Navigation – Plan du site

A companion to Medieval Palermo. The History of a Mediterranean City from 600 to 1500, edited by Annliese Nef, trad. anglaise des textes par Martin Thom, Leyde-Boston, Brill, 2013 (Coll. Brill’s Companions to European History, volume 5), 542 p.

Mohamed Ouerfelli

Texte intégral

1A companion to Medieval Palermo est le cinquième volume de la collection Brill’s Companions to European History. Celle-ci entend offrir une synthèse actualisée sur différents domaines de l’histoire européenne du Ve siècle jusqu’à nos jours. C’est la tâche à laquelle s’est attelée Annliese Nef, en coordonnant les travaux de spécialistes de la Sicile médiévale et en prenant l’exemple de la ville de Palerme comme objet d’étude de l’observatoire sicilien. Au total seize contributions, traduites en anglais par Martin Thom, et réparties en quatre chapitres, abordent de nombreux aspects de l’histoire de la capitale sicilienne entre le VIe et le XVe siècle, témoignant de la richesse de ce volume et de la diversité des approches. À noter également la présence à la fin du volume d’une bibliographie indicative et d’un index, ce qui rend cet ouvrage utile et accessible aux spécialistes comme aux lecteurs avertis.

2Dans son introduction, Annliese Nef souligne l’importance de la situation géographique de Palerme dans son évolution ; ce centre urbain, situé entre la mer et la montagne, est entouré d’une plaine fertile, la Conque d’Or. Après une rapide présentation chronologique des évolutions politiques qu’a connues l’île entre le VIe et le début du XVIe siècle, ainsi que des dynasties qui se sont succédé au pouvoir en Sicile, Annliese Nef traite brièvement la question des sources mobilisées pour l’histoire de Palerme ; elle met l’accent sur leur diversité, sur leurs différences d’une période à une autre, mais aussi sur leurs lacunes. Elle suggère de nouvelles pistes de recherche, qui ont été jusque-là négligées, comme l’histoire culturelle et religieuse de la capitale sicilienne. L’ensemble de cette documentation permet d’étudier les questions politiques, économiques et sociales, qui ont fait l’objet de nombreuses recherches ces dernières années.

3Les quatre premières contributions, consacrées aux périodes byzantine et islamique, constituent le premier chapitre intitulé From an Empire to another Empire (VIth-XIth). Vivien Prigent étudie la ville sous domination byzantine ; il dresse un tableau exhaustif des trois siècles de gouvernement de l’empire romain d’Orient, examine le statut de la ville, son organisation politique et ses rapports avec le pouvoir central, ses structures administratives et ses modes de gouvernement, ainsi que les évolutions économiques et urbaines qu’elle a connues jusqu’à la conquête aglabide. Les contributions d’Annliese Nef, d’Alessandra Bagnera et de Mirella Cassarino montrent que le passage de Palerme, et par-dessus tout de toute la Sicile, sous domination islamique a permis progressivement son intégration au sein du Dâr al-Islâm. Elle devient l’une des cités les plus importantes de l’empire fatimide, le siège du gouvernement de l’île et un centre politique, économique et culturel dynamique, en particulier après la fondation de la Khâlisa vers 937-938 par Khâlid Ibn Ishâq Ibn al-Ward, qui rappelle celle de Mahdiya en 916. Palerme connaît son épanouissement pendant le règne de la dynastie autonome des Kalbides. Sa centralité se mesure également par la diversité de ses activités artisanales et commerciales au cœur de la Méditerranée, par sa production culturelle, patronnée et soutenue par la somptueuse cour des Kalbides, et par la présence d’un pôle religieux attractif, attestée, entre autres, par un maillage dense de mosquées et de ribât-s.

4Les trois contributions du deuxième chapitre ont pour objet d’appréhender l’expérience des Hauteville pendant les XIe et XIIe siècles et le rôle de Palerme, élevée au rang de capitale de cette dynastie. Le panorama des principaux monuments, qui ont connu leur épanouissement pendant cette période, dressé par Rosa di Liberto, est complété par un portrait de la cité que nous livre Elena Pezzini. Celle-ci met en évidence les transformations d’une cité islamique habitée par une minorité chrétienne, préoccupée par la volonté d’accentuer son contrôle militaire, en une capitale dynamique, dont certaines fondations doivent forcément porter les marques et le programme idéologique du pouvoir.

5Les questions de l’économie et de la société urbaine sont étudiées par Henri Bresc et E. Igor Mineo dans le chapitre trois sur Palerme et la Méditerranée à la fin du Moyen Âge. Le premier dresse un tableau exhaustif des activités économiques exercées dans la ville et ses rapports avec le monde extérieur à travers le dynamisme de l’exportation. Les productions de qualité, notamment du thon salé, du fromage et du sucre, mais également les céréales, animent un courant commercial développé par des hommes d’affaires toscans, qui disposent de techniques commerciales avancées, de capitaux et de réseaux permettant d’atteindre des marchés lointains. Henri Bresc montre ainsi que cette configuration de l’économie palermitaine est bien perceptible dans le paysage urbain ; elle se traduit par une création artistique importante et le développement urbain de la ville, en dépit du déclin de certaines activités économiques jadis prospères au cœur de la cité. E. Igor Mineo dresse quant à lui un portrait de la société urbaine dans son organisation spatiale et dans sa pluralité religieuse et linguistique, malgré la difficulté à définir les acteurs sociaux entre le XIIIe et le XIVe siècle. L’évolution des structures sociales a créé une dynamique d’intégration des nouveaux venus, notamment des marchands.

6Le dernier chapitre de l’ouvrage rassemble sept contributions consacrées aux approches transversales. Laura Sciascia reconstitue les évolutions politiques dont Palerme a été le théâtre entre le XIIe et le XVe siècle et montre comment le pouvoir se déploie et utilise l’espace urbain pour s’affirmer. Gian Luca Borghese, en abordant la question des étrangers dans la ville de Palerme, insiste sur les liens étroits entre celle-ci et l’Égypte à l’époque islamique, comme l’attestent les documents de la Geniza du Caire. Si les pouvoirs normands ont joué un rôle de premier plan dans l’exportation de la production agricole et artisanale, ce sont surtout des marchands étrangers, des Toscans, et surtout des Pisans, devenus citoyens de Palerme, qui ont développé le système bancaire et constitué tout un réseau de relations pour assurer l’exportation vers des marchés méditerranéens et vers la mer du Nord. Henri Bresc retrace la vie religieuse à Palerme, en mettant l’accent sur l’installation de nouveaux ordres qui ont fait émerger de nouvelles pratiques de dévotion. Selon Sulamith Brodbeck, la cathédrale de Monreale, à travers son architecture, son cloître, ses portes en bronze et ses mosaïques, représente un véritable phénomène artistique, où se sont illustrés les meilleurs artistes du royaume normand. Benoît Grévin, quant à lui, revient sur l’évolution de la production culturelle palermitaine et le contexte linguistique depuis la conquête normande jusqu’à la fin du XVe siècle, en relation avec les programmes idéologiques de chaque dynastie. Si la fin du Moyen Âge est surtout marquée par la transformation de l’humanisme latin en renaissance gréco-latine, Palerme a connu en réalité une pluralité de cultures, liée à l’ouverture de la cité sicilienne aux influences extérieures, mais aussi à la survivance d’une culture arabe et judaïque diffusée dans les cours italiennes du XVe siècle.

7Sur les Juifs palermitains, Giuseppe Mandalà retrace l’histoire de la présence de cette communauté depuis la fin du VIe siècle jusqu’à son expulsion de l’île en 1492-93. Il analyse la relation de ses membres avec les pouvoirs successifs, le régime fiscal auquel ils étaient soumis, la place qu’ils ont occupée dans le développement des activités économiques, leurs migrations, leurs rapports avec les autres communautés. Sont étudiés également les lieux de culte, les pratiques religieuses, la culture, ainsi que de nombreux éléments de la vie quotidienne de cette minorité essentiellement urbaine.

8Dans une perspective conclusive, Fabrizio Titone discute de la dichotomie entre citoyens et sujets qui a marqué l’Italie ; il met en évidence les formes de participation civique des communautés locales dans le gouvernement de la ville, ainsi que les différentes voies de contestation du pouvoir. Il réfute la thèse d’une autorité royale répressive et de la présence d’un pouvoir seigneurial, qui s’imposerait comme le seul interlocuteur avec la Couronne.

9Les objectifs de cette publication semblent bel et bien atteints ; ils consistent à mettre à la disposition des chercheurs, mais aussi des étudiants, une matière scientifique non négligeable et actualisée sur l’histoire de la capitale sicilienne depuis l’Empire romain d’Orient jusqu’à son intégration dans l’espace catalano-aragonais, en passant par les périodes islamique et normande. Ce volume, enrichi de nombreuses cartes, plans et images (55 figures au total), doit donc s’imposer rapidement comme un outil de travail et une référence incontournable pour l’histoire de Palerme au Moyen Âge.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mohamed Ouerfelli, « A companion to Medieval Palermo. The History of a Mediterranean City from 600 to 1500, edited by Annliese Nef, trad. anglaise des textes par Martin Thom, Leyde-Boston, Brill, 2013 (Coll. Brill’s Companions to European History, volume 5), 542 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], Lectures inédites, mis en ligne le 22 août 2016, consulté le 23 mars 2017. URL : http://remmm.revues.org/9383

Haut de page

Auteur

Mohamed Ouerfelli

Aix-Marseille Université, CNRS, LA3M/IREMAM, 13094

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page