Navigation – Plan du site

Laure Guirguis, Égypte. Révolution et contre-révolution, Presses de l’Université de Laval, 2014.

Gaëtan Du Roy

Texte intégral

1Avec son nouveau livre, Égypte. Révolution et contre-révolution, Laure Guirguis vient proposer l’une des premières synthèses portant sur le processus révolutionnaire qui secoue le plus grand pays arabe depuis janvier 2011. Or la synthèse est un art difficile, surtout quand le phénomène dont on parle est à la fois proche et toujours en mouvement. Il est probable, comme l’avance l’auteure, que la restauration autoritaire du maréchal Sissi ne soit pas un retour au statu quo ante et que la stabilité actuelle de l’Égypte ne soit en réalité qu’un trompe-l’œil.

2Pour comprendre comment la révolution a été ballotée entre espoirs et déceptions, Laure Guirguis nous propose un parcours en quatre temps. Le premier nous ramène avant la révolution pour nous introduire aux tensions qui ont fini par converger et ainsi provoquer la chute du dictateur. Au cours des années 2000, une clique d’hommes d’affaires réunis autour du fils du président, Gamal Moubarak, prend petit à petit les commandes du Parti National Démocratique (PND). Cette prise de contrôle va de pair avec une vague de libéralisation de l’économie à partir de 2002, assurant à l’Égypte un taux de croissance important, mais qui profitait à une infime partie de la population tout en favorisant la spéculation frauduleuse. Le but de cette nouvelle génération était de préparer l’arrivée au pouvoir de Gamal Moubarak en plaçant des soutiens aux différents échelons de l’appareil d’État, ce qui bouleversa en réalité le système clientéliste. En outre, cette succession annoncée ne plaisait guère à l’armée qui sentait venir les troubles à l’occasion de l’élection présidentielle prévue en 2011. Les présidents égyptiens depuis Nasser se sont attelés à dépolitiser l’institution dont ils étaient issus afin d’éviter les coups d’État. Ils ont assuré pour cela un certain nombre de prébendes lucratives à l’armée, de même que des postes dans l’administration pour les militaires à la retraite. Cette caste s’est donc sentie menacée par la libéralisation de l’économie qui risquait de lui faire perdre le contrôle de nombreuses « parts de marché ». Laure Guirguis présente également les protestations émanant de la société civile, qui se sont multipliées au fil des années 2000. Les associations et ONG se sont multipliées et montrées de plus en plus critiques. Les autorités en place se sont efforcées de neutraliser ce nouveau langage militant en le récupérant à leur compte, mais aussi en maintenant les associations dans une zone précaire de semi-illégalité où elles pouvaient à tout moment être interdites. Les petites victoires symboliques se sont pourtant accumulées, montrant que l’État ne pouvait simplement ignorer les requêtes qui lui étaient adressées. Un nouvel activisme est apparu durant la dernière décennie de Moubarak, porté par une jeunesse politisée à l’occasion de la deuxième intifada palestinienne mais aussi par une vieille génération de militants. Kifâya (« Ça suffit ! ») réunit à partir de 2004 diverses tendances politiques dans le refus de la succession de Hosni Moubarak par son fils Gamal. Les ouvriers entrent également en scène à la même époque, principalement ceux des filatures de Mahalla dans le Delta. Les grèves se multiplient alors dans le pays pour protester contre les politiques de libéralisations encouragées par le FMI et réclamer de meilleurs salaires. Les fraudes massives aux élections syndicales de 2006 poussent les ouvriers à réclamer la formation de syndicats autonomes. Enfin, sont dénoncées les violences de la police et ses pratiques de plus en plus visibles de racket. Dès lors, lorsqu’un jeune homme est tabassé à mort dans un commissariat d’Alexandrie, la page Facebook « nous sommes tous Khaled Saïd », lui rendant hommage, n’a aucun mal à réunir une centaine de millier de sympathisants. Ce « refus de l’oppression se concrétise comme une révolte viscérale des corps contre le dispositif militaro-policier exercé sur les corps et sur les vies » (p. 50).

3Laure Guirguis nous plonge ensuite dans le feu des 18 jours de la révolution du 25 janvier 2011. Elle rend compte avec minutie des diverses étapes du soulèvement : suite à un appel du mouvement activiste du Six avril, des milliers de personnes convergent vers la place Tahrir ; en réaction à la répression, la révolution se durcit et se renforce au fur et à mesure qu’elle agrège de nouveaux soutiens ; la violence des forces de l’ordre durcit la teneur de slogans qui réclament vite la déchéance du raïs ; diverses protestations sectorielles convergent dans un même espace pour réclamer plus de justice sociale. Moubarak est finalement démissionné par l’armée, dont le Conseil supérieur des forces armées (CSFA) prend le contrôle du pays sous la direction du maréchal Tantaoui.

4Le troisième chapitre, l’un des plus intéressants, raconte la période qui court entre la chute du président Moubarak et l’élection de son successeur Mohammed Morsi. « Les procédures démocratiques contre la révolution ». Le titre du chapitre est évocateur et montre bien l’ambiguïté d’une transition conduite par les deux principales forces contre-révolutionnaires, à savoir l’armée et les Frères musulmans. Très vite les deux protagonistes se mettent d’accord sur la mise en place d’une feuille de route qui prévoit d’abord l’élection d’un parlement qui ensuite sera lui-même chargé d’élire une constituante. Tout l’enjeu pour le CSFA et les Frères est de canaliser le mouvement révolutionnaire en le contenant dans le cadre des procédures démocratiques favorables à la confrérie islamiste, qui jouit d’un avantage organisationnel sur ses concurrents. La dynamique révolutionnaire se poursuit cependant et influe sur les événements, marquant souvent des avancées symboliques par les sit-in et manifestations « millionnaires » (mliyûniyya). Cette dynamique protestataire polymorphe est marquée par des flambées de violence et des massacres, notamment à Maspero (centre-ville) en octobre 2011 et dans la rue Mohammed Mahmud proche de Tahrir en novembre 2011. Les Frères soutiennent rarement cette opposition, si ce n’est, ponctuellement, pour montrer à l’armée qu’ils sont toujours susceptibles de s’allier aux révolutionnaires. Au fur et à mesure le CSFA commence pourtant à se méfier et tente de changer les règles du jeu et de reprendre le contrôle de l’écriture de la constitution. Le chapitre se poursuit par une description informée des élections législatives de décembre 2011/janvier 2012, marquées par la victoire du camp islamiste qui remporte 70 % des voix, puis des élections présidentielles de mai-juin 2012. Entre les deux scrutins, le camp islamiste perd de la vigueur et c’est sans doute l’apport de voix révolutionnaires qui permet à Morsi, le candidat des Frères musulmans, de l’emporter au second tour de justesse face à Ahmed Shafiq, ex-militaire et candidat de l’ancien régime. Émerge pourtant une troisième figure, majoritaire au Caire et à Alexandrie, en la personne de Hamdîn Sabahi, nassérien de centre-gauche qui vient démontrer qu’il existe une option entre l’armée et l’ancien régime.

  • 1 Il fut dissout le 14 juin 2012 entre les deux tours de l’élection présidentielle par la Haute cour (...)

5Le quatrième chapitre relate la période de gouvernement des Frères musulmans et son issue dans le coup d’État du général Sissi le 3 août 2013, marquant la victoire (provisoire ?) du camp contre-révolutionnaire. Qu’est-ce qui explique la chute rapide de Morsi sous les coups d’une alliance de l’ensemble des forces politiques, des révolutionnaires aux salafistes ? C’est essentiellement, explique L. Guirguis, la perte de tous les soutiens dans les milieux protestataires, qui rendent les Frères inutiles aux yeux des appareils sécuritaires tant la confrérie s’avère incapable d’enrayer la dynamique révolutionnaire et de favoriser le retour à l’ordre. C’est même tout le contraire qui se produit quand les Frères musulmans tentent d’infiltrer les divers services de l’État, s’attirant ainsi l’animosité de la plupart d’entre eux par leurs manœuvres à la fois brutales et maladroites. Le bras de fer qui s’engagera avec l’appareil judiciaire leur sera fatal. Morsi tentera en effet de passer outre le jugement de dissolution du parlement1 en s’octroyant de larges pouvoirs par décret constitutionnel dès le 22 novembre 2012. Cette tentative enclenchera une nouvelle dynamique révolutionnaire « sous influence contre-révolutionnaire » (p. 130). Celle-ci mènera à la création de la campagne Tamarrud (« Rébellion ») lancée par de jeunes opposants et consistant à recueillir le plus de signatures possibles demandant la démission du président. L’armée et la police soutiennent le mouvement qui débouche sur les manifestions monstres du 30 juin, puis sur le renversement de Morsi le 3 juillet. La suite est connue : le général Sissi jouit alors d’un engouement nationaliste qui lui permettra d’être élu président en juin 2014. Depuis son coup d’État, l’armée mène une répression sanguinaire contre les Frères et n’hésite pas à jeter en prison de nombreux défenseurs des droits humains, proclamant ainsi la fin du processus révolutionnaire.

6Les institutions contre-révolutionnaire, conclut l’auteure, produisent les récits officiels de l’événement révolutionnaire et somment ses acteurs, morts ou vifs, de se cantonner à l’espace circonscrit qui leur est ainsi assigné. Les forces de sécurité n’ont de cesse d’effacer les figures des martyrs de la révolution qui avaient envahi les murs de la capitale, notamment le mur de la rue Mohammed Mahmoud. Représentations de l’émergence d’une pluralité de sujets politiques affirmant leurs droits inaliénables, les martyrs, enferrés par le discours contre-révolutionnaire, se figent en incarnations muettes de la nation. (p. 163-164).

7On regrettera parfois le manque de précision de certaines citations qui ne sont pas référencées, ce qui laisse parfois dans le doute quant à l’identité des énonciateurs (par ex. p. 56, 58-60). Certains faits sont avancés comme s’ils allaient de soi, telle l’affirmation que le 30 juin 2013, entre « 12 et 18 millions d’Égyptiens prennent de nouveau les rues » (p. 150). Outre le fait que ces chiffres paraissent extrêmement élevés et improbables, ils sont surtout issus d’hypothèses proposées par les médias égyptiens, et qui relèvent le plus souvent de l’exagération, si ce n’est de la propagande. Il aurait peut-être suffi d’expliquer que beaucoup plus de gens sont descendus dans la rue le 30 juin que le 25 janvier. On peut regretter également quelques imprécisions : le massacre de Maspero a lieu le 9 et non le 10 octobre (p. 82). Malgré ces réserves, on peut affirmer que cette synthèse constituera désormais une référence incontournable pour qui souhaite étudier les événements révolutionnaires en Égypte.

Haut de page

Notes

1 Il fut dissout le 14 juin 2012 entre les deux tours de l’élection présidentielle par la Haute cour constitutionnelle qui argua de la non-constitutionnalité de la loi électorale.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gaëtan Du Roy, « Laure Guirguis, Égypte. Révolution et contre-révolution, Presses de l’Université de Laval, 2014. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], Lectures inédites, mis en ligne le 08 juillet 2016, consulté le 30 avril 2017. URL : http://remmm.revues.org/9372

Haut de page

Auteur

Gaëtan Du Roy

FNRS-LaRHis, Université catholique de Louvain

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page