Navigation – Plan du site

Virginia Comolli, Boko Haram: Nigeria’s Islamist Insurgency, London, Hurts and Company, 2015, 239 p.

Walter Bruyère-Ostells

Texte intégral

1Le travail de Virginia Comolli constitue à ce jour l’ouvrage de référence sur Boko Haram. Très didactique, clair par sa construction chronologique, il éclaire les deux piliers qui font de Boko Haram un cas d’étude intéressant pour analyser le développement d’une violence islamiste. En effet, on y observe d’une part la violence et l’extension géographique très rapide de Boko Haram (jusqu’à concerner aujourd’hui non seulement le Nigéria, mais aussi le nord du Cameroun, le Niger et le Tchad) et, d’autre part, l’inefficacité des réponses de l’appareil sécuritaire nigérian. Alors que Boko Haram et l’État fédéral sont renvoyés dos à dos par les ONG et la communauté internationale pour crimes de guerre, l’ouvrage propose différents facteurs explicatifs culturels, sociaux ou économiques à l’émergence de ce mouvement.

2Le travail repose sur une large exploitation de matériaux bruts (vidéos de Boko Haram par exemple) mais aussi de sources ouvertes et de travaux académiques. Ils sont complétés par des entretiens menés aussi bien avec des personnalités nigérianes qu’au cours d’une enquête de terrain dans les États nigérians principalement touchés. On peut regretter que l’ensemble des références ne soit pas présenté sous la forme d’une bibliographie, mais elles apparaissent dans l’appareil critique en fin d’ouvrage. En revanche, une chronologie retrace la montée en puissance de Boko Haram après quelques jalons de l’histoire nigériane.

3En effet, un premier chapitre (Islam and Nigeria : Historical Background) inscrit bien le phénomène Boko Haram dans l’histoire longue du Nigéria. Il décrit ainsi l’islam de combat d’Usman Dan Fodio qui aboutit à la création du sultanat de Sokoto au début du XIXe siècle. Le chapitre suivant (The Genesis of Radical Groups) rend compte de l’émergence de différents groupes djihadistes dans le contexte postcolonial. Né au tournant des années 2000 dans l’État de Borno à Maiduguri, Boko Haram apparaît comme un aboutissement de l’enracinement de l’islamisme dans le nord-est du pays (Sokoto et Kano), en opposition avec les centres de pouvoir musulman traditionnels. On suit le groupe de sa naissance et de sa montée en puissance dans l’ensemble du nord puis du centre du Nigéria, sous Mohamed Yusuf, jusqu’au tournant de 2009. Quand Abubakar Shekau lui succède à la tête de Boko Haram, l’organisation devient à la fois plus violente et davantage insérée dans les circulations entre groupes islamistes africains. AQMI notamment permet à Boko Haram de se distinguer grâce à une aide financière logistique qui lui permet de moderniser ses modes d’actions et de communication. Cette nouvelle dynamique entraîne cependant une moindre cohérence hiérarchique et des divergences internes ; Virginia Comolli revient notamment sur l’apparition d’Ansaru, née d’une branche de Boko Haram autonomisée autour du commandant Khalid al-Barnawi.

4Le dernier chapitre porte sur les « Governments Responses ». L’enquête de terrain de Virginia Comolli éclaire bien les cycles de violence que connaît le nord du Nigéria. À chaque coup porté à l’organisation, celle-ci réagit par la surenchère. Malgré le lancement en 2011 de la Joint Task Force Operation Restore Order (JTF ORO), l’échec de la stratégie de contre-insurrection de l’appareil sécuritaire s’explique par la violence policière, faite de viols et de pillage dans le nord-est. À Kano, nous dit Virgina Comolli, « locals were afraid of the security forces who were known for “brutalising” people, “killing easily” and extorting money at roadblocks. Whereas the condemned Boko Haram’s violence, some interviewees also admitted that they understood why the group was so critical of the government » (p 133). Alors qu’elle est si nécessaire pour le succès de ce type de dispositif, il n’y a pas d’adhésion de la population à la politique et aux discours gouvernementaux. En creux, il s’agit donc d’interroger le lien entre carences et/ou défaillances de l’État et montée aux extrêmes d’un islam historiquement très conservateur dans le nord du pays.

5On remarquera que les travaux francophones, ceux de Pauline Guibbaud et surtout de Marc-Antoine Pérouse de Montclos, ne semblent pas connus. Dans le même ordre d’idées, Virginia Comolli décrit une réponse occidentale (Western Response p. 142 à 153) qui n’inclut que les États-Unis, la Grande-Bretagne et le Canada. En revanche, une analyse cohérente de l’action française n’est pas menée, mais des allusions sont disséminées dans des remarques au fil du récit, que ce soit dans le développement sur la Centrafrique ou à propos de l’enlèvement de ressortissants au nord du Cameroun. L’effort militaire de la France à l’échelle du Sahel est finalement peu perceptible. On regrettera de la même façon que le phénomène Boko Haram, présenté comme une brutale mutation d’un islam de combat très ancien, n’ait pas davantage été lu sous l’angle de la confrontation avec les chrétiens dans un contexte de globalisation de l’économie. Le prisme de la mondialisation pouvait d’ailleurs induire aussi une réflexion sur le rôle sous-régional de la Communauté Économique Des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), et régional de l’Union Africaine (UA) face à Boko Haram. Les deux associations sont un peu trop absentes de la démonstration. Un dernier regret vient des cartes : deux cartes (carte de l’État fédéral et des trois États placés en état d’urgence) permettent seulement la localisation des lieux cités dans l’ouvrage, mais ne décrivent pas les implantations et les dynamiques de Boko Haram. Il n’en demeure pas moins que l’ouvrage est un excellent éclairage, de lecture aisée, pour ceux qui s’intéressent à l’islamisme en Afrique subsaharienne.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Walter Bruyère-Ostells, « Virginia Comolli, Boko Haram: Nigeria’s Islamist Insurgency, London, Hurts and Company, 2015, 239 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], Lectures inédites, mis en ligne le 22 août 2016, consulté le 28 mars 2017. URL : http://remmm.revues.org/9390

Haut de page

Auteur

Walter Bruyère-Ostells

Sciences Po Aixwalter.bruyere-ostells@sciencespo-aix.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page