Navigation – Plan du site

François Georgeon, Nicolas Vatin, Gilles Veinstein (dir.), Dictionnaire de l'Empire ottoman, avec la collaboration d'Elisabetta Borromeo, Paris, Fayard, 2015.

Maxime Durocher
p. vol. 143

Texte intégral

1L’Empire ottoman suscite un intérêt grandissant de la part des chercheurs comme d'un public plus large, tant en Europe que dans les territoires anciennement sous domination ottomane. Bien que des rapports anciens et étroits aient été tissés avec le monde ottoman et que ce vaste empire fût intégré dans le jeu des puissances européennes bien avant la chute de l' « homme malade de l'Europe » durant la Première Guerre mondiale, les études ottomanes n'apparaissent comme champ de recherche détaché des études islamologiques, byzantines ou de la turcologie linguistique que durant la première moitié du xxesiècle (comme il est souligné dans l'entrée « Historiographie de l'Empire ottoman », p. 564-569). La curiosité de l'Occident pour le voisin ottoman est pourtant ancienne (notons ici l'article « Mamamouchi » p. 747) et l'enseignement des langues « orientales » où la formation de drogmans (traducteurs, voir l'entrée à ce nom p. 373-377) remonte au xviesiècle à Venise et Vienne et à Colbert en ce qui concerne la France (fondation de l'École royale des Jeunes de Langues en 1669). Alors que les textes fondateurs comme la Geschichte des osmanischen Reiches de Jospeh von Hammer1 (voir p. 548) remontent au début du xixesiècle, ce n'est qu'après la Seconde Guerre mondiale, et suite à l'impulsion lancée en Turquie au début des années 1930 par la fondation de la Société d'étude de l'histoire turque (Türk Tarihi Tetkik Cemiyeti) et par des historiens comme M. Fuad Köprülü, que la recherche et l'enseignement de l'histoire ottomane prend toute sa place dans le monde universitaire. Les études dans différents domaines de l'histoire (politique, économique, institutionnelle, culturelle...) se multiplient surtout à partir des années 1970. S'appuyant sur plusieurs congrès et comités internationaux ainsi que sur la présence de chercheurs turcs dans le monde anglo-saxon notamment, des liens sont très rapidement tissés avec la très active recherche turque. Ce mouvement s'est considérablement accéléré depuis la fin des années 1980.Les deux dernières décennies ont par ailleurs été marquées par la redécouverte de l'héritage ottoman, passé sous silence après la constitution des États-nations et du discours idéologique qui les accompagne, dans les Balkans et le Proche-Orient arabe notamment.

2Projet au long cours, la publication en 2015 de ce Dictionnaire de l'Empire ottoman, dirigé par François Georgeon (directeur de recherche émérite au CNRS), Nicolas Vatin (directeur de recherche au CNRS et directeur d'études à l'EPHE) et Gilles Veinstein (Professeur au Collège de France, décédé en 2013) vient donc couronner ces efforts et apporte, sous une forme encyclopédique, une synthèse riche et passionnante, des connaissances en la matière. Composé de 720 notices, rédigées par 175 auteurs, ce dictionnaire, qui s'adresse tant aux chercheurs et étudiants-chercheurs qu'à un plus large public, reflète par ailleurs la diversité des études ottomanes ainsi que les échanges nombreux et féconds entre chercheurs de différentes nationalités. L'ouvrage, de plus de 1 300 pages, est doté d'un appareil critique conséquent, incluant une table des translittérations (question complexe au vu de la diversité linguistique et alphabétique du monde ottoman et post-ottoman), une liste des abréviations, une liste des souverains ottomans et un système d'indexation très complet en fin d'ouvrage. Les références bibliographiques figurent quant à elles au sein de chaque notice, dont la longueur variable a été fixée par les directeurs de la publication. Un cahier de 8 pages d'illustrations en couleurs est inséré au milieu du volume et un ensemble de 25 cartes et plans vient le clore.

3Le choix de la forme du dictionnaire historique est justifié par les directeurs du projet en avant-propos. En donnant toute leur place aux récentes avancées des études ottomanes par l’appel à de nombreux auteurs, ce dictionnaire vient donc compléter l’Histoire de l’Empire ottoman publiée par Robert Mantran en 1989, dernier ouvrage de synthèse en français sur le sujet. D'autres synthèses, en anglais ou en turc, comme celle de Caroline Finkel publiée en 20052, ont en effet déjà apporté un récit complet et mis à jour de l’histoire de la maison d’Osman. Cependant, il ne s'agit pas de l'unique projet de dictionnaire historique de cet empire conçu ces dernières années. Deux autres ouvrages publiés en 20093 et 20124 ont en effet eu recours à la forme encyclopédique. Les auteurs du présent dictionnaire soulignent toutefois, à raison, que le spectre recouvert par le Dictionnaire est plus large et ambitieux que ces deux précédentes tentatives. Il n'est toutefois nullement question de concurrencer des ouvrages encyclopédiques plus large s'intéressant au monde musulman dans son ensemble comme la Türkiye Diyanet Vakfı İslam Ansiklopedisi (TDVİA)5 ou bien encore l'Encyclopédie de l'Islam6 (dont la troisième édition est en cours de publication). Il s'agit bien d'une somme sur l’Empire ottoman, ses différentes facettes et son contexte géo-historique qui s'avère également un outil pédagogique majeur pour quiconque aborde la richesse des sources ottomanes. Ainsi, par exemple, l'article « Diplomatique » (p. 354-359) expose de manière très claire les différents types de documents produits par les ottomans eux-mêmes. L'histoire des archives et des institutions qui les conservent sont également présentées (p. 107-110, avec une liste utile des ressources en ligne).

4Le lecteur trouvera donc dans ce dictionnaire des notices biographiques, chronologiques, géographiques mais également thématiques. Les principaux personnages qui ont fait l'histoire ottomane (sultans mais également hommes d’État, militaires, princesses, religieux, intellectuels...) sont l'objet d'entrées concises et précises. La chronologie de l'Empire est également bien présentée par les dates importantes (« Bataille d'Ankara » qui vit la défaite de Bayezid Ier face à Timur en 1402, p. 93 ; ou bien encore le « Traité de KüçükKaynarca » signé en 1774 et qui scelle la défaite ottomane face à la Russie et ouvre les débats sur la Question d'Orient, p. 701-702), mais également par des textes revenant sur des périodisations parfois remises en cause par les recherches récentes (« Sultanat des femmes » p. 1114-1115, « Époque des Tulipes », p. 1171-1172). On regrettera toutefois l'absence, dans l'appareil critique, de tables chronologiques qui auraient sans doute complété, dans un souci de pédagogie, la liste des sultans présentée en début d'ouvrage. Cependant, le choix d'un cadre chronologique large permet non seulement de contextualiser les origines, sous certains aspects encore mal connues, de l'Empire ottoman (soulignons ici la très complète notice « Beylik », p. 167-170), mais également d'en aborder l'héritage après la destitution en 1922 de Mehmed VI Vahideddin, dernier sultan, et l'abolition du califat en 1924. Il convient néanmoins de souligner ici la division chronologique de nombre de notices entre une période haute ou classique (xve-xviiiesiècles) et les xixe-xxesiècles, division qui reflète plus largement la séparation universitaire entre ottomanistes modernistes et contemporanéistes. Bien que les deux « périodes » soient le plus souvent rassemblées dans une même entrée, il est certains cas où le choix des titres vient, par le jeu de l'ordre alphabétique, séparer des études aux thématiques identiques (citons l'exemple de la notice « Administration centrale et provinciale, xixe-xxesiècles » p. 41-43 que l'on attendrait suivre l'entrée « Provinces, administration provinciales » qui traite de la période précédente aux p. 996-1000). Par ailleurs, la théorie d'un « déclin » de l'Empire ottoman aux xviie-xviiiesiècles, héritée des approches orientalistes des deux siècles précédents, est ici justement questionnée et grandement nuancée (p. 331-334).

5La géographie de l'Empire ottoman, étendu sur trois continents, comme le veut la formule consacrée, est par ailleurs élargie aux satellites ainsi qu'aux États et lieux ayant joué un rôle dans l'histoire ottomane ou bien proposant des approches comparatistes pouvant s'avérer intéressantes (on notera ici la notice « Japon », p. 636-637 ou bien celle encore, très complète, intitulée « Inde musulmane » p. 589-590). Il semble également important de saluer le choix d'une vision globale laissant une place importante aux composantes non-turques ou non-islamiques de cet Empire multiculturel dont l'historiographie est encore malheureusement marquée par divers discours nationalistes (tant en Turquie que chez les voisins balkaniques ou proche-orientaux). L'hellénisme est donc étudié selon plusieurs aspects (« Guerre d'indépendance », p. 505-508, « Royaume de Grèce » p. 508-511, « Littérature et civilisation » p. 511-515 et « Grecs ottomans » avant et après l'indépendance de la Grèce p. 515-519). Plusieurs pages sont consacrées aux Juifs et à la culture juive (p. 654-668) ainsi qu'aux Arabes (p. 94-98) ou bien encore aux Arméniens (p. 114-121). Enfin, l'article « Génocide des Arméniens », accompagné d'une bibliographie complète et récente, fait un point très clair sur les polémiques suscitées par l’emploi de ce terme.

6Outre de la richesse des notices, l'intérêt principal de ce Dictionnaire est sans doute l'approche transversale et pluridisciplinaire du monde ottoman qu'il propose. Si les grands thèmes, comme l'histoire institutionnelle et administrative dont l'importance dans l'historiographie n'est plus à démontrer, ou bien encore l'histoire économique (soulignons en passant la très utile notice « Poids et mesures » p. 960-963 ou bien encore l'intéressante approche des « Pauvres » p. 920-923), sont largement étudiés, une place notable est donnée à diverses approches alliant d'autres disciplines à l'histoire proprement dite. C'est le cas par exemple de la passionnante notice anthropologique sur le « Corps » (p. 304-306). L'histoire religieuse et intellectuelle sont également largement représentées, faisant appel notamment à la philosophie (« Positivisme », p. 975-977). Une ouverture sur les Genderstudies est enfin proposée par un important article intitulé « Femme » (p. 441-446). Par ailleurs, le respect de la part des éditeurs des controverses historiographiques au sein de chacune des spécialités ne rend l'ouvrage que plus vivant. Citons par exemple la différence d'approches entre la notice quelque peu datée « Derviches colonisateurs » p. 342 et celle intitulée « Confréries », p. 284-287 qui tient compte des recherches récentes sur le soufisme ottoman.

7L'archéologie et, surtout, l'histoire de l'art ne sont pas absentes de ce bel ouvrage. Si les différents médias y sont bien représentées (peinture, céramique, calligraphie...), l'approche de l'architecture (qui ne serait que militaire, p. 100-102 ou bien encore, plus délicat pour une entrée intitulée « Architecture ottomane », uniquement religieuse, p. 102-107) est néanmoins problématique et reflète encore un cadre typologique, aujourd'hui dépassé. Par ailleurs, c'est avant tout à la lecture de ces entrées d'histoire de l'art que se fait sentir le manque d'illustration noir et blanc (comme un plan) dans le corps de texte. L'absence de renvoi dans les articles ou les légendes des illustrations du maigre cahier central, rend difficile l'usage de ce dernier à d'autres fins que purement illustratives. Il en va malheureusement de même pour les cartes et plans placées en fin de volume (et dont certaines, comme celle illustrant l'Anatolie des beylik aux xiiie-xivesiècles, sont incomplètes).

8Ces quelques critiques, essentiellement formelles (auxquelles l'on pourrait ajouter la fragilité de la reliure pour un ouvrage appelé à être fréquemment manipulé), ne sauraient néanmoins minimiser le grand intérêt scientifique de ce Dictionnaire de l'Empire ottoman. Malgré certains articles moins aboutis (ou pour lesquels la bibliographie pourraient être complétée), l'ensemble forme un passionnant ouvrage qui est donc amené à devenir un classique des études ottomanes, tout comme « le Mantran » dont il se veut le complément. Il ne nous reste plus, pour conclure, qu'à souhaiter la traduction du Dictionnaire en anglais et/ou en turc, ainsi qu'à espérer sa mise en ligne prochaine, comme cela a été le cas récemment de nombreux ouvrages encyclopédiques.

Haut de page

Notes

1 Hammer-Purgstall Joseph von, Geschichte des osmanischen Reichesgrossentheils aus bisher unbenützten Handschriften und Archiven durch Joseph von Hammer, Pest, C.A. Hartleben, 1827-1835.

2 Finkel Caroline, Osman's dream : the story of the Ottoman Empire 1300-1923, Londres, John Murray, 2005.

3 Agoston Gabor, Masters Bruce (éd.), Encyclopedia of the Ottoman Empire, New York, Facts on File, 2009.

4 SomelSelçukAksin, Historical dictionary of the Ottoman Empire, Lanham, Toronto, Plymouth, The Scarecrow Press, 2012.

5 http://www.islamansiklopedisi.info (consulté le 18-05-2016)

6 http://referenceworks.brillonline.com/cluster/Encyclopaedia%20of%20Islam(consulté le 18-05-2016)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maxime Durocher, « François Georgeon, Nicolas Vatin, Gilles Veinstein (dir.), Dictionnaire de l'Empire ottoman, avec la collaboration d'Elisabetta Borromeo, Paris, Fayard, 2015.  », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], Lectures inédites, mis en ligne le 03 novembre 2016, consulté le 29 avril 2017. URL : http://remmm.revues.org/9511

Haut de page

Auteur

Maxime Durocher

Université Paris-Sorbonne, LABEX Resmed

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page