Navigation – Plan du site

Halevi Ilan, 2015, Judéophobie et islamophobie : l’effet miroir, Éditions Syllepse, Paris, 187 pages.

Michaël Séguin

Texte intégral

1Ilan Halevi (1943-2013) était un homme d’exception : né en France de parents résistants à l’occupation nazie, il participe à diverses luttes d’indépendance africaines avant d’immigrer en Israël en 1967. Il milite alors au sein de groupes antisionistes (Matzpen et Maavak) avant de joindre l’Organisation de libération de la Palestine (OLP) et le Fatah en 1976. Avec les années, il devient un proche conseiller de Yasser Arafat et enfin ministre adjoint aux affaires étrangères entre 2003 et 2005. C’est à partir de cette position unique, celle du « Juif palestinien » (p.7) qui connait intimement la judéophobie (habituellement nommé antisémitisme) qu’il aborde le sujet brûlant qu’est l’islamophobie dans ce livre posthume.

2Sa thèse centrale est qu’il y a un effet miroir entre les deux phénomènes, que l’islamophobie « fonctionne de la même façon [que la judéophobie], joue un rôle comparable, et qu’elle en est une excroissance et un développement » (p.49). À ce propos, Halevi note à maintes reprises que ces deux phobies racistes - la judéophobie de la fin du XIXe siècle jusqu’à la Seconde Guerre mondiale et l’islamophobie depuis le 11 septembre 2001 - procèdent des mêmes processus sociaux et jouent la même fonction sociale. Dans les deux cas, il y a négation de l’existence même du phénomène raciste que ses détracteurs réduisent à une simple façon de culpabiliser les dominants alors autoproclamés victimes d’une menace (ou d’un complot) universelle ; il y a aussi déni de toute haine et de toute essentialisation des groupes stigmatisés au profit du simple constat de « faits », pourtant affirmés avec une passion déraisonnée ; et enfin, il y a transformation des groupes racisés en boucs émissaires dont la dénonciation forme « le ciment discursif interclassiste sur lequel peuvent croître les nouvelles formes de fascisme » (p. 50). Ce sont donc ces mêmes idées que développe l’auteur en douze chapitres plus ou moins harmonisés.

3Le premier chapitre s’attarde à montrer combien le « spectre de l’islamisme » (p.37) a remplacé celui du communisme comme alibi d’un Occident en quête de guerre et comment l’islam joue aujourd’hui le rôle de bouc émissaire qu’assumait jadis le judaïsme. Mais pourquoi l’islam ? Selon Halevi, parce qu’il « apparaît effectivement comme l’ultime et l’unique système à la fois rival et autre » (p.42), le seul capable de résister à l’hégémonie américaine. D’où l’importance de fabriquer tout à la fois ce nouvel ennemi (notamment via le soutien de la CIA aux moudjahidines en Afghanistan dans les années 1980) et d’entretenir un dispositif d’affrontement permanent : celui de la guerre au terrorisme et de la guerre des civilisations. Cette guerre globale devient ainsi un prétexte pour combattre toute protestation contre l’ordre mondial actuel, tandis que la menace imaginée provenant du monde musulman devient l’alibi du chauvinisme guerrier occidental.

  • 1 Voir à ce sujet Wieviorka (1998).

4Après avoir brièvement situé le lieu idéologique d’où il parle (chap.2), Halevi se penche au troisième chapitre sur la nature de l’islamophobie comme racisme. D’entrée de jeu, il précise que « le racisme, c’est quand l’Autre est perçu comme moins humain, sous-humain, anti-humain, non humain » (p.57). Si l’islamophobie ne fait pas intervenir l’essentialisation de traits phénotypiques dans le but de prédire certains comportements propres à une « race » (comme le fait l’arabophobie), elle repose néanmoins sur l’essentialisation de traits culturels, ce qui permet tout autant de la classer comme racisme1. De là, Halevi s’attaque à l’idée que le racisme n’est pas seulement le propre de la droite, mais qu’il concerne tout autant la gauche. Par exemple, il relève qu’au nom de la laïcité, de la république, de la démocratie, du progrès et des droits des femmes, on diabolise abondamment l’islam en France. De même, le sionisme reprenant les postulats antisémites (à savoir que l’existence juive en diaspora est anormale) construit un ordre social juif qui, bien que se voulant à l’origine socialiste et progressiste, exclut les Arabes, hier comme aujourd’hui, par une série de législations qui en font des citoyens de seconde zone.

5Halevi pousse encore plus loin cette idée au chapitre 4 en soulevant que l’originalité des élites racistes actuelles, notamment en France, est de nier l’être, tout en s’en prenant aux groupes antiracistes. Ainsi, venir à la rescousse d’Israël dans son droit d’être « un État juif, c’est-à-dire un État qui discrimine officiellement entre ses citoyens, selon qu’ils sont “juifs” ou “non-juifs”, c’est-à-dire un État raciste » (p.81), devient une diversion pour blâmer comme raciste tout groupe qui critique l’État hébreu, tout en continuant d’exercer ce racisme sur d’autres groupes, notamment les musulmans. À cet égard, Halevi refuse au chapitre 5 d’accorder tout statut spécial à la judéophobie qui ne serait pas un racisme différent des autres. Elle est au contraire typique du racisme qui consiste à se représenter la réalité selon un ordre inversé des rôles, dans lequel se trouve diabolisée et transformée en oppresseur la victime contre laquelle les dominants croient légitime de se « défendre ». Pour Halevi, criminaliser la seule négation de l’Holocauste, et non d’autres génocides, revient à transformer la souffrance juive en dogme légitimant une nouvelle inquisition (chap.10) et à partir duquel les souffrances d’autres groupes ethniques peuvent être lues comme futiles. C’est d’ailleurs cette même pensée judéocentrique qui amena l’échec à long terme des deux conférences de Durban à définir l’islamophobie comme racisme (chap.6).

6Plutôt que d’adhérer à l’idée que l’islam est le nouvel ennemi, Halevi consacre plusieurs chapitres (7, 8 et 9) afin de rendre aux divers groupes islamiques leur pluralité et à exposer à quel point Al-Qaïda est un phénomène marginal au sein du monde musulman. À ce propos, Halevi soutient que l’idée d’islam politique est un contresens puisqu’il y a une conception du politique au cœur de l’islam depuis ses débuts. Par contre, il souligne que dans la foulée de la colonisation européenne des pays à majorité musulmane, l’islam a joué un grand rôle comme pôle de conservation culturelle et de résistance. C’est l’échec des régimes séculiers qui a permis l’islamisation de la politique au cours des trois décennies. Au-delà de la révolution islamique iranienne, cette islamisation a aussi été alimentée par Washington qui n’hésita pas à financer la résistance islamique antisoviétique en Afghanistan. « Le résultat, c’est un islamisme manufacturé aux États-Unis, mais qui s’est également mis à pousser de lui-même à Alger, au Caire, à Tunis ou à Karachi, bête et méchant au souhait de ses adversaires manipulateurs, puisqu’il s’agissait aussi de produire et de fabriquer le futur ennemi mondial de substitution » (p.110). Pour Halevi, il en résulte que les Protocoles des sages de Sion sont à la judéophobie ce qu’Al-Qaïda est à l’islamophobie : une mise en scène qui justifie le racisme. Cette manipulation qu’est Al-Qaïda a d’ailleurs très peu à voir avec des partis politiques comme le Hamas palestinien et le Hezbollah libanais qui sont, insiste Halevi, des productions endogènes à ces sociétés, sensibles aux développements politiques locaux, et qui ne partagent pas les plans d’islamisation du monde de cette nébuleuse terroriste.

7En conclusion, Halevi insiste sur la nécessité tant pour les peuples, les gouvernements, que pour les individus d’un nouveau non-alignement, d’un refus de la logique guerrière puisque « ceux qui appellent à la guerre, d’un côté comme de l’autre, sont véritablement les ennemis de l’humanité, et on ne peut se distancier des uns comme des autres » (p.169). Il faut renoncer à l’idée d’éliminer les « méchants », de penser recomposer le Moyen-Orient sans le Hamas, le Hezbollah, la Syrie ou l’Iran, au profit d’une nouvelle philosophie des relations internationales fondée sur le désarmement, la diversité et le dialogue. En bref, il faut renoncer tant à la guerre des civilisations qu’au nationalisme obtus au profit « d’une modernité respectueuse des identités héritées de l’histoire, ayant pris acte de l’imbrication des populations et des mouvements migratoires » (p.171). Pour favoriser cette ouverture, il propose au chapitre 12 un glossaire critique des termes les plus fréquemment utilisés pour incriminer l’islam et les musulmans (soit jihad, chahid, ijtihad, hijab, intolérance, liberté, violence et terrorisme).

  • 2 Hormis Boniface (2015) et un chapitre d’Hajjat et Mohammed (2013), peu de recherches ont été menées (...)

8En somme, il s’agit d’un livre à lire pour ses intuitions plutôt que pour la rigueur de son argumentation ou du travail de la preuve (ce livre n’a d’ailleurs pas la prétention d'une objectivité scientifique). La maladie et la mort de l’auteur n’ayant pas permis de revoir certaines parties et d’en terminer d’autres, plusieurs chapitres manquent de fluidité et passent constamment d’une idée à l’autre. D’autres sont très peu développés, et conséquemment moins convaincants (par ex. le chapitre 6 sur Durban et le chapitre 10 sur la nouvelle inquisition). Par contre, sur le fond, l’idée de repartir du phénomène plus large du racisme, que ce soit sous sa forme classique ou culturelle, pour analyser l’homologie entre judéophobie et islamophobie est très pertinente, et permet de saisir combien, à deux époques différentes, ces phénomènes fonctionnent de façon similaire. Cette idée fondamentale, peu abordée jusqu’ici2, méritait d’ailleurs d’être approfondie dans une recherche systématique.

Haut de page

Bibliographie

Boniface Pascal, 2015, Les pompiers pyromanes : ces experts qui alimentent l'antisémitisme et l'islamophobie, Paris, Max Milo.

Hajjat Abdellali et Marwan Mohammed, 2013, Islamophobie : comment les élites françaises fabriquent le “problème musulman”, Paris, La Découverte.

Wieviorka Michel, 1998, Le racisme, une introduction, Paris, Découverte/Poche.

Haut de page

Notes

1 Voir à ce sujet Wieviorka (1998).

2 Hormis Boniface (2015) et un chapitre d’Hajjat et Mohammed (2013), peu de recherches ont été menées à ce sujet.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michaël Séguin, « Halevi Ilan, 2015, Judéophobie et islamophobie : l’effet miroir, Éditions Syllepse, Paris, 187 pages. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], Lectures inédites, mis en ligne le 23 août 2016, consulté le 29 avril 2017. URL : http://remmm.revues.org/9396

Haut de page

Auteur

Michaël Séguin

Doctorant en sociologie, Université de Montréal.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page