Navigation – Plan du site

Benjamin Gourisse, La violence politique en Turquie, L'État en jeu (1975-1980), Recherches Internationales chez Karthala, 2014, 372 p.

Gérard Groc

Texte intégral

1Ce livre, est une étude fort bien menée sur une période spécifique de l'évolution politique en Turquie, qui a débouché le 12 septembre 1980 tout à la fois sur un coup d'Etat, une réécriture de la constitution et une refonte des institutions, lesquelles ont encore cours aujourd'hui et sont l'objet ces dernières années, au travers d'une cascade d'échéances électorales, d'un débat passionné. Cette période mise en relief par Gourisse (1975-1980), dans les assauts de violence qu'elle produisit, vaut directement comme une des causes de ces réaménagements le plus souvent restrictifs voire répressifs entrepris par le coup d'Etat de 1980, autrement dit vaut comme élément de genèse de l'ordre politique qui règne encore aujourd'hui en Turquie.

2Ce qui est intéressant dans la thèse de Gourisse, c'est la démystification qu'il entreprend du discours officiel de justification du coup d'Etat et, partant d’une matrice du pouvoir autoritaire, c'est à dire le démontage des arguments donnés alors pour légitimer une irruption de l'ordre militaire dans le cours politique, irruption qui, il faut néanmoins le noter, fut à l'époque largement approuvée par l'opinion publique (référendum de 1982 en approbation du projet constitutionnel). Les arguments mis en avant par les autorités du retour à l'ordre, furent globalement la montée symétrique des extrêmes et la fureur de leur affrontement, le débordement irrésistible de la violence politique dont ils étaient les acteurs exclusifs, enfin l'éviction d'un Etat central affaibli mais restant unitaire hors de ce tourbillon de violence et son contournement, qui débouchèrent sur son impuissance à juguler les énergies libérées et à maintenir son arbitrage ; avec en codicille, la justification implicite d'une intervention militaire face à des institutions civiles dépassées en tous points, ce que Gourisse conteste par une argumentation méthodiquement déroulée, une documentation méticuleuse qui va puiser à de multiples sources officielles et individuelles, journalistiques ou tirées de relations personnelles (y compris à partir d'interviews), qui sait aussi rentrer dans le détail des processus et produire ainsi une analyse qui paraît en tous points fiable.

3Les arguments qu'il oppose à la thèse officielle sont les suivants.

4D'abord, la montée des extrêmes met en présence deux dynamiques qui ne procèdent pas du même modèle et dont les moyens d'action seront fort différents, car l'un, l'extrême-droite, saura bien mieux que l'autre, vue la structure autoritaire très verticale du mouvement sous la conduite d'un chef unique et bien identifié, le colonel Türkeş, s'introduire, via les élections, dans les rouages de la puissance publique, au hasard de coalitions gouvernementales bancales mais tellement rémunératrices pour un petit parti qui joue les appoints majoritaires, alors que l'extrême-gauche, nébuleuse de groupements souvent concurrents, aux apparentements idéologiques plus différenciés, se cantonnera dans une lutte plus spontanée avec le seul recours plus aléatoire des mobilisations populaires, syndicales ou estudiantines (on est alors dans les années 70 en pleine guerre froide avec, de plus, une position très rigide adoptée par la Turquie face à ses alliés occidentaux à l'occasion de Chypre).

5L'Etat, la puissance publique et les ressources qui en procèdent, au niveau central comme surtout au niveau local, sont donc fortement mises à contribution puisque l'Etat représente le réceptacle le plus évident des ressources et que c'est précisément sur la captation de ses ressources quelles qu'elles soient, ses finances, ses circuits de promotion, ses ramifications utiles à l'établissement de réseaux partisans, ses ressources d'autorité (hiérarchie, sélection, attribution de responsabilités et de titulatures) que le mouvement nationaliste tisse sa toile, étend sa capacité de présence et d'action à partir de laquelle il affronte alors son adversaire. Face à cela, l'extrême-gauche est plus démunie même si elle profite de certaines parts d'autorité dans les administrations locales, mobilisant alors surtout les étudiants et les réseaux syndicaux. Gourisse établit ainsi qu'après un entrisme de l'extrême-droite dans les rouages des institutions au mitan des années 70 (participation à la coalition dite du Front national en 1975), c'est précisément lorsque le parti du colonel Türkeş va craindre, début 1978, une perte de ses récents acquis à l'intérieur même de l'organigramme de la puissance publique, qu'il va multiplier les situations de violence, tentant de placer son action le plus souvent locale, qui reste éminemment partisane, dans une officialité relevant prétendument directement de l'Etat : ses interventions contre le groupe adverse se faisant au nom des intérêts publics.

6Enfin, dernière étape de l'argumentation, l'Etat dans son fonctionnement, s'est effectivement prêté en tant que tel à cet affrontement et à la violence qu'il a déclenchée, en laissant s'effectuer la politisation de pans entiers de son administration aux premiers rangs desquels police et justice, ce que Gourisse nomme la désobjectivation des institutions publiques. Le fait qu'il n'y ait plus trace de neutralité, que des clans se forment et s'affrontent à l'intérieur même des circuits directement étatiques ou plus largement de la fonction publique, principalement le secteur éducatif (sauf l'armée, apparemment), signalent une polarisation que les activismes respectifs nourrissent alors inlassablement.

7Autrement dit, l'Etat et sa puissance sont bien au centre du jeu, ils en sont le déclencheur et le mobile principal et le processus de surenchère de la violence s'effectue à l'intérieur de ses propres réseaux et avec les outils de son fonctionnement.

8Certains chapitres du livre se consacrent à l’illustration de l’argumentation, par l'exposition de cas plus concrets soit dans le milieu universitaire (université du Moyen Orient) soit dans certaines entreprises dont les luttes ont alors été emblématiques. Et l'étude débouche bien sûr sur l'épisode de Kahraman Maraş de décembre 1978 dont le lourd bilan (111 morts, un millier de blessés et de nombreux bâtiments, habitations, magasins détruits) est le tournant qui va conduire à l'intervention définitive de l'armée en septembre 1980. Et Gourisse d'en déduire en fin d’étude l'utilisation faite de ce discours par l'armée comme justification ultime du coup d'Etat.

9D'une manière générale, il faut signaler le soin apporté au matériel de la démonstration, entre autres une chronologie allant de 1960 à 1980, une liste des sigles et acronymes employés dans le texte, une large bibliographie à vaste spectre (plus de 20 pages), un appareil de note conséquent avec nombre de documents de première main - rapports, enquêtes, récits de témoins directs voire d'acteurs de l'action -, plus une abondante littérature issue directement ou établie autour des mobilisations politiques et militantes de l'époque, de gauche comme de droite.

10Nous faisons néanmoins deux remarques à propos de ce travail conséquent. La première, sur le registre critique, tient à ce que la phase décrite s'en tient à deux acteurs principaux antagoniques. Quoique remarquablement présentés, il nous semble qu'il y a eu à cette époque d'autres acteurs de cette violence et qu'ils sont à peine évoqués. Je pense aux formations Akıncılar du Parti du Salut National, islamiste, lui aussi très minoritaire, très opportuniste et très intrusif, qui ne répugnet pas à baigner à leur tour dans des procédés de terreur et d'affrontement : cette participation à la violence sera un des motifs direct du coup d'Etat, via une manifestation à Konya. Or, cet acteur n'est mentionné que fort tard dans le livre (p. 300) et de manière incidente. La deuxième remarque est plutôt une question, qui figure d'ailleurs dans l'étude-même : comment évaluer in fine cette construction si élaborée et si percutante de l'utilisation de la violence alors que le coup d'Etat va doublement couper court au climat instauré. D'abord, en marginalisant ce militantisme nationaliste dont le but était justement une prise du pouvoir autoritaire voire militaire mais qui n'a pas été payée de retour (Türkeş, de tous les leaders politiques mis en quarantaine lors de ce coup d'Etat, sera en effet un des plus tardivement libérés et des plus contraints et, d'ailleurs, son parti n'aura pas par la suite une place prédominante dans le jeu politique, en tous cas, il sera bien en retrait par rapport aux islamistes). Ensuite, parce que le renversement libéral des décennies 80 et 90 et le primat progressif de l'ouverture économique vers la mondialisation vont complètement bouleverser le jeu partisan, entraîner des scissions internes autant dans le camp de la gauche que dans celui de la droite et va générer en conséquence des recompositions inédites, pour changer finalement les termes d'une action politique qui connaîtra certes de nouveaux épisodes de violence (au premier chef desquels la question kurde), mais, qui va principalement s'ouvrir, même avec lenteur et assorties de nombreuses arrières-pensées, sur des revendications de démocratisation lesquelles ont rendu largement obsolètes les militantismes tels que ceux de ces groupes antagoniques qui développaient dans la décennie précédente leur présence sur le terreau de la violence. Ou bien faut-il penser que la chute de l'URSS a épuisé un affrontement politique dont le vecteur premier était un positionnement idéologique désormais inactuel ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gérard Groc, « Benjamin Gourisse, La violence politique en Turquie, L'État en jeu (1975-1980), Recherches Internationales chez Karthala, 2014, 372 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], Lectures inédites, mis en ligne le 26 août 2016, consulté le 29 avril 2017. URL : http://remmm.revues.org/9405

Haut de page

Auteur

Gérard Groc

Aix Marseille Université, CNRS, IREMAM UMR 7310

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page