Navigation – Plan du site

Olivier Bouquet, Les noblesses du nom. Essai d'anthroponymie ottomane, Turnhout, Brepols, 2013, 399 p.

Elise MASSICARD

Texte intégral

1L’ouvrage d’Olivier Bouquet, version remaniée de son mémoire d’habilitation à diriger des recherches, prend pour objet la fabrique anthroponymique ottomane : il se donne comme objectif de dépasser une perspective d’onomastique classique pour analyser les formes, fonctions et usages des noms de personne, objet négligé dans l’historiographie ottomaniste.

2La tâche à laquelle s’attelle le livre est immense : en effet, il traite de la quasi-totalité de l’histoire ottomane, du XVe au XXe siècle, embrassant des périodes – médiévale, moderne, contemporaine – en général analysées séparément. Il comprend en outre la totalité de cet Empire très étendu et de ses peuples, groupes sociaux, communautés religieuses, et de leurs langues, même s’il se concentre sur les domaines d’expression turcophones. L’ampleur de ce chantier a pour corollaire la difficulté d’attribuer les variations et évolutions des noms de personne aux mutations des noms propres, à des changements plus vastes de la langue ottomane, des modes d’identification et des modes de distinction, ou à des modifications des stratifications sociales.

3Une autre difficulté de l’entreprise est que les pratiques de nomination étaient fluides et peu codifiées ; le nom de personne n’était pas un désignateur rigide. Les Ottomans n’établirent pas de règles pour désigner les personnes : les individus avaient plusieurs noms et plusieurs manières de se nommer, dont l’auteur retrace les différents éléments. Si ces pratiques étaient si fluides, c’est que coexistaient plusieurs « institutions onomastiques » : tout d’abord, la famille, le premier « faiseur de nom » dès la naissance. Intervenait également, et de manière de plus en plus importante, l’État, qui octroyait un « nom d’État » permettant d’identifier les individus. Pour autant, à la différence de la Turquie républicaine, le pouvoir ottoman n’a pas mis en place de « politique du nom propre ». Certes, le sultan faisait du nom un instrument d’acculturation des hommes placés à son service, sans pour autant procéder à une destruction systématique des noms. Cependant, c’était d’abord par le lieu d’implantation ou la patronymie que le pouvoir identifiait les individus, et seulement secondairement par leur nom. Enfin, et peut-être surtout, c’était l’individu lui-même qui s’inventait des (sur)noms, mais aussi choisissait dans chaque cas quel(s) nom(s) utiliser – ce que révèle par exemple la variation des noms signés. On a là une invention permanente, des appropriations répétées ; l’auteur va jusqu’à affirmer la « nomination comme récit de soi » et un « goût de l’inconstance » (p. 67). C’est donc à une véritable enquête à la recherche de traces, sur la base d’un « paradigme indiciaire » (C. Ginzburg) que se livre Olivier Bouquet.

4Pour surmonter cette difficulté, l’auteur s’appuie non seulement sur une bibliographie impressionnante, mais surtout sur une large variété de sources : il mobilise avant tout des sources d’institutions dépendantes de l’État (archives de l’administration impériale, registres bureaucratiques et judiciaires) mais aussi des données produites en partie hors des modes d’identification étatiques, en particulier généalogiques et mézarologiques (mettant ainsi à profit les travaux ottomanistes récents consacrés à l’étude des stèles funéraires), ainsi que des archives privées et des auto-désignations telles que des signatures, sceaux et griffes. Se révèle ici l’une des forces de cet ouvrage, qui est le produit d’un intérêt que l’auteur poursuit depuis plusieurs années, à travers différents objets de recherche. Cette variation des sources permet d’abord, dans une certaine mesure, de compenser les biais de chacune : dans la mesure où l’oralité était beaucoup plus importante que l’écrit, les sources donnent une image nécessairement déformée des pratiques anthroponymiques, mais cette déformation n’est pas toujours la même : ce que le scribe du tribunal veut bien noter pour identifier un individu diffère de la manière dont ce même individu signe une requête. Cette variation permet ensuite de mettre à jour des différences entre plusieurs supports. À travers ces sources, ce sont en effet des contextes d’énonciation divers qui sont traités, même s’ils ne peuvent être que partiellement reconstruits. En effet, cette fluidité des pratiques de nomination rend encore plus centrale la question des usages sociaux et de l’énonciation des noms, dont on peut regretter qu’elle apparaisse qu’en filigrane. Ainsi, qui concevait les textes qui ornaient les stèles funéraires – l’intéressé lui-même, sa famille, ou des « professionnels » ? Les pratiques de nomination et contextes d’énonciation (qui nomme, dans quel contexte ?) sont émaillés au cours du texte, mais non présentés de manière ramassée. De par ces difficultés, certaines questions – comme celle des articulations entre modalités d’auto-désignation et énonciations – ne peuvent être tranchées ; mais elles ont le mérite d’être posées.

5L’ouvrage est organisé en deux parties et neuf chapitres, qui peuvent se lire séparément. Certains font le point sur une question l’historiographique. Le second est ainsi consacré aux emprunts aux noms de personnes arabes et à leurs influences ; il précise et nuance la thèse d’un nom propre ottoman qui serait essentiellement tributaire d’une nomenclature arabe, et montre au contraire des usages sélectifs et évolutifs des catégories anthroponymiques arabes. Le chapitre quatre est consacré à la spécificité des usages anthroponymiques de certains groupes, notamment les non musulmans ; il analyse dans quelle mesure les noms de personne relèvent de pratiques confessionnellement circonscrites ou au contraire d’influences mutuelles, voire de partage.

6À travers l’anthropronymie ottomane, l’auteur poursuit en parallèle une autre interrogation. Il se centre en effet sur le « nom de famille » et interroge la transmission des noms – on peut d’ailleurs regretter qu’il n’inscrive pas ses réflexions dans le cadre de questionnements plus généraux sur la transmission et ses représentations chez les Ottomans. Il nuance et précise l’idée courante dans l’historiographie selon laquelle les Ottomans, à l’exception de certains groupes et notamment des non musulmans, n’auraient pas recouru aux noms de famille, peu répandus et élitaires. Après avoir retracé la construction de cette idée par les savants, Olivier Bouquet admet que les noms de famille sont discrets, non institués, et que le nom est d’abord individuel. Mais il interroge ce constat à la lumière des biais induits par les sources : l’État se souciait de l’identification synchronique des individus, et ne s’intéressait pas à la transmission ; ce n’est donc pas parce que les noms hérités n’apparaissent pas dans les sources que les Ottomans n’en utilisaient pas. Ainsi, à la fin XIXe siècle, la société urbaine utilise de plus en plus le nom de famille, mais l’administration y porte toujours un intérêt secondaire.

7Suivre le fil de la transmission du nom pousse l’auteur à dépasser la catégorie de « nom de famille », et ce de plusieurs manières. Tout d’abord, il souligne la contradiction entre la discrétion du nom de famille et l’importance de la référence patronymique. Les patronymes sont-ils un lieu de délitement ou de renforcement de la référence familiale ? Se distinguant sur ce point de l’historiographie, il montre que le patronyme est une matrice privilégiée d’élaboration du nom de famille, et que le nom de famille n’est bien souvent qu’un nom comme les autres qui s’impose dans l’usage – souvent un patronyme qui, après être devenu un pluriel collectif, survit à la troisième génération. En second lieu, l’auteur met à jour le fait que certains noms d’ancêtres sont transmis de manière non patrilinéaire mais par les femmes, qui jouent ainsi un rôle dans la solidification onomastique familiale – dans la désignation, on fait référence aux puissants de la famille, y compris s’ils sont du côté de la mère. En dernier lieu, la question de la transmission le conduit à s’intéresser aux prénoms souvent donnés dans une famille, « stocks de noms en usage dans la famille ». Le prénom peut ainsi devenir distinctif, en soulignant la transmission dynastique ou clanique du nom du fondateur et l’inscription d’un individu dans une famille. En traçant ces transmissions onomastiques au-delà du nom de famille, Olivier Bouquet propose de dépasser l’opposition turcologique entre nom individuel, patronyme et nom de famille, en repérant les passages et homothéties. Il remplace ainsi une approche par catégories, parfois réifiante, par l’analyse des usages, plus dynamique. On peut regretter que l’auteur ne tire pas toutes les conséquences de cette démarche concernant la catégorie de « famille » utilisée comme une unité, alors même qu’il mentionne que cette catégorie est à interroger et que l’unité familiale n’est pas clairement identifiée par les Ottomans : qui, dans la famille, donne quel(s) noms ? Qui fait famille, quelle famille et comment ?

8L’auteur montre donc que certains noms étaient transmis à la génération suivante ; pour plusieurs catégories d’Ottomans, le nom de famille avait un rôle, une valeur. Il renoue alors avec son intérêt pour les « grandes familles » (chapitres 3, 5, 7), et la question de la distinction par le nom. Pourquoi le nom transmis n’a-t-il pas acquis le rôle distinctif qu’il a pu jouer dans certains contextes occidentaux ? Ce faisant, il se penche spécifiquement sur les élites, sans que l’on sache dans quelle mesure cette focalisation résulte d’un effet des sources, qui font apparaître plus fréquemment des individus urbains et mieux dotés, ou d’un centrage assumé sur les groupes élitaires. Dans quelle mesure le nom devient-il un vecteur de noblesse ? Olivier Bouquet utilise ce terme, qui n’est pas employé par les Ottomans, comme catégorie analytique pour désigner un ensemble de mises en forme de soi par lesquelles des catégories sociopolitiques se distinguaient. Il montre que la preuve de soi et la renommée recouraient prioritairement à d’autres vecteurs, comme le pouvoir sur un territoire, mais aussi l’énonciation d’un statut ou d’un titre. Pour autant, il nuance l’idée courante dans l’historiographie de l’absence d’une aristocratie ottomane, qui serait étouffée par la seule dynastie légitime, régnante ; cette « idéologie a-nobiliaire » expliquerait l’intolérance du pouvoir ottoman envers la reproduction des privilèges. Il analyse précisément les traductions onomastiques des noblesses de sang (descendants du prophète), des saints, et des premiers conquérants, pour conclure que le pouvoir se refusait à reconnaître de nouvelles noblesses, mais encourageait le développement d’anciennes lignées pour mieux asseoir sa politique de fidélisation de dynasties soumises ; avec d’ailleurs des exceptions, comme la ‘ilmiye qui constitue, de par son autonomie onomastique, un lieu de contournement anthroponymique de l’idéologie a-nobiliaire. Certains marqueurs onomastiques sont donc bien au cœur des relations de pouvoir et des hiérarchies de prestige.

9L’ouvrage d’Olivier Bouquet impressionne par son érudition – on s’étonne de ce fait de l’absence d’analyse des noms en –khan ou en –gil. Plus qu’une « somme », c’est un essai ambitieux, foisonnant et stimulant. Sa lecture est exigeante : sa structure n’est pas linéaire ni très didactique, car il suit le cours d’une pensée en train de se faire, des hypothèses qu’il reformule, parfois en revenant en arrière. L’index pose des jalons permettant au néophyte de trouver certains éléments essentiels qui ne sont mentionnés que tard – ainsi du nom ombilical, ou göbek adı, mentionné seulement dans le chapitre 8. Le glossaire s’avère indispensable, notamment pour le non turcophone ou arabophone qui peinera à distinguer les mahlas des nasab, lakap et autres küniye. En outre, l’intertextualité est très grande : l’auteur fait référence à nombre d’autres écrits, de lui-même ou d’autres auteurs, sans en restituer la teneur au lecteur à qui ils auraient échappé.

10L’ouvrage constitue un premier état des lieux d’un chantier immense, que l’auteur poursuivra sans doute sous d’autres formes. Il ouvre des perspectives très riches en termes d’anthroponymie, mais aussi d’histoire de l’identification des personnes et de la subjectivation à l’ottomane – deux champs encore largement embryonnaires et très prometteurs.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Elise MASSICARD, « Olivier Bouquet, Les noblesses du nom. Essai d'anthroponymie ottomane, Turnhout, Brepols, 2013, 399 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], Lectures inédites, mis en ligne le 22 août 2016, consulté le 24 juin 2017. URL : http://remmm.revues.org/9381

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page