Navigation – Plan du site

Steffen Wippel, Katrin Bromber, Christian Steiner and Birgit Krawietz (ed.) Under Construction: Logics of Urbanism in the Gulf Region, Farnham Surrey and Burlington, VT: Ashgate, 2014 (hardback), 291p., ISBN 978 1 4724 12881.

Claire Beaugrand

Texte intégral

1L’analyse des développements urbains dans les pays du Golfe est devenue une porte d’entrée scientifique extrêmement féconde pour comprendre, au delà des pures questions architecturales, les dynamiques politiques, économiques et sociales qui travaillent ces sociétés. L’ouvrage édité par quatre chercheurs issus du milieu universitaire allemand ayant mûri une longue réflexion collective (p. xxi), s’inscrit donc dans un courant de littérature déjà vaste et établi qui entend, au prisme du rapport à la ville, mettre au jour des processus de prise de décision politique, de diversification économique, de définition identitaire, ou des modalités du vivre ensemble. Ainsi, dans l’introduction, les auteurs partent-ils du principe qu’en contexte autoritaire, où les opportunités de débattre publiquement des questions d’avenir sont limitées, « la sphère urbaine (et les espaces récréatifs qui la complètent) constituent un espace essentiel où ces questions sont exprimées et négociées » (p. 3).

  • 1 Elsheshtawy Yasser, 2010 Dubai: Behind an Urban Spectacle, London, Routledge.
  • 2 L’article de Mike Davis de 2006 a largement ouvert le débat sur la nature du succès urbain de Dubaï (...)
  • 3 Ce qui avait été fait dans le numéro spécial d’Arabian Humanities sur « villes et dynamiques urbain (...)

2Aboutissement éditorial d’une conférence organisée en octobre 2010 au Zentrum Moderner Orient à Berlin, l’ouvrage se donne pour objectif de comprendre « la logique interne » des transformations urbaines à l’œuvre dans le Golfe, en fournissant, au delà des simples « descriptions » ou « éloges » (p. 3), des grilles d’interprétation conceptuelles plus élaborées, qui empruntent à diverses approches disciplinaires (économie, géographie, études urbaines, histoire, études islamiques, architecture) tout en incorporant des points de vue d’artistes, architectes et praticiens de la gestion culturelle et muséale. Si la démarche qui consiste à explorer les coulisses de la croissance urbaine est salutaire, elle n’est pourtant pas très innovante dans le cas du « spectacle urbain »1 de Dubaï dont la superficialité et la durabilité du modèle font l’objet de débats académiques depuis plus d’une décennie2 –débats dans lesquels les auteurs, qui ont souhaité élargir les cas d’études,3 auraient pu se positionner plus explicitement pour faire ressortir toute la valeur et l’originalité de leur apport scientifique.

3L’ouvrage s’organise en quatre parties, dont la logique de découpage n’est malheureusement pas du tout restituée dans l’introduction qui mentionne pêle-mêle les conclusions des diverses contributions. Tel un kaléidoscope, les vingt-et-un chapitres, d’un format court et aisé à lire, s’enchaînent pour éclairer diverses facettes du boom urbanistique en cours dans les pays du Golfe. Ils sont accompagnés fort utilement de nombreux crédits photographiques, même si la lecture aurait été encore facilitée par l’ajout plus systématique de cartes.

4La première partie soulève la question des logiques politico-économiques qui ont conduit à choisir des projets spectaculaires (iconic) et d’architecture somptuaire (chapitres 2 et 3). Elle interroge aussi le caractère durable de « Masdar City », à Abu Dhabi, « conçue comme un parc d’attraction » plus que comme éco-cité du futur (p. 51); des Complexes Intégrés de Tourisme, en Oman, qui célèbrent « l’héritage local » quand les bâtiments d’architecture traditionnelle se délabrent; ou la faisabilité du pari qatarien de s’imposer, en accueillant la Coupe du Monde 2022 de Football, comme destination incontournable de la région (chapitres 4, 5, 6). À l’heure où les mégaprojets peuvent apparaître comme pure outrance, Christian Steiner et Martin Hvidt en restituent au contraire toute la rationalité économique au vu des impératifs d’un développement (post-pétrole) tardif: utilisant l’appareil conceptuel développé par Baudrillard sur l’hyper-réalité qui confond original et représentation, Steiner montre comment les élites golfiennes construisent, par leurs réalisations emblématiques, une image commercialisable de l’Orient, accumulent, ce faisant, du capital symbolique qu’elles reconvertissent ensuite en capital économique. Pour Hvidt, l’adoption de projets somptuaires s’explique par la nécessité de remplacer un modèle de redistribution devenu intenable par une « économie de la connaissance »: celle-ci nécessite la présence d’étrangers qui inoculent la culture de l’innovation et de la performance mais qui sont plus susceptibles de s’expatrier si leurs activités sont organisées en « clusters » et rendues visibles par des projets-phare dont la nouveauté est essentielle.

5Dans la seconde partie, cinq contributions offrent diverses réflexions sur le thème de l’image – image promotionnelle, construite, faussée, comme dans les guides de voyage (chapitre 11) –, de sa signification et du rapport au réel. Felix Sommerlad dénonce la tendance, sous la pression du marché, à la visualisation et la virtualisation des projets d’architecture, qui les coupe de leur contexte/site et constitue autant de promesses commerciales impossibles à tenir lors de leur réalisation (chapitre 7). Steffen Wippel et Katrin Bromber reviennent sur le concept de branding dans le cas des infrastructures portuaires et de tourisme en Oman ou des politiques du sport au Qatar, aux EAU et en Oman, soulignant tous deux la nécessité, pour chaque émirat ou sultanat, de façonner son identité propre et de se démarquer des autres (chapitres 8 et 9). L’excellente contribution de Birgit Krawietz déconstruit, avec finesse et précision, le caractère ancestral et noble de la fauconnerie, désormais apanage des nationaux alors que la chasse au faucon, pratiquée de façon saisonnière seulement, constituait un moyen de survie pour les Bédouins avant l’ère du pétrole, elle est devenue un loisir moderne de luxe, un symbole, mêlant vélocité et précision, servant de « stratégie d’exclusion » des étrangers (p. 141).

6La troisième partie, consacrée à la production et aux formes d’exposition artistiques, est certainement la plus atypique puisqu’elle laisse une place prépondérante aux contributions de conservateurs et gestionnaires de musées (chapitres 14 et 15), mais aussi aux essais d’artistes (chapitres 16 et 17) et architecte (chapitre 12), qui peuvent un peu détonner avec le format académique dominant du livre ou prendre une tonalité légèrement jargonneuse ou absconse. La mixité de points de vue apporte des perspectives d’ « insiders » intéressantes comme le fonctionnement interne du Musée d’Art Islamique de Doha, ou les soubassements politiques et intellectuels du musée universel du Louvre Abu Dhabi – qui complète bien les interrogations de Brigitte Dumortier sur les résultats de ce projet de « quartier culturel » ex nihilo (chapitre 13). Ce mélange donne néanmoins lieu parfois à des approximations conceptuelles (parler de « société totalitaire », p. 49) ou à des passages un peu lyriques qui effleurent, néanmoins, des thématiques délaissées dans le reste de l’ouvrage, comme la juxtaposition de l’habitat qui permet l’isolement des plus riches (p. 164) ou bien sûr la présence des travailleurs étrangers mais aussi celle, frappante et indispensable, de la « classe moyenne globale de touristes » (p. 164 et Dubai I et II).

7La dernière partie, la plus homogène dans sa problématique, interroge les notions de « Dubaïsation » et pose la question de l’influence, à la faveur des programmes de libéralisation économique, du capital golfien sur le paysage urbain d’autres pays du monde arabe, Egypte, Tunisie et Maroc, Syrie, et de sa périphérie, Soudan et Mauritanie (chapitres 18 à 21). Les quatre contributions illustrent la nature particulière de ces nouveaux projets, impliquant souvent le savoir-faire des entreprises du Golfe, et qui se distinguent par leur gigantisme et leur caractère prestigieux, haut-de-gamme. Cependant, leur réalisation diffère grandement d’un pays à l’autre, selon le niveau de développement (comme à Khartoum ou Nouakchott où ils finissent par paraître incongrus), ou selon l’attitude du régime qui laisse plus ou moins de place à la concertation (comme au Maroc) ou, au contraire, tâche de les utiliser à des fins nationalistes de légitimation du pouvoir (comme au Caire ou à Tunis).

8S’il est bienvenu de réfléchir à l’exportation du modèle dubaïote, il est néanmoins dommage de constater que, alors que le titre de l’ouvrage se réfère à « la région du Golfe », celui-ci ne traite aucunement des cas saoudien, bahreïnien et koweïtien : le modèle, mêlant architecture de verre, tours emblématiques (la tour du Kingdom Centre, ou « décapsuleur » à Ryad), complexes touristiques et résidentiels gagnés sur la mer (Amwaj à Bahreïn) y est pourtant bien présent. Interroger cette absence de visibilité internationale et cette moindre hubris, reflétée dans l’ouvrage sans être véritablement pensée, aurait certainement permis de contribuer, a contrario, à la réflexion sur l’envers du spectacle urbain.

  • 4 Iqtilāʻ al juzūr : Al mashārīʻ al ʻaqāriyya wa tafāqum al khallal al sakānī fī majlis al taʻāwun li(...)

9Par ailleurs, de la même façon que Joachim Gierlichs s’interroge sur ce qui au Musée d’Art Islamique ne relève pas d’un emprunt à la muséologie occidentale (p. 206), l’absence de sources en arabe (sauf dans le chapitre de Birgit Krawietz) et de contributeurs de la région peut paraître répliquer ce travers dans la fabrique même du savoir sur le Golfe, quand certaines réflexions critiques émanant de chercheurs golfiens comme le Bahreïnien Omar Al-Shehabi sur l’accumulation de capital et l’enrichissement personnel engendrés par ces grands projets immobiliers,4 sont pourtant d’une extrême pertinence.

10En conclusion, bien que l’ouvrage n’en fournisse aucune lui-même, le pari fait d’analyser l’envers du développement urbain est largement tenu au sens où la fabrique d’une cité-objet est méticuleusement démontée, même si l’analyse eut gagné en profondeur en donnant un peu de corps à ces villes émergentes bien réelles.

Haut de page

Notes

1 Elsheshtawy Yasser, 2010 Dubai: Behind an Urban Spectacle, London, Routledge.

2 L’article de Mike Davis de 2006 a largement ouvert le débat sur la nature du succès urbain de Dubaï. Davis Mike, 2006 "Fear and money in Dubai." New Left Review, 41, p. 47-68.

3 Ce qui avait été fait dans le numéro spécial d’Arabian Humanities sur « villes et dynamiques urbaines en Péninsule arabique », édité par Claire Beaugrand, Roman Stadnicki et Amélie LeRenard, 2013, en ligne.

4 Iqtilāʻ al juzūr : Al mashārīʻ al ʻaqāriyya wa tafāqum al khallal al sakānī fī majlis al taʻāwun li duwal al khalīj al ʻarabiyya [Déracinement : projets immobiliers et exacerbation du déséquilibre démographique dans les pays du Conseil de Coopération du Golfe], Beyrouth, Markaz dirāsāt al waḥda al ʻarabiyya, 2012.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claire Beaugrand, « Steffen Wippel, Katrin Bromber, Christian Steiner and Birgit Krawietz (ed.) Under Construction: Logics of Urbanism in the Gulf Region, Farnham Surrey and Burlington, VT: Ashgate, 2014 (hardback), 291p., ISBN 978 1 4724 12881.  », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], Lectures inédites, mis en ligne le 22 août 2016, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://remmm.revues.org/9377

Haut de page

Auteur

Claire Beaugrand

Institut français du Proche Orient, (Ifpo), Territoires palestiniens.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page