Navigation – Plan du site

Noureddine AMARA, Candice RAYMOND & Jihane SFEIR, Écritures historiennes du Maghreb et du Machrek, hors-série de NAQD. Revue d'études et de critique sociale, 2015, 231 p. (version française) + 184 p. (version arabe)

Philippe BOURMAUD

Texte intégral

1Les historiennes et historiens de ce qu'il est convenu d'appeler le monde arabe, et que les coordinateurs de ce numéro préfèrent nommer Maghreb et Machrek, sont confrontés à des difficultés structurelles. Les travaux qui emploient les langues vernaculaires de ces pays ne sont lus que par un public très restreint au dehors. L'accès aux sources et aux conférences internationales leur est barré pour des raisons parfois d'ordre linguistique, très souvent faute d'un visa. Le travail dans les archives est souvent compliqué par le manque de moyens et, comme a pu le souligner l'historien égyptien Khaled Fahmy, par la défiance des institutions d'archivage à l'égard des chercheures et chercheurs. Les historiographies des pays arabes, produites sous de fortes contraintes politiques et idéologiques, ont enfin la mauvaise réputation d'être nationalistes, campanilistes ou tout simplement limitées à de l'érudition.

2Il convient de garder à l'esprit ces difficultés pour apprécier le travail historiographique qui se produit malgré tout dans cette région du monde. Les coordinateurs de ce numéro et les contributeurs ont choisi de les mentionner sans insister, et de mettre l'accent sur les méthodes de la discipline et les débats qui entourent le travail des historiens. Il en ressort des historiographies animées de controverses épistémologiques internes et de dialogues en tension avec les historiographies du reste du monde – et pas seulement celles des anciens pays colonisateurs.

3Outre l'introduction, la collection d'articles rassemble neuf textes, répartis en quatre ensembles (« La fabrique narrative de la nation », « Échappées ottomanes », « Retours à la marge » et un article-postface par le rédacteur en chef de la revue). Sans doute est-ce l'effet de toute entreprise scientifique collective de ce type que de laisser des béances. Les circonstances actuelles expliquent aisément l'absence des historiens de Syrie, de Libye et du Yémen. On regrettera davantage que l'Égypte, avec sa vaste tradition historique, manque à l'appel, tout comme le Soudan dont l'histoire connaît des renouvellements récents, y compris en France. La même remarque vaut de l'Irak où, en dépit de conditions détériorées d'ordre public et de budget, les institutions de conservation de la documentation, les Archives Nationales tout comme la Bibliothèque Nationale, déploient des efforts remarquables pour rendre accessibles, y compris à distance, leurs ressources. La consultation de leurs fonds, sous réserve d'avoir réussi à y accéder physiquement, y est infiniment moins contrainte que celle des millions de documents confisqués par le gouvernement américain durant l'occupation du pays, soumise à des restrictions vétilleuses. Il convient en outre de signaler l'entreprise de valorisation historienne du passé national dans plusieurs États du Golfe, qu'il aurait justement été intéressant d'analyser sur pièce.

4À l'inverse, l'historiographie du Maghreb est très étoffée dans le numéro et problématisée, et illustre des voix historiennes pas toujours audibles en France.

5À ce titre, le hors-série de Naqd a valeur de réponse à une très riche histoire coloniale qui, au nord de la Méditerranée, occupe un vaste espace médiatique, mais qui souffre d'être l'histoire de pays arabophones selon des sources francophones (ou, ailleurs dans le Maghreb, italophones ou hispanophones). L'un des défis qu'ont voulu relever N. Amara, C. Raymond et J. Sfeir est de ramener le fait colonial à de justes proportions dans l'histoire de ces pays. Les articles de Noureddine Amara, M'hamed Oualdi et Daho Djerbal se heurtent à des constructions historiques fortes autour des « ruptures fondatrices » de la colonisation et des décolonisations.

6Le premier montre que le construit que constitue une date-événement comme la conquête française d'Alger en 1830 représente un passé proliférant, envahissant le quotidien et la biographie, parce qu'il est érigé en critère de nationalité. Cette dernière a été d'abord soumise à un registre d'historiographie juridique qui avait davantage valeur de système de justification a posteriori que de régime d'enquête. N. Amara montre pourtant le caractère durablement disputé et l'historicité de la notion de nationalité algérienne. La nationalité, algérienne ou française, des habitants d'Algérie, a pourtant valeur performative, aux yeux d'un pouvoir ottoman dont l'administration récuse par le fait la légitimité de la conquête française, comme du point de vue d'historiens actuels confrontés à la difficulté de nommer les Algériens avant l'indépendance. Un approfondissement de l'histoire de la nationalité et de la souveraineté ottomane y apporterait sans doute une utile confirmation.

7M'hamed Oualdi se penche également sur la question de la persistance de l'Empire ottoman sous la colonisation française, pour repérer l'enchevêtrement des continuités ottomanes et des ruptures coloniales. Son levier dans cette entreprise est le groupe social des Mamelouks, dont la particularité est de fonder sa solidarité sur le localisme, en tant qu'élite installée des régences ottomanes, et sur une référence aux origines étrangères. Ce hiatus a engendré une historiographie paradoxale, soulignant alternativement l'une ou l'autre dimension, voire faisant des Mamelouks les précurseurs de la colonisation en vertu de leurs origines européennes. L'étude fine des stratégies des familles mameloukes montre que l'Empire ottoman ne disparaît pas des répertoires d'actions après l'occupation coloniale, même si elles sont aménagées à cette situation nouvelle. Le texte ouvre des perspectives très éclairantes en suggérant que les études sur le Maghreb s'ouvre aux continuités historiques, à rebours des historiographies coloniales et nationalistes, et à des comparaisons transcendant les frontières coloniales.

8Daho Djerbal suggère enfin d'affranchir l'historiographie algérienne de la datte-buttoir de 1962, qui semble suggérer une forme de « fin de l'histoire » marquée par l'avènement d'un sujet pleinement individué inscrit dans une nation constituée. Les processus d'individuation et de formation d'un collectif national, réputés parallèles, sont à analyser à une échelle fine, en envisageant les confrontations entre les personnes et les institutions. L'auteur souligne en particulier les effets individuels très divers de l'expérience du tournant historique de 1962 parmi les Algériens, du sentiment de libération à l'angoisse.

9Outre le poids des périodisations et du qualificatif « colonial » sur les historiographies arabes, d'autres effets de placage conceptuel transparaissent au fil des articles. Karima Dirèche souligne celui de l'identité arabo-islamique comme clé de lecture du Maghreb, depuis les mouvements anticoloniaux de l'entre-deux-guerres. Elle montre du coup la place bancale laissée par l'historiographie aux populations qui se trouvent en dehors de ce cadre, et notamment aux populations berbères. Inès Mrad Dali souligne pour sa part ce que l'association de l'esclavage dans les mondes musulmans et du djihad entraîne dans les historiographies européennes, et, en décalage, ce que l'identification des populations noires à une ascendance servile fait aux historiographies maghrébines. L'une et l'autre invitent à rendre compte de la multiplicité des trajectoires, noyées dans les grandes catégories.

10L'historiographie récente s'efforce de défaire les mosaïques superposées qui ont servi, dans la tradition orientaliste, de modèle d'analyse des sociétés du monde arabe ; et pour ce faire, de repenser en des termes relationnels l'histoire de sociétés longtemps vue comme des ensembles de segments. Jocelyne Dakhlia s'interroge ainsi sur l'assignation de structures de genre parfaitement binaires aux sociétés maghrébines, et par là, sur les explications des réticences des historiens et historiennes, naguère ouverts à la problématique de l'histoire des femmes, à accepter le caractère relationnel et construit de la différence de genre : aux conditions politiques et aux traditions intellectuelles, s'ajoute le refus de milieux militants féministes d'associer les hommes à leur mobilisation à travers la dénonciation de structures sociales de genre oppressantes pour l'un et l'autre sexe. Enfin, le genre est perçu comme un concept analytique essentiellement occidental, porteur d'un programme politique. Pour désarmer les accusations de colonialisme intellectuel et de placage d'appareil théorique, elle propose de réorienter l'étude de symboles historiques de la domination masculine comme le harem vers une histoire comparée des contraintes sociales telles que l'enfermement.

11Bernard Heyberger s'attaque lui aussi à une catégorie structurante classique des études sur les mondes musulmans : celle de communauté confessionnelle. Retraçant l'historiographie des chrétiens d'Orient, il souligne l'autonomisation progressive de ce champ disciplinaire vis-à-vis des institutions, ecclésiales ou diplomatiques, qui ont longtemps produit une histoire internaliste, de légitimation des communautés chrétiennes à l'intérieur d'États musulmans. L'étude des communautés dites minoritaires a acquis, depuis deux ou trois décennies, une valeur globale de révélateur des mécanismes sociaux.

12Jihane Sfeir et Candice Raymond (ainsi d'ailleurs que Karima Dirèche) abordent, chacune pour son propre territoire d'étude, les conditions sociales et politiques du travail des historiens. La première se penche sur les historiens palestiniens. Elle fait valoir l'historiographie, peu connue et traitée souvent comment non professionnelle, de l'entre-deux-guerres et son souci d'affirmer la continuité historique des communautés arabes palestiniennes. Elle montre surtout la difficile quête de légitimité des historiens palestiniens après 1948, et l'appropriation récente des outils de l'histoire orale pour mobiliser des réseaux, produire de la documentation, et prendre à contre-pied le positivisme appuyé sur les sources institutionnelles qui caractérisait naguère la recherche israélienne sur la guerre de 1948 et ses conséquences. Si une historiographie professionnelle existe, l'histoire de ces événements reste un enjeu conflictuel, et la bataille est menée davantage par la démocratisation des outils de documentation que par la légitimation des historiens de métiers.

13Le contraste est très marqué avec la situation des historiens libanais. Candice Raymond souligne, à leur sujet, le rôle de la démocratisation de l'accès à l'université dans les années 1960, et la construction d'un groupe social professionnel autour de méthodes, celles des Annales, et d'institutions scientifiques, séminaires de recherche et magazines intellectuels plus que revues spécialisées. Cette génération est celle qui a connu la guerre civile. Ses travaux, concentrés sur une histoire sociale ottomane en apparence détachée du présent, ont pourtant reflété, par la position de problèmes en résonance avec les conflits politiques, l'importance de l'histoire comme cadre herméneutique du conflit, fréquemment invoqué comme explication par les belligérants eux-mêmes. Le contrecoup de cette position au cœur du conflit est que l'histoire a suscité le désintérêt après-guerre, chez les étudiants et dans le grand public, et que l'écriture de l'histoire a été vidée de ses controverses et instrumentalisée au service du statu quo entre les communautés religieuses.

14Le hors-série de NAQD constitue un apport précieux à la compréhension d'historiographies mal connues en France. Il invite à réfléchir à la variation, d'un espace à un autre, des conditions de l'exercice du métier d'historien, telles que le contexte de formulation des problèmes, les difficultés méthodologiques et notamment l'accès aux sources, ou l'existence ou non d'une demande sociale de narration historique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe BOURMAUD, « Noureddine AMARA, Candice RAYMOND & Jihane SFEIR, Écritures historiennes du Maghreb et du Machrek, hors-série de NAQD. Revue d'études et de critique sociale, 2015, 231 p. (version française) + 184 p. (version arabe) », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], Lectures inédites, mis en ligne le 01 juillet 2016, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://remmm.revues.org/9358

Haut de page

Auteur

Philippe BOURMAUD

Chercheur en délégation CNRS. Institut Français d'Etudes Anatoliennes (USR 3131)Maître de conférences en histoire contemporaine. Université Jean Moulin – Lyon 3Laboratoire de Recherches Historiques Rhône-Alpes (UMR 5190)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page