Navigation – Plan du site

Myriam Aït-Aoudia, L’expérience démocratique en Algérie (1988-1992). Apprentissages politiques et changement de régime, Paris, Les Presses de Sciences Po, 2015, 300 p.

Laurence DUFRESNE AUBERTIN

Texte intégral

1L’ouvrage de Myriam Aït-Aoudia nous propose, au travers de « l’expérience démocratique » algérienne (1988-1992), une analyse sociologique des transformations politico-institutionnelles d’un changement de régime. Par le biais de ce cas d’étude, l’auteure nous offre une riche réflexion sur l’apprentissage et l’élaboration d’un jeu politique pluripartisan en contexte postautoritaire.

  • 1 L'apprentissage de la compétition pluripartisane en Algérie (1988-1992) : sociologie d'un changemen (...)

2Empruntant à Norbert Elias une perspective configurationnelle, elle se départ des explications causales afin de mettre en relation les constantes modifications de configurations qui sustentent le processus d’élaboration des nouvelles règles du jeu politique. Son dispositif méthodologique se singularise par un habile agencement d’échelles et d’enchaînement des configurations qui, en se détachant d’une perspective téléologique, donne prise au caractère erratique et contingent du processus. Par sa démarche compréhensive et interactionnelle, M. Aït-Aoudia restitue le caractère composite des relations de pouvoir en analysant une pluralité d’acteurs en situations - elle se concentre en effet autant sur les responsables du Front de libération nationale (FLN), du Front islamique du salut (FIS), du Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD), du Front des forces socialistes (FFS), que sur des membres du gouvernement, sur le chef de l’État, ou encore des hauts fonctionnaires, des juristes et des médias. Cette enquête empirique, menée dans le cadre d’une thèse1 en science politique, s’appuie en outre sur un rigoureux travail sur des sources variées (presse, archives inédites et textes juridiques), de même que sur quatre-vingt-un entretiens semi-directifs. Fidèle à sa démarche processuelle, l’ouvrage s’articule autour de trois parties chronologiques qui restituent et suivent les événements de « l’expérience » : de l’effondrement graduel du régime de parti-unique jusqu’à la suspension du processus démocratique.

3La première partie intitulée « Genèse du pluralisme partisan » retrace la mise en place progressive du jeu politique ; période échelonnée par l'auteure des émeutes d’octobre 1988 à la création de nouvelles formations politique en septembre 1989. Réfutant un lien mécanique entre mouvements sociaux et démocratisation, elle s’intéresse au processus complexe de politisation des émeutes. En restituant l’élaboration du travail conflictuel de signification des événements et de légitimation des acteurs mobilisés (organisations sociales et politiques, universitaires, juristes, islamistes…), elle révèle l’émergence puis l’imposition progressive de l’interprétation des émeutes comme incarnation d’une contestation du régime. (Chap. 1) La « désectorisation » progressive de l’opposition signe l’apparition d’une crise politique, prodromique du changement politico-institutionnel employé par le Président Chadli comme solution à celle-ci. En restituant les rapports de forces préexistants au sein de la sphère dirigeante, M. Aït-Aoudia montre que les changements avancés servent les intérêts de quelques haut-fonctionnaires en marge du parti. Ce faisant, elle bat en brèche l’idée selon laquelle la libéralisation du régime tiendrait d’une volonté affirmée s’appuyant sur un plan préétabli et met en lumière les divisions ainsi que les hésitations qui traversent le processus de transformation du fonctionnement du FLN. (Chap. 2) D’abord présentée comme une révision du parti unique par son « ouverture aux sensibilités » (p.61), la révision constitutionnelle, votée par référendum, est en réalité loin de manifester une volonté d’introduire la reconnaissance du pluralisme partisan ; elle ébranle en fait les fondements du régime, notamment par la modification du rôle de l’armée et l’abandon de la référence au socialisme. Y voyant une opportunité de modifier les rapports de forces, une pluralité d’acteurs aux intérêts divergents s’engage dans une lutte d’interprétation quant au contenu et au sens de la Constitution. (Chap. 3) Les conflits d’interprétations autour des règles du jeu électoral, l’interdépendance des acteurs ainsi que des événements contingents, tel que le retrait de l’armée des structures du FLN, de même que la création d’organisations partisanes, sanctionnent la lecture libérale de la Constitution, contraignant ainsi le pouvoir à « légaliser le pluralisme » (Chap. 4, p. 133).

4La seconde partie, intitulée « Construction préélectorale du pluralisme partisan », se penche sur une période qui s’étend de la légalisation des nouvelles organisations partisanes en septembre 1989 à la fixation des dates de la première élection en juin 1990. M. Aït-Aoudia explore les tensions et ambivalences qui traversent l’ouverture du FLN au pluralisme, qui, malgré une inquiétude rampante au sein de ses militants, met en place des dispositifs favorisant l’entrée d’organisations partisanes dans le jeu concurrentiel. (Chap. 5) Illustrant les défis et le processus de l’élaboration du pluralisme au travers de la structuration du FIS, l’auteure démontre que l’action politique de ses dirigeants, en s’appuyant sur des assemblages de pratiques et sur la mobilisation de savoir-faire antérieurs, se pense comme un prolongement d’engagements religieux et caritatifs, par le biais notamment de leur clientélisation (Chap. 6).

5La troisième partie intitulée « Apprentissages du pluralisme électoral », s’intéresse, dans un contexte d’incertitude relationnelle, à la préparation des élections locales de 1990 et à la dégradation de la confiance entre les acteurs, qui conduit à l’interruption du processus démocratique en 1992. M. Aït-Aoudia analyse la capacité des acteurs, tels que le FIS et le RCD, à participer au jeu politique concurrentiel lors de la tenue du premier scrutin pluripartisan. À travers les ajustements, les contraintes et les défis organisationnels qui s’imposent à l’administration et aux formations partisanes – exemplifiés par l’incapacité du FFS à participer aux élections –, l’auteure fait état des « coûts d’entrée » (p.188) dans la compétition politique. (Chap. 7) Si l’alternance est consacrée à la suite de la conquête de nombreuses municipalités par le FIS, des oppositions surgissent néanmoins au sujet de ses politiques locales ; suscitant des débats à propos des règles du jeu politique entre les dirigeants des partis concurrents et ceux du FIS, notamment sur la définition des fondements de la démocratie. L’interdiction des mosquées comme lieu de propagande électorale et l’utilisation du droit à des fins politiques, telle que la mise en place d’un découpage électoral favorable au FLN, exacerbent les dissensions. L’occupation de places par des militants islamistes à Alger et l’incarcération de dirigeants du FIS suite à leur appel à la désobéissance civile entraînent la prorogation des élections législatives au mois de décembre 1991. La victoire du parti islamiste au premier tour soulève la question, tant auprès d’acteurs sociaux qu’institutionnels, de sa légitimité politique. C’est au travers de ce basculement des perceptions à l’égard du FIS – de partenaire à menace pour le jeu démocratique – que se brise la confiance entre les acteurs. La suspension du second tour et la dissolution du FIS, mettent ainsi un terme à l’expérience démocratique en Algérie (Chap. 8).

6Si M. Aït-Aoudia nous offre une démonstration convaincante et solidement étayée, on peut regretter tout au plus l’absence de contextualisation plus large de cette « expérience ». En effet, l'analyse d'événements concomitants, tels que l’effondrement de l’URSS ou l’expérience politique d’autres partis islamistes, aurait pu apporter un éclairage pertinent quant aux perceptions et motivations des acteurs, sans pour autant porter atteinte à la lisibilité de l’ouvrage. Par ailleurs, alors que l’objet du livre se loge dans l’exemplification d’un processus d’apprentissage politique pluripartisan, l’on s’explique mal la récurrence avec laquelle l’auteure rappelle le caractère initial de cette expérience dans le « monde arabe » ; tant une lecture dite « d’aire culturelle » n’ajoute rien au propos. Néanmoins, par l’originalité et la force de son enquête, M. Aït-Aoudia ouvre intelligemment la porte à une réflexion comparative sur les changements de régime.

Haut de page

Notes

1 L'apprentissage de la compétition pluripartisane en Algérie (1988-1992) : sociologie d'un changement de régime, thèse de science politique soutenue en 2008 à l’université Paris 1 sous la direction de Bastien François.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laurence DUFRESNE AUBERTIN, « Myriam Aït-Aoudia, L’expérience démocratique en Algérie (1988-1992). Apprentissages politiques et changement de régime, Paris, Les Presses de Sciences Po, 2015, 300 p.  », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], Lectures inédites, mis en ligne le 22 août 2016, consulté le 24 octobre 2017. URL : http://remmm.revues.org/9379

Haut de page

Auteur

Laurence DUFRESNE AUBERTIN

Institut d'Etudes Politiques d'Aix-en-Provence/Cherpa

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page