’exposé de l’histoire urbaine, un lieu ayant appartenu à un moment donné de la ville lui appartient toujours. Cette vision de la ville est, si l’on peut dire, “a-chronique”, l’auteur peut circuler dans le temps sans être conscient de ses propres déplacements » (p. 26).

Une chaîne d’auteurs

  • 9 Asadī Muḥammad Khayr al-Din al-Ajamī, Mawsū‘at alab al-muqārana,.

9La succession des chroniqueurs alépins évoque bien l’idée d’une chaîne d’auteurs. Les attestations successives de l’évolution de la ville sont faciles à suivre grâce aux références. Une compilation détaillée composée par l’Alépin Ibn al-ChiÌna au milieu du xve siècle, avant d’autres synthèses successives, et avant celle de Asadī publiée au Ma‘ahad Turāth à l’université d’Alep, entre 1981 et 19899, est représentative de cette chaine, et l’Alépin moyen cultivé du début du xxe siècledevait pouvoir encore se repérer sans difficulté dans l’évocation de la ville du xve. Ces récits de ville semblent reposer sur une chaîne de témoins, comme les adīth-s, puisque chaque chroniqueur atteste de la vérité de ce qu’il écrit en se référant à la fois aux écrits antérieurs qu’il annote et à l’état des lieux de son temps, qu’il constate en soulignant les changements, tout en sachant qu’il écrit pour les lecteurs futurs et les chroniqueurs qui reprendront son texte. Une formule classique adopte souvent cette tournure, dans le texte ou ajoutée dans la marge par le lecteur, annonçant un commentaire ou une mise à jour : « moi je dis cela... ». Alors, l’auteur lui-même pouvait être, autant que son œuvre, une sorte de monument respecté et honoré pour ses écrits.

10Une question importante est celle du caractère éventuellement élitiste et réservé de cette littérature ou de la participation des gens ordinaires à ce regard sur la ville. Une telle étude est à faire pour le passé, avec une analyse fine des textes des chroniqueurs et la comparaison des textes successifs de la chaîne, et ses résultats pourraient être comparés avec ceux d’enquêtes faites peu avant la guerre actuelle (Touria, 2014) sur la considération et le comportement des habitants dans la ville ancienne d’Alep à l’égard de leur espace domestique, maison et quartier. Les auteurs des récits de villes étaient des oulémas et faisaient partie de l’élite intellectuelle, religieuse et politique de la ville et pouvaient exercer des fonctions importantes et lucratives. Mais il est vraisemblable que ces écrits reflétaient au moins une sensibilité commune des habitants même moins lettrés, qui ne lisaient ni n’écrivaient mais partageaient un attachement à la ville, transmis oralement et par une identification dans la pratique et les modes de vie.

La cité, lieu d’une identité collective qui précède la Nation

11Dans ces écrits, la cité, système spatial et social complet, et souvent lieu de pouvoirs et entité politique, pouvait être perçue comme un patrimoine à une échelle territoriale moyenne, qui ne participait pas aux fondements d’une identité nationale à l’échelle d’un pays, inexistante ou très instable autrefois.

12Ces récits de villes peuvent avoir un caractère technique, comme la description d’infrastructures collectives, réseaux d’adduction d’eau et fontaines, murailles et fortifications et leur entretien. Mais ils n’ont pas d’objectif pratique de conservation pouvant entraver l’évolution. Ils ne sont pas illustrés par des dessins ou des plans avant le xxe siècle, mais sont fondés sur des descriptions précises et des repères topographiques détaillés. Pour Alep, on peut suivre, malgré les manques, les maillons de cette chaîne, jusqu’au xxe siècle, avec le dernier chroniqueur, al-Asadī

13L’intérêt porté aux villes se manifeste aussi dans d’autres types d’écrits : elles sont parfois classées suivant une hiérarchie, dans un maillage territorial de la capitale au village, comme cela est exposé de façon exemplaire par Al-Muqaddasī, grand voyageur originaire de Jérusalem, auteur d'un ouvrage de géographie écrit à la fin du xe siècle. Cette typologie semble plutôt une façon pratique de classer les villes, que l’évocation d’une « armature urbaine » nationale et réellement fonctionnelle.

La description de la ville considérée comme patrimoine ?

14Un premier constat peut être tiré de cette pratique des récits de ville, c’est celui de l’importance de la description de la ville, considérée comme un système global que l’on peut analyser, commenter, compléter, plutôt que de se borner à décrire des monuments exceptionnels jouant le rôle de mémorial comme dans la pratique moderne et occidentale du patrimoine. L’importance de cette description écrite est justifiée sans doute par la préoccupation de l’écrivain de fixer la ville telle qu’elle existe sous ses yeux et d’en donner une représentation qui permette de l’identifier et de l’authentifier, comme un personnage dont on ferait la biographie, agrémentée des renseignements techniques comparables à ceux d’une fiche anthropométrique. Les successeurs procèdent à la mise à jour de l’identification.

  • 10 Les villes qui sont l’objet de ces descriptions sont sans doute porteuses d’une identité assez fort (...)
  • 11 À l’époque coloniale (sous le Mandat français), les historiens modernes de la ville (pour Damas et (...)

15En fait, les deux objectifs essentiels de ces textes des chroniqueurs sont, d’une part de montrer que les villes décrites, celles d’une certaine importance10, sont assimilables à l’archétype de la Ville. Ces cités relèvent alors de la même catégorie et sont identifiables comme des cités authentiques de par ces caractéristiques communes. D’autre part il s’agit de montrer qu’elles ont aussi leurs caractéristiques propres, qu’elles sont différentes les unes des autres et ont donc une personnalité, d’une certaine manière, unique. L’objectif essentiel de cette pratique serait non pas de conserver des monuments emblématiques, immobilisés, mais de fixer par l’écrit un instant présent d’une ville. La chaîne des auteurs successifs qui se corrigent, ajoutent leurs commentaires, produit une biographie de la ville en mouvement11.

16Dans le contexte proche-oriental avant la naissance des États-nations (jusqu’en 1920 et plus tard encore en Syrie), la principale référence territoriale ou politique ou l’ancrage spatial d’une identité ou d’un patrimoine n’est pas un État national, un pays, mais la ville d’où l’on est originaire et où l’on réside et travaille, à laquelle on s’identifie. Une autre référence essentielle de l’identité peut être l’appartenance à une tribu, qui s’exprime dans l’espace, non pas par un territoire stable, mais par des liens et des réseaux mobiles.

Le patronyme et la nisba de lieu

  • 12 Sur la nisba, voir le texte de l’anthropologue américain Clifford Geertz, 1986 : 71-90 (83-87).

17La composition des noms de personnes est significative : si le premier qualificatif de l’identité est celui de la relation au père ; Ibn fulan, fils d'untel, le second qualificatif, la nisba, est en rapport avec l’une des deux références territoriales et structurantes fondamentales des groupes et des individus, la ville ou la tribu, rarement une région ou un pays. La nisba est une forme grammaticale (adjectif de relation) qui indique la relation, l'appartenance, marquée par le suffixe « ī ». Dans la déclinaison de l'identité, elle exprime une origine géographique ou un séjour notoire dans une ville ou parfois une région, par exemple, Beyrūtī (de Beyrouth), Chāmī (de Damas), Ḥalabī (d’Alep), Stanbūlī (d’Istanbul), Miṣrī (du Caire), Baghdādī (de Bagdad) ou encore Maqdisī (de Jérusalem)... La nisba de cité s’affirme d'abord historiquement dans un dépassement de la solidarité tribale et dans la formation d’une organisation pluri-tribale. Au cours de la période mamelouke l’appartenance à une tribu s’estompe, jusqu’à disparaître des villes à l’époque ottomane, à l’exception de quartiers spécifiques dont les habitants s’identifient comme d’origine rurale ou bédouine et d’appartenance tribale (Bāb Neirab à Alep et certains faubourgs modernes à l’est de la ville jusqu’à maintenant). La référence à une nisba urbaine dans le patronyme peut être considérée comme un certificat de citadinité : une référence à une ville d’origine ouvre aussi la possibilité d’être reçu et considéré comme un citadin partout au Moyen-Orient : les notables alépins au xviie siècle, par exemple, revendiquaient souvent une origine citadine lointaine ; le fondateur de la branche alépine d’une famille, pouvait être originaire de Mossoul, Bagdad, Bassora, Mardin, Jérusalem ou Damas ou d’une autre ville de la région, et être citadin d’Alep quand il s’y installait, comme il était citadin des autres cités12.

18Avec le développement des États-nations, le patrimoine est devenu une « affaire d’État » et peut donc être considéré essentiellement comme un élément du politique et de l’économique, et non plus comme une part d’une identité culturelle, sociale et politique, proche, inscrite dans un territoire ou un système d’amplitude réduite, comme autrefois dans la ville ou la tribu. Ce changement de format de l’identité, du local au national, qui s’accompagne donc d’un changement de référence patrimoniale peut expliquer certains comportements actuels vis-à-vis du patrimoine et certains rejets d’un patrimoine qui peut être considéré comme imposé, post colonial ou encore accaparé par un régime et assimilé à lui.

Conclusion : détruire le patrimoine, détruire la société

19Les deux idées essentielles présentées dans l’introduction sont étroitement liées : l’importance des récits de ville comme genre littéraire, qui se renouvellent pendant au moins dix siècles, et l’absence d’une préoccupation systématique de conservation d’un patrimoine matériel monumental, faisaient sans doute de la description écrite de la ville un véritable patrimoine en soi. Pousser l’analyse un peu plus loin permet de constater d’abord que c’est sans doute la ville globale et vécue qui constitue l’essence du patrimoine dans les récits de villes, mais aussi que la ville est décrite comme le lieu privilégié de la pratique de la foi en un dieu unique et comme l’espace de la vie au quotidien sous tous ses aspects. Dans la relation ancienne à la ville, les pratiques quotidiennes dans un espace partagé, constituent donc une part essentielle de l’identité culturelle. Une qualité d’espace favorisant un mode de vie en accord avec une éthique et une religion, plutôt qu’avec une contemplation esthétique, est une condition essentielle du patrimoine vécu.

  • 13 Montrer et diffuser les actions de destruction de la ville est aussi un moyen de destruction de mas (...)

20Les rapports privilégiés à une entité urbaine globale décrite dans les récits de villes, identifiée comme un ensemble, plutôt qu’à des monuments emblématiques, donne aux destructions de l’espace et du mode de vie une signification politique et culturelle particulièrement forte. Dans la guerre qui ravage actuellement Alep et la Syrie, certains aspects du comportement des belligérants à l’encontre du « patrimoine », caractérisés par des actes de destruction systématique, ne s’expliquent pas seulement par une guérilla urbaine indifférente aux monuments, mais peut-être aussi par la volonté d’effacer la ville/patrimoine et l’identité qu’elle porte, la ville telle qu’elle pouvait être représentée et perçue dans les anciens récits ? 13 Dans les actions de Daesh ou d’autres groupes contre le patrimoine, il y a à la fois la volonté de frapper les esprits (notamment occidentaux), qui réagissent souvent davantage aux destructions des monuments qu’à celle des humains, mais aussi de faire table rase d’un passé qui ne peut en aucun cas participer au contenu d’un futur voulu exclusif de toute autre référence qu’islamique radicale et totalitaire (destruction de Bamian, Hatra, Mossoul, Palmyre, etc.).

21D’autres raisons des destructions du patrimoine se font jour : la population urbaine a changé, ainsi que le rapport à l’identité et au patrimoine dans lesquels elle pouvait se reconnaître. Les récits de villes sont demeurés sans doute essentiels dans la perception de l’identité jusqu’au xxe siècle. Avec l’influence occidentale, la référence identitaire officielle s’est reportée de plus en plus sur des monuments emblématiques, ou sur des parties protégées de tissu urbain, souvent avec un objectif de valorisation touristique. Dans le système administratif actuel, l’État, le Ministère de la Culture, est responsable de la protection du patrimoine, et au début (dans les années 1970), le processus de protection du patrimoine a été ressenti par beaucoup d’habitants comme une expropriation par l’administration : le patrimoine a été perçu alors comme accaparé par l’État (pour Alep, la Municipalité) ou le régime plutôt que comme le support d’une identité collective citadine devenant nationale. Pour les Alépins actuels, les monuments emblématiques peuvent être la Citadelle, les souks, ou certains quartiers, pour les gens de Damas, la mosquée des Omeyyades, etc. Avec cette évolution, les récits de villes semblent obsolètes, comme héritage et comme fondement de l’identité. Les quartiers anciens et le patrimoine protégé (patrimoine mondial) à Damas et Alep, ne représentent plus qu’une part minime de la ville et de ses habitants (proche d’1/30e), même s’il s’agit de quartiers centraux représentatifs. La ville globale, trop vaste, excessivement contrastée et socialement très hétérogène, est d’une certaine façon infiniment moins intégrante qu’autrefois et difficilement perçue comme le fondement d’une identité commune : n’assiste-t-on pas à la transformation d’une ville désormais beaucoup plus plurielle et qui, dans sa diversité même, « intègre » de façon de plus en plus contradictoire et problématique les éléments d’une urbanité ancienne désormais minoritaire ? Avec l’immigration d’origine rurale venue des régions au nord-ouest et surtout au nord-est de la ville, la part de population urbaine pouvant revendiquer une appartenance tribale, donc entachée d’une identification problématique, incomplète, particulière, à la ville, s’est accrue. La division actuelle de l’espace alépin entre les quartiers de l’est, pauvres et informels, marginalisés et enclavés, et les quartiers de l’ouest, ouverts, riches et règlementés, est une évolution qui remonte à moins de cent ans. La ville actuelle, par sa taille, la morphologie urbaine et le « zonage » défini par l’urbanisme, fabrique beaucoup plus d’exclusion que l’urbanité ancienne plus intégrante à sa façon, notamment par les souks et par une économie locale intégrée à laquelle participaient la plupart des catégories de citadins.

22Actuellement, en mai 2015, on peut distinguer au moins deux façons de considérer le patrimoine et de le détruire, qui peuvent être situées par rapport aux perceptions et aux pratiques anciennes, notamment aux récits de villes :

23- des actions de destruction ciblées ponctuelles qui doivent frapper les esprits et qui s’avèrent donc systématiques contre des objets emblématiques, généralement monumentaux, souvent ottomans tardifs et mandataires, généralement identifiables par leur architecture et leur transformation en cours en lieux du tourisme. Ces destructions sont en général des dynamitages, revendiqués par un groupe de rebelles, très souvent signés par Jabhat al-Islāmiyya, qui comprennent une part essentielle de mise en scène et de médiatisation ; ces « démonstrations » sont adressées sans doute à l’État et au régime, ainsi qu’aux nouveaux usagers du patrimoine que sont les touristes et les étrangers, avec sans doute une allusion au fait que ce patrimoine est souvent représentatif de l’ancienne puissance coloniale mandataire ;

24- des conséquences des combats de rue, de la guérilla entre plusieurs belligérants, avec un objectif de table rase, de destruction systématique, contre le tissu urbain, contre la population, les activités, la culture et l’identité partagée : il s’agit de détruire une partie de la ville dans une sorte de synergie de fait entre les belligérants, dans laquelle se rencontrent le régime, les rebelles, et Daesh.

  • 14 Sur certains aspects de la guerre actuelle à Alep : Boissière et David 2014 b.

25Depuis juillet 2012, pour l’armée loyaliste qui les affronte au cœur des quartiers populaires ou par bombardement aérien, il ne s’agit pas seulement de détruire les rebelles, mais aussi la société citadine qui les héberge, parfois à son corps défendant, et enfin le mode de vie, la culture populaire, le patrimoine immatériel du quotidien. Il s’agit en fait d’éradiquer une arriération supposée, la pauvreté, en vue d’une modernisation. Pour le régime, moderniste, il faut faire table rase pour atteindre des objectifs stratégiques et idéologiques, détruire la ville héritée « médiocre » ainsi que son identité, qui perpétuent les relents d’une culture locale antérieure à l’État-nation. La destruction de l’économie, celle des souks, les pillages des usines et la vente des machines en Turquie, la destruction du minaret de la grande mosquée, les pillages de boiseries de maisons anciennes et d’objets d’art, précédant l’effacement des architectures qui les contenaient pour faire disparaître les traces de pillage, sont exemplaires de ces actions tous azimuts où le patrimoine institutionnel n’est pas visé en priorité mais la ville globale, qui doit être réduite à néant, la ville qui était représentée autrefois dans son ensemble par les mots des récits de villes. Détruire la ville ça n’est pas seulement détruire la matérialité de la ville, mais également la culture et l’identité citadines, et les moyens de vivre14. Ainsi, à Alep (et Homs) toute destruction est bonne, qu’elle touche le patrimoine ou non : tout est patrimoine pour qui veut effacer la ville. Pour le régime, il s’agit de détruire les rebelles et la population qui les héberge, et pour les rebelles de détruire la présence et les soutiens locaux du régime et de son armée. Souvent, ce sont des membres du régime qui organisent les pillages à égalité avec des rebelles ou Daesh. D’où l’inefficacité actuelle des appels de l’Unesco et des mesures demandées officiellement comme les contrôles douaniers sur le trafic des objets d’art ou la protection matérielle des monuments. Le problème se situe à un autre niveau.

Haut de page

Bibliographie

Sources

Asadī Muḥammad Khayr al-Din al-Ajamī, Mawsū‘at alab al-muqārana, Ma‘ahad Turath, Institut d’histoire des sciences, Alep, 7 vol.

Ibn Chaddād, éd. Dahan, S., 2 vol. PIFD, Damas, 1956-1963 ; trad. partielle : Eddé A. M., IFEAD.

Ibn ach-Chihna : Sauvaget Jean, 1933, « Les perles choisies » d’Ibn ach-Chihna. Matériaux pour servir à l’histoire de la ville d’Alep, Mémoires de l’IFD, Beyrouth.

Sibt Ibn al-’Ajami : Sauvaget Jean, 1950, “Les trésors d’or” de Sibt Ibn al-’Ajami. Matériaux pour servir à l’histoire de la ville d’Alep, Tome II, Beyrouth, IFD.

Études

Avez Renaud, 1992, Soixante-dix ans de coopération scientifique à l’Institut Français de Damas, Damas.

Avez Renaud, 1993, L’institut Français d’Études Arabes de Damas au Palais Azem (1922-1946), à travers les archives, Damas.

Boissière Thierry & David Jean-Claude, printemps 2014a, « La destruction du patrimoine culturel à Alep : banalité d’un fait de guerre ? », Confluences Méditerranée 89, p. 163-171.

Boissière Thierry & David Jean-Claude, octobre-novembre 2014b, « Guerre contre l’État, guerre contre la ville : Alep, otage des combats en Syrie », Moyen-Orient 24.

Chevallier Dominique, 1982, Villes et travail en Syrie, du XIXe siècle au XXe siècle, Paris.

Denoix Sylvie, 1992, Décrire le Caire Fustât-Misr d’après Ibn Duqmâq et Maqrîzî, Le Caire, Ifao.

Geertz Clifford, 1986, « Du point de vue de l’indigène : sur la nature de la compréhension anthropologique », in Savoir local, savoir global. Les lieux du savoir, Paris, PUF.

Touria Moutia, 2014, « Patrimoine institutionnel et patrimoine vivant : le patrimoine habité », in David Jean-Claude et Boissière Thierry, 2015, Alep et ses territoires, Beyrouth, Presses de l’Ifpo, p. 445-479.

Haut de page

Notes

1 Dans un contexte culturel donné le patrimoine est l’un des supports possibles de la perception actuelle du passé, qui exprime une conscience particulière d’un héritage. Les mots arabes qui désignent le patrimoine, sont divers et peuvent traduire soit le sens du français « patrimoine », soit celui de l’anglais « heritage » : turāth, athār (adiyat), irth (héritage, au sens commun du terme).

2 Pour Alep des manuscrits complets du XIIIe siècle sont conservés et ont été édités et traduits (en français notamment, voir note (7)) et des textes plus anciens (XIIe-XIe siècles), lacunaires, sont connus et cités. L’historien Jean Sauvaget en donne un relevé dans la bibliographie de sa thèse sur Alep.

3 L’Institut français d’études arabes de Damas, avant 1930, au temps où il s’appelait Institut français d’Archéologie et d’Art musulman (Avez, 1992 et 1993), s’est d’abord intéressé à la culture matérielle, à l’artisanat, à la fabrication de meubles, au tissage des brocarts, à l’architecture, sous la direction d’Eustache de Lorey, à la restauration architecturale des monuments (avec Écochard), à l’étude et à l’édition monographique des bains (Écochard et Le Cœur), etc. À la même époque, l’Académie arabe de Damas, s’intéressait aussi aux objets et aux monuments, avec un embryon de musée national, mais elle jouait surtout un rôle essentiel dans l’étude de la langue arabe et dans sa modernisation, ainsi que dans l’édition de textes arabes (Avez, 1992 et 1993).

Si le patrimoine institutionnel est le produit évident de l’influence occidentale, une relative préférence locale pour le patrimoine immatériel et les textes se retrouve dans tout le Moyen-Orient, mais elle tend aussi à prendre récemment de l’importance partout avec l’action de l’Unesco et d’Icomos pour le patrimoine non matériel. Il ne s’agit plus seulement de préserver des espaces matériels, mais des fonctions, des comportements : il faut donc accepter qu’ils évoluent ensemble pour répondre à l’évolution de la demande et ne pas devenir des musées figés. La conservation est donc aussi dans le changement, l’évolution, l’adaptabilité.

4 Sur les significations et les raisons de la destruction du patrimoine, en particulier à Alep, voir notamment : Boissière et David, 2014.

5 Massignon, 1958 : 28, cité dans Chevallier, 1982 : 136.

6 On pourrait citer, parmi beaucoup d’autres objets conservés et réutilisés autrefois et qu’il serait intéressant d’inventorier plus systématiquement : les vantaux d’une porte monumentale de la citadelle de Raḥba-Mayādīn ; le porche de la madrasa Saffahiyya à Alep, du XVe siècle, récupéré dans un bâtiment plus ancien ruiné (Sauvaget, Perles, p. 174, note 1) ; les chapiteaux, peut-être d’origine antique, du mirab de la mosquée Aslan Dada à Alep, sans doute récupérés dans une madrasa ayyoubide hors les murs ; etc.

7 J. Sauvaget a publié les textes de deux de ces historiens alépins : “Les perles choisies” d’Ibn ach-Chihna et “Les trésors d’or” de Sibt Ibn al-’Ajami. Ibn Chaddād a fait l’objet de plusieurs publications en arabe, l’une des plus récentes est celle de S. Dahan,. Il a été partiellement traduit en français par A. M. Eddé pour la partie concernant la région d’Alep .

8 « avec description et histoire de tout ce qui s’y rapporte » (Cl. Cahen)

9 Asadī Muḥammad Khayr al-Din al-Ajamī, Mawsū‘at alab al-muqārana,.

10 Les villes qui sont l’objet de ces descriptions sont sans doute porteuses d’une identité assez forte et reconnue assez loin, mais sont aussi assez fécondes pour produire un milieu culturel étoffé, original.

11 À l’époque coloniale (sous le Mandat français), les historiens modernes de la ville (pour Damas et Alep ou le Caire par exemple), comme Jean Sauvaget, ont abondamment utilisé les textes de ces chroniqueurs. Sauvaget a traduit en français et publié au moins deux de ces textes (voir note 7) ; d’autres textes ont été publiés par d’autres historiens. Sauvaget se référant aussi systématiquement à un travail de terrain précis, reproduisait les méthodes des anciens chroniqueurs, mais en vue d’objectifs très différents, essentiellement, d’une part pour la rédaction de sa thèse, un ouvrage historique sur Alep suivant les règles académiques et d’autre part pour une oeuvre de conservation de témoins matériels choisis, en vue de constituer un corpus de monuments historiques, pour la mise en scène du patrimoine et donc dans un rapport très différent au passé, qui deviendra plus tard touristique.

12 Sur la nisba, voir le texte de l’anthropologue américain Clifford Geertz, 1986 : 71-90 (83-87).

13 Montrer et diffuser les actions de destruction de la ville est aussi un moyen de destruction de masse, avec peut-être un pouvoir performatif : (Définition Robert de « performatif » : « énoncé qui constitue simultanément l’acte auquel il se réfère »).

14 Sur certains aspects de la guerre actuelle à Alep : Boissière et David 2014 b.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Claude David, « Décrire la ville, écrire le patrimoine », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 139 | juin 2016, mis en ligne le 03 juillet 2015, consulté le 22 août 2017. URL : http://remmm.revues.org/9151

Haut de page

Auteur

Jean-Claude David

Géographe, chercheur associé sur programme au GREMMO (Maison de l’Orient, Lyon)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page