Navigation – Plan du site

Lebret Louis Joseph, Chronique de la construction d’un État. Journal au Liban et au Moyen-Orient (1959-1964), édition établie par Stéphane Malsagne, Paris, Geuthner, 2014.

Pierre France

Texte intégral

1Poursuivant l’édition d’ouvrages portant sur la figure du président de la république libanaise Fouad Chéhab (président de 1958 à 1964), Geuthner livre aujourd’hui une édition, préparée par Stéphane Malsagne, des mémoires du père dominicain Louis-Joseph Lebret (1897-1966), fondateur de l’IRFED (Institut de recherche et de formation en vue du développement), dont il a dirigé deux célèbres missions au Liban, mandatées par le président Chéhab, afin d’établir un bilan social et économique du pays, et de préparer un plan de développement.

2Cette publication fait figure de complément à la thèse de Stéphane Malsagne (Malsagne, 2011), mais tandis que cette dernière était centrée sur les aspects de politique nationale et internationale de la présidence Chéhab, ces mémoires visent plutôt à proposer une lecture de Fouad Chéhab privilégiant le versant social et développementaliste du personnage. Une image de bâtisseur et d’inflexible « père du Liban moderne », qui se cristallise de plus en plus ces dernières années, au détriment d’une autre qui a longtemps prévalu : celle du militaire (trop) francophile dont le pouvoir reposait avant tout sur le service de renseignement de l’armée, le fameux « deuxième bureau ». Loin d’être limitée à ce livre, cette vision plus sociale se retrouve aussi dans une autre publication récente de Geuthner, le livre de Jean-Marc Fevret (Fevret 2011), et croise étroitement le travail de réhabilitation qu’a entrepris par ailleurs la fondation Chéhab au Liban depuis plusieurs années.

Entre rapport et journal

3Ce « journal libanais » n’est pas vraiment une œuvre intime ou un objet littéraire, à la fois parce que l’écriture se rapproche de celle d’un rapport de mission, destiné en l’occurrence à l’équipe de la mission IRFED et aux membres de l’association Économie et Humanisme dont le père Lebret est le fondateur, mais aussi parce qu’il est une reconstitution d’un journal libanais qui n’a en réalité jamais existé en tant que tel : Chronique de la construction d’un État ne représente qu’une partie seulement du journal du père Lebret, où ont été sélectionnés les extraits écrits pendant sa présence au Liban. Si le livre s’étend de 1959 à 1964, couvrant 20 mois d’un travail réalisé en 26 séjours, il s’inscrit dans un journal beaucoup plus imposant que tenait le père Lebret depuis les années 1920, avec une fréquence quasi-quotidienne à partir de 1945. Pendant ces cinq années, le Liban n’est pas exclusif d’autres engagements : appelé au même moment aux quatre coins du monde, le Dominicain n’a pas écrit seulement sur le Liban au moment où il y est présent, mais sur toutes les missions qu’il effectue à l’époque (spécialement au Sénégal), sur la vie de son association ou encore sur l’actualité du catholicisme social. Autant d’aspects, donc, qui apparaissent à la lecture de ce journal.

  • 1 Un point qu’on laissera volontairement de côté ici pour se concentrer sur l’intérêt du livre pour l (...)

4Objet curieux, à moitié prévu pour la publication mais cependant à moitié journal intime où se glisse souvent la chronique des tracas de santé du diariste (qui vit alors les dernières années de sa vie), ce livre est parfois difficile à lire en raison de son style très télégraphique, et de la variété des sujets abordés : il renseigne en effet autant sur le Liban que sur l’histoire de l’association du père Lebret, du catholicisme social1, ou de l’esprit développementaliste des années 1960. Et il contient autant de descriptions géologiques qu’anthropologiques (à la plume trempée parfois d’orientalisme classique) que de chroniques des dîners et des séances de travail. Le journal s’aventure dans la région au-delà du Liban, et compte quelques belles pages sur la Syrie (p. 96-103) ou encore sur le Koweit (p. 316-321). On y trouve cependant assez peu d’éléments sur le travail concret de la mission IRFED. Le travail de terrain, l’articulation particulière entre les différentes équipes, ou entre les collaborateurs, sont peu abordées (Georges Corm, jeune équipier de la mission, a souligné ailleurs à quel point l’accès des équipiers libanais auprès du père Lebret était filtré par ses équipiers français) (Corm, préface in Malsagne 2011). Sur ce point, mais aussi sur l’héritage et l’usage de cette mission et des études qu’elle a menées après 1964, on se reportera plutôt à l’ouvrage de Jean-Marc Fevret (Fevret 2011).

Une plongée dans un microcosme technocrate

5Première qualité du livre, celui-ci restitue de manière saisissante un microcosme libanais des années 1960, à travers le récit des très nombreuses rencontres de Lebret avec les élites de l’époque : on y découvre à la fois les personnes (et parmi elles notamment ces jeunes hauts fonctionnaires que Fouad Chéhab va chercher à la sortie de grands écoles françaises), les institutions, mais aussi les tensions entre elles. Pour quiconque cherche à travailler sur la création d’institutions, la mise en forme d’un État, les élites libanaises et notamment les hauts fonctionnaires, les informations rapportées par Lebret sont précieuses. Mais il faut aussi saluer sur ce point l’énorme travail de Stéphane Malsagne sur les notes, où les biographies de ces personnages sont patiemment restituées. Celles-ci participent en réalité autant à l’intérêt du livre que le corps du texte (on regrettera cependant que le CD-ROM joint, qui contient des cartes de l’époque, n’offre pas une version électronique du livre, qui aurait permis d’explorer ce réseau plus facilement).

6Chronique des débats et des recherches qui animent la mission IRFED, ce livre est aussi une plongée dans l’économie et la société libanaise de l’époque, dont Lebret évoque souvent la complexité (« Je m’étais dit : l’étendue de deux départements français, ça ne doit pas être si difficile. En fait je n’ai jamais rencontré problème aussi complexe », p. 81). Loin d’être d’un optimisme béat et de souscrire au cliché alors naissant de la « Suisse du Moyen-Orient », Lebret semble souvent inquiet de l’évolution du pays (« Quel pays, si beau, trop peu anxieux, confiant en son étoile », p. 95). De belles descriptions, par exemple de l’agriculture dans la Bekaa (p. 159), des pêcheurs de Saïda (p. 206), ou encore de la quasi-disparition de la plage de Jbeil en quelques semaines (p. 168) donnent aussi un caractère vivant et quasi-anthropologique à son propos.

7Enfin, c’est aussi le monde du développement alors naissant que ce livre documente : le jeu croisé entre projets américains, français, et ceux des jeunes agences internationales de l’ONU autour du Liban, les « 104 » experts étrangers qui travaillent alors dans les différents ministères (p. 29). Il serait tentant d’établir une comparaison avec la situation actuelle, où les experts (notamment du PNUD) continuent à occuper une place centrale dans l’administration du pays, et l’on peut lire ainsi avec une certaine amertume la fin du journal, où se pose la question du départ de la mission IRFED et de la prise en charge du plan de développement par un Liban alors appelé à devenir indépendant de ces experts étrangers.

Une invitation à étudier le Liban autrement ?

8S’il est un outil précieux, une superbe source de citations, et une manière de participer aux débats actuels sur la place de l’État au Liban, ce journal n’est pourtant pas tout à fait exempt de petits défauts. Il ne s’agit pas d’une édition critique, et l’on pourrait croire, en le lisant trop rapidement, qu’il alimente une vision hagiographique de l’époque et de ses acteurs : cette lecture particulière de l’histoire du pays où il semble que l’on souligne surtout en creux les turpitudes des élites du Liban actuel. Elle donne naissance à une véritable nostalgie du Liban d’avant-guerre, qui se développe depuis les années 1990, phénomène analysé notamment par Sune Haugbolle (Haugbolle 2010).

9Le livre est d’abord à prendre comme la version française d’une histoire plus large (même si la présence de la France était, bien sûr, très importante dans cette époque post-indépendance). Même si Lebret sillonne le Liban avec volontarisme, et ne rencontre pas seulement des chrétiens, que sa capacité à circuler entre les confessions et les régions paraît bien loin du Liban actuel, il n’est pas tout à fait certain que « pas une figure » (p. 29) du Liban n’ait manqué de croiser à l’époque sa route. Ses mémoires dessinent plutôt un certain type de réseau social francophone, et ses limites. Les attaques contre la mission publiées dans la presse libanaise que relève régulièrement le journal (par exemple p. 251), montrent que la mission IRFED n’était pas au goût de tous, et il aurait peut-être fallu mieux restituer ces débats pour aider le lecteur à avoir une vision plus large des choses. Telles quelles, ces critiques apparaissent seulement au lecteur à travers les yeux de Lebret, à savoir comme une résistance au changement, considérée comme une attitude presque irresponsable de la part de certaines élites.

10Est-il ensuite bien certain que « le président ait joué tout son règne et son prestige sur l’expérience IRFED », comme il le déclare lui-même à Lebret (p. 232) ? La limite de ce journal est également qu’il ne couvre qu’une partie de l’action de Chéhab ; le « deuxième bureau », notamment, ne semble plus exister. Or, par exemple, Lebret note justement à quel point la mission IRFED est amenée à se faire discrète vers la fin, à cause des élections qui doivent avoir lieu en juin 1964, au point que pour l’aide de camp de Chéhab, dès janvier « rien ne va pouvoir être fait pendant ces 6 mois électoraux » (p. 322). S’il faut se méfier bien entendu de la « légende noire » de Chéhab (Malsagne 2011), la lecture de ce livre seulement, sans qu’elle soit accompagnée d’autres références (Nassif 2005), ne suffit pas à comprendre ce mandat crucial.

11Enfin, le livre s’arrête en 1964, à un point où s’ouvre aujourd’hui un autre défi pour les historiens, celui de comprendre l’évolution du projet chéhabiste après son mandat, et les blocages que vont connaître les grands projets ici décrits. C’est peut-être dorénavant le mandat de Charles Hélou, au cours duquel le plan de développement échafaudé par l’IRFED sera abandonné, qui mériterait plus d’attention de la part des historiens, à l’heure où sa famille cherche à en donner une image plus positive (Helou 2014). Mais la tâche s’annonce compliquée, tant ce livre montre en creux, au-delà de toutes ses qualités, un fait douloureux pour le Liban et pour l’écriture de son histoire : celle-ci se fait encore trop souvent à partir d’archives extérieures. Si les archives de Lebret ou de son assistant Delprat sont disponibles en France, du côté libanais le général Chéhab a brûlé ses archives, celles d’autres personnages de premier plan et des ministères ont été largement détruites pendant la guerre civile, et les rares archives qui existent sont aujourd’hui détenues par des particuliers. Échappant à tout inventaire, souvent invisibles sauf à être introduit par les bonnes personnes, elles sont soumises le cas échéant à des conditions de consultation et d’exploitation restrictives, qui ne vont pas faciliter la poursuite de ce travail.

Haut de page

Bibliographie

Fevret Jean-Marc, 2011, 1948-1972 Le Liban au tournant, Geuthner, Paris.

Haugbolle Sune, 2010, War and Memory in Lebanon, Cambridge University Press, New York.

Helou Joe-Khoury, 2014, Charles Hélou  : Hamlet de l’accord du Caire, Presses de l’USJ, Beyrouth.

Malsagne Stéphane, 2011, Fouad Chéhab (1902-1973). Une figure oubliée de l’histoire libanaise, IFPO/Karthala, Paris.

Nassif Nicolas, 2005, Al-maktab al-thani: Hakim fi al-zul, Mukhtarat, Beyrouth.

Haut de page

Notes

1 Un point qu’on laissera volontairement de côté ici pour se concentrer sur l’intérêt du livre pour l’écriture de l’histoire du Liban

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre France, « Lebret Louis Joseph, Chronique de la construction d’un État. Journal au Liban et au Moyen-Orient (1959-1964), édition établie par Stéphane Malsagne, Paris, Geuthner, 2014. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], Lectures inédites, mis en ligne le 22 août 2016, consulté le 29 avril 2017. URL : http://remmm.revues.org/9385

Haut de page

Auteur

Pierre France

CESSP

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page