Navigation – Plan du site

Irène Salenson, 2014, Jérusalem : bâtir deux villes en une, Editions de l’Aube, 255p.

Benoit Montabone et Joni Aasi
p. vol 143

Texte intégral

  • 1 Ce compte-rendu est le fruit d’une discussion entre un géographe français ne connaissant pas la vil (...)

1Irène Salenson débute son ouvrage sur les politiques d’urbanisme à Jérusalem par une question essentielle : est-il possible d’aborder la question de l’aménagement urbain, donc de la possession du sol et des politiques de peuplement qui s’y inscrivent, sans se laisser emporter par une analyse partisane du conflit israélo-palestinien ? Eric Verdeil le rappelle dès sa préface de l’ouvrage : « Elle (l’auteure) dispose comme peu de personnes du recul et de la connaissance nécessaires pour délivrer une analyse dépassionnée des politiques et des stratégies urbaines qui se déploient dans cette ville et qui la façonnent » (p.10). Telle est en effet l’ambition de l’auteure : parvenir à appréhender l’urbanisme hiérosolomytain au prisme d’autres facteurs explicatifs que le seul conflit entre Israéliens et Palestiniens. Irène Salenson s’y emploie avec talent, donnant à lire un ouvrage qui contribue de manière intelligente à la compréhension du phénomène urbain à Jérusalem et en Israël. Mais un tel projet est-il vraiment possible ? Comment rester neutre dans un contexte clair et ouvertement assumé par une partie des milieux aménagistes israéliens de colonisation territoriale ? Tel est l’enjeu du livre, et du débat entre les auteurs de ce compte-rendu de lecture1.

2L’ouvrage est issu d’un travail de thèse réalisé entre 2008 et 2011, mais la réflexion garde et gardera encore longtemps une grande pertinence, car elle propose une analyse des mécanismes des différentes manières de produire la ville de Jérusalem. Pour la commodité de lecture et parce qu’il faut bien adopter un cadre heuristique, l’auteure a choisi de diviser ces différentes manières de faire la ville en quatre grandes catégories, qui forment l’armature de l’ouvrage : 1) Les politiques urbaines israéliennes : une planification autoritaire ? 2) L’urbanisme subi par les Palestiniens ; 3) L’urbanisme alternatif israélo-palestinien ; 4) L’urbanisme autonome palestinien. Ce schéma permet de traiter tous les aspects de la question, depuis la planification officielle israélienne jusqu’aux stratégies de résistance passive des habitants palestiniens, sans oublier la question des colonies israéliennes et celle des ateliers d’urbanisme alternatif. Il a aussi l’inconvénient de compartimenter les différents types de production de la ville, et donc de les déconnecter les uns des autres, alors que le livre donne lui-même des exemples de projets ou d’expériences qui sont au croisement de ces grandes catégories, ou qui sont portés par des acteurs dont le positionnement peut varier. Rendre lisible la complexité est toujours un défi de taille ; le lecteur fera ici attention à ne pas prendre ces grandes catégories au pied de la lettre, et à bien avoir en tête que cela se produit en un même temps et en un même lieu.

3Cette unité spatio-temporelle frappe le lecteur néophyte quand elle parait banale à celui qui connaît la ville. La concentration des hommes et des enjeux sur un petit territoire exacerbe bien évidemment les tensions et les stratégies des acteurs, surtout quand les enjeux culturels, nationaux et symboliques sont aussi importants qu’à Jérusalem. Irène Salenson ne les nie pas ; elle les présente d’une manière qui se veut objective, sans perdre de vue son champ d’étude qui reste tout au long de l’ouvrage celui de l’urbanisme. Ainsi, à propos du schéma d’urbanisme municipal analysé dans la première partie, elle critique à demi-mot le positionnement des urbanistes israéliens qui considèrent que la gestion du conflit ne relève pas de leur ressort, et démontre que les trois stratégies de peuplement affichées (densification du centre, poursuite de développement des colonies, construction de nouveaux quartiers) répondent directement au sentiment de peur démographique des Israéliens. De même, dans le deuxième chapitre, elle conclut la section intitulée « Un urbanisme qui démolit » en avançant l’hypothèse que les autorités israéliennes entretiennent de manière indirecte la production informelle de la Jérusalem palestinienne pour empêcher toute émancipation politique des Palestiniens sur la question de la production de la ville (p.103). L’objectivité affichée de l’auteure ne signifie donc pas un neutralisme béat, et elle reconnaît à sa juste mesure la dissymétrie fondamentale de l’urbanisme hiérosolomytain.

  • 2 Coefficient d’Occupation du Sol : en urbanisme, le COS est un indicateur chiffré qui donne le pourc (...)

4Car même en voulant rester neutre dans l’analyse, on ne peut que constater avec Irène Salenson que citoyens israéliens et palestiniens ne sont pas traités sur un pied d’égalité. Grâce à ses connaissances précises des mécanismes de planification et à son riche travail de terrain, l’auteure nous donne à lire des situations où le droit et les pratiques de l’urbanisme à Jérusalem sont clairement discriminatoires et visent à construire une ville juive au détriment des Palestiniens. La première partie de l’ouvrage analyse le SUM (Schéma d’Urbanisme de la Municipalité) rédigé en 2004 par les autorités israéliennes pour en décrypter les principales logiques d’aménagement. L’utilisation du COS2 dans la planification urbaine est à ce sujet emblématique. Avant le SUM, le COS dans les quartiers juifs de Jérusalem variait entre 100 et 300%, alors qu’il était compris entre 25 et 75% dans les quartiers arabes ! Au sein du SUM, les COS ne sont pas fixés selon les mêmes principes, mais les écarts entre les quartiers israéliens et palestiniens peuvent aller du simple au triple (p. 80). Il en est de même pour la politique de ceinture verte. Les premières ceintures vertes établies par les urbanistes britanniques visaient à former un bassin visuel autour de la vieille ville de Jérusalem. La ceinture verte du SUM longe de fait le mur de séparation militaire, elle ne protège pas une unité paysagère ni ne limite l’extension urbaine. Les quartiers palestiniens sont ainsi circonscrits aux surfaces déjà urbanisées, et leur croissance spatiale est rendue impossible (p.82).

  • 3 Yacobi Haim, Yiftachel Oren, 2003, « Urban Ethnocracy : Ethnicization and the Production of Space i (...)

5Cependant, un point reste en suspens. Pour aborder cette dissymétrie, l’auteure se réfère au paradigme de l’Etat israélien comme modèle ethnocratique, tel que défini par Haim Yacobi et Oren Yiftachel3. Ce modèle présente une certaine critique du multiculturalisme israélien au sens où la reconnaissance formelle des droits des minorités n’empêche pas une discrimination contre ces minorités au profit de la majorité juive. Cette critique reste cependant limitée, parce qu’elle s’inscrit dans le cadre d’une définition des Palestiniens – qu’ils soient citoyens israéliens ou Palestiniens de Jerusalem-Est – comme une minorité religieuse et non pas comme une communauté nationale existant avant la création de l’Etat d’Israël. Ce paradigme ethnocratique met en avant la discrimination dont sont victimes les Palestiniens, mais minore le rôle de la domination coloniale d’un Etat sur une communauté nationale. Dans le cas de l’urbanisme à Jérusalem, le modèle ethnocratique donne lieu à l’interprétation d’un jeu à trois acteurs autonomes : la communauté palestinienne, les colons israéliens et la collectivité locale (la municipalité de Jérusalem) qui gère des intérêts contradictoires. Le modèle de la domination interprète lui les intérêts des colons et les politiques de la collectivité locale comme étant concordants et faisant partie de la même logique de domination coloniale. Un exemple donné par Irène Salenson dans sa troisième partie illustre parfaitement ce débat. Elle aborde le cas où lorsqu’un projet d’urbanisme palestinien est présenté aux commissions israéliennes d’aménagement, il est souvent suivi d’un plan concurrent déposé par « des associations de colons ou des organismes para-étatiques » (p.155). L’auteure avance l’idée que cet état de fait est une coïncidence et que la municipalité de Jérusalem est neutre dans cette affaire, car elle est elle-même divisée politiquement. Nous nous permettons de récuser ici cette interprétation, et d’y voir au contraire la constitution d’un système politique d’intérêt commun incluant la Municipalité de Jérusalem et les groupes de colons pour empêcher tout projet palestinien d’aboutir.

6Les troisième et quatrième chapitres peuvent être lus ensemble, tant la rédaction entre les deux semble se suivre naturellement. On y décèle de nouveau cette distinction entre paradigme ethnocratique et paradigme de la domination. Dans ces chapitres, Irène Salenson se donne la tâche d’analyser les positionnements des acteurs palestiniens par rapport au développement urbain de leur ville et leurs stratégies pour l’influencer à partir de leur propre droit à la ville. Elle semble privilégier une résistance basée sur des droits, droits de la minorité face à une majorité, et par conséquent privilégier des groupes d’urbanisme alternatif comme Ir Shalem et Bomkom ou d’autres groupes composés des palestiniens citoyens d’Israël (p.156). Leur maîtrise du recours juridique mais aussi leur connaissance technique en matière d’urbanisme leur procure en effet un poids non négligeable, et l’auteure a très bien compris les jeux d’acteur en cours autour de cette question de la planification alternative. Cependant, dans son analyse de la résistance palestinienne à l’urbanisme israélien, l’ouvrage néglige la dimension culturelle, pourtant essentielle. Aux yeux des Palestiniens, Jérusalem ne représente pas seulement des avantages économiques liés au tourisme (p.193), mais est aussi et surtout une centralité dans l’espace symbolique palestinien et dans la construction de l’imaginaire national. La lecture faite par l’auteure – aussi précise et circonstanciée soit-elle – implique dès lors une certaine dépolitisation des pratiques urbanistiques du fait de leur déconnexion de la question d’une domination d’un groupe national sur un autre. C’est un point de débat important, dont l’auteure a conscience puisqu’elle aborde plusieurs fois la question, mais qui n’est pas réglé à la fin de la lecture de l’ouvrage. Ce constat n’enlève rien au fait que le livre d’Irène Salenson reste une interprétation brillante du système de la planification urbaine de Jérusalem.

Haut de page

Notes

1 Ce compte-rendu est le fruit d’une discussion entre un géographe français ne connaissant pas la ville de Jérusalem et un juriste palestinien impliqué dans le débat intellectuel en Israël. La version finale est la synthèse des différents regards que les auteurs ont eus sur l’ouvrage.

2 Coefficient d’Occupation du Sol : en urbanisme, le COS est un indicateur chiffré qui donne le pourcentage de m² de plancher autorisé à être construits sur une parcelle. Un COS de 100% autorise un propriétaire d’un terrain de 300m² à construire 300m² de plancher sur ce même terrain. Un COS inférieur à 80% en tissu urbain limite fortement le droit de construire sur une parcelle.

3 Yacobi Haim, Yiftachel Oren, 2003, « Urban Ethnocracy : Ethnicization and the Production of Space in an Israeli “mixed city” », Environment and Planning D: Society and Space, vol.21, p. 673-693.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Benoit Montabone et Joni Aasi, « Irène Salenson, 2014, Jérusalem : bâtir deux villes en une, Editions de l’Aube, 255p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], Lectures inédites, mis en ligne le 03 novembre 2016, consulté le 29 juin 2017. URL : http://remmm.revues.org/9516

Haut de page

Auteurs

Benoit Montabone

Maître de Conférences en Géographie, Université Rennes 2, Rennes, France

Joni Aasi

Professeur de Droit Public, Université Al-Najah, Naplouse, Palestine

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page