Navigation – Plan du site

Robert G. Hoyland, In God’s Path: the Arab Conquests and the Creation of an Islamic Empire, Oxford – New York, Oxford University Press, 2015

Eva Collet

Texte intégral

1Ancien étudiant de Patricia Crone, Robert G. Hoyland est actuellement professeur à l’Institute for the Study of the Ancien World de l’université de New York. Il est surtout connu pour son travail de doctorat intitulé Seeing Islam As Others Saw It. A Survey and analysis of the Christian, Jewish and Zoroastrian writings on Islam (Princeton, 1997). L’ensemble de ses recherches est fondé sur la nécessité, d’une part, de replacer l’histoire des débuts de l’Islam sur une longue durée qui intègre l’Antiquité tardive, et d’autre part, de varier les types de sources. Dans le même esprit, il nous livre une nouvelle analyse dans In God’s Path : the Arab Conquests and the Creation of an Islamic Empire.

2L’intérêt de cette dernière étude repose aussi sur l’utilisation d’un large éventail de sources (grecques, syriaques, coptes, arméniennes, latines, juives, persanes et chinoises) et de types de sources (épigraphie, papyrologie, sources littéraires, etc.), notamment grâce aux précédentes recherches de l’auteur sur l’Arabie préislamique (Arabia and the Arabs, Londres, 2001).

3Sa méthode consiste à adopter un point de vue critique sur le corpus arabo-musulman. Celui-ci ayant été compilé près de deux siècles après les conquêtes, il est nécessaire de le traiter avec une extrême prudence en le considérant comme un ensemble de sources secondaires.

4Son but n’est pas de rejeter les textes musulmans écrits à partir du ixe siècle mais de les confronter aux sources du VIIe siècle, pour distinguer leur part de reconstruction mythique des origines de l’Islam. Il est significatif que Robert G. Hoyland intègre le corpus arabo-musulman et ses récits sur la période prophétique. Il affirme qu’il tente de trouver une troisième voie entre une historiographie traditionnelle et une autre, révisionniste, qui avait jeté un sérieux doute sur les origines de l’Islam telles qu’elles sont détaillées dans les sources musulmanes.

5Dans In God’s Path (2015), le critère de distinction entre les sources est donc moins celui de la confession de l’auteur que celui du contexte d’écriture. R. G. Hoyland change ainsi son critère de classement des sources par rapport à ses ouvrages précédents comme Seeing Islam (1997) et Muslims and Others in Early Islamic Society (Aldershot, 2004). Dans ces deux derniers ouvrages, il s’était attaché à présenter l’Islam du point de vue des autres confessions pour souligner leurs influences réciproques. Cette démarche permit de voir comment l’Islam fut intégré et perçu dans l’historiographie des autres confessions. Il dresse dans In God’s Path (2015) un autre portrait de l’Islam en privilégiant le point de vue des sources contemporaines des conquêtes. Cette approche diachronique souligne la manière dont les musulmans ont construit et écrit leur histoire par rapport aux sources du premier siècle de l’Islam.

6Chaque chapitre de cette étude est d’abord composé d’une partie détaillant les événements à travers des études régionales, puis d’une analyse de différents points conceptuels. Le tout est divisé en six parties chronologiques : (I) l’installation (intégrant le contexte de l’Antiquité tardive), (II) les premières batailles (630-640), (III) les avancées vers l’est et vers l’ouest (640-652), (IV) la poussée vers Constantinople (652-685), (V) la grande avancée (685-715), (VI) les retranchements et les révoltes (715-750). R. G. Hoyland conclut son étude par un septième chapitre sur la constitution d’une civilisation islamique à travers les notions d’arabisation et d’islamisation.

7L’auteur présente en annexe l’intérêt de tous ces textes en insistant sur l’utilisation prioritaire des sources contemporaines de l’époque de Mahomet et des premiers califes du viie siècle. Citons parmi elles les chroniques de l’évêque Jean de Nikiou (auteur grec), Jean de Fenek (auteur syriaque) et de Sébéos (auteur arménien).

8L’ouvrage comprend également un certain nombre de cartes en noir et blanc, des illustrations épigraphiques et monumentales, des tableaux généalogiques, une annexe sur les sources, une chronologie, une liste des personnages principaux évoqués, ainsi qu’une bibliographie et un index.

9La thèse principale de l’étude est de discerner les causes du succès de la conquête arabe et de contester l’idée commune selon laquelle l’Empire islamique se serait formé à un rythme « stupéfiant », tel un « tsunami », entraînant des conversions forcées à l’islam et une imposition de l’identité arabe.

10Le fait de ne voir que des causes religieuses à la conquête découle des récits musulmans et chrétiens, de l’historiographie du xixe siècle mais aussi de certains historiens du xxe siècle, suite à la montée du terrorisme et de l’islamisme politique. Robert G. Hoyland invite à considérer le fait religieux comme présent, mais intégré à un système de causes qui furent à la fois sociales, politiques et économiques. Il réfute ainsi F. M. Donner (n. 4, p. 253) : « Je suis convaincu que l’islam a commencé comme mouvement religieux – et non social, économique ou national. » (Muhammad and the Believers, Cambridge, 2010, xii). Pourtant dans cet ouvrage, Fred Donner reste conscient de la nature moins religieuse que politique de la première umma, même s’il fait du terme mu’minûn (croyants) le centre de son analyse de la « charte de Yathrib ». Selon lui, ces derniers ne constituaient sans doute pas un groupe distinct conscient d’appartenir à une religion nouvelle (F. Micheau, Les débuts de l’islam. Jalons pour une nouvelle histoire, Paris, 2012, p. 97).

11D’après R. G. Hoyland, l’objectif des armées arabes n’était pas la conversion. Il existait davantage une cohérence fondée sur un sentiment d’appartenance à un groupe de conquérants plutôt qu’une affinité qui s’appuyait sur l’adhésion religieuse. En outre, forcer les populations locales à se convertir revenait à ne plus faire la distinction entre conquérants et conquis et ainsi à vider les caisses du califat dépendantes des différents impôts payés par les peuples natifs. Ce n’est qu’avec ‘Abd al-Malik (685-705) et ‘Umar II (717-720) que la conversion et l’égalité des droits furent peu à peu acceptées par les pouvoirs.

12Dans cette optique, l’auteur aborde de nombreuses problématiques qu’il serait impossible de détailler ici. Il est cependant nécessaire d’en mentionner quelques-unes. Robert G. Hoyland tente de définir le profil des conquérants en soulignant leur diversité ethnique, confessionnelle et sociale. En outre, il insiste sur le fait que ces troupes arabes étaient bien plus composées d’ennemis de l’intérieur des empires byzantin et sassanide que d’éléments exogènes venus d’un lointain désert. En effet, les Arabes ont profité de la faiblesse de ces entités politiques ainsi que de leur expérience militaire au sein même des armées impériales. C’est en fait la perte de ces alliés arabes qui porta un coup sévère aux empires, notamment à Yarmouk en 636 où beaucoup de chrétiens arabes combattirent du côté des troupes venues de la péninsule arabique (p. 95).

13Robert G. Hoyland s’attache plus particulièrement aux processus d’arabisation et d’islamisation. Les historiens musulmans postérieurs aux conquêtes ont minimisé le rôle des non-Arabes et des non-musulmans, plaçant Dieu et Mahomet au centre de la scène. L’arabisation est abordée par l’auteur à travers deux données : la langue et l’identité ; tandis que l’islamisation concerne à la fois la propagation de l’islam comme religion et le développement d’une manière islamique de concevoir la politique, l’art, la littérature et l’histoire.

14Concernant l’arabisation, les Arabes ont certes influencé les régions où ils allèrent mais ils ont aussi assimilé la culture et la langue de ces dernières, comme en Iran ou en Transoxiane, en raison de leur faible nombre. Ce sont aussi les populations natives qui ont absorbé la langue et l’identité arabes par le biais de la mixité que la conquête avait provoquée (mariages, prisonniers de guerre non arabes, etc.). Cette arabisation se fit par plusieurs biais : les non-Arabes se mirent à s’affilier à des tribus, à apprendre la langue des conquérants et à prendre des noms arabes.

15Concernant l’islamisation, les Arabes n’avaient sans doute pas eu l’intention de gérer des conversions dès la conquête. Au contraire, c’est parce que le statut de musulman garantissait des privilèges que les non-musulmans voulurent se convertir pour être exemptés des taxes et gravir l’échelle sociale.

16Sous l’effet de ces assimilations réciproques, c’est la définition de l’identité arabo-musulmane qui évolua. Était reconnu comme arabe et musulman non plus celui qui était issu du groupe des conquérants et descendant d’une tribu arabe, mais celui qui avait pris un nom arabe, qui était arabophone, qui avait souscrit aux normes culturelles et morales de la société de conquête, et celui qui était capable de maîtriser les sciences religieuses (p. 163). L’empire islamique est alors devenu une société cosmopolite où des populations d’origines différentes se mirent à partager les mêmes valeurs culturelles et un langage commun.

17Cette islamisation passa non seulement par la politique mais aussi par l’élaboration d’un corpus de lois. Ce dernier a non seulement hérité des lois proche-orientales et romaines mais a surtout été repris et retravaillé a posteriori par les savants musulmans qui lui ont donné une légitimité prophétique. L’islamisation ne doit donc pas être vue comme un processus qui imposa un corpus légal étranger, mais comme la construction consensuelle d’un corpus juridique par la nouvelle communauté musulmane, dont la majorité était issue des rangs des peuples conquis (p. 224).

18Ce livre a donc l’avantage de mettre à mal les divers mythes islamiques qui se sont propagés dès les viiie et ixe siècles car son auteur insiste sur la contribution des non-Arabes et des non-musulmans à la construction de la civilisation islamique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Eva Collet, « Robert G. Hoyland, In God’s Path: the Arab Conquests and the Creation of an Islamic Empire, Oxford – New York, Oxford University Press, 2015 », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], Lectures inédites, mis en ligne le 25 août 2016, consulté le 24 octobre 2017. URL : http://remmm.revues.org/9402

Haut de page

Auteur

Eva Collet

UMR 8167 « Orient & Méditerranée – Islam médiéval »Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page