Navigation – Plan du site

Yosef Tobi et Tsivia Tobi, Judeo-Arabic Literature in Tunisia, 1850-1950, Detroit, Wayne State University Press, 2014, Raphael Patai Series in Jewish Folklore and Anthropology, 369 p.

Henri Bresc

Texte intégral

1L’ouvrage de Yosef et Tsivia Tobi présente en neuf chapitres un survol d’une littérature imprimée en judéo-arabe qui a connu une brillante floraison à partir de 1850 à travers les presses hébraïques de Livourne, puis de Tunis, de Djerba… : après une tentative éphémère d’établir des presses hébraïques en 1768, ce sont plusieurs centaines de titres qui ont été publiés, ainsi que de nombreux journaux et périodiques, mais la plupart n’ont pas été conservés. Le premier ouvrage publié en arabe et en caractères hébraïques, en 1860, opuscule de prières pour le bey, confirme la relation entre les juifs de Tunisie et la régence dont l’élite juive fournit des conseillers et des banquiers, ainsi qu’avec le mouvement réformateur qui débouche sur l’éphémère constitution de 1857 et l’égalité des droits. L’explosion de la presse judéo-arabe, soutenue par l’insertion de feuilletons, suit immédiatement la levée par le Protectorat du cautionnement en 1887. Les appendices de Yossef et Tsivia Tobi énumèrent, sans en donner les dates de publication ni une analyse, même succincte, 75 journaux et périodiques imprimés en Tunisie et 317 ouvrages. Mais en 1907 déjà, Eusèbe Vassel, dans La Littérature populaire des israélites tunisiens, ne comptait pas moins de 467 ouvrages, journaux et périodiques, dont il précisait les contenus, jusqu’aux traces de socialisme qu’il détectait.

2L’étude s’insère dans une longue série de recherches sur la littérature judéo-arabe tunisienne : David Cazès, dans ses Notes bibliographiques sur la littérature juive tunisienne publiées en 1893, décrivait le réveil des études rabbiniques et cabalistiques aux xvie et xviie siècles, après un long isolement, et la circulation des rabbins et des livres depuis Livourne. En 1907, l’ouvrage d’Eusèbe Vassel ne comprenait pas seulement une étude précise de l’élan nouveau et des contenus des prières, des homélies, des journaux et des récits et contes, ces derniers souvent critiques des règles religieuses et familiales. Vassel donnait aussi les principes de translittération entre arabe et alphabet hébraïque et un aperçu de la langue, un arabe dialectal que certains journalistes font évoluer vers l’arabe classique ; il publiait aussi en traduction des fragments de contes. Daniel Hagège présentait en 1939 en judéo-arabe une Circulation des livres tunisiens en judéo-arabe, description du milieu intellectuel qui a produit ces journaux et ces livres, biographies de seize auteurs, journalistes et imprimeurs les plus remarquables, et que Yosef et Tsivia Tobi ont traduit en anglais. En 1964 et 1975 Le Parler arabe des juifs de Tunis de David Cohen approfondissait l’étude de la langue et des conditions sociologiques de sa survie fragile : il publiait, transcits en caractères phonétiques latins, vingt-trois textes oraux (un seul, l’élégie chantée à la mort de l’artiste Ḥabība Msika, ou Messica, était la mémorisation d’un opuscule imprimé) et soixante-six proverbes et dictons. Le champ du religieux, avec douze textes, hymnes et chants à la gloire des saints et des sanctuaires, discours et récits des cérémonies familiales, l’emporte à peine dans ses choix sur les contes, les chansons et les récits d’opérations de magie.

3Yosef et Tsivia Tobi ne s’attardent pas sur la langue ; ils ne publient pas les textes originaux, ni n’en donnent une translittération en caractères latins, mais la traduction anglaise de 41 textes, accompagnés d’une courte introduction et de petites monographies qui éclairent des aspects particuliers, sur l’actrice Ḥabība Messica, sur la participation des juifs tunisiens à l’industrie du divertissement, sur le théâtre juif tunisien, sur la poésie amoureuse et érotique, sur les réactions du milieu rabbinique djerbien à l’explosion de la littérature séculière. Le contexte n’est pas présenté de manière méthodique, mais dispersé entre des chapitres qui s’ordonnent suivant les genres littéraires : il faut chercher à la p. 174 le contexte politique, celui de la constitution de 1857.

4Les textes les plus nombreux, dix-sept, sont des piyyutim, poèmes liturgiques en l’honneur des saints, des tombes et des pèlerinages, qui suivent à l’occasion les modèles du zajal et de la muwashshah, et transposent le sharḥ, commentaire biblique, en arabe. Puis sont traduites cinq malzūmāt, ballades satiriques drôles et joyeuses, dans la tradition de la fête de Purim, toujours sur le modèle du zajal. Les qinot, dont cinq sont traduites, appartiennent au genre littéraire de la lamentation, mais seules deux sont de vraies complaintes, toutes deux sur la mort tragique de Ḥabība Messica, phare des aspirations de la jeunesse tunisienne, icône scandaleuse des « soldats de la nuit », capable de transgresser les frontières du genre en interprétant des rôles masculins, Joseph et Roméo, et brûlée vive en 1930 par un amant jaloux, tandis que les trois autres sont des satires de la vie moderne. Viennent ensuite les ghnāyāt, chansons d’amour destinées au théâtre et au café-concert : quatre sont traduites, dont deux, tardives, à coloration politique. Yosef et Tsivia Tobi traduisent encore trois chapitres d’ouvrages moralisants appelant au retour au respect de la Torah et aux prénoms juifs en particulier, deux fragments d’ouvrages liés à l’activité théâtrale des juifs de Tunis, la présentation de la compagnie de Makhlūf Najjār, une biographie de Ḥabība Messica, et, enfin, la préface du Rabbi Makhlūf addād à un recueil d’histoires morales inspirées du hassidisme et des récits de Mikhalstadt publiés en allemand en 1853 (Michelstadt en Hesse, où est né et a exercé le rabbinat de 1822 à 1847 le Baal Shem Sekl Lœb Wotmser), destiné à servir de contre-feu à l’explosion des ḥikāyāt, récits profanes. Les traducteurs ont privilégié les textes rabbiniques, en particulier ceux des Sages de Djerba, hostiles au développement de la Haskalah (Lumières), et à la mutation linguistique, culturelle et morale déclenchée par le développement de l’enseignement en français de l’Alliance israélite universelle, et attachés à un sionisme principalement religieux.

5Le plan de l’ouvrage de Yosef et Tsivia Tobi disperse les informations et fragmente les réponses souhaitées aux grandes questions qui se posent sur l’usage des langues, la participation des juifs à la vie intellectuelle tunisienne (et franco-tunisienne : le seul journal imprimé à la fois en arabe classique et en deux graphies, deux pages en caractères arabes et deux pages en judéo-arabe, Al-Shams, est publié en 1885 à Paris) et le recrutement des écrivains, des journalistes et des imprimeurs en judéo-arabe. Le contexte est en effet celui du jeu permanent entre l’identité, assurée par l’usage de l’alphabet hébraïque et la perméabilité avec l’hébreu de l’école rabbinique, et la presque parfaite intercommunication avec le reste de la population tunisienne : c’est le même arabe qui est parlé, avec quelques mots techniques venus de l’hébreu, et des influences italiennes originales. Cette communication est pleinement efficace au café-concert et au théâtre, où les juifs jouent un rôle essentiel, en arabe comme en français. En revanche, on ne connaît pas de littérature écrite en caractères arabes, à la différence de l’Égypte et de l’Algérie. Yosef Tobi revient sur la question de l’ouverture de la littérature judéo-arabe à la littérature arabo-musulmane dans l’ouvrage coordonné par Denis Cohen-Tannoudji, Entre Orient et Occident. Juifs et musulmans en Tunisie, aux éditions L’Éclat, 2015. L’identité et la porosité qu’assure le judéo-arabe ne sont cependant confirmées que si l’apprentissage de l’alphabet hébraïque est assuré à travers celui de la langue référentielle et sapientiale, l’hébreu. Le développement de l’école en français conduit à un certain effacement de l’hébreu et des éditeurs/imprimeurs et écrivains choisissent de publier les ghnāyāt ainsi que la qina de Ḥabība Messica en graphie hébraïque et en translittération latine.

6Une deuxième question, à peine évoquée dans l’ouvrage, est celle de la participation des intellectuels juifs au mouvement national tunisien qui reste à approfondir. La compagnie de théâtre de Ḥabība Messica était animée par le frère de Ḥabīb Bourguiba, Maḥmūd, et l’actrice phare avait joué, enveloppée dans le drapeau de la régence, Patrie. Les martyrs de la liberté, ce qui l’avait conduite en prison, ainsi qu’une pièce sur Saladin.

7La traduction de l’opuscule de Daniel agège permet de dessiner des pistes d’analyse du personnel, écrivains, journalistes et éditeurs/imprimeurs, et il faudrait réunir en un faisceau significatif des observations dispersées. On note d’abord que, comme à Livourne, beaucoup d’entre eux appartiennent à de grandes familles de rabbins, Cohen-Tannoudji, Farḥi, Fittūsī, Guedj, arfati, Sitrūk, Uzan, Valensi, Zarqā. Deux voies s’offrent en effet au milieu rabbinique, la vulgarisation des grands principes religieux et de la morale en langue « populaire », choix des Sages de Djerba, et celui de la Haskala, du réformisme, lié à l’Alliance et qui s’exprime donc plutôt en français. Les journalistes relèvent largement, sans doute majoritairement, du courant réformiste ; en témoignent les titres des périodiques et des gazettes, qui reflètent les aspirations à la modernité (Aurore, Phonographe, Progrès), aux valeurs universelles (Égalité, Fraternité, Humanité, Liberté, Unité, Vérité), à côté de programmes proprement religieux-identitaire (Calendrier de Sion, Journal de Pâque, Vie du Jardin d’Éden, Voie d’Israël).

8Il faut donc regretter l’absence de ces analyses, comme celle des outils indispensables à un minimum d’étude quantitative, répertoires datés, contenus classés, auteurs et éditeurs/imprimeurs disposés par milieu d’origine et par généalogie. L’ouvrage de Yosef et Tsivia Tobi prolonge ainsi, assez maladroitement, le répertoire d’Eusèbe Vassel et diffuse un savoir que le naufrage du judéo-arabe rend inaccessible et, selon la formule consacrée, la « beauté du mort ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Henri Bresc, « Yosef Tobi et Tsivia Tobi, Judeo-Arabic Literature in Tunisia, 1850-1950, Detroit, Wayne State University Press, 2014, Raphael Patai Series in Jewish Folklore and Anthropology, 369 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], Lectures inédites, mis en ligne le 25 août 2016, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://remmm.revues.org/9401

Haut de page

Auteur

Henri Bresc

Professeur émérite à l'université de Paris X Nanterre

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page