Navigation – Plan du site

M. Eychenne, A. Zouache (dir.), La Guerre dans le Proche-Orient médiéval. État de la question, lieux communs, nouvelles approches, IFAO, IFPO, Le Caire, 2015.

Cyril Yovitchitch

Texte intégral

1La Guerre dans le Proche-Orient médiéval, édité par M. Eychenne et A. Zouache, est un ouvrage qui rassemble les communications d’un colloque tenu à Damas en novembre 2010. Douze articles rassemblés en deux thématiques, « Hommes, guerre et société : bilan et nouvelles perspectives » et « Revisiter l’historiographie de la guerre : l’apport de l’archéologie », proposent des approches historiques et méthodologiques complémentaires. À l’intérieur de sa couverture souple, cet in-quarto de 478 pages est imprimé sur un élégant papier vergé et doté d’illustrations en couleur et en noir et blanc de qualité.

2Les coéditeurs rappellent dans leur introduction que la guerre au Proche-Orient n’a jamais fait l’objet d’une étude spécifique en tant que phénomène social global. Dans cet ouvrage, ils entendent dresser le bilan des recherches menées dans ce domaine et proposer de nouvelles problématiques afin que la guerre devienne un véritable objet d’étude. En raison de cette approche globalisante, le champ d’études est extrêmement large ; aussi ce recueil d’articles ne prétend-il pas à l’exhaustivité, mais donne un bon aperçu de l’étendue et des potentialités du sujet.

3Après une introduction qui remet très utilement en perspective chacun des articles, l’ouvrage débute avec celui de Camille Rhoné, qui s’intéresse à la représentation de l’ennemi dans l’Iran médiéval. Ce thème, qui a été principalement abordé dans l’étude générale des pratiques guerrières, ne possède donc pas une historiographie spécifique. La figure de l’ennemi varie en fonction de la justification des actions guerrières menées. Car le définir, c’est légitimer sa propre politique défensive ou offensive, que l’ennemi soit extérieur ou intérieur ; c’est aussi assurer la cohésion du groupe en dirigeant ses haines vers lui. Il ressort de l’étude des actions menées par le fondateur de la dynastie saffaride, Yaʿqūb b. al-Layṯ al-Ṣaffār, que la figure de l’ennemi, aux formes multiples, appartient au champ de la morale politique. La convoquer permet de justifier les guerres, qui étaient parfois contraires aux principes de l’islam, et de dépeindre le Saffaride comme l’incarnation du prince idéal défenseur du Dār al-islām. Camille Rhoné le dit bien, « l’étude des représentations de l’ennemi renseigne donc beaucoup moins sur l’ennemi lui-même, que sur les personnes - commanditaires, auteurs, destinataires - à l’origine de ces représentations ». Ainsi, la figure de l’ennemi permet-elle à Yaʿqūb b. al-Layṯ de légitimer son pouvoir et d’incarner celle du bon prince (que ses actions soient ou non dirigées contre ses coreligionnaires).

4Abbès Zouache se penche ensuite sur la théorie militaire, la tactique et le combat au Proche-Orient, en rappelant les deux grands courants historiques et leur angle d’approche privilégié : l’histoire opérationnelle qui fait la part belle aux grandes batailles et la nouvelle histoire militaire (New Military History) tournée vers l’histoire sociale.

5Au Moyen Âge, contrairement à une idée longtemps véhiculée, il existe une pensée militaire, un véritable savoir sur l’art de la guerre, basé sur l’expérience et sur les connaissances livresques, aussi développées que dans l’Antiquité. Au Proche-Orient, la culture de la furūsiyya (l’art de la chevalerie), née à l’époque abbasside, imprégnée de traditions antérieures (grecque, iranienne, centre asiatique et indienne), connaît un nouvel élan à l’époque des croisades, sous la plume de spécialistes de la guerre comme sous celle de juristes ou d’hommes de religion, chacun orientant son approche en fonction de ses centres d’intérêt.

  • 1 Assaut d'un segment de rempart ennemi à l'aide d'échelles.

6De la lecture de ces manuels, il ressort qu’il est souvent difficile de faire le distinguo entre la théorisation de la guerre, fruit de compilations de traités antérieurs, et sa pratique pourtant bien réelle et avérée par les sources narratives. Au Proche-Orient, se dessinent les traits d’une « guerre défensive » où les princes comme leurs émirs s’assurent avant tout de leur position pour ne pas risquer d’être renversés par une force extérieure ou intérieure. Sur le champ de bataille, la guerre est faite de charges frontales de la cavalerie lourde croisée auxquelles répondent celles des archers montés musulmans, redoutables à l’épée et à la masse d’arme. Elle est aussi faite de mouvements enveloppants, d’évitement, de replis stratégiques, parfois de débandades. En ce qui concerne les sièges des places fortes, les techniques connues depuis l’Antiquité sont perpétuées, certaines améliorées, notamment dans le domaine des machines de jet. On procède toujours à l’échellade1, à la sape, à la mine ou au maniement du bélier, mais c’est surtout l’artillerie mécanique qui se perfectionne : le trébuchet connaît un fort développement, avec, notamment, l’ajout d’un contrepoids mobile qui en accroît considérablement la force destructrice et rend nécessaire la présence d’ingénieurs spécialisés pour sa mise en action.

7Aujourd’hui, pour mieux appréhender la guerre dans le Proche-Orient médiéval, il est indispensable de procéder à l’édition scientifique des traités relatifs à la guerre et de les comparer aux sources narratives. L’étude des grandes batailles décrites avec précision du point de vue des deux belligérants peut fournir des clés de lecture permettant de faire le départ, chez certains auteurs, entre les descriptions des événements tels qu’ils les ont vécus, ou tels qu’ils leur ont été rapportés, et leurs emprunts littéraires à des traités sur la guerre dont ils semblent avoir eu connaissance.

  • 2 P. D. Mitchell, Y. Nagar and R. Ellenblum, « Weapon Injuries in the 12th Century Crusader Garrison (...)

8Les champs de recherche dans le domaine de la guerre sont nombreux pour le Proche-Orient médiéval, d’autant plus vastes dès lors qu’ils s’ouvrent à « la guerre au ras du sol » et sa cohorte de blessés, d’infirmes, de mutilés. L’archéologie du combat au Proche-Orient est rarement étudiée. Il faut dire que peu nombreux sont les sites tels que le château templier du Chastelet/Vadum Jacob, assiégé par Saladin en 1179, fouillé par Ronnie Ellenblum, qui renferment encore le drame d’une bataille acharnée2.

9Parmi les feux de guerre, les plus connus sont ceux que l’on désigne sous le nom de feu grégeois ; ils étaient lancés sur l’ennemi à l’aide de machines ou à la main. Ce n’est toutefois pas de ces feux dont il est question dans l’article d’Agnès Carayon, mais de feux, ou plus exactement de fumées toxiques ou colorées censées empoisonner ou effrayer l’ennemi ; elles sont désignées dans les traités militaires à mots couverts, soit parce que réprouvées par la morale, soit parce que l’on ne souhaitait pas en divulguer le « secret de fabrication ». L’impact psychologique des feux sur les hommes était bien réel, comme le rappelle Agnès Carayon grâce au témoignage de Jean de Joinville, croisé au côté de Saint Louis, qui relate dans son récit la frayeur qu’engendraient les feux utilisés par les troupes ayyoubides. La présence de produits hautement toxiques (arsenic, mercure) dans la composition des feux était destinée à accentuer ou provoquer tel effet lumineux ou sonore. Mais Agnès Carayon s’interroge sur la possibilité que ces substances aient été aussi intégrées aux fumées pour leur nocivité (empoisonnement, affaiblissement, altération de la perception, etc.), même si cet usage n’est jamais explicitement énoncé, tant dans les ouvrages arabes que dans les traités occidentaux, indiens ou chinois consacrés à la guerre.

10Dans une contribution originale, qui place l’homme au cœur de la réflexion sur la guerre, Syrinx von Hees montre comment la société mamelouke a mis en place le statut de ṭarḫān destiné à prendre soin de certains militaires de haut rang devenus inaptes au port des armes ou à servir le sultan en raison de leur infirmité ou de leur grand âge, en les dotant d’une « pension d’invalidité » qui leur permettait de finir dignement leurs jours là où ils le souhaitaient.

11Mathieu Eychenne s’attache à montrer comment les recherches des trente dernières années ont reconsidéré certaines des thèses sur l’armée du sultanat mamelouk défendues par « le Père des études mameloukes », l’historien israélien David Ayalon, et ce notamment depuis l’édition de plusieurs sources en langue arabe datant des xiiie et xive siècles. Deux grands thèmes de recherche sont réévalués : l’armée mamelouke et son déclin ; la place des non-mamlūk-s dans l’armée mamelouke. Pour l’historien israélien, le déclin des mamlūk-s sultaniens, dans la seconde moitié du xve siècle, serait consécutif aux vagues d’épidémies de peste qui frappent à cette époque l’Égypte, le Bilād al-Šām et les régions d’où provenaient les jeunes esclaves, ainsi qu’aux profonds changements introduits dans leur entraînement et dans leur mode de recrutement, ce dernier facteur conduisant à la perte de l’esprit de corps qui servait de ciment au système. Mathieu Eychenne rappelle que les travaux récents atténuent cette vision, car le processus dénoncé possède des racines plus anciennes, décelables entre le milieu du xiiie siècle et la fin du xive siècle. D’autres arguments sont avancés par David Ayalon pour expliquer ce déclin, comme l’incapacité de l’armée mamelouke à se moderniser et à s’adapter à l’artillerie ou à développer une marine de guerre permanente. La théorie d’Ayalon selon laquelle les mamlūk-s auraient renoncé à faire usage des armes à feu pour des raisons d’ordres psychologique et social (alors qu’ils en connaissaient la technologie) est réfutée par plusieurs chercheurs, dont Robert Irwin pour qui les mamlūk-s eurent tout simplement des difficultés à se procurer ce type d’armement en nombre suffisant. Enfin, la place minimisée des non-esclaves (awlād al-nās, wāfidiyya, mafārida) dans l’armée mamelouke, telle que David Ayalon la percevait, est réévaluée.

12L’étude de la guerre passe par celle des hommes qui la font, par celle des moyens tactiques qu’ils déploient pour la faire ; elle consiste aussi à se pencher sur les lieux de contrôle et de défense des territoires, dans lesquels vivaient et se défendaient les militaires : les citadelles et les forteresses. Si les sources narratives qui relatent les sièges des places fortes permettent parfois de préciser certaines dispositions défensives aujourd’hui disparues, elles s’attardent surtout sur les aspects topographiques, et sont relativement silencieuses quant à la composition des forteresses, ou à leur fonctionnement. Aussi, le recours à l’archéologie au sens large du terme (étude architecturale, fouille stratigraphique, etc.) est-il primordial pour comprendre et déceler les changements qui s’opèrent dans les programmes de fortification.

  • 3 A. Harthmann-Virnich, « Les portes de la citadelle de Damas. La contribution de l’archéologie du bâ (...)

13Benjamin Michaudel dresse un panorama de la recherche portant sur l’architecture militaire qui s’est développée à partir de la fin du xixe siècle et s’est accélérée après la Première Guerre mondiale. Le baron Emmanuel-Guillaume Rey, Max van Berchem, Thomas Edward Lawrence, Wulzinger Watzinger, Keppel Archibald Cameron Creswell, Paul Deschamps, Jean Sauvaget sont les figures tutélaires de cette discipline. Leurs travaux sont toujours utilisés en raison de la précision et de la pertinence de leurs réflexions. Bien sûr, et heureusement, certaines visions ont été précisées, corrigées, car, depuis une trentaine d’années, l’étude des forteresses du Proche-Orient connaît un regain d’intérêt en raison de la multiplication des missions archéologiques s’intéressant aux réalisations croisées et islamiques des xiie et xiiie siècles. Des méthodes d’investigation plus poussées et plus précises dans le domaine du bâti permettent de scruter le cœur des édifices et de déceler les traces laissées par ceux qui ont œuvré à leur édification ou à leur destruction. Les études de bâti récentes, menées sur les citadelles de Damas ou sur la forteresse de Šayzar, montrent l’intérêt d’une approche détaillée des modes de construction et des traces laissées par les outils sur les parements, qui élargit le champ de l’étude monumentale à celui du combat, du siège. On citera à titre d’exemple l’article récent d’Andreas Harthmann-Virnich, consacré en partie à la porte orientale de la citadelle de Damas, dans lequel il met en lumière les phases de construction et de restauration de la courtine orientale, notamment grâce à une cartographie des impacts de projectiles, croisée avec l’étude de la réfection des joints rubanés3. Malheureusement, cette dynamique de recherche, particulièrement vivante et prometteuse en Syrie, s’est interrompue depuis les terribles événements qui la frappent. Les recherches archéologiques sur la citadelle de Damas se poursuivent tant bien que mal, et l’on peut se réjouir de la soutenance en juin dernier de la thèse de Haytham Hasan sur la citadelle de Maṣyāf. Mais d’autres sites fortifiés ont soufferts : Alep, le Crac des Chevaliers, Hārim, Qal‘at al-Mudīq. Les études archéologiques seront d’une aide primordiale quand viendra le jour de la reconstruction.

  • 4 Césarée maritime. Ville fortifiée du Proche-Orient, J. Mesqui (dir), Picard, Paris, 2011.
  • 5 H. Barbé, « Ha-Bonim », Hadshot Arkheologiyot. Excavations and Survey in Israël, 114, 2002, p. 30-3 (...)

14C’est vers la fortification des débuts de l’islam que nous entraîne Marie-Odile Rousset, une période mal connue, car les sites sont rares, ou n’ont pas toujours été identifiés, quand ils n’ont pas tout simplement été détruits ou enfouis par des aménagements plus tardifs. Les sources narratives sont peu loquaces sur les fortifications des débuts de l’islam dans le Bilād al-Šām, c’est donc vers l’archéologie et la prospection qu’il faut se tourner pour les redécouvrir et mieux en saisir les contours. Que ce soit pour l’époque omeyyade ou abbasside, les fouilles archéologiques révèlent de longues enceintes rythmées par une alternance de tourelles (généralement pleines, circulaires ou quadrangulaires) et de contreforts. Les portes sont ouvertes entre deux tours. Ce type se rencontre aussi bien dans la grande enceinte urbaine d’Amman, étudiée par Alastair Northedge, que dans celle de Césarée de Palestine, publiée récemment par Jean Mesqui4, ou encore dans le petit fortin omeyyade de Kafr Lam fouillé en 1999 par Hervé Barbé5.

15Les vestiges fortifiés de Qinnasrīn et d’Abū al-Khanādiq étudiés par Marie-Odile Rousset apportent un éclairage nouveau sur les établissements situés à la frontière entre les terres sédentaires situées face à la steppe et à l’empire byzantin. Ces deux forteresses se présentent sous la forme de grandes enceintes, majoritairement composées de murs de briques crues, reposant sur une fondation de pierre ; elles renfermaient de vastes espaces non construits sans doute destinés à des campements temporaires. Cet appareil mixte reflèterait « la fusion des traditions méditerranéennes, héritées de l’époque romaine tardive, et mésopotamiennes, transmises par les Parthes puis les Sassanides ». Ces deux sites, qui semblent pouvoir être datés de la fin du viiie siècle ou du début du ixe siècle, auraient eu pour vocation de défendre la frontière et de protéger les populations de la steppe. Le système de défense double de Abū al-Khanādiq, basé sur deux fossés en partie taillés dans le rocher, chacun adossé à une courtine, est particulièrement original.

  • 6 S. Pradines, « Les murailles de Creswell, approche historiographique des fortifications du Caire », (...)
  • 7 H. Barbé, op. cit.

16La connaissance des fortifications de la période fatimide, en particulier au Caire, connaît un renouveau depuis une quinzaine d’années grâce aux fouilles archéologiques qui s’y déroulent. La contribution de Stéphane Pradines, en grande partie déjà publiée en 2011 dans MISHKAH, Egyptian Journal of Islamic Archaeology6, s’ouvre sur une question : les portes fatimides du Caire construites à la fin du xie siècle par Badr al-Dīn Ǧamālī, et toujours citées en exemple, sont-elles représentatives d’une fortification que l’on qualifierait de fatimide ? L’auteur rappelle le peu de données disponibles sur ce sujet. C’est donc en pionnier qu’il entend dresser, « et ce, pour la première fois », le bilan des connaissances dans ce domaine. Malheureusement, parmi les sites fortifiés fatimides, déjà peu nombreux (moins d’une dizaine recensés de l’Algérie au Yémen) il faut exclure celui de Kafar Lam/Cafarlet/Ha-Bonim, en Palestine, qui n’est pas fatimide, mais omeyyade, comme les fouilles de Hervé Barbé l’ont montré en 19997. Stéphane Pradines soulève une autre question, celle du découpage dynastique qui s’accorde mal, selon lui, avec la réalité archéologique. Il est vrai qu’une ambiguïté peut naître de l’usage du terme « ayyoubide » pour désigner indifféremment les fortifications de Saladin lorsqu’il était « maître d’œuvre » pour le calife fatimide ou en tant que maître d’ouvrage à partir de sa prise de pouvoir.

17L’apport de ces recherches sur les fortifications du Caire consiste principalement en l’identification du tracé de l’enceinte en briques crues de la fin du xie siècle, située en retrait de celle érigée plus tard au temps de Saladin. D’une manière générale, les fouilles archéologiques confirment ce que les textes médiévaux rapportaient sur l’enceinte de Badr al-Ǧamālī, à savoir qu’elle était en terre (briques crues) avec des portes en pierre. Selon Stéphane Pradines, cette architecture militaire d’époque fatimide s’inscrit dans une tradition locale. Il ne distingue toutefois pas les traditions techniques et les savoir-faire locaux d’avec la conception programmatique, deux aspects de l’architecture qui n’ont pourtant pas nécessairement de liens entre eux. Suffit-il de trouver des éléments de comparaison dans l’Égypte pharaonique pour que cette conception soit représentative d’une pratique locale ? Suffit-il que des éléments du contingent soient originaires de la Valée du Nil ou du sud d’Assouan pour que le choix du matériau se soit porté sur la brique ? La démonstration mériterait enfin d’être mise en perspective à l’échelle de l’Égypte et du Proche-Orient. Plus loin, Stéphane Pradines cherche à montrer que les changements stylistiques de l’enceinte du Caire suivent ceux de la destinée de Saladin. D’abord vizir pour le calife fatimide, ses travaux seraient d’inspiration égyptienne (fatimide) ; devenu sultan et ayant étendu son pouvoir sur le Bilād al-Šām, sa commande architecturale serait passée sous influence syrienne en raison d’échanges plus fréquents et plus nombreux entre ces deux régions.

  • 8 S. Pradines, B. Michaudel, J. Monchamp, « La muraille ayyoubide du Caire : les fouilles archéologiq (...)
  • 9 Ibn Abi Tay cité par Casanova, « Histoire et description de la citadelle du Caire », MMAF, 6, fasc. (...)

18Les fouilles archéologiques n’ont, en l’état des publications actuelles, rien apporté quant à la datation des grosses tours de l’enceinte orientale, si ce n’est qu’elles ont permis à Stéphane Pradines de se ranger derrière l’avis de ses prédécesseurs sur leur attribution à Saladin et non, comme il le pensait en 2002, à Badr al-Dīn Ǧamālī8. Sans apporter d’argument décisif, autre qu’un changement d’appareil, il les date dans cet article de 1169-1170, ne s’embarrassant ni de la retenue ni de la prudence dont il faut, nous dit-il en note 27, faire preuve face à l’archéologie. Le changement d’appareil observé indique certes une chronologie relative ; il pourrait bien aussi traduire un changement d’échelle du chantier nécessitant par souci de rentabilité et de rapidité de mise en œuvre l’usage de blocs plus volumineux et plus rustiques. Les recherches menées au Caire n’ont donc pas encore démontré la véritable nature des premières restaurations qu’entreprit Saladin vers 1170, avant sa vaste campagne de construction dont une inscription découverte à Bāb al-Barqiyya, datée de 1177-1178, indique qu’elle aurait débuté en 1173-1174 à partir de Bāb al-Naṣr. Dès lors, on comprend mal les hypothèses formulées par Stéphane Pradines à propos de la chronologie de ces grosses tours de l’enceinte orientale. Comment pourraient-elles appartenir à la restauration de l’enceinte du xie siècle, alors que cette dernière se situait en retrait, totalement déconnectée du nouveau tracé ? Construire des tours aussi puissantes et ornées sur un autre circuit défensif ne procède-t-il pas davantage d’un nouveau programme de construction bien plus ambitieux qu’un simple rafistolage d’une enceinte endommagée ? Burǧ al-Ẓafar, la tour circulaire T. 47 et Burǧ al-Maḥrūq appartiennent à un programme architectural destiné, sinon à doubler, du moins à remplacer la vieille enceinte fatimide, peut-être tout en profitant, le temps des travaux, de la maigre défense qu’elle offrait encore en dépit de son état de décrépitude avancé, « n’arrêtant ni entrée ni sortie »9 ; les fouilles apporteront peut-être une réponse à cette question.

19Pour expliquer l’absence de descendance des ouvrages circulaires de l’enceinte orientale ainsi que la tourelle de l’enceinte nord, qu’il rattache à une tradition de la fortification fatimide, Stéphane Pradines recourt à l’idée d’architecture de « transition », de « passage ». Mais ce ne sont pas de simples éléments architecturaux ou de modénature (trompe, voûte d’entrée d’arc, muqarnas, etc.) qui définissent et caractérisent une architecture militaire, ce sont les programmes des ouvrages et leur conception défensive. Les éléments de modénature typiquement fatimides et certaines techniques de construction qui se retrouvent dans les ouvrages de Saladin n’ont rien d’étonnant ; ils nous renseignent sur la tradition architecturale et les connaissances dans le domaine de la stéréotomie des tailleurs de pierre et autres maîtres maçons qui œuvraient sur le chantier à cette époque.

20Toutes ces incertitudes ne font que renforcer notre désir d’en savoir davantage sur cette remarquable réalisation qui se situe à une période charnière dans l’histoire de la fortification proche-orientale et soulignent tout l’intérêt des recherches menées au Caire sur les fortifications de la ville. Sans doute des éléments pertinents de réponses pourront être apportés par l’étude en cours de Kathrin Machinek sur les fortifications d’Alexandrie qui possédaient des tours circulaires à archères qui n’ont jamais été prises en compte dans le débat, alors qu’elles présentent une forte parenté avec Burǧ al-Ẓafar et Burǧ al-Maḥrūq.

21En effet, Kathrin Machinek nous entraîne sur les rives de la Méditerranée à la découverte des fortifications d’Alexandrie. Les vestiges, bien que rares, sont là, mais la plupart du temps, ils sont inaccessibles pour la fouille en raison de l’urbanisation. Il faut donc souvent se contenter des sources écrites et des documents iconographiques anciens (gravures, photographies) pour se faire une idée de l’aspect des fortifications médiévales. Les gravures de l’expédition d’Égypte rappellent à ce propos leur ampleur, et la complexité de certains ouvrages. Plusieurs inscriptions placées autrefois sur les tours et les portes donnent des indications pour la datation des édifices, et l’absence d’étude détaillée avant leur destruction rend aujourd’hui leur analyse aussi complexe qu’enthousiasmante.

22Une autre enceinte médiévale connue des sources narratives, dévoilée par l’archéologie, est celle de la ville de Damas. Yamen Dabbour nous fait part de ses découvertes lors des fouilles d’urgence qu’il a menées pour la direction des Antiquités et des musées de Syrie sur la portion sud de l’enceinte urbaine. Tout en se gardant d’être affirmatif, il conclut que les bases de l’enceinte remontent très certainement à la période romaine. Ses fouilles ont également permis d’identifier et de documenter la braie (faṣīl), une enceinte basse construite à l’époque ayyoubide pour doubler l’enceinte principale, et qui se situait juste devant le fossé.

23L’espace sinaïtique étudié par Sami Ṣāliḥ ʿAbd al-Mālik était un lieu stratégique, une porte d’entrée sur Le Caire et une voie de communication cruciale entre l’Égypte et la Syrie. Après une première expédition qui lui permit de s’emparer du fort d’Aylat planté sur un îlot du golfe d’Aqaba, Saladin entreprit la construction de la forteresse de Ṣadr depuis laquelle il devait mener des opérations en territoire ennemi. Cette place fut de nouveau restaurée quelques décennies plus tard, sans doute en raison de la rétrocession de Jérusalem aux croisés, mais aussi parce qu’elle avait fini par être considérée comme plus sûre par les pèlerins qui se rendaient à la Mecque. Si la forteresse de Ṣadr perd sa fonction stratégique au milieu du xiiie siècle, car les Francs ne constituent plus une menace et que d’autres itinéraires semblent préférés par les pèlerins, le Sinaï reste un espace primordial sous les Mamelouks qui construisent plusieurs points fortifiés pour assurer la sécurité des pèlerins et surtout celle des voies commerciales qui le traversent en direction de l’est et du sud.

24Pour clore ce volume, David Nicolle reconstitue la tenue d’un soldat mamelouk à partir de pièces d’équipement découvertes en Syrie dans la citadelle de Damas, ainsi que d’autres provenant, selon toute vraisemblance, du château de Raḥba et qui, curieusement, se trouvent aujourd’hui dans les collections du musée national du Qatar. L’imagerie du costume et de l’armement des soldats musulmans a longtemps souffert d’inexactitudes en raison de la rareté des armes et des pièces d’uniformes parvenues jusqu’à nous. Les découvertes récentes comblent cette lacune, les premières études sont extrêmement prometteuses, car des analyses radiométriques datent certains casques du règne de Baybars, et l’étude de quelques pièces a même permis de faire le lien avec des descriptions d’éléments d’armures décrits dans des traités militaires.

  • 10 N. Faucherre, J. Mesqui et N. Prouteau (dir.), La Fortification au temps des croisades. Actes du co (...)
  • 11 La guerre dans le Proche-Orient médiéval (Xe-XVe s.). Cultures et sociétés, actes du colloque inter (...)

25Les vœux formulés par Abbès Zouache et Mathieu Eychenne, largement partagés, sont en train de prendre forme. Après la publication des colloques de Parthenay et d’Alep, en 2004 et 200610, tous deux principalement axés sur l’aspect architectural des fortifications proche-orientales, le colloque de Damas de 2010, dont les actes sont publiés dans ce volume, suivi par celui du Caire en 201111, ouvrent sur une histoire plus globale de la guerre dans le Proche-Orient médiéval et démontrent, si besoin était, l’intérêt de la multiplication des approches pour la compréhension de ce phénomène.

Haut de page

Notes

1 Assaut d'un segment de rempart ennemi à l'aide d'échelles.

2 P. D. Mitchell, Y. Nagar and R. Ellenblum, « Weapon Injuries in the 12th Century Crusader Garrison of Vadun Iacob Castle, Galilee », International Journal of Osteoarchaeology, 16, 2006, p. 145-155.

3 A. Harthmann-Virnich, « Les portes de la citadelle de Damas. La contribution de l’archéologie du bâti à l’histoire cachée d’un monument », in Damas médiévale et ottomane. Histoire urbaine, société et culture matérielle. M. Boqvist et M. Eychenne (dir.), BEO 61, 2012, p. 41-66.

4 Césarée maritime. Ville fortifiée du Proche-Orient, J. Mesqui (dir), Picard, Paris, 2011.

5 H. Barbé, « Ha-Bonim », Hadshot Arkheologiyot. Excavations and Survey in Israël, 114, 2002, p. 30-38.

6 S. Pradines, « Les murailles de Creswell, approche historiographique des fortifications du Caire », MISHKAH, Egyptian Journal of Islamic Archaeology, 5, 2010-2011, p. 67-107.

7 H. Barbé, op. cit.

8 S. Pradines, B. Michaudel, J. Monchamp, « La muraille ayyoubide du Caire : les fouilles archéologiques de Bāb al-Barqiyya et de Bāb al-Maḥrūq », Annales islamologiques, 36, 2002, p. 287-337.

9 Ibn Abi Tay cité par Casanova, « Histoire et description de la citadelle du Caire », MMAF, 6, fasc.4-5, 1894, p. 535.

10 N. Faucherre, J. Mesqui et N. Prouteau (dir.), La Fortification au temps des croisades. Actes du colloque international de castellologie de Parthenay, 26-28 septembre 2002, Rennes, PUR, 2004 ; H. Kennedy (dir.), Muslim Military Architecture in Greater Syria. From the Coming of Islam to the Ottoman Period, actes du colloque international tenu à Alep, 16-19 septembre 2003, Leiden, Brill, 2006.

11 La guerre dans le Proche-Orient médiéval (Xe-XVe s.). Cultures et sociétés, actes du colloque international du Caire, 15-18 décembre 2011, M. Eychenne, S. Pradines & A. Zouache (dir.), à paraître aux presses de L’IFAO.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cyril Yovitchitch, « M. Eychenne, A. Zouache (dir.), La Guerre dans le Proche-Orient médiéval. État de la question, lieux communs, nouvelles approches, IFAO, IFPO, Le Caire, 2015. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], Lectures inédites, mis en ligne le 01 juillet 2016, consulté le 29 juin 2017. URL : http://remmm.revues.org/9353

Haut de page

Auteur

Cyril Yovitchitch

Chercheur associé à l’UMR 8165 Orient et Méditerranée Islam médiéval

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page