Navigation – Plan du site

Mumin Meikal, Kees Versteegh, The arabic script in Africa. Studies in the use of a writing system. Leiden-Boston, Brill (Studies in Semitic Languages and Linguistics Vol 71), 2014, 400 p.

Catherine Miller

Texte intégral

1Ce nouveau volume de la série Studies in Semitic Languages and Linguistics dirigée par A.D. Rubin et K. Versteegh m’apparait important à plusieurs titres, tant par l’intérêt du thème, que par la qualité des contributions et la qualité de l’édition. En présentant un panorama à la fois érudit mais aussi scientifiquement engagé de la place qu’a joué et joue parfois encore l’écriture arabe dans le passage à l’écrit des langues africaines (connues le plus souvent sous le terme d’ajami), ce volume déconstruit bien des stéréotypes et pose les bases d’un large champ d’investigation, longtemps minoré. Sans s’inscrire ouvertement dans la filiation des post-colonial studies, l’ouvrage revendique néanmoins une nécessaire rupture avec les présupposés de la linguistique africaniste coloniale européenne. Celle-ci aurait largement contribué à minimiser la production écrite en caractère arabe en la reléguant à une production uniquement religieuse (traduction et commentaires). Elle aurait également délégitimé l’usage des caractères arabes, décrits comme des outils non adaptés pour transcrire les sons des langues africaines. Certes, les premiers travaux sur la littérature ajami en swahili, peul, haoussa, kanouri ou berbère sont anciens et bien connus des spécialistes de ces langues. Mais ce domaine n’a jamais, à ma connaissance, fait l’objet d’un ouvrage collectif offrant un tel panorama et s’inscrivant pour certains articles dans une approche de sociolinguistics of writing. L’attention porte tout autant sur les contenus, les formes de l’écrit que sur les contextes socio-historiques de ces traditions et pratiques d’écriture.

2L’ouvrage regroupe 16 articles dont 14 sont classés par zones géographiques : Afrique du nord (2), Afrique de l’ouest (7), Afrique de l’est (3) et Afrique du sud (2). Deux articles plus généraux introduisent l’ouvrage. Le premier par Peter T. Daniels porte sur l’origine, l’histoire et le développement de l’écriture arabe. Le deuxième par Meikal Mumin dresse un panorama de l’usage de l’écriture arabe en Afrique et analyse les raisons qui font de ce champ une « littéracie » sous étudiée. Ces deux articles fournissent les arguments et les hypothèses de recherche qui permettent de renouveler ce champ d’études et d’en pointer l’importance. Parmi les arguments avancés depuis la fin du XIXème siècle pour écarter l’usage de l’écriture arabe pour transcrire/écrire les langues africaines et plus généralement les langues non-sémitiques, le plus récurrent est celui de l’inadaptation des caractères arabes pour rendre les voyelles, les tons, les consones non-sémitiques et donc permettre une orthographe simple et facilement lisible par tous. En remontant aux origines de l’écriture arabe, et à sa large diffusion dans plusieurs parties du monde, P. Daniels souligne que cette diffusion est bien évidemment liée à l’expansion de l’islam mais également aux capacités d’adaptation du script arabe. L’évolution ancienne de ce système d’écriture recourant progressivement à un système de marques diacritiques pour une meilleure identification des consonnes en souligne la plasticité qui lui a permis son adaptation aux langues locales. Du persan qui aurait joué un rôle majeur dans la diffusion de cette écriture en Asie au sindhi et nombreuses autres langues, P. Daniels fournit de nombreux exemples illustrant également le passage de l’abjad (consonantique) à des alphabets notant les voyelles comme dans le cas de l’ouïghour, du kurde et du sindhi. Meikal Mumin, co-éditeur de l’ouvrage, met en exergue l’amplitude géographique de l’expansion de cette littéracie dans le continent africain en fournissant des cartes et listes des langues et régions qui ont pratiqué et pratiquent encore parfois l’écrit en caractères arabes. Il souligne combien la littéracie africaine pré-coloniale a été longtemps oblitérée suite à l’impact des travaux des premiers africanistes coloniaux comme ceux de Maurice Delafosse faisant de l’Afrique un continent sans écriture. L’écriture en caractères arabes a été uniquement associée à la littérature religieuse musulmane (glose, commentaire, traduction) alors que des recherches plus récentes révèlent des usages et des corpus de textes non religieux allant de poésie à des contrats administratifs en passant par de la correspondance personnelle. Plusieurs articles de l’ouvrage en apportent des exemples probants. Cette minoration de la littéracie en caractères arabes s’est accompagnée d’une délégitimisation de l’éducation islamique (écoles et instituts coraniques) considérée comme inadaptée au monde moderne et hors du champ de l’éduction formelle. C’est donc à une reconsidération de l’importance de l’écriture en caractères arabes et des systèmes d’éducation islamique en Afrique que Meikal Mumin appelle de ses vœux.

3La plupart des autres contributions adoptent une approche plus micro et analysent des exemples de corpus ciblés dans l’espace et le temps : cinq lettres personnelles touarègues contemporaines et un manuscrit théologique au Niger (Marteen Kossmann et Ramada Elghamis) ; des échanges internet contemporains en langue berbères appelée localement « shelha’«  recueillis sur des forums régionaux et des échanges mails et facebook dans le sud-ouest algérien (Lameen Souag) ; des manuscrits en « vieux kanembou » et en kanouri dans l’empire du Borno des XVIe-XIXe siècles (Dmitry Bondarev) ; des extraits d’une collection de 93 manuscrits de poésie peule « djihadiste » du Yola (Nigéria) attribuée à Usman dan Fodio et ses descendants (Anneke Breedveld) ; quelques rares manuscrits et correspondances de langues haoussa, peul ou mande recueillis dans les Caraïbes et au Brésil au début du XIXème siècle (Nikolay Dobronravin) ; des manuscrits peuls du Fuuta Toore (Marie-Eve Humery) ; des manuscrits mandingues en langue bamana de la ville de San au Mali datant du début du XXème (Valentin Vydrin et Gérard Dumestre), des poèmes en langue bantoue de Somalie connue sous le nom de brava ou chimîni du XIXe-XXe siècle (Bana Banafunzi et Alessandra Vianello) ; des documents swahili du XIXème siècle au Congo (Xavier Luffin), des poésies swahili (Clarissa Vierke), un texte religieux arabo-afrikaan du Cap, al-Qawl al-matīn (Muhammed Haron) et un petit pamphlet politique sud africain de 1884 (Kees Versteegh).

4Outre le contenu de ces écrits et leurs conditions de productions, les auteurs s’intéressent plus particulièrement aux choix orthographiques et décrivent les différentes adaptations de l’écriture arabe en fonction des contextes régionaux. Un trait commun à toutes les régions et toutes les époques est l’absence de standardisation et de codification donnant lieu à de nombreuses variations orthographiques. Cette pratique d’écriture n’a jamais été officiellement unifiée et codifiée par des institutions étatiques ou paraétatiques (type ISESCO). Il n’existe pas un équivalent de l’API (Alphabet Phonétique International établi à partir des caractères latins) en caractères arabes. L’analyse des choix orthographiques (comme les différents caractères utilisés pour écrire le phonème g par exemple) permet d’étudier les circulations et réseaux d’influence entre les différentes régions d’Afrique et le Moyen-Orient.

5Sur le plan de l’usage et de la diffusion de la littérature ajami, l’ensemble des contributions laisse à voir une grande diversité des traditions et des pratiques. Dans l’ensemble des sociétés étudiées, la littéracie ajami a été concurrencée par deux autres pratiques d’écriture, soit celle en langue arabe en particulier dans les cercles lettrés musulmans, soit celle des langues africaines en caractères latins avec l’installation des missions chrétiennes puis l’essor de l’instruction publique. « L’âge d’or » de l’écriture ajami se situe entre le début du XVIIIème et le début du XXème siècle, y compris dans les régions et pour les langues où la pratique était la plus ancienne et la plus diffusée (kanouri dans l’empire du Borno ; peul, haoussa, swahili, mandingue, etc.). Comme le souligne V. Vydrin dans le cas du large domaine mandingue, la présence d’une ancienne culture islamique ne se traduit pas forcément pas une forte présence de l’écrit ajami. Dans le cas mandingue, comme dans le cas peul, on relève de grandes disparités locales. L’article de Marie-Eve Huméry sur le cas très intéressant du Fuuta Tooro (entre le Sénégal et la Mauritanie) comparé aux régions du Fuuta Jalon et de Sokoto montre que la littérature peule ajami a connu des destins très variables dans ces régions selon que les élites locales, les confréries et les grands leaders religieux avaient opté plutôt pour l’arabe ou pour l’ajami. Le mouvement djihadiste d’El hajj Umar au milieu du XIXème siècle, soutenu par la Tijaniyya et s’opposant à la Qadiriya, a ainsi privilégié l’usage de l’arabe au détriment du peul. À l’inverse d’anciens étudiants peuls arabisés à l’Université d’al-Azhar dans les années 1980 sont devenus ensuite d’ardents propagandistes de l’usage du peul en caractères latins par réaction à un arabisme ethnocentrique et par soutien à un mouvement nationaliste peul. Cet article très documenté historiquement apparaît un peu comme un contre-point à celui de Meikal Mumin, car plus sceptique sur la réelle vitalité de la littéracie ajami dans plusieurs régions d’Afrique où l’écriture en caractères latins semble s’être imposée. Elle souligne cependant que de nombreux manuscrits n’ont pas encore été étudiés comme ils le méritent.

6L’un des très grands mérites de cet ouvrage, outre la qualité et érudition des contributions individuelles, est donc de faire le bilan et la prospection d’un vaste domaine d’étude à un moment où ces questions de littéracie restent des enjeux politiques majeurs. On saluera ici un travail qui me paraît exemplaire et que toutes les bibliothèques spécialisées sur le monde musulman se doivent d’acquérir.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Catherine Miller, « Mumin Meikal, Kees Versteegh, The arabic script in Africa. Studies in the use of a writing system. Leiden-Boston, Brill (Studies in Semitic Languages and Linguistics Vol 71), 2014, 400 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], Lectures inédites, mis en ligne le 01 juillet 2016, consulté le 30 avril 2017. URL : http://remmm.revues.org/9352

Haut de page

Auteur

Catherine Miller

IREMAM-CNRS, Aix-Marseille Université

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page