Navigation – Plan du site

Hamit BOZARSLAN, Révolution et état de violence. Moyen-Orient 2011-2015, CNRS Éditions, 2015, 304 p.,

Abderrahmane Moussaoui
p. vol 143

Texte intégral

1Les révoltes qui avaient secoué une partie du monde arabe au début de l’année 2011 ont été perçues et saluées comme l’avènement d’une nouvelle ère annonciatrice de la fin de tout autoritarisme et le début d’une démocratisation en phase avec le paradigme occidental.

2A ces espérances vont vite succéder des déceptions justifiées par le chaos et la violence que vont connaitre nombre de ces pays. Pour autant ces mouvements ont bel et bien amorcé des changements dans le monde arabe. C’est ce que tente d’étudier Hamit Bozarslan dans cet ouvrage fourmillant d’informations et de données. Avec un tel ouvrage, H Bozarslan continue à interroger le Proche et le Moyen-Orient, son terrain d’observations depuis quelques années déjà (voir notamment Sociologie politique du Moyen-Orient (La Découverte, 2011), Histoire de la Turquie. De l’Empire à nos jours (Tallandier, 2013).

3De la Tunisie à l’'Egypte en passant par le Yémen ou la Syrie les sociétés du monde arabe se révèlent plus riches en diversités et nuances. L’auteur essaie et arrive en général à montrer comment et combien l’événement « printemps arabe » fut révélateur aussi bien de la nature des sociétés du monde arabe que des régimes qui les gouvernent

4Plutôt qu’une étude aboutie, l’ouvrage d’Hamit Bozarslan, est une mine d’idées et de données recueillies dans l’urgence et organisées au rythme des événements. Il reste cependant une importante contribution pour saisir la complexité d’un événement qui a déjoué des pronostics, somme toute évolutionnistes, qui l’inscrivaient dans la grande histoire de l’Occident, érigée en paradigme universel.

5L’auteur dont l’ambition et le propos se situent entre l’observation et l’indignation citoyenne, entre comprendre et rendre compte, nous avertit d’emblée des limites qu’impose un tel exercice. Certaines situations historiques singulières, refusent de se soumettre aux méthodologies des « chercheurs en sciences sociales » nous confie-t-il. Elles peuvent même, quelquefois, ajoute-t-il, indiquer les angles morts et établir l’impertinence des grilles d’analyses et des outils conceptuels.

6Ces préalables posés, Hamit Bozarslan entame son travail en revenant, quatre années plus tard, sur ce moment fondateur que représente désormais le début de l’année 2011. L’auteur considère que cet évènement a bien permis au monde arabe de rompre son lien avec l’Occident et de sortir à la fois « de la réalité coloniale et du syndrome « post(colonial) ». Le regard porté sur le monde arabe semble avoir changé de l’intérieur et de l’extérieur. Son altérité semblait, au moins à ses débuts, avoir disparue pour laisser place d’abord à de violentes espérances, puis à des déceptions de plus en plus fortes

7La thèse de l’auteur consiste à reconnaitre un certain impact au passé et aux facteurs exogènes, tout en préférant, tout de même, privilégier les dynamiques internes. Ce sont, à ses yeux, ces dernières qui expliqueraient, en premier lieu, les désillusions et l’état de déliquescence que connait désormais le monde rabe après les espérances qu’ont pu susciter ces évènements.

8Dès l’introduction Hamit Bozarsalan précise à la fois les concepts et l’aire géopolitique concernée par son approche. Ainsi, confesse-t-il que le terme » Moyen-Orient » est utilisé par défaut d’une autre catégorie plus pertinente. En effet, dans ce travail, le Moyen-Orient recouvre essentiellement le monde arabe même si quelques paragraphes sont consacrés à des pays non arabes de cette région (Pakistan, Afghanistan, Iran, Turquie). L’introduction explique également le sens qu’il donne aux autres notions et concepts utilisés dans cet ouvrage : crise révolutionnaire (ingouvernabilité et « double pouvoir » au sens de L. Trotski), configuration (au sens de N. Elias) et enfin la notion d’état de de violence que l’auteur dit emprunter à Frederic Gros qui l’utilise pour qualifier une situation où « les lignes de démarcation entre la police et l’armée , les organes privés et publics de coercition, la sécurité intérieure et l’activité belligène à l’extérieur , les phase de mobilisation et de démobilisation … sont passablement brouillés » (p.21).

9A la lumière d’une histoire politique européenne, l’auteur s’applique à saisir un objet nécessairement fuyant. Il met en avant les inégalités économiques et la pauvreté comme facteur explicatif de ce qu’il appelle les révolutions, même s’il reconnait que les « pays arabes ne connaissaient pas le dénuement profond qu’on observait dans d’autres régions du monde » (p.58). Mobilisant de multiples références (Simone Weil, Walter Benjamin, Ibn Khaldoun, Tocqueville, Marx etc.) ; Hamit Bozarsalan tente de rendre compte de la complexité de l’objet en souhaitant dépasser la simple description des faits.

10Après une introduction éclairante sur l’objet, la démarche et les références, Hamit Bozarsalan décline le plan de l’ouvrage qui se divise en deux grandes parties. Le premier des trois chapitres de la première partie est consacré à la problématique générale des révolutions avec le souci de « désenclaver » et de « singulariser » les expériences des révolutions de 2011 dans les contextes arabes. S’appuyant sur les cas des deux pays précurseurs de ces révoltes (la Tunisie et l’Egypte), le second chapitre dresse une sorte d’état des lieux des deux pays à la veille de ces révoltes. Le troisième et dernier chapitre de cette première partie tente de tirer des conclusions à partir des deux cas analysés et présenter les conditions nécessaires pour que de telles expériences puissent servir de locomotives à l’ensemble des sociétés arabes.

11La seconde partie est consacrée à des entrées thématiques transversales autour de la question de l’Etat. Le chapitre Recomposition et effondrement des Etats permet de revisiter la question de l’Etat dans les sociétés arabes, tandis que le suivant aborde la crise de l’Etat (westphalien), comme élément fédérateur du temps et de l’espace. L’auteur y montre, à travers divers exemples de terrains africains, comment nous sommes entrés dans une ère où la guerre n’est plus menée pour construire l’Etat mais concourt plutôt à sa destruction. L’effondrement de l’Etat est abordé en rapport avec la société. Un chapitre de cette partie est consacrée au concept central dans l’approche de Hamit Bozarsalan, celui de « mouvance » (au sens de movment-organization),le dernier chapitre de cette seconde partie et de l’ouvrage s’intéresse à la question du corps en politique et en lien avec la violence. Autant de thématiques et d’entrées aussi stimulantes les unes que les autres et souvent nourries par une documentation assez fouillée, au plus près du réel vécu.

12Pour autant, le lecteur reste un peu sur sa faim. Les questions pertinentes posées au début de l’ouvrage vont être ensevelies sous l’amoncellement des détails des informations. Est-ce que ces révolutions étaient prévisibles ? Pourquoi les observateurs de ces sociétés ne les ont pas vues « arriver » ? Hamit Bozarsalan y répond en invoquant la notion de « causalité accidentelle » introduite par feu l’historien B. Lepetit. Tel événement « aurait pu ne pas se produire ou prendre une toute autre forme ». Autant dire qu’il n’y a pas de logiques à l’évènement. Pourtant, l’auteur tente d’en débusquer dans le fatras des faits et des singularités de chacun des cas étudiés.

13L’auteur s’attache à restituer le déroulé des événements, de la manière la plus fidèle possible, mais la dynamique de l’actualité reste un obstacle majeur à pareille entreprise. Accumulant les informations et juxtaposant les expériences de nombre de pays (Tunisie, Egypte Libye, Syrie, Irak etc.), Hamit Bozarsalan n’établit pas de liens explicatifs convaincants sur telle ou telle configuration. Il y en a encore moins pour une explication globale. La bonne description des singularités apparait comme une fin en soi ; et le lecteur se demande pourquoi les mêmes caractéristiques ne produisent pas les mêmes effets ici et là.

14L’auteur souligne bien la particularité des pays du Golfe qui ont connu une sorte de résilience face à cette crise. Il l’explique par l’opulence et le pouvoir de l’argent qui permet d’acheter les fidélités et absorber la colère. Il accorde peu d’intérêt à la nature politique des régimes. Il est un fait que tous les pays fondés sur le modèle monarchique (ou qui en sont proches) ont mieux résisté que les républiques du monde arabe. Cela justifie amplement l’intérêt à porter à la question des modalités et des formes de légitimation politiques. La personnalisation du pouvoir invoquée comme argument explicatif des contestations n’est pas assez pertinente. Elle est présente dans plusieurs pays, notamment les pays du Golfe, qui n’ont pas connu les mêmes soulèvements. Des régimes politiques aussi différents que celui de l’Algérie et du Maroc connaissent bien ces réalités ; pourtant, l’un et l’autre ont pu résister à la vague de ces soulèvements avec des processus différenciés.

15Les raisons avancées et les traits évoqués (« pouvoir profond », répressions des oppositions, autoritarisme, corruption) pour expliquer ces contestation peuvent se retrouver dans d’autres pays ayant été épargnées par cette vague de contestations.

16En guise d’analyse globale, l’histoire et la révolution française et ses figures sont souvent convoqués pour, à la fois, illustrer les propos et servir d’aune de jugement.

17Cavaignac, Bonaparte ou encore la période thermidorienne hantent les lieux et les évènements et servent de référents surplombants. Cette posture théorique peut s’avérer sans doute heuristique, mais elle n’est pas toujours défendable sur un plan épistémologique.

18L’intérêt de l’ouvrage réside cependant dans la somme des matériaux aussi bien historiques que d’actualité que réussit à rassembler l’auteur. Il réside aussi dans certaines idées lumineuses induites par une observation fine des réalités en question. C’est le cas de ces passages éclairants du second chapitre traitant des cas tunisien et égyptien. L’auteur énonce assez justement « Indéterminée dans son évolution, la révolution est également un creuset, un moment propice à l’émergence de « lectures théologiques » dont la pluralité et la concurrence interne montrent la difficulté d’élaborer une « raison » partagée par l’ensemble des acteurs (…) » (p. 90). Pour ajouter plus loin que les acteurs peuvent se trouver devant le dilemme de définir la révolution comme sens ou comme expérience. « Au gré des contextes dont ils n’ont pas la maitrise , ils peuvent figer la révolution pour la charger d’un sens exclusif (…) au détriment de tout principe de réalité(…) ; à l’inverse, ils peuvent être amenés à adopter des stratégies d’accommodement et d’adaptation aux contraintes, avec pour risque de dégrader une conviction révolutionnaire « ferme » en une simple « posture » parmi d’autres d’égales pertinences et légitimité. » (pp. 90-91). Choses vues, en Libye comme en Tunisie !

19Dans l‘analyse de l’échec de ces révolutions, Hamit Bozarslan, fidèle à sa thèse, privilégie les facteurs endogènes en minimisant les données externes. Ainsi, explique-t-il les limites de la révolution égyptienne par des considérations relatives à la faible expérience pluraliste ou par « les illusions de grandeur » du président Frère Musulman Mohamed Morsi. L’auteur semble ignorer une donnée géopolitique pourtant capitale : le contexte israélo-palestinien. Pourtant, la « cécité » et l’indulgence de l’Occident à l’endroit des autoritarismes de l’armée égyptienne (qui reprendra la main en replaçant le général Sissi en faisant fi de toute considération) pourrait suffire à faire question. On peut même se demander si ce ne sont pas les mêmes raisons qui rendent l’Occident, à l’inverse, moins « compréhensif » avec l’autoritarisme du régime syrien de Bachar al Assad. Hamit Bozarslan dédouane tout le monde en écrivant : « Le coup d’Etat d’al Sissi ne fut pas un putsch « made in Pentagone » comme certains le pensèrent au début ; il fut avant tout égyptien et à la marge saoudien. » p. 100. Il revient plus loin pour avertir « il convient d’écarter toute théorie du complot prêtant à Washington une stratégie consciente ou secrète pour plonger délibérément la région en enfer » (p. 197). Il déplore simplement que les USA « subissent en réalité de plein fouet les effets d’oxymore d’une « puissance impuissante » » (p.197). En admettant que Hamit Bozarslan dispose d’informations de première main à ce sujet, on peut se demander pourquoi les USA et l’Occident en général ont laissé faire ici et ont réagi là. Etait-il normal par exemple qu’un ambassadeur prenne part activement à une manifestation dans un pays où il est accrédité quand, de surcroit, ladite manifestation est menée par l’opposition contre le régime qui l’a accrédité. C’est pourtant bien ce qu’a fait devant les caméras de télévision le chef de la mission diplomatique américaine en Syrie, au début des évènements dans ce pays. Par ailleurs, les graves affirmations (non étayées sinon par des références journalistiques) sur les exactions d’al Sissi rapportées en page 101, devraient suffire à émouvoir et à faire réagir des pays occidentaux épris d’idéaux de justice et de droits humains. L’auteur ne relève pourtant pas la contradiction, tandis qu’il impute l’état de violence des années 1980 au Moyen Orient à une « implosion des sociétés par les effets de la guerre interne », à la faiblesse structurelle de l’Etat ou en rapport avec de politiques économiques libérales (voir p. 192). Mais faute d’éléments de preuve convaincants, une telle affirmation s’apparente davantage à une opinion qu’à une démonstration.

20Si les données touffues ramassées sur chacun des pays sont en effet très documentées, elles recèlent, aux yeux du lecteur, deux faiblesses : a) Toutes les sources sont traitées également, les ouvrages scientifiques, les écrits journalistiques et autres déclarations politiques. L’anecdotique, le polémique et les statistiques sont mis sur le même plan que l’historique et le géographique b) il n’y a aucune grille rigoureuse de lecture. La simple singularité suffit à expliquer telle ou telle issue

21Reconnaissons à Hamit Bozarslan le mérite d’avoir su montrer que « ce qui fut appelé en son temps « le printemps arabe » montre, plus que tout autre événement passé, l’extrême pluralité et la complexité des espaces arabes » p. 110 et d’avoir souligné aussi le poids des pouvoirs « infra étatiques » et « supra étatiques » en concurrence avec l’Etat.

22Le dernier chapitre centré sur le corps en situation de violence est assez suggestif et arrive à ouvrir des pistes d’interrogation assez pertinentes. Il suggère notamment que l’auteur s’est attaqué à plusieurs thématiques qui auraient pu faire chacune l’objet d’un ouvrage à part. Mais rendons justice à l’auteur qui, sans doute, travaillant sous la pression du rythme d’une actualité frénétique a pu réunir et organiser un ensemble de données et de matériaux précieux pour les travaux à venir. Il est dommage et regrettable que le travail éditorial ait pu laisser échapper certaines coquilles.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Abderrahmane Moussaoui, « Hamit BOZARSLAN, Révolution et état de violence. Moyen-Orient 2011-2015, CNRS Éditions, 2015, 304 p.,  », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], Lectures inédites, mis en ligne le 03 novembre 2016, consulté le 26 juin 2017. URL : http://remmm.revues.org/9513

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page