Navigation – Plan du site
III De la tour d'ivoire à la tour de Babel

Vers une autonomisation du champ des sciences sociales turques

au lendemain des révolutions arabes ?
Towards an autonomy of the Turkish field of social sciences in the aftermath of the Arab revolutions
Jean-Baptiste Le Moulec
p. 207-224

Résumés

Née d’une « révolution nationale » qui a tenté d’effacer une partie du passif politique et culturel ottoman, la République de Turquie s’adjoint dès sa fondation la collaboration du champ scientifique, dont les sciences sociales, qu’elle soumet à son projet national. À partir des années 1990, après des décennies d’isolationnisme, ces sciences « caméralisées » alimentent le débat et contribuent, parfois activement, à légitimer les ambitions expansionnistes « néo-ottomanes » des dirigeants politiques vers le Moyen-Orient arabe. Se cristallisent alors dans le champ des sciences sociales et humaines des réseaux d’experts autour de la politique étrangère nationale. Pourtant, alors que les révolutions d’Afrique du Nord offrent une nouvelle opportunité aux experts de promouvoir le « modèle turc », la guerre civile syrienne, du fait de ses implications internes en Turquie, accentue la polarisation idéologique de l’ensemble du champ académique et amorce un reflux qui annonce peut-être un début d’autonomisation à l’égard du champ politique.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Laïcité, changement d’alphabet, réécriture de l’histoire (Copeaux, 1997).

1La construction de la Turquie en tant qu’État nation intervient au lendemain d’une révolution nationale – milli kurtuluş – qui a posé les bases d’un rejet de l’héritage politique et culturel de l’empire ottoman. Cette entreprise radicale passe par une réécriture de l’histoire et « l’invention » d’une nation pourvue d’une identité nouvelle, laïque, européenne, affranchie des « miasmes » de la période ottomane. La radicalité de ce changement, exprimée dans les mesures prises par Mustafa Kemal et ses tenants jusqu’au début des années 19501, s’appuie sur le concours du champ scientifique, et notamment des sciences sociales. Pourtant, la tension autour de la question identitaire reste sous-jacente et structure le champ politique turc autant qu’elle est un facteur de polarisation de la société et de secteurs d’activité comme celui des sciences.

  • 2 Le maître à penser de «  l’Aydınlar Ocağı  », le Foyer des intellectuels, İbrahim Kafesoğlu a réd (...)

2Le débat récurrent sur la place de l’Islam dans la société et le régime politique turc se répercute en outre sur la politique étrangère de la Turquie envers les pays musulmans. Ainsi, dès les années 1950, le gouvernement démocrate de Menderes remet en cause les mesures kémalistes les plus hostiles à l’Islam et amorce un rapprochement avec le monde arabo-musulman. À partir des années 1970, dans un contexte de violence politique opposant gauches radicales et mouvements ultra-nationalistes, les sciences sociales apportent une nouvelle fois leur concours décisif au processus politique par la formulation de la Synthèse turco-islamique2. Cette théorie, qui réintroduit l’Islam dans la définition de l’identité turque, ouvre également la voie à un rapprochement avec le monde islamique. Ce processus entérine l’entrée des « experts », universitaires et chercheurs relevant de fondations privées de recherche, dans le champ de la politique intérieure mais également étrangère.

  • 3 Ali Bulaç, Kadir Canatan, Ahmet Davutoğlu etc.
  • 4 Coalition d’acteurs issus de champs professionnels différents et liés par l’activité consistant à (...)

3À compter de 2003, la politique « néo-ottomane » – dite de « restauration » – du gouvernement conservateur du Parti pour la justice et le développement (Adalet ve Kalkınma Partisi, AKP) accentue ce retour de l’Islam dans la vie publique et met les relations avec le Moyen-Orient arabe au premier plan de sa politique étrangère. Ce programme, inspiré des écrits d’intellectuels musulmans conservateurs3, suscite une mobilisation inédite dans le champ des sciences sociales. Sous forme d’un réseau de politique publique4 (Le Galès et Thatcher, 1995), experts en relations internationales et spécialistes d’aires géographiques qui aspirent individuellement et collectivement à contribuer à la formulation de la politique étrangère nationale œuvrent à l’institutionnalisation d’un champ d’expertise et à une entreprise de publication dite « académique » sans précédent en Turquie.

  • 5 Ahmet Davutoğlu, Premier ministre de Turquie, ancien ministre des Affaires étrangères, théoricien (...)

4Les révolutions arabes, dans leurs chronologies, la diversité de leurs formes et leurs évolutions contrastées, produisent dès lors des effets directs sur le champ des sciences sociales et sur la bulle d’expertise née en son sein. Pour la Turquie, l’enjeu des révolutions tunisienne, libyenne ou égyptienne est, en marge du coût financier du rapatriement des ressortissants et de la perte d’investissement occasionné par le renversement du pouvoir, celui de son influence dans une zone que le gouvernement AKP considère comme une « aire »5 d’influence naturelle de la Turquie. Dans ces pays avec lesquels le pouvoir politique turc tente depuis le milieu des années 2000 de développer des liens, la révolution ne représente qu’un contretemps dans une entreprise avant tout économique et culturelle de long terme.À l’inverse, l’enjeu des relations avec le voisin syrien a changé de manière dramatique entre 1998 et 2012. D’abord ennemis au bord de la guerre en 1997, les deux pays font la paix et envisagent la création d’une zone de libre-échange, et ces nouveaux rapports trouvent promoteurs et soutiens dans le champ des sciences sociales. La répression de la révolte contre le pouvoir de Bachar Al-Assad à compter de 2011 conduit la Turquie à entrer de nouveau en conflit avec Damas et à devenir terre d’accueil de centaines de milliers de réfugiés syriens. Cette situation pose une série de défis sécuritaires et humanitaires qui se répercutent sur des problématiques sociétales et identitaires non réglées en Turquie.

  • 6 La répression des manifestations anti-gouvernementales survenues dans les grandes villes de Turqu (...)

5Associé au projet politique et identitaire expansionniste de l’AKP vers le Moyen-Orient arabe, le champ des sciences sociales et humaines turques atteint un niveau de politisation extrême qui le fait se scinder sur plusieurs lignes de faille lorsque « l’effet Gezi »6 se combine aux retombées internes du conflit syrien. Politiquement saturé, polarisé entre pro et anti-AKP, le réseau de politique publique explose et se recompose entre d’une part des experts multipositionnés jouant le jeu du gouvernement et, d’autre part, des universitaires critique et universitaires qui, après avoir un temps « collaboré », séduits par l’idée d’une Turquie-puissance globale, fuient désormais l’engagement et se recentrent sur leurs activités d’enseignement et de recherche.

6Les développements qui suivent reposent sur des travaux réalisés dans le cadre d’une thèse de doctorat en science politique en cours. Cette recherche se base à la fois sur deux séries d’entretiens auprès d’universitaires, cadres et chercheurs de think-tanks à Istanbul et Ankara menés entre octobre 2012 et avril 2013 puis entre décembre 2013 et février 2014, le traitement d’une collecte des numéros de huit revues dites « académiques » pour la période 1976-2014, ainsi que l’étude de près de 200 curricula vitae d’enseignants-chercheurs turcs.

Les sciences sociales turques face au changement sociopolitique en Afrique du Nord : l’apogée du néo‑ottomanisme académique

  • 7 P. Favre (1989) utilise cette expression pour désigner les disciplines amenées à contribuer à une (...)

7Depuis le milieu des années 2000, un champ interdisciplinaire d’étude de l’aire culturelle « Moyen-Orient » s’est constitué en Turquie, incité financièrement par le gouvernement AKP et incarné par une constellation d’acteurs institutionnels et individuels issus de l’université publique, des universités privées et des think-tanks. À la suite des révolutions nord-africaines, se cristallise dans ce champ hétéroclite et hétérogène une mobilisation autour de la thématique néo-ottomane, expansionniste, soucieuse du poids que devrait peser la Turquie sur l’avenir sociopolitique et économique de ces pays. L’important n’est pas seulement le fait de cette mobilisation d’universitaires qui prend classiquement la forme de publications, conférences et colloques, que le « génome » des promoteurs de cette mobilisation, proches du pouvoir politique AKP. C’est là en effet, semble-t-il, l’apogée d’un processus de caméralisation7 des sciences sociales et humaines entamé dans les premières décennies de la République turque (Boğaç and Turan, 2004).

La montée en puissance des sciences sociales turques comme sciences camérales

8Dans les dernières décennies de l’Empire ottoman, naissent les sciences politiques et la sociologie turques, importées d’Europe. Elles accompagnent un mouvement visant à moderniser l’État ottoman par la formation de ses élites et alimentent le débat constitutionnel qui conduit peu à peu à la remise en cause de l’absolutisme du sultanat. Ainsi, en 1859, est fondée une « École des sciences de l’État », la Mülkiye, destinée à éduquer les cadres politico-administratifs devant remplacer les élites issues des medresse (écoles islamiques formant les cadres administratifs de l’Empire ottoman). Transférée à la Faculté de sciences politiques de l’Université d’Ankara en 1946, la Mülkiye a longtemps enfermé les sciences politiques dans une fonction utilitaire, au service de l’État et autour du débat constitutionnaliste (Boğaç et Turan, 2004). L’inauguration à Ankara de l’Université Technique du Moyen-Orient (METU/ÖDTÜ) en 1956, puis la conversion du Robert’s College en Boğaziçi University en 1973, deux universités d’inspiration américaine, rompent avec cette logique par l’introduction des conceptions comportementaliste et managériale des sciences politiques.

  • 8 Sociologue et poète ottoman (1976-1924), théoricien du nationalisme turc partisan d’une rationali (...)

9La sociologie turque plonge elle aussi ses racines dans les dernières décennies de l’empire ottoman, avec les leçons de sociologie théorique de Ziya Gökalp8 à l’Université Dar-ul-funun, dont l’influence dominera jusqu’aux années 1940, et la sociologie pratique de l’école américaine introduite par le prince libéral Sabahattin. Sous la République, influencée par la sociologie européenne, certains des élèves de Z. Gökalp proposent des leçons de sociologie au sein de la Faculté de littérature, droit et économie de l’Université d’Istanbul (Şahin, 2013). Dans les années 1940 et 1950, l’université d’Ankara et la METU/ÖDTÜ prennent le relais, dans les pas de la sociologie américaine.

  • 9 Outre la comparaison des trajectoires du personnel enseignant des quelques grandes universités pu (...)

10Toutefois, la junte qui instaure l’état d’urgence en 1980 suite à une décennie de violence politique procède à une refonte des sciences humaines et sociales qui suspend cette évolution. Elle supprime les départements de sciences politiques des universités et crée au sein des Facultés de sciences économiques et administratives, deux départements distincts, l’un d’administration publique et de relations internationales, l’autre d’économie et de gestion d’entreprise (Boğaç et Turan, 2004). Cette configuration, destinée à favoriser la professionnalisation aux dépens de la recherche en sciences sociales et humaines, explique en partie jusqu’à présent la fusion-confusion entre étude des relations internationales et science politique, ainsi que la domination des relations internationales sur les sciences sociales. Cette domination s’illustre à la fois dans le cursus des enseignants-chercheurs et dans la population étudiante9.

11Il reste difficile de qualifier la diversité et l’évolutivité du positionnement des acteurs des sciences sociales turques à l’égard d’une politique nationale où la question identitaire ne cesse de se poser en des termes à la fois radicaux et ambivalents. À cet égard, la notion de sciences camérales telle que présentée par P. Fabre (1989) et le néologisme « caméralisation », entendu comme un processus de renforcement du caractère caméral de ces disciplines, semble d’un apport utile à notre analyse. On observe toutefois un déplacement historique dans les disciplines mises à contribution, toutes ne relevant pas en outre des sciences sociales. Dans les années 1930, ce sont l’histoire, l’archéologie, l’anthropologie (médicale et sociale), la sociologie et la science politique qui apportent leur concours à l’entreprise de fondation nationale. À partir des années 1970, au gré de la diversification des disciplines académiques enseignées dans les universités turques, la science politique et les relations internationales sont prééminentes dans la formation des experts associés à la sphère politique, éclipsant l’archéologie et l’anthropologie médicale, marginalisant l’histoire.

Les sciences sociales et humaines turques au service de l’expansionnisme turc : l’apogée de la « caméralisation » des sciences sociales et humaines

  • 10 Cette inclusion des relations internationales à part entière dans les sciences sociales nous a pa (...)
  • 11 Il est difficile d’établir le nombre exact de contributeurs à cette entreprise. La collecte docum (...)

12En nous concentrant sur les acteurs titulaires d’un doctorat en science politique, sociologie et relations internationales10 et manifestant dans leur recherche un intérêt pour la situation politique et/ou la société d’un pays arabe au cours de la période 1998-2013, nous avons été amenés à constater une série de convergences sociologiques ainsi que la cristallisation des réseaux sociaux dans ce microcosme académique. Dans une constellation d’universitaires11 relevant de disciplines, de générations et d’universités diverses mais partageant un intérêt manifesté dans leurs publications académiques et de vulgarisation pour la politique étrangère turque vers le Proche-Orient et l’Afrique du Nord, il apparaît que se consolide entre 2003 et 2010 un réseau d’universitaires turcs partageant l’objectif de développer une expertise sur cette zone dans laquelle le gouvernement AKP multiplie les initiatives diplomatiques et économiques.

  • 12 Peut-être pourrait-on parler de «  mandarins  », si l’on pense aux directeurs des instituts et dé (...)
  • 13 La réalisation du doctorat en cotutelle étrangère-turque permet notamment d’accélérer la réintégr (...)

13Il faut d’emblée distinguer trois types d’acteurs au sein de ce réseau. Tout d’abord le petit nombre de professeurs d’universités parvenus au sommet de la hiérarchie académique – profesör doktor, professeur des universités – et affichant une spécialisation en relations internationales, science politique, sur la zone du Moyen-Orient arabe et/ou persan12. Souvent formés aux États-Unis ou en Europe, ceux-ci, outre les fonctions d’enseignement et d’encadrement des travaux de recherche doctorale et post-doctorale13, se signalent par un multi positionnement – université, think-tanks, médias, ministères – qui leur assure le contrôle des ressources matérielles et une position dominante dans le champ.

  • 14 C’est le cas de Cengiz Çandar (Radikal) ou de Faik Bulut mais aussi le cas, dans un registre diff (...)

14En deuxième lieu, le contingent principal du réseau se compose d’un groupe de jeunes universitaires relativement homogène tant du point de vue sociologique que de la trajectoire universitaire. Enfin, il convient de mentionner la troisième composante du réseau, située hors du champ universitaire bien qu’y effectuant des incursions de plus en plus fréquentes. Il s’agit d’acteurs issus le plus souvent du milieu journalistique et dont la carrière a démarré bien avant les années 2000, parfois même dans les années 1970, lorsque militants de la gauche radicale, ils rejoignaient les rangs de l’OLP au Liban14. Ces derniers font parfois office de figures tutélaires du réseau, du fait notamment de leur extériorité au milieu académique mais aussi, outre leur visibilité médiatique, de leur expérience « de terrain ».

La génération « Stratejik Derinlik »

15C’est toutefois sur le groupe des jeunes universitaires qu’il convient de nous focaliser car ils sont à la fois l’élément le plus nombreux et le plus dynamique de ce qu’on est tenté d’assimiler à un réseau de politique publique en formation. Il existe plusieurs paramètres qui permettent de désigner cette population d’universitaires comme un groupe.

  • 15 Nous élargissons volontairement le cadre de l’analyse des spécialistes des pays arabes à ceux du (...)
  • 16 On pense tout d’abord à : Boğaziçi, METU, Marmara, Ankara, Istanbul et plus récemment quelques ét (...)

16Nombre de ces « jeunes experts » turcs du Moyen-Orient15 appartiennent à une même génération, celle de personnes nées entre 1965 et 1985 qui ont aujourd’hui entre 25 et 45 ans. Cette population se distingue en outre par son usage réussi des mécanismes scolaires méritocratiques turcs, depuis les « Anadolu Lisesi », lycées sélectifs dont une partie de l’enseignement se fait en anglais ou allemand, jusqu’aux universités turques prestigieuses, tremplins vers les « colleges » américains ou britanniques16.

  • 17 Les fils d’enseignants (primaire et secondaire), la provenance centre-anatolienne, la religiosité (...)
  • 18 Près de la moitié des trajectoires de ce groupe passent par l’Utah University ou la G. Mason Univ (...)

17Ces parcours permettent l’accumulation de capitaux « scientifiques » au sein d’universités turques et étrangères – notamment aux États-Unis –, qui vont de pair avec titres et publications. Favorisant l’interconnaissance au sein de cette génération, le partage de traits sociologiques17 combiné aux croisements des trajectoires contribue à la formation en réseau18.

  • 19 Le 28 févier 1997, l’État-major des armées adresse au gouvernement dirigé par Necmettin Erbakan ( (...)
  • 20 L’impossibilité de poursuivre le doctorat ou le mastère du fait de l’inopportunité du sujet, de l (...)

18Au plan idéologique, la majorité de ces acteurs s’accorde sur le rejet de la tutelle militaire, symbole d’une oblitération de l’identité musulmane de l’État-nation turc. Pour les plus anciens de la génération, le coup d’état postmoderne19 dit « Processus du 28 février » a même pu occasionner des ruptures biographiques20.

  • 21 Actuel premier ministre turc (depuis 2014), ancien ministre des affaires étrangères (2009-2014), (...)
  • 22 À noter que le titre de «  hoca  », attribué en turc à tout enseignant, prend une couleur particu (...)

19Enfin, il existe parmi ces universitaires un consensus sur la dimension fondatrice de l’œuvre intellectuelle et institutionnelle d’Ahmet Davutoğlu21, auteur en 2001 de l’ouvrage Stratejik Derinlik (Profondeur stratégique) qui théorise la doctrine de politique étrangère turque des années 2000. De fait, un contingent significatif d’entre eux sont ses anciens étudiants. On serait tenté de parler à leur sujet d’une génération « Stratejik Derinlik » constituée autour du « Hoca »22.

20La relative diversité de parcours de cette génération d’universitaires en sciences humaines et sociales en fait un vivier de compétences variées. Il peut s’agir tout autant de la connaissance de la langue arabe – pour les ex-théologiens – et de l’anglais, d’un savoir-faire en termes d’encadrement de la recherche à des fins de politique publique et de lobbying accumulé dans les think-tanks outre-Atlantique.

Les think-tanks : coordination et catalyse

  • 23 Le personnel dirigeant des «  düşünce kuruluşları  » (think tanks) les plus en vue sont en effet (...)
  • 24 Siyaset Ekonomi ve Toplum Araştırma Vakfı (Seta ou Setav, Fondation de recherche sur la politique (...)

21Transposés au sein de la société turque, ces think-tanks sont des organisations qui peuplent l’espace de médiation aménagé par l’État turc suivant des modalités explorées par l’establishment militaire depuis les années 1970. Mis en place suivant les cas avec la bienveillance du ministère des Affaires étrangères, de la primature, voire de la présidence et du ministère de la Défense, ces think-tanks dépendent ainsi de la tutelle officieuse de ces administrations qui en régulent l’activité via le financement de « projets de recherche » et les nominations23. Appelés « instituts de réflexion stratégique » – stratejik düşünce kuruluşu – , ces think-tanks (Seta, Orsam, SDE, Usak24 en tête) travaillent moins à formuler des recommandations de politique publique, vocation principale de leurs homologues américains, qu’à organiser les rapports entre ministères et universitaires, entre commanditaires et sous-traitants. L’objectif est d’entretenir la production d’un discours labellisé « scientifique » qui a pour fonction d’alimenter l’administration en informations et recommandations, ou plutôt à promouvoir une lecture des événements nationaux et internationaux qui justifie les choix politiques réalisés.

  • 25 À l’instar de V. Romani (2010), nous choisissons ici d’utiliser le terme anglais qui n’a pas d’éq (...)
  • 26 Exemple du Carnegie Endownment, du German Marshall Fund.
  • 27 Outre les croisements de parcours estudiantins fréquents dans le groupe générationnel mis en évid (...)
  • 28 C’est évidemment là un aspect que cette étude ne peut préciser. Les rumeurs les plus folles coure (...)

22Pour les universitaires turcs, le think-tank représente un faisceau d’opportunités, et pas seulement en termes de publication et de visibilité. En effet, les jeunes « social scientists »25 turcs intéressés par l’étranger réalisent assez peu d’enquêtes empiriques car ils ne disposent que de peu de moyens, ceux-ci étant davantage alloués aux voyages à des fins de communication (colloques, conférences, etc.) des résultats de recherche souvent théoriques (Turan, 1975). Les organisations mentionnées, de par l’origine de leur financement et l’assez forte concentration de leur secteur d’activité, disposent de ressources financières importantes. Elles parviennent en effet à capter les financements propres à la recherche – Tübitak, Tika, fondations étrangères26 – mais aussi à s’associer aux projets de recherches d’un ministère – ce qui peut être facilité par les relations personnelles entre cadres du think-tank et élite politico-administrative27 –, soit enfin qu’elles financent des projets de recherche sur leurs propres deniers issus de dotations du secteur privé28.

  • 29 Il faut distinguer ici : les cadres dirigeants de l’organisation, le comité consultatif, les équi (...)
  • 30 Parmi les principales : Insight Turkey (Seta), Ortadogu Etütleri (Orsam), Ro’ya Turkiyya (Seta, r (...)
  • 31 Yüksek Eğitim Kurulu : Autorité supervisant l’enseignement supérieur turc.

23Participant à la formation d’un réseau de politique publique, se retrouvent donc dans les diverses instances des think-tanks29 et dans leurs publications30, les professeurs et les étudiants identifiés en premier lieu, ainsi que des représentants des administrations publiques exerçant sur eux une tutelle officieuse (MAE, Primature, YÖK31). Les premiers se retrouvent généralement au sein de l’organe consultatif d’un ou plusieurs instituts de recherche avec ces derniers, élément supplémentaire indiquant la dimension réticulaire de l’entreprise.

Caméralisation et saturation politique

24Eclaté entre diverses catégories d’acteurs, tenté tout autant que sommé de produire des savoirs susceptibles de servir la politique du gouvernement, de faire office de vivier d’une « expertise » nationale sur le Moyen-Orient, le champ des sciences sociales et humaines turc a franchi au cours de la décennie 2000 un nouveau seuil dans le processus de « caméralisation » de ces disciplines.

  • 32 Une poignée de professeurs d’université, spécialistes de politique étrangère, participe au titre (...)
  • 33 J’utilise ce terme à dessein, reprenant celui des responsables des think-tanks turcs lorsqu’ils q (...)
  • 34 Sur près de 600 articles portant sur le Moyen-Orient extraits de revues universitaires et «  acad (...)

25Dans ce contexte, les révolutions nord-africaines, produisent un double effet sur la partie du champ la plus mobilisée autour de la politique étrangère et plus largement identitaire du gouvernement. Depuis 2003, les délégations ministérielles turques dans la région comptaient une proportion non-négligeable de représentants du champ des sciences sociales turques, cooptés au titre de conseiller ou en raison de leurs fonctions institutionnelles32. La chute des régimes tunisien, libyen et égyptien semble à première vue frapper de caducité les relations établies lorsque le gouvernement AKP traitait avec les régimes désormais déchus. Dans le même temps, la lecture développementaliste et pro-démocratique des événements ouvre une fenêtre d’opportunité pour les acteurs « académiques »33 pour lesquels il va s’agir de créer et d’animer un débat national largement artificiel autour de l’exportabilité du modèle politique et économique turc34. La contribution d’auteurs étrangers, notamment arabes, apporte de la crédibilité à cette entreprise de « marketing politique international ». Celle-ci recèle toutefois une ambiguïté sous-jacente du fait du flou sur ce que recouvre ce supposé modèle. Cette ambiguïté vire même au paradoxe lorsque des auteurs liés au gouvernement AKP, parfois qualifié par ses opposants de fossoyeur de la laïcité à la turque, vantent les mérites de cette spécificité constitutionnelle à l’attention des pays en révolution.

26La promotion internationale de la Turquie dans cet environnement régional manifestement incertain, relève néanmoins d’un niveau d’engagement politique particulièrement avancé de la part des acteurs du champ des sciences sociales alors même que pour les éternels critiques de la « politique arabe » du gouvernement AKP – en provenance de la gauche et de l’extrême droite des champs politique et intellectuel –, l’échec de ce nouvel axe de politique étrangère est désormais patent. Cet engagement au-delà des seules fonctions de conseil et d’orientation relève le seuil de politisation du champ des sciences sociales et semble le porter à saturation.

Les sciences sociales turques entre polarisation et autonomisation

27Avec le parti pris du gouvernement Erdoğan en faveur de l’opposition syrienne et le glissement de la rébellion vers la guerre civile, accentuant encore l’opposition intérieure au gouvernement turc, la mobilisation universitaire autour du modèle turc cède peu à peu la place à une polarisation entre pro et anti-gouvernement, entre une communauté épistémique (Haas, 1992) restreinte dédiée à la légitimation de la politique gouvernementale et le reste d’un champ épars et atone. Dans ce paysage qui donne l’impression d’un déclin relatif par rapport aux premières années de l’ère AKP, la politisation du sous-champ des sciences sociales spécialisé dans la politique étrangère semble se structurer autour d’une polarisation similaire à celle qui opposait gauche radicale et ultranationalistes dans les années 1970, exception faite de la violence. Face à ce clivage, des acteurs investis dans le réseau de politique publique au moment de la fièvre expansionniste paraissent désormais assaillis par le doute et tentés par une autonomisation faisant désormais fi de l’agenda politique national et de la cause nationaliste.

La combinaison des contextes : guerre civile syrienne et « effet Gezi »

28Alors que depuis l’été 2012 déjà, le soutien matériel de la Turquie à l’opposition syrienne a conduit les deux pays au seuil de la guerre, ont lieu en mai 2013 à Istanbul, Ankara, Izmir et plusieurs autres grandes villes de Turquie, des manifestations anti-gouvernementales réunissant de multiples composantes politiques, ethniques et religieuses. L’enlisement dans le conflit syrien, les risques de déséquilibre interne et de troubles sécuritaires qu’il fait courir à la société turque comptent parmi les reproches formulés par les manifestants.

  • 35 Le mouvement protestataire débute en mai 2013 par la défense du parc Taksim Gezi menacé de destru (...)

29Par ailleurs, l’afflux de réfugiés syriens sur le territoire turc ne se limite pas aux camps installés à cet effet dans la région frontalière mais commence à produire des effets sociaux et économiques dans les agglomérations turques (Şenay, 2013). Le phénomène, qui s’était déjà produit après l’invasion américaine de l’Irak, avait retenu l’attention des sciences sociales turques (Danış, 2010). Cette fois, la hausse des loyers dans les villes de l’Est et dans certains quartiers d’Istanbul et d’Ankara, la concurrence de la main d’œuvre syrienne sur le marché du travail informel et le risque sécuritaire causé par Al-Nosra puis par le Daech sont autant d’arguments à charge contre la politique syrienne du gouvernement. Dès lors, au lendemain des manifestations dites de Gezi35, il ne semble plus guère être possible de ne pas prendre parti pour ou contre le gouvernement. S’en suit une polarisation qui gagne naturellement le champ des sciences sociales.

  • 36 Le gouvernement AKP remporte les municipales et la présidentielle en 2014, et ce même après avoir (...)

30La répression violente de ces manifestations par le gouvernement, bien que sans conséquence électorale directe36, consolide la ligne de faille qui divise la société. En somme, l’imbrication du contexte régional et de la conjoncture politique nationale agit comme un accélérateur de tendance autant que comme un révélateur des défauts structurels d’un champ scientifique éminemment sensible aux clivages politiques. L’aspiration au « tout-expertise » semble avoir aggravé la porosité des sciences sociales turques avec les sphères du politique.

Des restrictions pratiques aux obstacles politiques

31L’accès au terrain, capital pour la recherche en sciences sociales, s’est progressivement restreint au gré des déflagrations successives. Les destinations favorites des chercheurs turcs (universités et think-tanks confondus) étaient, entre 2004 et 2010, la Syrie, l’Égypte et le Liban. Si la première est résolument exclue depuis l’hiver 2012-2013, les deux autres sont considérées comme excessivement dangereuses. Le nord de l’Irak, qui restait une destination de choix jusqu’au printemps 2014, est à son tour devenu impraticable suite à l’établissement du califat de l’EIL. Aussi, la pratique du terrain sociographique à l’étranger, pratique relativement nouvelle pour les « social scientists » turcs, largement inaugurée par les spécialistes du Moyen-Orient, est désormais compromise pour une durée indéterminée.

  • 37 Entretiens avec A. Sever (Marmara Ü., octobre 2013), Ö. Tür (METU, Ankara, janvier 2013), O. Orha (...)

32Pour les mêmes raisons, les séjours linguistiques des étudiants turcs désirant apprendre l’arabe sont également devenus plus ardus, Damas et le Caire, lieux privilégiés d’enseignement de la langue arabe, pour les Turcs comme pour l’ensemble des chercheurs arabisants, n’étant plus envisageables37.

  • 38 Pour tenter de prendre la mesure du phénomène, nous avons effectué d’une part un suivi des appari (...)
  • 39 Sur les 470 articles sur 2400 des 8 publications susmentionnées (note no 7), dont approximativeme (...)

33Pour autant, l’accroissement des apparitions médiatiques et des réunions avec divers acteurs et groupements politico-administratifs38 qu’affichent les spécialistes turcs du Moyen-Orient arabe depuis le déclenchement de la révolution tunisienne, de même que le volume des publications dans les revues « académiques » (universitaires mais aussi et surtout celles émanant des think-tanks), attestent du caractère anxiogène des révolutions arabes39 et du rôle complexe que jouent ces experts. La situation ne recèle pas moins un paradoxe dont souffre à l’évidence cette expertise : une sollicitation à produire des connaissances et de l’analyse alors même que l’accès aux sources de première main tend à disparaître.

  • 40 Hypothèse basée sur deux séries d’entretiens menés à Ankara en janvier et décembre 2014.

34Enfin, la structure du champ qui s’est consolidée à la faveur du contexte interne comme externe a conduit à une monopolisation accrue des ressources. Le financement public de la recherche et le soutien des partenaires privés du gouvernement – entreprises, chambres de commerce – tend à se concentrer sur les acteurs de la communauté épistémique « experte » au détriment du reste du champ des sciences humaines et sociales. En d’autres termes et pour forcer le trait, ne bénéficie d’un soutien financier que la science utile ou tout au moins qui a prêté allégeance à la politique gouvernementale40.

De la polarisation du champ académique à la réorganisation fonctionnelle

  • 41 Ceux-ci, notamment depuis le début de la campagne à l’encontre des proches de l’imam en exil Feth (...)

35La polarisation idéologique se traduit par une nouvelle répartition des groupes d’acteurs autour de la ligne de faille ainsi que de chaque côté de celle-ci. La génération « Stratejik Derinlik » composée de jeunes experts de la politique étrangère ayant jusque là opté pour la légitimation de la politique gouvernementale, désormais placée sous le feu de la critique, recherche un entre soi qui a pour conséquence de l’isoler et, dès lors, de limiter la portée du discours qu’elle produit. Spécialistes de politique étrangère ou d’une aire géographique, ces experts ont choisi de se mettre au service d’un gouvernement et d’une cause partisane qui excède le domaine de la politique étrangère. Ce faisant, ils s’enferment durablement dans une impasse idéologique et professionnelle. La circulation et les collaborations de cette communauté épistémique restreinte s’établissent dans deux directions : les think-tanks, les élites politico-administratives et les médias41.

  • 42 Le recours au raisonnement qui consiste à affirmer que ne disposent de moyens que les projets sci (...)
  • 43 Les think-tanks SETA et ORSAM (après limogeage de son directeur) justifient la rupture des relati (...)

36Par ailleurs, si la crise syrienne est la principale cause de ce resserrement de la mobilisation pro-gouvernementale dans le champ scientifique et l’altération de ses fonctions, ce processus produit des effets sur le discours et les savoirs produits par cette communauté d’acteurs. Cohérent avec la captation des ressources matérielles nécessaires à la production de savoirs évoquée précédemment, ces acteurs qui se présentaient déjà comme les représentants académiques d’une Turquie à l’identité – politique et culturelle – restaurée, aspirent à passer pour les seuls représentants légitimes du champ scientifique42 et à monopoliser la production qui en émane. En outre, la fonction de légitimation du gouvernement a pris le pas sur les efforts d’enracinement dans un récit socio-historique néo-ottoman. Enfin, cette fonction qui justifie des options politiques de court terme par une description des faits basée sur un discours en circuit fermé entre le gouvernement et ses experts affidés43 s’éloigne qualitativement du métier des sciences sociales.

  • 44 Entretien avec H. Bağcı, directeur du département de relations internationales de l’université ME (...)

37Quelques universitaires plus âgés et multi positionnés se sont maintenus, de par leur notoriété et la relative immunité que leur vaut leur situation, à la fois au sommet de la hiérarchie universitaire et au sein des think-tanks, ainsi que comme « conseillers directs du prince ». Ce positionnement suppose toutefois une souplesse de postures qui ne va pas sans contradiction. Le multi positionnement de ces « mandarins », s’il correspond à une modalité essentielle à la préservation du statut d’expert, est aussi ce qui entame le plus leur autonomie (Boltanski, 1973), notamment par effet d’autocensure. Dans le contexte de polarisation actuel, le maintien de ces positions multiples est le signe, outre l’absence totale d’indépendance, d’un arbitrage en faveur de la carrière et du prestige, choix que ces acteurs eux-mêmes enrobent du titre paradoxal « d’expert indépendant »44. Suivant la logique d’une polarisation du champ universitaire, ce renoncement à la neutralité axiologique constitutive de la légitimité du scientifique n’entraîne de baisse de leur crédibilité qu’aux yeux des publics – étudiants, collègues, intellectuels non-institutionnels, grand public – fermement opposés au gouvernement. Pour les autres, la cumulation des responsabilités dans plusieurs champs d’activité et la proximité au pouvoir politique sont, à l’inverse, des indicateurs de réussite et d’exemplarité. On voit alors comment la nature camérale des sciences suppose une trajectoire modèle qui emprunte dans un premier temps les us du champ scientifique – construction de légitimité – pour adopter dans un second temps les référents des champs d’activité validant leur expertise sans que cette mue ne produise de décrédibilisation massive.

  • 45 En janvier 2014, le directeur et fondateur d’Orsam, H. Kanbolat, est démissionné en faveur d’un j (...)

38Enfin, les cadres des think-tanks faisant preuve d’une indépendance critique excessive sont écartés au profit d’universitaires attachés au « sérail »45. Le nombre des think-tanks sur la place d’Ankara a subi une décroissance depuis 2010. De nombreuses entités mineures – les think-tanks ultra-nationalistes notamment, tels Tursam, Tüksam et d’autres – ou d’obédience libérale – Tesev – n’ayant pas à faire acte d’allégeance sont désormais à l’écart des circuits de financements publics ou de dons d’entreprises et dès lors contraint à réduire leur effectifs voire à opter pour une existence virtuelle et des collaborations désintéressées.

  • 46 Entretien avec E. Efeğil, Istanbul, février 2014. Entretien avec B. Puntsman, Ankara janvier 2014 (...)

39Pourtant, ces groupes d’acteurs ne sauraient représenter l’ensemble des sciences sociales. La politisation extrême et la polarisation qui l’a accompagnée semblent avoir entraîné un retrait de la scène de l’expertise et un réinvestissement dans des activités d’enseignement et de recherche fondamentale46 de la part de certains enseignants-chercheurs. Impliqués dans l’entreprise de production de savoirs scientifiques sur le Moyen-Orient car ils s’accordaient avec les universitaires idéologiquement plus proches de l’AKP sur la carence de savoir en ce domaine en vue d’une politique étrangère « efficace », ces universitaires ont depuis 2013, sous l’effet de la répression des émeutes de Gezi Parkı et de l’embourbement syrien en particulier, renoncé à poursuivre leur collaboration avec les think-tanks et publications réputées pro-gouvernementales. L’internationalisation du champ scientifique (Gingras, 2002) offre à ces acteurs, dont beaucoup ont développé des réseaux et collaborations avec des entités étrangères et/ou transnationales durant leur cursus, l’opportunité de poursuivre leur carrière et d’éviter la soumission aux logiques du champ scientifique national.

40Le champ pluridisciplinaire qui s’intéressait à la politique étrangère turque, en marge du noyau d’universitaires engagés au service du prince, paraît de fait dépeuplé, refusant l’annexion de ses activités scientifiques à un agenda politique moins enthousiasmant que l’élan expansionniste qui a précédé. On serait alors tenté de croire à une forme d’autonomisation – qui pourrait n’être que conjoncturelle – des sciences sociales en Turquie et à un affaiblissement de l’aspiration à l’expertise qui semblait pourtant devoir emporter l’ensemble du champ au milieu des années 2000.

Haut de page

Bibliographie

Abadan Yaşar, 1952, « Mukayeseli Devlet İdaresinin Ana Konuları e Orta Doğu » (Les principaux thèmes de politique comparée au Moyen-Orient), Ankara Üniversitesi Siyasal Bilgiler Fakültesi Dergisi 17, p. 93-134.

Akşit Bahattin, 1986, « Turkiye’de Sosyoloji Araştırmaları: Bolmelenmiştikten Farklılaşma ve Ceşitlenmeye » (Les recherches de sociologie en Turquie : de la division à la distinction et à la diversification), in S. Atauz (dir.), Türkiye’de Sosyal Bilim Araştırmalarının Gelişimi (Le développement des recherches en science sociales en Turquie), Ankara, Turk Sosyal Bilimler Derneği.

Atacan Fulya, 1993, Kutsal Göç, Radikal İslamcı Bir Grubun Anatomisi, İstanbul, Bağlam Yayınları.

Béhar David, 2002, Les Universités privées d’Istanbul, Les dossiers de l’IFEA, Institut Français d’Études Anatoliennes.

Boğaç Erozan et Turan İlter, 2004, « The development of political science in Turkey », Political Science and Politics, vol. 37(2), p. 359-363.

Boltanski Luc, 1973, « L’espace positionnel : multiplicité des positions institutionnelles et habitus de classe », Revue française de sociologie, vol.14/1, p. 3-26.

Calafat Guillaume, 2010, « Expertise et compétences. Procédures, contextes et situation de légitimation » Hypothèses 1, p. 95-107.

Copeaux Etienne, 1997, Espace et temps de la nation turque. Analyse d’une historiographie nationaliste 1931-1993, Paris, CNRS Éditions.

Danış Didem, 2010, Migration de transit et réseaux sociaux : le cas des migrants irakiens en Turquie, Paris, Éditions universitaires européennes.

Davutoğlu Ahmet, 2001, Stratejik Derinlik, İstanbul, Küre Yayınları.

Erim Nihat, 1943, « Siyaset Mefhumu » (Le concept de politique). Siyasi İlimler Mecmuası 13, p. 153-156 ; (Juillet) : p. 211-214 ; (Août) : p. 288-290.

Favre Pierre, 1989, Naissance de la science politique en France (1870-1914), Paris, Fayard.

Fischer Frank, 2013, « L’expertise politique et le tournant argumentatif. Vers une approche délibérative de l’analyse des politiques publiques », Revue Française de Science Politique 63, p. 579-601.

Gingras Yves, 2002, « Les Formes spécifiques de l’internationalité du champ scientifique », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 141, p. 31-45.

Gourisse Benjamin, 2012, « Participation électorale, pénétration de l’État et violence armée dans la crise politique turque de la seconde moitié des années 1970. Contribution à l’analyse des crises politiques longues », Politix 98 (2), p. 171-193.

Haas Peter M., 1992, « Epistemic communities and international policy coordination », International Organization, vol. 46, p. 1-35.

Hassenteufel Patrick, 2011, Sociologie politique : l’action publique, Paris, Armand Colin.

Kanbolat Hasan, Karasar Ali, 2009, Türkiye’de Stratejik Düşünce Kültürü ve Sratejik Araştırma Merkezleri: Başlangıcından Bugüne Türk Düşünce Kuruluşları (La culture de la pensée stratégique et des centres de recherché stratégique en Turquie: les think-tanks turcs des débuts à nos jours), Ankara Nobel Yayın Dağıtım.

Le Gales Patrick, Thatcher Mark (dir.), 1995, Les réseaux de politique publique. Débat autour des policy networks, Paris, L’Harmattan.

Mardin Şerif, 1983, Jön Türklerin Siyasi Fikirleri, 1895-1908 (Les idées politiques des Jeunes Turcs, 1895-1908), Istanbul, İletişim Yayınları.

Medvetz Thomas, 2009, « Les think-tanks aux États-Unis. L’émergence d’un sous-espace de production des savoirs ». Actes de la recherche en sciences sociales 176-177, p. 82-93.

Oran Baskın, 2001, Türk Dış Politikası: Kurtuluş Savaşindan Bugüne (La politique étrangère de la Turquie : de la guerre d’indépendance à nos jours) vol. 1 : 1919-1989 et vol. 2 : 1980-2001, Istanbul, İletişim.

Özdalga Elisabeth, 2006, « The Hidden Arab: A Critical Reading of the Notion of « Turkish Islam », Middle Eastern Studies 42 (4), p. 551-570.

Özden Şenay, 2013, « Syrian Refugees in Turkey », MPC Research Report 2015(5), Migration Policy Centre, European University Institute.

Romani Vincent, 2010, « Sciences sociales entre nationalisme et mondialisation. Le cas des territoires occupés palestiniens », Sociétés Contemporaines 78, p. 137-156.

Şahin, Mehmet. C., 2013, « Türkiye’de Sosyoloji » (La sociologie en Turquie), in Çapçıoğlu, İhsan, Beşirli, Hayati, Sosyolojiye Giriş (Introduction à la sociologie), Istanbul, Grafiker Yayınları, p. 387-422.

Sapiro Gisèle. 2009, « Modèles d’intervention politique des intellectuels. Le cas français », Actes de la recherche en sciences sociales 176-177, p. 8-31.

Stampnitzky Lisa, 2013, « Experts, États et théorie des champs. Sociologie de l’expertise en matière de terrorisme », Critique Internationale 59, p. 89-104.

Tunaya Tarık Zafer, 1952, Türkiye’de Siyasi Partiler (Les partis politiques en Turquie), İstanbul, Doğan Kardeş Yayınları.

Turan İlter, 1975, « Survey research in a developping country:Field work in Turke», Occasional Paper Series 7, Iowa City, Comparative Legislative Research Center.

Zengin Gürkan, 2012, Hoca : « Türk Dış Politikasında Davutoğlu Etkisi” », Istanbul, İnkilâp.

SITES WEB

www. hurriyet.com.tr

www.zaman.com.tr

www.migrationpolicycentre.eu

Haut de page

Notes

1 Laïcité, changement d’alphabet, réécriture de l’histoire (Copeaux, 1997).

2 Le maître à penser de «  l’Aydınlar Ocağı  », le Foyer des intellectuels, İbrahim Kafesoğlu a rédigé un ouvrage synthétique de la pensée du courant sous le titre de Türk İslam Sentezi [la synthèse turco-islamique] (Aydınlar Ocağı, 1985). Le courant comprend également des auteurs tels que Hakkı Dursun Yıldız ou encore Yıldız Merçil qui tous se retrouvent dans des publications collectives à l’instar de Müslüman Türk Devletleri Tarihi (Osmanlılar Hariç) [Histoire des États turcs musulmans (autres qu’ottomans)],(TTK Yayınları, 1993).

3 Ali Bulaç, Kadir Canatan, Ahmet Davutoğlu etc.

4 Coalition d’acteurs issus de champs professionnels différents et liés par l’activité consistant à formuler et/ou à mettre en œuvre une politique publique. L’approche en terme de «  réseau  » a eu tendance à s’imposer en sociologie de l’action publique. Son intérêt repose sur la plasticité qu’elle offre pour expliquer les échanges de ressources intervenant dans le cadre d’une politique publique entre des personnes opérant initialement dans des secteurs d’activités relativement autonomes les uns des autres. La politique étrangère turque au Moyen-Orient arabe nous a semblé avoir donné naissance à un/plusieurs réseaux de ce type. Formulé en 1978 (P. Katzenstein), le concept de réseau de politique publique est ensuite repris par Le Galès et Thatcher (1995).

5 Ahmet Davutoğlu, Premier ministre de Turquie, ancien ministre des Affaires étrangères, théoricien de la «  nouvelle  » politique étrangère turque menée depuis 2003, procède dans son ouvrage phare, Stratejik Derinlik [Profondeur stratégique], (Küre, 2001) à une redéfinition de l’environnement international de la Turquie. Dans cette entreprise de redéfinition il hiérarchise les «  bassins  » dans lesquels la Turquie se doit de regagner son prestige et son influence naturelle qui découle selon lui de l’histoire, de similarités socioculturelles et d’intérêts économiques et sécuritaires partagés.

6 La répression des manifestations anti-gouvernementales survenues dans les grandes villes de Turquie en mai 2013 a entraîné une forte polarisation à l’échelle de la société turque. Deux «  camps  » semblent la diviser, celui des partisans de la politique de restauration néo-ottomane de l’AKP et celui d’une opposition aussi résolue qu’hétérogène au plan social et idéologique.

7 P. Favre (1989) utilise cette expression pour désigner les disciplines amenées à contribuer à une science de l’État, de l’administration et de la gestion publique. En marge de l’exemple turc abordé ici, un autre usage de cette expression en a été fait récemment à propos d’un champ scientifique au Maghreb (voir «  Une science politique camérale. Pratiques et Contraintes du champ politologique au Maghreb  », Revue Marocaine de science politique, no 1, nov. 2010).

8 Sociologue et poète ottoman (1976-1924), théoricien du nationalisme turc partisan d’une rationalisation de l’Islam.

9 Outre la comparaison des trajectoires du personnel enseignant des quelques grandes universités publiques et privées turques, je me base sur une comparaison des statistiques des diplômés de master et de doctorat publiées par le YÖK (Yüksek Öğretim Kurulu, Conseil de l’Enseignement Supérieur).

10 Cette inclusion des relations internationales à part entière dans les sciences sociales nous a paru se justifier ici car l’architecture institutionnelle de l’université en Turquie ne sépare pas franchement les RI de la science politique. Pour exemple, la directrice de l’Institut des Sciences Sociales de l’université METU est professeure de relations internationales.

11 Il est difficile d’établir le nombre exact de contributeurs à cette entreprise. La collecte documentaire fait ressortir plus de 500 noms dont plus de la moitié sont turcs et plus d’une centaine d’origine arabe et persane. La majorité appartient au milieu universitaire. Si l’on écarte les auteurs de contribution unique, ne retenant que ceux se signalant par deux contributions au moins – revue d’ouvrage incluse –, l’échantillon atteint une centaine d’individus, à très large majorité turque.

12 Peut-être pourrait-on parler de «  mandarins  », si l’on pense aux directeurs des instituts et départements de sciences sociales.

13 La réalisation du doctorat en cotutelle étrangère-turque permet notamment d’accélérer la réintégration de l’étudiant dans le système universitaire turc après son obtention.

14 C’est le cas de Cengiz Çandar (Radikal) ou de Faik Bulut mais aussi le cas, dans un registre différent puisqu’il a été prisonnier du PKK dans les années 1990, de Kadri Gürsel (Milliyet) ou encore de Mete Çubukçu (NTV) qui a beaucoup séjourné en Irak et en Egypte jusqu’au milieu des années 2000.

15 Nous élargissons volontairement le cadre de l’analyse des spécialistes des pays arabes à ceux du Moyen-Orient car cela reflète l’appellation «  Ortadoğu uzmanı  » – expert/spécialiste du Moyen-Orient – couramment utilisée pour désigner ces personnes.

16 On pense tout d’abord à : Boğaziçi, METU, Marmara, Ankara, Istanbul et plus récemment quelques établissements privés : Sabanci, Yeditepe, Koç, Bilkent (Ankara), Hacıtepe (Ankara).

17 Les fils d’enseignants (primaire et secondaire), la provenance centre-anatolienne, la religiosité du milieu familial sont des caractéristiques récurrentes dans l’échantillon d’interrogés.

18 Près de la moitié des trajectoires de ce groupe passent par l’Utah University ou la G. Mason University (Virginie) comme lieu de réalisation du doctorat.

19 Le 28 févier 1997, l’État-major des armées adresse au gouvernement dirigé par Necmettin Erbakan (parti islamique) une mise en garde qu’il publie sur son site internet, modalité qui lui vaut le qualificatif de «  post-moderne  ».

20 L’impossibilité de poursuivre le doctorat ou le mastère du fait de l’inopportunité du sujet, de la fermeture de nombreux cours, ou tout simplement du refus de se dévoiler pour ce qui est des femmes, se sont traduit par une sortie temporaire – parfois définitive – du milieu universitaire (Entretiens avec T. Z. Kor, Bilim ve Sanat Vakfı, Istanbul, décembre 2012 et avec M. Şenel, Şehir Üniversitesi, novembre 2012).

21 Actuel premier ministre turc (depuis 2014), ancien ministre des affaires étrangères (2009-2014), ex-conseiller diplomatique (2003-2009). Il a fondé en 2008 une université privée stambouliote au prestige croissant et avait ouvert auparavant une fondation culturelle, la Fondation pour la sciences et les arts (Bilim ve Sanat Vakfı), deux entités dans lesquelles sa pensée fait figure de dogme et ses anciens élèves de «  missionnaires  » coordinateurs de réseau.

22 À noter que le titre de «  hoca  », attribué en turc à tout enseignant, prend une couleur particulière pour deux personnalités : Ahmet Davutoğlu et Fethullah Gülen. Nous ne pousserons pas plus en avant ici le parallèle entre la «  Cemaat  » et les liens simili-confrériques entretenus par certains jeunes universitaires et étudiants de 3ème cycle avec leur ancien professeur et actuel Premier ministre.

23 Le personnel dirigeant des «  düşünce kuruluşları  » (think tanks) les plus en vue sont en effet nommés par le ministère des Affaires étrangères voire par la primature (entretien avec O. Orhan, Orsam, janvier 2014, B.G. Puntsmann, Ankara, décembre 2013).

24 Siyaset Ekonomi ve Toplum Araştırma Vakfı (Seta ou Setav, Fondation de recherche sur la politique, l’économie et la société, idéologiquement proche du MAE turc) ; Uluslararası Stratejik Arastirma Kurulu (Usak, Organisation pour la recherche stratégique internationale) ; Ortadoğu Stratejik Araştırma Merkezi (Orsam, Centre de recherche stratégique sur le Moyen-Orient, think-tank de la fondation culturelle turkmène), Toplum, Ekonomik ve Siyasal Etütleri Vakfı (Tesev, Fondation pour l’étude de la société , de l’économie et du politique, l’un des plus anciens think tank, d’obédience libérale) ; SAM (Stratejik Araştırmalar Merkezi, Centre de recherches stratégiques, au sein du Ministère des Affaires étrangères, collabore activement avec la Seta et Orsam) ; SDE (Stratejik Düşünce Enstitüsü, Institut de Réflexion Stratégique, dirigé par un universitaire et député-membre fondateur de l’AKP… arabophone !).

25 À l’instar de V. Romani (2010), nous choisissons ici d’utiliser le terme anglais qui n’a pas d’équivalent aussi synthétique en français.

26 Exemple du Carnegie Endownment, du German Marshall Fund.

27 Outre les croisements de parcours estudiantins fréquents dans le groupe générationnel mis en évidence, favoriser l’interconnaissance entre milieu académique, haute administration (MAE, primature, enseignement supérieur) est l’une des fonctions des réunions et ateliers thématiques organisés sur une base hebdomadaire par les think-tanks proches du gouvernement (Seta, SDE, Orsam, SAM etc.).

28 C’est évidemment là un aspect que cette étude ne peut préciser. Les rumeurs les plus folles courent sur ce financement privé. Parmi les grands groupes industriels turcs faisant des dons aux fondations de pensée stratégiques, il y aurait notamment ceux de l’industrie de l’armement.

29 Il faut distinguer ici : les cadres dirigeants de l’organisation, le comité consultatif, les équipes de chercheurs et les contributeurs occasionnels.

30 Parmi les principales : Insight Turkey (Seta), Ortadogu Etütleri (Orsam), Ro’ya Turkiyya (Seta, revue en arabe), Analiz (Usak), Perceptions (SAM). Il est à noter que près de la moitié des revues turques dites académiques traitant de questions internationales sont la propriété de think-tanks réputés «  proches du gouvernement AKP  ».

31 Yüksek Eğitim Kurulu : Autorité supervisant l’enseignement supérieur turc.

32 Une poignée de professeurs d’université, spécialistes de politique étrangère, participe au titre de «  conseiller du Prince  ». D’autres personnalités académiques invitées par les ministres représentent leur université ou un centre de recherche public (Marmara, Sakarya) dans le but de développer les échanges universitaires internationaux. Les fondations privées de recherche bénéficiant des largesses du MAE et de la primature (Seta, Orsam, Usak notamment) ont également leurs représentants dans ces délégations dont ils profitent pour tisser des liens avec des organisations arabes similaires. Ces relations avec les «  sociétés civiles  » arabes, tels qu’ils les qualifient (T. Özhan, président de Seta, Ankara, janvier 2013), peuvent aussi prendre la forme d’ouverture de succursales comme c’est le cas de Seta au Caire.

33 J’utilise ce terme à dessein, reprenant celui des responsables des think-tanks turcs lorsqu’ils qualifient leur production éditoriale. Le choix de ce terme au détriment de l’adjectif «  scientifique  » me semble assez symptomatique de leur volonté de capter la légitimité et la crédibilité universitaire, d’utiliser des méthodes scientifiques, sans toutefois labelliser les savoirs produits de scientifiques, leur objectif assumé étant d’accompagner la politique du gouvernement.

34 Sur près de 600 articles portant sur le Moyen-Orient extraits de revues universitaires et «  académiques  » (think-tanks) publiées entre le milieu des années 1960 et 2014, près de 200 portent sur les révolutions arabes. Outre les contributions analytiques des événements, concentrées sur un pays ou régionales, et qui se terminent assez souvent sur une réflexion sur la validité du «  modèle turc  », plus de 50 articles portent expressément sur ce thème.

35 Le mouvement protestataire débute en mai 2013 par la défense du parc Taksim Gezi menacé de destruction par un projet immobilier.

36 Le gouvernement AKP remporte les municipales et la présidentielle en 2014, et ce même après avoir épuré ses rangs de ses anciens alliés du mouvement de l’imam Fethullah Gülen.

37 Entretiens avec A. Sever (Marmara Ü., octobre 2013), Ö. Tür (METU, Ankara, janvier 2013), O. Orhan (ORSAM, Ankara, janvier 2014).

38 Pour tenter de prendre la mesure du phénomène, nous avons effectué d’une part un suivi des apparitions d’experts du Moyen-Orient sur la chaîne publique turque TRT et avonsd’autre par procédé au repérage, à partir des sites des think-tanks, des mentions à des réunions, ateliers et colloque mettant en présence personnel académique et personnel des ministères. Les entretiens effectués auprès des cadres des think-tanks font également ressortir une fréquence accrue des réunions avec des représentants du MAE notamment du fait des «  Printemps arabes  » (Entretien avec T. Özhan, SETA, Ankara, janvier 2013 ; entretien avec O. Orhan , Orsam, Ankara, janvier 2014).

39 Sur les 470 articles sur 2400 des 8 publications susmentionnées (note no 7), dont approximativement 300 traitent des pays arabes, une centaine est consacrée aux seules révolutions arabes (échelle pays ou ensemble).

40 Hypothèse basée sur deux séries d’entretiens menés à Ankara en janvier et décembre 2014.

41 Ceux-ci, notamment depuis le début de la campagne à l’encontre des proches de l’imam en exil Fethullah Gülen, adoptent généralement deux postures : l’alignement sur le gouvernement ou une neutralité de façade pour éviter les tracas juridico-financiers.

42 Le recours au raisonnement qui consiste à affirmer que ne disposent de moyens que les projets scientifiques sérieux, sans qu’il soit nécessaire de préciser de qui il s’agit, est assez fréquent (entretien avec U. Ulutaş, Ankara, janvier 2014 ; M. Özcan, Ankara, janvier 2013).

43 Les think-tanks SETA et ORSAM (après limogeage de son directeur) justifient la rupture des relations diplomatiques avec l’Égypte post-Morsi en reprenant presque mot pour mot les paroles du premier ministre R. Tayyip Erdoğan (Ankara, janvier 2014).

44 Entretien avec H. Bağcı, directeur du département de relations internationales de l’université METU, Ankara, décembre 2014.

45 En janvier 2014, le directeur et fondateur d’Orsam, H. Kanbolat, est démissionné en faveur d’un jeune universitaire entretenant des liens étroits avec le MAE via les cours dispensés à l’école des diplomates et ses relations personnelles avec le ministre. Le think-tank TEPAV (lié à l’Union des Chambres et Bourses de Turquie) subit lui aussi une épuration de ses équipes à la fin 2013.

46 Entretien avec E. Efeğil, Istanbul, février 2014. Entretien avec B. Puntsman, Ankara janvier 2014 et B. Özpek, Ankara, décembre 2014.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Baptiste Le Moulec, « Vers une autonomisation du champ des sciences sociales turques », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 138 | décembre 2015, mis en ligne le 17 février 2016, consulté le 21 août 2017. URL : http://remmm.revues.org/9292

Haut de page

Auteur

Jean-Baptiste Le Moulec

Doctorant à l’Institut de recherches et d’études sur le monde arabe et musulman (Iremam UMR7310 Cnrs-AMU) et à l’Institut d’Etudes Politiques d’Aix-en-Provence

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page