Navigation – Plan du site
I Vivre, décrire et écrire les révolutions

Faire du terrain dans l’Égypte révolutionnaire

Retours pluridisciplinaires sur une adaptation méthodologique
Doing Fieldwork in Egypt during the Revolution: A Multidisciplinary Retrospective Look at a Methodological Adaptation
Lise Debout, Gaëtan Du Roy et Clément Steuer
p. 47-60

Résumés

Cet article se propose de mener une réflexion sur l’expérience de terrain de trois jeunes chercheurs – une urbaniste, un historien et un politiste – et sur la manière dont cette expérience a été affectée par la révolution égyptienne. Revenant sur l’évolution de leurs pratiques de recherche au cours de l’année 2011, ils s’interrogent sur le bouleversement tant de leurs terrains respectifs que de leur rapport aux dits terrains. Bien que leurs disciplines aient recours à des méthodes très différentes, que ce soit en termes de sources ou d’échelle d’analyse, l’événement révolutionnaire a produit chez eux des transformations méthodologiques similaires, la conduite de leurs recherches ayant convergé vers une approche plus «  micro  » des phénomènes analysés. Cette approche «  par le bas  » – qui invite à un croisement des dimensions temporelles, spatiales et politiques des objets étudiés – a ainsi confirmé sa pertinence dans l’analyse des rapports de force entre les différents secteurs de la société.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Le parti Wasat qui, depuis sa création en 1996 jusqu’à sa légalisation en février 2011, était dem (...)
  • 2 Si les conditions politiques prévalant dans un régime autoritaire n’interdisent pas partout et sy (...)

1Cet article se propose de mener une réflexion sur l’expérience de terrain de trois jeunes chercheurs issus de différentes disciplines des sciences sociales, et sur la manière dont cette expérience a été affectée par la révolution égyptienne. Ces trois chercheurs ont en commun d’avoir été présents au Cedej (Centre d’études et de documentation économiques, juridiques et sociales), au Caire, au printemps 2011. Gaétan du Roy était alors en train de mener une recherche doctorale en histoire contemporaine, portant sur les institutions religieuses chrétiennes du quartier des chiffonniers du Muqattam (du Roy, 2014), Lise Debout terminait une thèse d’urbanisme consacrée à la politique de gestion des déchets ménagers (Debout, 2012), et Clément Steuer – qui venait de soutenir une thèse de science politique sur un proto-parti égyptien1 – commençait à étudier les mutations du système partisan dans l’après-Moubarak (Steuer, 2012). Revenant sur leurs pratiques de recherche au cours de cette année décisive, ils s’interrogent sur le bouleversement tant de leurs terrains respectifs que de leur rapport aux dits terrains2. Le surgissement de l’événement révolutionnaire les a en effet contraints à renouveler leur manière de lier les différentes dimensions du social, du local au national.

2La révolution de 2011 a d’abord entraîné un resserrement de l’objet de recherche de Gaétan du Roy autour de l’autorité du père Sam‘ān, principale figure religieuse du quartier. Avant cette date, notre historien tentait déjà de comprendre comment ce prêtre avait bâti l’un des plus célèbres lieux de culte copte du Caire, et essayait de percevoir les liens qu’il entretenait avec la mouvance charismatique. Il avait alors commencé à s’intéresser au fonctionnement des pouvoirs dans le quartier, et notamment au rôle des associations de développement et aux activités de formation de la jeunesse de l’Action catholique. Il apparaissait déjà que le père Sam‘ān jouait un rôle important d’intermédiaire politique entre le quartier et les intervenants extérieurs les plus importants : agences de développement, Parti national démocratique (PND), Église, etc. La révolution, en mettant cet équilibre en tension, a permis de mieux percevoir l’architecture complexe de ces différentes connexions, ainsi que leur fragilité. Celle-ci est dès lors devenue la question centrale de la recherche doctorale de Gaétan du Roy.

  • 3 Pour une revue de la littérature portant sur «  la crise des partis  » arabes, se référer à Catus (...)
  • 4 PND et Frères musulmans – dans la mesure cependant où ces deux organisations peuvent être qualifi (...)
  • 5 Avant la révolution, ce type d’approche était réservé presque exclusivement aux Frères musulmans (...)

3Depuis les années 1990, les travaux sur les partis politiques égyptiens mettaient avant tout l’accent sur leur «  faiblesse  » (Ben Néfissa, 1996)3 : mis à part les plus importants4, ceux-ci fonctionnaient pratiquement hors-sol, sans maillage du territoire, et même sans participation effective de la base aux activités du parti. En conséquence, le travail de terrain réalisé dans le cadre de la thèse de Clément Steuer reposait presque uniquement sur des entretiens menés avec les dirigeants nationaux du parti étudié, résidant pour l’écrasante majorité d’entre eux dans la capitale. Suite à la chute de Moubarak et à l’ouverture subséquente du champ politique, les partis ont pris de l’épaisseur, avec un afflux de nouveaux militants et le développement d’une organisation territoriale. Au point de vue méthodologique, ces transformations ont eu au moins deux conséquences : nécessité d’élargir la focale au-delà des seuls dirigeants de partis, et possibilité d’étudier l’activité locale de ces organisations, dans les quartiers du Caire mais aussi en province5.

4Par son objet même, l’urbanisme implique de son côté une approche nécessairement territorialisée et localisée, qui tend vers l’analyse des espaces et phénomènes locaux au moyen d’une démarche multi-scalaire et multisectorielle. De ce fait, Lise Debout note que la révolution de 2011 a eu pour effet de rendre plus visibles des relations entre des sphères qui paraissaient jusqu’alors isolées. Par ailleurs, dans le contexte d’un régime fortement centralisé et de désengagement financier de l’État, la production urbaine se caractérise essentiellement par l’action des organismes nationaux, ou au contraire par des initiatives informelles locales. La recherche en urbanisme en Égypte se concentrait donc traditionnellement sur ces deux types de production de l’urbain. Si le local n’était pas absent de ses analyses, différents éléments post-révolutionnaires ont conduit la chercheuse à voir la focale de cet espace local (auparavant la ville) se resserrer encore davantage sur les acteurs communautaires et sur les territoires locaux (quartiers) dans lesquels ces derniers agissent.

  • 6 Le terme local peut d’ailleurs être trompeur, car ce qui est en jeu est en réalité de suivre les (...)

5D’une manière générale, les trois chercheurs concluent à une importante modification des agencements entre les différents niveaux d’observation de la réalité égyptienne. L’administration publique est entrée dans une période de très grande instabilité, et beaucoup de politiques publiques ont été mises entre parenthèses. Les conseils locaux élus ont même été dissous, laissant de la marge aux dynamiques associatives et communautaires, c’est-à-dire des réseaux de sociabilité locaux basés sur une appartenance religieuse, géographique, familiale et/ou professionnelle. Toute la question est de savoir comment ces différents espaces locaux6 font système, et justifient l’importance particulière que revêt, par exemple, l’étude des réseaux de clientèle afin de comprendre comment un État qui a très faiblement pénétré la société est pourtant connecté aux différents sites qui le constituent. Sous l’effet du déliement des langues et de l’agitation des uns et des autres, la déstabilisation de l’environnement a rendu visibles les agencements et les arrangements qui prévalaient auparavant, ainsi que les recompositions en cours. La déstabilisation de l’institutionnel et la désectorisation ont donc des conséquences en termes d’accès au terrain, et invitent les chercheurs en sciences sociales à renouveler leurs interrogations concernant l’articulation des deux dimensions du local-communautaire et du national-politique.

La fragilisation de l’institutionnel face à la permanence des réseaux de sociabilité locaux

  • 7 Ce qui a conduit à l’émergence d’une forme d’«  activisme urbain  » (Stadnicki, 2013) assez visib (...)

6Tout d’abord, la production urbaine – encore très fortement centralisée – a été majoritairement gelée pendant la période de révolte. Face à ce vide des politiques publiques, et dans le contexte d’une absence de contrôle de l’État, les démarches informelles et/ou communautaires ont été les seules initiatives visant à transformer les paysages urbains durant les mois, voire les années, qui ont suivi le soulèvement de 2011. Nombre de travaux et discussions ont ainsi mis en avant l’explosion de l’urbanisation informelle après la chute de Hosni Moubarak (Sims, 2010). La production informelle reposant sur un système productif localisé fut probablement le secteur économique le plus actif durant cette période, et conduisit les urbanistes à resserrer la focale sur ce niveau d’analyse. Par ailleurs, les révoltes ont contribué à mettre en avant la question urbaine, la ville étant considérée comme emblématique des inégalités sociales, aussi bien par les chercheurs que par les opposants7. Dans le secteur de la gestion des ordures ménagères – qui a fait l’objet de la thèse de Lise Debout – la situation était catastrophique au lendemain du soulèvement : les entreprises privées, n’étant plus payées par le gouvernement central, fournissaient un service encore plus médiocre qu’à l’accoutumée, et certaines d’entre elles avaient dû faire face à la grève de leurs employés réclamant de meilleurs salaire. L’état de saleté des rues était tel qu’un très grand nombre d’initiatives se sont constituées pour leur nettoyage. Pour la seule période de janvier à mars 2011, environ 200 groupes Facebook ont été créés à cet effet (Debout, 2012 (2)). Ces actions demeuraient très localisées bien qu’elles aient eu pour vecteur des réseaux sociaux déterritorialisés, et se rattachaient symboliquement à des enjeux nationaux, voire universels, tels que la construction de la nation ou l’appropriation de l’espace public. Elles ont ainsi contribué à resserrer la focale d’analyse de notre urbaniste sur l’échelle de la rue, du quartier. Dans ce contexte révolutionnaire, la production urbaine informelle ou communautaire, sans être une nouveauté, représentait le seul élément de continuité.

7En effet, à l’échelle du quartier populaire, les structures de base ont mieux résisté à l’événement révolutionnaire que les autres niveaux de pouvoir. Dans le quartier des chiffonniers du Muqattam, les associations de développement, l’église du père Sam‘ān et les notables-courtiers (ces pourvoyeurs de services en lien avec le PND) étaient ainsi toujours bien présents. Ce qui a changé avec la révolution, c’est l’arrimage de ces acteurs aux instances étatiques ou religieuses qui, elles, ont été déstabilisées par la révolution : le PND, les conseils locaux, les services de sécurité et l’Église. Le système local de pouvoirs s’est ainsi trouvé déséquilibré, déliant les langues d’acteurs en pleines manœuvres pour émerger sur la scène locale, ou essayant simplement de s’y maintenir. Au niveau de la politique du quartier, des alliances se faisaient et se défaisaient, et des critiques étaient formulées à voix haute, tandis que sur la scène proprement religieuse, le père Sam‘ān organisait avec les évangéliques égyptiens de grands rassemblements de prière dans son monastère. Ces événements religieux se présentaient comme un rassemblement œcuménique de prière pour l’Égypte, et constituaient un défi à l’autorité du pape Chenouda III, opposé à ce genre de manifestations conjointes avec les protestants. Ainsi, de manière paradoxale, alors que le prêtre tentait de sauver ses réseaux politiques, il profitait également de la scène révolutionnaire pour faire avancer ses objectifs spirituels.

8On a alors assisté à une tentative de mobilisation des communautés locales par des entrepreneurs politiques soudainement libérés des contraintes légales que l’ancien régime faisait peser sur eux. Jusqu’en 2011 en effet, la législation en la matière visait à la préservation du système clientéliste et à la prévention d’un encadrement des masses par les partis politiques (Ben Néfissa & Arafat, 2005). Le taux de participation était bas et les campagnes électorales peu ou pas politisées, ou alors à la marge (Gamblin, 1997). Dans ce contexte, les partis d’opposition peinaient à se faire entendre, et leur activité réelle n’impliquait qu’une poignée de personnes résidant pour la plupart dans la capitale. L’action législatrice du Conseil supérieur des forces armées durant la première phase de la transition a profondément modifié le cadre juridique les concernant (Jermanová, 2013 ; Steuer, 2013). De ce fait, non seulement ont-ils eu les mains libres pour tenter de mobiliser les communautés locales, mais ils y ont été fortement incités par la nature constituante du futur Parlement, appelé en principe à définir les règles du jeu politique pour les années, voire les décennies à venir. En conséquence, notre politiste a été amené au cours de la campagne électorale à s’intéresser à la manière dont les représentants de divers partis cherchaient à articuler les enjeux politiques nationaux aux problématiques qui préoccupaient les communautés locales.

L’affaiblissement des voies d’accès traditionnelles au terrain et l’émergence de nouvelles opportunités

  • 8 Littéralement, les «  restes d’une armée en déroute  ». Ce sobriquet est communément utilisé pour (...)

9La révolution n’a pas eu un effet univoque en matière d’accès au terrain, entraînant d’un côté l’apparition de nouveaux matériaux et des possibilités jusqu’alors inédites en matière d’observation directe, mais encourageant par ailleurs les acteurs à une certaine méfiance à l’égard du chercheur, méfiance inégalement distribuée le long du spectre politique, les islamistes et les fulūl8 semblant davantage craindre les retombées d’un entretien accordé à un enquêteur étranger que les libéraux, les socialistes et les militants de la révolution. La peur de l’étranger – ou tout du moins de l’enquêteur étranger – est également inégalement répartie sur le territoire : plus forte dans la capitale, elle diminue en province, où elle est néanmoins susceptible de resurgir à proximité des zones marquées par une forte contestation et des affrontements violents (Mahalla, Suez). S’il devient plus compliqué d’enquêter sur ceux qui craignent qu’on leur reproche leurs liens avec l’ancien régime, les possibilités d’accéder aux nouveaux acteurs émergents – qui ont tout à gagner en termes de transparence et de publicité – s’accroissent. Les sphères dirigeantes de niveau national (État, entreprises, partis) deviennent ainsi plus difficiles d’accès, alors que l’on assiste à une multiplication des opportunités d’étudier les phénomènes se déroulant à une échelle locale, ainsi que les acteurs évoluant à la base des différentes organisations.

  • 9 C’est vrai notamment des leaders islamistes, qui se placent dès les premières semaines suivant la (...)
  • 10 L’administration égyptienne est divisée en cinq échelons administratifs à personnalité juridique  (...)
  • 11 Les «  comités populaires  » (lijān sha‘abiyya) sont des comités de défense qui ont été constitué (...)

10Par ailleurs, certains interlocuteurs, avec lesquels des liens de confiance avaient été établis avant la révolution, ont changé de statut suite au soulèvement, devenant indisponibles pour le chercheur suite à une amélioration subite de leur statut social9, ou perdant au contraire leur position administrative ou politique qui en faisait des interlocuteurs pertinents. Ce turn-over a constitué un facteur supplémentaire de resserrement de l’aire géographique de recherche de Lise Debout. En effet, suite aux épisodes révolutionnaires, la plupart de ses contacts dans l’administration d’État (centrale ou déconcentrée) ont changé de statut ou ont simplement disparus. Certains haut-placés, liés au secteur industriel, ont cessé de répondre à ses sollicitations. D’autres ont au contraire été promus mais – du fait du maintien des liens avec l’ancien régime que leur promotion impliquait – étaient plus réticents à parler. De même, dans le secteur privé des entreprises de la gestion des déchets ménagers, certains de ses interlocuteurs – notamment ceux travaillant dans les entreprises égyptiennes – craignaient pour la pérennité de leurs activités dans le secteur des marchés publics des déchets, du fait de leur carrière industrielle en grande partie liée à de bonnes relations politiques désormais évanouies. Enfin, certaines entreprises internationales se sont tout bonnement retirées d’Égypte. Face à ces difficultés, l’enquêtrice a mis à profit la permanence du communautaire précédemment évoquée. Ceux de ses interlocuteurs qui demeuraient actifs étaient en effet les habitants des quartiers où des enquêtes approfondies avaient été précédemment conduites, et notamment des membres de la communauté des chiffonniers. En outre, malgré la dissolution des conseils populaires locaux en juin 2011, les conseils exécutifs locaux10 – constitués de membres nommés par le gouvernement – sont restés en place. De ce fait, et sous l’influence des lijān sha‘abiyya11 qui se maintiennent dans les districts les plus populaires, les présidents de districts sont devenus pour les habitants une voie privilégiée d’accès à l’administration d’État. Ils ont, de cette façon, gagné une nouvelle forme de légitimité, s’appuyant notamment sur les réseaux sociaux, où ils recevaient également les doléances de leurs administrés.

11De son côté, le travail de terrain de Clément Steuer a pu bénéficier de l’exceptionnelle phase de mobilisation et de politisation que traversait alors la société égyptienne. La politique étant désormais partout, les réseaux d’interconnaissance établis dans le cadre privé – et même la simple fréquentation des cafés ou autres lieux publics – offraient alors de multiples opportunités d’accéder à des acteurs opérant dans un large éventail de partis et organisations politiques. Si certains de nos interlocuteurs avaient disparu, d’autres se sont en effet ouverts comme ils ne l’avaient jamais fait auparavant. Cela a permis à Lise Debout de confirmer les relations étroites existant entre certaines entreprises privées étrangères et les autorités nationales égyptiennes, ou encore les intrusions répétées des autorités centrales dans des projets locaux, en l’occurrence la gestion des déchets ménagers, en principe prérogative des gouvernorats. Enfin, les hiérarchies et rapports de force au sein de la communauté des chiffonniers ont été exposés au grand jour, alors qu’ils n’avaient été jusqu’alors exprimés qu’avec une extrême prudence par les enquêtés.

12Dans le cadre du terrain commencé avant la révolution au sein de cette communauté, l’accès aux acteurs se posait en effet différemment. Ce type de terrain engendre un certain rapport au enquêtés, qui passe par l’établissement de rapports personnels, et même souvent de liens d’amitié. Ainsi, Gaétan du Roy a continué à suivre un certain nombre d’acteurs qu’il connaissait à travers leur participation passée aux mouvements de jeunesse et aux associations de développement. Après la révolution, ceux-ci ont manifesté leur désir de s’engager en tentant de créer une nouvelle association fondée sur le rejet de l’inefficacité et de la corruption des organisations censément représentatives des chiffonniers. Ces acteurs ont en quelque sorte réactivé leurs compétences organisationnelles autour du projet vague de «  faire quelque chose  » pour leur communauté. Certains d’entre eux ont prolongé cette impulsion initiale en intégrant l’équipe locale du parti des Égyptiens libres, nouvellement créé par le richissime homme d’affaire copte Naguib Sawiris. Ce double mouvement de contestation de la représentativité de l’Association des chiffonniers – dirigée en sous-main depuis ses débuts par le père Sam‘ān – et d’insertion dans le quartier d’un nouvel acteur, le parti, est venu affaiblir le rôle d’intermédiaire politique du prêtre. Ce groupe était par principe réceptif à la présence du chercheur étranger, car ses membres avaient pour objectif principal d’agir de manière transparente, précisément à rebours de l’opacité de la gestion des autres associations du quartier et de l’église. L’accès au père Sam‘ān a été plus compliqué, et ce dès avant la révolution. Le quartier a en effet fait l’objet par le passé de plusieurs études, dont certaines ont critiqué le rôle du prêtre dans la gestion de l’Association des chiffonniers.

13Il faut enfin noter – au-delà du recours à l’observation ou aux témoignages – la multiplication des sources qui sont venues se disputer l’attention du chercheur. De nouveaux journaux, de toutes tendances, sont apparus dans la ferveur du moment révolutionnaire, ainsi que d’innombrables blogs, comptes Twitter et pages Facebook. Les événements ont été commentés avec une grande liberté de ton (jusqu’au retournement politique de l’été 2013) au fur et à mesure qu’ils se produisaient. Une «  littérature de rue  » a également commencé à circuler sous forme de tracts, de pamphlets, banderoles et autres dessins. Les chercheurs ont donc veillé à récolter sur le terrain ce matériau précieux, parfois même sans savoir s’il était relié à leur sujet ou s’ils en auraient un réel usage dans l’avenir. Ils notent à ce propos la prise de conscience immédiate, de la part des acteurs du soulèvement, du caractère historique de l’événement et de la nécessité de conserver une trace de ce qu’ils laissaient dans leur sillage12. Cette propension des acteurs à se raconter sur les réseaux sociaux a permis de suivre leurs agissements (ou du moins l’image qu’ils souhaitaient en donner), jour après jour. Le nouveau pluralisme de la presse a également donné accès à de nouvelles informations, qui ne s’y trouvaient pas auparavant, tout en offrant une fenêtre sur la lutte qui se jouait désormais pour l’interprétation des événements en cours. À ce titre, Youtube est venu apporter au chercheur une source d’information extrêmement précieuse, permettant de retrouver aussi bien des émissions de télévision que des vidéos amateurs. Les documents audiovisuels ont ainsi souvent permis de reconstituer des faits, que les enquêteurs n’avaient pu observer de leurs propres yeux.

La redéfinition des rapports du local au national

  • 13 Sur l’importance des réseaux de solidarités locaux dans la lutte des ouvriers de Mahalla, voir Du (...)

14Ces circonstances nous ont conduits à suivre les individus étudiés au plus près, en prenant en compte leurs histoires mais aussi celle des espaces qu’ils habitent et des environnements dans le contexte desquels ils agissent. Il est des types de liens qui persistent davantage dans le contexte révolutionnaire, parmi lesquels les «  communautés de voisinage  » marquées par les solidarités familiales, professionnelles13, de quartier ou bien par l’amitié. Notamment, la communauté religieuse a une certaine consistance en Égypte. L’autorité des hommes de religion, bien que déstabilisée par le soulèvement, a tenu le choc et a joué un rôle certain dans le cadre de la nouvelle donne politique. Une partie de nos recherches a consisté à voir comment ces pôles locaux relativement stables ont interagi avec les nouvelles organisations ayant émergé avec la révolution.

  • 14 Ou ce que les bailleurs perçoivent comme telle, souvent en réalité les notables locaux.
  • 15 Cette dernière observation est issue d’une enquête de terrain d’un mois, réalisée en avril 2014 e (...)

15Dès le commencement de son travail doctoral, Lise Debout avait choisi de suivre une approche territoriale, visant à analyser les relations entre différents échelons et acteurs. Le surgissement de l’événement révolutionnaire n’a modifié ni la nature ni les fonctions de ces différents échelons, mais plutôt leurs rapports collusoires et les raisons de leur entrée en relation. Ce sont précisément ces rapports que la disposition nouvelle à confession des enquêtés – décrite supra – a révélés, et qui ont alors été mis sur le devant de la scène du fait qu’ils étaient contestés ou au contraire plébiscités. La gestion urbaine en Égypte est en effet caractérisée par une très forte centralisation, et les rapports entre les échelles de gestion se font le plus souvent au détriment des autorités publiques locales, à la faveur de relations exclusives entre l’État et les organismes internationaux (bailleurs, entreprises privées, etc.), d’une part, ou entre «  société civile14  » et bailleurs internationaux de l’autre. Le contexte révolutionnaire – dans la mesure où l’appareil d’État s’est alors trouvé autant contesté qu’en stand by – a rebattu les cartes de ces rapports d’échelle. Si les relations du très local (communautés, initiatives habitantes, etc.) avec les organismes internationaux se sont maintenues, c’est aussi à un nouveau rapport du local vers le local que l’on assiste. En effet, ces «  pôles locaux  » ne se sont pas seulement articulés avec les nouveaux acteurs issus de la révolution, mais se trouvent également concurrencés par de nouvelles forces émergentes au sein même des quartiers. C’est le cas par exemple des lijān sha‘abiyya qui, constitués pendant la révolution, ont contribué au renforcement de la position des districts dans la gestion urbaine locale15.

16Alors que la thèse de Gaétan du Roy partait au départ dans la direction d’une enquête d’histoire orale, la dimension ethnographique s’est imposée comme une nécessité suite aux événements de janvier 2011. Observer et documenter les moments de changement et de formation de nouvelles associations (au sens de Latour, 2007) lui est apparu tout à fait crucial pour comprendre la révolution. Dans cette optique, il a opté pour une ethnographie participative auprès du groupe qui s’était révolté contre les associations du quartier et, au niveau religieux, il a suivi les activistes d’un mouvement œcuménique qui organisa plusieurs cérémonies à caractère politique dans les églises du Muqattam. Il lui est ainsi apparu que la brusque politisation – qui vit de nombreux habitants du quartier user de leur droit de vote pour la première fois – s’était en grande partie articulée à l’appartenance communautaire. Les leaders locaux ont en effet amené les habitants à voter pour les Égyptiens libres afin que ceux-ci défendent au Parlement une constitution qui préserverait les droits des coptes. Au cours de la campagne, l’équipe locale du parti a entrepris un effort de montée en généralité et de politisation, qui impliquait de dépasser la logique du service clientélaire (du Roy, 2013). Le père Sam‘ān a appuyé le parti, mais il a également fait pression pour imposer le choix des candidats individuels – d’anciens membres du PND – que soutiendrait la formation politique. Ainsi, au niveau de la politique locale, la force du cadrage communautaire n’a pas empêché les tensions entre la logique politique des Égyptiens libres et celle, clientéliste, du prêtre.

  • 16 Et en particulier «  la déconnexion du fait partisan par rapport à l’ordre politique formel  » (B (...)
  • 17 Le retour sur le devant de la scène des divisions de cette sorte a pu également être observé dura (...)
  • 18 Dès 1996, Pierre-Robert Baduel défendait l’idée selon laquelle les partis politiques arabes, bien (...)
  • 19 L’on se souviendra par exemple que la question sociale des campagnes a dominé la vie politique ég (...)

17Une importante tendance observée au cours des élections de 2011-2012 a en effet été l’instrumentalisation par les partis politiques de la logique clientéliste, mise au service d’un processus de politisation et de mobilisation des communautés locales sur des lignes de clivage nationales. À l’occasion de son enquête de terrain menée durant ces élections, Clément Steuer a pu constater la stratégie des partis en présence consistant à désigner comme candidats des notables locaux afin d’accéder à leurs communautés respectives, mise en œuvre à divers degrés par toute les grandes forces politiques en présence (Steuer, 2012 (2)). Les salafistes cherchaient par exemple à mobiliser à leur profit les tribus bédouines des marges du pays, les Frères musulmans s’appuyaient sur leurs services à la communauté pour mobiliser dans les quartiers populaires, tandis que les organisations socialistes activaient leurs réseaux syndicaux auprès des travailleurs d’usine, etc. Alors que les interactions se multipliaient entre la société et les partis politiques, et à mesure que ces derniers prenaient corps, il devenait ainsi possible de dessiner en pointillés la carte de leur influence sociale et territoriale. Si, avant la révolution, l’étude des partis égyptiens visait principalement à mettre en lumière les dysfonctionnements du régime autoritaire16, leur activité dans les années qui suivent le soulèvement révèle quant à elle de profondes divisions sociales et territoriales, qui existaient probablement depuis des décennies17, mais qui prennent désormais une dimension explicitement politique, les rendant de ce fait incontournables18. La question religieuse, qui domine le débat politique depuis le milieu des années 1970, semble en effet avoir partiellement occulté d’anciennes et profondes divisions dont il faut aujourd’hui réévaluer l’impact politique19.

  • 20 Là aussi, un phénomène similaire peut-être constaté parmi les chercheurs en sciences sociales tra (...)

18Bien que nos disciplines aient recours à des méthodes très différentes que ce soit en termes de sources ou d’échelle d’analyse, l’événement révolutionnaire a produit chez le politiste, l’historien et l’urbaniste des transformations méthodologiques similaires. En effet, la conduite de nos recherches a pour chacun convergé vers une approche plus micro (en termes géographiques ou d’acteurs) des phénomènes analysés, du fait de l’ébranlement politique et social en cours. Cette approche par «  le bas  », qui invite à un croisement des dimensions temporelles, spatiales et politiques des objets étudiés20 a, dans ce glissement, confirmé sa vertu dans l’analyse des rapports de force entre les différents secteurs de la société.

Haut de page

Bibliographie

Abbas Raouf et El-Dessouky Assem, 2012, The Large Landowning Class and the Peasantry in Egypt. 1837-1952, Le Caire, The American University in Cairo Press.

Badie Bertrand, 1992, L’État importé. L’occidentalisation de l’ordre politique, Paris, Fayard.

Baduel Pierre-Robert, 1996, «  Les partis politiques dans la gouvernementalisation de l’État des pays arabes. Introduction  », Remmm 81, p. 9-51.

Ben Néfissa Sarah, 1996, «  Les partis politiques égyptiens entre les contraintes du système politique et le renouvellement des élites  », Remmm 81, p. 55-91.

Ben Néfissa Sarah et Arafat Alâ’ Al-Dîn, 2005, Vote et démocratie dans l’Égypte contemporaine, Paris, Karthala.

Blaydes Lisa et El Tarouty Safinaz, 2011, «  La concurrence interne au Parti national démocrate égyptien  », Égypte Monde arabe 3(7), p. 69-93.

Catusse Myriam et Karam Karam (dir.), 2010, A Return to Partisan Politics? Partisan logics and political transformations in the Arab world, Beyrouth, Presses de l’Ifpo/The Lebanese Center for Policy Studies.

Debout Lise, 2012, Gouvernements urbains en régime autoritaire. Le cas de la gestion des déchets ménagers en Égypte, thèse de doctorat en histoire soutenue à l’université Lumière.

– 2012, «  Privatisation de la gestion des déchets : le laboratoire d’une “décentralisation” avortée  », in Lavergne Marc (dir.), Chroniques égyptiennes 2009-2010, Le Caire, Cedej, p. 45-63.

Duboc Marie, 2011, «  La contestation sociale en Égypte depuis 2004. Précarisation et mobilisation locale des ouvriers de l’industrie textile  », Revue Tiers-Monde, p. 95-115.

Du Roy Gaétan, 2013, «  La campagne d’Al-Misriyyîn Al-Ahrâr chez les chiffonniers de Manchiyit Nâsir  », Égypte Monde arabe 3(10), p. 203-229.

– 2014, Le prêtre des chiffonniers ou la construction d’une autorité religieuse au Caire, entre charisme, tradition et clientélisme (1974-2014), thèse de doctorat en histoire soutenue à l’Université catholique de Louvain.

Forest Maxime et Mink Georges (dir.), 2003, Post-communisme : Les sciences sociales à l’épreuve, Prague, CeFReS.

Foucher Michel (dir.), 1993, Fragments d’Europe. Atlas de l’Europe médiane et orientale, Paris, Fayard.

Gamblin Sandrine (dir.), 1997, Contours et détours du politique en Égypte. Les élections législatives de 1995, Paris/Le Caire, L’Harmattan/Cedej.

Gana Alia et al., 2012, «  La territorialité du vote pour l’Assemblée Nationale Constituante Tunisienne de 2011  », Confluences Méditerranée 82, p. 51-69.

Jermanová Tereza, 2013, Explaining the Electoral System Reform ahead of the 2011/2012 Elections to the People’s Assembly in Egypt, MA Thesis, University of Exeter.

Lachenal Perrine, 2012, «  Le Caire, 2011. Plongée ethnographique au cœur des lijân sha’abeya (comités populaires)  », L’Année du Maghreb 8, p. 193-206.

Latour Bruno, 2007, Changer de société, refaire de la sociologie, Paris, La Découverte.

Messu Michel, 2012, «  Faire du terrain à Cuba ?  », SociologieS, [En ligne], La recherche en actes, Champs de recherche et enjeux de terrain, mis en ligne le 9 mai 2012, consulté le 21 janvier 2015. URL: http://sociologies.revues.org/3930.

Sims David, 2010, Understanding Cairo. The Logic of a City Out of Control, Le Caire, The American University in Cairo Press.

Stadnicki Roman, 2013, «  De l’activisme urbain en Égypte : émergence et stratégies depuis la révolution de 2011  », Echogeo 25, mis en ligne le 10 octobre 2013, consulté le 9 septembre 2014. URL : http://echogeo.revues.org/13491.

Steuer Clément, 2012, Le Wasat sous Moubarak. L’émergence contrariée d’un groupe d’entrepreneurs politiques en Égypte, Clermont-Ferrand, Thèses de la Fondation Varenne.

– 2012, «  Le printemps des partis ? Le rôle des organisations partisanes égyptiennes dans les élections législatives  », Confluences Méditerranée 82, p. 91-105.

– (dir.), 2013, «  Les élections de la révolution (2011-2012)  », Égypte Monde arabe 3 (10).

Vannetzel Marie, 2008, «  Les voies silencieuses de la contestation : les Frères musulmans égyptiens, entre clientélisme et citoyenneté alternative  », Raisons politiques 29, p. 23-37.

Haut de page

Notes

1 Le parti Wasat qui, depuis sa création en 1996 jusqu’à sa légalisation en février 2011, était demeuré dans un entre-deux juridique, celui du parti taht al-tā’sīs, «  en attente de fondation  ». Ce statut propre à la législation égyptienne implique l’absence de personnalité juridique du parti – et donc l’impossibilité pour lui d’ester en justice ou d’avoir des possessions – ainsi que l’interdiction pour ses membres d’organiser des élections internes ou d’agir au nom du parti. Celui-ci est dès lors légalement réduit à un nom, une liste de membres, un programme politique et un règlement intérieur. Autant d’éléments versés au dossier de demande de création du parti devant la Commission des partis, saisie par le «  représentant des fondateurs  », mandaté par les autres membres pour représenter l’organisation en devenir.

2 Si les conditions politiques prévalant dans un régime autoritaire n’interdisent pas partout et systématiquement de mener des enquêtes de terrain, il n’en est pas moins vrai que toute expérience de terrain est fortement marquée par le contexte et les contraintes locales (Messu, 2012), qui fournissent d’ailleurs par elles-mêmes au chercheur un matériel empirique de premier ordre à analyser. En cas de modification brutale du contexte dans lequel opère l’enquêteur, son rapport au terrain s’en trouve en conséquence modifié, le conduisant à procéder à toute une série d’adaptations et d’ajustements méthodologiques, qui font l’objet de cet article dans le cas qui nous intéresse ici, celui de la révolution égyptienne de 2011.

3 Pour une revue de la littérature portant sur «  la crise des partis  » arabes, se référer à Catusse & Karam, 2010.

4 PND et Frères musulmans – dans la mesure cependant où ces deux organisations peuvent être qualifiées de parti – et à une moindre échelle les partis «  historiques  », héritiers d’anciens mouvements de masse (Wafd, parti du Travail, Tajammu‘ et parti nassérien).

5 Avant la révolution, ce type d’approche était réservé presque exclusivement aux Frères musulmans (Vannetzel, 2008) et au PND (Blaydes & El Tarouty, 2011). Les autres partis égyptiens étaient largement délaissés depuis les travaux des années 1990 (voir en particulier les études de cas exposées dans Gamblin, 1997).

6 Le terme local peut d’ailleurs être trompeur, car ce qui est en jeu est en réalité de suivre les connexions (Latour, 2007).

7 Ce qui a conduit à l’émergence d’une forme d’«  activisme urbain  » (Stadnicki, 2013) assez visible et médiatisée.

8 Littéralement, les «  restes d’une armée en déroute  ». Ce sobriquet est communément utilisé pour désigner les anciens du PND depuis le printemps 2011.

9 C’est vrai notamment des leaders islamistes, qui se placent dès les premières semaines suivant la chute de Moubarak dans une optique de conquête rapide du pouvoir.

10 L’administration égyptienne est divisée en cinq échelons administratifs à personnalité juridique : gouvernorats, villes, centres (markaz), districts (hayy) et villages. Chacun de ces échelons est dirigé par un conseil populaire local composé de membres élus par la population – aux pouvoirs très restreints – et d’un conseil exécutif local composé de fonctionnaires ministériels nommés par le gouvernement central.

11 Les «  comités populaires  » (lijān sha‘abiyya) sont des comités de défense qui ont été constitués localement et spontanément par les habitants durant les journées révolutionnaires de janvier-février 2011, afin de protéger les quartiers suite à la disparition de la police (Lachenal, 2012).

12 Voir par exemple le site Tahrir Documents (http://www.tahrirdocuments.org/) qui collecte, scanne et traduit des tracts récoltés essentiellement dans le centre-ville du Caire.

13 Sur l’importance des réseaux de solidarités locaux dans la lutte des ouvriers de Mahalla, voir Duboc, 2011.

14 Ou ce que les bailleurs perçoivent comme telle, souvent en réalité les notables locaux.

15 Cette dernière observation est issue d’une enquête de terrain d’un mois, réalisée en avril 2014 et encore strictement exploratoire à ce stade.

16 Et en particulier «  la déconnexion du fait partisan par rapport à l’ordre politique formel  » (Ben Néfissa, 1996).

17 Le retour sur le devant de la scène des divisions de cette sorte a pu également être observé durant les transitions des sociétés d’Europe centrale et orientale qui ont fait suite à l’effondrement du bloc soviétique (Foucher, 1993).

18 Dès 1996, Pierre-Robert Baduel défendait l’idée selon laquelle les partis politiques arabes, bien loin de se limiter au statut d’«  objets importés  » (Badie, 1992), exprimaient en fait les divisions – non seulement tribales et communautaires, mais aussi sociales et territoriales – des sociétés (Baduel, 1996). Les élections égyptiennes organisées dans les années ayant suivi le départ de Moubarak ont permis de mettre à l’épreuve des faits cette hypothèse, et de dresser les contours des principaux clivages territoriaux. Le même phénomène peut d’ailleurs être constaté dans le cas tunisien (Gana et al., 2012). Le programme Procelec (Processus électoraux), visant à poser les bases d’une sociologie électorale comparée en Afrique du nord, a ainsi été lancé à l’initiative de l’Institut de recherche sur le Maghreb contemporain en 2013, dans le sillage des Printemps arabes.

19 L’on se souviendra par exemple que la question sociale des campagnes a dominé la vie politique égyptienne durant toute la première moitié du xxe siècle, et que la réforme agraire entreprise par les Officiers Libres n’a que partiellement résolu le problème des paysans pauvres (Abbas & El-Dessouky, 2012).

20 Là aussi, un phénomène similaire peut-être constaté parmi les chercheurs en sciences sociales travaillant sur les anciennes démocraties populaires et républiques socialistes européennes. Géographes, historiens, politistes, sociologues et économistes étudiant les pays de la région ont en effet été amenés, au cours des années 1990, tant à relativiser les frontières disciplinaires qu’à privilégier les approches de niveau micro-sociologique ainsi que la collecte extensive de matériel empirique (Forest & Mink, 2003). En effet, les conditions politiques prévalant dans ces pays avant la chute du Mur interdisaient de recourir à de telles méthodes d’enquêtes, et partant aux approches théoriques qui y sont associées.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lise Debout, Gaëtan Du Roy et Clément Steuer, « Faire du terrain dans l’Égypte révolutionnaire », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 138 | décembre 2015, mis en ligne le 16 février 2016, consulté le 22 mars 2017. URL : http://remmm.revues.org/9198

Haut de page

Auteurs

Gaëtan Du Roy

FNRS (Belgique) rattaché au centre LaRHis, Université catholique de Louvain

Articles du même auteur

Lise Debout

Université Paris Ouest Nanterre La Défense. UFR SSA dépt de géographie et aménagement

Clément Steuer

Institut oriental de l’Académie des Sciences de la République tchèque

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page