Navigation – Plan du site

Moghira Mohammed Anouar, Les armées arabes et le pouvoir d’État. Militaires du peuple ou du régime ? (XIXe-XXIe siècle), Paris, Karthala, 2015, 333 p., 2 cartes.

Abbès Zouache

Texte intégral

  • 1 Les travaux cités dans ce compte-rendu ne le sont pas dans la (courte) bibliographie (p. 325-326) d (...)

1Les travaux en français sur la place de l’armée dans les systèmes étatiques arabes sont peu nombreux (mais voir Bourrat, 20121). Signalons donc la parution de ce livre touffu, qui présente plusieurs imperfections, mais dont la lecture peut être utile à ceux qui souhaitent mieux comprendre le processus de fragmentation territoriale en cours dans le monde arabe.

  • 2 Pas plus que les problèmes de translittération, qui sont tout aussi nombreux.

2Le lecteur devra passer outre les maladresses de style, qui sont assez nombreuses, mais ne nuisent pas vraiment à la lecture2. Il lui faudra aussi se faire à la succession épisodique d’idées contradictoires, ainsi qu’à un certain déficit d’explication et de précision. Par exemple, pourquoi ne pas clairement justifier la présence d’un (long) chapitre sur Tsahal (p. 227-262), d’autant plus qu’il fait aisément sens : depuis sa création, les relations d’Israël avec ses voisins arabes déterminent largement sa politique militaire, et l’armée y joue aussi un grand rôle politique et social (Lomsky-Feder et Ben-Ari, 2000). De même, la rareté des notes de bas de page rend peut-être la lecture moins hachée, mais à la longue, elle finit par réduire significativement la force de conviction du texte.

3La première partie (« La tentation du pouvoir », p. 21-131) est la plus historique. L’auteur y relate à grands traits l’histoire de l’armée de certains pays arabes. Trois groupes de pays sont distingués (Égypte – Syrie – Liban ; Irak – Algérie ; Soudan – Yémen – Libye), d’autres ne sont pas ou peu envisagés (notamment la Tunisie et le Maroc), sans que nous sachions pourquoi. Chaque pays a une histoire particulière ; il faut donc se défier des généralisations hâtives. Au Liban, l’armée de l’État (et l’État lui-même) compte peu et/ou est faible, ce qui n’est pas le cas de la majorité des pays arabes. La plupart ont connu une forme de militarisation du pouvoir, après leur indépendance. Dans certains cas (l’Algérie, surtout, mais aussi l’Irak, un temps, et dans une certaine mesure l’Égypte), la « tyrannie militaire » (Sader et Löwry, 1976, à propos de l’Amérique latine) en est venu à constituer la norme.

4La deuxième partie (« Le temps perdu de la guerre », p. 133-304) est plus ancrée dans le présent. M. A. M. y fait montre de son goût pour la stratégie militaire (d’ailleurs, son éditeur le présente notamment comme « expert des questions de défense, de stratégie militaire et des services de renseignements »). Des phrases y relèvent du commentaire personnel et de l’opinion ; elles peuvent laisser pantois. Ainsi, p. 308 : « Au vu des millions de manifestants qui sont sortis à son appel, il est désormais clair qu’il (i. e. ‘Abd al-Fattāḥ al-Sissi) est le plus apte à diriger l’Égypte, pays régulièrement secoué par les crises et déserté par les touristes » (p. 308).

5Cependant, certaines pages se lisent avec intérêt, comme celles qui sont consacrées au Hezbollah. M. A. M. y expose les « stratégies et contre-mesures asymétriques » qui ont permis à l’organisation de « dérégler l’appareil militaire israélien », pendant l’été 2006. Retenons, en particulier, l’idée suivant laquelle dans les années 1990, l’armée israélienne s’était orientée « vers le combat de basse intensité dans les Territoires palestiniens », ce qui la rendit peu apte à l’emporter aussi aisément qu’elle le croyait sur le Hezbollah. En effet, l’organisation paramilitaire chiite avait su faire sa mue « dès le début des années 2000 […], en tirant parti au mieux des atouts dont [ses combattants] peuvent disposer : le terrain, le courage et l’habileté des combattants, le recours aux moyens de la technique moderne » (p. 138-139).

6Depuis la Seconde Guerre mondiale au moins, les armées d’État n’ont pas connu la même réussite que le Hezbollah. À lire M. A. M., nous sommes conduits à penser qu’elles sont condamnées à l’inefficacité. Il est vrai qu’elles « n’ont pas vraiment brillé dans les guerres qu’elles ont menées au cours des xxe et xxie siècles ». L’armée yéménite a même été incapable, fin 1995, de résister « à celle du tout jeune État de l’Érythrée envahissant, à la surprise générale, les îles yéménites de Hanîsh » (p. 275-276). Peu efficaces sur le champ de bataille, les forces armées arabes ont aussi souvent « montré leur incapacité à agir sur le cours des évènements », lorsque des révoltes internes ont éclaté. Par exemple, lors du printemps arabe, le Bahreïn a dû faire appel à l’armée saoudienne (p. 277).

7M. A. M. ne se contente pas de ces analyses stratégiques. Il s’arrête aussi sur le rôle politique actuel des militaires, dont on attend parfois, en Occident, qu’ils jouent un rôle stabilisateur, ainsi que sur leur poids économique. D’importants moyens sont généralement dévolus à l’armée. Presque partout, les effectifs sont pléthoriques (selon M. A. M., les militaires actifs représenteraient 8,5 % de la population, en moyenne), les dépenses militaires très élevées (il évoque plus de 60 Mds de $, en 2009, mais des chiffres plus impressionnants encore sont parfois avancés, par exemple dans Lutz, 2013), et certains budgets militaires peuvent être considérés comme « astronomiques » (sic, p. 275).

8L’abondance de moyens ne conduit donc pas à l’efficacité opérationnelle. La « confusion armée/pouvoir » (p. 263-275), qui n’est pas partout aussi aboutie qu’en Algérie, est plutôt synonyme de sclérose et d’affaiblissement. M. A. M. considère que cette confusion a récemment pris la forme d’une « domestication des armées », qui sont subordonnées aux chefs de l’État (qui sont eux-mêmes, parfois, des militaires) et ont « pour la plupart été dépourvues d’une structure autonome de commandement » (p. 264). Il est vrai que les armées (ou plutôt leurs chefs) sont en compétition avec d’autres groupes ou organisations paramilitaires (police ; gardes dites républicaines ; services de renseignements, etc.). Dans la durée, la compétition peut d’autant plus les affaiblir qu’elles suscitent la méfiance des autocrates, qui savent ne guère pouvoir compter sur la loyauté de tout ou partie de leurs soldats.

9Dans le monde arabe, l’armée est donc d’abord envisagée comme un outil qui permet de conquérir, de conserver ou de perdre le pouvoir. Dans un tel cadre, posséder une armée (ou quelques unités) bien équipée est surtout « une question de prestige », et « théoriquement de dissuasion » (p. 276). Le raisonnement peut être poussé jusqu’à l’absurde. Peu importe que les soldats soient incapables d’utiliser les armes sophistiquées qui sont parfois achetées ; l’essentiel est de les posséder. D’ailleurs, certains contrats d’armement relèvent « plus de contrats de complaisance visant à obtenir certains appuis politiques, que de réponses à des besoins réels au plan opérationnel » (p. 276). Quant aux « pétromonarchies du Golfe », l’armement « moderne dont [elles] se dotent et font étalage dans les salons militaires d’Abou-Dhabi [sert] tout simplement à offrir un matériel pré-positionné aux États-Unis, dont la présence militaire dans la zone géostratégique du Golfe est connue » (p. 171).

10Comment s’étonner, dès lors, que le lien entre la population et l’armée soit rompu ou est en passe de l’être, même dans les pays où il semblait le plus solide ? Certes, en Égypte, où toute une propagande continue à la présenter comme l’émanation de la nation en armes, l’armée continue en partie à être mythifiée (Aclimandos, 2015). Mais la peinture se craquelle, sur la toile. En Israël, « les erreurs de Tsahal » (p. 241) ont œuvré « dans le sens d’une perte de sa crédibilité, donc de sa démythification » (ibid.) ; et « la dimension d’armée-nation est réduite au détriment d’une armée professionnelle » (ibid.). Les forces militaires de certains pays ne peuvent-elles être vues comme « un État dans l’État » (Bourrat, 2012, à propos de l’armée algérienne) ? En Égypte, elles sont à la tête d’un empire économique qui ne se cantonne pas à l’industrie de l’armement, et auquel leurs chefs tiennent comme à la prunelle de leurs yeux (Abul Magd, 2011, 2012, 2014).

11Au final, le tableau paraît bien sombre, sans doute beaucoup plus que celui que M. A. M. souhaitait peindre. À ses yeux, l’armée apparaît, depuis les révolutions arabes, comme un « nouveau groupe sociologique moteur ». Il y près d’un demi-siècle, Bernard Vernier formulait des espoirs analogues (Vernier, 1966). La conclusion de Les armées arabes et le pouvoir d’État… est intitulée « Espoirs et perspectives » (p. 309-314). Nous pouvons y lire, en particulier, que « la reconstruction politique post-révolution passe d’abord par la recomposition des forces armées elles-mêmes » (p. 309), et que le « chemin vers la démocratie […] permettra peut-être d’approcher un système plus équilibré entre le pouvoir politique et militaire » (p. 314). Certes.

Haut de page

Bibliographie

Abul-Magd Zeinab, 2011, « al-Ǧayš wa-l-iqtiṣād fī Miṣr / The Army and the Economy in Egypt », Ǧadaliyya, 21. 12. 2011, http://www.jadaliyya.com.

Abul-Magd Zeinab, « The Egyptian Republic of Retired Generals », Foreign Policy, 12 mai 2012.

Abul-Magd Zeinab, 2014, « Egypt’s Adaptable Officers: Power, Business, and Discontent », ISPI, Analysis n° 265, p. 1-9.

Aclimandos Tewfik, 2005, « Revisiting the History of the Egyptian Army », in Arthur Goldschmidt et al. (éd.), Re-envisioning Egypt, 1919-1952, Le Caire, The American University in Cairo Press, p. 68-93.

Aclimandos Tewfik, 2015, « De l’armée égyptienne. Éléments d’interprétation du ‘grand récit’ d’un acteur-clé du paysage national », Revue Tiers Monde 222, 2015/2, p. 85-102.

Bourrat Flavien (éd.), 2012, La place et le rôle des armées dans le monde arabe contemporain, Les Cahiers des Champs de mars n° 23.

Lomsky-Feder Edna et Ben-Ari Eyal, 2000, (éd.), The Military and Militarism in Israeli Society, New York, SUNY Press,.

Löwy Michael et Sader Eder, 1976, « La militarisation de l'État en Amérique latine », in Pedro Calil Padis (dir.), L'Amérique latine après cinquante ans d'industrialisation, Tiers-Monde tome 17, n° 68, p. 857-890.

Lutz Fanny, 2013, « Une décennie de frénésie militaire. Dépenses militaires au Moyen-Orient et en Afrique du Nord », Note d’analyse du Grip (Groupe de recherche et d’information sur la paix et la sécurité), Bruxelles, 26 fév. 2013. URL : http://www.grip.org/node/810.

Mermier Franck et Picard Élizabeth (dir.), 2007, Liban, une guerre de 33 jours, Paris, La Découverte.

Nimrod Raphaeli, 2013, « Egyptian Army’s Pervasive Role in National Economy », MEMRI, Inquiry and Analysis Series Report n° 1001, 29 juillet 2013, http://www.memri.org/report/en/print7313.htm.

Vernier Bernard, 1966, Armée et politique au Moyen Orient, Paris, Payot.

Haut de page

Notes

1 Les travaux cités dans ce compte-rendu ne le sont pas dans la (courte) bibliographie (p. 325-326) de l’ouvrage recensé ici.

2 Pas plus que les problèmes de translittération, qui sont tout aussi nombreux.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Abbès Zouache, « Moghira Mohammed Anouar, Les armées arabes et le pouvoir d’État. Militaires du peuple ou du régime ? (XIXe-XXIe siècle), Paris, Karthala, 2015, 333 p., 2 cartes. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], Lectures inédites, mis en ligne le 04 juillet 2016, consulté le 29 avril 2017. URL : http://remmm.revues.org/9366

Haut de page

Auteur

Abbès Zouache

Cnrs,Ciham-Umr 5648

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page