Navigation – Plan du site

Christophe Picard, La mer des califes. Une histoire de la Méditerranée musulmane, Paris, Seuil (Univers historique), 2015, 446 p.

Dominique Valérian

Texte intégral

  • 1 H. Pirenne, Mahomet et Charlemagne, Paris, 2005 (1re édition 1936)

1L’historiographie de la Méditerranée médiévale, profondément marquée par la thèse d’Henri Pirenne1, a longtemps considéré que les conquêtes de l’Islam avaient sinon provoqué, du moins établi durablement une fracture au sein de cet espace autrefois unifié sous la domination romaine, et que cela avait conduit à un ralentissement, voire à une disparition des échanges jusqu’à ce que l’expansion latine ne vienne redynamiser cet espace maritime. De même les historiens de l’Islam médiéval ont longtemps opposé une « mer des Arabes » (l’océan Indien), familière et ouverte au commerce, à la « mer des Rûms (Méditerranée), hostile et marquée par la guerre et la piraterie contre les chrétiens. C’est à cette double vulgate que s’attaque Christophe Picard dans ce livre qui démontre avec force que la « mer des califes » est bien la Méditerranée, qui fut investie très tôt par les musulmans et représenta un enjeu politique, idéologique mais aussi économique majeur. C’est toute l’histoire des premiers siècles du Moyen Age dans cette région qui est alors revisitée, en montrant la primauté de l’Islam dans l’animation maritime de la Méditerranée, bien avant que les cités italiennes, puis les Catalans ou les Provençaux la transforment en une mer chrétienne et latine.

2Les sources sont pourtant souvent trompeuses, par leurs silences, pour les périodes les plus hautes en particulier, autant que par leur discours qui répond d’abord aux attentes de projets califaux à visée universelle. Émaillant son texte de très nombreuses citations, Ch. Picard mobilise un corpus considérable et diversifié, puisant largement chez les géographes et les chroniqueurs, mais aussi chez les juristes ou les poètes et, quand c’est possible, dans les travaux archéologiques, particulièrement importants pour les premiers siècles. Il s’appuie également sur une historiographie abondante et souvent complexe qu’il rend accessible, au prix parfois de digressions qui pourront paraître superflues aux spécialistes de l’Islam médiéval mais qui sont nécessaires pour la compréhension du propos. Sa démarche se déploie en deux temps : d’abord l’étude du discours et des représentations sur la Méditerranée, puis celle de l’action des califes, de manière plus chronologique. Dans les deux cas le propos est centré surtout sur les califats, puissances impériales à prétentions universalistes, même si d’autres dynasties qui leur sont subordonnées, comme les Aghlabides d’Ifrîqiya, sont aussi analysées – mais en rapport avec le discours califal sur la Méditerranée.

3La première partie (« La Méditerranée des Arabes : entre représentations et appropriations »), fortement marquée par les approches textuelles d’André Miquel et de Gabriel Martinez-Gros, pose le discours sur le pouvoir comme central dans la définition et l’évocation de la mer des « Romains », mais aussi dans les politiques qui en découlent. La Méditerranée est d’abord décrite depuis Bagdad, et le modèle qui est alors produit imprime sa marque sur les écritures successives, même chez les rivaux des Abbassides. Les géographes sont abordés à travers notamment Mas‘ûdî, Idrîsî et Ibn Khaldûn, qui permettent de voir l’évolution de cette prise de possession intellectuelle de la Méditerranée perçue comme un lieu essentiel du déploiement de l’empire de l’Islam. Les chroniques reprennent cette conception de l’espace en en faisant le cadre des récits de conquêtes, contribuant à en faire très tôt une mer du djihad, donnant forme à un paradigme méditerranéen durable marqué par l’opposition entre Islam et chrétienté. Mais cet espace-frontière est aussi approprié par ces auteurs qui écrivent au service du califat : « c’est un espace méditerranéen exclusivement islamique et califal, incluant la mer, que les auteurs arabes ont décrit. Les chroniqueurs de Bagdad n’évoquèrent les espaces infidèles que pour rappeler qu’ils constituaient des territoires à conquérir, afin d’achever la tâche confiée aux croyants, avant la fin des temps » (p. 81). Elle est donc un espace de souveraineté, au même titre que le reste de l’empire, et un lieu des projections universalistes des califes. C’est encore plus vrai à partir du Xe siècle, avec des empires plus clairement centrés sur la mer intérieure (Omeyyades, Fatimides, et plus encore Almohades), et les textes se multiplient alors qui décrivent ou mettent en scène cet espace « mesuré depuis l’Islam » (p. 34) et approprié par les descriptions des géographes ou les récits des chroniqueurs. Cela se traduit par une meilleure connaissance de la mer, à travers également les rihla-s, qui se développent à partir du XIe siècle, ou les hagiographies, notamment dans le contexte marocain, qui en font un espace essentiel de la sainteté, mais aussi les normes des juristes qui, dès l’époque abbasside, définissent les contours du djihad puis développent une jurisprudence sur la mer qui englobe aussi sa dimension économique. Il y a donc bien une appropriation de la Méditerranée par le discours, en l’intégrant pleinement dans le Dâr al-Islâm, mais aussi en en faisant un espace majeur de la légitimation du pouvoir impérial par le djihad.

4La deuxième partie (« Les stratégies méditerranéennes des califes ») quitte le domaine du seul discours pour voir comment celui-ci se traduit par des politiques de domination de l’espace maritime et côtier. La nature même des sources rend cependant difficile l’étude de tout ce qui ne relève pas des aires de souveraineté réelles des califes, dans des espaces qui ont pu échapper à leur contrôle et qui n’apparaissent qu’a posteriori, une fois qu’ils sont éclairés par les sources califales, alors que leur activité maritime est parfois plus ancienne. Cela amène Ch. Picard à interpréter le silence des sources comme le résultat, parfois, d’une occultation volontaire, par exemple pour l’époque émirale d’al-Andalus, ou à propos du califat omeyyade de Damas. L’émergence soudaine dans les textes d’une activité navale importante suppose en effet qu’elle a pu s’appuyer sur une expérience préexistante, mais il est difficile d’en évaluer l’ampleur. D’une manière plus générale, la force du discours, que montre bien Ch. Picard, autant que la faiblesse des données quantitatives fiables, obligent à une certaine prudence, notamment pour l’intensité des réseaux d’échanges maritimes avant le Xe siècle, quand les documents de la Geniza offrent enfin des informations chiffrées. Il n’est pas sûr par exemple que la description par Ibn Khurradâdhbih des routes empruntées par les marchands radhanites soit la preuve que la Méditerranée est, à leur époque, une « route majeure » du commerce (p. 259). De même l’existence, dès l’époque abbasside, d’une diplomatie avec les autres puissances, notamment chrétiennes, n’implique pas nécessairement un contrôle de la Méditerranée, mais plutôt l’affirmation ou la revendication de la place de l’Islam dans cet espace. Il n’en reste pas moins que le livre offre une démonstration très convaincante du rôle des pouvoirs musulmans dans la formation de la Méditerranée médiévale.

  • 2 Voir sa préface à la réédition du livre de Pirenne, Ibid., p. V-XLV.

5Sans revenir sur le débat pirennien sur la transition avec l’antiquité tardive2, Ch. Picard commence avec le temps des conquêtes et du califat omeyyade. Il montre que dès que les musulmans en ont eu la capacité, grâce notamment aux populations littorales, ils ont utilisé la marine dans leurs entreprises militaires contre les Byzantins, parvenant à battre leur flotte à la bataille des Mâts (655) et à mener des expéditions victorieuses contre les îles, instruments d’une domination de la mer. L’effort porte surtout sur la tentative de prise de Constantinople, dont l’échec permet à l’empire chrétien de reconstituer une force navale capable de faire front efficacement. En Occident la fondation d’un arsenal à Tunis, des razzias régulières contre les îles et la traversée du détroit de Gibraltar montrent là encore la précocité de cet effort naval sous les Omeyyades. Le déplacement de la capitale califale à Bagdad et le recentrage vers l’est, avec les Abbassides, ont souvent été interprétés comme un abandon de la Méditerranée. Or il n’en est rien, comme le montre le maintien de l’effort de défense des côtes syriennes (un peu moins égyptiennes) et ifrîqiyennes sous l’égide des Aghlabides. En al-Andalus, contrôlée par les Omeyyades de Cordoue, la nécessité de faire face à la menace des raids vikings oblige au IXe siècle à une réaction, peu documentée par les sources du Xe siècle qui minimisent les efforts déployés avant la proclamation du califat – au point que Ch. Picard parle de « censure sur les activités navales de cette période » (p. 251). La politique, dans les deux cas, apparaît cependant principalement défensive, notamment en Orient où les efforts byzantins de réorganisation de la flotte permettent une inversion des rapports de forces. Certes les razzias peuvent continuer, sur terre comme sur mer, mais ce que montrent surtout les textes comme l’archéologie, est un effort important de mise en défense des littoraux par les fortifications et le maintien de constructions navales dans les arsenaux, étroitement liés au pouvoir. Le développement des ribât-s, véritable « institution califale » (p. 100) dont Ch. Picard rappelle l’importance dans la défense de la frontière, que cela se traduise ou non par des constructions spécifiques, est révélateur, sur toutes les côtes méditerranéennes sous le contrôle des pouvoirs musulmans, de cette orientation. Il témoigne cependant aussi d’une maîtrise des mers qui reste fragile face, notamment, à la flotte byzantine. Il n’en demeure pas moins que malgré l’éloignement de la capitale califale, l’investissement du pouvoir reste fort, qu’il soit direct ou indirect, et se traduit par le contrôle des gouverneurs de ces marches, souvent des personnages de premier plan, et par un effort financier important pour la flotte, les fortifications et la mobilisation des hommes pour les servir. C’est aussi au IXe siècle que redémarre à grande échelle un commerce maritime qui avait fortement diminué depuis le VIe siècle. Les indices restent encore ténus, dans une « conjoncture impalpable » (p. 332), se limitant souvent à des exemples isolés qu’il serait imprudent de sur-interpréter, et c’est souvent le tableau offert par les sources du siècle suivant qui permettent de déduire un premier développement plus précoce, souvent en dehors de l’initiative, voire du contrôle du pouvoir. Mais c’est bien à cette époque qu’apparaissent, notamment sous la plume de Sahnûn, les premières règles de droit touchant à la vie maritime et à son commerce, en partie inspirées du reste de la législation byzantine préexistante. On ne peut donc résumer la présence musulmane sur mer à cette époque à la seule piraterie sarrasine dénoncée dans les sources latines – et souvent du reste absente des textes arabes.

  • 3 David Bramoullé, Les Fatimides et la mer (341-567/953-1171). Du rêve mystique à l’empire du large, (...)

6C’est cependant bien le Xe siècle qui marque un tournant décisif, à la fois dans l’investissement de la mer par les pouvoirs califaux et la construction de réseaux de commerce à grande échelle. C’est ce dont témoigne bien Ibn Hawqal qui le premier s’affranchit d’une image polarisée sur Bagdad, plaçant la Méditerranée comme un espace central et cohérent de l’Islam. C’est à cette époque que le califat omeyyade de Cordoue développe à la fois un discours et une politique qui met la Méditerranée au cœur de son action de djihad, reprenant largement le modèle du rival abbasside. Il s’oppose alors, militairement et idéologiquement, avec celui des Fatimides. Ces derniers en effet, d’abord en reprenant l’héritage aghlabide en Ifrîqiya, puis à partir de l’Égypte, imposent une véritable domination navale sur un espace qui couvre les deux mers, celle des Arabes et celle des Rûms, comme l’a bien montré la thèse récente de David Bramoullé3. La Méditerranée devient alors un « espace impérial et non plus une frontière » (p. 169), grâce au développement d’une flotte puissante appuyée par une administration efficace, au moins jusqu’au XIe siècle. Cela se traduit dans les textes produits au service du pouvoir, mais aussi dans le cérémonial politique lié à la mer et à la flotte, qui doit montrer la capacité des Fatimides, à la différence de leurs rivaux, à mener le djihad et à dominer les mers. Mais cette maîtrise de la Méditerranée, « mer conquise et gouvernée par l’Islam », conduit à en faire le théâtre d’un affrontement entre puissances musulmanes – notamment entre Omeyyades et Fatimides en Occident – qui prend parfois le dessus sur la lutte contre les chrétiens. Elle reste fondamentalement un espace du djihad, nécessaire à la légitimation du pouvoir, mais en même temps permet de passer, en position de force, des accords avec les puissances chrétiennes. C’est le moment où Amalfitains et Vénitiens développent leur grand commerce maritime vers les pays d’Islam, à l’intérieur principalement de l’espace économique fatimide, entre la Sicile, l’Ifrîqiya, puis l’Égypte. Le Xe siècle est alors l’époque d’une « révolution commerciale » (p. 324), qui précède et en même temps prépare celle impulsée par l’Europe aux siècles suivants. La documentation de la Geniza, les géographes mais aussi les premiers témoignages documentaires du commerce des Latins révèlent alors une Méditerranée des marchands, qui restait difficile à percevoir auparavant même si elle a sans aucun doute bénéficié d’un premier essor au IXe siècle. Cette évolution culmine avec l’empire almohade, pour lequel la mer occupe une place centrale, aussi bien dans le discours (chroniques, actes de chancellerie, cérémonial) que dans l’administration et les politiques de domination. La flotte devient un instrument essentiel du djihad en al-Andalus, mais aussi de la construction d’un empire à l’échelle de l’Occident musulman. La mer, encore contrôlée malgré le réveil des flottes chrétiennes, et notamment italiennes, permet d’unifier cet empire et lui procure une légitimité par le djihad, alimentant la prétention à l’universalité de la domination almohade. Elle est aussi une source de revenus croissants, qui profitent de l’essor des relations avec l’Europe facilités par les traités signés avec les puissances italiennes. L’échec almohade, malgré quelques réussites brillantes par la suite, marque cependant la fin de cette Méditerranée musulmane, aussi bien du reste en Occident qu’en Orient.

7Le livre de Ch. Picard montre admirablement que, contrairement à une idée longtemps dominante, il existe bien une animation de la Méditerranée entre la crise de la fin de l’empire romain et l’essor maritime de l’Europe au XIe siècle, qui ne peut se résumer aux déprédations des pirates contre les côtes chrétiennes. Elle est le résultat d’une politique voulue et mise en œuvre par les califats successifs et parfois concurrents, qui en firent un espace essentiel de leur légitimité et de leur prétention à l’universalité. Les zones d’ombres ne manquent certes pas, notamment pour le IXe siècle où l’on perçoit les prémices d’une domination et d’un essor des échanges à grande échelle, mais sans pouvoir vraiment en évaluer l’ampleur. Mais le livre montre bien qu’il a existé une « Méditerranée musulmane », qui joua un rôle essentiel sur la plan politique comme économique entre le VIIe et le début du XIIIe siècle. Inversant la perspective traditionnelle, Ch. Picard montre que la véritable mer des califes ne fut pas l’océan Indien très tôt maitrisé et ouvert au commerce, mais bien la Méditerranée, « théâtre de la mise en scène du djihad califal, associant toute forme d’expansion, prosélyte, militaire ou commerciale » (p. 351).

Haut de page

Notes

1 H. Pirenne, Mahomet et Charlemagne, Paris, 2005 (1re édition 1936)

2 Voir sa préface à la réédition du livre de Pirenne, Ibid., p. V-XLV.

3 David Bramoullé, Les Fatimides et la mer (341-567/953-1171). Du rêve mystique à l’empire du large, thèse de l’Université Paris 1, dir. Ch. Picard, 2011.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Dominique Valérian, « Christophe Picard, La mer des califes. Une histoire de la Méditerranée musulmane, Paris, Seuil (Univers historique), 2015, 446 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], Lectures inédites, mis en ligne le 22 août 2016, consulté le 29 avril 2017. URL : http://remmm.revues.org/9378

Haut de page

Auteur

Dominique Valérian

Université Lumière-Lyon 2 – UMR 5648 CIHAM

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page