Navigation – Plan du site

Michel Camau, Frédéric Vairel (dir.), Soulèvements et recompositions politiques dans le monde arabe, Montréal, PUM, 2014.

Marie Vannetzel
p. vol 143

Texte intégral

1Cinq ans après le début des soulèvements dans le monde arabe, la (re)lecture de cet ouvrage confirme à quel point celui-ci a fait et continuera à faire date. Non pas seulement par son ampleur empirique : du Maroc à Oman, en passant par l’Algérie, la Tunisie, la Libye, l’Egypte, la Jordanie, le Liban, la Syrie, Bahreïn, et le Yémen, les vingt-deux chapitres offrent un panorama unique, regroupant des analyses approfondies et, la plupart du temps, étayées par de précieuses enquêtes de terrain. Mais c’est aussi la remarquable introduction qu’il faut ici saluer. Avec une élégance humble, c’est à un authentique exercice de théorisation que Michel Camau et Frédéric Vairel se livrent. Cette production théorique ne sert pas simplement à mettre en regard les cas analysés, mais va bien au-delà des seuls objets et sociétés traités… Et ce n’est pas le moindre défi que d’en rendre compte ici.

  • 1 J. Kis, « Between Reform and Revolution », East European Politics and Societies, vol. 12, n° 2, 199 (...)
  • 2 M. Olson, « The Logic of Collective Action in Soviet-Type Societies », Journal of Soviet Nationalit (...)

2Commençons par relever que, l’air de rien, ce chapitre introductif revisite, en les reliant entre eux, plusieurs débats majeurs qui structurent depuis longtemps la recherche sur les sociétés du Maghreb et du Moyen-Orient. Ces débats ont connu un regain à la faveur des événements de 2011, en particulier dans les travaux anglo-saxons avec lesquels l’ouvrage dialogue largement : la transitologie, la problématique de l’inclusion-modération-radicalisation des islamistes, et la théorie de la résilience autoritaire. Ainsi, par exemple, le chapitre déconstruit la thèse de la capacité coercitive comme fondement de la consolidation autoritaire sans valider pour autant la théorie du consentement. Les auteurs soulignent plutôt que l’illégitimité des régimes n’est jamais manifeste que lorsque se produit une « crise de légitimation »1 qui, précisément, rend présent un possible déjà là pourtant impossible à percevoir auparavant. Ce sont alors les propos oubliés de Mancur Olson2, rappelés dès l’incipit de l’ouvrage comme pour en donner le « la », qui prennent un autre relief : « le pouvoir d’un régime autoritaire ne repose sur rien de plus qu’une perception partagée de son invincibilité. (…) Tous les régimes sont virtuellement vulnérables, mais ils ne le deviennent effectivement que lorsqu’ils sont perçus comme tels » (p.8). Loin de laisser échoir l’analyse sur l’évanescence des perceptions, l’enjeu du livre apparaît donc clairement : stabiliser une grille de lecture permettant de saisir le mouvant, le transformé... et de faire de la « recomposition » plus qu’un mot utilement timide.

3Dès lors, le chapitre nous fait entrer de plain-pied dans des débats théoriques plus larges. En particulier, il tente de rendre empiriquement applicable, en l’amendant librement, le modèle conceptuel de la Sociologie des crises politiques de Michel Dobry. C’est la notion de « routine », bien plus que celle de secteur, qui sert de pivot aux différentes parties de l’ouvrage : comment concrètement apprécier s’il y a, ou non, « sortie des routines de mobilisation » (parties I et II) ? Comment évaluer la mise à l’épreuve des « formes routinières de régulation » (partie III) ? Comment spécifier les modalités, en réalité très variées, souvent précaires, de « retour à la normale », que l’on ne saurait réduire à un processus de resectorisation (partie IV) ? Au passage, sont égrenées d’autres propositions importantes – nous y reviendrons – et des clarifications notionnelles aussi profitables que rigoureuses, à l’image de cette définition : « Précisions que par espace politique, nous n’entendons pas seulement le ‘microcosme’ des forces politiques – le champ politique -, mais également son mode d’articulation au macrocosme des modèles de conduite dans le rapport à l’autorité et dans l’expression publique des préférences et des intérêts. » (p.30)

4Détaillons à présent le corps de l’ouvrage, bien qu’il ne nous soit pas ici possible de rendre justice à la richesse de chacun des chapitres. Ces derniers s’organisent en quatre entrées qui sont autant de manières de regrouper ou de séparer les cas analysés, dans un comparatisme dynamique aux antipodes d’un nominalisme paresseux.

  • 3 A. Allal, T. Pierret (dir.), Devenir révolutionnaires. Au cœur des révoltes arabes, Paris, Armand C (...)

5La première entrée propose une « phénoménologie des soulèvements », suivant la perspective précédemment ouverte par le livre dirigé par Amin Allal et Thomas Pierret3. Dans le chapitre 1, Michel Camau revient sur trois mythes de la révolution tunisienne : celui de « l’étincelle » qu’aurait constitué l’immolation de Bouazizi et de sa prise sur le « bois sec » du mécontentement ; celui du caractère spontané et sans leaders du soulèvement ; et celui de la défection de l’armée vis-à-vis du régime. A travers une réflexion précise et empreinte d’une malice mordante, mais toujours juste, sur les effets d’imposition de perspective dans la création des événements, l’auteur donne une formidable leçon sur l’administration de la preuve, démontrant avec brio que « la geste du soulèvement (…) compte pour l’analyste mais (que) celui-ci ne saurait compter sur [elle]. » Ce « retour sur images » sert aussi de clé de décryptage pour plusieurs chapitres suivants. Ainsi, du travail de Romain Lecomte qui dissipe la spontanéité de la « Révolution 2.0 », en mettant à jour le « travail moléculaire » de médiation entre réseaux sociaux locaux et médias internationaux, accomplis par des cyberactivistes sans lesquels Facebook serait resté une « tombe pour l’information ». Ainsi, également, de l’étude de Youssef al-Chazli et Hervé Rayner sur l’engagement soudain de trois Egyptiens non-politisés : en lieu et place d’une « étincelle », ce sont « des micro-repositionnements en série », alimentés par un processus cognitif spéculaire et continu d’évaluations du possible, dépendantes de variables situationnelles et dispositionnelles, qui se jouent dans ce que de loin, nous percevons comme un basculement. Comme en miroir, Joël Beinin et Marie Duboc expliquent, à propos de la contestation ouvrière en Egypte, toutes les difficultés qu’il y a à faire prendre le feu sur du « bois sec » pourtant amassé en quantité : les contraintes exercées par la très contrôlée centrale syndicale égyptienne, l’UGSTE, contrastent avec la profonde ambivalence de l’UGTT en Tunisie, commentée plus haut par M. Camau. Ces contraintes produisent une atomisation des mobilisations, sans empêcher leur impressionnante itération à l’échelle locale… ce qui, toutes proportions gardées, n’est pas sans ressemblance avec le processus révolutionnaire syrien dont Leïla Vignal montre à la fois la fragmentation et la densité au sein des réseaux de sociabilité locaux. Analysant la situation libyenne, Ali Bensaâd met quant à lui en avant la fragmentation des appareils de répression et leur rôle dans la production de multiples clivages socio-ethniques.

6Cette attention aux « contraintes qui enserrent » les transformations est majeure dans l’ouvrage. La deuxième entrée leur est entièrement consacrée et fait émerger un modèle interprétatif à trois variables, bien résumé dans l’introduction, pour rendre compte des « limites de l’émulation protestataire ». Tout d’abord, l’impact de l’institutionnalisation des espaces protestataires sur la sortie, ou non, des routines. Cet aspect est bien illustré par les cas marocain et libanais : à propos du Mouvement du 20 février au Maroc, Frédéric Vairel montre comment le poids des « conduites d’évitement » inhibe les dynamiques révolutionnaires, alors qu’au Liban, l’échec du mouvement « pour la chute du système confessionnel », étudié par Maire-Noëlle AbiYaghi et Myriam Catusse, renvoie à la routinisation des entre-soi militants et à « la difficulté de construire une cause populaire et nouvelle face aux nombreuses entreprises de mobilisations concurrentes ». Ensuite, la difficile articulation de ces espaces aux scènes partisanes, dont Layla Baamara fait la brillante démonstration à partir du cas du FFS algérien, qui, malgré sa longue opposition au régime, est pris dans les contraintes de son insertion au champ politique institué et dans des logiques de situation compromettant son rapprochement avec les acteurs protestataires. Enfin, la capacité des régimes à segmenter les mondes sociaux par le maniement des dispositifs d’action publique. Montserrat Emperador Badimon montre ainsi comment les divisions de l’espace protestataire marocain, cristallisées autour de formes différentes d’organisation et d’accès aux ressources publiques, permettent de comprendre pourquoi les associations de diplômés chômeurs, mobilisées depuis longtemps, n’ont pas participé au M20F.

7La troisième entrée approfondit ce dernier aspect en revisitant la place, dans ces dispositifs, des appareils coercitifs, des pratiques de redistribution, de l’ingénierie des réformes politiques, et des soutiens allogènes. Sont alors comparées des situations où les mobilisations ont plus (Egypte, Bahreïn, Maroc) ou moins (Oman, Jordanie) pris, et où les régimes ont été décapités ou pas. A partir de l’analyse des tensions créées par la répression au sein du très composite « appareil sécuritaire intérieur » en Egypte, Jean Lachapelle met en évidence, à l’aide du paradigme « olsonien », le rôle de l’imposante force paramilitaire du ministère de l’Intérieur, la Sécurité centrale. Il montre comment les pressions concentrées sur ce corps ont conduit à la rupture des chaînes de commandement et à la réticence de ses élites à « assumer individuellement les coûts » de la répression, quand bien même elles souhaitaient le maintien du régime. La vulnérabilité situationnelle de la force structurelle des régimes, soulignée par ce chapitre, est démontrée plus avant dans les contributions originales de Vincent Legrand, Claire Beaugrand et Marc Valeri sur les faillites néolibérales du système clientéliste jordanien (qui ont paradoxalement défavorisé les élites traditionnellement loyales au régime), sur la dépendance à double tranchant du régime bahreïni vis-à-vis des autres Etats du Golfe, et sur la désacralisation du sultan Qabous à Oman , dont les stratégies de légitimation sortent affaiblies de la crise. Si ces régimes ont résisté, ils n’en restent pas moins « suspendus à un équilibre précaire », plus semblables en cela au cas égyptien qu’à la situation marocaine analysée par Jean-Noël Ferrié, dans laquelle la monarchie serait parvenue à consolider ses structures.

8Enfin, la quatrième et dernière entrée de l’ouvrage pourrait – nonobstant la qualité des chapitres – sembler moins cohérente si elle n’était servie par la théorisation opérée dans l’introduction. La « transformation des espaces politiques » est analysée au prisme de deux enjeux. D’une part, les régimes en crise, décapités ou résistant fragilement, ont-ils la capacité d’engager un « retour aux actes fondateurs » permettant de restaurer l’autorité de l’ordre constitutionnel, souvent « sur les traces de l’ordre ancien, de ses dispositifs narratifs et juridiques » (p.32) ? Baudouin Dupret montre en ce sens comment la charia s’est imposée de longue date dans les pays de la région comme un référent modulable, réapproprié diversement par la plupart des protagonistes pour « naturaliser leur autorité », et donner poids, partant, aux ordres constitutionnels qu’ils prétendent fonder. Florian Kohstall et Assia Boutaleb, dans leurs chapitres respectifs sur les élections et les mobilisations en Egypte, reviennent sur la problématique de la fondation d’un « nouvel » ordre constitutionnel dans un contexte marqué à la fois par une « incertitude permanente sur les règles du jeu » et par la prégnance des « structures et agencements précédents ». D’autre part, le second enjeu de cette partie, traité par Thomas Pierret (Syrie), Michaël Béchir Ayari et Fabio Merone (Tunisie), Laurent Bonnefoy (Yémen) et Vincent Geisser (Liban), est celui de la redéfinition des frontières de l’acceptable et de l’inacceptable dans l’espace politique institué, autour des processus d’inclusion/exclusion des différents acteurs islamistes. Toutes les contributions mettent en évidence la grande mobilité de ces frontières, les retournements rapides des configurations, l’inadéquation fréquente des positions « radicales » sur les plans religieux et politique, et illustrent la salutaire distinction, reprise à Paul Veyne dans l’introduction, entre « idéologie au sens de doctrine » et « idéologie au sens de signification d’une pratique ». En définitive, si l’ouvrage se concentre sur la période 2011-2013 dans le monde arabe, il donne de précieux enseignements théoriques et méthodologiques dont la portée dépasse largement ces bornes temporelles et géographiques.

Haut de page

Notes

1 J. Kis, « Between Reform and Revolution », East European Politics and Societies, vol. 12, n° 2, 1998, p. 300-383.

2 M. Olson, « The Logic of Collective Action in Soviet-Type Societies », Journal of Soviet Nationalities, vol. 1, n° 2, 1990, p. 8-27.

3 A. Allal, T. Pierret (dir.), Devenir révolutionnaires. Au cœur des révoltes arabes, Paris, Armand Colin, 2013.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie Vannetzel, « Michel Camau, Frédéric Vairel (dir.), Soulèvements et recompositions politiques dans le monde arabe, Montréal, PUM, 2014. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], Lectures inédites, mis en ligne le 03 novembre 2016, consulté le 28 mars 2017. URL : http://remmm.revues.org/9514

Haut de page

Auteur

Marie Vannetzel

CNRS/CURAPPESS

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page