Skip to navigation – Site map

Migrations en Méditerranée : Une anthropologie de l’absence ?

Mediterranean Migrations: Toward an Anthropology of absence. Call for Papers

Depuis près de trois décennies, le modèle de la circulation renouvelle l’analyse des phénomènes migratoires en mettant en lumière la capacité des migrants à organiser leurs circulations et à entretenir des liens entre les pays d’où ils viennent et ceux où ils vivent et travaillent (De Tapia, 1998 ; Tarrius, 2002 ; Peraldi 2002 ; Urry, 2005 ; Levitt, 2007 ; Glick-Schiller, 2010). De cette prise en compte des investissements multi-situés a découlé une attention nouvelle pour les liens transnationaux, ce qui s’est traduit par une orientation conceptuelle, à la fois descriptive et interprétative, autour de ce que l’on a pu appeler la « double présence » (Diminescu, 2005 ; Wihtol de Wenden, 2009, 2014) ; celle-ci étant appelée à se substituer durablement à la « double absence » (Sayad, 1999) caractéristique des migrations fordistes, liées au contexte colonial et post-colonial. Si la fécondité de ces analyses a permis d’opérer un important changement paradigmatique dans le champ des migrations, c’est en faisant de l’absence un impensé des migrations et des circulations. Or, en définissant un nouveau mode de présence ici et là-bas, le modèle de la circulation occulte la production sociale, culturelle, politique et juridique que l’éloignement et l’absence peuvent susciter dans les sociétés de départ et dans celles d’installation.

Cet appel à contribution se donne ainsi pour objectif de faire le point sur la place et le rôle de l’absent(e) dans les sociétés méditerranéennes caractérisées par des formes de mobilités plurielles et, plus largement, de considérer l’absence comme un révélateur des transformations sociales à l’œuvre à différentes échelles d’analyse.

Axe 1 - Sciences de l’émigration depuis les sociétés de départ

Les questions migratoires constituent désormais un objet de recherche bien connu mais dont la connaissance privilégie comme cadre d’analyse le pays d’installation. Ce constat invite à porter l’attention sur les conséquences de l’absence sur les sociétés de départ. Comment celles-ci réorganisent-elle les relations sociales, les modes de vie ? Quels sont les effets de l’absence sur la division sexuée des rôles et leurs recompositions ? Comment et dans quel cadre sont mis en œuvre les retours – y compris le retour post-mortem – au pays natal ? Ce premier axe souhaite tout à la fois faire le point sur les connaissances relatives aux sociétés de départ et revisiter un certain nombre d’analyses en mettant au jour les impensés qui les structurent, et ce, dans une perspective moins critique qu’analytique. Il s’agira donc de proposer à partir de la prise en compte de l’absence dans les sociétés de départ une histoire certes décalée des grands paradigmes, mais centrale dans la compréhension du phénomène migratoire.

Axe 2 – Absence, communication et interaction

Les travaux de Sayad (1985) ont montré combien la communication avec l’absent témoigne de l’importance attachée aussi bien au message qu’au messager comme autant d’attestations de bonne moralité pour justifier l’éloignement, la promesse d’un retour imminent, ou les contraintes qui le font tarder. Avec l’introduction dans l’existence ordinaire d’espaces – publics ou privés – destinés à rendre opérationnelles les correspondances en tout lieu et à tout moment, les nouvelles technologies de communication participent à structurer l’expérience migratoire dans la mesure où l’absence de l’exilé(e) laisse des traces, offrant la possibilité d’être retracées par les correspondants lorsque l’absence jusque-là « remarquée », c’est-à-dire renseignée, cède à la disparition et au silence. Dans quelle mesure l’éloignement recompose-t-il les échanges entre membres éloignés dans un espace migratoire ou dans un cadre diasporique et influe-t-il sur la « présence » de l’absent(e) au sein de ses collectifs d’appartenance ? Les propositions s’inscrivant dans cet axe s’efforceront de mettre en évidence la façon dont l’expérience de l’absence confère aux échanges des caractéristiques différentes selon le statut de l’absent(e) (v.g. parent engagé dans la parentalité transnationale), le temps passé à l’étranger et les modulations du projet migratoire. Il s’agira également d’évaluer de quelle façon les nouvelles technologies permettent (ou pas) un gain conversationnel par rapport aux échanges épistolaires lesquels présentent souvent « un refoulement des aspects les plus dramatiques de l’expérience migratoire » (Albera, 2009) ? L’approche comparative sera la bienvenue.

Axe 3 – Le genre de l’absence au prisme de l’art et de la culture

Si les liens entre membres de collectifs dispersés structurent l’expérience de l’exil(e) dans un espace, un temps et un univers des sensibles, moins courantes sont les recherches qui ont interrogé l’expérience migratoire et ses effets à partir de ses formes artistiques et culturelles. Elles sont cependant révélatrices d’une économie morale des sentiments et des affects qui affleure dans la relation entre membres géographiquement éloignés. Il s’agira donc ici de documenter dans les domaines littéraire, musical, urbanistique et architectural les productions de l’absence au prisme du genre et de rendre compte, dans le temps et l’espace, de leurs évolutions et manifestations.

Axe 4 - Politiques d’Etats vis-à-vis de leurs ressortissants

La circulation des hommes et des marchandises longtemps « silencieuse et continue » (Aymard, 1986) a assuré l’unité de cet espace méditerranéen en permettant un redéploiement des activités commerciales ou autres. Les migrations se heurtent désormais à des modalités accrues de contrôle migratoire qui reconfigurent les expériences et les profils. Nous souhaitons donc promouvoir les contributions à deux niveaux : Premièrement, au niveau des politiques d’Etat qui officialisent l’absent(e) en lui accordant un statut (cas emblématique des Marocains résidant à l’étranger : MRE), en lui reconnaissant ou refusant la double nationalité. Ce faisant, quels rapports au pays d’origine et au pays d’installation, ces politiques d’Etat développent-elles ? Quelles conceptions d’une « communauté nationale » façonnent-elles entre présents et absents ? Deuxièmement, au niveau des temporalités spécifiques, qui structurent les déplacements des migrant(e).s particulièrement en cas de situation irrégulière, lesquelles ralentissent ces mobilités (camps de « transit », lieux d’assignation) voire les interrompent (expulsion). Ces inégales capacités de mobilité ont des effets directs sur les liens avec les collectifs restés au pays : comment donc penser l’absence et comment signifier à l’entourage l’interruption – ou la mise en suspens – du projet migratoire ?

Dans ce contexte, le couple présence/absence nécessite une analyse renouvelée attentive à l’interpénétration des logiques globales à une échelle locale. Sont attendues des contributions pluridisciplinaires centrées sur les effets de l’absence sur le vivre-ensemble des sociétés méditerranéennes.

Calendrier

- 5 novembre 2016 : Envoi des propositions aux directeurs scientifiques du numéro :

Kamel Chachoua (chachoua [at] mmsh.univ-aix.fr) Aix-Marseille Univ, CNRS, IREMAM (UMR 7310), Aix-en-Provence, France

et Constance De Gourcy (constance.degourcy [at] univ-amu.fr) , Aix-Marseille Univ, CNRS, LAMES (UMR 7305), Aix-en-Provence, France.

- 5 janvier 2017 : Réponse aux auteurs

- 5 juin 2017 : Envoi des articles aux directeurs scientifiques du numéro

- Automne 2018 : Publication du numéro

Kamel Chachoua Aix-Marseille University, CNRS, IREMAM (UMR 7310), Aix-en-Provence, France, and Constance De Gourcy, Aix-Marseille University, CNRS, LAMES (UMR 7305), Aix-en-Provence, France.

For nearly three decades, migrant movements have nurtured the analysis of migratory flows, highlighting the ability of migrants to organize their movements and maintain links between their communities of origin and destination, where they come from and where they will live and work (De Tapia, 1998; Tarrius 2002; Peraldi 2002; Urry, 2005; Levitt, 2007; Glick Schiller, 2010). From this awareness of a multi-site investment there has arisen a new interest in transnational links, and a conceptual construction which is both descriptive and interpretative, according to that which has been called a “double presence” (Diminescu, 2005; Wihtol de Wenden, 2009, 2014); the latter being designed as a permanent replacement for the "double absence" (Sayad, 1999) characteristic of the economic migration practices arising in the colonial and post-colonial context. If the predictive power of these analyses facilitated a major paradigm shift in the study of migration, it was by constructing absence as a corollary of migrations and movement. However, by defining a new mode of presence as both here and there, the model of population movements overlooks social, cultural, political and legal effects that removal and absence can arouse both in the societies of origin and those of the destination.

This call for papers aims to focus scholarly attention on the place and role of the absent in Mediterranean societies characterized by multiple forms of mobility, and, more broadly, to consider how absence can be understood as an indicator of social transformations at work at different scales of analysis.

Axis 1 – Studies of emigration as seen from originating societies

Migration issues represent a well documented field of study for sociological research, even if studies have largely focused on the immigration phenomenon with respect to destination countries. This suggests there is opportunity to focus on the consequences of departure and the idea of absence among net emigration societies. How do such societies reorganize social relations, lifestyles and practices? How does absence affect gender and group practices? How and in what context are repatriations organized, including post-mortem repatriations? This first line of enquiry seeks both a review of existing knowledge of societies that are net originators of migration and an analytical perspective evaluating the population flows in terms of the underlying assumptions and social structures. Our first objective therefore, will be to propose an account of absence among originating societies, an account which, while peripheral to the main axes of migration studies, remains central to understanding migratory phenomena.

Axis 2 - Absence, communication and interaction

Research by Sayad (1985) has shown how communications between a home group and an absent member reflects the importance attached both to the message and to the messenger as moral justification for the separation, for the promise of imminent return, or constraints that impose delays. With the introduction of CTI (Computer and Telephony Integrated) technologies into the construction of migrant spaces – whether public or private –actively contributing to structuring the migration experience to where an expatriate leaves traces that may be traced by correspondents that day when a felt absence yields, an absence which until then had been maintained gives way to disappearance and silence. To what extent does distance reshape the exchange between the one who is absent or dispersed (under conditions of diaspora) and influences the "presence" of the one who is absent among referent groups? Proposals falling within this research axis will seek to highlight how the experience of the absent corresponds to the social status of the one who is absent (e.g., a parent engaged in transnational parenting) and according to the time spent abroad and variations of the individual’s migratory project. Proposals should also assess the ways in which new technologies improve (or inhibit) dialogue when compared to epistolary exchanges which often "understate the most dramatic aspects of the migratory experience" (Albera, 2009)? A comparative approach will be welcome.

Axis 3 – A typology of absence in light of artistic and cultural expression

If the links between dispersed group members describe the experience of exile within a particular space, for a given time and a shared universe, less common is the research that has questioned the experience of migration and its effects in terms of the arts and culture. These however, are indicative of a moral economy of sentiment and of feeling such as there might be among geographically dispersed members of a group. Submissions should document literary, musical, urban and architectural productions which arise in absence and are viewed according to the prism of the expressive genre and presenting in time and space, their development and staging.

Priority 4 – State policies with respect to expatriate individuals and groups

The movement of people and goods for long "silent and continuous" (Aymard, 1986) ensured the unity of the Mediterranean basin by allowing structural adjustments and redeployment. Free movement is now fraught with controls that determine the shape and limits of migrant experience. As a result, we seek contributions on two levels: First, at the level of state policies that formalize absence by granting it a recognized social status (e.g., the Moroccan MRE program—Marocains Résidant à l’Etranger—which recognizes and supports Moroccans Living Abroad), recognizing or denying citizenship status. How are relations between the migrant’s state of origin and the destination state impacted by such policies? What idea of "national community" do these policies assume and how do such assumptions shape relations between the present and the absent? Secondly, with regard to specific temporalities, what are the structural elements which limit migration mobility and at what point do these support or interrupt such movements, especially in the case of undocumented migrants who must pass through "transit" camps, meeting points and expulsions? Such unequal mobility directly affects linkages with the collective back home. How should we conceive of absence or communicate with one’s entourage the interruption, even postponement of the migration project?

In this context, analysis of the presence/absence duality requires renewed attention to the interpenetration of global logic on a local scale. Expected multidisciplinary contributions should focus on the effects of absence on good relations among Mediterranean societies.

Publication calendar:

- November 5, 2016 : Submission of proposals to the Editors

* Kamel Chachoua (Chachoua [at] mmsh.univ-aix.fr),and

* Constance De Gourcy (constance.degourcy [at] univ-amu.fr)

- January 5, 2017 : Response to authors

- June 5, 2017 : Deadline for completed articles

- Autumn 2018 : Publication release date

Bibliography

Bibliographie / Bibliography

Albera, Dionigi, 2009, « Le « voyage immobile » des artisans-migrants (Italie du Nord, XIXe-XXe siècles) », Méditerranée, 113, p. 113-119. URL : www.cairn.info/revue-mediterranee-2009-2-page-113.htm.

Aymard, Maurice, 1986, « Migrations », La Méditerranée. Les hommes et l'héritage, in Braudel, Fernand et Duby, Georges (dir), Paris, Flammarion.

De Tapia Stéphane et al., 1998, La circulation migratoire dans les diasporas ouvrières de la méditerranée : la Turquie, Poitiers, Migrinter.

Diminescu, Dana, 2005, « Le migrant connecté : pour un manifeste épistémologique », Migrations Société 102, p. 275-293.

Glick-Schiller, Nina, 2010, “A Global Perspective on Transnational Migration" in Faist, Thomas and Baubock Rainer (eds), Transnationalism and Diaspora, Amsterdam UP/IMISCOE, ed. Amsterdam.

Levitt, Peggy et al., 2007, « Conceptualizing Simultaneity, A Transnational Social Field Perspective on Society », in Portes, Alejandro et Dewind Josh (eds) Rethinking migration, New Theoretical and Empirical Perspectives, Center for Migration Studies of New York, Berghahn Books.

Peraldi, Michel, (dir.), 2002, La fin des norias ? Réseaux migrants dans les économies marchandes en Méditerranée, Paris, Maisonneuve et Larose.

Sayad, Abdelmalek, 1985, « Du message oral au message sur cassette, la communication avec l'absent », Actes de la recherche en sciences sociales 59, p. 61-72.

Sayad, Abdelmalek, 1999, La double absence, Des illusions de l'émigré aux souffrances de l'immigré, Paris, Seuil.

Tarrius, Alain, 2002, La mondialisation par le bas. Les nouveaux nomades des économies souterraines, préface de M. Wieviorka, Paris, Balland.

Urry, John, 2005, Sociologie des mobilités, Paris, Armand Colin.

Wihtol de Wenden, Catherine, 2009, « l’espace migratoire et ses enjeux », in Bensaâd, Ali (dir.), Le Maghreb à l'épreuve des migrations subsahariennes. Immigration sur émigration, Paris, Karthala.

Wihtol de Wenden, Catherine, 2014, Faut-il ouvrir les frontières ?, Paris, Presses de Sciences Po (P.F.N.S.P.), « La Bibliothèque du citoyen ».

Top of page