Navigation – Plan du site

Élizabeth Picard, Liban Syrie, intimes étrangers. Un siècle d’interactions sociopolitiques. Sindbad/Actes Sud, 2016

Elisabeth Longuenesse
p. vol 143

Texte intégral

1Les années 1980 avaient vu se multiplier les publications, souvent éphémères, sur le Liban de la guerre civile. C’est maintenant le tour de la Syrie de faire l’objet d’un engouement éditorial, proportionnel à la confusion des esprits et des discours.

2Dans ce contexte, l’ouvrage d’Élizabeth Picard représente une heureuse exception, qui prend le temps de réinterroger l’histoire en vue d’en tirer un fil conducteur, susceptible d’éclairer les évolutions récentes. L’auteur s’appuie pour ce faire sur sa très longue fréquentation des deux pays, ses nombreuses rencontres tant avec des responsables politiques qu’avec des intellectuels et des chercheurs – et sur ses nombreux travaux antérieurs sur la société, le système politique, les évolutions et les impasses, de l’un comme de l’autre.

3L’ouvrage est d’emblée fondé sur un postulat méthodologique fort, celui d’une imbrication telle des deux pays, Liban et Syrie, que l’on ne peut comprendre l’un sans regarder l’autre, que leurs destins sont irrémédiablement mêlés. À l’encontre d’une représentation libanaise dominante, relevant largement du tabou, elle pose la question très politiquement incorrecte du fondement de la séparation des deux pays – mais contre la thèse baassiste officielle d’« un seul peuple dans deux États », elle n’a de cesse d’analyser et de comprendre comment les trajectoires se sont progressivement séparées, comment la conflictualité des deux dernières décennies s’enracine dans des héritages à l’origine de blocages et d’impasses de plus en plus difficiles à surmonter. Lors d’une conférence prononcée en novembre 2015, Ghassan Salameh évoquait indirectement cette question, en s’interrogeant à haute voix sur les bénéfices qu’avaient tiré le Pakistan de sa séparation d’avec l’Inde, ou Chypre nord de sa séparation d’avec le sud de l’île. L’allusion au Liban et à la Syrie était transparente. Ici, É. Picard suggère de même de mettre en perspective le cas qu’elle étudie avec d’autres histoires, celles des deux Chines, de l’Irlande du Nord, ou des deux Allemagne : seul ce dernier cas a débouché sur une réunification

4Il ne s’agit donc en aucun cas d’un ouvrage sur les relations entre les deux pays, encore moins d’une simple histoire parallèle, mais bien d’une relecture de ces deux destins mêlés et des modalités de leur imbrication. Si le parti pris est historico-analytique, l’auteur ne prétend pas faire un livre d’histoire au sens classique : « aucun des chapitres – prévient-elle – n’ambitionne de restituer, même succinctement, le déroulement de la période » (p. 264). Une narration exhaustive l’aurait entraînée beaucoup trop loin ! Le projet est donc ici plutôt de discuter cette histoire, pour en dégager les lignes de force susceptibles d’apporter un éclairage non seulement sur les évolutions récentes, mais aussi sur les perspectives à venir, mêlant réflexion théorique et référence à l’histoire concrète. Défi de taille, et le lecteur peu au fait de l’historiographie de ces deux pays aura tout intérêt à se référer à des ouvrages plus classiques. Néanmoins, si les choix de l’auteur l’incitent tantôt, avec raison, à éviter de se perdre dans les détails des évènements, tantôt au contraire à s’étendre longuement sur un point central pour la compréhension des mécanismes qu’elle analyse, il manque parfois une note explicative à propos de tel ou tel événement un peu oublié, comme la première intervention armée syrienne au Liban en mai 1973 (p. 149), ou le « pacte d’Alexandrie » (p. 172), par exemple. Mais à l’inverse, on ne dira pas assez combien sont précieuses l’analyse en miroir des groupes dominants qui porteront le projet national dans chacun des deux pays, et de la façon dont leurs porte-paroles et théoriciens le formulent et le justifient (au chapitre trois) ; la longue et fine discussion du « traité de fraternité » imposé par le régime syrien aux dirigeants libanais au lendemain de la guerre civile et de ses implications (ch. 5) ; ou encore les pages sur la montée des contestations et le rapport complexe à la démocratie (ch. 6).

5Le livre est construit en trois parties, correspondant aux trois grandes périodes qui ont vu successivement la naissance des deux nouvelles entités nationales issues du démantèlement de l’Empire ottoman (1920-1950 : « Séparation »), la montée des conflictualités (1950-2000 : « Confrontation »), la naissance et le développement de mouvements contestataires de part et d’autre, jusqu’à la crise de 2011 (2000-2013 : « Distinction »). Ce faisant, d’un chapitre à l’autre, le déplacement de la focale et de l’angle d’approche, le choix de « fils problématiques » différents (autour de la question de la souveraineté, de celle des frontières, et des alliances sociales, mais aussi, en arrière-plan, celles du système politique, de la démocratie et des formes de la contestation), suggère de penser la complémentarité des enjeux politiques, sociaux, culturels et territoriaux, et permet aussi, au fur et à mesure de la progression de l’analyse, de mettre en évidence la façon dont ils se croisent et s’imbriquent.

6On ne cherchera pas à rendre compte de façon exhaustive d’un ouvrage qui ouvre de très nombreuses pistes de réflexion. Il suffira d’évoquer certains passages qui nous ont paru particulièrement stimulants. Ainsi de la question de l’identification des groupes dominants et des alliances qui ont œuvré à la construction de l’État. Traitée au chapitre trois, elle parcourt le livre, plus ou moins explicitement, transformée par l’évolution divergentes des deux pays, et revient plus particulièrement au chapitre cinq. En effet, tandis que les familles, les groupes et les communautés souvent ignorent ou transcendent la frontière dessinée par le mandataire, les appartenances et les intérêts sont souvent communs, les individus circulent, dans un espace jusqu’alors unifié sous la domination ottomane. L’auteur montre cependant (en reprenant une formule gramscienne) comment se différencie le « bloc historique » qui prend les rênes du pouvoir à Beyrouth et à Damas à l’ombre du mandat, du fait des ancrages économiques et territoriaux propres à chaque région. Si l’on retrouve des deux côté une alliance entre commerçants, industriels, propriétaires terriens, chefs religieux, nouvelles élites professionnelles, l’équilibre entre ces composantes n’est pas le même. Au Liban, la rivalité entre commerçants et industriels se résout au profit des premiers, tandis qu’en Syrie, les deux groupes s’allient pour protéger le marché. Dès lors, alors que la complémentarité économique et sociale des territoires aurait dû pousser dans le sens d’une étroite coopération, c’est une conception différente de l’identité nationale – et des intérêts – qui s’affirme et sera source d’affrontement dès les années 1950.

7D’un côté comme de l’autre, ce « bloc historique » se transforme avec la montée des tensions. « Des milliers de propriétaires, banquiers, entrepreneurs quittent la Syrie » (p. 140) pour se réfugier au Liban entre 1963 et 1966, tandis que l’emprise de l’État, de l’armée et des systèmes sécuritaires se fait de plus en plus étroite sur la société et l’économie syrienne. L’interventionnisme syrien au Liban, que l’auteur voit poindre dès 1958, est direct à partir de 1976. La domination de la Syrie sur le Liban est d’abord militaire. Chefs militaires et responsables sécuritaires rackettent sans vergogne les ressources libanaises. Mais la relation inégale se poursuit et se renforce au lendemain de la guerre civile. Le bloc au pouvoir en Syrie est alors bien différent de ce qu’il était avant 1963 et l’armée y occupe une position centrale. Pour autant, la renaissance des milieux d’affaires, associant héritiers des anciennes familles commerçantes restés en Syrie et nouveaux entrepreneurs et hommes d’affaires proches du pouvoir, bénéficie aussi de cette relation inégale. Néanmoins, si les Libanais ressentent « un sentiment de dépossession et d’humiliation » (p. 231), c’est aussi une « mafia syro-libanaise » qui se met en place, en s’appuyant sur des liens de toutes sortes, parentaux, matrimoniaux, confessionnels, ou en réactivant d’anciennes relations d’affaires. É. Picard analyse dans quelques pages lumineuses l’imbrication des milieux d’affaires et les relations financières entre les deux pays, le rôle des banques libanaises et le « retour » des banquiers d’origine syrienne, tandis que chaque officier syrien est « assisté d’un binôme libanais » (p. 240-255). Car la relation a beau être déséquilibrée, l’économie libanaise des années de la reconstruction apparaît florissante, et le PNB par habitant y est trois fois plus élevé qu’en Syrie – la domination a son revers, et l’arrogance des élites libanaises a quelques raisons.

8À l’inverse, la présence de centaines de milliers de travailleurs syriens ne peut être considérée du point de vue du seul profit qu’en tire l’économie syrienne. Si le « traité de fraternité » imposé par le pouvoir syrien aux responsables libanais au lendemain de la guerre civile bénéficie de l’appui de nombreux secteurs de la société, « disposés à se plier aux desiderata d’Assad pour retrouver ordre et stabilité » (p. 226), c’est aussi que la « complémentarité » entre les deux pays, qui justifie les facilités octroyées aux travailleurs syriens – et dont John Chalcraft (2009) a remarquablement analysé les enjeux – permet aux entrepreneurs libanais de bénéficier d’une main d’œuvre à bon marché, docile et corvéable à merci – au mépris du droit du travail et au grand dam des catégories les plus fragiles des travailleurs libanais. Aborder les relations syro-libanaises par la société, et par des catégories sociales autres que les groupes dominants, éclaire tout autant la porosité, sinon l’artificialité des frontières.

9Du chapitre un, où sont mis en évidence les hésitations de la puissance mandataire et les compromis fragiles sur lesquels se fondent un tracé des frontières qui ne peut que mécontenter les populations des marges, au chapitre sept, où sont analysés à la loupe quelques cas de zones frontalières particulièrement perméables au conflit syrien, ce qui se montre c’est précisément, jusqu’à aujourd’hui, non seulement le caractère arbitraire de leur tracé, mais surtout les liens étroits entre les populations de part et d’autre. Dans un article fort éclairant, Kanj Hamadé et ses collègues ont rappelé récemment pourquoi nombre de paysans de la région syrienne de Qusayr avaient conservé la nationalité libanaise, et combien d’un point de vue agricole, les espaces du Haut-Oronte côtés syrien et libanais sont difficilement dissociables (Hamade et alii, 2015). À l’inverse, on sait la longue épreuve de ces « Syriens », présents au Liban depuis les années 1920 ou 1930, dont la naturalisation très politique en 1994 a suscité tant de polémique. Sur un autre plan, la politique de « distanciation » (traduction approximative du concept inventé pour la circonstance de « na’y bi-l-nafs ») laborieusement élaborée par les dirigeants libanais en 2011 pour tenter de faire croire à un consensus impossible, encore plus que pour écarter les risques de débordements du conflit syrien au Liban, ne peut masquer l’implication libanaise sur le terrain syrien lui-même : celle, massive, du Hezbollah auprès du régime, mais aussi, plus désordonnée et chaotique, celle de nombreux combattants et groupes, salafistes ou non, auprès de l’opposition.

10Est-ce parce que la relation est inégale au profit de la Syrie, que l’analyse semble au final privilégier le versant libanais, et les effets multiformes de la domination syrienne ? Il est vrai qu’au Liban la Syrie est omniprésente depuis plusieurs décennies, tandis que les Syriens peuvent (faire semblant d’)oublier leur voisin – alors que l’imbrication des deux pays a des effets majeurs sur leur économie et leur société, il est vrai moins visibles au premier abord. Entre fragmentation du territoire et implosion du système politique, la démographie pourrait offrir une dernière clé de lecture. D’un côté, le mouvement d’émigration, ancien mais renforcé par les effets de la guerre civile, a entrainé une stagnation de la population libanaise, tandis que le poids croissant des travailleurs étrangers modifiait radicalement les équilibres sociologiques. À l’inverse, la Syrie avait connu jusqu’à 2011 une des croissances démographiques les plus fortes de la région, une partie de sa population s’expatriant dans les pays voisins, Liban et Jordanie, à la recherche d’emplois plus rémunérés. Certes, l’hémorragie que connaît aujourd’hui la Syrie bouleverse radicalement le paysage humain. Lorsqu’enfin les armes se tairont, c’est en des termes sans doute profondément renouvelés que se posera la question du rapport entre sociétés, territoires et systèmes politiques.

Haut de page

Bibliographie

Références bibliographiques

Chalcraft John, The invisible cage, Syrian migrant workers in Lebanon, Stanford, California, Stanford University Press, 2009, 310 p. (Voir le compte-rendu paru dans la REMMM en décembre 2010 : https://remmm.revues.org/6530)

Hamade Kanj et alii, « De part et d’autre de la frontière libano-syrienne : les mutations de l’agriculture du Haut Oronte », Confluences Méditerranée, n°92, hiver 2014-15

Picard Élizabeth, « De crise en crise, l’horizon problématique du couple Liban Syrie », Carnets de l’IREMAM, 11 février 2013, http://iremam.hypotheses.org/2056

Salamé Ghassan, « Kaifa Yaqra’ Ghassan Salamah al-tatawwurât al-‘arabiyya al-iqlîmiyya », al-Anbâ, 20 novembre 2015, http://anbaaonline.com/?p=384601 (consulté le 12 août 2016)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Elisabeth Longuenesse, « Élizabeth Picard, Liban Syrie, intimes étrangers. Un siècle d’interactions sociopolitiques. Sindbad/Actes Sud, 2016 », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], Lectures inédites, mis en ligne le 03 novembre 2016, consulté le 28 juin 2017. URL : http://remmm.revues.org/9519

Haut de page

Auteur

Elisabeth Longuenesse

Laboratoire Printemps, Université de Versailles Saint-Quentin en Yvelines

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page