Navigation – Plan du site

DAVID Jean-Claude et BOISSIÈRE Thierry (sous la dir. de) : Alep et ses territoires. Fabrique et politique d’une ville, 1868-2011. Beyrouth-Damas, Presses de l’IFPO, 2014, 590 p.

Pierre Signoles

Texte intégral

  • 1 Voir le dossier « Urbicide » dans le numéro 11 (septembre 2015) de Tous urbains, Paris, PUF. Dans l (...)

1Vaine peut sembler l’entreprise consistant à effectuer aujourd’hui (2015) la recension d’un ouvrage intégralement consacré à Alep, deuxième concentration urbaine de Syrie et capitale économique de sa partie Nord, et à son espace régional. Celui-ci lui a procuré, au cours du temps, nombre de ses habitants ; c’est sur lui, mais au-delà encore, jusque sur de vastes portions de la Turquie et de l’Irak actuels, qu’elle a exercé sa domination économique et culturelle en y déployant ses réseaux ; c’est lui qui, dans une large mesure, a assuré son dynamisme ainsi que l’enrichissement et la puissance de ses grandes familles de notables et de marchands. Mais dès lors que la Syrie, désormais pays martyr, est ravagée par une guerre civile qui s’est progressivement transformée en un conflit à dimension internationale, sans cesse élargie ; et dès lors que l’on peut appliquer à Alep la notion d’urbicide, avec la double signification que rappelle O. Mongin1; alors il est légitime de s’interroger sur l’intérêt qu’un tel ouvrage peut encore présenter pour le lecteur.

2Les coordinateurs de l’ouvrage, le géographe Jean-Claude David et l’anthropologue Thierry Boissière, excellents connaisseurs de longue date de la Syrie en général et d’Alep en particulier, y ayant vécu plusieurs années et en ayant arpenté les terrains, affirment très clairement, dans un Prologue rédigé avant le déclenchement, en mars 2011, des manifestations contre le régime de Bachar al-Assad et la répression violente qui s’en est suivie, qu’il ne faut pas lire les contributions qui le composent en y recherchant les éléments qui laisseraient pressentir qu’une guerre civile était sur le point d’advenir et qu’elle prendrait l’ampleur, les formes, les développements qu’on lui connaît. De fait, si les collaborateurs à cet ouvrage collectif y exposent des résultats de terrain dont le caractère original contribue à la grande richesse du livre, la plupart des matériaux utilisés ont été produits entre 2005 et 2010. Donnons donc acte aux directeurs de la publication que leur entreprise ne se voulait en aucune manière prémonitoire. Pour autant, chaque Chapitre apporte nombre d’informations et d’analyses qui « offrent des éléments de compréhension du présent et permettent d’anticiper peut-être […] » les conditions de la reconstruction. Les différentes contributions rendent en effet compte des tensions et des dysfonctionnements qui se manifestaient dans les diverses configurations locales qu’ils explorent ; tensions et dysfonctionnements que l’évolution du régime ba’athiste dans un sens de plus en plus autoritaire et brutal n’a fait qu’exacerber, en même temps que la corruption devient progressivement source d’un véritable pillage et d’un asservissement des citoyens. Prenons donc avec la philosophie qui s’impose ce bel ouvrage et envisageons-le, avec ses responsables, comme « un outil pour préserver la continuité (…), un support de la mémoire (…) », voire, dans une vision que l’on jugera sans doute passablement optimiste (à ce jour), « une aide à la reconstruction ».

  • 2 L’ouvrage le plus récent, en langue française, exclusivement consacré à Alep et à sa région est un (...)

3J-C. David et T. Boissière invitent aussi le lecteur, dans l’Introduction générale qu’ils cosignent, à apprécier l’œuvre qu’ils ont dirigée pour ce qu’elle veut être, à savoir d’abord le « portrait » - et non la monographie - d’une ville et de ses territoires, un portrait établi pour restituer la place d’Alep « dans le contexte de la construction nationale syrienne et de la mise en place d’un Etat ultra-centralisé ». Un autre choix fort consiste à inscrire cette réflexion collective dans une période somme toute limitée, de la fin de l’Empire ottoman à aujourd’hui (2011 en l’occurrence)2, étant entendu que les auteurs qui le jugent nécessaire n’hésitent pas à plonger plus avant dans le temps. Ici, c’est l’année 1868 qui a été retenue comme borne : la date est symbolique pour le développement urbain d’Alep, car c’est celle à laquelle a été fondé le premier quartier « moderne » de la ville, inspiré des formes occidentales quant à son architecture et à sa voirie.

4Ce gros livre, épais (590 p.) et publié dans un grand format, est d’une qualité éditoriale remarquable. L’illustration, abondante, est composée d’environ 90 documents soigneusement sélectionnés (photographies, cartes postales anciennes, reproduction de documents d’archives) et placés en hors texte, ainsi que d’une centaine de figures en texte, principalement cartes, documents d’urbanisme et plans, relevés d’architectes, souvent restitués en couleurs. Il convient donc de féliciter l’éditeur (IFPO), ses responsables des publications et tous ceux qui ont concouru à cette production d’une qualité exceptionnelle.

5« Alep et ses territoires » est organisé en quatre grandes Parties, chacune composée de 5 à 6 chapitres; soit 22 chapitres au total. Le chapitre qui ouvre chaque Partie, assez court, en constitue une sorte d’introduction générale, très « pédagogique ». Elle explicite en effet, dans un premier temps, la thématique traitée et en justifie l’intérêt, avant de montrer comment celle-ci se décline au travers d’une présentation synthétique des différents chapitres constitutifs de la Partie concernée. Il est manifeste que cet ouvrage concrétise une direction scientifique ferme, ayant tracé préalablement à la rédaction des textes des orientations claires et s’étant donnée les moyens de les faire respecter. Sans cet effort-là, sans ce souci constant d’organisation de la matière disponible, il est probable que la cohérence à laquelle parvient cette œuvre collective ne serait pas aussi forte. Au bout du compte, parce que les articles sont autonomes tout en s’inscrivant précisément dans un ensemble pré-construit, ils sont comme les pièces d’un puzzle, évitant une lecture monolithique de l’objet de l’ouvrage, mais participant à rendre compte, par leur convergence, des différentes facettes d’un ensemble social complexe et dynamique, homogène et contradictoire, soucieux de valoriser ses traditions en même temps qu’ouvert sur une modernité souvent revendiquée.

6La Première Partie fixe le cadre géographique et temporel dans lequel s’inscriront les différentes contributions de l’ouvrage. C’est à F. Balanche qu’il revient d’établir le panorama d’ensemble, en rappelant les différentes étapes de l’évolution d’Alep : lent déclin depuis la fin du XVIIIème, accélération et aggravation de la crise avec la fin de l’Empire ottoman et la formation de la Syrie contemporaine, sérieuses difficultés provoquées par la « socialisation » de l’économie et les nationalisations décidées par le régime ba’athiste. Un regain industriel et commercial ne commence à se manifester qu’après les premières mesures de libéralisation (milieu des années 1960, et surtout années 1980). S’inscrivant dans le cadre ainsi fixé, les contributions qui suivent sont plus ciblées. Plusieurs d’entre elles se situent dans le champ historique et participent à la description et au décryptage des systèmes de relations spécifiques, éventuellement conflictuelles, établies ente Alep et son environnement régional, aussi bien montagnes de l’ouest que steppes de l’est : ainsi pour A. Ahmed Ali à propos des tribus kurdes et de leurs visées sur Alep, lors des « soubresauts de l’agonie » de l’Empire ottoman ; pour N. Méouchy qui interprète l’intensité des rapports entre les territoires des montagnes occidentales syriennes et Alep en fonction de la date de leur entrée dans la « révolte du Nord » (1919-1921) ; ou encore pour M.J. Barout, qui rappelle, à propos des steppes de Jéziré, le rôle essentiel qu’y joua Alep durant toute la période ottomane, bloquant l’urbanisation de Deir-ez-Zor et faisant en sorte que ce centre ne puisse être autre chose que son relais. Toujours en Jéziré, M. Ababsa retrace les phases plus récentes de la mise en valeur, depuis le « boom » du coton cultivé en irrigué (années 1950) jusqu’à l’ambitieux programme de l’aménagement de l’Euphrate (grand barrage Assad), dont l’échec a conduit au démantèlement des fermes d’Etat – un processus généralement mal connu, mais qui nous vaut ici une monographie informée de première main (S. Badlissi et R.-O. Foy). M. Ababsa montre aussi que, si Raqqa se situe, comme Deir-ez-Zor, dans l’orbite des marchands, des grossistes et des industriels textiles d’Alep, l’emprise de cette dernière est fluctuante. La Première Partie s’achève par une réflexion sur les espaces frontaliers entre la Syrie et la Turquie (A.-F. Delaistre, C. Lafrance et C. Roussel) : bien que généralement pomme de discorde et source de conflits, la frontière ne s’en est pas moins avérée, à d’autres périodes, être poreuse, permettant ainsi l’interpénétration des groupes communautaires qui y vivaient de part et d’autre et sa traversée par des flux divers, légaux (commerce) ou illégaux (contrebande). Pourtant, quand la porosité fait place au libre passage, comme ce fut le cas après 2007, Alep tire immédiatement un immense profit de la venue de nombreux acheteurs originaires de Turquie. Mais le rêve d’« un espace transfrontalier » qui s’établirait entre les deux Etats – qui alimente les réflexions de S. Aïta dans la Conclusion générale – s’est rapidement évanoui.

7La Deuxième Partie situe les analyses à une autre échelle que la précédente, puisqu’elle met la ville d’Alep et ses habitants (leur composition ethnique et sociale, leurs origines géographiques) au centre de ses préoccupations ; elle oriente aussi différemment le projecteur, préoccupée qu’elle est par les citadins en tant qu’acteurs de la production de quartiers (informels principalement) (S. Sakkal, Y. Bouagga) et en tant que certains d’entre eux, tout au moins, sont des protagonistes décisifs des rapports d’opposition ou d’alliance noués avec l’Etat et ses représentants. L’étude réalisée à partir d’enquêtes fines sur la « nouvelle culture jeune » (S.-A. Sauvegrain) montre comment les jeunes tentent d’échapper à l’emprise du groupe familial et à la lourdeur de l’espace domestique. Au total, cette Partie, qui donne à voir la manière dont certains protagonistes s’appuient sur « les réseaux de leurs multiples appartenances » pour se mettre en position de force ou développer leur capacité de résistance, tandis que, d’un autre côté, se systématisent des mécanismes « adaptés » (informel, illégal) aux besoins et aux moyens des principales composantes de la société, contribue à composer un tableau où les réalités s’avèrent moins manichéennes qu’on pourrait souvent le croire. Et ce d’autant que plusieurs contributeurs montrent, sur des exemples concrets, comment « la corruption systématique peut facilement prendre le pas » sur ces mécanismes ‘adaptés’ et, en se nourrissant d’elle-même, devenir, comme l’expose avec une grande force J.-C. David, « un outil d’asservissement dont on ne peut sortir que par la violence ». Constat malheureusement prémonitoire.

8La Troisième Partie plonge au cœur de la vie de la cité, dans les khans et les boutiques des souks, dans les échanges marchands et la circulation de l’argent à courte et longue distance. Les contributions qui la constituent privilégient d’abord les processus généraux et les modalités par lesquelles Alep exerce sa domination sur une région plus ou moins étendue : F. Métral rappelle ainsi tout ce que la puissance d’Alep doit à l’étendue, à la densité, à la diversité et à la profondeur de ses réseaux de fournisseurs, de courtiers et de clients, entretenus par le crédit et la confiance ; T. Boissière préfère mettre en évidence les effets du développement des activités commerciales qui, au fur et à mesure de leur diffusion dans la ville « moderne », y créent de nouvelles centralités, avant que, du fait des transformations des modes de consommation et des formes de commerces, elles ne conquièrent les périphéries aisées (supermarchés, centres commerciaux). D’autres contributions relèvent plutôt de la microéconomie ou de l’ethnographie : P. Anderson mobilise des enquêtes très fines pour montrer le rôle essentiel des courtiers, « points de confiance » entre l’acheteur et le vendeur; T. Boissière et P. Anderson adoptent la démarche biographique pour restituer la success story d’un Alépin « banal », n’ayant ni réputation, ni réseau de clientèle dans son héritage de fils d’une famille de commerçants, qui monte un système financier de type pyramidal, réunit ainsi une fortune considérable et réussit à incarner « une certaine figure de la modernité entrepeneuriale », sans que les autorités locales ou l’Etat n’y trouvent rien à redire. P. Meier, enfin, traite de manière très originale les représentations de l’ordre urbain, autrement dit ce qui est du ressort de la citadinité, en confrontant les récits « fantasmés » des marchands traditionnels et pieux des souks à ceux des jeunes vendeurs, plus tournés vers des clientèles touristiques. Le « conte des deux villes » qu’il reconstitue, peut ainsi être tenu, selon lui, pour la manifestation d’une lutte socioculturelle en cours; mais il invite en même temps à éviter d’en faire l’expression d’une dichotomie systématique, les Alépins combinant en permanence la « tradition » et la « modernité », dans leur vie et leurs pratiques quotidiennes.

9La Quatrième Partie s’attache à la question patrimoniale et à la patrimonialisation, au sens large puisque prenant en considération le patrimoine institutionnel et le patrimoine vivant. C’est un sujet qui, à Alep plus qu’à Damas, revêt une importance majeure pour le développement de la ville, dans la mesure où le centre-ville coïncide presque exactement avec la vieille ville et son environnement classé. Mais c’est aussi, conséquemment, un objet de controverses. J.-C. David fournit les éléments essentiels montrant la complexité, voire l’ambiguïté, des relations que les Alépins entretiennent avec le patrimoine. Il met en particulier en exergue le fait que s’opposent deux conceptions et deux pratiques du rapport au patrimoine culturel : une conception officielle et une pratique institutionnelle, qui fait suite à l’inscription en 1986 de la vieille ville dans le patrimoine mondial de l’Humanité, et une conception, voire plutôt une pratique, populaire, dont il considère qu’elle est « la reconnaissance d’un héritage par les habitants et les usagers dans leur vie quotidienne ». C’est toutefois la dimension « patrimoine vivant » qui constitue l’apport le plus original, et il faut s’en féliciter car c’est en général la moins documentée par enquêtes dans les études consacrées au processus de patrimonialisation dans les pays du monde arabe. P. Bosredon insiste sur l’idée que, pour la majorité des habitants de la vieille ville, le patrimoine est associé à la maison, au mode de vie traditionnel et aux valeurs qu’ils qualifient d’alépines (la religion, le respect des aînés, le port des vêtements traditionnels, la cuisine alépine, etc.) bien plus qu’aux constituants matériels de l’espace. Ce « patrimoine populaire » perdure grâce à l’investissement quotidien que les habitants et les petits commerçants lui consacrent (entretien des espaces publics). Pour autant, le patrimoine domestique vivant a du mal à évoluer (T. Moutia), car la réglementation, comme y insiste T. Grandin, interdit la plupart des modifications que les habitants souhaiteraient apporter à l’organisation des espaces intérieurs. Plus généralement, le patrimoine « populaire » entre en contradiction avec le patrimoine désigné par les autorités, lesquelles œuvrent principalement à la « mise en tourisme » de la vieille ville et voudraient pour ce faire « en gommer les caractères les moins attirants pour l’étranger » et « redessiner un patrimoine ‘idéal’ » conforme à leur propre vision (fantasmée ?).

10Comme nous avons déjà eu l’occasion de l’écrire, la manière d’organiser la matière extrêmement riche constitutive de cet ouvrage, qui fait converger plus d’une vingtaine d’études vers une même cible, en fait le grand intérêt. Elle implique cependant que certains thèmes soient occultés, ou ne soient traités qu’à la marge, pour différentes raisons dont la principale est assurément l’absence de chercheurs spécialistes du sujet à l’échelle d’Alep ou de sa région. Sur ce plan, si nous avions un seul regret à formuler, ce serait la trop faible visibilité accordée aux quartiers périphériques, à leur composition sociale, aux mobilités, aux pratiques de leurs habitants. Mais puisque ces lacunes étaient inévitables, il n’y a pas lieu d’épiloguer trop longtemps à leur propos. Nous formulerons néanmoins, pour finir, deux remarques ou deux réserves si l’on préfère. En premier lieu, nombre de chapitres livrent des observations, décrivent et analysent des processus dont de nombreux autres exemples se repèrent dans les villes du monde arabe (pour nous en tenir à elles), même si les temporalités peuvent en être décalées, les intensités différentes et les effets divergents. Cela aurait mérité d’être plus systématiquement signalé, ne serait-ce que pour permettre au lecteur de mieux identifier ce qui pourrait composer une éventuelle « spécificité » d’Alep, quel que soit le registre dans lequel celle-ci pourrait se situer. En second lieu, il nous semble dommage, même si on peut en comprendre les raisons, que les directeurs de la publication aient fait le choix explicite de ne pas formaliser ce qui pourrait constituer un « ordre urbain », un « modèle » d’Alep, « hérité et en cours de mutation ». Ce modèle, écrivent-ils (p. 29), est implicite à leur approche et c’est la convergence des contributions qui le restitue. Pour autant, il aurait mérité, selon nous, une tentative de conceptualisation ou, à tout le moins, une présentation synthétique dans une conclusion même si, probablement, celle-ci aurait alors vibré de moins d’enthousiasme que celle qui nous est proposée (S. Aïta).

Haut de page

Notes

1 Voir le dossier « Urbicide » dans le numéro 11 (septembre 2015) de Tous urbains, Paris, PUF. Dans la petite introduction qui sert de présentation à de dossier, O. Mongin rappelle les origines de la notion et sa double dimension : destruction matérielle de la ville, que « le tyran s’acharne à faire disparaître sous les ruines » et éradication de l’ « esprit urbain, celui de l’hospitalité et de l’accueil […] » qui va de pair avec la citoyenneté.

2 L’ouvrage le plus récent, en langue française, exclusivement consacré à Alep et à sa région est un numéro spécial de la REMM qui date déjà de 1991 et dont la perspective est nettement plus historique que celle de l’ouvrage dont il est fait ici la recension. Voir : Fuglestad-Aumenier (coord.) : Alep et la Syrie du Nord, Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée, 1991, n° 62, 208 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Signoles, « DAVID Jean-Claude et BOISSIÈRE Thierry (sous la dir. de) : Alep et ses territoires. Fabrique et politique d’une ville, 1868-2011. Beyrouth-Damas, Presses de l’IFPO, 2014, 590 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], Lectures inédites, mis en ligne le 08 juillet 2016, consulté le 17 août 2017. URL : http://remmm.revues.org/9368

Haut de page

Auteur

Pierre Signoles

Equipe EMAM, UMR 7324 CITERES, CNRS et Université de Tours

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page