Navigation – Plan du site
Première partie

Les relations entre les Zirides et les Fatimides à la lumière des documents épigraphiques

Epigraphic data witness of the Fatimid and Zirid relations
Lotfi Abdeljaouad
p. 147-166

Résumés

La documentation épigraphique fatimide et ziride, recensée sur les monuments et dans les cimetières de la Tunisie, constitue un véritable miroir sur lequel se reflètent les moments de stabilité ou de tension qui régissaient les relations entre l’Ifrīqiya et le Caire au xe-xie siècle. En effet, les titulatures politiques et les formules d’inspiration chiite, figurant dans les textes officiels des premiers souverains zirides, témoignent des rapports de vassalité qui les unissaient aux Fatimides. Néanmoins, l’abandon de ces titres et formules ainsi que l’inflation des formules anti-Fatimides dans les textes d’al-Mu‘izz b. Bādīs, constituent des indices sur le cheminement de l’Ifrīqiya vers la rupture et la proclamation de l’indépendance. La destruction totale ou le martelage partiel des inscriptions rappelant le passé chiite, documentent la consommation de cette rupture. Les données épigraphiques confirment ainsi les faits relatés par la littérature historique sur ce sujet.

Haut de page

Texte intégral

1Les relations entre les Zirides et le califat fatimide ont fait l’objet de plusieurs analyses et ont suscité de longs débats, surtout au cours de la seconde moitié du siècle dernier. Cependant, leurs conclusions sont basées essentiellement sur la littérature historique et sur la numismatique (Marçais, 1946 ; Idris, 1956, 1962 ; Launois, 1964 ; Dachraoui, 1971 ; Hasan, 1999 ; Daghfous, 2005). Les quelques informations liées aux inscriptions arabes sont demeurées figées dans de brefs commentaires aux corpus épigraphiques régionaux (Roy et Poinssot, 1950 : 42, 87-90) et il a fallu attendre 1991 pour voir la première étude consacrée aux apports de ce type de documents à l’étude de ce thème. Toutefois, cette recherche s’est limitée à la fin du ive/xe siècle (Mahfoudh 1991). En 2008, enfin, Muhammad al-Ghodhban a consacré une analyse approfondie à ce sujet, mais il s’est contenté de croiser des données numismatiques avec celles des sources littéraires (Al-Ghodhban, 2008 : 436-462 ; 756-762).

2Dans la présente étude, nous exploiterons toute la documentation épigraphique disponible et en particulier les textes que nous avons découverts lors de prospections menées depuis 2005 dans le cadre du projet d’inventaire des inscriptions arabes de Tunisie. À celles-ci s’ajoutent de nouvelles interprétations et lectures de textes déjà connus, ainsi que les récentes découvertes épigraphiques du site d’al-‘Āliya près de Mahdiya fouillé par notre collègue Fathi Bahri (Abdeljaouad et Bahri à paraître).

3Le corpus épigraphique de l’Ifrīqiya fatimide est le plus riche et le plus varié de tout le Maghreb médiéval. Dépassant mille inscriptions, il couvre la presque totalité de la période qui s’étend du début du xe siècle au milieu du xie siècle et permet ainsi de documenter toutes les étapes successives de cette histoire. Ces textes constituent, tant à travers leurs formulaires qu’à travers le martelage qu’ils ont subi, un véritable miroir sur lequel se reflètent les moments de stabilité ou de tension qui régissaient les relations entre l’Ifrīqiya et le Caire.

4Le tableau récapitulatif ci-dessous montre une suprématie numérique des épitaphes par rapport aux textes non funéraires, mais également une concentration d’environ 78 % du total des inscriptions dans la ville de Kairouan. Malgré ce déséquilibre entre inscriptions funéraires et textes non funéraires, ces derniers constituent un élément essentiel dans la compréhension des relations zirido-fatimides.

5Tableau 1. Répartition géographique et thématique des inscriptions fatimides et zirides d’Ifrīqiya (la date retenue

Villes

Textes

funéraires fatimides

Textes

funéraires

zirides

Textes

non funéraires

fatimides

Textes

non funéraires

zirides

Total

Kairouan

81

650

16 (religieux)

126

873

Monastir

1

106

1 (action privée)

3

111

Tunis

0

50

0

17

67

Sousse

1

33

1 (disparu ?)

11

46

Sfax

0

10

0

12

22

Kassrine

0

3

0

0

3

Aïn Tburnuq

0

1

0

0

1

Total

83

853

18

169

1 123

6L’examen de la répartition chronologique de cet ensemble permet de constater l’absence totale de textes officiels fatimides. Ceci pourrait s’expliquer par 3 facteurs :

- Le déménagement des trésors fatimides de l’Ifrīqiya lors du départ d’al-Mu‘izz li-dīn Allāh vers l’Égypte en 362/972. Al-Nuwayrī rapporte ainsi que le dernier souverain

ramena avec lui les cercueils de ses ancêtres, 15 000 hommes portant les caisses remplies d’argent, d’armes et divers autres objets. Il avait avec lui 100 chameaux portant de l’or fondu dans des moules ronds, 3 000 chameaux portant chacun deux caisses, 1 300 mulets chargés, 300 chameaux chargés de tentes palatines, deux chameaux chargés d’élixir, 3 000 bateaux chargés de tout ce qui pouvait être pris, 100 000 soldats kutāmī, 40 000 Berbères… (Al-Nuwayrī, Nihāyat al-arab : t. 28, p. 89).

- La réaction farouche des sunnites contre les signes du passé chiite, surtout après la rupture de 440 H/1048 (martelage de textes entiers ou destruction complète des inscriptions). Le passage d’Ibn ‘Idhārī sur les évènements de 441 H/1049 relate certains aspects de cette réaction en évoquant la suppression des noms des califes fatimides des étendards et la fonte des monnaies portant leurs noms (Ibn ‘Idhārī, Al-Bayān al-mughrib : 277).

- Le manque de fouilles extensives dans les villes qui accueillirent les premiers Fatimides ou qui furent fondées par eux (Raqqāda, Mahdiya et Ṣabra al-Manṣūriyya).

7Malgré ces destructions, les inscriptions qui nous sont parvenues permettent d’éclairer d’un jour nouveau l’évolution des relations entre Fatimides et Zirides à partir de 972, date du départ du calife fatimide d’Ifrīqiya, et le milieu du xie siècle, qui voit les Zirides affirmer leur indépendance, et autorise à nuancer ce que l’on en a écrit jusqu’ici.

Titres souverains : rapport de vassalité et délégation du pouvoir

8Avant de partir pour Le Caire, les Fatimides confièrent le gouvernement du Maghreb et de l’Ifrīqiya au chef sanhajien Buluqqīn b. Zīrī et lui conférèrent le droit de commander les troupes, de percevoir l’impôt et d’administrer les provinces à l’exception de la Sicile et de Tripoli (Al-Nuwayrī, Nihāyat al-arab : vol. 28, 87). Ce lieutenant réussit à instaurer une véritable dynastie vassale du califat du Caire.

Les deux premiers émirs zirides : Buluqqīn (972-984) et al-Manṣūr (984-996)

9Le laqab Sayf al-‘Azīz bi-llāh (« Sabre d’al-‘Azīz bi-llāh ») que porte le chef ziride dans les inscriptions de la Bāb al-Jiblī (377 H. / 987-988) (fig. 1) et de la Grande mosquée à Sfax (378/ 988-989) (fig. 2) (Mahfoudh 1988 : n. 1, vol. 2, 682-684 ; Id. 1990 ; Abdeljaouad 2001), témoigne, avec d’autres indices, de l’affirmation de sa loyauté vis-à-vis des Fatimides. Son fils et successeur, Abū-l-Fatḥ al-Manṣūr, porte, dans les deux mêmes inscriptions, le laqab de ‘Uddat al-‘Azīz bi-llāh (« Soutien ou recours d’al-‘Azīz bi-llāh »). Son nom, ainsi que sa titulature, sont presque identiques à ceux cités par Ibn ‘Idhārī. La seule différence réside dans le titre de son père : Yūsuf al-‘Azīz bi-llāh, chez Ibn ‘Idhārī (Al-Bayān al-mughrib : 239), au lieu du Sayf al-‘Azīz bi-llāh de notre inscription. Il s’agit probablement d’une erreur du copiste.

  • 1 Toutes les traductions du Coran sont tirées de l’ouvrage Noble Coran et la traduction en langue fra (...)

Fig. 1 – Inscription de Bāb al-Jiblī (Sfax), 377/987-988 (Photographie : F. Mahfoudh, fac-similé ; texte et traduction : L. Abdeljaouad1

Agrandir

Fig. 2 – Inscription de la façade orientale de la Grande mosquée de Sfax, 378/988‑989

Agrandir

Crédits : photographie, F. Mahfoudh ; fac-similé , texte et traduction : L. Abdeljaouad

Al-Mu‘izz b. Bādīs (1016-1062)

10On sait que les relations se tendirent sous le règne de cet émir, toutefois l’épigraphie documente le maintien du respect du protocole officiel traditionnel au moins jusqu’en 1022‑1023.

11Les laqab-s Sharaf al-dawla (« Honneur de la dynastie ») et Sayyidunā sharaf al-dawla (« Notre seigneur, honneur de la dynastie »), qui figurent dans les inscriptions du plafond de la Grande mosquée de Kairouan (413/1022-414/1023), furent attribués, au dire d’al-Marrākushī, en 407/1016, par le calife fatimide al-Ḥākim bi-amri-llāh à son vassal d’Ifrīqiya, al-Mu‘izz b. Bādīs (Ibn ‘Idhārī, Al-Bayān al-mughrib : 1, 269). Leur présence sur le plafond de la grande mosquée kairouanaise témoigne de la continuité de ces liens qui unissaient les Zirides aux Fatimides au moins jusqu’à la date de l’inscription (fig. 3 et 4) (Abdeljaouad 2004 ; 2009). L’attribution du titre amīr al-umarā’ (émir des émirs) à al-Mu‘izz n’est pas mentionnée par les sources historiques et littéraires. En revanche, il fut conféré par le calife al-Ḥākim bi-amri-llāh au Turc ‘Alam al-Dawla Bārūḥ lors de son investiture sur l’armée fatimide et sur le Bilād al-Shām (Al-Anṭākī, Tā’rīkh : 290).

Fig. 3 – Bandeau épigraphique des plafonds de la Grande Mosquée de Kairouan, 413‑414/1022‑1023 – Crédits : fac-similé , texte et traduction : L. Abdeljaouad

Agrandir

Fig. 4 – Bandeau épigraphique des plafonds de la Grande mosquée de Kairouan, 413‑414/1022‑1023 – Crédits : fac-similé , texte et traduction : L. Abdeljaouad

Agrandir

12Les formules de taṣliya utilisées dans les textes des premiers Zirides à Bāb al-Jiblī et à la Grande mosquée de Sfax et à la coupole du Bahuw de la mosquée al-Zaytūna à Tunis (381/991-992) (Zbiss 1955 : 30-33, n. 5, ill. 5 ; Abdeljaouad 2001 : 237‑239, n. 108) sont typiquement chiites et confirment le respect manifesté par ces souverains vis-à-vis du protocole politique et de la doctrine fatimides.

Les indices de la rupture

13Les inscriptions permettent également de préciser la chronologie et les étapes de l’éloignement progressif que manifestèrent les Zirides à l’égard de la dynastie fatimide. Ces indices se déclinent de manières variées et vont de l’abandon par les Zirides des titulatures qui leur ont été conférées par Le Caire aux formules hostiles à la dynastie califale, en passant par la suppression des références à l’idéologie officielle.

Abandon des titulatures attribuées par les califes fatimides aux Zirides

14Les inscriptions d’al-Mu‘izz postérieures aux bandeaux épigraphiques des plafonds de la grande mosquée de Kairouan (7 rabī‘ II 413/10 juin 1022-25 jumādā I 414/15 août 1023) ne mentionnent plus les titres que lui avaient attribués les califes fatimides. En effet, dans les inscriptions des remparts de Ṣabra, élevés en 437/1045-1046, et de la maqṣūra de la grande mosquée de Kairouan (414-437/1023-1045), l’émir est mentionné par sa kunya, son ism et son nasab (Abū Tamīm al-Mu‘izz b. Bādīs b. al-Manṣūr) (fig. 5 et 6). De même, dans le texte de la lanterne en bronze, actuellement exposée au Musée des Arts islamiques de Raqqāda, il est mentionné uniquement par son ism (li-l-Mu‘izz) (fig. 7). Cette renonciation intentionnelle est un des aspects de la dissolution des liens qui unissaient la province au califat du Caire. Les œuvres architecturales seront désormais réalisées au nom du souverain ifrīqiyen. Ceci est une déclaration implicite d’indépendance et une atteinte au principe de la délégation du pouvoir qui n’exclut pourtant pas le maintien, au même moment, d’une propagande politique pro-fatimide.

Fig. 5 – Inscription des remparts de Ṣabra al-Manṣūriyya, datable de 437/1045-1046 – Crédits : fac‑similé , texte et traduction : L. Abdeljaouad

Agrandir

Fig. 6 – Bandeau extérieur de la maqṣūra de la grande mosquée de Kairouan, 414-437/1023-1045 Crédits : fac‑similé , texte et traduction : L. Abdeljaouad

Agrandir

Fig. 7 – Lanterne d’al-Mu‘izz, datable d’entre 414 et 437/1023-1045 – Crédits : fac‑similé in Roy et Poinssot, 1950, 26, n. 8 bis (c), fig. 5 ter.

Agrandir

Changement du nom de la ville d’al-Manṣūriya en Madīnat ‘Izz al-Islām

15Le toponyme Madīnat ‘Izz al-Islām (« ville de la gloire de l’Islam »), qui figure dans l’inscription des remparts de Ṣabra al-Manṣūriya (437/1045-1046) et qui est sans doute inspiré du nom d’al-Mu‘izz b. Bādīs, est la plus ancienne attestation qui nous soit parvenue sur le changement du nom de la ville d’al-Manṣūriya (voir supra, fig. 5). Ce toponyme figura sur les dinars zirides à partir de 441/1049 (fig. 8) (Farrugia de Candia 1937 : pièce de monnaie n° 168 ; al-‘Ajjabi 1988-1996 : pièce de monnaie n° 439). Ce changement visait à effacer le souvenir du calife Ismā‘īl al-Manṣūr, fondateur de cette ville à la suite de sa victoire contre Abū Yazīd en 333 H. / 944‑45. On peut aussi y voir un défi lancé au Caire (al-Qāhira) considérée comme la nouvelle ville symbolique de l’Islam par les Fatimides et dont le nom exprime les idées de force et d’invincibilité. Le qualificatif « gloire de l’Islam » l’emporte de loin sur ces significations. Cette atteinte aux symboles de la victoire des Fatimides est également attestée par la frappe en 437/1045 d’un dinar sur lequel figure l’ancien toponyme d’al-Manṣūriya : Ṣabra (Al-Ghodhban 2008 : 440-441).

16La numismatique permet de confirmer que le souverain ziride al-Mu‘izz lança une provocation aux Fatimides à partir de 414/1023, en frappant des dinars mentionnant le nom de Zawīla au lieu de Mahdiya comme lieu de frappe. Ce remplacement du nom d’une ville emblématique par celui de l’un de ses faubourgs était une première dans les pratiques monétaires en Ifrīqiya depuis la conquête islamique et pouvait même être interprétée par les Fatimides comme une humiliation à leur égard (Al-Ghodhban 2008 : 440-441).

Fig. 8 – Dinar frappé à Madīnat ‘Izz al-Islām (445/1053-54) – Crédits : Musée des Arts islamiques de Raqqada, Kairouan ; photographie , texte et traduction : L. Abdeljaouad

Agrandir

Suppression des noms des califes fatimides et des formules chiites

17Contrairement aux inscriptions des premiers Zirides, celles du souverain al-Mu‘izz, ne mentionnent jamais le nom d’un calife fatimide, et ceci même sur les plus anciennes d’entre elles où figuraient encore des signes de reconnaissance mutuelle. Cette absence semble intentionnelle et fournit un autre indice sur la préparation de la rupture. Les deux inscriptions, découvertes dans la forteresse militaire fatimide dite « Qaṣr al-‘Āliya » près de Mahdiya, respectivement datées des années 423/1031-1032 et 429/1037-1038, confirment la renonciation aux formules chiites présentes dans les premiers textes officiels zirides (Bahri 2004 : 37-60). Le retour au formulaire classique de l’époque aghlabide, la taṣliya dénuée de toute inspiration chiite et l’abandon du laqab fatimide ‘Uddat al-‘Azīz bi-llāh du prince ziride al-Manṣūr incarnent cette tendance.

18Sur la monnaie, ces évolutions ne vont pas sans hésitations. Elles se limitent, en effet, à la non actualisation du nom du calife fatimide régnant et au maintien des noms de ses prédécesseurs. Ainsi du calife al-Ẓāhir li-I‘zāz Dīn Allāh (411‑427/1021‑1036), dont le nom n’apparaît pas sur les monnaies ifrīqiyennes des années 411 H., 412 H., 413 H. et 414 H., alors qu’y figure le nom de son père al-Ḥākim, voire parfois de son héritier présomptif (son cousin ‘Abd al-Raḥīm). Le même choix est également attesté sur les dinars frappés sous al-Mustanṣir (427‑487/1036‑1094). Ceux-ci portèrent jusqu’en 429/1037-38 le nom de son prédécesseur al-Ẓāhir (Al-Ghodhban 2008 : 439).

19Il s’agissait, semble-t-il, de provoquer les Fatimides et de tester leur réaction, sans pour autant franchir le pas de la rupture. Al-Dabbāgh rapporte en effet que le prince ziride al-Mu‘izz avoua, lors d’une conversation avec le faqīh al-Khawlānī, qu’il ne conservait les noms de ces califes sur sa monnaie que pour tromper les Fatimides et protéger les pèlerins et les voyageurs ifrīqiyens contre leurs réactions éventuelles (Al-Dabbāgh et Ibn Najī 1978 : 3, 167).

Inflations verbales : usage métaphorique du Coran, insultes et formules de malédictions

  • 2 La littérature historique nous informe que ce souverain fut influencé dès son jeune âge par son pré (...)

20À l’instar des califes fatimides, qui ont utilisé les versets coraniques aussi bien pour diffuser leur idéologie que dans leur diplomatie (voir, par exemple, les messages adressés aux Omeyyades d’Espagne) (voir al-Nu‘mān, K. al-Majālis : 196), le souverain ziride al-Mu‘izz b. Bādīs les a employés comme outils de mobilisation et de préparation à la rupture. Il exprimait ainsi sa position vis-à-vis des Fatimides du Caire et annonçait le retour progressif à la doctrine sunnite-malikite en Ifrīqiya2.

21Ainsi, le cinquième verset de la sourate al-Jum‘a, figurant dans le bandeau de la maqṣūra de la grande mosquée de Kairouan (voir supra, fig. 6), permettrait d’assimiler les Fatimides aux « gens injustes et égarés » (al-ẓālimūn). Le contexte politique marqué par le cheminement vers la rupture permet d’identifier le peuple mentionné dans la citation coranique : les chiites. Cette pratique était déjà devenue d’un usage courant à cette époque.

22Les versets 1 à 14 de la sourate al-Mu’minūn, qui concluent le texte de restauration des plafonds de la même mosquée (voir supra, fig. 3), sont également porteurs d’un message ; il s’agit d’opposer la définition coranique des vrais croyants qui « hériteront du Paradis » à un autre groupe (les chiites) qui a falsifié le sens de la croyance.

23Le choix du verset 13 de la sourate al-Ṣaff dans l’inscription des remparts de Ṣabra al-Manṣūriyya renforce davantage la position ziride. Le souverain veut conforter les habitants de Madīnat ‘Izz al-Islām, en leur annonçant « une victoire très prochaine » et en les qualifiant de « croyants » (mu’minūn), en les opposant ainsi aux a‘dā’ (« ennemis ») et aux māriqīn (« hérétiques ») [voir supra, fig. 5].

24Le texte inscrit sur la bague d’une colonne de la porte sud-est de la cour de la grande mosquée comporte aussi un verset coranique (Coran II, 137) qui semble être utilisé contre les Fatimides. Sa graphie, très évoluée, permet de le dater dans le premier tiers du ve siècle de l’Hégire/xie siècle (fig. 9).

Fig. 9 – Bague inscrite sur le fût de la colonne de la porte sud-est de la cour de la grande mosquée de Kairouan (ve siècle/xie siècle) – Crédits : fac-similé et texte: L. Abdeljaouad

Agrandir

25Cet emploi est également attesté sur la monnaie ziride à partir de l’année 441/1049‑1050. Al-Mu‘izz ordonna de remplacer les textes se référant au répertoire califal par de nouveaux textes coraniques chargés de sens métaphoriques. Tel est le cas du verset 85 de la sourate al-‘Imrān (Et quiconque désire une religion autre que l’islam, ne sera point agréé) et le verset 44 de la sourate al-Aḥzāb (Ô Prophète ! Nous t’avons envoyé [pour être] témoin, annonciateur, avertisseur, appelant (les gens) à Allāh) (voir supra, fig. 8), dont le sens véhiculerait un souffle apologétique en faveur de la nouvelle doctrine sunnite adoptée par ce souverain. Celle-ci constituait la vraie religion, contrairement à la doctrine chiite et les bons serviteurs héritiers de la terre d’Ifrīqiya en étaient les adeptes.

26Au fil du temps, cette animosité contre les Fatimides s’accrut encore, comme en témoignent les formules de malédiction placées par al-Mu‘izz b. Bādīs en exergue du Coran qu’il fonda en waqf en faveur de la grande mosquée de Kairouan (fig. 10).

Fig. 10 – Coran du prince ziride al-Mu‘izz b. Bādīs

Agrandir

Crédits : Musée de Raqqada, Ms. Rutbi-18 ; photographie: Archives de l’Institut national du Patrimoine à Kairouan, texte et traduction: L. Abdeljaouad ; Roy et Poinssot 1950 : n. 10, fig. 9, 37-39)

27À ces expressions officielles, s’ajoutent les formules de malédiction et de haine transcrites, à la manière des professions de foi, sur les épitaphes de certains personnages kairouanais. Elles reflètent un climat général chargé et peuvent apparaître comme un des fruits de la mobilisation officielle (fig. 11).

Fig. 11 – Formules de malédiction et de haine contre les Fatimides sur une stèle funéraire (434/1043) – Sources : Stèle n° 79, réserves archéologiques de Raqqada ; crédits : texte et traduction : L. Abdeljaouad)

Agrandir

L’après-rupture : martelage et destruction des inscriptions

28La collection épigraphique postérieure à l’affirmation de l’indépendance ne comporte aucun texte qui peut nous éclairer sur les relations entre les Zirides et les Fatimides du Caire. Les seuls textes datant d’après 440/1048 appartiennent aux émirats indépendants de Ḥammū b. Malīl, à Sfax et des Banū Khurāsān à Tunis (Abdeljaouad 2001 : 72, 112, 113, 114, 123 et 124). Ils reflètent plutôt le déchirement de l’état ziride après l’invasion hilalienne.

29Par ailleurs, les sources littéraires insistent sur l’acte d’effacement comme étant une manifestation directe contre le passé fatimide (Ibn ‘Idhārī, Al-Bayān al-mughrib : 277 ; Ibn Khaldūn 2000 : 6, 211). Les inscriptions de la grande mosquée et de Bāb al-Jiblī à Sfax et de la grande mosquée de Tunis en firent les frais. Nous ajoutons à ces dernières une autre inscription, probablement chiite, située sur la façade orientale de la grande mosquée de Sousse dont le texte fut entièrement martelé, dans le même contexte (Golvin 1974 : 212).

30On peut intégrer à cet ensemble les nombreux cartouches martelés dans les cours de la grande mosquée (fig. 12) et du mausolée de Sīdī ‘Abīd al-Gharyānī à Kairouan. Ces textes, localisés sur des colonnes remployées, provenant du site de Ṣabra, portaient très probablement des formules ou des noms rappelant le passé chiite ou les signes de sujétion des Zirides vis-à-vis des Fatimides du Caire.

Fig.12- Cartouche martelté, galerie sud de la grande mosquée de Kairouan.

Agrandir

Crédit photographique : L. Abdeljaouad

31La numismatique fournit, en revanche, des éléments de réponse sur la durée de cette rupture. En effet, la frappe des monnaies sunnites jusqu’à 448/1056‑57 puis le retour au style monétaire et au formulaire chiite à partir de 449/1057‑58 pourraient en constituer des repères chronologiques fiables (Al-Ghodhban, 2008 : 447).

Conclusion

32Selon certaines études, les signes de tension entre Zirides et Fatimides remonteraient aux temps du souverain al-Manṣūr b. Buluqqīn et s’expliqueraient par la méfiance manifestée par les califes à l’égard de leurs vassaux lointains qui manifestaient le désir d’exercer le gouvernement de l’Ifrīqiya de manière indépendante dans les faits, tout en conservant les apparences protocolaires de la loyauté envers Le Caire. Ce dernier détail est confirmé par les deux inscriptions de Sfax attribuées à al-Manṣūr (377/987 et 378/988).

33Les inscriptions du quatrième émir ziride al-Mu‘izz b. Bādīs démontrent qu’il est le premier à outrepasser les limites de ce protocole et à amorcer, dès le début de son règne, le processus vers la rupture. D’après ces textes, la démarche de ce souverain apparaît à la fois méfiante, progressive et ascendante. En effet, il conserva au début ses titres venant du Caire, mais il supprima dans les mêmes textes les noms des califes fatimides et y glissa des versets coraniques métonymiques ou métaphoriques s’attaquant indirectement à l’idéologie chiite. Trois années avant l’officialisation de la rupture, en 437/1045 donc, il toucha à l’un des symboles de la victoire fatimide en changeant le nom de la ville d’al-Manṣūriyya en Madīnat ‘izz al-islām, « Ville de la gloire de l’islam » (sous-entendu : sunnite) qui devait assurer la protection des vrais croyants contre les « ennemis hérétiques » (c’est-à-dire chiites). La dernière étape de la rupture, enfin, se lit dans le martelage partiel ou entier de certaines inscriptions officielles mentionnant des formules ou des noms rappelant les signes de la sujétion envers le Caire.

Haut de page

Bibliographie

SOURCES

Al-Anṭākī, Tā’rīkh al-Anṭākī, éd. ‘Umar ‘Abd al-Salāmal-dabbāgh Tadmurī, Tripoli (Liban), Grosse Presse, 1990.

Al-Dabbāgh et Ibn Najī, Maālim al-īmān fī marifat ahli-l-Qayrawān, éd. M. Māḍūr, Tunis-Le Caire, al-Maktaba al-‘atīqa-Maktabat al-Khānjī, 1978.

IbnIdhārī, Al-Bayān al-mughrib fī akhbār al-Andalus wa-l-Maghrib, éd. Georges Séraphin Colin et Évariste Lévi-Provençal, Tunis, Al-Dār al-‘arabiyya li-l-kitāb, 1983.

Ibn KhaldŪn, Kitāb al-‘ibar wa dīwān al-mubtada’ wa-l-khabar fī tā’rīkh al-‘arab wa-l-ajam wa-l-barbar wa man ‘āṣarahum min dhawī-l-sulṭān al-akbar, éd. Kh. Shaḥāda et Suhayl Zakkār, Beyrouth, Dār al-Fikr, 2000.

Al-Nuwayrī, Nihāyat al-arab fī funūn al-adab, t. 27, éd. Muṣtafā Fawwāz et Ḥakimat Kasāy Fawwāz, Beyrouth, Dār al-Kutub al-‘ilmiyya, 2004.

Al-Qāḍī al-Numān, Kitāb al-majālis wa-l-musāyarāt, éd al-Habīb Al-Faqī, Ibrāhīm Shabbūḥ et Muhammad al-Ya‘lāwī, Beytouth, Dār al-Muntaẓar, 1996.

ÉTUDES

Abdeljaouad Lotfi, 2001, Inscriptions arabes des monuments islamiques des grandes villes de Tunisie : Monastir, Kairouan, Sfax, Sousse et Tunis (2e s./8e s.-10e s./16e s.), Thèse de doctorat nouveau régime, sous la direction de S. Ory, Université de Provence Aix-Marseille I.

— 2004, « Naqīshatayn jadīdatayn mina-l-jāmi‘ al-kabīr bi-l-Qayrawān », in Africa XX, p. 35-49.

— 2009, « Naṣ? takhl?d? jad?d min al-fatra al-?anh?jiyya bi-l-j?mi? al-a??am bi-l-Qayraw?n, 413-414/1020-1023??, in al-B?h?, Ahmad (?d.), ṣ takhlīdī jadīd min al-fatra al-ṣanhājiyya bi-l-jāmi‘ al-a‘ẓam bi-l-Qayrawān, 413-414/1020-1023 », in al-Bāhī, Ahmad (éd.), Kairouan et sa région. Nouvelles découvertes, nouvelles approches (Kairouan 6-8 mars 2006), Tunis, Miskiliani éditions, p. 11-30.

Al-Ajjabi Hamid, 1988-1996, Jāmi‘ al-maskūkāt al-‘arabiyya bi-Ifrīqiya, 2 vol., Tunis, Institut national d’archéologie et d’arts.

Bahri Fathi, 2004, « De certaines techniques de construction d’époque fatimide à Qaṣr al-ʿĀliya », in Africa XX, p. 37- 60.

Dachraoui Farhat, 1971, « L’Ifriqiya sous la dynastie des Fatimides », in Histoire de la Tunisie. Le Moyen Âge, Tunis, STD, p. 205-252.

Daghfous Radhi, 2005, « Al-ṣirā‘ al-madhhabī fi-Ifrīqiya fi-l-qarn al-khāmis al-hijrī wa-intisār al-mālikiyya », in Id., Dirāsāt fi-l-tā’rīkh al-arabī al-islāmī al-wasīṭ, Tunis, Dār al-Gharb al-islāmī, p. 261-281.

Farrugia de Candia, Jean, 1937, « Monnaies fatimides du Musée du Bardo », in Revue Tunisienne 29 (1), p. 89-137.

Al-Ghodhban Muhammad, 2008, Al-maskūkāt al-islāmiyya bi-Ifrīqiya fi-l-ahdayn al-fātimī wa-l-zīrī : dirāsa tā’rīkhiyya wa-taqniyya, Thèse de Doctorat nouveau régime, sous la direction de M. Chapoutot-Remadi, Université de Tunis I, Faculté des Sciences humaines et sociales.

Golvin Lucien, 1974, Essai sur l’architecture religieuse musulmane. 3. L’Architecture religieuse des «grands Abbasides», la mosquée de Ibn Tulun, l’architecture des Aghlabides, Paris, Klincksieck.

Hasan Mohamed, 1999, Al-madīna wa-l-bādiya bi-Ifrīqiya fi-l-ahd al-ḥafṣī, Tunis, Université de Tunis I, Faculté des Sciences humaines et sociales.

Idris Hady Roger, 1956, « Une phase de lutte du Malikisme contre le Shiisme sous les Zirides (xie siècle). Al-Tunisi juriste kairouanais et sa célèbre fatwa sur les shiites », in Cahiers de Tunisie 16 (4), p. 508-517.

— 1962, La Berbérie orientale sous les Zirides, Paris, Adrien-Maisonneuve.

Launois Aimée, 1964, « Influences des docteurs malékites sur le monnayage ziride de type sunnite et sur celui des Almoravides », in Arabica, 11 (2), p. 127-150.

Mahfoudh Fawzi, 1988, La ville de Sfax : recherche d’archéologie monumentale et évolution urbaine, Thèse de Doctorat de troisième cycle, sous la direction de J. Sourdel-Thomine, Université de Paris IV.

— 1990, « À propos d’une inscription arabe découverte à Bāb al-Giblī (Sfax), 376/986 J.C. », in IBLA, 165 (1), p. 237-247.

— 1991, « Les relations entre l’Ifrīqiya et la califat fatimide à la fin xsiècle ap. J.‑C. d’après les documents épigraphiques », in Cahiers de Tunisie 43 (155‑156), p. 313-324.

Marçais Georges, 1946, La Berbérie musulmane et l’Orient au Moyen Âge, Paris, Aubier.

Roy Bernard et Poinssot Paule, 1950, Inscriptions arabes de Kairouan, Paris, C. Klincksieck.

Zbiss Slimane-Mustapha, 1955, Inscriptions de Tunis et de sa banlieue, Tunis, Institut national d’archéologie et d’art.

Haut de page

Notes

1 Toutes les traductions du Coran sont tirées de l’ouvrage Noble Coran et la traduction en langue française de ses sens, trad. M. Hamidullah, révisée, Médine, édition du Complexe du roi Fahd pour l’impression du noble Coran, 1990.

2 La littérature historique nous informe que ce souverain fut influencé dès son jeune âge par son précepteur et premier ministre al-Ḥasan b. Abī-l-Rijāl qui l’initia aux principes de la doctrine sunnite, malikite en l’occurrence (Ibn ‘Idhārī, Al-Bayān al-mughrib : 1, 274) :

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lotfi Abdeljaouad, « Les relations entre les Zirides et les Fatimides à la lumière des documents épigraphiques », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 139 | juin 2016, mis en ligne le 01 juillet 2016, consulté le 23 mars 2017. URL : http://remmm.revues.org/9480

Haut de page

Auteur

Lotfi Abdeljaouad

Institut national du Patrimoine, Tunis

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page