Navigation – Plan du site

Oualdi M’hamed, Pagès-El Karoui Delphine et Verdeil Chantal (dir.), 2014, Les ondes de choc des révolutions arabes, Beyrouth, Presses de l’Ifpo (publications électroniques) (http://books.openedition.org/ifpo/6686).

Nathalie Ferré

Texte intégral

1Cet ouvrage, issu d'un colloque tenu en février 2012, se donne pour objectif de « décrire et suivre les 'ondes de choc' des révolutions, à l'intérieur de la sphère arabe, et au-delà, dans leurs répercussions régionales ou internationales » (p.17). Si les contributions de l'ouvrage portent en elles les incertitudes et le contexte du moment de l'écriture, les auteurs s'inscrivent pour la plupart dans le temps long et dégagent des clés de compréhension durables, questionnant autant les répercussions des révolutions que leurs causes, le déroulement ou les ressorts de l'interprétation diplomatique et médiatique. Plusieurs contributions font ainsi l'hypothèse d'une continuité plutôt que d'un « choc » de transformation radicale.

2Le pari de l'ouvrage et - l'une des principales richesses - consiste à rassembler au sein d'un même ouvrage les approches de plusieurs disciplines, éclairant les soulèvements à partir des méthodes variées allant d'analyses sémantiques, démographiques, à des études sociologiques ou historiques. Les quatorze chapitres sont séparés en trois parties thématiques. La première partie, la plus unifiée quant aux méthodes et questionnements, analyse les positionnements des diplomaties turques, iraniennes, israéliennes, russes et chinoises vis-à-vis des soulèvements dans les pays arabes. La deuxième partie se concentre sur les liens entre la sphère médiatique et les soulèvements ainsi que sur les logiques d'ouverture et de maintien de la censure. Enfin, la troisième partie rassemble des contributions plus hétéroclites qui contribuent une analyse sociale des soulèvements.

3Les réactions diplomatiques analysées s'inscrivent dans la période de l'écriture, alors que la guerre en Syrie s'enlise, prise dans l'enchevêtrement des intérêts géopolitiques des différents pays et l'incapacité à trouver un accord au sein des Nations Unies. Les contributions se recoupent notamment autour des conséquences de l'intervention en Libye et des implications dans la guerre en Syrie. Écrites par des spécialistes des pays en question, les éclairages historiques donnent des variables clés pour comprendre les enjeux stratégiques et les interprétations nationales respectives. L'analyse de la politique extérieure de l'Iran vis-à-vis des pays arabes d'Azadeh Kian retrace, à titre d'exemple, le cheminement de la politique extérieure, de la politique « révolutionnaire » des années 1980 aux inflexions suite à l'élection d’Hassan Rohani, pour expliquer le soutien inconditionnel à la Syrie comme principal allié dans la région. Le poids des sanctions internationales et la remise en cause du régime par le mouvement Vert en 2009 font, qu'à l'aune d'ouvertures pour la résolution du dossier nucléaire, Rohani donne son accord pour participer aux négociations sur la guerre en Syrie (p.49). La problématique centrale du chapitre sur les réactions diplomatiques turques interroge la capacité de l'AKP à incarner un modèle pour les pays arabes à travers l'histoire de ce parti et de sa perception, au fil du temps, dans les pays arabes. Les contributions font ainsi le lien entre les politiques intérieures et les réactions diplomatiques, en premier lieu la question kurde et alévie pour la Turquie (Hamit Bozarslan) et la crainte d'une déstabilisation interne pour la Russie (Anne de Tinguy), la Chine (Sébastien Colin) et Israël (Denis Charbit). Différentes lignes et principes directeurs des diplomaties se dégagent des analyses. La Chine tranche avec sa position classique de non-ingérence ; ses intérêts économiques en Libye et le rapatriement massif de ses nationaux la poussent à s'abstenir de voter la résolution 1973, permettant l'intervention internationale en Libye. De même que la Russie qui s’appuie sur le principe de défense de la souveraineté nationale, la Chine estime que les Occidentaux ont outrepassé leur mandat en Libye et s'oppose aux résolutions portant sur le conflit en Syrie. L'analyse des réactions officielles d’Israël montre la prédominance de réactions de vigilance dès lors que les révolutions s'approchent de ses frontières et la priorité accordée à la stabilité et au maintien des traités de paix.

4Dans la deuxième partie de l'ouvrage, la contribution d’Yves Gonzalez-Quijano retrace l'évolution sur le long terme de la médiasphère arabe et remet en question la distinction entre médias traditionnels et nouveaux médias, ainsi que la primauté supposée de ces derniers. Les flux entre les différents médias sont également pointés dans le cas égyptien par la contribution de Sarah Ben Néfissa. Le processus de démonopolisation médiatique par l'investissement d'hommes d'affaires dans la presse privée fait justement des journalistes des relais privilégiés des mouvements sociaux, bien avant le 25 janvier 2011. L'hypothèse d'une persistance des dépendances vis-à-vis des pouvoirs économiques et sociaux est soulignée dans l'étude empirique du contrôle du pluralisme et la place limitée de l'opposition sur les ondes d'une radio étatique algérienne (Nedjib Sidi Moussa). L'unique chapitre sur le champ artistique, dans lequel Annabelle Boissier revisite une enquête ethnographique au prisme du politique, révèle des formes de censure sociales envers les artistes d'art contemporain. Nadia Makouar utilise quant à elle les outils de la sémantique textuelle pour montrer comment varient, en fonction d'intérêts politiques et idéologiques, les traitements médiatiques des soulèvements en Égypte et au Bahreïn par la chaîne qatarie al-Jazeera, le journal saoudien al-sharq al-Awsat et deux journaux indépendants au Bahreïn et en Égypte ; l’étude fait écho aux liens entre manne publique et médias soulignés par Yves Gonzalez-Quijano. Les contributions mobilisent ainsi un matériel empirique riche et varié pour nuancer le traitement médiatique des « révolutions numériques ».

5Dans troisième partie de l'ouvrage « Au-delà du confessionnel et du tribal, espaces et sociétés en révolution », Delphine Pages-El Karoui rejoint les contributions sur les rôles de médias en prenant ses distances avec une analyse des soulèvements en termes de révolution 2.0. Elle analyse la contestation incarnée dans un espace concret : la Place Tahrir, étudiée dans son histoire et sa symbolique. Deux des contributions s'interrogent sur des facteurs explicatifs des soulèvements, Thomas Pierret mettant en avant des causes de l'enlisement de la guerre civile en Syrie en prenant comme comparaison le soulèvement de 1979 ; Françoise de Bel-Air montrant les liens ambivalents entre les migrations, le maintien des régimes autoritaires et les soulèvements. Olivier Pliez invite à dépasser l'image de la Libye forgée par la doctrine officielle de Kadhafi et de complexifier le regard sur les interactions entre les tribus et l'État, les divisions géographiques et le pays en tant qu’espace d'immigration et de transit pour les migrants.

6La richesse des contributions et leur variété permettent ainsi à nos yeux de rassembler au sein d'un même ouvrage des approches et des angles de vue différents. La perspective du lecteur se dégage d'une analyse uniquement focalisée sur les pays arabes et s’élargit au-delà d'une analyse purement géostratégique, historique, linguistique ou sociologique. Si plusieurs chapitres se rejoignent autour de problématiques communes, peu de concepts ou d'outils méthodologiques sont mobilisés de façon transversale ou formulés en guise de conclusion. Quoique écrit « à chaud » selon les termes des éditeurs (p. 17), le pari d'une approche pluridisciplinaire aurait gagné à s’accompagner de propositions méthodologiques permettant d’articuler les différentes approches, et de conclusions sur la façon d’aborder et de définir ces « ondes de choc », au-delà de la métaphore évoquée à plusieurs reprises dans l'ouvrage. Le caractère hétérogène des contributions donne cependant justement à lire des analyses qui ne postulent ni une certaine homogénéité ou une vision essentialiste d'un « monde arabe », ni une analyse des phénomènes en simples termes d'effet domino. Grâce à la spécialisation des auteurs, l'ouvrage met également en lumière des logiques de path-dependency, loin d'une illusion de nouveauté absolue et de rupture.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nathalie Ferré, « Oualdi M’hamed, Pagès-El Karoui Delphine et Verdeil Chantal (dir.), 2014, Les ondes de choc des révolutions arabes, Beyrouth, Presses de l’Ifpo (publications électroniques) (http://books.openedition.org/ifpo/6686). », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], Lectures inédites, mis en ligne le 04 juillet 2016, consulté le 23 mars 2017. URL : http://remmm.revues.org/9364

Haut de page

Auteur

Nathalie Ferré

Doctorante Sciences Po Aix-en-Provence, CHERPA

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page